◘ ◘ ◘ Un monde déchiré par les guerres, un combat entre le bien et le mal, quel camp sera le votre ? ◘ ◘ ◘
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une autre réalité [Lavi & Reiko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Ven 23 Nov - 22:21

Lavi ouvrit la bouche et la referma plusieurs fois d'affilé. Il bataillait intérieurement pour savoir s'il devait ou non continuer sur sa lancée. Reiko lui parlait d'Histoire et il mourait d'envie de continuer sur le sujet, d'en dire plus, de révéler certaines informations que seuls les bookmen connaissaient. Mais il savait qu'il ne devait pas le faire. Et puis, cela aurait sans doute ennuyer l'infirmière et ce n'était pas le but. Ils avaient eu plusieurs semaines pour discuter et apprendre à se connaitre un minimum, ce n'était pas le moment de tout gâcher. De plus, la jeune femme lui assura lui réserver une place dans son lit si jamais celui du rouquin devenait inatteignable à cause de la quantité phénoménale de livres et autres tas de papiers dans sa chambre. Mieux valait faire en sorte qu'elle continue de vouloir le voir. Pour le moment c'était bien parti pour.

« T'as tout à fait raison. Mais personne ne tire jamais de leçon du passé. Quoiqu'il en soit, pas besoin d'attendre pour avoir notre compagnie respective. On peut se voir n'importe quand, tant qu'on est pas séparés à cause d'une mission ! »

Maintenant qu'ils étaient collègues, ils allaient sans aucun doute être amenés à se voir plus souvent. Mais d'un autre côté, il était possible qu'ils se voient peu s'ils n'étaient pas affectés aux mêmes équipes. Un peu comme un électron libre, le rouquin allait là où il était le plus intéressant pour les bookmen de se rendre. Encore une fois, ce n'était pas lui qui décidait et il acceptait ça sans problème. Mais plutôt que de patienter d'ici le moment où le rouquin serait forcé d'emprunter le lit de Reiko, il l'occupa plus tôt que prévu. Faisant une halte par la force des choses, les deux exorcistes restèrent allongés l'un contre l'autre dans la nouvelle chambre de l'italiano-japonaise. Cela ne dérangeait ni l'un ni l'autre, discutant simplement comme si de rien n'était. Parlant de sujets sérieux et plaisantant tour à tour, ils passaient un bon moment, ayant remis la visite à plus tard. Doté du rôle de coussin, Lavi ne manqua pas de plaisanter sur le sujet, surtout pour camoufler sa gêne à cause du bisou que Reiko lui avait donné en guise de "réparation".

« T'en fais pas. Même si la réparation est tentante, je ne vais pas me blesser bêtement. Et puis qui voudrait d'un coussin tout abimé ! A force, tu vas te lasser ! » ajouta t-il en riant

Même s'ils se connaissaient assez peu, Lavi savait la situation que traversait l'exorciste, venant de perdre ses parents, ayant dû quitter sa ville natale, n'ayant plus rien d'autre. Il comprenait donc plus ou moins ce qu'elle vivait et aborda à nouveau le sujet avec elle dans le but de faire ressortir ses angoisses et ses peurs. En l'écoutant simplement puis en essayant de la rassurer, il espérait que cela l'aiderait à affronter la suite des évènements. Pour le moment elle avait droit à une pause bien méritée mais le rouquin savait que cela ne durerait pas longtemps. Au moins, elle avait pu évacuer un peu ce qui la pesait... avant de s'endormir contre lui, épuisée. Lavi ne tarda pas à faire de même, fatigué de leur long voyage.

Le levé ne fut pas brutal mais presque, agrémenté d'une touche de douceur. Rapidement debouts, une visite guidée les attendait mais ce n'était pas une raison pour négliger les choses essentielles, à savoir : se nourrir et se laver. Optant pour un passage aux douches en premier, Reiko attrapa ses affaires de bain, accompagnant Lavi jusqu'à sa chambre pour qu'il fasse de même, se dirigeant avec une habitude certaine parmi les monticules de documents qui s'entassaient dans la pièce. Reiko fit une remarque très juste, faisant rire le rouquin
.

« C'est déjà le cas en fait. Mais ça a tendance à s'écrouler. Ca fait un peu tapis de sol à force. Faut dire qu'on écrit pas mal aussi ! Un jour j'me suis réveillé avec une feuille collée au visage, j'ignore comment ! »

Puis le rouquin répondit à propos de la question de Reiko sur le Grand Intendant. Il faisait en sorte d'être le plus honnête possible afin que la jeune femme ne se méprenne pas ou se fasse de fausses idées. Seulement, il était difficile d'être honnête sans faire peur à l'interlocuteur. Lavi préféra arrondir les angles et ne pas trop mentionner les mauvais côtés du chinois. Malheureusement, Reiko rebondit sur certains points obscurs qu'avait cité l'apprenti bookman. Il n'avait pas d'autre chose que de préciser la chose.

« Disons que les robots sont... pas toujours très bien réglés. Ca déconne toujours à un moment ou à un autre. Hé bien crois moi, tu vas en voir des robots. Et des potions aussi. Il a tendance à laisser trainer ses créations un peu partout... Oui, le rangement ce n'est pas trop notre truc à la Congrégation ! » fit-il en riant pour minimiser les choses « Oh, tu la verra sans doute bientôt oui ! Elle est même peut-être avec son frère, elle l'aide souvent. »

Chacun dans sa cabine de douche, les exorcistes se lavaient. Jusqu'à la chute bruyante de l'infirmière. Ne pouvait s'empêcher de crier à cause du choc, elle attira Lavi dans sa cabine, inquiet, sans le vouloir. Mais c'était trop tard, il était là, à demi nu face à la jeune femme qui elle l'était complétement. Sur le coup, il mit sa contemplation de côté pour l'aider à se relever, espérant qu'elle n'était pas blessée. Elle lui assura que non, glissant à nouveau contre lui. Cela ne le dérangeait pas d'avoir une belle fille collée contre lui et il l'accueillit donc dans ses bras... avant de glisser à son tour, l'entrainant avec lui sur le sol. Par chance il avait amorti la chute mais s'était cogné la tête. Il se la frotta comme s'il essayait de faire partir la douleur puis la secoua pour confirmer à Reiko qu'il n'avait rien. Puis il ouvrit les yeux. Et il la vit.

Il l'avait déjà vu quelques instants plus tôt mais c'était différent. Là, sans l'inquiétude qui guidait ses gestes, il pouvait admirer le corps de Reiko sur le sien encore recouvert d'une serviette. Elle était belle, bien faite et surtout très désirable. Assis dans cette position, les pensées du rouquin bifurquèrent rapidement, pensant à quelque chose de bien plus charnel. Après tout, il aimait les femmes, surtout pour leur physique. Il ne s'en cachait pas non plus. Guidé par son envie, il embrassa soudainement l'infirmière et commença à caresser son corps comme pour en prendre connaissance, le découvrant petit à petit à l'aide de ses mains. Si Reiko ne réagit pas sur le moment, probablement surprise, elle finit néanmoins par le prendre dans ses bras et à répondre à son baiser. C'était hésitant mais elle se laissait tout de même aller.

Il l'entendit l'appeler alors qu'il l'embrassait dans le cou mais il ne répondit pas, trop occupé à ce qu'il faisait. De plus, cela ne sonnait pas comme une interrogation ou une demande, raison de plus pour ne pas s'en inquiéter. Surtout que quelques instants plus tard, les mains de la jeune femme se mirent à leur tour à l'action, caressant la peau du rouquin, lui confirmant que ce n'était pas à sens unique, redoublant l'envie de l'apprenti bookman. Et lorsqu'elle l'embrassa à son tour d'un geste passionné, Lavi lui rendit son baiser avec fougue, sans chercher à minimiser son désir, ses mains glissant le long de sa poitrine et de ses hanches. Elle lui murmura quelques mots avant de l'embrasser à nouveau mais Lavi se figea. Il finit néanmoins par répondre à son baiser mais posa ses mains sur ses joues, éloignant doucement son visage du sien pour la regarder.

Ainsi Reiko n'avait jamais fait quoique ce soit de charnel mais lui avouait avoir envie de lui ? Lavi ne savait plus trop comment réagir. Il en avait envie bien sûr, son corps ne réclamait que ça, elle aussi vu ses gestes et ce qu'elle disait mais pourtant, le rouquin ne savait plus s'il devait continuer. C'était tout de même quelque chose d'important pour une femme et il se voyait mal lui voler ce moment. Elle lui avait bien dit le vouloir mais et si ce n'était que sur un coup de tête, guidé par l'envie ? Il ne voulait pas non plus qu'elle se méprenne sur lui et sur ses sentiments. C'était purement physique, rien d'autre. Il n'était pas censé aimer qui que ce soit mais il restait un homme, il avait des besoins et des envies. Même s'il était amoureux, il faisait tout pour ne pas y penser, pour oublier ce sentiment interdit qui vivait en lui. Un bookman n'avait pas besoin de coeur et passer la nuit dans le lit d'une femme était un bon moyen de se souvenir qu'il ne devait rien faire de plus. Dans le lit ou... dans une douche en l'occurence
.

« Tu es sûre... ? J'ai envie de toi Rei-chan... mais je n'veux pas que tu regrettes... » murmura t-il à son oreille avant de lui en lécher le lobe

Il ne voulait pas la brusquer ni même la forcer, voulant simplement être honnête. Attendant qu'elle lui donne sa réponse, Lavi lui vola un baiser, jouant avec ses lèvres dont il mordilla l'inférieure. Ses mains lui caressaient les cuisses, montant et descendant lentement avant d'atteindre ses fesses. Cette décision lui semblait longue mais il faisait en sorte de se contenir malgré son désir grandissant.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Sam 24 Nov - 14:48

La jeune femme vit Lavi hésiter sur la suite de ses propos. Réfléchissait-il ? Ne savait-il plus quoi dire ? Il n'en avait pas l'air, hésitant plutôt à lui faire part de quelque chose. Reiko était toute ouïe, tabdis qu'elle lui expliquait sa vision de l'histoire et surtout son utilité. Connaître le passé pour comprendre le présent, voilà un dogme qui s'appliquait à toute chose, qu'il s'agisse de l'Histoire avec un grand H ou de toute autre chose. En tout cas, le rouquin devait connaître des tas de choses sur le sujet, ce qui en fit un motif d'admiration pour la petite infirmière. Elle appréciait vraiment le rouquin, et ne doutait pas que leur amitié ne ferait que croître par la suite. En cela elle n'hésita pas à lui signifier qu'il pourrait trouver refuge chez elle s'il ne pouvait plus trouver le repos dans sa pièce envahie d'une montagne de documents.

    « C'est malheureux... en tout cas tu m'en vois ravie ! »


En parlant de mission, Reiko se demandait comment cela se déroulait. Ce qui était sûr c'est qu'elle ne serait sans doute pas envoyée tout de suite sur le terrain ; elle n'avait pas d'équipe et ne savait pour le moment pas encore utiliser son Innocence. Cependant elle ne posa pas la question à Lavi, jugeant qu'elle l'avait suffisamment questionné comme cela à propos de la Congrégation, des exorcistes et des Akumas. Néanmoins ils continuèrent de discuter, allongés sur le lit de la jeune femme à cause de la maladresse de cette dernière, sans que cela les dérange plus que cela, bien au contraire. Rei trouvait même que son camarade était très confortable, autant qu'un oreiller, voire même mieux puisqu'il était réceptif aux bisous réparateurs. Cependant, même si elle aimait le soigner de la sorte, elle préférait qu'il prenne soin de lui.

    « Même tout abîmé ça ne m'empêchera pas de m'occuper de toi. C'est mon devoir après tout, dit-elle avec un sourire, ça ne sera pas que des bisous en revanche... » précisa-t-elle en tapotant doucement sa vieille blessure au flanc, qui n'avait plus besoin de pansement.


Le sujet redevint ensuite plus sérieux, comme la japonaise avouait enfin à son ami exorciste toute l'angoisse qui lui étreignait le cœur quand elle pensait à l'avenir et qu'elle faisait le bilan de ce qu'elle avait perdu, quitté, gagné. Elle lui fut reconnaissante qu'il la soutienne et qu'il essaye de la rassurer, comme ç'avait été le cas depuis leur départ d'Italie, non, même depuis la nuit où Lavi avait mis un terme à l'existence de l'Akuma qui s'en était pris à la jeune femme. Après ce déballage d'émotions auquel n'était pas habituée la petite infirmière, elle s'endormit contre l'apprenti Bookman.

Le réveil au lendemain fut assez brusque mais les choses se calmèrent rapidement. Ce jour serait donc consacré à une visite du quartier général... après qu'ils se soient chacun lavés et nourris. Ses affaires en main, Reiko suivit le rouquin jusqu'à sa chambre remplie de livres et de feuilles en tout genre, ne pouvant s'empêcher de plaisanter à ce sujet.

    « Hé bien... ça ne m'étonne pas, fit-elle avant de rire légèrement à l'anecdote de Lavi. Et tu avais plein d'encre sur le visage ? »


Le sujet dériva ensuite sur le Grand Intendant Komui, personnage que n'avait pas encore rencontré la petite infirmière mais qui semblait sortir vraiment de l'ordinaire d'après la description du jeune homme. Pas au niveau physique mais au niveau intellectuel : c'était apparemment un homme qui ne rechignait à inventer des choses à d'autres, que ce soit des robots ou des potions... qui ne semblaient faciliter la vie à personne.

    « Je comprends... vous ne devez pas vous ennuyer alors, si... vous tombez sur de mauvaises surprises. »


La conversation s'arrêta là le temps que chacun aille prendre sa douche. Celle de Reiko se solda par une magnifique chute sur le sol, qui lui arracha un cri de surprise et de douleur, ce qui eut pour effet de rameuter Lavi, visiblement inquiet. Sauf que la situation était plutôt gênante, lui était à moitié nu, ayant une simple serviette autour de la taille, et elle complètement dénudée, sa serviette s'étant fait la malle dans sa chute. Honteuse, Reiko balbutia qu'elle n'était pas blessée et qu'elle n'avait pas besoin d'aller à l'infirmerie... avant de se relever et de glisser à nouveau, atterrissant contre Lavi et se répandant en excuses. Et comme on dit jamais deux sans trois, le rouquin chuta à son tour en voulant se séparer de la jeune femme, s'accrochant à elle et l'entraînant au sol, où il atterrit tête la première sur le carrelage, ce qui effraya l'infirmière qui lui demanda si tout allait bien.

Il lui assura que oui, ce qui la fit pousser un soupir de soulagement... avant de reprendre conscience de la situation. Les joues rouges, elle pensa qu'il était largement temps qu'elle se redresse et se relève, sauf qu'elle n'en eut pas le temps, puisque l'apprenti Bookman vint plaquer ses lèvres contre les siennes pour l'embrasser soudainement. N'ayant pas vu le coup venir, Reiko resta figée un instant avant de se détendre et de lui rendre son baiser, le premier qu'elle donnait. Peu sûre d'elle, ne sachant comment s'y prendre, elle finit tout de même par enlacer le jeune homme, appuyant ainsi leur échange. Elle laissa son prénom s'échapper dans un soupir, involontairement, tandis que ses lèvres se déplaçait sur son cou et ses mains sur tout son corps.

Frissonnante de plaisir, elle laissa passer un temps avant de se mettre à prodiguer à son tour des caresses au rouquin, ne se montrant pas non plus très audacieuse cependant. Elle releva le visage du rouquin contre le sien, goûtant de nouveau ses lèvres en un geste passionné, et auquel il répondit avec autant d'empressement, si ce n'est plus, ce qui eut pour effet de doubler encore le désir de la jeune femme, qui avait le sentiment d'être intérieurement ravagée par de puissantes flammes. Cependant... cependant, elle souhaitait également mettre les choses au clair avec l'exorciste qui la tenait contre elle. Se séparant de lui un instant, elle lui murmura quelques mots avant de l'embrasser de nouveau. Mais le jeune homme écourta à son tour le baiser, visiblement stupéfait. Gênée, le visage rouge, soutenant difficilement l'unique œil d'émeraude de l'apprenti Bookman, Rei se justifia.

    « Je... je voulais juste... être honnête... que tu le saches, avant de... »


Lavi semblait réfléchir, les épaules de l'infirmière s'affaissèrent un peu tandis qu'elle se rendait compte à présent à quel point son cœur battait rapidement, douloureusement contre sa cage thoracique. Le rouquin l'entendait-il ? Ne pouvant supporter davantage son regard, la japonaise vint l'embrasser doucement sur la joue, comme le matin même au lever. Profitant aussi de ce moment de répit, elle réfléchissait. Elle avait très envie de lui, certes, mais est-ce que cela s'apparentait à de l'amour ? C'était vraiment un grand mot... était-ce grave si elle le désirait sans pour autant l'aimer à ce point ? C'était avant tout son ami... toujours maintenue contre l'exorciste, ce dernier avança son visage pour lui parler doucement à l'oreille, avant de se mettre à jouer avec.

Rei sentit son brasier interne regagner en puissance, mais conserva encore sa raison, réfléchissant à son tour aux paroles du rouquin, qui l'embrassa à nouveau et caressa délicieusement ses courbes. L'infirmière lui rendit les mêmes intentions, se limitant cependant à dos et à son torse, n'osant s'aventurer plus bas bien qu'elle sentait l'envie du jeune homme. Il n'avait pas menti... mais maintenant c'était à elle de lui répondre, et réfléchir ne servait visiblement pas à grand-chose. Quoique si. Une chose lui tenait à cœur.

    « Oui, Lavi... j'en ai vraiment envie avec toi, mais, hm... par contre... est-ce qu'on peut... le faire ailleurs ? » demanda-t-elle en rougissant derechef, espérant qu'il comprendrait où elle voulait en venir.


Elle cacha sa gêne avec un autre baiser, attendant la réponse de Lavi, caressant toujours sa peau douce et se cheveux de feu. Elle se sentait vraiment bien contre lui, mais pour cet acte, elle préférait qu'il y ait un peu plus d'intimité... et si quelqu'un débarquait et les surprenait là ? Elle donna un dernier baiser au rouquin avant de lui dire également une dernière chose.

    « Lavi, dis-moi... ça... ne changera rien à notre amitié, n'est-ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Dim 25 Nov - 11:27

Lavi savait qu'il avait fait le bon choix en stoppant là la discussion. A force de se faire frapper par Bookman, il avait fini par comprendre qu'il parlait trop. Bien sûr cela ne l'empêchait pas de continuer de parler mais il essayait de mesurer ses propos. Tout dépendait de quoi il était question néanmoins mais il était inutile de trop en révéler à propos des Bookman. Après tout, peu de gens connaissaient leur existence et leur travail était tout aussi mystérieux. Reiko n'insista pas sur le sujet, permettant au rouquin de s'y soustraire et de passer à autre chose. Puisqu'elle lui proposait d'occuper sa chambre si il en avait un jour besoin, Lavi l'amena justement avec elle afin qu'elle s'y installe.

L'installation fut de courte durée, pourtant un événement inattendu les empêcha de la quitter pour visiter le reste de la Congrégation. La perte d'équilibre de l'infirmière fit tomber le rouquin qui, pas mécontent de la position, l'attrapa dans ses bras. Pas gênés plus que ça -après tout ils avaient déjà passé une nuit ensemble- ils profitèrent de cette promiscuité pour discuter de choses et d'autres. De sujets légers et d'autres plus sérieux. La comparaison du rouquin avec un oreiller l'amusait et il le montrait. Reiko prenait soin de lui à sa façon et il fit remarquer que pour recevoir un tel traitement, il allait sans doute revenir plus souvent abimé. Le métier d'exorciste était dangereux après tout. Même si l'italiano-japonaise n'avait pas encore vraiment combattu, elle avait vu que ce n'était pas de tout repos. Ayant déjà pris soin des blessures du rouquin, elle lui assura qu'il s'agissait de toute façon de son devoir. Et elle le faisait bien, en témoignait cette blessure au flanc qui appartenait désormais au passé
.

« Oh, j'sais que je peux compter sur toi, tu fais des miracles. T'as des mains d'or ! »
fit-il en lui attrapant l'une de ses mains, la guidant jusqu'à son visage pour déposer un baiser dessus avant de lui rendre sa liberté « Et j'parle pas des lèvres ! » ajouta t-il en riant sans faire quoique ce soit cette fois

Le temps passa rapidement, la nuit était tombée et cela ne tarda pas à être le cas de la jeune femme, qui s'endormit contre Lavi, épuisée. Le rouquin ne tarda pas à faire de même, coincé et en même temps à l'aise là où il se trouvait. Le lendemain il se réveilla cependant peu avant Reiko qui elle, se réveilla en sursaut. La surprise passée, c'est en planifiant leur programme de la journée qu'ils décidèrent de passer par l'étape douche avant de se lancer dans quoi que ce soit d'autre. Reiko étant prête, Lavi se rendit à sa chambre pour prendre de quoi se laver avant de la rejoindre, faisant une nouvelle réflexion sur l'état de la pièce. Il en profita pour raconter une petite anecdote à ce sujet
.

« Pire, on aurait pu lire la page complète juste en regardant ma joue ! Ca va que ce n'était rien de confidentiel ! » répondit-il en riant

Ce qui était moins drôle, c'était d'expliquer à l'infirmière sans lui faire peur ce qui l'attendait à propos de Komui. Peignant un portrait du Grand Intendant à la fois réaliste sans toutefois trop en dire, Lavi s'efforça d'appuyer sur ses bons côtés... mais ne parvint tout de même pas à cacher la vérité. Reiko fit remarquer qu'il ne devait pas s'ennuyer et c'était effectivement le cas. Mais les dégâts qu'engendraient le chinois et ses inventions leur causait souvent du tort. Pourtant cela ne l'arrêtait pas pour autant
.

« Crois moi, tu vas vite l'découvrir ! Tu ne risques pas de t'ennuyer non plus maintenant qu'tu fais parti de la maison ! »

Ce furent les derniers mots qu'ils échangèrent avant de chacun entrer dans une cabine de douche. Plusieurs minutes passèrent dans le silence seulement troublé par le bruit de l'eau qui coulait. Puis soudainement, un cri. Lavi reconnu la voix de Reiko et se précipita hors de sa cabine pour rejoindre la sienne, simplement vêtu d'une serviette de bain. Reiko quant à elle était nue, ayant glissée sur le sol de sa douche. Le rouquin l'aida à se redresser puis finit par chuter à son tour mais l'entrainant cette fois avec elle. Cette proximité cumulée à cette vision de son corps nu donnait des envies inavouables à l'apprenti bookman. Il réalisa comme elle était attirante et soudainement, il ne pensa plus à rien d'autre qu'à elle. Profitant de leur contact, il se laissa guider par son envie, l'embrassant sans prévenir. Si au départ il n'y eut aucune réaction de la part de l'infirmière, elle finit néanmoins par répondre à son baiser et à ses caresses. Elle se prêta finalement au jeu en l'embrassant à son tour et en se rapprochant de lui, lui avouant à son tour avoir envie de lui... mais précisant quelque chose à laquelle le rouquin ne s'attendait pas. Surpris, il stoppa ce qu'il faisait et pesa rapidement le pour et le contre. Reiko sembla gênée par une telle révélation, cherchant à se justifier. Lavi secoua légèrement la tête avant de l'embrasser à nouveau.

« T'as bien fait... » murmura t-il entre deux baisers

Il lui laissait le choix. Bien que son envie d'elle le démangeait, il ne comptait pas non plus le faire contre son gré. Il sentait dans ses gestes qu'elle en avait envie mais la raison l'emporterait-il sur le désir ? Ne désirant pas qu'une pause s'installe, brisant leur envie, Lavi continua de la caresser sans gêne dans le but de la mettre à l'aise. Il ne lui imposait rien, lui témoignant simplement son désir pour elle. Finalement, elle répondit par l'affirmative mais avec tout de même une condition. Lavi dû reconnaitre que faire ce genre de chose dans une douche, surtout pour une première fois, n'était pas forcément ce qu'elle aurait pu espérer. Réfléchissant autant qu'il le pouvait et à toute allure, il finit par acquiescer. Oui mais voilà, où aller ? Il y avait bien une petite pièce que l'on pouvait fermer à clé à cet étage mais il n'y avait rien de confortable. Il leur faudrait donc remonter à l'étage. La chambre de l'apprenti bookman était proscrite... Il ne restait plus qu'une solution : retourner d'où ils venaient. Seulement, même si le trajet était assez court, il était possible qu'ils soient vu. Il fallait donc ruser.

Lavi répondit au baiser de Reiko et s'apprêtait à lui donner la solution lorsqu'elle lui posa une nouvelle question. C'était donc ce qu'elle craignait le plus au final ? Qu'il couche avec elle et qu'ensuite il ne lui accorde plus d'attention ? A vrai dire, elle ne devait pas trop savoir à quoi s'attendre puisque tout ça était nouveau pour elle. Normal qu'elle s'interroge donc. Le rouquin glissa sa tête dans le creux du cou de la jeune femme, l'y embrassant à de nombreuses reprises
.

« J'peux avoir envie de toi et être ton ami, c'est pas incompatible... Alors non... Ca chang'ra rien pour moi Rei... Je comprend que tu veuilles pas le faire ici... On a qu'à retourner à ta chambre, c'est le mieux. J'te laisse y retourner en premier, je te rejoins le plus vite possible, d'accord ? » fit-il entre deux baisers

Il regrettait déjà de devoir se séparer d'elle et de contenir cette envie grandissante mais il n'avait pas le choix. Il ne leur restait plus qu'à se séparer et s'habiller pour rejoindre l'endroit qu'ils avaient quitté quelques dizaines de minutes plus tôt. Le rouquin fit parcourir ses mains sur le corps de Reiko une dernière fois, lui vola un baiser puis se leva, l'aidant à faire de même. Il sortit de la cabine de douche et rejoignit la sienne mais ne se voyait pas se rhabiller. Tant pis, il resterait en serviette... il n'aurait qu'à se dépêcher, en espérant ne croiser personne. Il entendit Reiko quitter sa douche et l'étage puis il attrapa ses vêtements, les conservant dans les bras avant de prendre le même trajet avant de bifurquer vers un autre escalier. Il grimpa rapidement l'étage et ne croisa heureusement personne avant de rejoindre le niveau des chambres. Vérifiant qu'il n'y avait personne, il se glissa dans la chambre de la jeune femme, refermant la porte avant de laisser tomber ses vêtements au sol. Que c'était cruel de le faire attendre comme ça.

Reiko était là, comme prévu, mais elle s'était légèrement rhabillée, elle. Lavi la rejoignit et la prit dans ses bras, scellant ses lèvres aux siennes pour lui donner un baiser langoureux tandis qu'il glissait ses mains sous ses vêtements. Il lui retira son haut puis se remit à lui caresser la peau, venant l'embrasser à nouveau. Doucement, il la poussa vers son lit jusqu'à ce qu'elle le touche. Il la fit alors basculer en arrière, la rejoignant dans ce geste puis s'occupa de lui retirer ce qui lui restait. Aidé de ses mains, de ses lèvres, de sa langue, il essayait de raviver son envie si tant est qu'elle ait diminuée pendant le trajet. La sienne était étrangement toujours intacte et cela se sentait.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Lun 26 Nov - 21:07

Après une longue discussion sur le rôle des Bookmen, leur impressionnante quantité de connaissances ainsi que leur capacité à remplir une pièce d'innombrables documents en un temps record, ce qui conduisit Reiko à inviter Lavi à occuper la sienne quand il ne pourrait plus s'y reposer dignement, les deux exorcistes se dirigèrent vers la chambre qu'occuperait dorénavant la nouvelle venue. Elle savait déjà qu'elle transformerait un coin de la pièce en espèce de mini-laboratoire où elle pourrait préparer comme avant ses remèdes à base de plantes... Normalement une visite de la Congrégation aurait du suivre cette rapide découverte de la pièce mais la jeune femme, par sa maladresse, les fit allonger sur le lit, la japonaise dans les bras de Lavi, position qui ne les dérangea nullement. Ils avaient déjà dormi ensemble une fois, alors pourquoi seraient-ils gênés maintenant ? De plus leur position était propice à la discussion, plus ou moins sérieuse, ainsi qu'aux plaisanteries auxquelles chacun d'eux adhérait. Légèrement enhardie, Rei montra au rouquin une autre façon de prendre soin, qu'il parut apprécier bien qu'il en rougit de gêne, mais l'avertit tout de même de ne pas se blesser exprès pour en bénéficier. Mieux valait un petit bisou sur un bleu que des jours et des jours de traitement pour une plaie grave... bien qu'elle savait que c'était la guerre et qu'elle devait s'attendre à cela. Lavi la rassura, lui affirmant qu'il avait confiance en ses soins, ce qui fit sourire de plaisir la petite infirmière, avant qu'elle ne rougit à son tour au geste de l'apprenti Bookman.

    « Je fais simplement de mon mieux. Mais merci pour le compliment ! Ça me fait très plaisir. » fit-elle avec un sourire sincère.


La conversation continua ainsi jusqu'à la tombée de la nuit, moment où la petite japonaise finit par tomber dans le sommeil, toujours calée dans les bras du rouquin. C'est la raison pour laquelle elle s'éveilla si brusquement le lendemain, craignant avoir empêché son ami de se reposer correctement, mais il lui assura que ça n'était pas le cas. Cette nouvelle journée commença donc avec la décision de se rendre à la salle des bains. L'un comme l'autre avait besoin de se détendre sous un jet d'eau brûlante après leur long voyage depuis l'Italie. Ils s'arrêtèrent au passage devant la chambre des Bookmen, où Lavi récupéra ses affaires et raconta une petite anecdote drôle à sa camarade, qui rit avec lui. Le rouquin avait souvent le mot pour rire, ce qui n'était pas pour déplaire à la jeune femme qui aimait ainsi plaisanter, bien qu'elle se fasse le plus souvent bien discrète.

Cependant un sujet plus sérieux arriva ensuite sur le tapis, et il concernait Komui, le Grand Intendant de la Congrégation. Reiko ne savait pas à quel genre de personne s'attendre, aussi demanda-t-elle une description au jeune homme qui l'accompagnait. Cette dernière, d'abord assez évasive, se précisa au fur et à mesure que l'infirmière posait des questions. Il en ressortit de Komui était une personne extravagante, aux inventions diverses et variées mais pour la grande majorité assez dangereuses. Lavi lui soutint qu'elle ne risquait guère de s'ennuyer avec eux.

    « Hé bien, j'ai hâte de voir le résultat... au moins, ce n'est pas routinier ! » dit-elle avec un sourire.


Inutile de trop dramatiser les choses après tout... quoique Rei n'en savait guère assez pour comprendre l'ampleur et la gravité du phénomène. Sur ces paroles, chacun partit de son côté afin d'occuper une cabine de douche. La japonaise y resta un long moment avant de sortir et de se vautrer royalement sur le sol, lui arrachant ainsi un cri de douleur qui alerta Lavi, le faisant débarquer à moitié nu. Au moins, il avait une serviette autour de la taille... ce qui n'était guère plus le cas de Reiko. Après s'être redressée pourtant ce fut au tour du rouquin de glisser et d'entraîner la jeune femme dans sa chute, ce qui fit qu'ils étaient à présent collés l'un à l'autre. Gênée, l'infirmière allait se relever quand le jeune homme se mit à l'embrasser tout d'un coup. D'abord figée par la surprise, elle se laissa rapidement faire, rendant son baiser à l'exorciste qui parcourait avidement son corps de ses mains. Ce délicieux contact l'amena à lui avouer certaines choses, ce qui le pétrifia à son tour légèrement tandis que la japonaise continuait de l'embrasser. Elle se demanda si elle avait bien fait de dire une telle chose et c'est la raison pour laquelle elle se justifia. L'apprenti Bookman la rassura entre deux baisers, lui affirmant qu'elle avait bien fait, ce qui soulagea Reiko qui put de nouveau lui prodiguer sereinement ses caresses.

La jeune femme fut même touchée d'entendre que le rouquin voulait s'assurer qu'elle en avait bel et bien envie. Elle le lui confirma... apportant simplement une condition quant au lieu. Pas dans la douche... pensait-elle alors qu'elle continuait à l'embrasser et le caresser, entretenant ainsi leur désir respectif et attendant sa réponse qui ne tarda pas à arriver sous la forme d'un hochement de tête. Leurs bouches étaient bien trop occupées pour formuler le moindre mot... jusqu'à ce qu'une question ne vienne franchir les lèvres de Reiko, concernant leur relation future. Elle appréciait beaucoup le rouquin et ne souhaitait que le moment intime qu'ils allaient passer ne ternisse leur amitié ; Lavi lui assura que non, ajoutant ensuite que le mieux à faire était de retourner à la chambre de la jeune femme. Cette dernière acquiesça, embrassant toujours le rouquin et plus que jamais collée à lui.

    « D'accord... je t'attends. » arriva-t-elle à murmurer quand ses lèvres furent libérées.


Elle se rendit compte à ce moment qu'elle n'avais pas du tout envie de se séparer de lui... pourtant il le fallut bien. Échangeant une dernière caresse et un dernier baiser, l'apprenti Bookman aida l'infirmière à se relever avant de quitter la cabine. Reiko se donna une seconde pour respirer à fond. Quelles sensations... elle en tremblait encore. Se rhabillant au strict minimum, elle ne tarda pas à sortir de sa cabine et de la salle des bains pour reprendre le chemin inverse de celui qu'ils avaient emprunté en venant. Ayant une bonne mémoire, elle ne se perdit pas dans les escaliers et arriva la première à sa chambre, qu'elle laissa à peine entrouverte pour l'arrivée de Lavi, avant de jeter ses affaires dans un coin de la pièce, près de sa valise.

Lavi ne tarda pas, il n'avait quant à lui pas pris la peine de se rhabiller. Loin de se demander comment il avait pu traverser les couloirs dans cette tenue, Rei profita de la vue qu'elle avait sur le rouquin, pour constater à quel point il était bien fait et surtout séduisant. Cela ne dura que quelques secondes puisque le temps que le jeune homme traverse la pièce, ils s'enlacèrent de nouveau et s'échangèrent un baiser passionné.

    « Tu m'as manqué... » fit-elle entre deux baisers.


La fièvre qui s'était légèrement calmée dans le corps de la japonaise se raviva aussitôt, gagnant même en intensité. Elle le laissa lui retirer son T-shirt tandis qu'elle même replaçait ses mains dans son dos et ses cheveux pour reprendre ses caresses là où elle les avait stoppées, puis se laissa guider jusqu'au lit où ils ne tardèrent pas à tomber tous les deux. Lavi reprit ses caresses et ses baisers à son tour, plus intenses encore que ceux qu'il lui avait prodigué dans la cabine, faisant pousser à la jeune femme des soupirs qui en disaient long sur son envie. Et tout comme il lui retira ce qui la couvrait encore, l'infirmière calqua ses gestes sur les siens pour lui retirer la serviette qu'il avait conservé autour de lui, faisant ainsi courir ses doigts sur son aine et son bas-ventre.

    « Lavi... »


Un appel. Une demande, pour la guider, pour lui apprendre. Tremblante d'envie, Rei aventura ses lèvres dans le cou du rouquin pour l'y embrasser, espérant lui donner les mêmes sensations qu'il avait fait naître en elle. Elle se remit du même coup à caresser sa peau, le plaquant doucement contre elle. Elle lui laissait les commandes, confiante. Elle ne pensait plus à rien d'autre qu'à l'homme qu'elle tenait entre ses bras, qui serait bientôt son amant.
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Mar 27 Nov - 15:03

Lavi était content d'être en compagnie de quelqu'un qui l'écoutait, pour une fois. Généralement les gens le laissaient parler, par politesse ou timidité, mais cela se voyait que ce qu'il pouvait dire ne les intéressait pas forcément. On ne pouvait pas dire que le rouquin manquait de culture, ayant énormément de connaissances dans divers domaines, mais son rythme de parole en décourageait souvent plus d'un. Au moins Reiko était attentive et semblait même intéressée par ce qu'il avait à dire. Il en fut assuré une fois qu'ils furent allongés, poursuivant leur discussion dans les bras l'un de l'autre. Elle donnait même son avis sur les différents thèmes qu'il abordait, signe qu'elle ne suivait pas juste ce qu'il disait pour lui faire plaisir. L'apprenti bookman avait supposé qu'après l'avoir supporté pendant plusieurs semaines d'affilé, elle désirerait une pause, histoire de respirer un peu et soulager au moins ses oreilles. Mais il n'en fut rien et cela fit plaisir au rouquin. Il ne manqua pas de la complimenter sur ses talents d'infirmière dont il était la preuve vivante. Après tout, c'était grâce à elle que sa plaie au flanc était déjà guérie et parfaitement soignée. Il insista sur ce point, couplant ce compliment avec l'autre façon qu'elle avait de le soigner à coup de bisous. Il ne pensait pas que cela la ferait rougir de simplement lui dire qu'elle faisait bien son travail.

« C'est pas vraiment un compliment, c'est surtout une constatation ! » assura t-il avec un sourire

Mais la discussion et toutes les émotions qui s'en suivirent épuisèrent la jeune femme qui ne tarda pas à s'endormir contre son support roux qui ne tarda pas à s'endormir à son tour, pas dérangé de devoir à nouveau partager le même lit. Le lendemain matin fut tout de même commencé par un réveil un peu brusque de la part de l'italiano-japonaise, ne se souvenant plus qu'elle s'était endormie sur Lavi. Ce dernier la rassura et lui proposa diverses activités pour commencer sa nouvelle vie d'exorciste. Il y avait tant à faire qu'une journée ne suffirait probablement pas. Le rouquin espérait d'ailleurs avoir le temps nécessaire pour s'occuper d'elle et la familiariser avec son nouvel environnement car il était possible qu'il soit à nouveau envoyé en mission n'importe quand. Bien sûr elle n'était pas empoté ni perdue mais il préférait tout de même être là pour ses débuts, histoire qu'elle ait un point de repère.

Optant pour une douche matinale, ils prirent de quoi se laver et descendirent à l'étage adéquat tout en parlant du Grand Intendant. Après tout, Reiko allait bientôt faire sa connaissance et Lavi préférait la prévenir auparavant de certaines de ses... excentricités. L'infirmière n'avait pas l'air d'être quelqu'un de coincée et de très à cheval sur les principes même si elle était polie, bien élevée et avait le sens des priorités. Néanmoins, elle ne s'attendait certainement pas à toutes les catastrophes que pouvait provoquer à lui seul le grand chinois
.

« Ah ça... on sait jamais sur quoi on va tomber ! Ca a son charme, remarque... » fit-il d'un air dubitatif, pas vraiment lui-même convaincu par ce qu'il disait

Leur conversation s'arrêta là puisqu'ils durent se séparer pour entrer chacun dans une cabine de douche. Tout se passa bien pour l'apprenti bookman mais il n'en fut pas de même pour Reiko qui glissa et chuta au sol, laissant échapper un cri de douleur. Inquiet, ignorant ce qu'il se passait, Lavi se précipita dans la douche de Reiko sans songer qu'elle serait nue. Rassuré de voir qu'elle n'avait rien, il s'approcha d'elle pour la soutenir et qu'elle puisse de relever avant qu'il ne chute à son tour, l'entrainant avec lui. Au départ amusé par tant de maladresse, le rouquin changea vite d'état d'esprit en constatant la nudité et la proximité du corps de l'infirmière. Envahi soudainement de pulsions charnelles, Lavi céda à son envie et l'embrassa sans prévenir, se mettant à caresser ce corps à portée de main, collé à lui.

La jeune femme ne tarda pas à lui rendre la pareille, pas vraiment farouche, cédant elle aussi à la tentation de la chair. Pourtant, elle stoppa un court instant leurs baisers pour révéler une précision de la plus haute importance. Malgré tout, elle n'était pas contre le fait d'aller plus loin et ses caresses en disaient long sur son envie. Rassuré de voir que cela ne la stoppait pas et qu'elle en avait réellement envie, Lavi reprit ce qu'il faisait auparavant, réfléchissant rapidement à un meilleur lieu, quelque chose de plus intime où personne ne viendrait les déranger. Optant pour la seule solution envisageable, ils durent se séparer afin de pouvoir rejoindre la chambre qu'ils avaient quitté peu avant. Lavi n'avait pas spécialement envie de cette pause forcée dans leur étreinte mais il n'avait pas le choix. C'était ça... ou rien et donc une profonde frustration. Prenant sur lui, il ne prit pas la peine de se rhabiller, uniquement vêtu de sa serviette et rejoignit peu après Reiko qui était déjà dans sa chambre. Par chance, ils n'avaient croisé personne...

De nouveau réunis, ils purent reprendre leurs activités, laissant parler leur désir respectif. Entre deux baisers, Reiko fit une remarque qui accentua l'envie du rouquin tout en l'amusant
.

« Mais au moins ici... on risque pas d'être dérangés... » répliqua t-il avant de l'embrasser à nouveau

Ainsi, Reiko pouvait se détendre et ne plus penser à ce détail qui l'avait stoppée dans son élan un peu plus tôt. Ils ne tardèrent pas à rejoindre le lit, facilitant ainsi leurs gestes et assurant leur proximité. Débarrassés de leurs vêtements, ils collèrent leur peau l'une à l'autre, leurs mains glissant sur leurs corps. Celle du rouquin parcouraient avidement la peau de Reiko, s'aventurant dans ses zones plus intimes, avant de se détacher légèrement d'elle. Elle parlait peu mais ce qui sortait d'entre ses lèvres suffisait amplement à attiser l'envie de l'apprenti bookman. Néanmoins, il ne devait pas céder à la facilité et faire en sorte que cette nouvelle expérience soit agréable pour elle. Puisque c'était tout nouveau, il ne pouvait pas se permettre de faire n'importe quoi, ne désirant pas qu'elle regrette de s'être donnée à lui.

Se laissant guider par ses réactions, aussi bien physiques qu'orales, il faisant en sorte d'alimenter son plaisir à base de caresses et de baisers. Déplaçant ses lèvres partout sur le corps de la jeune femme, il veillait à ne pas oublier un centimètre de peau. Sa langue glissant le long de ses courbes, il s'attarda sur ses cuisses avant de remonter jusqu'à son visage pour plaquer ses lèvres contre les siennes. Sa main s'aventura un moment entre ses jambes, avant de finalement la retirer, redressant la tête pour la regarder un court instant, cherchant son approbation. Si elle ne l'arrêtait pas maintenant, il serait trop tard. Mais rien ne vint. Pas un geste pour l'arrêter, au contraire, elle le collait contre elle comme pour l'inciter à poursuivre ce qu'il faisait. Cela tombait bien puisque c'était exactement ce qu'il comptait faire.

C'est avec douceur qu'il se glissa entre ses jambes tout en l'embrassant dans le cou. Contenant son envie comme il le pouvait, il s'assura de rester doux, prenant son temps. Il attendait qu'elle s'adapte sans pour autant cesser quoique ce soit, ni ses gestes, ni ses baisers. Il faisait de son mieux pour la mettre à l'aise, lui chuchotant à l'oreille de se détendre. Peu importait le temps qui passait, il voulait simplement lui donner autant de plaisir que celui qu'elle lui procurait. Mais plus les minutes s'espaçaient, plus leur échange s'intensifiait. Le rouquin avait cessé de penser, mu uniquement par son désir pour l'infirmière, n'écoutant que les directives de son corps. La matinée allait bientôt se terminer et ils n'avaient pas encore quitté la chambre. Mais cette information était bien le dernier de leur souci.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Ven 30 Nov - 13:45

Peu douée pour entretenir longuement une conversation, Reiko préférait écouter attentivement ses interlocuteurs, reportant ses lacunes de verbalisation sur sa capacité d'écoute et d'attention. Et le moins qu'elle pouvait dire, c'était que Lavi avait beaucoup de choses intéressantes à faire partager. Grâce à son métier de Bookman qu'il apprenait encore, il possédait énormément de connaissances ce qui forçait l'admiration de la jeune femme. Forcer n'était même pas le mot en fait. Elle admirait simplement le rouquin en plus de l'apprécier énormément, comme un très bon ami. Sa compagnie lui était fortement agréable, elle prolongea même le moment – involontairement pourtant, puisqu'ils étaient maintenant allongés l'une sur l'autre et continuaient de discuter tranquillement de choses et d'autres. La jeune femme lui fit même une démonstration de l'autre type de soin qu'elle dispensait aux personnes qui selon elle le méritait, et dont faisait parti l'exorciste. Quoiqu'il en soit, le compliment que lui fit ce dernier sur ses compétences la fit rougir et sourire.

    « Et bien j'espère rester tout aussi efficace à l'avenir ! Merci encore ! » dit-elle avec un sourire de reconnaissance.


Peu de temps après et suite à une libération d'émotions qui acheva de l'épuiser, Reiko s'endormit sur Lavi pour se réveiller brusquement le lendemain, ayant oublié sur qui elle s'était assoupie. Après s'être faite rassurée par son camarade et l'avoir salué d'un bisou, tous deux décidèrent de commencer la journée par une bonne douche. Chacun ayant récupéré de quoi faire sa toilette, ils se dirigèrent vers les bains, tout en causant du Grand Intendant. Rei se demandait de quel genre de personne il s'agissait, et elle tenta au mieux de décortiquer les propos un peu évasifs de Lavi. La jeune femme essayait toujours de voir le meilleur côté de chaque personne, ce qui pouvait aller jusqu'à l'enjolivation de leurs traits de caractère moins... appréciables. L'apprenti Bookman la prévint du côté imprévisible de Komui, mais elle était loin de s'attendre à ce qui arrivait en réalité... mieux valait qu'elle le découvre par elle-même. Enfin, mieux... quoiqu'il en soit elle supposa à juste titre qu'ils ne devaient pas s'ennuyer et que la routine n'avait pas le temps de s'installer avec de pareilles surprises.

    « Hmm... quelque chose me dit que je ferais mieux de faire attention tout de même. » dit-elle avec un léger sourire, remarquant le drôle d'air de son camarade.


Là s'arrêta la discussion puisqu'ils durent se séparer afin de se laver. La toilette de la jeune femme se termina douloureusement pour son coccyx, puisqu'elle glissa et chuta. Le bruit et le cri avait attiré Lavi qui l'aida bientôt à se redresser avant de tomber à son tour avec la japonaise entre ses bras. La situation était à la fois cocasse mais aussi un peu gênante, puisqu'ils étaient nus, hormis le rouquin qui portait encore sa serviette autour de la taille, celle de la jeune femme s'étant faite la malle depuis belle lurette. L'instant d'après leurs lèvres étaient scellées et celui d'après encore Reiko rendit au jeune homme son soudain baiser.

N'ayant jamais goûté encore au plaisir de la chair, la petite infirmière fit part de cet important détail à Lavi, tandis qu'elle lui rendait ses caresses et baisers, contacts qui jusque là lui avaient été inconnus. Elle devait bien avouer cependant que cela lui plaisait, au point de sentir le désir naître pour la première fois en elle. Assurant le rouquin qu'elle était certaine de ce qu'elle souhaitait, elle reprit ses démonstrations d'envie que lui rendit bien le jeune homme, avant qu'il ne lui propose comme unique solution de retourner dans la pièce d'où ils venaient. C'était toujours mieux que les douches. La séparation fut difficile comme aucun d'eux n'avait envie de se décoller de l'autre, mais il n'y avait guère le choix. Se rhabillant rapidement, Reiko retourna rapidement à la chambre, bien vite rejointe par Lavi.

Nul besoin de préambule. À peine le rouquin avait-il refermé la porte derrière lui qu'ils étaient de nouveau enlacés et avaient repris leurs échanges passionnés. En réponse à la jeune femme, Lavi lui fit remarquer qu'ici ils seraient tranquilles, ce qu'approuva Rei.

    « Tant mieux... ce serait dommage sinon... »


La seconde d'après ses lèvres étaient de nouveau bien trop occupées pour prononcer de nouvelles paroles. Laissant le jeune homme lui retirer le peu de vêtements qu'elle avait remis pour le trajet, elle lui ôta de même sa serviette avant qu'ils ne se laissent tomber sur le lit. Il n'était plus question à présent qu'ils séparent leurs corps. Rei ne se lassait pas de glisser ses mains sur la peau agréablement douce et tiède du rouquin, avant qu'elles ne migrent dans ses cheveux de feu et sur ses joues et son cou. Les yeux fermés, elle profitait mieux encore de la sensation que lui donnait les baisers qu'il lui prodiguait sur tout le long de son corps, ce qui eut pour effet de renforcer encore son envie.

Cela ne s'arrêta pas là pour autant. La jeune femme ne se serait jamais attendue à ce que son désir se fasse plus intense encore. Lavi n'était ni plus ni moins en train de la rendre folle ; il savait bien s'y prendre... La japonaise lui rendit son baiser avec passion, faisant passer toute son envie dans ce nouveau contact étouffant les gémissements que lui provoquaient les caresses du rouquin. Il y eut ensuite un petit instant où l'exorciste la regarda, interrogateur, attendant peut-être un signe pour l'autoriser à continuer ce qu'il faisait. Reiko lui adressa un fin sourire avant de le plaquer doucement contre elle en guise d'invitation, déposant ainsi de longs baisers dans son cou.

La tendance s'inversa ensuite tandis que l'apprenti Bookman prenait possession de la jeune femme avec douceur. Celle-ci néanmoins ne put retenir une grimace tandis qu'elle enfouissait son visage dans l'épaule de Lavi, lequel lui chuchota doucement de se détendre, ce qui fut assez facile puisqu'il n'avait guère cessé de la caresser ni de l'embrasser. Il y eut tout de même un petit temps d'adaptation avant que l'infirmière puisse profiter pleinement du plaisir que lui donnait le rouquin. Cela vint petit à petit, jusqu'à ce qu'elle ne soit plus régie que par les délicieuses sensations que leur échange, de plus en plus intense à mesure que le temps filait, lui procurait. Lascivement cambrée contre l'exorciste, son désir à son paroxysme, elle continua de l'embrasser et de disséminer des baisers sur chaque parcelle de peau qu'elle pouvait atteindre, atténuant ainsi les soupirs qu'elle ne pouvait retenir complètement. En revanche, elle n'avait aucun contrôle sur les longs frissons de jouissance qui parcouraient son corps...

Combien de temps dura leurs contacts intimes ? Reiko n'en avait aucune idée, mais elle s'en moquait royalement. À l'heure qui l'était plus rien d'autre ne comptait que l'homme qu'elle tenait entre ses bras et contre lequel elle s'était blottie. La respiration encore un peu courte, elle embrassa doucement Lavi, effaçant une gouttelette qui perlait sur sa tempe. Caressant tendrement sa peau du bout des doigts, souriante, elle s'adressa à lui avec beaucoup de douceur.

    « Daijobu, Lavi-kun ? »


Câline, elle déposa encore de légers et gourmands baisers dans le creux de son cou.
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Sam 1 Déc - 11:51

L'arrivée de Reiko avait été plutôt discrète puisqu'elle n'avait encore été présentée à personne. Lavi ne lui avait rien imposé, lui laissant le choix dans ce qu'elle désirait faire en premier. Bien sûr, il y avait des choses obligatoires mais rien ne la forçait à les faire dans un ordre ou dans un autre. De toute façon à la base, les bookmen étaient censés rapporter une Innocence et non une exorciste. C'était donc encore mieux non ? Komui attendait sans doute leur rapport mais pour le moment, ce n'était pas l'urgence. Après leur long voyage, ils avaient bien le droit de souffler un peu et l'italiano-japonaise devait également prendre ses marques. Lavi resta donc en sa compagnie plutôt que de la laisser seule dans ce nouvel univers, préférant être là si jamais elle avait besoin de lui. Après tout, ici elle ne connaissait que lui et Bookman.

Finalement, leur plan pour la soirée tomba à l'eau et ils restèrent allongés sur le nouveau lit de la jeune femme, discutant de tout et de rien simplement. Courir partout et la présenter à tout le monde pouvait attendre. La soirée fila à toute allure et ils s'endormirent l'un contre l'autre une fois certains sujets abordés. Le réveil fut un peu surprenant mais une fois la surprise passée, la journée pouvait débuter dans la bonne humeur. Cette fois ils avaient toute la journée pour faire ce qui était prévu et une bonne nuit de sommeil leur avait fait le plus grand bien. En tout cas, Reiko semblait détendue, presque joyeuse, pour le plus grand plaisir du rouquin. On n'avait pas vraiment souvent l'opportunité de s'amuser dans ce métier et un peu de bonne humeur n'était jamais du luxe. Il ne voulait pas non plus qu'elle croit que tout serait rose, mais il supposait qu'avec ce dont ils avaient parlé jusqu'à présent, elle saurait plus ou moins à quoi s'attendre. Le but était qu'elle puisse gérer n'importe quelle situation à partir de maintenant.

Puisque le rouquin allait sans doute encore une fois passer la journée avec, il lui demanda ce qu'elle préférait faire pour commencer. La visite à Komui attendrait donc encore un peu puisqu'elle choisit la douche. Rien de mieux qu'un peu d'eau fraiche pour se réveiller et un peu d'eau chaude pour se délasser. Seulement tout ne se passa pas comme prévu et c'est quasi nus l'un contre l'autre que les deux exorcistes se retrouvèrent. Pas gêné pour autant, Lavi laissa libre cours à ses pulsions, ne se privant pas pour toucher la jeune femme ou même l'embrasser. Reiko ne tarda pas à faire de même, pour son plus grand plaisir. Seulement, un petit contre-temps coupa court à leurs envies, Reiko ne désirant pas faire quoique ce soit dans un tel endroit. Pas vraiment contrariant, le borgne accéda à sa seule demande et la rejoignit peu après dans sa chambre. Malgré cette petite coupure, leur désir n'avait absolument pas diminué. Au contraire, maintenant qu'ils s'étaient retrouvés, ils pouvaient faire ce qu'ils voulaient à l'abri du regard des autres.

Lavi ne réfléchissait plus. Il n'était plus question de collègues, d'exorcistes, d'amitié... Il n'y avait qu'eux, un homme et une femme plein de désir l'un envers l'autre. Malgré tout, le rouquin prit soin de ne pas trop brusquer Reiko, restant relativement doux avec elle, contenant au départ ses gestes un minimum. Mais plus le temps passait, plus les gestes se faisaient langoureux, pressés, répondant à leurs pulsions. Finalement, le temps était passé plutôt vite mais ni l'un ni l'autre n'aurait su dire combien exactement. Mais ce n'était pas comme si cela avait de l'importance.

Allongé sur le dos, tenant Reiko contre lui, Lavi reprenait son souffle, respirant rapidement tout en regardant le plafond. Décidément, il était incorrigible. Mais était-ce sa faute s'il aimait tant les femmes ? Il n'était qu'un homme après tout, bookman ou pas. Il ne faisait rien de mal, ce n'était pas comme s'il y avait de l'amour là dedans. Néanmoins, comme promis, cette petite aventure ne changerait rien entre eux deux. Tournant la tête vers elle alors qu'elle l'embrassait dans le cou, Lavi lui sourit. Il lui caressa la joue puis l'embrassa au même endroit, glissant le bout de ses doigts le long de son bras, doucement de haut en bas. Elle lui demandait si ça allait et il hocha la tête en souriant avant de se mettre à rire
.

« J'crois qu'on est bons pour reprendre une douche là ! »

Effectivement, leur activité avait annulé l'effet de la douche puisqu'ils étaient couverts de sueur, n'ayant pas fait les choses à moitié. Voir que Reiko lui souriait le rassurait. Cela signifiait qu'elle ne regrettait sans doute pas ce qu'ils venaient de faire. Mais dans le doute, il préféra être sûr et s'assurer de son état actuel. Peut-être que dans le feu de l'action elle n'avait pas réfléchit et que au final cela ternirait tout de même leur amitié. Lavi espérait que non.

« Et toi comment tu t'sens ? J'espère que tu... regrettes pas. »

D'un certain côté, il espérait néanmoins qu'elle ne s'attache pas trop à lui. Cela ne lui était heureusement encore jamais arrivé ou alors il n'en avait rien su. Il ne voulait pas lui faire de la peine et souhaitait vraiment que cela n'arrive pas. D'un autre côté, il n'était pas contre renouveler l'expérience une autre fois si l'envie lui reprenait. Pourquoi donc se priver si les deux partis étaient d'accord ? Pour le moment, ce n'était pas la question et après avoir joué les feignants dans les bras de l'infirmière, le rouquin se redressa, s'appuyant sur l'avant-bras pour la regarder.

« On s'reprend une douche en vitesse ? Après on pourra aller manger si tu veux. J'sais pas toi mais j'ai besoin de regagner de l'énergie là ! Et une fois le ventre plein, on pourra aller voir le Grand Intendant. Ca te va ? » proposa t-il avant de lui voler un baiser puis de se lever

Il ramassa ses vêtements en vrac dans un coin puis se rhabilla cette fois. Mieux valait qu'on ne le voit pas sortir à moitié nu de cette chambre. Une fois vêtu, il ramassa sa serviette et attendit que Reiko le rejoigne une fois décidée.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Lun 3 Déc - 20:36

Voilà plusieurs semaines que Reiko, accompagnée de Lavi et de Bookman, avait quitté Piateda et l'Italie, après avoir perdu sa famille. Le fait qu'elle soit vivante et qu'elle ait survécu à l'attaque de l'akuma qui avait pris l'apparence de sa mère était une maigre consolation. Suivre les deux exorcistes et accepter l'Innocence avec laquelle elle était compatible avait été la seule solution pour ne pas qu'elle se retrouve complètement seule ; et même si la décision avait été prise un peu sur un coup de tête, elle ne le regrettait pas, même si elle était consciente qu'elle ne rejoignait pas un milieu calme et sans danger. Elle s'en allait en guerre après tout, une guerre dont elle n'avait jamais rien su et qui était invisible à la majorité de l'humanité. Mais puisqu'elle pouvait manier une Innocence et ainsi combattre l'armée d'akumas du Comte Millénaire, soulager des âmes en peine et même éviter à d'autres humains désespérés de se voir l'âme arrachée et torturée, pourquoi ne le ferait-elle pas ? Par ailleurs... à partir du moment où il s'était avéré qu'elle était compatible, aurait-elle vraiment eu le choix ? Elle avait bien cru comprendre que les exorcistes étaient rares...

Quoiqu'il en soit, ce qui était fait était fait. Il fallait aller de l'avant, et Rei apprenait donc l'essentiel de ce qu'il fallait savoir sur cette nouvelle réalité en posant ses questions à Lavi qui lui répondait volontiers. D'ailleurs le rouquin ne s'en tenait pas uniquement qu'à son rôle de ''tuteur''. D'un naturel joyeux et taquin, il faisait souvent rire et sourire la jeune femme avec ses blagues, même si cette dernière n'avait pourtant pas la tête à se montrer de bonne humeur – et elle avait de bonnes raisons. Mais elle lui en était reconnaissante ; grâce à cela elle ne se laissait pas non plus ravager par la tristesse de sa perte récente.

Elle resta donc la plupart du temps du voyage avec l'apprenti Bookman, et conserva sa compagnie à leur arrivée à la Congrégation. À vrai dire, elle était très intimidée par ce nouveau monde encore bien inconnu à ses yeux et ne souhaitait pas déjà ''perdre'' son seul point de repère qu'était Lavi. C'est donc ensemble qu'ils passèrent la soirée, à discuter, à s'échanger des points de vue, à rire et même à se donner des marques d'amitié. Tout cela les conduisit bientôt à sombrer dans les bras de Morphée, et ils se réveillèrent le lendemain un peu surpris mais aussi bien reposés. Ils pourraient donc passer la journée à visiter la Congrégation afin que Reiko prenne ses repères et rende également visite au Grand Intendant, mais avant cela une bonne douche s'imposait. Tous deux se rendirent donc à la salle des bains afin de faire un brin de toilette et de profiter de la chaleur de l'eau pour à la fois se détendre et se réveiller.

De fil en aiguille et de maladresses en chutes... ils finirent par se retrouver nus l'un contre l'autre, et c'est après un instant de surprise qu'ils commencèrent à s'embrasser et à se caresser de manière significative. Cependant, bien que l'infirmière ne voulait pas interrompre cette plaisante séance, elle mit tout de même le rouquin au courant d'un détail important et lui demanda surtout s'ils pouvaient finir ce qu'ils avaient commencé ailleurs. Ici, ils n'étaient que trop exposés aux regards si d'aventure d'autres personnes venaient à entrer dans les bains. Coupant donc momentanément leurs échanges passionnés chacun s'en alla après s'être donné rendez-vous dans la chambre de la jeune femme.

Ils s'y retrouvèrent bien peu de temps après, et leur désir n'avait en rien diminué. Au contraire, maintenant qu'ils avaient la certitude qu'ils seraient tranquilles pour les moments à venir, leur envie respective ne fit que s'accroître, Reiko savourant ses premières pulsions de luxure. Ce fut d'abord doux, Lavi prenant en considération ce que lui avait appris la jeune femme, avant que cela n'évolue vers des échanges beaucoup plus passionnés. Chacun des deux y prenant goût, ils passèrent un long moment dans les bras l'un de l'autre. Combien de temps exactement, ils n'en savaient rien, mais ce n'était en tout cas pas du temps perdu.

Quand cela se termina, Rei resta tout contre le rouquin, lui demandant si tout allait bien avant de déposer quelques baisers dans le creux de son cou, souriante. Elle avait passé un excellent moment dans les bras de l'apprenti Bookman. Son sourire s'accentua en réponse à celui du rouquin, qui déposa un bisou sur sa joue et l'y caressa lentement. C'est en riant doucement qu'il répondit, alléguant qu'il allait leur falloir passer une deuxième fois sous la douche. L'infirmière eut un rire léger à son tour.

    « Tu n'as pas tort ! Ça nous fera d'autant plus de bien. » fit-elle en glissant ses doigts sur le torse luisant du jeune homme. « Je me sens vraiment bien... je ne regrette absolument rien, au contraire... » lui assura-t-elle en lui souriant gentiment, avant de l'embrasser avec douceur.


Ça avait été un moment vraiment appréciable, d'autant plus que cela n'incluait pas de sentiments ambiguës. Lavi le lui avait assuré. Cela ne changerait rien à leur amitié, et cela convenait bien à l'infirmière. Pour la première fois qu'elle avait un ami digne de ce nom, elle ne souhaitait pas gâcher cela bêtement avec des sentiments plus forts que nécessaire. Après tout, rien ne les obligeait à coupler des sentiments à ces actes charnels, du moment que cela leur convenait. En tout cas ça allait très bien à la jeune femme. Quelques temps après cependant ils durent finalement se relever, et Rei écouta la proposition de Lavi, à laquelle elle acquiesça pour marquer son accord, avant de répondre au baiser de l'apprenti Bookman.

    « C'est parfait. C'est vrai qu'il commence à faire faim ! »dit-elle en riant doucement avant de se lever à son tour et de commencer à se rhabiller.


Une fois que chacun d'eux eut repris ses affaires et leur serviette respective, ils reprirent une fois de plus le chemin vers les bains. À force, la japonaise commençait à connaître le trajet ! Cependant, arrivés à l'entrée des bains, la jeune femme se tourna vers son camarade et maintenant amant avec un fin sourire aux lèvres.

    « Lavi ? Que dirais-tu de venir avec moi ? »


Ce faisant, elle déposa un très léger bisou sur ses lèvres et commença à se diriger vers une cabine au hasard, retirant déjà sa veste, invitant ainsi le rouquin à la rejoindre. S'il le souhaitait il pourrait même lui enlever le reste. Il lui avait bien démontré son savoir faire en la matière un peu plus tôt...
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Mer 5 Déc - 11:19

Lavi était épuisé mais satisfait, allongé contre Reiko, il retrouvait petit à petit un rythme cardiaque plus régulier. Il n'avait pas songé à partager ce genre de choses avec elle mais ne le regrettait pas et espérait que cela soit également son cas. La maladresse de l'infirmière avait décidément été contagieuse et cette fois, c'était plus que de simples bisous qu'ils avaient échangés. Au moins, malgré le nombre de chute, on ne déplorait aucun blessé, c'était déjà ça. Lavi appréciait Reiko et il ne voulait pas que ce qu'ils venaient de faire soit mal interprété par la jeune femme. Après tout, le rouquin appréciait les femmes mais ce n'était pas pour autant qu'il désirait aller plus loin. A vrai dire, il était de toute façon déjà amoureux. Mais ça, il ne comptait pas en informer qui que ce soit, pas même l'intéressée. A quoi bon ? Il n'y avait pas le droit, il le savait. Se déclarer ne ferait que lui apporter des ennuis et serait de toute façon trop douloureux puisqu'il serait forcément obligé de tout laisser tomber à un moment ou à un autre. Bookman le lui rappelait assez souvent. Du coup, il préférait passer du bon temps en compagnie de différentes femmes, sauf celle pour qui il avait des sentiments. Ainsi, il ne risquait pas grand chose et supposait qu'il ne serait jamais découvert. Est-ce que cela le rendait heureux pour autant ? Pas vraiment. Ce n'était pas qu'il ne passait pas de bons moments, au contraire, mais ... ce n'était pas exactement ce qu'il désirait. Puisque cela lui était hors de portée, à quoi bon vouloir s'en approcher ? Comme Icare et le soleil, c'était une attirance dangereuse...

L'apprenti bookman s'inquiétait tout de même quelque peu pour l'état de Reiko, espérant que ses envies n'aient pas pris le pas sur sa raison et lui fasse regretter ce qu'il venait de se passer. Vu le sourire qu'elle affichait, la réponse était non. Non, elle ne regrettait pas et le lui confirmait même à l'oral. Au moins ils en avaient bien profité tous les deux. Ce n'était pas vraiment prévu au programme à l'origine mais c'était le genre d'envie qui prenait le pas sur tout le reste, la preuve. Le rouquin répondit à son baiser, l'appuyant en glissant une main derrière la nuque de la jeune femme
.

« Tant mieux, j'suis content d'avoir partagé ça avec toi. Faudrait pas que t'en vienne à me détester. » répondit-il avec un léger rire

Le temps qu'ils retrouvent leur souffle, Lavi proposa un nouveau plan à l'italiano-japonaise, consistant à reprendre une douche puis à aller se nourrir, histoire d'être en forme avant de rencontrer Komui. Cela semblait convenir à Reiko et ils n'avaient plus qu'à se lever, se rhabiller et redescendre à l'étage des douches. Que d'allers retours en une matinée ! A peine arrivés là-bas, la jeune femme proposa à Lavi de se joindre à elle cette fois. Ils n'avaient plus rien à cacher maintenant et le rouquin accepta la proposition, la suivant aussitôt, un léger sourire aux lèvres
.

« J'en dis que ça m'plait bien ! Puis ce sera plus pratique pour se frotter mutuellement le dos, héhé. »

Sur ces mots, il pénétra dans la cabine de douche en sa compagnie, retirant le simple t-shirt qu'il portait. S'approchant de Reiko, il glissa ses mains sous son haut, les remontant presque aussitôt pour l'aider à le retirer, en profitant pour caresser sa peau. Décidément, ils passaient leur temps à retirer et remettre leurs vêtements. Faisant de même avec le reste de ses habits, il la laissa faire de même pour lui avant d'allumer l'eau chaude et de se glisser dessous en compagnie de la jeune femme. La chaleur de l'eau lui faisait du bien et le délassait, détendant ses muscles. Puisqu'ils étaient encore seuls pour le moment, le rouquin en profitant pour conserver Reiko dans ses bras, déposant plusieurs baisers le long de son cou et de ses épaules. Le temps étant déjà passé relativement vite depuis leur réveil, ils ne devaient pas non plus trop tarder sous peine de voir débarquer un Bookman, se demandant ce qui fichait son élève. Prenant soin de savonner l'infirmière, Lavi resta un petit moment sous l'eau chaude avant de la fermer, estimant qu'ils avaient pris assez de bon temps pour la journée.

Se séchant, il vola un dernier baiser à la jeune femme puis se rhabilla et sorti après avoir vérifié que personne n'était dans le coin. Patientant à la sortie de l'étage, il attendait que Reiko le rejoigne. Un rapide tour à leurs chambres pour déposer leurs affaires et ils étaient prêts à rejoindre la cantine. Il y avait une dizaine de personnes, principalement des traqueurs, attablés et mangeant avec appétit. Lavi entraina l'exorciste avec lui et s'approcha du comptoir où se trouvait Jeryy. Ce personnage haut en couleurs était un excellent cuisinier et pouvait préparer tout et n'importe quoi. Le rouquin demanda un simple plat de viande, ayant besoin de forces mais n'ayant pas non plus trop faim encore et se poussa pour laisser Reiko passer sa commande. Le cuisinier se pencha alors pour l'observer de plus près
.

« Oh mais qu'elle est mignonne ! Tu es nouvelle ? Dis moi ce qui te ferait plaisir, je peux te préparer n'importe quoi ! Il faut bien manger pour être en forme ! »

Lavi sourit en voyant l'entrain du cuistot et attendit qu'ils aient terminé leur discussion avant d'entrainer Reiko à une table où ils n'étaient que tous les deux. Mangeant un morceau de viande, le rouquin désigna une table un peu plus loin.

« Tu vois les types là-bas ? Ce sont des traqueurs, tu sais, je t'en ai parlé sur le trajet. Ce sont eux qui collectent les infos pour nous. Tu seras sûrement amenée à bosser avec certains d'entre eux. » expliqua t-il entre deux bouchées

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Ven 7 Déc - 22:57

Confortablement installée contre le rouquin, Reiko se remettait de ses émotions. Elle avait vraiment passé un bon moment avec Lavi, goûtant par là même les plaisirs de la chair. C'est également maintenant que la jeune femme réalisait quelque chose d'important : le désir et l'amour étaient deux choses différentes, or elle associait ces deux notions auparavant. Mais autant elle avait eu très envie de l'apprenti Bookman, autant ses sentiments à son égard n'avaient pas changés : ce n'était toujours que de l'amitié. Cela ne l'empêchait pas non plus d'apprécier leurs échanges, qu'ils soient plus ou moins passionnés. En soi c'était une découverte intéressante. Elle analysait tout cela calmement, silecieusement, caressant doucement la peau du jeune homme agréablement tiède. Elle lui sourit gentiment, lui assurant qu'elle ne regrettait absolument ce qui venait de se passer entre eux. Ils échangèrent d'ailleurs un baiser, la petite infirmière profitant de la douceur des lèvres de son amant.

    « Je le suis aussi. Et je ne vois pas ce qui pourrait me pousser à te détester. » fit-elle d'une voi sereine.


Elle respira profondément, satisfaite, écoutant ensuite la suite du programme que proposait le jeune homme. Ayant bouleversé déjà bien assez souvent leurs plannifications précédentes, Rei se demanda, amusée, s'isl allaient s'en tenir à celui-là cette fois. Quoiqu'il en soit l'enchaînement lui allait bien : d'abord une bonne douche pour se ressourcer de nouveau et se débarasser de la transpiration qui recouvraient leurs corps, puis un petit déjeûner histoire de combler leurs estomacs. Reiko ne savait pas ce qu'il en était pour Lavi, mais le sien commençait à protester. Se rhabillant donc et ressortant de la pièce, ils se rendirent une nouvelle fois aux douches, devant lesquelles la jeune femme proposa soudainement à l'apprenti Bookman de venir dans la même cabine qu'elle. Pourquoi pas après tout ? Ce serait d'autant plus agréable... le rouquin accepta aussitôt et la suivit dans la douche, retirant son haut avant de faire de même avec celui de la japonaise, geste qui la fit sourire. Retirant l'un à l'autre leurs vêtements, ils ne tardèrent pas à se positionner sous l'eau chaude. Poussant un soupir de bien-être, Rei enlaça Lavi qui la tenait contre lui, n'étant à son instar pas avare de baisers. Elle sourit à chacun de ses contacts, caressant son dos qu'elle frotta bientôt avec du savon. Se lavant mutuellement, c'est quelques temps après avoir bien profité de l'eau tiède qu'ils ressortirent propres et habillés de la salle des bains, ayant échangé un dernier baiser.

Ramener leurs affaires à leurs chambres ne prit pas beaucoup de temps. Cette fois c'était certain, Reiko ne se perdrait plus jamais sur le chemin... elle suivit ensuite Lavi vers la cantine, une grande salle où étaient déjà attablés une bonne dizaine de personnes toutes vêtues d'un manteau couleur ivoire. Des exorcistes ? Peut-être... se dirigeant avec le rouquin vers une sorte de comptoir, elle se tint à l'écart pendant que le jeune homme commendait son repas, s'en tenant pour le moment à la contemplation des lieux. C'était vraiment une grande salle avec une capacité d'accueil importante. Elle paraissait un peu vide avec la seule présence d'eux deux et de la dizaine de personnes attablée. Quand Lavi se décala, la jeune femme s'approcha à son tour, ouvrant de grands yeux à la soudaine attention du cuisinier qui se pencha assez rapidement vers elle, la complimentant au passage. Reiko sourit gentiment, s'inclina doucement devant lui.

    « Ohayô ! Hai, je m'appelle Reiko... »


Elle le remercia puis réfléchit rapidement avant de lui demander un shôyu ramen – le genre de plat bien nourrissant qui l'aiderait à tenir facilement une bonne partie de la journée. Une fois son plateau en main, elle remercia le sympathique cuisinier et emboîta le pas à Lavi, s'installant en face de lui et attrapant ses baguettes pour les caler entre ses pouces, leva les mains devant elle avec le sourire.

    « Itadakimasu. »


Elle commença à manger lentement, mâchant ses pâtes et savourant la chaleur du plat avant de tourner la tête pour observer rapidement les gens que lui montrait Lavi. Les traqueurs donc. Revenant à son interlocuteur, Rei hocha la tête.

    « Je me souviens oui. Ils sont très nombreux... comment s'y prennent-ils pour transemettre toutes leurs infos ? J'imagine que ce ne doit pas être facile pour eux... et très risqué aussi ? »


Elle attrapa un morceau de viande entre ses baguettes et le porta à sa bouche, écoutant attentivement les explications de Lavi. Elle avait encore tant à apprendre...
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Sam 8 Déc - 12:10

L'eau chaude était agréable et Lavi serait bien resté dessous encore longtemps. Il avait déjà pris une douche un peu plus tôt dans la matinée mais là ce n'était pas pareil. Cette fois il avait une femme dans ses bras, nue contre lui. Reiko n'était pas contre prolonger un peu ce précieux temps passé ensemble et ce n'était pas pour déplaire au rouquin. Malheureusement, s'ils ne faisaient pas bientôt signe de vie, nul doute que quelqu'un allait les chercher. Mieux valait donc faire ce qu'ils n'avaient pas eu le temps de faire plus tôt. De toute façon, les douches n'allaient pas s'envoler et le rouquin supposait que cela ne serait pas l'unique fois qu'ils auraient l'occasion de partager ce genre de moments. La jeune femme n'avait pas eu l'air mécontente de leur aventure et Lavi était content que cela n'ait pas terni leur amitié. Après tout, on pouvait tout à fait désirer quelqu'un sans pour autant développer des sentiments par la suite. De toute façon, le coeur de l'apprenti bookman était déjà pris... malheureusement. Parfois, il aurait préféré avoir un coeur de pierre, comme il avait cru l'avoir pendant longtemps. Les choses auraient alors été beaucoup plus simples.

Une fois lavés de nouveau, les deux exorcistes retournèrent quelques étages plus haut, histoire de rejoindre la cantine. Par chance, ils n'eurent pas à faire la queue et Reiko pu rapidement passer commande. Jeryy ne pu s'empêcher de discuter un peu avec la nouvelle venue et Lavi les laissa faire, ne s'incrustant pas dans la conversation. Après tout, il était là pour la guider, pas pour faire les présentations à sa place. Elle était peut-être timide mais ce n'était pas en faisant les choses pour elle que cela allait s'arranger. Le mieux était de la confronter à ses nouveaux collègues et les choses se feraient d'elles-même. D'ailleurs sa rencontre avec le cuisinier semblait bien se passer. Jeryy était un peu excentrique parfois mais c'était quelqu'un de très gentil. Reiko le salua à son tour et ne fit preuve d'aucune hésitation à son égard. C'était une bonne chose. Pourvu que la suite se passe tout aussi bien. Le plat de l'italiano-japonaise en main, les exorcistes s'installèrent tous les deux à une table, face à face
.

« Bon appétit. »
répéta le rouquin avant de tourner la tête vers l'endroit où se tenait Jeryy « Jeryy est un excellent cuisinier, il peut te préparer n'importe quoi, comme il l'a dit. Hésite pas à lui d'mander, il adore faire plaisir. Et te prive pas, y a bien assez à manger pour nourrir une armée d'exorcistes symbiotiques ! » assura t-il en souriant avant de prendre une bouchée

Alors qu'il mangeait, il en profita pour désigner un table de traqueurs, un peu plus loin. C'était un fait étrange de voir que les traqueurs restaient toujours entre eux et ne se mêlaient jamais aux exorcistes. D'un certain côté, il y avait de la jalousie mais aussi du respect. N'était pas exorciste qui veut... Lavi n'avait rien contre eux, au contraire. Il admirait le travail de ses hommes qui risquaient leur vie sans véritablement avoir de moyens de se défendre malgré les progrès de l'équipe scientifiques
.

« Risqué, ça oui. Ils sont toujours sur le terrain mais ils ont pas grand chose pour se défendre. Ils ont juste quelques gadgets pour temporiser les combats mais rien de plus. Et ils transportent toujours avec eux un téléphone portatif. Super pratique, ça leur permet de joindre le QG à tout moment. On est aussi là pour les protéger mais on peut pas être partout non plus malheureusement. Nos plus grosses pertes, ce sont eux. »


Le rouquin continua de manger, pas vraiment l'appétit coupé par cette discussion. Après tout, quoiqu'on en dise, la guerre était toujours là et elle était loin d'être rose. Il proposa un peu de son assiette à l'asiatique pour qu'elle goûte puis la termina et attendit sagement qu'elle ait terminé à son tour. L'estomac rempli, il était temps d'enfin aller voir le Grand Intendant. Lavi entraina Reiko avec lui à l'étage et s'avança pour ouvrir la porte. A peine eut-il apparu dans l'encadrure de la porte qu'un projectile le toucha de plein fouet, se dispersant à son contact. L'apprenti bookman n'eut pas le temps de voir de quoi il s'agissait avant l'impact, se mettant simplement à tousser après le choc à cause d'une légère fumée. Que s'était-il passé... ? Ouvrant l'oeil, il repéra aussitôt Komui qui, équipé d'un casque et d'une sorte de... bazooka se tenait debout sur son bureau, l'arme pointée vers la porte. Il leva aussitôt la tête de son arme, étonné de voir le rouquin là. Ce dernier commença à s'affoler, se regardant sous toutes les coutures pour voir s'il était toujours en un seul morceau et si rien chez lui n'avait soudainement été modifié. Il regarda même Reiko.

« J'ai rien hein.. ? J'suis normal ? Dis moi que j'ai rien ! » la supplia t-il presque

Visiblement, il allait bien, il n'y avait rien à déplorer... Pour le moment. Rassuré, Lavi transforma toute son inquiétude en colère. Encore une foutue invention dangereuse en perspective. Il s'avança vers le bureau dont Komui venait de descendre, retirant son casque et le posant à côté de son bazooka
.

« Mais ça va pas d'tirer sur les gens comme ça ?! C'est quoi encore ce machin ! »

« A vrai dire, je visais la cible peinte sur la porte... Tu es arrivé au mauvais moment. »
« Sur la porte ?! Et vous vous êtes pas dit que quelqu'un allait finir par rentrer ? Pourquoi vous faites pas ça dehors ou... ou dans votre labo, tiens ! »
« Je ne peux pas vraiment m'éloigner de mon bureau, j'ai beaucoup de travail... »


Ah ça, c'était le moins que l'on puisse dire. A voir l'état du bureau, on se demandait d'ailleurs s'il lui arrivait de travailler. Reiko allait sans doute voir une similitude avec la chambre des bookmen. Lavi soupira puis se tourna vers Reiko. La pauvre devait se demander où elle était tombée.

« Bon, passons. Bookman a dû vous prévenir, on a pas rapporté qu'une Innocence. On a rapporté son compatible aussi. » fit-il en retrouvant le sourire en regardant la jeune femme, la laissant se présenter à nouveau

Elle n'avait pas fini de le faire. Komui oublia complétement son invention et se focalisa sur la nouvelle venue, retrouvant un semblant de sérieux, s'avançant vers elle pour lui tendre la main
.

« Ca c'est une bonne nouvelle, nous en avions bien besoin. Content de vous compter parmi les notres, je suis Komui Lee, je dirige la Congrégation. Bienvenue chez vous. Pourriez vous me montrer votre Innocence si vous l'avez sur vous ? Si c'est le cas, nous allons nous rendre quelques étages plus bas, voir Hevlaska. »

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Lun 10 Déc - 22:40

Prendre sa douche était en soi un moment très agréable. Il l'était d'autant plus à présent que Reiko le partageait avec l'apprenti Bookman, lequel la maintenait dans ses bras, contre lui. L'infimière n'aurait pas dit non à quelques minutes de plus, mais il était évident qu'il y avait beaucoup plus urgent à faire à présent. Par ailleurs, quelle heure était-il ? La matinée était vite passé, mais ils ne s'en étaient guère aperçus tant ils avaient été occupés... C'était une bonne chose, au moins ils ne s'étaient pas ennuyés et cela avait plu à l'un comme à l'autre. Après avoir échangé un dernier baiser, ils ne tardèrent pas à se sécher et s'habiller avant de ressortir des bains, allant déposer leurs affaires dans leurs chambres respectives et se rendant ensuite au réfectoire de la Congrégation.

Reiko fut un peu surprise par l'enthousiasme que manifesta le cuisinier du nom de Jeryy, mais elle n'était plus aussi réticente et fermée que la veille. C'est avec un sourire un peu timide quand même qu'elle salua l'homme, se présentant et discutant un peu avec lui, retrouvant peu à peu son aisance à parler avec les gens qu'elle ne connaissait guère. Elle lui demanda ensuite un plat japonais, puis une fois son plateau en main, remercia l'homme et suivit Lavi à une table vide un peu plus loin, assez éloignée de celle qui était déjà occupée par une bonne dizaine de personnes tous en manteaux blancs. Lui souhaitant bon appétit, elle commença à manger doucement, écoutant le rouquin parler du cuisinier. Ses paroles la firent sourire.

    « Il a l'air très gentil en tout cas. Ça doit être un sacré boulot qu'il a ! J'y penserais à l'avenir donc. » fit-elle.


Elle ne demanda pas à Lavi ce qu'étaient des exorcistes symbiotiques, estimant qu'elle lui avait suffisamment posé de questions durant leur voyage jusqu'à la Congrégation. Enfin, rien ne l'empêchait de lui reposer la question plus tard, à moins qu'elle n'en apprenne plus entre-temps. Plutôt que de s'attarder sur les exorcistes, Lavi lui montra le groupe qui mangeait un peu pls loin d'eux, et les désigna comme étant des traqueurs. Il en avait déjà parlé à Reiko par le passé, mais c'était le moment de s'attarder un peu plus sur le sujet. Plus encore que pour les apôtres, ces personnes chargées de recueillir les informations risquaient plus encore leurs vies quand elles étaient envoyées sur le terrain...

    « Je comprends... ce doit être difficile... » dit-elle sur un ton songeur.


Plusieurs questions la travaillait à leur propos. Qui étaient-ils ? Avaient-ils choisis de devenir des traqueurs, sachant les risques qu'ils encourraient ? Y étaient-ils contraints ? Avaient-ils des proches au sein de l'Ordre pour connaître ainsi l'existence de cette guerre invisible ? N'étant pas sûre que Lavi puisse lui répondre ni même si elle avait réellement envie de connaître la réponse à ses questions, elle se tut, revenant à son plat, pensive, non sans leur jeter quelques fois un regard. Ils discutaient et riaient tous ensemble... ç'avait beau être la guerre, ils n'en perdaient apparemment pas le goût de la vie, quand bien même ils pouvaient mourir à tout moment... elle enjoignit au rouquin de piocher dans son bol comme elle goûtait elle-même à son plat, et une fois qu'ils eurent terminé, purent se rendre à un autre étage, là où se trouvait le bureau du Grand Intendant. Reiko allait enfin rencontrer cet intriguant personnage dont elle avait un peu parlé avec Lavi...

En tout cas, elle ne s'était guère attendue à cet accueil. À peine l'apprenti Bookman avait-il franchi la porte que quelque chose le heurta. Et pour cause, il venait de se prendre... quelque chose... un fumigène apparemment, à considérer la vapeur qui s'éleva autour de lui et qui le fit tousser. Le produit n'atteignit pas Reiko cependant, qui regarda avec de grands yeux Lavi qui se tourna vers elle pour la supplier de lui dire qu'il n'avait rien. La jeune femme le regarda un instant : pas de blessure, pas de tâches...

    « Non, Lavi, tu n'as rien et tu es normal.... »


Pourquoi une si grande inquiétude ? Était-ce en rapport avec les drôles d'expériences de Komui ? Ce dernier d'ailleurs... se tenait pour la plus grande surprise de l'infirmière sur son bureau, portant une arme énorme et protégé comme s'il se rendait au front. S'étaient-ils trompés de pièce à tout hasard ? Parlons-en d'ailleurs... il y régnait un tel désordre que ce n'était pas sans rappeler la montage de documents de la chambre de Lavi et Bookman. Son air de surprise s'attarda sur son visage quand le rouquin commença à crier de colère sur le chef de la Congrégation. Certes c'était légitime après tout, il venait de se faire tirer dessus tout de même ! Mais la jeune femme n s'était vraiment, vraiment, vraiment pas attendue à cela. Encore moins au dialogue qui s'ensuivit entre les deux hommes. Komui était un personnage bizarre... toujours plantée à l'entrée du bureau, les yeux de reiko s'attardèrent tour à tour sur la montagne de papier qui tapissait le sol – ah ça oui, il devait en avoir du travail – puis sur l'échange entre l'exorciste et le Grand Intendant.

Ce dernier d'ailleurs finit par s'avancer vers elle, après que Lavi lui ait dit la raison de sa présence ici. Rendant son sourire au rouquin, elle se tourna bientôt vers Komui auquel elle serra la main après s'être légèrement inclinée.

    « Enchantée, je m'appelle Reiko Hazuki. Mon Innocence ? Oui, la voilà, dit-elle en sortant le cristal divin de sa poche, toujours dans son état originel. Je vous suis. Qui est He... Hebu... hm, la personne dont vous parlez ? »


Suivant ensuite les deux hommes dans les couloirs de la Congrégation, Komui les mena à une espèce de large plateforme placée au centre de la tour, qui se révéla bientôt être un ascenseur. Éberluée, Rei vit les étages défiler autour d'eux tandis qu'ils descendaient rapidement, finissant par rejoindre la surface de la terre. La lumière paraissait si éloignée pourtant, loin au-dessus d'eux... toujours sur la plateforme, la jeune femme se rapprocha un peu de Lavi, ayant soudain besoin de sentir une présence connue et réconfortant à ses côtés. Il faisait vraiment sombre... jusqu'à ce qu'une étrange lumière n'apparaisse autour de la jeune femme. D'où venait-elle ? L'infirmière ne tarda pas à sentir quelque chose s'enrouler autour de ses bras et jambes, ainsi que de son cristal divin qu'elle tenait toujours en main. Froids, luisants, ce n'était pas humain. Rei ne put retenir un cri de surprise tandis qu'elle se sentait soulevée dans les airs pour faire ensuite face à une créature sans visage, ne possédant qu'une bouche et un nez. C'était cela donc, Hevlaska ? La jeune fille qui était habituée à voir des blessures assez laides ou des pathologies aux signes qui en aurait fait s'évanouir plus d'un, ne put retenir un léger sursaut d'anxiété soudaine à cette apparition surnaturelle.

En dessous d'elle, elle entendit la voix de Komui, ne comprenant pas ce qu'il disait. S'adressait-il à elle ou à la créature ? La peur faisait perdre toute sa concentration à la jeune femme, qui ne put saisir que les mots de la gardienne des Innocences quand elle s'adressa à elle.

    « Ne crains rien. Je ne te veux aucun mal. »


Reiko frissonna. Le contact avec la créature qui venait de poser son front contre le sien n'était pas des plus confortables, sentant un étrange écho en elle, comme si Hevlaska la sondait. Quelques instants après, elle l'entendit prononcer des chiffres. À quoi donc cela rimait ? Le nombre augmenta... 8... 27... 41... 56... 65... 73. C'est là que le compte s'arrêta.

    « Ton taux de résonance maximum avec l'Innocence est de 73%. »


    « Et... qu'est-ce que cela signifie ? »


    « Cela indique ta capacité à activer ton arme et à vivre avec. Un taux bas induit une activation difficile ainsi que la mise en danger du compatible. »


Reiko hocha la tête. Tout cela faisait un peu charabia pour elle... Hevlaska la reposa bientôt sur la plateforme, à la rambarde de laquelle s'appuya la jeune femme, qui sentait ses jambes trembler un peu. Ce n'était pas qu'elle avait le vertige, mais la surprise de découvrir la gardienne et se faire ainsi transporter dans les airs n'était vraiment pas ce qu'elle préférait. Une fois qu'elle eut recouvré ses esprits et la totalité de ses moyens, elle remit son Innocence en poche et se retourna vers Komui et Lavi... ou plutôt vers Komui et un enfant roux qui ressemblait à son ami. Reiko ouvrit de grands yeux stupéfaits.

    « La... Lavi... ? Comment se fait-il que... ? »


S'approchant du rouquin, elle dut s'accroupir pour être à sa hauteur. Il avait rétréci... rajeuni... même ses vêtements s'étaient adaptés à sa nouvelle taille. Et surtout, il n'avait plus l'air de se souvenir d'elle. Rei ne s'était vraiment pas attendue à cela... se pouvait-il que cela soit le résultat de la bombe fumigène de tout à l'heure ? Lavi y avait été exposé... Komui inventait vraiment de drôles de choses !

    « Oh tiens... l'effet était donc retardé... intéressant. »


La jeune femme crut avoir mal entendu. C'était dit sur un ton tellement plein de désinvolture ! Cela ne lui faisait donc rien de plus ? Tendant les bras vers Lavi pour qu'il vienne entre ses bras, lui parlant avec douceur et se représentant de nouveau à lui pour le remettre en confiance, elle le souleva et le cala contre elle. Il était vraiment redevenu enfant... en tout cas, il était toujours aussi mignon.

    « Intéressant ? C'est donc tout ce que vous trouvez à dire ? Hm... vous avez un antidote au moins ? »


Ce serait la moindre des choses... Reiko observa le petit garçon blotti dans ses bras, pendant que l'ascenseur remontait. Ah ça oui, ils ne devaient pas s'ennuyer à la Congrégation si ce genre de chose arrivait souvent...
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Mar 11 Déc - 13:30

Assis en compagnie de Reiko à une des tables de la cantine, Lavi reprenait des forces en mangeant tranquillement. Le reste de la journée allait sans doute être plus calme que la matinée agitée qu'ils avaient passée ensemble mais ce n'était pas une raison pour oublier de se nourrir correctement. Aller se battre en étant en demie forme n'était pas une riche idée. De toute façon, ils avaient le temps avant d'aller voir Komui donc autant en profiter pour se mettre dans de bonnes conditions. Ce fut d'ailleurs l'occasion pour Reiko de rencontrer Jeryy, le cuisinier des lieux. Il n'était pas un combattant ni même un scientifique mais il excellait dans son domaine. Pour preuve, il arrivait à combler l'appétit d'Allen, ce qui tenait de l'exploit.

« C'est vrai, on a d'la chance. Tout le monde est pas aussi bien loti que nous. »

Mangeant, il évoqua les traqueurs qui mangeaient, un peu plus loin. Il lui en avait déjà parlé auparavant mais il donna quelques détails supplémentaires. Le travail que chacun des membres de la Congrégation faisait n'avait rien de facile mais c'était sans doute eux qui avait le plus dur. Tout reposait sur leurs épaules. Les exorcistes étaient là pour se battre, pour vaincre les Akuma... mais sans les traqueurs, jamais ils n'arriveraient à les localiser à temps eux ou les Innocences. C'était donc un travail primordial et ils étaient chanceux d'avoir autant de traqueurs malgré le nombre de pertes.

« La guerre n'a rien de facile. Pour personne. Mais on a la chance d'avoir tous ces volontaires pour nous aider. Sans eux, on aurait sans doute déjà perdu depuis longtemps. »

Mais tous les exorcistes ne pensaient pas ainsi, Kanda le premier. Ce dernier les trouvait inutiles, voire gênants. Tout juste de la chaire à canon envoyée pour distraire les Akuma le temps que les exorcistes entrent en scène.
Il ne fallait pas gâcher cette belle journée en ruminant de sombres pensées et une fois qu'ils eurent terminé de manger, Lavi et Reiko purent quitter la cantine pour se rendre au bureau de Komui. Malheureusement, à peine entré, le rouquin fut touché par un projectile non identifié, tiré par le Grand Intendant lui-même encore en train de tester ses inventions farfelues. Inquiet de l'effet potentiel de la chose, Lavi demanda à Reiko si quelque chose avait changé chez lui. Elle eut tôt fait de le rassurer, il n'avait rien
.

« Merci... Je préfère quand ses inventions foirent, ça évite les mauvaises surprises. » fit-il en poussant un soupir de soulagement

Aussitôt il se retourna vers le coupable pour le traiter de fou dangereux. Supérieur ou pas, il n'avait pas à faire n'importe quoi au détriment des membres de la Congrégation. L'équipe scientifique ne savait donc pas le tenir ? Quoique d'un certain côté, ils aimaient eux aussi jouer aux savants fous... Rassurant. Malgré tout, Lavi reprit contenance et aborda un sujet plus sérieux. Ils étaient là pour Reiko après tout. Il la laissa donc se présenter à Komui, restant un peu en retrait. Le chinois réclama l'Innocence que Reiko lui tendit. Il l'examina un moment sans pour autant la toucher puis finit par hocher la tête
.

« Elle a besoin d'être travaillée un peu, je vous l'emprunterais plus tard. Pour l'heure, venez avec moi, nous allons nous rendre quelques étages plus bas. »

Lavi suivit le mouvement, autorisé à assister à la rencontre avec l'immense exorciste. Il était curieux de savoir à combien se situait le taux de synchronisation de l'italiano-japonaise. Sur le chemin vers la plateforme qui servait d'ascenseur, Lavi expliqua de qui Komui parlait.

« Hevlaska. C'est une exorciste, on l'appelle aussi la Gardienne car c'est elle qui conserve les Innocences que l'on ramène et qui n'ont pas encore de compatible. Elle est assez impressionnante mais ne crains rien. »

Arrivés à l'ascenseur, Lavi s'appuya contre l'une des rambardes, attendant que la descente se fasse. Reiko semblait assez surprise de voir ce trou béant au centre de la Congrégation et se rapprocha un peu de lui pendant que la plateforme se mettait en branle. Il lui fit un sourire rassurant avant de regarder vers le bas, histoire de voir où ils en étaient. La rencontre était proche. D'ailleurs Reiko fut tellement surprise qu'elle ne pu s'empêcher de laisser échapper un cri au moment où Hevlaska s'empara d'elle. C'était toujours surprenant lorsque cela arrivait. Lavi la regarda faire, restant silencieux, écoutant simplement ce qu'elle disait. Komui discutait avec l'exorciste et attendait tout comme le rouquin de savoir son taux de synchronisation. Mais sans vraiment savoir pourquoi, l'apprenti bookman commençait à avoir mal à la tête. Il ferma les yeux, supposant que c'était peut-être la luminescence d'Hevlaska qui lui faisait cet effet.

Lorsqu'il rouvrit les yeux, il se demandait où il était. Assis sur un sol froid et métallique, il regarda rapidement autour de lui avant de se mettre sur ses pieds. Il faisait sombre mais le peu de choses qu'il voyait lui paraissait immense. Surtout l'énorme chose blanchâtre devant lui. Impressionné, il ouvrit tout rond son seul oeil visible, la bouche entrouverte. C'était un ange ? En tout cas, il ne ressentait aucune peur. Sa contemplation fut interrompue par l'approche de quelqu'un. Il n'avait pas entendu qu'on lui parlait et s'interrogeait sur l'identité de la jeune femme qui s'était accroupie à sa hauteur. Lavi n'était plus Lavi. Ou plutôt, il avait rajeuni, redevenant un enfant de cinq ans environ. Il ignorait qui étaient les personnes face à lui ainsi que l'endroit où il se trouvait, un peu perdu. La jeune femme lui tendit les bras en lui souriant et instinctivement, il vint s'y loger, se laissant porter. Celle qui se présenta comme étant Reiko lui parlait avec gentillesse mais il ne la connaissait pourtant pas. Le grand homme qui les accompagnait non plus ne lui disait rien. Il parlait d'ailleurs avec Reiko d'un sujet que le rouquin ne comprenait pas
.

« Un antidote ? Hé bien non pas encore, tout ça n'était qu'en phase de test... Je suppose qu'il va falloir que j'en crée un. Mais ça risque de prendre du temps, peut-être que c'est juste temporaire ? »

Devant le regard que lui lançait Reiko, le Grand Intendant fit un sourire forcé et assura qu'il allait se rendre au laboratoire pour trouver comment lui rendre sa vraie forme. Le petit garçon n'écoutait pas, calé dans les bras de Reiko, les jambes pendant dans le vide. Il était bien là. Mais lorsque l'ascenseur se stoppa, il redressa la tête et découvrit une autre partie de l'endroit où il se trouvait, bien plus éclairée et accueillante que la pénombre du sous-sol. Cela lui donna envie de parcourir cet environnement inconnu et il se glissa donc hors des bras de l'infirmière, se laissant tomber au sol sur ses pieds.

« On joue à cache-cache ? » lança t-il à Reiko

Aussitôt, il détala comme un animal sauvage, sans se retourner. Il était certes petit mais il courrait vite et il se faufila dans les couloirs au hasard, cherchant une cachette. Tout se ressemblait et il y avait beaucoup de portes. Il continua néanmoins de courir dans le couloir et tourna la tête à un moment pour regarder derrière lui si Reiko le suivait. Continuant de courir sans regarder où il allait, il percuta quelque chose planté devant lui, le stoppant net dans sa course. Il se frotta la tête en grimaçant puis leva les yeux pour voir de quoi il s'agissait. C'était bien plus grand et solide que lui. En fait, il s'agissait d'une femme, assez grande, aux longs cheveux blonds et qui le regardait d'un drôle d'air. Il avait percuté ses jambes, dissimulées derrière une longue jupe. Entendant des bruits de pas derrière lui et supposant que c'était Reiko, le garçon se releva et se faufila sous la première cachette à sa portée : sous la jupe de l'exorciste. Bien sûr ce n'était pas très discret, surtout parce qu'il pouffait légèrement, persuadé qu'elle ne le verrait pas. Il faisait sombre là dessous... tant mieux dans un sens. Il ignorait où il était mais cette nouvelle aire de jeu lui plaisait bien.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff
l'Double effet Kiss Kool
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 21/03/2012
Age : 24
Localisation : Dans mon terrier =D

Feuille de personnage
Age : 23 Ans
Nationalité : Russe
Surnom : Nora / Bloody

MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Mar 11 Déc - 15:57

Eleonnora se sentait en pleine forme, aujourd’hui. Elle venait de s’entrainer avec acharnement, profitant du fait que ses blessures disparaissaient à vue d’œil et ne la faisaient plus souffrir. Elle était bien heureuse de pouvoir faire les mouvements qu’elle désirait sans s’attendre à une quelconque douleur venant de ses bras ou de son abdomen. Elle était de bien meilleure humeur depuis qu’elle passait davantage de temps avec Lavi, à croire qu’il influait sur elle à chaque nouveau jour. D’ailleurs, où était-il ? Elle avait envie d’un tout autre genre d’entrainement et il n’y avait pas plus idéal partenaire que son cher amant. Vêtue de son uniforme d’exorciste, la jeune femme arpentait les nombreux couloirs en espérant le croiser par hasard. Comme elle s’y attendait, la chance n’était pas de son côté, pour l’instant. Abandonnant les recherches, la russe décida d’aller prendre une douche.

Il n’y avait rien de tel que d’exploiter au maximum les réserves d’eau chaude de la Congrégation pour se sentir revivre. Elle passa près d’une heure sous l’eau chaude, n’ayant pas la volonté de quitter la douche. Elle réfléchissait à de nombreuses choses et ne voyait le temps passer. Puis, finalement, lorsqu’elle eut marre de l’eau brûlante contre sa peau, elle quitta la petite cabine afin d’aller se faire une beauté. Au lieu de remettre son uniforme d’exorciste plein de sueur, la jeune femme opta pour une jupe longue. Ce devait bien être l’une des seules jupes descentes qu’elle possédait. Décidément, elle avait bien fait de s’amener de nombreuses tenues lorsqu’elle quitta l’Angleterre. Elle n’avait pas prévu un si long séjour au QG. Après avoir enfilé un sombre chemisier, la jeune femme se chaussa de ses fameux talons aiguille avant de retrouver sa chambre. Comme elle n’avait rien prévu de sa journée, mis à part mettre la main sur Lavi, elle en profita pour se faire une véritable beauté, passant des heures à se coiffer et se maquiller. Lorsqu’elle quitta finalement sa chambre, elle se mit en quête de son amant.

La Congrégation comportait de nombreux étages, de longs couloirs interminables et d’innombrables pièces. Impossible de retrouver une personne au milieu de tout cela. Elle devait s’armer de patience afin de mettre la main dessus. Puisqu’elle ne connaissait pas parfaitement l’endroit, n’y venant que lorsque cela était nécessaire, elle n’était pas tout à fait familière avec certaines ailes. Sans savoir comment elle avait atterri dans certains couloirs, elle continuait de marcher, débouchant toujours sur de nouvelles allées à emprunter. Elle c’était complétement perdue. Avec de la chance, si elle revenait sur ses pas, elle arriverait peut-être à retrouver son chemin. Elle avait bien trop d’orgueil pour chercher une personne en mesure de lui donner des indications claires. Elle préférait se débrouiller seule.

Arrêtée au milieu du couloir, la jeune femme réfléchissait sur le chemin à emprunter. Elle croyait reconnaitre les environs sans arriver à déterminer pourquoi elle y était déjà venue. De toute façon, elle ne put se poser davantage la question. Sans s’y attendre, un jeune garçon la percuta soudainement. Un enfant ? Qu’est-ce que des enfants fichaient dans un lieu pareil ? Et, bien entendu, les parents ne semblaient pas assez compétant pour s’en occuper et l’empêcher de courir partout ! Laissant échapper un long soupire, elle s’apprêtait à tout simplement servir un regard méchant au petit afin qu’il ne recommence plus, mais elle n’en eut pas le temps. Il se faufila sous sa longue jupe, profitant de la longue fente montant jusqu’au début de sa cuisse, se cachant comme si c’était naturel de faire ça. Pas question de le laisser faire ! C’était quoi ces manières ? Les enfants étaient-ils si précoces ? La perversité débutait bien trop tôt, il semblerait. À moins qu’il ne fasse que s’amuser, mais elle ne voyait rien d’amusant dans tout cela.

La jeune femme attrapa le gamin par le bras et le tira hors de sa jupe avec force. Puis, elle se pencha à sa hauteur. Elle était très grande et lui tout petit à côté d’elle. Le fixant dans les yeux d’un air sévère, elle réalisa qu’il lui rappelait quelqu’un. En fait, il était le parfait sosie de Lavi. Il avait une magnifique chevelure rousse dont plusieurs mèches s’éparpillaient çà et là sur sa tête, un cache-œil dissimulait l’un de ses yeux et il portait exactement le même type de tenue que son amant. À moins qu’il ne lui ait caché l’existence d’un enfant illégitime, il semblerait qu’il s’agisse du rouquin. Mais c’était tout simplement impossible ! Comment aurait-il pu devenir un gamin ? Elle ne voyait pas ce qui aurait pu provoquer cela. Elle devait rêver, ce devait être un gamin qui tentait de l’imiter, rien de plus. Elle ne pouvait croire que ce soit Lavi. C’était inconcevable.
Lentement, la jeune femme desserra sa poigne autour du poignet de l’enfant. Son regard c’était adoucie. Elle se questionnait. Elle cherchait de nombreuses réponses qu’elle n’arrivait à trouver. Pourtant, il devait y avoir une explication logique à tout cela.


-« Lavi ? » Fit-elle en sachant qu’elle allait probablement se tromper et avoir l’air totalement stupide devant l’enfant. Elle secoua la tête, se reprit bien rapidement. « Qu’est-ce que tu fais à courrrir comme ça dans les couloirs, gamin ? C’est pas un parrc ici ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Mer 12 Déc - 21:06

Après un rapide repas assez tranquille au cours duquel Reiko en apprit un peu plus sur les traqueurs – et leur triste destinée s'ils ne revenaient guère du champ de bataille – et fit surtout la connaissance du sympathique Jeryy, les deux exorcistes purent se rendre au bureau de Komui, chose qu'ils auraient du faire un peu plus tôt, mais c'était sans compter les intéressantes occupations auxquelles ils s'étaient adonnés... En tout cas, la jeune femme ne s'était pas attendue à un tel accueil. Comment pouvait-on imaginer, pour une bleue, que le chef de la Congrégation s'amusait à mettre un casque de chantier, à s'armer d'un bazooka et à tirer des projectiles sur la porte de son bureau, le tout en étant debout sur son bureau ? Rei pensa sérieusement à demander à Lavi s'il y avait une unité de psychiatrie au quartier général, service duquel l'homme aurait pu s'enfuir. Mais non, apparemment ce n'était pas quelque chose de très surprenant chez le Grand Intendant... un peu abasourdie, elle affirma à Lavi qu'il n'avait rien de changé, ce qui le soulagea grandement.

    « Oh, c'est ça... les inventions en question ? Je m'attendais pas à ça... »


Quoiqu'il en soit, c'est les yeux ronds qu'elle vit Lavi s'en prendre à son supérieur. Enfin, il y avait de quoi. Mais Komui avait l'air de prendre ça très à la légère – trop même. Il ne regagna son sérieux que quand le rouquin se tourna vers celle qui l'accompagnait pour l'enjoindre de se présenter au chef de la Congrégation. Serrant doucement sa main et dévoilant son nom, Reiko ne tarda pas, comme Komui le lui demandait, à sortir son Innocence de sa poche pour la lui montrer. D'après lui il allait falloir la travailler un peu, mais il fallait auparavant aller voir une certaine Hevlaska.

Ne parvenant pas à reprononcer correctement son nom, Rei demanda néanmoins de qui il s'agissait. C'est Lavi qui répondit, lui décrivant rapidement une exorciste « gardienne » des Innocences, un peu impressionnante selon lui. L'infirmière le remercia d'un sourire et d'un hochement de tête pour ses explications. Le plus impressionnant pour l'heure cependant était ce grand ascenseur, semblable à une plateforme au beau milieu de la tour, qui semblait s'enfoncer dans les entrailles de la terre – alors qu'en fait ils ne faisaient que se rapprocher de la surface. L'obscurité se faisant toujours plus intense, la jeune femme se sentait anxieuse, se rapprochant un peu de Lavi qui lui offrit un sourire rassurant. Cela ne la calme que bien peu de temps : bientôt elle fut enlevée du sol, Hevlaska l'ayant soulevée jusqu'à elle afin de calculer son taux de synchronisation, qui s'élevait à 73%. Cela ne lui parla pas beaucoup, mais elle fut soulagée quand l'étrange exorciste la reposa sur la plateforme. Reprenant contenance, c'est là qu'une nouvele surprise l'attendait.

Lavi n'était plus là. Ou plutôt si, mais plus sous sa forme... normale. Il avait l'apparence d'un petit garçon de cinq ans, et surtout il avait appremment tout oublié, ne semblant rien reconnaître autour de lui, pas même la jeune femme qu'il guidait depuis voilà plusieurs semaines. Stupéfaite, elle se représenta tout de même au rouquin, et lui tendit gentiment les bras, histoire de rétablir leur lien de confiance. Lavi vint s'y blottir en silence, et Reiko le souleva de terre, le gardant contre lui tandis qu'elle « rudoyait » Komui, osant espérer qu'il avait un antidote à son produit. Comme elle se sentit abasourdie et épouvantée en entendant les paroles du Grand Intendant ! Reiko était à deux doigts de se mettre en colère, chose pourtant rare chez elle. Elle essaya tant bien que mal de garder son calme en parlant à son supérieur.

    « Et vous testez ça alors que vous n'avez aucune idée des conséquences ?! » Elle se garda d'élever plus encore la voix. « Hayaku yaru, onegaishimasu. »


Soucieuse, elle reporta son attention sur Lavi, confortablement installé contre elle, absent de la conversation, même pas consicent que son état était anormal. Rei aimait beaucoup les enfants, aussi berçait-elle presque machinalement le rouquin dans ses bras. Il était vraiment très mignon comme cela, mais tout de même elle espérait que le Grand Intendant trouverait le moyen de lui rendre son âge et sa mémoire... elle se promit même à l'avenir de faire extrêmement attention si elle devait franchir les portes de son bureau chaotique, ne souhaitant pas recevoir le même genre de traitement voir pire...

Une fois qu'ils eurent regagné les couloirs de la Congrégation, Lavi s'échappa des bras de la jeune femme, qui ne le retint pas. Que voulait-il faire maintenant ? Son attention semblait très portée sur les différents couloirs et portes qui s'offraient à lui... tout naturellement, il proposa donc une partie de cache-cache à l'infirmière, avant de s'enfuir à toutes jambes, au grand désarroi de la jeune femme. Jouer à cache-cache ? Dans cette immense bâtisse qu'elle ne connaissait pas ? Mais il n'était pas temps de réfléchir, mieux valait courir après Lavi qui sprintait à une allure folle.

    « Ah ! Matte ! Attends ! »


Elle lui emboîta le pas, courant après lui, du plus vite qu'elle pouvait pour le suivre et ne pas le perdre dans le dédale de couloirs. Elle continua, le souffle court, jusqu'à ce qu'elle crut l'avoir définitivement perdu de vue. Ralentissant, vérifiant dans plusieurs virages et couloirs, elle se demanda si le petit garçon avait franchi une porte... mais laquelle ? Il y en avait tellement ! Marchant lentement jusqu'au prochain croisement, peu sûre d'elle, elle finit par retomber sur le rouquin, stoppé par une grande femme blonde accroupie à sa hauteur, l'air sévère. Qu'avait-il fait pour mériter pareil regard ? Et ce n'était pas non plus une manière de tenir un enfant aussi fortement par le bras ! Heureusement qu'elle relâcha sa poigne avant de rudoyer le petit. Jugeant le moment opportun pour intervenir, Reiko s'approcha, sans plus aucune timidité, balayée par ses respirations encore courtes.

    « Vous l'avez arrêté, arig... merci beaucoup. C'est qu'il court vite..., fit la jeune femme, reprenant ses mots en anglais, avant de s'abaisser au niveau de l'enfant. Lavi, ce n'est pas le moment de jouer à cache-cache, d'accord ? Sinon on va se perdre tous les deux... je suis désolée, reprit-elle à l'adresse de la blonde, pourriez-vous me dire comment rejoindre le bureau du Grand Intendant ? Je viens juste d'arriver à la Congrégation et jusqu'à peu, c'était Lavi qui me guidait, mais il a eu un petit... ''accident'' avec un produit de Komui. J'espère qu'il trouvera un antidote... »


En attendant la réponse, la japonaise s'accroupit de nouveau face au rouquin, souriant et lui parlant avec gentillesse. Puisqu'il était vraiment redevenu enfant... alors autant se comporter comme si elle parlait à un vrai enfant.

    « Qu'en dis-tu Lavi ? On va revoir le grand monsieur au chapeau blanc de tout à l'heure et ensuite on rejoue à cache-cache ? Tu cours drôlement vite, je suis sûre que tu vas me battre ! » fit-elle en riant doucement, tendant la main vers le petit garçon.
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Jeu 13 Déc - 11:26

Lavi appréhendait toujours de se rendre dans le bureau du Grand Intendant. On ne savait jamais à quoi s'attendre avec lui... Allait-il être en trait de dormir, avachi sur son bureau ? En train de fabriquer une future désastreuse invention ? De houspiller les membres de son équipe qui travaillent déjà plus que lui ? Difficile de savoir. En tout cas, le rouquin ne s'attendait pas à être la cible d'une nouvelle arme à l'effet inconnu. Au moins il n'avait pas été tué et Reiko lui avait assuré qu'il n'avait rien. La jeune femme était apparemment étonnée de voir en quoi consistait les fameuses inventions du chef de la Congrégation. Elle venait d'avoir la preuve en direct que Lavi n'inventait rien...

Plus ou moins rassuré, l'apprenti bookman pu faire ce pourquoi il était là, non sans avoir enguirlander le savant fou. La nouvelle exorciste pu donc se présenter et la conversation se déroula sur un ton bien plus sérieux qu'à leur arrivée. Bientôt, elle serait une exorciste à part entière et posséderait même son propre uniforme. Mais avant tout, elle devait aller voir Hevlaska. Elle ne devait pas s'attendre à une telle apparition, même après les brèves explications de l'apprenti bookman. D'ailleurs cela se confirma à son air surpris, presque effrayé lorsque la gardienne la souleva hors de la plateforme pour voir son taux de synchronisation. Tout se passait pour le mieux... pour elle en tout cas.

Du côté de Lavi, c'était une autre histoire. Venu là en spectateur, ce fut la dernière chose qu'il vit. Comme s'il avait rétrécit au lavage, il était devenu bien plus petit que sa taille originelle, ses vêtements ayant suivi la même transformation. Visiblement, il paraissait d'un garçon de cinq ans... Mais pas que. Il avait également rajeunit intérieurement, comme s'il avait effectué un bon dans le temps... en arrière. Désormais, plus de Lavi. Il n'y avait plus qu'un petit garçon roux qui regardait autour de lui d'un oeil curieux, se demandant où il était. Reiko eut le bon réflexe de venir le voir et de lui parler. Elle n'avait pas l'air méchante et sa douceur donna confiance au garçon qui vint se loger dans ses bras, ne pouvant de toute façon pas aller ailleurs. Et puis il n'était pas très rassuré par ce grand endroit vide et sombre. Seule l'immense chose lumineuse l'intriguait, ne l'effrayant même pas. Komui et Reiko discutaient pendant ce temps, le Grand Intendant n'ayant pas l'air d'avoir de solution miracle sous la main
.

« C'est justement à ça que servent les tests... à être testés ! » souligna t-il comme si c'était évident avant d'ajouter « Il n'est pas tellement en danger, ça ne presse donc pas. Mais ça nous fait un exorciste en moins alors... je vais voir ce que je peux faire mais je ne promet pas une solution en quelques heures seulement. »

Une fois retourné à la surface, le garçon ne pensait même plus à ses craintes, sautant des bras de Reiko. Plongé dans un lieu inconnu, il avait envie de le découvrir et de jouer à la fois. Pourquoi ne pas faire les deux en même temps ? Disparaissant de la vue de Reiko sans attendre une réponse positive de sa part, le rouquin chercha un endroit où se cacher. Il y en avait tant... mais alors qu'il cherchait, il percuta quelqu'un qu'il n'avait pas vu. La dame portait une longue jupe dont la feinte invitait à venir s'y faufiler. Voilà une parfaite cachette ! Mieux que derrière un rideau ! Et puis ainsi, il se sentait plus en sécurité... comme près de sa mère. Cependant, il ne pu y rester caché que quelques secondes, rapidement extrait de là par celle à qui appartenait la paire de jambes contre laquelle il était. Ne s'attendant pas du tout à être tiré ainsi, il manqua de chuter, perdant l'équilibre. Heureusement dans un sens, elle le tenait fermement par le bras, l'empêchant donc de tomber... et de fuir son étreinte qui lui faisait d'ailleurs mal. Elle le regardait d'un air sévère comme s'il avait fait une grosse bêtise. Il ignorait qui elle était mais elle lui faisait peur. Il n'osa même pas dire qu'elle lui faisait mal, se contentant de baisser les yeux dans une moue triste, penaud. Qu'avait-il fait de si mal ? Il ne faisait que jouer... Puis, elle sembla se radoucir un peu sans vraiment de raison, l'appelant par un nom qui n'était pas le sien. Il secoua légèrement la tête comme pour signifier qu'elle se trompait de personne, il ne connaissait pas de Lavi. Et cette fois, elle le gronda pour de bon, comme si courir dans les couloirs était un crime.

« Mais... j'ai pas fait de bêtise... je voulais juste jouer... » expliqua t-il d'une petite voix hésitante

Au moins elle l'avait lâché et il se sentait déjà un peu moins menacé. Reiko arriva pile à ce moment là, remerciant la femme blonde pour une raison qui semblait inconnue au garçon. Elles se connaissaient ? Sans doute pas. Reiko se pencha à nouveau vers le garçon pour lui parler mais il avait peur de se faire gronder à nouveau. Du coup, il jouait nerveusement avec ses doigts, regardant le sol. Visiblement, les gens d'ici n'étaient pas très joueurs, dommage. Mais pourquoi l'appelait-on encore Lavi ? Sans doute le confondait-on avec un autre enfant.

Après une discussion entre grandes personnes, Reiko se remit à sa hauteur pour lui parler gentiment. Déjà il se sentait un peu mieux, surtout à cause de la proposition de jeu. Néanmoins il ne comprenait pas... D'un côté il sentait qu'il n'avait pas le droit, comme on le lui avait dit plus tôt et d'une autre côté, elle lui proposait tout de même. C'était un piège pour savoir s'il était obéissant ? A vrai dire il s'en moquait, tant qu'il pouvait jouer. Mais il n'était pas question qu'il retourne voir l'autre grand monsieur... Il lui faisait peur. Pour tout début de réponse, il secoua vigoureusement la tête.


« Non, il fait peur, je veux pas le voir ! J'ai faim ! On mange quand ? On est où ici ? Y a d'autres enfants hein ? » demanda t-il en les regardant tour à tour

Puis il se souvint de l'erreur encore commise. Il en avait assez qu'on le confonde et il planta son regard dans celui de Reiko pour qu'elle comprenne bien qu'elle faisait erreur sur la personne.


« Je m'appelle pas Lavi... » marmonna t-il, un peu contrarié que les gens ne fassent que se tromper

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff
l'Double effet Kiss Kool
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 21/03/2012
Age : 24
Localisation : Dans mon terrier =D

Feuille de personnage
Age : 23 Ans
Nationalité : Russe
Surnom : Nora / Bloody

MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Jeu 13 Déc - 21:34

Eleonnora n’avait jamais eu la fibre maternelle. En fait, elle n’avait jamais vraiment aimé les enfants. Elle avait toujours grandit loin des autres gamins, elle était solitaire de nature. Comme elle n’avait pas eu droit à l’amour d’une mère et l’attention d’un père, cela influençait son comportement envers les enfants. Elle ne savait pas comment se comporter avec eux, si ce n’était que de les faire obéir en se montrant sévère et intransigeante. N’importe quel môme aurait peur d’elle et ferait tout ce qu’elle désirait par crainte de représailles. Elle, de son côté, elle ne céderait pas aux petits yeux doux et aux tentatives de manipulations. Enfin, elle se croyait assez forte pour ça.

Un gamin s’était faufilé sous sa jupe et elle l’avait aussitôt extirpé de cet endroit loin d’être propice à l’amusement. Le toisant d’un œil sévère, elle se baissa à sa hauteur afin de le gronder. Il était tout petit, il devait avoir quatre ou cinq ans, sans plus. Un détail l’intriguait chez lui. Il ressemblait à Lavi. En fait, c’était son portrait craché. Il était identique, portant le même cache œil, les mêmes vêtements. Il était tout simplement adorable. Si Eleonnora approuvait un profond désir envers le jeune adulte qu’était le rouquin, elle était tout simplement attendrit par sa version miniature. Si mignon, si pervers… Le petit se cachait pour elle ne savait qu’elle raison sous sa jupe alors que le plus grand avait l’habitude d’y passer ses mains afin de la tripoter. Comme quoi, il était destiné à voir sous les jupes des femmes.

Enfin, encore fallait-il qu’il s’agisse de Lavi. Cependant, la ressemblance était si frappante, elle ne saurait quoi penser face à cette étrange situation. Lentement, elle lâcha doucement le bras du gamin qui secouait la tête alors qu’elle lui adressait la parole. Avait-il peur d’elle ? Probablement, elle faisait cet effet-là à la majorité des gens. Peut-être devait-elle tenter de le réconforter ? Et puis quand encore ! Depuis quand devenait-elle gaga devant le premier bambin venu ? Peut-être depuis le moment où elle constata qu’il était le portrait craché de son amant.


-« Mais... j'ai pas fait de bêtise... je voulais juste jouer... »

-« Jouer sous la jupe d’une femme ? Ce n’est pas un endrrroit pour jouer, ici. »

Des bruits de pas dans le couloir. Quelqu’un approchait. Levant la tête, Eleonnora aperçu bien vite une jeune femme asiatique accourir à leurs côtés. Elle semblait essoufflée. Visiblement, elle en avait après le gamin qui avait probablement échappé à sa surveillance. Elle la remercia de l’avoir stopper dans sa course. En fait, elle n’avait pas fait grand-chose, le gamin l’ayant simplement heurté de plein fouet avant de se dissimuler sous sa jupe.
Ce qui l’accrocha, dans les paroles de la femme, ce fut le prénom du bambin. Lavi. Alors c’était vraiment lui ? Elle n’hallucinait pas ? Comment était-ce possible ? Qui avait osé transformer son amant en enfant ? Elle n’en revenait tout simplement pas. Bien qu’elle ait commencé à s’en douter, à se poser des questions, elle aurait aimé que la vérité soit toute autre. Qu’allait-elle faire, maintenant ? Elle ne comptait pas laisser le petit Lavi seul avec cette femme qu’elle ne connaissait pas. Elle préférait les accompagner jusqu’au bureau de… Komui ? Qu’avait-elle encore fait, celui-là ? Bien entendu, la réponse était loin de plaire à la jeune femme qui fronça les sourcils. Un jour, elle finira par réellement l’encastrer dans le mur, celui-là. Que c’était-il passé, exactement ? Comment avait-il pu faire ça ? Elle allait lui en toucher deux mots, à Komui, et ce ne sera certainement pas beau à voir. Le pire dans tout cela était le fait qu’il n’existait pas d’antidotes à ce foutu produit et cela ne faisait qu’aggraver la colère de la jeune femme. Elle n’allait certainement pas laisser Lavi dans cet état et attendre qu’il soit de nouveau le jeune homme qu’elle connaissait, elle aura le temps de se décomposer et de ne plus être attirante à ses yeux ! Hors de question ! Et puis, bien que le petit Lavi était mignon, il lui sera impossible d’avoir de merveilleuses conversations sur tout et rien comme ils le faisaient toujours. Depuis quand on pouvait traiter de sujets sérieux avec des gamins de l’âge du petit ?

La jeune femme qui était en compagnie de Lavi au moment de la tragédie adressa quelques mots au bambin, lui proposant de faire la course jusqu’au bureau de Komui. Elle semblait si douce et gentille, le parfait contraire d’Eleonnora. Pour toute réponse, le gamin secoua vivement la tête, refusant d’aller à la rencontre du grand Intendant. La russe ne pouvait que le comprendre, elle en avait autant envie que lui. Pourquoi ne pas aller manger un peu, comme il le souhaitait ? Ça sera probablement bénéfique à tout le monde ici.
La jeune femme se tourna vers l’asiatique afin de lui faire part de cette idée merveilleuse qui était de ne pas se rendre immédiatement au bureau de Komui.


-« Amenons- le manger. Si je croise Komui dans les minutes qui suivent, ce n’est plus de lui que le gamin aura peur, mais de moi. »

Puis, le gamin affirma qu’il ne se nommait pas Lavi. Comment était-ce possible ? La jeune femme l’avait pourtant nommé ainsi. À moins que le gamin ne joue à un jeu où il décidait de ne plus avoir le même prénom ? Elle ne voyait que cela. Il était bien évident qu’il s’agissait de la version miniature de son amant et avec l’accident évoquer par la femme, toute l’histoire s’imbriquait à la perfection, comme un casse-tête.

-«Comment tu t’appelles, alors ? » Demanda-t-elle de la voix la plus douce et non sensuelle qu’elle pouvait avoir.

À peine discutait-elle avec le gamin qu’elle avait l’impression que les échanges avec lui seront longs et pénible. Si elle était incapable de veiller sur lui, elle le filera à l’asiatique à ses côtés. Elle semblait avoir bien plus la fibre maternelle qu’elle. À la regarder agir, peut-être qu’elle comprendra comment on s’occupe d’un enfant.

Se redressant, la jeune femme s’étira, un court moment. Elle en avait marre d’être accroupie. Il était temps de se rendre à la cuisine. Après avoir ingérer une bonne dose de sucre, ce sera le moment d’aller voir Komui. Eleonnora espérait fortement que l’Intendant avait déjà conçu l’antidote visant à rendre au rouquin son apparence et sa personnalité d’avant.


-« On va manger ? Ils ont tout un tas de suc…sucrr… dessert à la cuisine. » Proposa-t-elle au gamin.

Lorsqu’elle le vit se précipiter dans le couloir, un soupire franchis ses lèvres. Pas question de courir derrière lui. Elle n’allait pas le laisser se perdre dans un endroit qu’elle ne connaissait pas parfaitement bien. Elle allait lui montrer comment se comporter en ces lieux et, surtout en sa présence. Bien que ce soit un enfant, il n’était pas trop tôt pour lui de commencer à apprendre comment les choses fonctionnaient. Si son père l’avait ainsi élevée, ce ne devait pas être tant une mauvaise chose, non ?


-« Hey ! Rrrreviens ici ! Tu ne cours pas comme ça dans les couloirs, c’est clair ? »

Elle allait probablement se retrouver à faire la discipline de Lavi, à présent. Si, au moins, il pouvait marcher à leurs côtés, ce serait déjà ça de gagné. Elle n’avait pas envie de lui courir partout, dans les couloirs de la Congrégation. Il allait peut-être la détester, mais une fois qu’il sera redevenu le grand Lavi qu’elle connaissait, il lui suffira de lui présenter son corps sur un plateau d’argent en guise d’excuse… ou elle pourrait tout aussi bien s’excuser de son comportement, ce qui était nettement moins probable.

Observant la jeune femme asiatique à ses côtés, Eleonnora se dit qu’il serait bien de se présenter. Ce serait bien de connaitre son prénom. Bien que les présentations n’étaient pas son fort, elle pouvait toujours faire un effort, ce sera toujours moins éprouvant que de gérer un enfant hyperactif.


-« Je m’appelle Eleonnora. »

Et voilà, c’était dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Ven 14 Déc - 23:43

Vraiment, l'infirmière ne s'était pas attendue à rencontrer un pareil personnage, malgré les descriptions que lui en avait fait Lavi. C'était au-delà de tout ce qu'elle pouvait imaginer, et la surprise pouvait aisément se lire sur son visage. Malgré les apparences pourtant, le chef de la Congrégation n'était pas un fou furieux que l'on aurait enfermé dans un laboratoire rempli de dangeureuses substances... le Grand Intendant finit néanmoins par retrouver un peu de sérieux pour saluer la nouvelle exorciste et l'emmener bientôt avec lui voir Hevlaska, la gardienne des Innocences selon les explications de l'apprenti Bookman.

Déambuler dans la tour du quartier général était en soi assez impressionnant, vu la grandeur et la largeur des lieux, mais ce n'était rien comparé à la rencontre entre Reiko et la Gardienne. Soulevée de terre par la blanche entité, Rei ne put retenir un cri à la fois de surprise et de frayeur. Elle n'aimait pas non plus l'étrange sensation d'être analysée par Hevlaska, comme si elle lisait en elle tandis qu'elle calculait son taux de synchronisation avec l'Innocence. Heureusement, cela ne dura pas très longtemps. Une fois que le chiffre fut révélé et que quelques obscures explications furent données à la jeune femme, celle-ci se vit enfin libérée de l'emprise de l'exorciste. Cependant une autre surprise l'attendait maintenant.

Sur la plateforme, plus de trace de Lavi, mais un petit garçon lui ressemblant avait pris sa place. Reiko ne tarda pas à faire le lien entre ce nouvel aspect du rouquin et l'effet de la bombe fumigène de Komui à laquelle le jeune homme avait été exposé quelques moments plus tôt. Surpassant son ébahissement quant à l'étrangeté de la chose, l'infirmière dut faire preuve de calme devant son supérieur qu'elle rudoya un peu en lui demandant de trouver un remède. Utiliser les exorcistes comme témoins pour les tests... non mais vraiment ! Ce n'était pas un comportement responsable... Tenant Lavi dans ses bras pendant qu'elle parlait avec le chef de la Congrégation, elle lui répondit :

    « Non, mais si vous ne savez pas ce qui peut lui arriver en plus, mieux vaut que vous trouviez quelque chose pour lui rendre son âge au plus vite... et puis vous devriez tester vos inventions sur autre chose... »


Elle se garda bien d'ajouter « sur vous-même par exemple ». Elle ne se le serait pas permise, bien qu'elle le pensait néanmoins. Souriant gentiment à Lavi pour le remettre en confiance, elle le laissa descendre de ses bras une fois que la plateforme eut regagné leur étage de départ. Mais elle ne s'était guère attendue à ce que Lavi lui échappe et se mette à courir dans des couloirs qui lui étaient complètement incoonus. Lui courant après, craignant à plusieurs reprises l'avoir perdu, elle finit par le trouver en présence d'une grande femme blonde qui semblait le réprimander sévèrement. Certes ce n'était pas un endroit pour jouer...

Reiko aimait beaucoup les enfants. À vrai dire, elle aurait aimé avoir un petit frère ou une petite sœur, mais elle n'avait pas eu cette chance. À la place, elle était toujours très touchée par les bambins et aimait beaucoup s'en occuper. Après avoir brièvement expliqué la situation à la femme, l'infirmière se remit au niveau de l'enfant afin de lui proposer un petit compromis. Son air peunaud l'attendrit beaucoup, et sa voix ne s'en fit que plus douce encore. Elle lui offrit donc de retourner voir Komui avant de se remettre à jouer dans d'autres étages, là où elle serait sûre de ne pas le perdre. Mais comme attendu, cela n'était pas de son goût de retourner voir le Grand Intendant qui lui faisait peur. Enf tout cas, il semblait avoir faim. Levant la tête vers la blonde, avec de grands yeux étonnés quant à ses paroles, elle ne tarda pas à acquiescer.

    « Je crois aussi... d'accord, fit-elle en se retournant vers Lavi, on va t'emmener manger ! Et après on pourra jouer. Je ne crois pas qu'il y ait d'autres enfants ici, mais ça n'empêche pas que l'on peut s'amuser. »


En revanche, les propos du rouquin la firent sourciller. Comment ça il ne s'appelait pas Lavi ? Avait-il un autre nom ? La grande blonde la précéda, demandant au petit garçon quel était son nom. Étrange... peut-être avait-il un surnom quand il avait cet âge et qu'il en gardait le souvenir. De même elle reprit la parole en lui proposant d'aller manger des sucreries à la cuisine. Voilà qui devrait le calmer... ou pas. Du moins il cesserait de courir partout et de se perdre. Se relevant, les genoux endoloris par la position accroupie, Reiko laissa filer le petit rouquin devant elles, bien vite rappelé à l'ordre par la blonde. En voilà une qui était autoritaire ! Quelle était donc sa fonction au sein de la Congrégation ? D'ailleurs, la voilà qui se présentait à l'infirmière sous le nom d'Eleonnora.

    « Ah pardon, avec tout cela je ne me suis pas présentée ! Enchantée, je m'appelle Reiko. Je suis une nouvelle exorciste... d'où le fait que je sois un peu perdue. » fit-elle avec un doux rire qui se voulait apaisant. « Et vous mademoiselle ? »


Il ne fallait surtout pas que l'angoisse la regagne de nouveau. Peu après, l'enfant revint vers elles, impatient, et les prit par les mains afin de les tirer avec lui dans les couloirs. Seulement voilà, où aller ? Après quelques petits tours, ils finirent par trouver les escaliers menant aux autres étages. Enfin ! Ils allaient pouvoir regagner les pièces bien plus connues. Empruntant les marches, ils n'en eurent guère plus pour longtemps avant de rejoindre la cuisine.

    « Et voilà, retour en terrain connu... que veux-tu manger, dis-moi ? » fit-elle à l'adresse de Lavi.


Quelque soit le nom qu'il se donnait, pour elle, il restait Lavi. Jeryy étant absent, c'étaient à elles de préparer quelque chose à manger... quoiqu'Eleonnora semblait plus tournée vers les aliments riches en sucre. Sortant divers ingrédients en ouvrant quelques placards, elle gardait l'œil sur l'apprenti Bookman rajeuni tout en essayant de faire la conversation avec la blonde.

    « Il m'avait bien parlé des étranges inventions de Komui, mais vraiment, je n'aurais cru que ça pouvait en arriver là... c'est très souvent comme ça ? » lui demanda-t-elle.


Maintenant que le rouquin ne pouvait plus la guider, elle devait se débrouiller seule et reprendre ses esprits sans son aide. Ce qui n'était peut-être pas plus mal au final. Elle devait avancer par elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Sam 15 Déc - 10:29

Komui voulait toujours avoir le dernier mot, toujours. Même s'il était complétement en tord, il n'assumait jamais ses fautes, étant le champion pour trouver des excuses et autres faux prétextes pour le disculper ou atténuer les conséquences de ses désastreuses inventions. Aujourd'hui n'échappait pas à la règle. Après tout, comme aurait-il pu prévoir que quelqu'un allait entrer pile au moment où il pressait la détente ? Le hasard, voilà tout... et peut-être que s'il avait peint la cible ailleurs que sur la porte, il y aurait eu moins de risques sans doute... Ce qui était fait était fait et il ne servait donc à rien de tergiverser là dessus.

« Je n'avais pas prévu que quelqu'un entrerait à ce moment là figurez vous... Enfin, je vais me mettre à la tâche, vous aurez de mes nouvelles bientôt ! ... sans doute... »

Sur ces mots, le Grand Intendant fila dans les couloirs à peine la plateforme arrivée à destination. Ce fut également le cas du petit Lavi qui, sautant hors des bras de Reiko, en profita pour courir dans les couloirs, bien décidé à jouer à cache-cache sans vraiment lui avoir demandé son avis. Ainsi, il gagnait un temps précieux et pouvait trouver la meilleure des cachettes ! Et elle se trouvait d'ailleurs sous la longue jupe d'une grande femme blonde qui ne l'y laissa pas très longtemps malheureusement. Un peu brusqué, le garçon ne savait pas trop comment réagir. Il se faisait gronder et même s'il n'avait pas eu peur, il avait eu un peu mal. Il s'expliqua d'un air penaud, ne comprenant pas ce qu'il avait fait de mal au juste. La femme prétexta que ce n'était pas une cachette. Pas une cachette ? Pourtant c'était la meilleure qu'il avait trouvé ! Et puis cette longue fente sur le côté... ce n'était pas fait pour ça ? C'était comme une invitation à s'y faufiler !

« Mais c'était une chouette cachette ! Et puis pourquoi y a une fente si c'est pas pour s'y cacher ? »

Ah les questions des enfants... Toujours pleines de "pourquoi" et de demandes étranges et farfelues... parfois un peu trop directes. Lavi regardait la grande blonde avec de grands yeux (enfin le seul visible). La présence de son cache-oeil ne semblait pas le gêner, preuve qu'il le portait depuis longtemps. A moins qu'il ne trouve que cela lui donnait un petit air de pirate et que c'était amusant. Allez savoir.
Reiko les rejoignit, s'adressant un peu à la jeune femme avant de se mettre à la hauteur du garçon à son tour. Allez voir le grand monsieur bizarre ? Certainement pas ! Le garçon préférait être privé de jouer toute la journée plutôt que d'aller le voir. Il ne savait pas pourquoi mais il en avait peur. Même la grande dame blonde à l'air sévère lui faisait moins peur. Exprimant son refus, il enchaina plusieurs questions sans oublier de signaler qu'il avait faim, espérant qu'elles écouteraient sa supplique et répondraient à ses questions. La dame blonde s'adressa à Reiko plutôt qu'à lui mais elle disait l'emmener manger. Ca c'était une bonne nouvelle ! Pas de monsieur bizarre pour le moment ! Un grand sourire se dessina sur les lèvres du garçon, soudainement impatient de grignoter quelque chose. Reiko s'adressa à nouveau à lui et il hocha vivement la tête. Pas d'autres enfants ? Tant pis, il trouverait de toute façon de quoi s'occuper, il avait l'habitude après tout.


« Vous jouerez avec moi hein ? Hein ? » demanda t-il plein d'espoir

Cependant, il y avait une ombre au tableau. Pourquoi n'arrêtaient-elles pas de l'appeler Lavi ? Si elles le confondaient avec un autre, il devait leur dire. Comme ça il aurait peut-être davantage le droit de jouer et qu'il n'aurait pas à aller voir l'autre monsieur plus tard ? De toute façon il fallait qu'il mette les choses au clair. Et puis Lavi c'était un nom vraiment trop bizarre... Au moins, la grande dame blonde lui parlait plus gentiment et il se sentit plus en confiance.


« Den ! Maman m'a dit que ça voulait dire "Tanière", parce que comme ça, même si je suis tout seul, ben je serais mon propre refuge... ou quelque chose comme ça. » expliqua t-il fièrement avant de regarder autour de lui

Elle était où sa mère d'ailleurs ? C'était quoi ce drôle d'endroit ? Personne ne lui avait répondu. Pour le moment il n'y prêta pas trop attention mais il désirait quand même avoir réponse à ses questions. Maintenant que les deux femmes s'étaient redressées, cela allait être plus difficile pour capter leur attention. La grande femme blonde proposa d'aller manger, promettant des desserts. Ravi, le garçon hocha la tête, tout sourire.


« Miam ! C'est quoi ton dessert préféré toi ? Et toi ? » demanda t-il successivement aux deux femmes

Mais une fois la réponse obtenue, mini Lavi n'en pouvait plus d'attendre. Il se précipita donc en avant, désireux d'atteindre rapidement la cuisine. Mais plusieurs mètres plus loin, il se stoppa. Pas vraiment à cause des réprimandes de la dame blonde, mais parce qu'il ignorait tout simplement où était la dite cuisine. Il se faisait encore gronder... Rapidement, il revint vers les deux femmes et se plaça entre elles, leur prenant chacune une main, les tirant un peu. Ainsi, il espérait aller plus vite mais cela ne semblait pas tellement fonctionner. Néanmoins cela n'avait pas l'air de les gêner puisqu'elles se parlaient mais ne faisaient plus attention à lui. Le garçon essayait de suivre la conversation mais ne comprenait pas de quoi elles parlaient.


« C'est quoi un exorciste ? » demanda t-il, la tête levé vers elles

Toujours curieux, il voulait connaitre ces termes qu'il ne connaissait pas. En fait, il savait ce que c'était, il l'avait déjà lu dans un livre. Néanmoins, Reiko ne ressemblait pas à un vieux monsieur vêtu d'une bure et qui agitait une croix en bois. Sans doute se trompait-il de terme, il n'y avait pas d'autre explication. Du coup, il attendait sagement la réponse, un peu moins pressé d'arriver à la cuisine. Par chance leur destination n'était pas très loin et ils atteignirent rapidement l'endroit annoncé. Mini Lavi lâcha les mains des femmes et s'installa aussitôt à la table au centre de la cuisine, prêt à manger tout ce qui se présenterait devant lui, pas très difficile. Mais Reiko lui demanda ce qu'il désirait
.

« Hmm je sais pas... On mange quoi ici d'habitude ? Je veux comme vous ! Et puis des desserts avec du chocolat ! »

Les deux femmes parlaient à nouveau entre elles et Lavi se souvint qu'il avait une question à laquelle il désirait une réponse. Pour attirer plus facilement leur attention, il se hissa sur la table et se mit debout dessus, atteignant plus facilement leur hauteur.

« Vous m'avez pas dit ! C'est où ici ? Maman est pas là ? » demanda t-il en espérant cette fois obtenir une réponse

Néanmoins, il ne resta pas sur la table très longtemps. Eleonnora l'attrapa et le porta un peu comme un sac à patates. Sans doute n'avait-il pas non plus le droit de monter sur la table. C'était une vraie prison ici, rien le droit de faire ! Et Eleonnora en faisait une sacrée bonne gardienne... Pas démonté pour autant par ce geste, Lavi écarta les bras et fit le bruit de l'avion, visiblement plus amusé qu'autre chose.


« Plus vite Léo ! » lui cria t-il en espérant qu'elle le fasse, agitant la main à l'adresse de Reiko lorsqu'ils passèrent près d'elle

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff
l'Double effet Kiss Kool
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 21/03/2012
Age : 24
Localisation : Dans mon terrier =D

Feuille de personnage
Age : 23 Ans
Nationalité : Russe
Surnom : Nora / Bloody

MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Dim 16 Déc - 0:52

En cherchant son amant dans les couloirs de la Congrégation, Eleonnora ne s’était pas attendue à tomber sur lui… âgé de cinq ans. Que s’était-il passé ? Il était clair que c’était la faute de Komui d’après les informations que la jeune femme d’origine asiatique lui avait transmise. Que faire, à présent ? Elle n’était pas douée avec les enfants, elle ne pouvait pas s’occuper d’un gamin ! Elle aurait bien pu le laisser à la jeune femme, lui dire de s’en occuper et d’aller voir le grand Intendant, mais elle ne pouvait s’y résoudre. Pas avec Lavi. Peu importe qui aurait été l’enfant, elle l’aurait laissé en plan, avec un autre adulte. Cependant, il s’agissait de son amant, bien qu’il était loin d’être le même. Elle ne pouvait le considérer comme tel pour l’instant. Alors qu’elle avait l’enfant sous les yeux, elle avait du mal à penser à la moindre scène érotique avec lui. Bien qu’elle l’imaginait plus vieux, elle finissait toujours par avoir l’image de cet enfant qui l’empêchait de penser au simple fait de lui retirer son chandail. Il fallait absolument un antidote.

Tout juste avant l’arrivée de la femme, Eleonnora avait attrapé le gamin par le bras, alors qu’il s’était dissimulé sous sa jupe, afin de le sortir de là. Elle le réprimanda sévèrement, accroupie à sa hauteur, lui expliquant que ce n’était pas une chose à faire. Non mais, quelle idée de se cacher sous sa jupe ? Le petit semblait, à présent, tout triste, réalisant qu’il avait commis une bêtise. Il posa, cependant, une question qui dérouta Nora. Comment devait-elle lui expliquer que la fente de sa jupe n’était pas une invitation à se cacher, mais bien une façon de montrer davantage ses jolies jambes ?


-« C’est pour… pour que ce soit plus facile de marcher. »

Elle n’avait trouvé rien de mieux. Heureusement que la jeune femme se trouvant auprès de Lavi au moment de l’accident vint les rejoindre. Ce sera peut-être plus facile de gérer le gamin, surtout qu’elle semblait bien plus douée qu’Eleonnora. Cette dernière tentait de se faire oublier de l’enfant, afin qu’il ne lui pose plus de questions impossibles à répondre. Cependant, elle lui proposa tout de même de se rendre à la cuisine afin de faire le plein de sucre. L’idée de se rendre au bureau ne Komui ne lui plaisait pas vraiment. Déjà qu’en temps normal, elle avait terriblement envie de le jeter par la fenêtre, cette fois-ci, il faudra tout faire pour la retenir. Pour l’instant, il valait mieux conserver une distance de sécurité entre elle et lui.

L’enfant affirmait ne pas se nommer Lavi. Intriguée par cela, Eleonnora lui demanda quel était son véritable prénom. Elle avait toujours connu un seul nom en ce qui concerne le bookman, jamais elle ne l’avait entendu dire qu’il avait changé d’identité ou quoi que ce soit du genre. Elle supposa que c’était le cas lorsque le petit se mis à parler et leur expliqua qu’il s’appelait Den. Jamais elle n’avait entendu un tel prénom, auparavant. Même si le petit insistait sur le fait qu’il se nommait ainsi, l’exorciste ne pourra s’empêcher de l’appeler Lavi. C’était une habitude qu’elle ne perdra pas.

Puis, l’enfant pensa aux desserts promis. Tout joyeux, il demanda aux deux femmes quel était leur dessert préféré. Que répondre à cela ? Elle mangeait un peu de tout, n’avait pas tellement de plats favoris, malgré qu’elle adorait le chocolat. Mais il y avait bien ce dessert qu’elle avait mangé il y a très longtemps… Elle en raffolait lorsqu’elle était gamine. Il serait peut-être bon qu’elle demanda à Jerry de lui cuisiner cela, un jour.


-« Mon dessert favori… C’est un bon gâteau de Russie. Ptitchie moloko. »

Elle lui offrit un petit sourire avant de se redresser. Ce n’était pas très confortable de rester dans cette position. Prête à se rendre en cuisine, la jeune femme s’avança lentement dans le couloir, mais le gamin fut plus rapide et la dépassa en un instant, courant devant elle. Bien rapidement, elle le rappela à l’ordre et le petit fit demi-tour. Elle n’allait certainement pas le laisser courir dans la Congrégation. Il attrapa sa main, ainsi que celle de la dénommée Reiko, les entrainant ainsi à son rythme, jusqu’au paradis des sucreries. Pendant ce temps, Eleonnora faisait connaissance avec la jeune femme qui se présenta comme une nouvelle exorciste. Intérieurement, se demanda si elle était aussi incompétente au combat que Stephen. Si tel était le cas, valait mieux que Komui évite de les mettre dans la même équipe. Elle avait déjà supporté un boulet, ça lui avait été suffisant.

-« Je suis aussi une exorciste… » Répondit-elle simplement. « Il y a longtemps que tu es ici ? Tu es allée en mission ?»

Puis, Lavi demanda ce qu’était un exorciste. Il avait, décidément, tout oublié en rajeunissant. Il fallait donc lui dire clairement ce qu’elles étaient afin de satisfaire leur curiosité. Elle préférait prendre la parole et l’expliquer plutôt que de laisser Reiko, nouvellement arrivée, expliquer quelque chose qu’elle ne comprenait peut-être pas pleinement. Après tout, si elle était nouvelle en ces lieux, pas très familière avec le rôle des exorcistes, elle ne désirera peut-être pas prendre la parole. Alors qu’elle allait expliquer le rôle d’exorciste, elle réalisa que c’était trop difficile pour un enfant de comprendre. Aussi, elle retira la mots compliqué et allégea un peu les explications.

-« Les exorcistes sont des perrsonnes qui détrrruisent des monstres. »

Au moins, ça aura le mérite d’être clair. Elle ne devait pas se casser la tête lorsqu’elle s’adressait à Lavi. Elle devait faire preuve de simplicité, rien de plus. Une fois à la cuisine, la jeune femme entreprit de trouver du chocolat. Elle avait terriblement envie d’en manger. Malgré tout, elle ne s’éloigna pas de Reiko, discutant toujours avec celle-ci pendant que le gamin explorait la pièce. La jeune asiatique était étonnée par ce que pouvait causer les inventions de Komui et demanda si ce genre de chose, comme ce qui venait de se produire avec Lavi, arrivait souvent. Tout le monde fini par être surpris par les imbécilités que pouvait faire le grand Intendant. Au départ, on croit qu’il s’agit d’une plaisanterie, que tout cela est exagéré puis, au final, on réalise de nos propres yeux que, malheureusement, les rumeurs à son sujet étaient fondées.

-« Je ne suis pas ici assez souvent pour le constater, heurrreusement. Mais il parrrait que si. »

S’éloignant de la jeune femme, Eleonnora constata que le petit Lavi était monté sur la table. Cela ne se faisait pas, elle n’allait pas tarder à le lui faire remarquer. Ne prenant pas la peine de lui répondre, elle s’approcha de lui et l’agrippa comme s’il était un sac de patate, sur son épaule. Lorsqu’elle marchait, il s’amusait à imiter le bruit d’un avion. Il lui demanda d’aller plus vite, lui donnant un surnom qui lui fit froncer les sourcils. Léo ? C’était quoi ce surnom ? Elle n’était pas certaine d’apprécier. Elle céda à sa demanda, marchant plus rapidement, tournoyant sur elle-même, afin de l’amuser. Elle espérait seulement qu’il ne l’appelle plus par ce surnom étrange.

Elle se balada ainsi, avec lui, dans la pièce, fouillant les placards d’une main, le tenant de l’autre, à la recherche de chocolat. Elle tomba sur une boite de cornets à crème glacée et une idée lui vint en tête. Bien qu’elle n’était pas du genre à faire des plaisanteries, elle savait que Lavi adorait ça. Elle redressa un peu le rouquin afin de mieux le tenir dans ses bras, puis le donna le cornet. Elle s’approcha de son oreille afin de murmurer quelques mots.


-« On va mettrrre le cornet sur sa tête, comme un chapeau. »

Elle désigna Reiko, qui lui tournait le dos, de l’index. Puis, la jeune femme se mis en marche, s’approchant innocemment d’elle. Elle s’installa à ses côtés afin de lui parler comme si rien n’était, pendant qu’elle laissait le soin à Lavi d’exécuter leur petit plan.

-« Tu as trrrouvé du chocolat ? »
Demanda-t-elle à Reiko.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Dim 16 Déc - 15:18

Reiko trouvait que le Grand Intendant faisait preuve d'une mauvaise foi et d'un manque de responsabilité incroyable pour quelqu'un dont le poste était si important. Voilà où ils en étaient à présent ! Lavi avait rajeuni et était revenu à l'âge de cinq ans, le privant ainsi de ses souvenirs et de sa fonction d'exorciste. Mais Komui n'avait pas l'air plus choqué que cela. Quelle idée vraiment de viser la porte de son bureau pour tester une invention dont il n'avait même pas la moindre idée des effets ! La jeune femme se promit de s'y rendre le moins souvent possible ; elle tenait guère à ce qui lui arrive la même chose qu'à l'apprenti Bookman, voire même pire que cela. Elle n'eut guère le temps de répliquer à son supérieur, puisque ce dernier, une fois la plateforme arrivée à l'étage adéquat, disparut sans demander son reste, affirmant qu'il allait se mettre à chercher l'antidote. Il avait bien intérêt ! Reiko quant à elle ne disposait d'aucune connaissance magique, n'étant compétente que dans le domaine des soins, remèdes et poisons, elle ne pouvait donc être d'aucun secours à Lavi...

Ce dernier d'ailleurs ne tarda pas à lui filer entre les bras pour se mettre à courir dans les couloirs à la recherche d'une cachette. Rei n'avait rien contre les jeux, bien au contraire, mais là ce n'était ni le moment ni l'endroit pour jouer à cache-cache. Craignant de perdre l'enfant, elle se mit à le courser et finit par le retrouver encompagnie d'une grande femme blonde qui semblait lui faire la morale. Rei remercia la personne et s'adressa à Lavi, lui proposant un compromis qui, l'infirmière aurait du s'en douter, ne lui allait pas. Bien sûr, il y avait peu de chances pour qu'il ait envie de revoir Komui... mais le fait de se rendre à la cuisine semblait leur aller à tous les deux, l'enfant et la blonde. La jeune femme rit doucement à l'enthousiasme du petit rouquin.

    « Mais oui, promis, on s'amusera tous ensemble. » dit-elle en lui ébouriffant gentiment les cheveux.


En revanche, il les démentit sur son prénom. Il ne s'appelait donc pas Lavi, mais Den ? Bizarre... Reiko se dit pourtant que quand il redeviendrait adulte, elle l'appelerait toujours Lavi... enfin, maintenant il fallait faire quelques efforts pour le nommer comme il le voulait. Rei acquiesça donc avec un sourire, pour lui signifier qu'elle avait bien compris. Elle se mit à réfléchir ensuite. Son dessert préféré ? Voyons... en Italie, il y avait beaucoup de desserts alcoolisés, ce qu'elle aimait beaucoup, mais elle ne pouvait répondre cela à l'enfant...

    « Hmm... j'aime beaucoup les gâteaux au chocolat. Et toi alors ? Qu'est-ce que tu préfères ? »


Elle se redressa ensuite, les genoux endoloris, et commença à dialoguer avec la blonde, qui s'appelait Eleonnora, tandis que le petit Lavi – ou Den plutôt – les entraînait avec lui, les ayant attrapé par la main. Ainsi donc cette femme était également une exorciste ? Peut-être serait-elle amenée à travailler avec elle dans le futur... enfin, en attendant elle devait en apprendre plus sur la guerre et les ennemis qui les attendait au dehors... en plus d'apprendre à se servir de son Innocence.

    « Non, à vrai dire, je suis arrivée hier... et je viens tout juste de passer devant Hev... ah... Heburasuka. »


Puis Lavi demanda ce qu'était un exorciste. Elle laissa volontiers la parole à Eleonnora, qui simplifia nettement ses explications. Mais pour un enfant, cela suffisai amplement. Inutile de tout lui expliquer sur l'Église, l'Innocence et les Akumas... un peu plus tard, après avoir enfin trouvé la sortie de ce dédale, ils trouvèrent le chemin vers la cuisine et y entrèrent. Jeryy étant absent, il fallait qu'elles préparent de quoi. En attendant, cela ne l'empêchait pas de discuter avec la blonde, qui se disait heureuse de ne pas toujours être là pour assister aux désastres provoqués par Komui. Grand bien lui fasse... elle se mit à chercher dans les placards de quoi faire à manger – et surtout du chocolat – quand elle se tourna de nouveau vers Lavi, qui avait grimpé sur la table et qui posait mille et une questions.

    « On mange de tout ici... mais si tu veux je peux faire des pâtes. C'est italien et c'est très bon. Ici ça s'appelle la Congrégation... et c'est la maison des exorcistes. Je ne sais pas où est ta maman en revanche... en attendant on peut s'occuper de toi. »


Laissa Eleonnora s'occuper de distraire Lavi en lui faisant faire l'avion, Rei mit déjà cuire les pâtes qu'elle avait trouvé avant de se remettre à la recherche d'aliments sucrés. Elle fit un sourire et un signe de main à Lavi, qui semblait s'amuser comme un petit fou. Il représentait toute l'innocence de l'enfance... l'infirmière avait du mal à croire que quelques heures plus tôt elle avait partagé un moment intime avec lui. Quoiqu'il en soit, reprenant ses recherches, elle finit enfin par trouver le chocolat tant convoité, juste au moment où la blonde s'adossa à côté d'elle.

    « Oui, fit-elle en agitant les tablettes, voil... oh ? »


Elle sentit quelque chose se poser sur sa tête et qui commençait à glisser avec ses mouvements. C'était très très léger, mais voyant la mine réjouie de Lavi, elle retint son nouvau couvre-chef de tomber, le tâtant par la même occasion pour en découvrir sa nature. Ça ressemblait à un cornet à glace. Souriante, elle reprit la parole.

    « Merci pour le chapeau ! Tu devrais faire pareil avec Eleonnora ! Ça lui irait très bien ! »


Gardant l'équilibre pour ne pas faire tomber le fragile biscuit, elle leur montra le chocolat.

    « Alors qu'est-ce qui vous ferait plaisir ? »
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Dim 16 Déc - 17:22

Les enfants posaient toujours plein de questions, c'était un fait. Ils voulaient toujours tout comprendre, tout savoir, afin de pouvoir agir comme des adultes. Ils vivaient dans un monde bien différent de celui des adultes où tout était plus beau, plus amusant, où chaque chose était une aventure. En rajeunissant, Lavi avait également changé d'état d'esprit. Bien qu'en y regardant de plus près, il n'était pas si différent de son état adulte. Il était juste exagérément plus énergique et curieux. Tombé nez à nez avec Eleonnora -ou plutôt nez à jambes- le rouquin en profitait pour lui poser quelques questions. Après tout, il ne la connaissait plus, son souvenir ayant disparu de son esprit, comme beaucoup de choses. Cette femme blonde le grondait et il ne savait même pas s'il était vraiment en tort ou pas. Néanmoins, il se défendit avec sa candeur enfantine, prétextant qu'il ne faisait que jouer. La russe prétendit alors que sa jupe n'était pas faite pour ça mais ce n'était pas l'avis du garçon qui la mit face à l'évidence. Eleonnora répliqua cependant que c'était plus facile de marcher ainsi. Vraiment ? Lavi la regarda avec un oeil rond. C'était logique dans un sens. Mais pourquoi toutes les jupes n'en avaient pas ? Reiko arriva pendant ce grand moment de questionnement et aussitôt le petit garçon se tourna vers elle.

« Tu as des jupes toi ? Tu me montreras ? Y a une fente ? »

Demandé par l'ancien Lavi, cela aurait été plus une invitation qu'autre chose. Cependant, là ce n'était pas le cas. C'était une simple question innocente et pleine de curiosité. Son oeil émeraude brillait, désireux d'apprendre de nouvelles choses intéressantes. Cependant pour le moment il avait faim. Hors de question d'aller voir l'homme au béret ! Reiko lui promis de l'emmener en cuisine et d'ensuite jouer avec lui. Rien ne pouvait lui faire plus plaisir pour le moment. Néanmoins, une ombre vint ternir le tableau. Elles n'arrêtaient pas de l'appeler par un nom qui n'était pas le sien. Contrarié, il leur expliqua donc quel était le sien afin que les choses soient claires. Une fois fait, il partit bille en tête vers la cuisine... sauf qu'il ignorait où elle se trouvait. Revenant vers les deux femmes, il leur attrapa les mains et attendit qu'elles le guident, en profitant pour poser des questions. Puisqu'il avait faim, il était question de dessert préféré.

« Ptitchie moloko ? » répéta t-il, intrigué « Je connais pas, je veux goûter ! C'est bon le gâteau au chocolat ! Moi j'adore les îles flottantes ! On dirait qu'on mange un nuage et ça flotte ! »

Plus il en parlait, plus il avait faim. Mais il devait patienter encore un peu pendant que les deux femmes parlaient. Certains mots sonnaient étrangement aux oreilles du rouquin. De quoi parlaient-elles ? Curieux, il posa davantage de questions. C'est la grande dame blonde qui prit la peine de lui expliquer.

« T'as un accent rigolo. » constata t-il avec un sourire, c'était un compliment « Vous détruisez des monstres alors ? Ouaaaaaah ! Vous êtes comme des héros des livres !! Mais c'est pas que les garçons qui se battent ? » demanda t-il, les yeux plein d'admiration

Il n'avait toujours lu que des livres qui traitaient de batailles menées par des hommes. Oh il y avait bien eu une exception ou deux mais c'était trop minime pour y accorder un réel intérêt. Après tout, c'était un univers encore beaucoup sous le joug des hommes. Cela l'étonnait donc de constater que les deux jolies femmes avec lui étaient des combattantes. Néanmoins, son attention se porta sur toute autre chose une fois dans la cuisine. Il allait pouvoir manger ! Reiko proposa de lui faire des pâtes. Il en avait déjà mangé donc voulait bien en remanger, appréciant ça. Elle répondit à quelques questions mais cela ne l'avançait pas plus. Que faisait-il ici ? Et pourquoi sa mère était absente ? Mais ses questions s'effacèrent rapidement puisqu'Eleonnora avait pris la peine de jouer avec lui. A la base ce n'était sans doute pas ce qu'elle avait voulu faire mais le petit rouquin s'amusait avec un rien. Il était ravi de voir qu'elle accédait à sa demande et jouait le jeu. Riant aux éclats, il en redemandait avec des "encore, encore !", s'amusant comme un petit fou. Il aurait souhaité que ça ne s'arrête pas.

Mais comme toutes les bonnes choses avaient une fin, Eleonnora stoppa de faire l'avion et lui donna un cornet de glace vide. Intrigué, le garçon se demandait quoi faire avec puisqu'il était vide. La russe lui chuchota une idée qu'il adora. Retenant son rire entre ses mains, il se laissa à nouveau transporter et attendit qu'Eleonnora détourne l'attention de Reiko. Doucement, le petit Lavi fit de son mieux pour poser le cornet sur sa tête, ce qui donnait un drôle d'air à l'asiatique. Il se mit à rire une fois son forfait accompli. L'idée de Reiko était bonne mais c'était moins drôle sans la surprise. De plus, il n'avait pas d'autre cornet...


« Oui mais comme ça t'es la reine, c'est toi qui a le chapeau ! »

S'accrochant à Eleonnora, il posa sa tête contre son épaule, regardant Reiko préparer à manger sagement. Jouant un peu avec les cheveux de l'exorciste, il glissa ses petits doigts dans la longue chevelure blonde qu'elle avait, trouvant la sensation agréable. Puis vint l'heure de manger. Quittant à regret les bras de la jeune femme, il retrouva le sol avant de se diriger vers la chaise pour s'asseoir à la table afin de manger. Mais il prit un peu trop d'élan pour sauter dessus et tomba de l'autre côté, s'étalant par terre. Bien qu'il aurait pu se faire mal, il se redressa aussitôt pour se remettre sur ses pieds. Il s'était cogné mais manger lui semblait plus important que pleurer pour le moment. De retour sur sa chaise, il mangeait avec appétit.

« Ch'est Ch'uper 'on ! » fit-il la bouche pleine, souriant jusqu'aux oreilles

Pendant qu'il mangeait, ses questions refirent surface. Pourquoi était-il ici ? Sa mère le cherchait peut-être ? Touillant un peu les aliments, il regarda les deux femmes avec lui. Il s'amusait bien ici mais ce n'était pas chez lui
.

« Pourquoi je suis ici si je suis pas un tueur de monstre comme vous ? Même si j'ai pas peur des monstres, je suis trop petit ! »

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff
l'Double effet Kiss Kool
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 21/03/2012
Age : 24
Localisation : Dans mon terrier =D

Feuille de personnage
Age : 23 Ans
Nationalité : Russe
Surnom : Nora / Bloody

MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Lun 17 Déc - 3:16

Ah ! Les enfants ! Eleonnora ne se souvenait pas qu’ils étaient si énergiques et qu’ils étaient également bien trop curieux. Elle ne pouvait pas reprocher au petit Lavi de vouloir découvrir le monde, elle avait également été ainsi et avait fait bien des bêtises dans sa jeunesse. Cependant, lorsque son père était présent à la demeure familiale, l’ambiance était tout autre. Elle obéissait. S’il lui disait de se taire, elle le faisait. S’il lui demandait de s’assoir, elle s’exécutait. C’était ainsi que les choses fonctionnaient avec lui. Sera-t-elle ainsi avec ses futurs enfants ? Il faudrait, tout d’abord, qu’elle décide d’en avoir. Ce n’était certainement pas pour tout de suite. Cela impliquait trop de responsabilités pour elle. Pour l’instant, elle profitait de sa vie au maximum.

Maintenant devant le petit Lavi, la jeune femme tentait de répondre à certaines de ses questions. Il lui demanda, à elle et à l’autre femme, quel était leur dessert favori. Après un instant de réflexion, Eleonnora lui répondre qu’il s’agissait d’un petit gâteau russe. Le gamin tenta de répéter avec succès le nom du dessert, ce qui la surprit. Il savait parler plusieurs langues, dont le russe, mais elle ne s’attendait pas qu’une fois enfant il est une aussi belle prononciation. Peut-être avait-il gardé certaines capacités cognitives en rajeunissant ?

Marchant à présent avec Reiko, une jeune exorciste qui était arrivée la veille à la Congrégation, elle se dirigeait vers la cuisine afin de manger un morceau. Ainsi, le moment d’entrer dans le bureau de Komui était retardé. Peu importe combien de temps ce sera écoulé, elle n’aura jamais l’envie de faire un tour dans le bureau du grand Intendant, surtout après ce qui venait de se passer.
Selon les dires de la nouvelle recrue, elle venait tout juste d’aller voir Hevraska. D’ailleurs, la jeune femme nota qu’elle avait eu un peu de mal à prononcer ce nom. Au moins, elle n’était pas la seule en ce lieu à avoir du mal avec l’anglais. Depuis le temps qu’elle vivait en Angleterre, Eleonnora n’avait toujours pas réussis à se débarrasser de son petit accent. D’ailleurs, Lavi le remarqua rapidement et lui avoua qu’il trouvait qu’elle avait un drôle d’accent. Elle laissa échapper un bref sourire. Au moins, il comprenait malgré tout ce qu’elle lui disait.

Le gamin était intrigué par le rôle d’exorciste et leur demanda à quoi il consistait. Ce fut Eleonnora qui lui répondit qu’ils détruisaient des démons, facilitant ainsi la compréhension de Lavi qui demanda pourquoi les femmes se battaient également. Habituellement, ce n’était que les hommes qui avaient ce rôle de héro fort et courageux. Pourtant, ici, la réalité était toute autre et la jeune femme savait qu’elle pouvait faire le même travail qu’un homme, aussi bien que lui. Elle n’avait pas peur des Akumas, elle était entrainée pour affronter le danger. Peut-être qu’un jour, le monde évoluera et reconnaitra que les femmes pouvaient également exercer de dangereux métiers.


-« Il y a des femmes qui se battent, également. Nous sommes la prrreuve. N’est-ce pas ? » Fit-elle en demandant l’approbation de Reiko.

Une fois à la cuisine, la jeune femme chercha quelque chose à manger. Elle n’était pas bien difficile en matière de nourriture, mais désirait du chocolat actuellement. Comme elle ne connaissait pas vraiment la cuisine, elle fouilla les très nombreux placards de l’endroit. Pendant ce temps, Lavi grimpa sur la table afin d’attirer leur attention. Il leur posa quelques questions auxquelles Reiko répondit comme elle le pouvait. Pendant ce temps, Eleonnora s’approcha de lui et l’attrapa comme un sac de patates, dans ses bras. Elle se balada ainsi dans la cuisine, chercher toujours quelque chose de sucré. Le petit ne se plaignait pas d’être trimballé, au contraire, il appréciait grandement, en profitant pour s’amuser et faire l’avion. Il lui demanda d’aller plus vite, l’appelant par un petit surnom de son cru. Répondant positivement à la demande du petit, elle se mit à marcher un peu plus vite, courant presque autour de la table, tournoyant parfois sur elle-même. Heureusement qu’elle était à l’aise dans une paire de talons aiguilles.

Les rires et les cris d’encouragement du petit faisaient sourire Eleonnora. Elle partagea même son rire, au bout d’un moment. Elle réalisait que les enfants, ou en tout cas le petit Lavi, n’étaient pas tous des fardeaux. Elle s’amusait bien, comme une véritable gamine. Puis, au bout d’un moment, elle se remit à fouiller dans les placards jusqu’à tomber sur des cornets de crème glacé. Elle en prit un et le donna au petit, le redressant un peu dans ses bras afin qu’il soit plus confortable. Elle proposa à l’enfant de poser le cornet sur la tête de Reiko. Il semblait très emballé par ce petit tour, riant doucement derrière ses mains. Il était si adorable.

S’approchant doucement de Reiko, lui demandant si elle avait trouvé du chocolat, la jeune femme faisait diversion afin que Lavi puisse mettre le plan à exécution. Il posa le cornet sur la tête de la jeune exorciste qui se demanda de quoi il s’agissait. Retenant l’objet dans sa tête, elle proposa que le petit fasse de même avec Eleonnora. Cependant, il n’était pas d’accord. Il n’y avait qu’un seul cornet et c’était Reiko qui devait le porter. Elle était maintenant une reine, probablement la majesté des cornets.

Le petit posa la tête sur son épaule et s’amusait avec sa chevelure blonde. Ce qu’il était mignon. Cela lui rappelait les moments qu’elle passait avec son amant alors qu’il la serrait doucement dans ses bras et lui caressait la tête. Elle aimait cette sensation. Passant une main dans le dos du petit garçon, elle le frotta doucement, dans un geste pratiquement maternel, alors qu’elle se remit à marcher dans la pièce.


-« Je vais prrrendre des pâtes, j’espère que tu en as fait suffisamment. »

Lorsque Reiko annonça que le repas était près, Eleonnora du poser le petit Lavi au sol. Dommage, elle vivait un si beau moment qu’elle n’aurait jamais cru vivre en compagnie d’un gamin. Était-ce parce qu’il s’agissait de Lavi ? Peut-être bien. Quoi qu’il en soit, elle commençait à s’attacher à lui. Elle n’avait pas envie de le quitter, de le poser au sol, mais il avait faim et comme le repas était prêt, il aurait fini par demander à rejoindre sa chaise. Chaise par-dessus laquelle il passa, s’écrasant de l’autre côté. Croyant qu’il s’était blessé, la jeune femme s’approcha de lui. Cependant, il se redressa bien vite et monta sur la chaise afin de s’installer devant son assiette qu’il commençait déjà à engloutir.

Une fois qu’elle eut son assiette en main, Eleonnora fit un sourire de remerciement à Reiko avant de s’installer à la table et manger. Finalement, elle ne regrettait pas d’avoir demandé des pâtes. Elle pourra, ensuite, engloutir son chocolat.
Alors qu’elle avait des pâtes dans la bouche, le petit Lavi se remis à leur poser des questions sur sa présence à la Congrégation. Que répondre à cela ? Elle n’en avait aucune idée et fit un petit signe de tête à l’exorciste de répondre à sa place. Parfois, avoir la bouche pleine de pâtes dégoulinantes de sauce qui ne donnait jamais un air bien classe à la personne qui les dégustait pouvait être pratique.

Elle termina ainsi son assiette sans répondre aux questions de Lavi. Elle n’aurait jamais su quoi répondre de toute façon. Essuyant sa bouche avec une serviette de table, la jeune femme remarqua que le visage de Lavi, surtout sa bouche en fait, était couvert de sauce. Attrapant un coin propre de sa serviette, elle s’approcha du rouquin et se pencha vers lui afin de lui nettoyer la bouche.


-« Tu es tout sale. » Fit-elle avec un sourire amusé. « Si tu veux, pour le dessert, il y a du bon chocolat. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Sam 22 Déc - 10:26

Pour tout dire, quand Lavi avait parlé à l'infirmière des étranges inventions du chef de la Congrégation, elle avait plutôt imaginé que cela avaient des effets rationnels, logiques. Par exemple, rendre malade celui qui recevait le produit. Mais pas ça, vraiment. Jamais elle n'aurait pu imaginer que les drôles de potions de Komui auraient pu amener l'apprenti Bookman à rajeunir de la sorte... le comble restait tout de même la réaction du scientifique qui n'avait pas l'air plus choqué que cela. S'esquivant rapidement, il promit de se mettre à l'élaboration d'un antidote au plus vite. Tirant une moue peu convaincue, Rei laissa s'échapper le petit rouquin qu'elle crut d'abord perdre dans les couloirs mais qu'elle retrouva bien vite en compagnie d'une jeune femme blonde. Elle n'arriva qu'en fin de conversation mais étant donné la question du jeune Lavi, cela avait du porter sur la jupe de l'inconnue.

    « Oui, je dois en avoir... de toutes sortes. Je te les montrerais plus tard si tu veux. » lui dit-elle avec un sourire.


Le regard curieux et étincelant de soif de connaissance amusait la jeune femme. Vraiment, elle aimait beaucoup les enfants. En tout cas, le retour au bureau de Komui ne se ferait pas tout de suite. Elle avait beau avoir proposé cela, Reiko elle-même n'était pas certaine que cela soit réellement une très bonne idée... mieux valait arrêter là les catastrophes. Et qui sait ? Comme l'avait dit le Grand Intendant, peut-être que les effets se dissiperaient seuls, ce qui épargnerait à Lavi le risque de subir une nouvelle transformation en Dieu savait quoi... lui promettant de jouer avec lui après le repas et retenant son étrange prénom, ils purent ensuite tous trois commencer à rejoindre la cuisine, non sans que l'infirmière n'échange quelques mots de présentation avec Eleonnora, ni qu'ils partagent tous les trois leurs desserts préférés. Rei aimait beaucoup le sucré et les gâteaux, mais il avait bien fallu faire un choix. La comparaison de l'enfant amena de nouveau un sourire sur ses lèvres.

La conversation se fit plus sérieuse quand le sujet des exorcistes arriva sur le tapis. Lavi – ou Den – ayant perdu la mémoire, il ne savait plus qui étaient les Apôtres. La blonde lui répondit, le plus simplement possible, choisissant des mots qui restaient à la portée du petit rouquin. Ce dernier exprima une grande admiration ainsi qu'un petit étonnement. Il y avait de quoi après tout. De tout temps, c'étaient les hommes qui se battaient, non les femmes, quoique la tendance commençait très, très lentement à changer. De plus en plus de femmes pouvaient à présent exercer des fonctions jusqu'à ce jour presque exclusivement masculines, comme par exemple les médecins. Elle hocha fermement la tête pour appuyer les propos d'Eleonnora.

    « Tout à fait. »


Une fois arrivés à la cuisine, Reiko ne tarda pas à se mettre à la cuisine. Ça ne la gênait pas, elle aimait bien faire cela, d'autant plus qu'elle s'en occupait depuis que sa mère était tombée malade... jusqu'à son décès. La jeune femme tâcha de ne pas y penser, afin que la tristesse ne se lise pas une nouvelle fois sur ses traits. Ses parents étaient sans doute bien mieux là où ils étaient à présent. Faisant donc cuire des pâtes – suffisamment pour eux trois – elle laissa la blonde distraire le petit rouquin, qui s'amusait maintenant à faire des bruits d'avion. L'ambiance enfantine fit sourire l'infirmière qui s'activait toujours aux fourneaux, cherchant ensuite de quoi préparer un dessert au chocolat. Elle finit d'ailleurs par mettre la main dessus au moment où Eleonnora lui parlait et que Lavi accomplissait sa petite farce. Riant doucement, Rei fit en sorte de garder l'équilibre afin que le cornet de glace reste à sa place sans glisser, c'est-à-dire au sommet de son crâne.

Posant ensuite les tablettes de chocolat sur la table, elle entreprenit de terminer le plat de pâtes ainsi que la saue qui allait avec. Tout cela dégageait un fumet qui mettait en appétit. Elle acquiesça à l'attention d'Eleonnora : il y en aurait pour tout le monde ! Plus qu'une question de quelques minutes avant qu'elle n'annonce que le repas était servi. Préparant les assiettes qu'elle posa à mesure sur la table, elle entendit un gros bruit qui la fit se retourner : dans son empressement sans doute, Lavi avait chuté lourdement sur le sol, mais apparemment sans dégât apparent. De toute manière Eleonnora était déjà penchée à ses côtés, vérifiant qu'il ne s'était pas fait mal.L'enfant ne se plaignit même pas d'ailleurs. Se redressant rapidement, il ne tarda pas à s'installer à table et à commencer à manger. Elle tendit ensuite son assiette Nora puis se servit elle même et rejoignit le duo déjà installé. La bouche pleine, Lavi fit part de son contentement, ce qui fit sourire l'infirmière.

    « Contente que ça te plaise ! »


Commençant à enrouler les pâtes autour de sa fourchette, elle redressa la tête à l'entente de la question du petit garçon. Tournant les yeux vers Nora, cette dernière était occupée à mastiquer sa nourriture et ne pouvait donc répondre, délkéguant cette tâche à Reiko d'un signe de la tête. Hmm... que répondre àa cela ? Réfléchissant un instant, elle revint ensuite vers Lavi pour lui répondre avec douceur :

    « C'est parce que quand tu seras plus grand, tu pourras devenir un chasseur de monstres, comme nous. »


En soi, c'était vrai n'est-ce pas ? Le « grand » Lavi était déjà un exorciste accompli. Cela était étrange de lui réexpliquer ce que lui-même lui avait enseigné durant leur voyage vers la Congrégation. Terminant son assiette et répondant du mieux qu'elle pouvait à Lavi, sans vouloir lui mentir ni quoi que ce soit de ce genre, elle s'essuya la bouche, remplie. Place au sucré maintenant ! Le chocolat était déjà sur la table mais Rei avait une idée. Restait à voir si cela plairait aux deux autres.

    « Ça vous dirait une fondue au chocolat ? Avec des fruits... ou même sans. » proposa-t-elle avec le sourire.


Il y avait des fruits dans une coupe sur le plan de travail de la cuisine. Préparer ce genre de dessert ne prenait pas énormément de temps, et puis pour un enfant, cela avait un côté ludique qui pourrait lui plaire.
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Sam 22 Déc - 12:17

Bien qu'il soit dans un endroit qui lui était totalement inconnu, le petit Lavi ne s'en inquiétait pas vraiment. A vrai dire, il avait simplement envie de découvrir où il était et s'il pouvait jouer en même temps, que demander de plus ? Mais son petit jeu de cache-cache fut rapidement interrompu par Eleonnora qui n'avait pas vu d'un très bon oeil que sa longue jupe serve de cachette. L'enfant ne voyant pas où était le mal en profita pour lui poser diverses questions. Son identité ne l'intéressait pas spécialement même s'il se demandait qui elle était. Elle lui parlait comme si elle le connaissait mais pourtant, il ne l'avait jamais vue. La preuve, elle se trompait de nom ! Focalisé sur l'usage d'une fente sur une robe, il la questionna à ce propos. Il fit de même lorsque Reiko les rejoignit, s'interrogeant sur l'absence de jupe de la part de l'asiatique.

« Pourquoi tu les mets pas alors ? Si t'en avais une, tu m'aurais rattrapé ! La jolie dame elle dit qu'avec on peut marcher plus vite ! Mais faut une fente comme ça je crois hmm... »

A vrai dire, il s'était un peu lui-même perdu dans sa constatation. C'était bien un truc de fille ça, trop compliqué. Lui n'en avait pas besoin. Malgré ses petites jambes, il courait bien assez vite comme ça, leur faisant une nouvelle démonstration alors qu'il partit en quatrième vitesse pour se rendre en cuisine. Ce ne fut pas tant les remontrances de la russe qui le stoppèrent mais plutôt parce qu'il réalisa qu'il ne savait pas où se trouvait la dite cuisine. Il préféra donc faire le trajet entouré des deux jeunes femmes plutôt que de devoir attendre devant qu'elles le rattrapent. Tous les endroits du monde semblaient plus intéressants que de retourner voir le drôle d'homme vêtu d'un béret. Et puis le petit garçon avait faim et il avait hâte de pouvoir manger un peu. Pendant le trajet, il écouta d'abord sagement les deux femmes discuter puis ne pu s'empêcher de leur poser des questions sur ce qu'il entendait et qu'il ne comprenait pas. Il voulait tout savoir !

Content de savoir ce qu'était un exorciste, il trouvait néanmoins étrange que des femmes puissent être comme les héros des légendes... principalement masculins. Pour lui, c'était inhabituel mais il n'était pas réfractaire au fait qu'une femme puisse également se battre. Quelle importance après tout ? Ce qui comptait, c'était les combats épiques et courageux ! Homme ou femme importait peu dans l'esprit du garçonnet bien qu'il puisse plus difficilement s'identifier à une femme... Mais il trouvait ça plutôt bien que les femmes ne soient pas toutes des demoiselles en détresse incapables de faire quoique ce soit sans leur chevalier protecteur. Ainsi, le chevalier pouvait même se battre avec, c'était mieux !


« Vous devez être super fortes alors !! Mais vous avez pas d'armure... ou d'arme ! C'est parce que vous vous reposez entre deux combats ? »

Curieux, le petit Lavi avait toujours une question. Cela risquait de vite lasser les jeunes femmes. Heureusement, l'arrivée à la cuisine les fit changer un peu de sujet. Tandis que Reiko préparait à manger, Eleonnora s'occupait du garçon qui semblait ne pas pouvoir tenir en place. Un rien l'amusait et il s'amusait d'autant plus une fois que la jeune femme se prit au jeu, jouant avec lui. Eleonnora lui donna même l'opportunité de faire une farce à Reiko, ce qui l'amusa grandement. Même s'il ne savait pas ce qu'il fichait ici et qui étaient tous ces gens, il était bien. Le repas était bientôt prêt et le petit Lavi restait dans les bras de la russe, en profitant pour lui faire un câlin. Il était bien là et la sensation de caresse contre son dos lui donnait envie de fermer les yeux, ce qu'il fit pendant une poignée de seconde avant que Reiko n'annonce qu'il était temps de manger.

Descendant des bras de la russe, il se précipita un peu trop vite vers sa chaise et en fit un tour complet avant de se retrouver au sol. Même s'il s'était fait un peu mal, ça allait et il ne fit aucun commentaire sur le sujet, comme s'il ne s'était rien passé, préférant avant tout manger. Bien installé, il pu manger avec appétit, complimentant le plat par la même occasion. Malgré tout, une question lui trottait dans la tête. Il n'était pas un exorciste, il n'était qu'un enfant. Que faisait-il là ? Eleonnora ne répondit rien, se contentant de manger. Ce fut Reiko qui lui donna la réponse, expliquant qu'il serait dans le futur comme elles. Lui ? Un chasseur de monstres ? Sur le coup, le garçon se sentit fier et honoré de pouvoir faire une telle chose. Agitant les mains, il se servit de sa fourchette comme d'une épée, transperçant des ennemis invisibles devant lui.


« Je serais un grand chasseur de monstres ! Je ferais comme ça et comme ça ! » fit-il en agitant la fourchette selon ce qu'il disait « Je protégerais les gens et je serais connu ! » ajouta t-il, l'air déjà tout fier de ce qu'il n'était pas encore

Eleonnora calma le futur champion en essuyant la sauce qui recouvrait en partie sa bouche, le faisant sourire, amusé. Il la laissa faire, ne bougeant pas le temps qu'elle l'essuie puis il fit un grand sourire lorsqu'elle évoqua le chocolat. Reiko parla d'une fondue au chocolat. Lavi ne savait pas ce que c'était mais s'il y avait du chocolat dedans, cela devait être bon. Il hocha donc vigoureusement la tête pour marquer son accord. Plutôt deux fois qu'une ! Pendant que les jeunes femmes s'occupaient du dessert, le rouquin réfléchissait d'un air rêveur à sa future situation de héros. En fait, il était loin de le devenir, il était trop jeune. Pourquoi était-il déjà ici ? Il n'avait aucun souvenir de ce qu'il s'était passé avant pour qu'il atterrisse soudainement ici. L'avait-on enlevé ? N'allait-il plus jamais revoir sa mère ? A moins qu'elle était ici ? Sans doute pas, sinon elle serait avec lui. Mais il fallait qu'il en ait le coeur net ! Oubliant le fameux dessert, il sauta de sa chaise.


« Je vais chercher maman ! » déclara t-il avant de filer sans demander son reste, sortant de la cuisine

En chemin, il croisa quelques personnes qui le regardaient d'un air intrigué mais aucune d'entre elles n'était sa mère. Angoissé de ne jamais la retrouver, il accéléra le pas mais dû constater qu'il ne la voyait nulle part. Etait-elle dans l'une de ces multiples pièces ? Arrivé au bout de l'étage, il remarqua des escaliers qui descendaient. Des escaliers ! Cela signifiait donc qu'il y avait d'autres étages ! S'y précipitant, il descendit les 5 premières marches sans encombres. Puis il se tordit la cheville, courant trop vite. Perdant l'équilibre, il chuta dans les marches et tomba lourdement dessus jusqu'en bas où sa chute stoppa enfin. S'étant cogné un peu partout, il avait vraiment mal, les larmes aux yeux. Pourtant, il voulait se remettre sur pieds pour continuer ses recherches. Amorçant un geste pour se lever, il abandonna lorsqu'il sentit un vive douleur à sa cheville, l'empêchant de se mettre sur pieds. Restant assis, il se mit à pleurer. Pas seulement à cause de la douleur mais aussi parce qu'il avait le sentiment d'avoir été abandonné et qu'il ne reverrait jamais sa mère.


« Maman... » murmura t-il entre deux sanglots, frottant son seul oeil visible duquel coulaient de nombreuses larmes

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une autre réalité [Lavi & Reiko]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» UN AUTRE CAS D'USAGE DE FAUX ! SENBLE JUDE CELESTIN PA INGENIEUR VRE !
» Une Etoile s'éteint, une autre renait... [Mort d'Etoile de Satin, Ceux qui veulent lui rendre hommage]
» Club de Karaté et autre du meme genre
» Tout peut basculer, d'une minute à l'autre. [Luffy!]
» [FINI]Oups... Ou comment penser à autre chose ! [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.Gray-Man Rpg :: [ Zone Rp] Quartiers généraux des factions :: La Congrégation de l'Ombre :: Les autres lieux-
Sauter vers: