◘ ◘ ◘ Un monde déchiré par les guerres, un combat entre le bien et le mal, quel camp sera le votre ? ◘ ◘ ◘
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une autre réalité [Lavi & Reiko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Eleonnora S. Davidoff
l'Double effet Kiss Kool
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 21/03/2012
Age : 24
Localisation : Dans mon terrier =D

Feuille de personnage
Age : 23 Ans
Nationalité : Russe
Surnom : Nora / Bloody

MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Mer 16 Jan - 15:11

Eleonnora ne serait jamais une bonne mère. Elle n’avait pas l’instinct maternel comme certaines personnes. Elle était enfant unique et gâtée par la vie. Elle n’avait jamais eu à partager et avait toujours obtenu ce qu’elle désirait. Si elle avait un enfant, il aurait probablement les mêmes valeurs qu’elle, ce qui n’était pas nécessairement une bonne chose. Elle savait très bien que si elle avait un enfant, elle finirait par s’en lasser. Changer des couches, donner le sein, se lever à toutes les heures pour rendormir le pauvre bébé qui pleurait, ce n’était pas pour elle. Elle ne pourrait le supporter très longtemps, elle en était persuadée. C’était peut-être parce qu’elle n’avait jamais été proche du monde de la maternité et qu’elle était bourrée de préjugés en la matière.
Cependant, en ce moment, elle se disait que ce pourrait être amusant d’avoir un enfant de l’âge de Den. Elle s’amusait bien avec lui. Et puis, elle était capable de faire en sorte qu’il lui obéisse. Il marchait sagement, à ses côtés, à présent. C’était tout simplement adorable à voir. Le petit était tout simplement impressionné lorsqu’il découvrit que Reiko et elle était des exorcistes. Il trouvait cela curieux que des femmes soient également combattantes. En temps normal, c’était plutôt des hommes et on en faisait l’éloge dans de nombreux livres de contes pour enfants.


-« Vous devez être super fortes alors !! Mais vous avez pas d'armure... ou d'arme ! C'est parce que vous vous reposez entre deux combats ? »

-« Oui, on se repose. Si tu es sage, je te montrerais mon arme. »

La jeune femme espérait ainsi que le gamin se calme un peu. Elle n’avait pas envie de le poursuivre partout dans la Congrégation ou de gérer ses bêtises. Plus il sera calme, mieux ce sera. Une fois à la cuisine, elle constata bien rapidement qu’il lui serait impossible de l’assoir sur une chaise et de lui ordonner de rester assis. Dans ce cas, il ne lui restait plus beaucoup de solutions. Elle décida de s’amuser avec lui. Cela semblait lui plaire et il ne disparaissait pas mystérieusement afin de découvrir l’endroit, pendant ce temps. Elle lui permit même de faire une blague à Reiko, ce qui semblait l’amuser grandement. Il était si adorable.

Eleonnora n’était pas le type de femme qui aimait tenir en place. Elle détestait rester là, immobile, à ne rien faire. Elle aimait bouger, faire quelque chose qui ne lui demandait pas de rester assise des heures durant, en silence. C’est pourquoi elle aimait bien le petit Lavi. Est-ce que tous les enfants étaient comme cela ? Elle pouvait courir, jouer, bouger avec lui. C’était ce dont elle avait besoin et cela lui faisait le plus grand bien. Finalement, être mère ça ne semblait pas être si mal. Il fallait seulement savoir s’occuper de son enfant. Ce n’était pas avec sa génitrice que la jeune femme avait pu devenir ce qu’elle était présentement. On pouvait pratiquement dire qu’elle n’avait pas eu de réel modèle durant l’enfance. Pourrait-elle en devenir un si, un jour, elle devenait mère ? Cela restait encore à prouver.

Une fois à la table, la jeune femme mangea tranquillement, écoutant le petit Lavi poser ses questions auxquelles Reiko répondait avec douceur. Elle, elle semblait avoir le don avec les gamins. Elle avait cette touche de patience et de gentillesse qui lui manquait grandement. Peut-être qu’avec le temps, la russe arrivera à acquérir ce genre de qualité.
Quoi qu’il en soit, un pouvait dire que l’endroit ne manquait pas d’animation. Le gamin offrait tout un tas de possibilités de sujets de discussion. Et lorsque Reiko lui annonça qu’un jour il sera exorciste, comme elles, une lueur de fierté brilla dans son regard. Il semblait si heureux. Dans sa tête, tout un petit monde devait se mettre en place afin qu’il imagine les plus belles histoires de monstres et de chevaliers. Cependant, s’il désirait être un combattant, il fallait au moins qu’il soit propre. La jeune femme s’approcha de lui avec un linge afin de lui essuyer la bouche. Il se laissa faire, sans protester. C’était adorable. Il était obéissant et cela lui plaisait énormément.

Enfin, presque. Reiko proposa de faire une fondue au chocolat avec des fruits et Eleonnora s’empressa de faire un signe de tête en sa direction afin de lui signaler que cela lui plaisait bien. Elle devra se remettre à l’entrainement afin de perdre toutes ces calories gagnées. Lorsque Lavi sera redevenu lui-même, elle pourra lui proposer une petite séance privée. Elle était certaine que cela lui plaira. Il ne pouvait résister à son charme.
Quoi qu’il en soit, le petit Lavi était bien décidé à ne pas rester en place. Il sauta en bas de sa chaise et quitta la pièce en courant, à la recherche de sa maman. Aussitôt, Eleonnora eut le réflexe de partir à sa poursuite. Elle n’allait pas le laisser quitter cet endroit si rapidement ! La QG était si grand qu’elle risquait de le perdre et ne plus le retrouver. Le poursuivant dans les couloirs, elle constata à quel point il pouvait être rapide. Sur des talons aiguille, elle ne courait pas assez vite pour le rattraper, malgré son habitude de la chose. Cependant, le petit fut obligé de ralentir sa course dans les escaliers. En fait, il trébucha et déboula le reste des marches. Le pauvre ! Cela devait faire mal.

La jeune femme dévala rapidement les marches et alla rejoindre le gamin qui tentait de se lever. Cependant, il ne semblait y arriver. Était-il blessé ? Elle n’en savait rien. Elle préféra plutôt s’accroupir, à sa hauteur, et le prendre dans ses bras. Lorsqu’elle se redressa, elle le serra doucement contre elle. Elle le tenait d’un bras et caressa son dos de l’autre main. Elle ne savait comment calmer ses pleurs.


-« Ça va aller… Ça va aller… »

La russe cherchait Reiko du regard afin de lui demander que faire. Elle n’en avait aucune idée. Peut-être que la jeune femme, elle, sera bien plus douée. Elle semblait avoir un don avec les enfants. Elle s’en occupera bien mieux qu’elle. Enfin, elle l’espérait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Ven 1 Fév - 23:28

Les enfants courraient vraiment vite. Bien que légère et rapide, Reiko aurait eu du mal à rattraper le petit Lavi s'il n'avait pas eu l'idée de se réfugier sous la jupe de la blonde en voulant jouer à cache-cache. Heureusement la jeune femme l'avait involontairement arrêté. Arrivée à leur hauteur, l'asiatique eut à répondre aux étranges questions du petit garçon. Apparemment les jupes étaient quelque chose qui l'intéressaient beaucoup...

    « Un pantalon, c'est tout aussi pratique. J'en mettrais une un autre jour, on verra si c'est tout aussi efficace pour que je puisse te rattraper. En attendant, je crois que l'on va devoir remettre la partie. »


On pouvait pas dire que c'était l'endroit idéal pour jouer et faire n'importe quoi. Ni le moment d'ailleurs. Lavi avait tout de même été transformé en enfant à cause des expériences bizarres de Komui. Toutefois, il n'y avait pas grand chose à faire, sinon attendre que les effets passent ou alors retourner dans le bureau du Grand Intendant pour qu'il administre un remède au rouquin... cette dernière option n'était vraiment pas envisageable. L'intervention du chef de la Congrégation ne pourrait qu'empirer les choses. De toute manière, pour le moment le plus important était de satisfaire l'appétit du petit qui avait recommencé à courir dans tous les sens. Heureusement il s'arrêta bientôt et ils purent se rendre tous les trois à la cuisine, l'asiatique en apprenant un peu plus sur Eleonnora durant le trajet. Mais surtout Lavi – ou Den, comme il disait que c'était son véritable nom – posait beaucoup de questions à propos de ce qu'il entendait, de ce qui se disait entre les deux femmes. Elle laissa la blonde répondre aux questions du petit garçon, qui avait vraiment l'air impressionné. Lui aurait-on raconté une incroyable histoire épique que sa réaction n'aurait pas été différente.

Quoiqu'il en soit, le petit rouquin était vraiment hyperactif. Pendant que Reiko s'attelait à la cuisine, Eleonnora se débrouillait pour l'occuper et surtout l'empêcher d'aller courir Dieu sait où encore. Même si elle trouvait le petit garçon absolument adorable, Rei ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter de la suite des événements. Qu'allait-il advenir de lui s'il ne retrouvait pas sa forme adulte ? Elle trouvait déjà inconcevable l'insouciance dont avait fait preuve Komui... cependant, il n'y avait rien d'autre à faire de concret pour le moment, sinon s'attendrir de sa nouvelle apparence et de son attitude. Elle sourit à la blague que lui fit le petit rouquin, continuant à préparer de quoi lui remplir l'estomac pendant que la russe jouait avec lui. Regardant quelques fois l'enfant, la japonaise se dit qu'elle se verrait bien maman un jour. Elle aimait beaucoup les enfants, et pensait qu'elle pourrait parfaitement bien s'occuper de ses bébés... dans quelques années. Ce n'était pas à dix-huit ans et au beau milieu d'une guerre sainte qu'elle comptait tomber enceinte, surtout qu'elle n'avait pas encore rencontré le futur papa. C'est ainsi perdue dans ses pensées qu'elle termina de préparer les pâtes et de les servir dans les assiettes déjà posées sur la table.

Toutefois, Lavi n'avait pas fini de poser des questions. La suivante traitait de sa présence à la Congrégation, entouré d'exorcistes alors que lui-même n'en était pas un. Reiko réfléchit un peu avant de trouver une réponse adéquate, qui fit très largement plaisir au petit garçon, dont l'unique prunelle verte sembla se remplir d'étoiles sous l'excitation et la fierté. Il fit alors de grands gestes en se servant de sa fourchette, terrassant des ennemis imaginaires, victoires qui faisaient automatiquement de lui un grand héros. C'était attendrissant, et Rei ne put s'empêcher de rire.

    « C'est ça, et on écrira plein d'histoires sur toi ! »


Pourquoi ne pas se laisser aller aussi à rire avec lui. Ce n'était sans doute pas tous les jours qu'on pouvait profiter de la présence d'un enfant – qui à lui tout seul allégeait grandement l'atmosphère si sombre qu'il y avait à la Congrégation. Laissant Eleonnora s'occuper de débarbouiller Den, Reiko proposa le dessert et se mit à sa préparation quand elle entendit que le petit rouquin s'enfuyait. Encore ! Il risquait de se perdre dans le dédale de couloirs. Suivant au loin la russe qui avait déjà pris de l'avance, elle finit par les rejoindre peu après, tombant sur un tableau assez surprenant. Lavi pleurait à chaudes larmes dans les bras d'Eleonnora, qui regardait Reiko d'un air alarmé. Cette dernière demanda à la blonde ce qui s'était passé, et elle lui révéla la récente chute du petit bonhomme dans les escaliers. Aille ! Voilà qui n'était guère joyeux ni agréable. Elle s'approcha davantage pour parler avec douceur à l'enfant.

    « Den, tu t'es fait mal ? Où ça ? »


Une fois qu'il lui eut répondu, elle fit signe à la russe de lui passer l'enfant, qu'elle prit dans ses bras avant de s'asseoir avec lui sur les marches. Elle lui parla avec douceur et patience, tâchant de le réconforter du mieux qu'elle pouvait pendant qu'elle lui expliquait qu'elle allait regarder sa jambe. Elle devait vérifier qu'il ne s'était pas cassé un os, n'ayant aucune idée de si son organisme avait suivi le rajeunissement aussi. Lui retirant donc doucement sa botte, elle examina avec lenteur et délicatesse la jambe du petit, pour ne pas exacerber davantage sa douleur. Il n'avait pas de fracture heureusement, sans doute s'était-il simplement tordu la cheville en courant trop vite dans les escaliers. Elle lui expliqua alors doucement qu'ils allaient retourner dans la cuisine pour mettre de la glace sur sa jambe et que cela ferait partir la douleur. Il semblait y avoir autre chose dans les pleurs du petit Lavi, peut-être le fait qu'il n'avait pas trouvé sa maman ? Reiko ne savait pas tellement comment l'aider à ce niveau-là... elle ne pouvait pas faire apparaître sa maman d'un coup de baguette magique. Et puis d'ailleurs, l'exorciste ne parlait jamais de sa famille. Peut-être parce qu'il n'en avait justement plus... Rei ne pouvait faire que des suppositions, se disant qu'elle connaissait au final bien mal son ami.

Gardant donc le petit dans ses bras et suivie de la russe, Reiko retourna rapidement dans la cuisine et demanda à la blonde d'envelopper de la glace dans une serviette, pendant qu'elle installait le petit sur ses genoux, veillant à surélever légèrement sa jambe. Elle remercia Eleonnora quand cette dernière lui apporta ce qu'elle avait demandé, et eut un temps d'arrêt avant d'appliquer le bloc de froid, expliquant une dernière fois au garçonnet que ça n'allait pas être très agréable au début mais qu'il devait faire preuve de courage comme le grand héros qu'il allait devenir. Après cela elle put déposer doucement la glace sur la jambe du petit Lavi.

    « Tu es vraiment courageux. Tu sais quoi ? Je pense que tu as bien mérité ton chocolat. » fit-elle en lui faisant un petit bisou sur la tête et un signe à Nora pour qu'elle mette à chauffer la sucrerie en question. « Tu cherchais ta maman ? Dis-moi, à quoi elle ressemble ? On va peut-être pouvoir t'aider à la chercher. »


Ce n'était évidemment pas la meilleure solution, mais que faire à part gagner du temps ? Mieux valait que Lavi redevienne lui-même au plus tôt...
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Sam 2 Fév - 10:44

Content d'avoir eu les réponses à ses questions, le petit Lavi se laissait conduire à la cuisine sagement. A vrai dire, il avait envie de courir partout et de s'y rendre plus vite, ayant vraiment faim, mais d'un autre côté il préférait rester en compagnie des deux héroïnes dont il avait croisé la route. Il ne comprenait pas tout ce qu'elles se disaient mais il n'en manquait pourtant pas une miette, retenant tout ce qu'elles pouvaient dire. Il n'avait pas bien saisi pourquoi il était là, mais il appréciait malgré tout de s'y trouver. Il faisait plein de découvertes incroyables et en plus, celle qui se prénommait Eleonnora lui promettait de lui montrer son arme s'il était sage. Lavi sautillait sur place, impatient de pouvoir la voir. Une vraie arme ! Pas comme celles en bois que l'on pouvait trouver et qui ne trompaient personne. Cependant, il avait quand même un peu peur. C'était une arme, faite pour tuer. Oserait-il la toucher ? Encore fallait-il que sa propriétaire le veuille bien, ce qui était loin d'être sûr.

« Si je fais pas de bêtises, ça veut dire que je suis sage ? »

Etre sage était une drôle de notion qu'il n'était pas certain d'avoir compris. Les adultes étaient les champions pour changer la définition de certains termes. Parfois cela signifiait de se taire et de laisser les grands parler entre eux. Parfois cela signifiait de jouer ailleurs que dans leurs pattes. Cela variait toujours en fonction de la situation. Et là, que devait-il faire ? Les deux femmes lui parlaient, cela voulait sans doute dire qu'il pouvait toujours leur parler. Il devait donc juste rester avec comme elles lui avaient demandé ? Sans doute. Au pire, il se ferait gronder mais il voulait vraiment voir l'arme.

« T'as pas d'arme toi ? » demanda t-il ensuite à Reiko qui n'avait rien dit sur le sujet « Moi si je devais en avoir une, ce serait une grande ! Comme ça les méchants ils auraient peur ! » assura t-il d'un air sûr de lui

Sur cette discussion, ils atteignirent la cuisine où Reiko pu commencer à préparer le repas. Malgré sa promesse, Lavi ne tenait pas en place. Rester là à attendre sans rien faire, ce n'était pas pour lui. Il lui fallait une occupation ! Eleonnora s'en chargea en le faisant descendre de la table où il s'était perché. Si le but initial de l'exorciste n'était pas de jouer avec lui, à présent, c'était le cas et elle le faisait à merveille. L'enfant s'amusait comme un fou à imiter un avion. Le jeu ne s'arrêta pas là, bientôt il eut l'opportunité de faire une farce à la cuisinière grâce à l'aide de la russe. Finalement, c'était amusant d'attendre que le repas soit prêt !

Tous les trois s'installèrent à table où ils purent profiter du repas simple mais délicieux de la japonaise. Lavi mangeait rapidement, comme s'il était pressé et ne manqua pas de s'étaler un peu de sauce autour de la bouche. Si Eleonnora et Reiko semblaient parfaitement à leur place, ce n'était pas le cas du jeune garçon qui demanda alors ce qu'il faisait là. Il ne s'attendait pas à ce qu'on lui révèle qu'il deviendrait comme elles un jour. Un héros ! Ce n'était pas tout le monde qui pouvait prétendre à ça ! Aussitôt, l'enfant s'imagina affronter des monstres que lui seul voyait, armé de sa fourchette. Il s'y voyait déjà mais était bien loin de la cruelle réalité, trop imaginée dans son esprit d'enfant. Reiko lui fit même remarquer qu'il y aurait des livres sur lui. Des livres ! Il ne pouvait rêver mieux. Une certaine fierté s'empara de lui et il agita d'autant plus sa fourchette.


« Roh oui ! Den le chasseur de monstres ! » s'imagina t-il avec un sourire ravi « Y a des livres sur vous ? »

Son plat terminé, il laissa Eleonnora le débarbouiller sagement, balançant ses pieds dans le vide en attendant le dessert. Mais en fait, il réfléchissait. C'était chouette et amusant ici mais où était sa mère ? Il était rare qu'il en soit séparé et il n'avait pas le souvenir de l'avoir quitté à un moment ou à un autre. Peut-être le cherchait-elle alors qu'il était là à s'amuser avec des inconnus. Il devait la retrouver ! Se levant sans demander son reste, il quitta la cuisine et se mit à courir à travers les couloirs jusqu'à dévaler des escaliers. Malheureusement, dans son empressement il loupa une marche et s'écrasa en bas. Le choc lui avait fait mal mais il serrait les dents. Cependant, il n'arrivait plus à se lever, sa jambe lui faisait mal. Blessé et étant donc incapable de retrouver sa mère, il se laissa aller à pleurer tout seul.

Eleonnora le rejoignit peu après. Il s'attendait à se faire gronder mais ce ne fut pas le cas, au contraire. Elle l'attrapa dans ses bras et le câlina doucement. Ainsi en sécurité et se sentant idiot et vulnérable d'être ainsi tombé, il continua à pleurer de plus belle contre l'exorciste, agrippant ses vêtements. Elle essayait de le rassurer mais il avait besoin de pleurer et la serrait avec toute la force dont il était capable. C'était les bras de sa mère qu'il voulait, mais ceux d'Eleonnora faisaient très bien l'affaire. Frottant son seul oeil visible, il tourna la tête lorsque Reiko les rejoignit. La russe lui expliqua la chute qu'il venait de faire et il ne se sentit que d'autant plus penaud. Reiko demanda alors où il s'était blessé et il désigna sa cheville. Il ne parlait pas, il ne voulait pas, il avait honte.

Il ne tarda pas à changer de bras avant de se retrouver assis sur les marches. Allait-il se faire gronder ? Ce ne fut pas le cas. Reiko l'examina et il se laissa faire même si le retrait de la botte lui était douloureux. Il se contenta de grimacer, les lèvres pincées. Finalement, il fut transporter à nouveau vers la cuisine comme si rien ne s'était passé. Au moins, personne ne l'avait grondé, ce qui le rassurait un peu. Mais toujours pas de trace de sa mère... Assis sur les genoux de Reiko, il regardait ce que faisait Eleonnora, curieux. Reiko s'était saisie de ce qu'apportait la russe et voulait à présent le déposer sur la cheville endolorie du rouquin. Ce dernier hocha la tête, supposant que ça ne pourrait pas être pire que la douleur actuelle. En fait, c'était froid ! Mais cela lui fit rapidement du bien et il ne protesta pas. C'était pour son bien et il devait être fort ! Comme une grande personne ! La jeune femme le félicita d'ailleurs et affirmait qu'il méritait le chocolat dont ils parlaient un peu plus tôt. Un peu rassuré et apaisé, le petit Lavi hocha la tête, esquissant un sourire.


« J'ai glissé... les marches sont trop longues... et je suis trop petit... » confia t-il un peu honteux, regardant le bout de ses pieds

Reiko demanda alors une description de sa mère pour l'aider à la chercher. Voilà une idée qui lui faisait chaud au coeur, bien plus que tous les chocolats du monde. Avec l'aide des grands, il trouverait plus facilement. Il était même possible qu'elles la connaissent ! Il devait donc la décrire de son mieux ! Mais il restait un enfant et n'était donc pas très physionomiste.


« Elle a des longs cheveux roux ! Et puis elle est belle. Elle sourit pas beaucoup et elle est plus petite que vous, je crois... Vous la connaissez ? »

Il était plein d'espoir mais essayait malgré tout de rester lucide. L'endroit semblait immense et il doutait que quelqu'un connaisse sa mère. Etait-elle même là ? Rien de certain. Une fois le chocolat à sa portée, il pu profiter du dessert promis, ce qui termina de l'apaiser et de sécher ses larmes. Mais maintenant que l'excitation était retombée et à cause de la chute, il se sentait fatigué. Il avait envie de dormir un peu mais ce n'était pas dans la cuisine qu'il allait le faire. Où pouvait-il bien aller ? Plutôt que de partir en découverte, il préféra demander. De toute façon, il ne pouvait plus trop marcher tout seul pour le moment. Frottant son oeil, il se mit à bâiller.

« J'ai sommeil... Je peux dormir où ? Vous connaissez des histoires ? »

Car pas question de s'endormir sans une bonne histoire !

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff
l'Double effet Kiss Kool
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 21/03/2012
Age : 24
Localisation : Dans mon terrier =D

Feuille de personnage
Age : 23 Ans
Nationalité : Russe
Surnom : Nora / Bloody

MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Lun 4 Fév - 2:24

Eleonnora était douée pour faire des bêtises. Elle en avait tant fait durant son enfance ! Elle n’avait pas grand-chose pour s’occuper, bien qu’elle avait pu avoir tous les jouets qu’elle désirait. Ce qu’elle voulait, par-dessus tout, c’était un compagnon de jeu. Malheureusement, étant fille unique, elle avait dû se trouver des jeux toute seule et inventer tout un tas d’activités pour s’occuper. Lorsqu’elle s’ennuyait, la majorité du temps, elle allait embêter les serviteurs du manoir familial et faisait mille et une bêtises. Cependant, ce n’était pas sans réprimandes. Il ne fallait pas qu’elle fasse un pas de travers lorsque son père était dans les parages.
Elle comprenait Lavi de vouloir s’amuser et trouver un moyen de ne pas s’ennuyer. Cependant, avec le temps, il comprendra qu’il y avait certaines règles à respecter, qu’il y avait certains moments pour s’amuser et d’autres moments où il devait bien se tenir. Il était si jeune, il ne pouvait le comprendre de la même façon qu’elle. Par contre, la jeune femme savait qu’il y avait bien une chose qui pouvait faire plaisir aux enfants et leur donner la motivation nécessaire de rester calme : une récompense. Si Lavi ne faisait pas de bêtise, la jeune femme allait lui montrer son Innocence. Cela sembla lui plaire, elle n’avait qu’à regarder son petit visage tout illuminer de joie. Il sautillait, il avait hâte de pouvoir accéder à cette récompense. C’était tout simplement adorable.


-« Oui. Ne fais pas de bêtise et écoute ce que l’on te dit. Si tu fais ça, tu pourrrras voir mon arme. »

Le petit Lavi imaginait déjà l’arme qu’il aura lorsqu’il sera plus grand. Il désirait qu’elle soit super grande. Oh, ce n’était pas tout ce qu’il allait avoir de super grand lorsqu’il sera à l’aube de l’âge adulte. Il allait posséder un grand maillet, tout ce qu’il y a de plus utile. Il ne sera certainement pas déçu de cela.
Le garçon en profita pour demander à Reiko si elle avait une arme. Eleonnora était bien curieuse et aimerait bien savoir quel type d’Innocence elle possédait. Ce n’était certainement symbiotique, à première vue. Comme il existait de nombreuses Innocence bien différentes les unes des autres, elle ne pouvait deviner si facilement. Elle préférait attendre la réponse de la jeune femme plutôt que de se casser la tête.

Une fois à la cuisine, Eleonnora s’occupa du gamin, laissant Reiko préparer le repas. Il était énergique et l’amuser n’était pas de tout repos. Cependant, la jeune femme était énergique et adorait courir partout, bouger, tout ce qui pouvait lui permettre de se dégourdir les jambes. Avec un enfant pareil à ses côtés, aucun doute qu’elle ne pouvait s’ennuyer !

Pendant le repas, Lavi ne cessait de poser des questions. La jeune femme, se contentait de manger, laissant Reiko répondre à toutes ses interrogations. Ainsi, elle évitait d’expliquer certaines choses, comme l’absence de sa mère. Elle n’avait aucune idée d’où cette femme puisse être, actuellement. Et si elle était morte ? Impossible de le savoir. Lavi ne parlait jamais de son passé. Eleonnora avait beau être proche de lui, il y avait certaines choses dont ils ne parlaient pas. Cela en faisait partie. Peut-être qu’elle devrait le questionner à ce sujet, un jour ?

Bien décidé à chercher sa maman, le rouquin fila hors de la cuisine. Il avait terminé son assiette, mais ne voulait attendre d’avoir mangé son dessert avant de partir à l’aventure. La jeune femme ne tarda pas à le poursuivre à la vitesse de l’éclair. Elle ne comptait pas l’égarer dans la Congrégation. Quelques instants plus tard, le gamin avait cessé sa course en bas des escaliers. Elle ne savait pas si c’était une bonne chose ou non, en fait. Il semblait fait mal, vu la chute qu’il venait de faire. Prenant le petit dans ses bras, elle tentait tant bien que mal de le consoler, espérant simplement qu’il ne morve pas sur son chandail. Lorsque Reiko arriva sur les lieux, elle lui expliqua ce qui venait de se passer.


-« Il a chuté dans les escaliers. Je crois qu’il s’est fait mal. Tu peux regarder ? »


Elle confia le gamin à l’asiatique afin qu’elle l’examine. Prenant soin de ne pas lui faire mal, la jeune femme s’adressait à Lavi, lui posant quelques questions sur ce qui venait de se produire. Cependant, le gamin ne disait rien. Puisque ce n’était pas le meilleur endroit où bavarder, Reiko emporta le petit garçon jusqu’à la cuisine, Eleonnora les talonnant de près. Une fois dans la pièce, la jeune femme, qui semblait s’y connaitre pour soulager les petits bobos, lui demanda de la glace. N’ayant aucune raison de rouspéter, la Russe enveloppa de la glace dans un linge à vaisselle et le donna à la jeune femme. Elle posa le tout sur la cheville du petit afin de le soulager. Ce qui allait davantage lui faire du bien, était le bon chocolat qu’Eleonnora prépara. Il n’y avait rien de mieux que du sucre afin de se remettre d’une mauvaise expérience comme celle-ci. Lorsque la friandise fut prête, elle la donna au garçon afin qu’il se régale. Il désirait retrouver sa mère, mais Eleonnora ne connaissait pas beaucoup de femmes rousses. Parmi celles qu’elle avait rencontré dans sa vie, aucune d’entre elles ne pouvaient être la mère du rouquin, c’était impossible. Elle préférait ne pas décevoir le gamin et se taire.

Lorsqu’il eut terminé son dessert, Lavi demanda à quel endroit il pouvait dormir. Comme Eleonnora ne connaissait pas sa chambre, elle ne pouvait y mener. De toute façon, elle ne prendrait pas le risque que son maitre se pose des questions. Elle préférait l’éviter un maximum. Il valait mieux qu’il reste dans sa chambre, là où elle pourra s’occuper de lui et veiller à ce qu’il ne se blesse pas de nouveau.


-« Tu vas dormir dans ma chambre. Je vais même te montrer mon arme, comme promis. Tu veux toujours la voir, n’est-ce pas ? » Demanda-t-elle en retirant la glace de la cheville du gamin, le prenant, par la suite, dans ses bras.

Elle le mena jusqu’à sa chambre, toujours suivit par Reiko. Heureusement que sa pièce était ordonnée. Elle avait remplis sa valise, lorsqu’elle était venue à la Congrégation. Puisqu’il lui manquait des vêtements, son séjour durant plus longtemps que prévu, elle était descendue en ville à quelques reprises afin de faire quelques emplettes. Elle avait des corsages, des robes et des jupes un peu partout dans ses tiroirs. Quelques heures avant, tout cela débordait de sa commode et elle avait dû faire un peu de rangement.
Une fois arrivée dans sa chambre, la jeune femme posa Lavi sur le lit. Elle le borda, le couvrant doucement d’une chaude couverture. Sur sa commode, elle y avait laissé son Innocence, au milieu d’un tas de produits de cosmétiques. Elle prit l’un des deux fusils, puis vint s’assoir sur le bord du lit, caressant la tête de l’enfant. Elle lui montra l’arme.


-« C’est mon arme. Il y a trrrrès longtemps, j’étais partie en mission avec un ami. On devait combattre un…. Un méchant monstre. Il était trrrrès moche et il tirait tout un tas de missiles vers nous. Mon ami voulait éviter que des innocents soient blessés à cause du monstre et il a couru les mettre en sécurité. Mais le monstre l’a vu et il s’est approcher de lui, trrrrès rapidement. Il allait lui lancer un missile et le tuer, mais c’est à ce moment que je suis arrivée et que j’ai pris mon arme. J’ai visé le monstre, puis j’ai tiré. Le monstre à exploser ! C’est grâce à cette arme que je peux combattre les monstres.»

Elle espérait que cette petite histoire pourrait lui suffire. Elle embrassa le petit Lavi sur le front, lui souriant tendrement. Puis, elle le regarda s’endormir paisiblement. Il était tout simplement adorable. Elle lui caressait la tête afin de l’apaiser, de l’aider à se détendre et à trouver le sommeil. Pendant ce temps, elle se retrouvait seule avec Reiko. Que dire ? Elle n’avait aucun sujet de conversation en tête. Elle resta donc silencieusement. Ce ne fut que quelques minutes plus tard qu’elle leva finalement les yeux vers la jeune femme.

-« Il est adorable, n’est-ce pas ? Qu’il soit adulte ou enfant, il est super crrraquant. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Jeu 7 Fév - 9:33

Les enfants étaient de manière générale très curieux et surtout ne tenaient pas en place. Lavi ne dérogeait pas à la règle. Mais à présent qu'elles avaient réussi à capter son attention grâce à leur discussion sur les exorcistes, le petit garçon était un peu plus sage, mais sans doute fallait-il rattacher ce calme soudain à la promesse d'Eleonnora de lui montrer son Innocence un peu plus tard, en échange justement de sa sagesse. Il avait en tout cas l'air très pressé de pouvoir voir une véritable arme. Reiko pourrait également voir de quoi elle disposait pour chasser les Akumas... la jeune femme baissa les yeux sur le petit garçon, lui répondant avec le sourire.

    « Si, j'en ai une aussi, tu la verras plus tard. »


La russe n'avait peut-être pas son arme sur elle, mais la japonaise l'avait bel et bien sur elle, quoiqu'elle préférait éviter pour le moment de mettre sa dague entre les mains du petit garçon. Mieux valait éviter les accidents et lui montrer son Innocence un peu plus tard, quand il serait moins excité. Et puis pour le moment, il y avait l'estomac du petit rouquin à remplir.

Le repas ne fut pas long à préparer, et ils purent bientôt tous s'installer pour manger tranquillement... ou presque. Quand on vous dit que les enfants ne tiennent pas en place... enfin en l'occurrence, Lavi restait tranquillement assis mais cela ne l'empêchait pas de poser une multitude de questions auxquelles Reiko faisait de son mieux pour répondre, tout en faisant danser sa fourchette dans les airs. Le petit garçon semblait très excité par les engagements auxquels il prendrait part dans le futur. Cela était amusant à voir. Quant à savoir s'il y avait des livres sur lkes exorcistes...

    « Oh certainement, il faudra aller voir à la bibliothèque. »


Restait maintenant à préparer le dessert. Mais cela n'était pas de l'avis de Den, qui s'était mis en tête de retrouver sa maman. Quoi de plus normal après tout pour un enfant ? Une mère était un repère irremplaçable. Seulement, la génitrice de Lavi ne devait sûrement pas se trouver à la Congrégation. D'ailleurs, Rei ne savait rien des parents du rouquin. Après tout il ne parlait jamais de sa famille, tout comme il parlait au final assez peu de lui-même. Quoiqu'il en soit, les deux femmes se mirent à courser l'enfant qui s'était déjà faufilé dans les couloirs de la Congrégation. Heureusement elle ne tardèrent pas à le retrouver... presque indemne. Il avait en effet fait une mauvaise chute dans les escaliers. La petite infirmière le prit dans ses bras et s'assura qu'il n'avait rien de cassé, il s'était simplement fait mal à la cheville. Au final rien de grave, même s'il valait mieux agir le plus rapidement possible pour éviter des complications. Emportant donc Den dans ses bras, elle le ramena dans la cuisine où elle demanda à la blonde de préparer de la glace. Pendant ce temps, elle réconfortait de son mieux le petit garçon qui n'avait pas l'air très fier de lui.

Pendant qu'il dégustait son chocolat, Rei pensa que parler un peu de sa maman lui ferait du bien. Et en effet, c'est avec enthousiasme qu'il décrivit sa maman ; évidemment il ne fallait pas s'attendre à un portrait complet, il ne fallait pas oublier qu'il était maintenant un enfant.

    « Je doute pas qu'elle doit être très jolie ! On ne la connaît pas non, mais qui sait ? Si on la croise, elle te reconnaîtra sans doute. »


Le petit garçon manifesta alors des signes de fatigue et demanda où il pouvait dormir. Ce fut Eleonnora qui prit les devants, emmenant l'enfant avec elle jusqu'à sa chambre, belle occasion pour respecter sa promesse et montrer son arme à Lavi. Reiko l'écouta distraitement raconter une histoire au bout de chou qui finit par s'endormir doucement. Vraiment mignon. Mais ça n'empêchait qu'elle se sentait préoccupée par son état. Allait-il rester longtemps ainsi ? Elle sortit de ses pensées quand la russe se mit à lui parler. Elle sursauta un peu, ne s'y étant pas attendue ; le silence durait en effet depuis un petit moment déjà.

    « Oui, c'est vrai... il est mignon comme tout. »


Elle regardait d'un air attendri le petit bout de chou endormi, la bouche légèrement entrouverte. Ne restait plus qu'à le laisser se reposer ainsi... mais des clameurs se firent bientôt entendre dans le couloir. Reiko reconnut la voix de Komui, qu'est-ce qu'il faisait là ? N'était-il pas censé travailler sur un antidote pour rendre son âge adulte à Lavi ? Jetant un œil à Eleonnora, l'asiatique alla bientôt ouvrir la porte de la chambre pour se montrer dans le couloir et tomba nez à nez avec le Grand Intendant.

    « Qu'est-ce que vous faites là ? »


    « Ah Reiko ! Justement je te cherchais, Lavi est toujours avec toi ? J'ai réussi à mettre au point un antidote au produit de tout à l'heure. »


    « … vous en êtes certain ? »


Komui ne répondit pas à cette question cependant, et passa à côté de l'asiatique qui n'eut pas le temps de protester ou de l'empêcher d'entrer. Mais au final, même s'il fallait se méfier des produits du chef de la Congrégation, avaient-ils d'autres choix que de le laisser administrer son ''antidote'' à Lavi ? Après tout, ce n'était certainement pas par la force du Saint-Esprit qu'il allait revenir à l'âge adulte... mais Komui, avec sa sollicitude habituelle, ne se donna pas la peine de réveiller l'enfant, profiter simplement de sa bouche entrouverte pour faire tomber dans sa gorge quelque gouttes de son produit. Manière de faire qui révulsa la japonaise.

    « Mais ça va pas bien ?! Vous pourriez au moins prendre le temps de le réveiller et de lui expliquer ! »


    « Pourquoi donc ? Ce ne serait que des complications supplémentaires. »


Reiko ravala sa fureur pour le moment, laissant Eleonnora s'occuper du Grand Intendant. Elle était nouvelle après tout et n'avait pas vraiment le caractère de s'opposer de la sorte à un supérieur, aussi malavisées soient ses actions. Elle préféra surveiller le petit garçon qui s'agitait dans son sommeil, veillant à ce qu'il ne s'étouffe pas... puis brusquement il y eut un petite déflagration faisait apparaître un léger nuage de fumée. Lavi n'avait quand même pas explosé ?! Reiko agita ses mains pour faire disparaître la fumée, elle-même laissant bientôt entrevoir....

Un lapin. Roux.

    « Oh ? Ce doit être un effet secondaire... hmm... »


Pas le temps de se retourner contre Komui. L'animal sans doute effrayé par l'agitation autour de lui, commença à courir dans la pièce heureusement fermée. L'asiatique lui courut après et finit par le coincer dans un coin, parlant avec douceur et l'attrapant lentement. Le soulevant au dessus du sol, il s'agitait encore, et Rei n'eut d'autre choix que de le glisser dans son T-shirt , laissant dépasser sa tête et et ses oreilles, pour le maintenir tranquille. Le pauvre petit tremblait, la jeune femme lui caressa doucement les oreilles.

    « Ça va aller... »


En fait non, ça n'allait pas. Que serait la prochaine transformation ? Une belette, un oiseau ? Le plus dur pour le moment était de contenir sa colère envers le Grand Intendant... mais Reiko avait hâte que Lavi reprenne sa véritable apparence. Même s'il faisait un enfant et un lapin très mignons, le jeune homme lui manquait.
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Jeu 7 Fév - 10:45

Avec une telle promesse, le jeune Lavi ne pouvait qu'à présent être le plus sage possible. Il tenait vraiment à voir ces armes de héros qui permettaient de terrasser des monstres. Ce n'était pas tout le monde qui pouvait se vanter de voir de telles choses et il se sentait privilégié. Du coup, il voulait absolument que les deux exorcistes soient fières de lui et qu'elles ne reviennent pas sur leur promesse. Il suffisait qu'il reste sage et ne courre pas partout donc ? Cela semblait simple à première vue mais comme il était excité comme tout, cela ne facilitait pas les choses. Une fois dans la cuisine, cela ne se calma pas vraiment puisqu'Eleonnora ne refusait pas de s'amuser avec lui, au contraire. Au final, ce n'était pas plus mal car au moins il ne se faisait pas gronder et il pouvait jouer comme il le désirait. Mais lorsque le repas fut prêt, il fut à nouveau plus calme, mangeant sans gigoter sur sa chaise bien qu'il ne cessait de poser des questions. Lavi avait toujours été curieux mais il l'était encore plus depuis qu'il avait mis les pieds à la Congrégation, dans un univers qui lui était totalement inconnu. Il ne comprenait pas bien ce qu'il faisait ici d'ailleurs et posa la question. La réponse lui allait très bien et il était même fier de cet avenir qui s'ouvrait à lui. Cependant, il lui manquait quelque chose. Sa mère.

Sans prévenir ou même demander la permission, il sortit de la cuisine à la recherche de cette dernière. Il y avait peu de chances pour qu'il la trouve ici mais ce n'était pas en restant assis dans la cuisine qu'il risquait de la revoir. Plutôt que de marcher, il courait, et ce fut la raison de sa chute dans les escaliers. Une fois arrivé en bas, il ne courait plus, il ne pouvait même plus se lever. Sa cheville était foulée et il se mit à pleurer, non pas juste à cause de la douleur mais parce qu'il sentait qu'il n'allait plus revoir sa mère maintenant qu'il était ici. Eleonnora ne tarda pas à le retrouver et à le prendre dans ses bras où il se mit à pleurer de plus belle. Il ne tarda pas à changer de bras et à retourner à la cuisine pour que sa cheville soit plus ou moins soignée. Il avait honte de lui et ne parlait plus, se contentant de boire le chocolat que la russe lui avait préparé. Au moins, il n'avait presque plus mal, c'était déjà ça. Mais sa mère restait introuvable.

Reiko lui demanda une description et il fit de son mieux pour la détailler mais un enfant n'était jamais aussi précis qu'un adulte et le peu de détails qu'il donna ne risquait pas de les aider à trouver une femme qui de toute façon ne serait pas trouvée. Mais ça, elles ne pouvaient le deviner. Reiko se voulait optimiste mais le garçon n'était pas convaincu qu'il puisse la retrouver facilement. Il ne se souvenait pas avoir été séparé d'elle et si ça se trouvait, elle l'avait abandonné, tout simplement. Il préférait ne pas y penser et de toute façon, à force de s'agiter et de pleurer, il commençait à fatiguer. Il demanda alors un endroit où dormir, ne connaissant pas encore les lieux. Eleonnora lui proposa sa chambre, lui rappelant qu'ainsi il pourrait voir l'arme tant promise. Cependant, il n'était plus certain de la mériter.


« Oui... mais j'ai pas été sage. » affirma t-il d'une petite voix

Il se laissa prendre dans les bras et cala sa tête contre l'épaule de la russe, somnolant déjà à moitié. Peu après, ils se retrouvèrent tous les trois dans la chambre et le petit Lavi se glissa sous les couvertures, au chaud. Il évitait de trop bouger pour que sa cheville ne lui fasse pas mal et attendait sagement que quelqu'un lui raconte une histoire. Eleonnora le borda puis s'éloigna avant de revenir vers le lit, lui montrant alors un révolver. Le garçon ouvrit grand son oeil, intrigué, curieux, cela ravivant légèrement son excitation. Une véritable arme ! Il n'osait pas la toucher, la regardant juste sous toutes les coutures. Ca avait l'air lourd. Puisqu'Eleonnora racontait une histoire, il l'écouta attentivement sans quitter l'arme des yeux, s'imaginant les scènes qu'elle contait. Peu à peu, il sentait sa paupière se fermer, plus fatigué qu'il ne l'aurait cru. Lorsque la jeune femme l'embrassa sur le front, il somnolait déjà. Peu après, il dormait profondément et ne fut pas dérangé par les paroles, apaisé par le mouvement de la main d'Eleonnora dans ses cheveux.

Il ne broncha même pas lorsque Komui fit une entrée fracassante mais toussa un peu lorsque le liquide qu'il versa atteignit sa gorge. C'était plus un réflexe que parce qu'il était réveillé. A vrai dire, rien n'avait changé. En tout cas, sur le moment. Quelques secondes plus tard, une transformation s'effectua. Mais pas celle désirée... A moins que le Grand Intendant ne désire un civet de lapin au souper. Car oui, Lavi était devenu non pas l'adulte qu'il était mais un simple lapin roux. Cette transformation soudaine l'avait réveillée mais son état d'esprit avait bien évidemment changé. Réveillé en sursaut, l'animal découvrait un environnement inconnu avec des formes étranges et des grosses voix qui lui faisaient peur. En voyant quelqu'un s'approcher de lui, il détala aussitôt et chercha une sortie. Il n'y en avait malheureusement pas, la porte étant fermée. Il opta donc pour une cachette afin qu'on n'essaie pas de l'attraper. Malheureusement, il se retrouva dans un cul de sac, piégé. Comme tout animal piégé, il était terrorisé, reculant en poussant de petits cris plaintifs lorsque Reiko s'approcha de lui. Bien que ses gestes étaient lents et doux, le lapin n'était pas rassuré. Qu'est-ce que c'était que cette grande chose qui l'attrapait ? Elle allait le dévorer tout cru ! Même dans ses bras, il se débattait, agitant les pattes arrières comme s'il allait pouvoir s'enfuir. Peu après, il se retrouva à l'intérieur d'un vêtement et cette chaleur couplée au tissu le rassurait un peu. Sa tête dépassait et il pouvait voir ce qui l'entourait. Ce n'était pas si mal que ça mais il tremblait encore, pas trop rassuré.


« Voyons le bon côté des choses, il serait peut-être plus facilement gérable sous cette forme. »

Cependant, il ne conserva pas cette forme bien longtemps. Ce n'était qu'un effet secondaire temporaire avant que Lavi ne reprenne sa forme adulte. Sans signe avant coureur, un nouveau nuage de fumée fit son apparition et le rouquin réapparu sous sa véritable forme, déchirant le haut de Reiko au passage, se retrouvant étalé sur elle. Il grimaça, les yeux fermés, un mal de crâne pas possible lui vrillant la tête. Il ne savait plus où il était ni ce qu'il avait bien pu se passer. Lorsqu'il ouvrit les yeux, il se les frotta, un peu perdu. Il réalisa alors que quelque chose n'était pas comme d'habitude. Son oeil droit ! A cause des multiples transformation, il l'avait perdu et à présent, rien d'autre que ses cheveux ne dissimulaient ce secret. Aussitôt, il plaqua sa main sur son oeil droit pour le dissimuler aux yeux des éventuels gens présents. Il ne remarqua pas tout de suite ce qui l'entourait. Levant la tête, il aperçu Eleonnora et Komui qui le regardaient. Ils étaient dans la chambre de la russe, Lavi reconnaissait les lieux mais pourquoi étaient-ils là ? Sentant quelque chose bouger sous lui, il baissa la tête et remarqua Reiko. Il était assis dessus. Il se redressa aussitôt en s'excusant, ne comprenant même pas comment elle avait atterrit là. C'est à ce moment là qu'il s'aperçut qu'il était entièrement nu mais aussi que Reiko n'était qu'à demie vêtue. Que se passait-il ... ? Perdu et gêné par la situation, il chercha quelque chose derrière laquelle se camoufler et opta pour la couverture. Faisant un pas vers le lit, il s'écroula plutôt dessus sans le vouloir. Son pied droit ne le portait plus ? Une douleur fulgurante l'avait pris à la cheville. Au moins, il avait rejoint la couverture rapidement... Il s'enroula aussitôt dedans avant de regarder les autres d'un air ahuri. Il n'était pas gêné que les filles le voient nu, après tout ce n'était pas comme si c'était une découverte pour elles, mais Komui, c'était une autre histoire...

« C'est quoi c'bordel ?! Pourquoi j'suis tout nu ? Pourquoi vous êtes tous là ? Qu'est-ce qu'y s'est passé ? »

Il cherchait dans sa mémoire des éléments mais la seule chose qui lui revenait, c'était son entrée dans le bureau de Komui. L'impact de l'arme sur lui. Aucun effet sur le moment. C'était à retardement... ? Seulement, le rouquin ne gardait aucun souvenir depuis ce moment là et il avait peur de savoir ce qui avait pu se produire. Avec le Grand Intendant, il fallait s'attendre à tout et surtout au pire...

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff
l'Double effet Kiss Kool
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 21/03/2012
Age : 24
Localisation : Dans mon terrier =D

Feuille de personnage
Age : 23 Ans
Nationalité : Russe
Surnom : Nora / Bloody

MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Mar 19 Fév - 15:17

Eleonnora n’avait pas la fibre maternelle, loin de là. Elle ne se voyait pas avec des enfants. Cependant, en s’occupant du petit Lavi, la jeune femme découvrait que les gamins pouvaient être très amusants. Elle s’était attachée au rouquin, bien que sa version adulte lui manquait énormément. Malgré tout, elle ne se décourageait pas. Elle profitait de l’enfant le temps qu’il était là. Elle qui n’aimait pas les enfants, en général, c’était un véritable miracle qu’elle s’attache à l’un d’eux.
Pour avoir été une enfant turbulente, elle savait ce que c’était que de toujours désobéir et faire à sa tête. Bien qu’elle avait demandé à Lavi de rester calme et sage s’il voulait qu’elle lui montre son Innocence. Il avait fait de son mieux pour ne pas de faire de bêtises. Cependant, au final, il s’était enfui afin de retrouver sa mère, oubliant complétement qu’il ne devait pas courir partout dans la Congrégation. Maintenant, il en payait le prix. Il s’était foulé la cheville en dévalant les escaliers. Reiko l’avait ramené à la cuisine afin de mettre un peu de glace sur sa blessure.

Puisque Lavi était fatigué et avait grandement besoin de reposer sa cheville blessée, Eleonnora le souleva de sa chaise afin de le prendre doucement dans ses bras. Elle le conserva contre elle alors qu’elle l’amenait à sa chambre. Elle lui proposait tout de même de lui montrer son arme anti-Akumas, s’il le désirait. Le petit affirmait qu’il n’avait pas été sage. Il ne méritait pas une telle récompense, selon lui. Cependant, la jeune femme n’était pas de cet avis. Il était bien trop adorable, il sera heureux de pouvoir voir son arme.


-« Ne t’en fais pas. Si tu veux toujours la voir, je vais te la montrer. »

Une fois dans sa chambre, Eleonnora borda le petit Lavi. Elle lui montra son arme, comme promis, lui racontant même une histoire afin qu’il s’endorme paisiblement. Cela porta ses fruits, car quelques secondes plus tard, le gamin était déjà endormi. Attendrie, elle le regarda pendant quelques instants. Combien de temps tout cela allait-il durer ? Les effets dus à l’invention de Komui allaient-ils s’estomper pendant son sommeil ? Elle espérait bien que si.

D’ailleurs, parlant de Komui, ce dernier fit du boucan dans le couloir, ce qui poussa Reiko à aller lui ouvrir la porte. Il entra, quelques instants plus tard. Il avait un antidote ? Elle espérait bien qu’il soit efficace. Elle craignait chacune de ses inventions. Elle avait entendu tellement d’histoires qu’elle était sur ses gardes à chaque fois qu’elle se trouvait dans le même périmètre que le scientifique. La jeune femme secoua légèrement Lavi afin de le réveiller. S’il devait boire la potion, il n’allait certainement pas le faire dans son état actuel. Cependant, Komui n’était pas du même avis qu’elle. Il fit couler le contenu de sa fiole dans la bouche du gamin. Ce dernier aurait pu s’étouffer et, d’ailleurs, il toussa un peu. Inquiète, Eleonnora s’assura que l’enfant allait bien avant de se lever pour faire face à Komui. Mais quel irresponsable ! Reiko semblait aussi offusquée qu’elle au sujet de sa manière de faire.


-« Des complications ? S’il s’étouffe ce serrra également des complications ! »

Parlant de complication, le nuage de fumée qui apparut soudainement en faisait probablement partie. La jeune femme se retourna vivement. Où était Lavi ? Le gamin n’était plus là. Il avait laissé sa place à un… lapin ? Il avait été transformé en lapin ?! Non mais oh ! Elle n’était pas zoophile ! Pas question qu’il reste ainsi. Komui avait intérêt à trouver quelqu’un de plus compétent que lui pour redonner à Lavi sa véritable apparence avant qu’il ne se retrouve suspendu par les pieds au-dessus d’un ravin. Furieuse, Eleonnora ne se gêna pas pour engueuler son supérieur qui jugeait que sous cette forme le rouquin était bien plus gérable.

-« Gérrrable ? Alors vous vous en fichez qu’il soit dans cet état ?! Non mais quel incompétent vous faites ! Vous avez intérrrêt à lui rendre son apparrrence tout de suite ! »

Elle continuait d’engueuler le Grand Intendant pendant que Reiko s’occupait du petit lapin apeuré. La jeune femme était bien trop frustrée pour s’en soucier. Elle ne se gênait pas pour dire sa façon de penser à Komui. Elle s’en fichait bien qu’il soit son supérieur. Il était incompétent et elle jugeait qu’il méritait de se faire ainsi réprimander. Alors qu’elle ne cessait de lui crier sa frustration, un nouveau nuage de fumée apparut. Aussitôt, la jeune femme se retourna vers Reiko et… Lavi. Il était maintenant nu, assis sur Reiko. Eleonnora fut bien heureuse de le voir se lever et s’éloigner. Une pointe de jalousie avait traversé la jeune femme à la simple idée de cette proximité avec l’asiatique. Maintenant assis sur le lit, se cachant tant bien que mal avec une couverture, le rouquin cherchait des explications à cette situation.

-« Demande ça à Komui. C’est à cause de lui et de ses fichus inventions tout ça ! »

Cependant, le principal concerné ne sembla pas vouloir s’expliquer. Il quitta la pièce puisque Lavi était redevenu normal. Cela laissait donc les deux femmes avec un rouquin nu. Poussant un soupire exaspéré, la jeune femme se demandait bien ce qu’elle pouvait bien faire, maintenant. Lavi ne pouvait pas sortir de sa chambre ainsi accoutré, mais comme elle ne savait pas où se situait la sienne, elle ne pouvait aller lui chercher des vêtements. Cependant, elle se souvint qu’une fois, après leurs ébats, il avait oublié de remettre son boxer en s’habillant à la hâte. Elle l’avait toujours quelque part, d’ailleurs. Elle ouvrit un tiroir, fouilla à l’intérieur, puis en sorti le vêtement qu’elle lança au rouquin. Cela ne lui dérangeait pas de le voir nu, mais le fait que Reiko soit là changeait la donne.

-« Tu t’es foulé la cheville en tombant dans les escaliers. Tu ne t’en souviens pas ? Tu ne sais pas ce qui s’est passé ces dernières heures ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Dim 24 Fév - 14:39

Lavi était décidément un enfant turbulent. Mais cela prouvait en quelque sorte à quel point il était vivant. Et cela amusait beaucoup Reiko d'avoir affaire à un petit garçon aussi agité, il était plaisant à regarder, avec sa petite bouille émerveillée à l'entente d'histoires héroïques. Malheureusement, il ne tenait pas non plus en place, et c'est en traversant la Congrégation en courant qu'il tomba dans les escaliers et se foula la cheville. La petite japonaise fit de son mieux pour le consoler et calmer sa douleur. Elle n'avait pas sur elle ses onguents et ses pommades, mais elle pourrait très bien lui en administrer un peu plus tard. Pour le moment, le petit garçon était fatigué et avait surtout besoin de se reposer.

Eleonnora se chargea de l'emmener jusqu'à sa chambre et de lui raconter une histoire, ce qui aida le petit garçon à s'endormir. Il en avait bien besoin... il était si paisible à présent, Reiko le regarda avec calme, surveillant sa respiration rendue tranquille par le sommeil ; elle se demandait néanmoins si il mettrait du temps à retrouver son âge véritable. Non pas que la compagnie du petit garçon lui déplaisait, au contraire. Mais il lui manquait tous ses souvenirs, tout ce qui faisait de lui celui qu'elle connaissait déjà. Ce n'était certes pas grand chose au final, mais elle serait plus rassurée quand il serait redevenu le vrai Lavi.

Komui fit son apparition quelques instants après, se disant porteur d'un antidote contre l'état actuel de l'apprenti Bookman. C'est un peu à contre-cœur qu'elles le laissèrent administrer son produit à l'enfant... d'une manière qui fit hausser le ton à la fois à Reiko et à la russe également. Ce n'était absolument pas des manières de donner à boire à quelqu'un alors qu'il était endormi ! Heureusement, Lavi ne s'étouffa pas comme le craignait la jeune femme, mais la transformation qu'il subit n'était pas celle escomptée par les trois autres. En effet, à la place du jeune homme roux qu'ils s'attendaient à retrouver, ce fut un petit lapin roux qui apparut.

Le pauvre animal était bien entendu effrayé par tout ce vacarme autour de lui. Eleonnora venait de se mettre à crier contre le grand Intendant. Il faut dire qu'il le méritait amplement. De son côté, Reiko essayait tant bien que mal de rattraper le pauvre petit animal qu'elle réussit à coincer dans un coin et à prendre doucement dans ses bras. Le fait d'avoir vécu à la campagne où il y avait pas mal de fermes lui était d'un grand secours. Lavi – ou plutôt le lapin – se débattait avec de petits cris de frayeur, et l'asiatique eut tôt fait de le caler tout contre elle dans son T-shirt, lui apportant ainsi chaleur et confort. Elle pouvait sentir le petit cœur de l'animal battre fortement contre elle, preuve qu'il était complètement épouvanté. Elle lui caressa doucement les oreilles, essayant ainsi de le calmer du mieux qu'elle pouvait.

Mais soudain, un nouveau nuage de fumée apparut, et Reiko perdit l'équilibre, basculant à la renverse. Sa tête cogna contre le sol, tandis qu'un bruit de déchirure se fit entendre tout près d'elle. Tout était allé si rapidement qu'elle ne prit pas conscience immédiatement de ce qui se passait. La douleur à sa tête faisait danser des étoiles devant ses yeux, et elle eut un mal fou à se redresser. Quelque chose l'en empêchait à vrai dire.

    « Itaaaaai... »


Une fois que la fumée eut disparue et que la vision de la japonaise se stabilisa, celle-ci put se rendre compte de la situation. La première chose qu'elle vit fut le visage de Lavi au-dessus d'elle, comme il était assis sur elle. Il tenait sa main sur son œil habituellement recouvert d'un cache-œil. Pour le reste... et bien, il était nu, bien entendu, puisqu'il ne s'était pas baladé avec des vêtements d'exorciste quand il était sous sa forme de lapin. Quand au T-shirt de Reiko, il ne pouvait guère plus porter ce nom. Le fait que Lavi ait retrouvé sa forme humaine quand elle tenait dans son vêtement l'avait complètement déchiré. La situation était plutôt gênante, en présence de Komui et d'Eleonnora. Une fois que Lavi se fut redressé et éloigné, l'infirmière s'empressa de rabattre les pans de son gilet, cachant ainsi son sous-vêtement. Le rouquin quant à lui, dut s'enrouler dans la couverture du lit, trébuchant au passage alors qu'il se rendait jusqu'au meuble. Il n'avait même plus souvenir de ce qui s'était passé.

Mais quand la blonde pointa Komui afin qu'il explique ce qui s'était réellement passé, ce dernier s'éclipsa aussi vite qu'il était venu. Évidemment, maintenant que Lavi avait retrouvé sa forme originelle, il n'avait plus rien à faire. Sans doute voulait-il éviter pour le moment de se faire aussi sermonner. Reiko se le promettait, à l'avenir elle éviterait autant que possible de croiser ce désastreux scientifique aux produits redoutables. C'est les sourcils haussée qu'elle vit la russe sortir un sous-vêtement masculin de son tiroir pour le lancer au rouquin. Elle en cachait beaucoup comme ça dans son tiroir ? De plus, il allait parfaitement au jeune homme. Est-ce que par hasard il lui appartenait ? Rei ne savait pas trop quoi penser, sinon que cela la mettait subitement mal à l'aise. Mais ce n'était guère le moment de songer à cela. Peut-être pourrait-elle en reparler avec le rouquin plus tard. Pour le moment, il fallait s'occuper de lui. Tandis que la blonde s'enquerrait des plus récents souvenirs de Lavi, l'infirmière rouvrit son gilet pour déchirer une longue bande de son T-shirt. Autant qu'il serve encore un peu. Puis elle s'approcha du rouquin.

    « Tiens. C'est pour ton œil, en attendant que tu puisses mettre la main sur un vrai cache-œil. Je te le mets ? »


Se penchant derrière la tête de l'apprenti Bookman, elle fixa au mieux la bande de tissu de manière à ce que Lavi ne soit plus incommodé. Pourquoi cachait-il son œil au juste ? Reiko ne le lui avait jamais demandé. Cependant elle doutait qu'il lui réponde, alors autant ne pas le questionner à ce sujet. Elle en savait bien peu sur son camarade à vrai dire... mais ils avaient encore le temps de se connaître après tout. Penché sur lui, son buste touchait l'épaule tiède du jeune homme. Elle n'avait pas rabattu son gilet, n'ayant pas d'attaches sur ce vêtement, mais qu'importait ? Ce n'était pas cette proximité qui allait la gêner. Pas après ce qui s'était passé entre eux un peu plus tôt dans la journée.

    « Voilà. Ça va aller ? Et ne t'en fais pas pour ta jambe, tu t'es simplement foulé la cheville, comme te la dit Eleonnora. J'ai de quoi soigner cela, je te donnerais ce qu'il faut quand je retournerais à ma chambre. » lui dit-elle avec un gentil sourire.


Elle referma ensuite son gilet, s'étant éloignée du jeune homme. Il faisait assez frais selon elle. Sans doute était son vêtement en moins qui lui procurait cette sensation de froid. Elle était bonne pour aller se changer à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Dim 24 Fév - 19:00

Le petit Lavi n'était décidément pas fier de lui. Il se sentait blessé, à la fois physiquement et mentalement. Il avait l'impression d'avoir été abandonné par sa mère, laissé là aux mains de gens qu'il ne connaissait pas. Ces exorcistes avaient l'air gentilles et bienveillantes, mais elles restaient des inconnues en qui il n'avait pas confiance. Tout ce qu'il voulait pour le moment, c'était sa mère, pour qu'elle lui explique ce qu'il faisait là. Ne pas la voir ne le rassurait pas vraiment mais cela ne l'empêchait pas de s'amuser comme n'importe quel enfant de son âge. Bien que turbulent, il savait se tenir, surtout qu'il en avait fait la promesse dans l'optique de voir enfin l'arme d'Eleonnora. Malgré tout, sa fuite suivie de sa chute dans les escaliers venaient de faire voler en éclat cette promesse. Il était donc penaud et blessé, incapable à présent de se déplacer par lui-même. Il regrettait de s'être enfui de la sorte et pensait donc ne pas mériter de voir l'Innocence de la russe.

Pourtant, alors qu'elle venait de le transporter jusqu'à sa chambre pour qu'il puisse se reposer, elle ne rechigna pas à lui dévoiler l'arme à feu. Il ne savait pas s'il le méritait mais il était vraiment content de pouvoir admirer l'objet. C'était une belle arme mais il ne la toucha pas, se contentant d'écouter Eleonnora conter l'histoire qui allait avec. Malheureusement, la fatigue eut raison de lui et il ne tarda pas à s'endormir profondément. Il était plus fatigué qu'il ne l'aurait cru, même pas dérangé par le brouhaha que généra l'arrivée de Komui. Ce ne fut que lorsque l'antidote atteignit ses lèvres que le garçon se réveilla, toussant à cause du liquide et de la position dans laquelle il l'avait ingurgité. A vrai dire, il n'était même pas encore vraiment réveillé. Ce n'était pas plus mal car ainsi, il ne se rendit pas compte du changement effectué chez lui... D'un enfant, il était passé au stade animal. A présent, il était un lapin au pelage roux, terrorisé et qui essayait de s'enfuir tandis que Komui tentait de se justifier auprès d'Eleonnora.

« Je ne m'en fiche pas mais c'est toujours mieux qu'il soit sous cette forme que mort, non ? Ce que vous pouvez être pessimiste ! La science, c'est parfois aléatoire... Ce sont les risques du métier ! Mais tout n'est pas perdu, je vais trouver autre chose ! »

Pendant ce temps, le lapin tentait de s'enfuir ou au moins de s'éloigner le plus possible des éclats de voix et de l'agitation qui régnait dans la pièce. Cependant, Reiko fut plus maligne et coinça l'animal qu'elle cala sous son haut. C'était une bonne idée car le lapin cessa de s'agiter mais l'asiatique n'aurait pu prévoir que cette transformation n'était que temporaire. Quelques secondes plus tard, ce n'était plus un animal qu'elle tenait entre ses bras mais bien Lavi, redevenu adulte. Ce soudain changement les fit tomber au sol, le rouquin écrasant involontairement l'infirmière à cause de sa chute. Il était complétement perdu, ne se souvenait de rien depuis qu'il était devenu un enfant et il s'interrogeait sur de nombreuses choses. Pourquoi était-il dans la chambre de Nora ? Pourquoi Komui était présent ? Pourquoi était-il nu ? Pourquoi Reiko était-elle sous lui et pourquoi son vêtement était-il déchiré ?

Dans l'ordre le plus urgent, Lavi décida de se lever pour laisser Reiko respirer et ne plus lui faire mal. Il en profita pour se diriger vers le lit afin de s'emparer de la couverture pour se couvrir un minimum mais il l'atteignit plus vite que prévu... Sa cheville faisait des siennes, ne le supportant plus comme il fallait. C'était quoi cette nouveauté encore ? Que s'était-il donc passé ? La seule chose dont il était certain, c'était que la faute venait assurément de Komui. Tout avait commencé par sa faute ! Mais l'apprenti bookman avait besoin qu'on lui rafraichisse la mémoire et qu'on lui explique comment ils en étaient arrivés là.

Eleonnora confirma que la faute revenait entièrement à Komui, comme Lavi le pensait déjà. Cependant, ce dernier avait déjà pris la poudre d'escampette, ne tenant sans doute pas à se faire à nouveau incendier. Le rouquin poussa un soupir agacé et posa alors quelques questions aux femmes qui étaient là. Que s'était-il donc passé entre temps ? Quelque part, il avait un peu peur de la réponse. Plutôt que de lui répondre, la russe fouilla dans un tiroir à vêtements. Que faisait-elle ? Même s'il n'avait pas de vêtements à se mettre sur le dos, pas question de porter une robe ! De toute façon, il ne rentrerait sans doute pas dedans. Mais contre toute attente, elle sortit un boxer. Pas n'importe lequel : le sien. Il se souvenait en avoir oublié un une fois à la suite de leurs ébats. On pouvait dire qu'il tombait bien. Lâchant la couverture, il s'empara du vêtement et l'enfila aussitôt, fermant son oeil droit vu qu'il avait besoin de ses deux mains. Une fois mis, il reposa sa main sur son oeil. Puisque Komui n'était plus là, il n'était plus gêné de se balader ainsi. Après tout, les deux femmes face à lui l'avaient déjà vu nu.


« Merci Nora. »

Il lui offrit un sourire et même s'il était gêné de la situation, il n'en laissa rien paraitre. Eleonnora se rendait-elle compte que faire ce qu'elle venait de faire risquait de donner des indices à Reiko sur la nature de leur relation ? Personne ne devait être au courant et pour le moment, c'était mal parti. Mieux valait éviter d'en parler. Avec un peu de chance, l'asiatique oublierait vite ce détail... en tout cas, Lavi l'espérait.
Eleonnora lui expliqua qu'il était tombé dans les escaliers, ce qui expliquait pourquoi il avait du mal à tenir debout. Non, il ne se souvenait de rien, c'était bien le problème. Il se rappelait juste le moment passé avec Reiko puis leur courte visite dans le bureau du Grand Intendant et enfin le passage chez Hevlaska. Lui qui n'oubliait jamais rien, il était vexé que ces derniers moments soient absents de sa mémoire
.

« Hmm, j'comprends mieux. Non, je ne me souviens de rien... Juste de tout ce qui a précédé la visite chez Hevlaska. Il s'est passé quoi ? Que m'a fait ce fou furieux ? Rien de grave hein ?? » demanda t-il avec inquiétude tout en se regardant, vérifiant qu'il ne lui manquait pas un bout quelque part

Visiblement, rien ne manquait à l'appel mais il préférait être sûr. Reiko s'approcha de lui pour lui faire un bandage de fortune à l'aide des restes de son haut. C'était une bonne chose, ainsi il n'aurait plus besoin de dissimuler cette partie de lui plus longtemps. Cela ferait l'affaire le temps qu'il se procure un autre cache-oeil à sa taille. Il laissa donc l'infirmière faire, appréciant de la sentir si proche de lui. Au moins elle lui tenait chaud et ce contact lui rappelait le moment qu'ils avaient passé ensemble peu avant tout ça. Il se souvenait d'ailleurs être revenu à lui sur elle. Il était temps de s'excuser même s'il ne savait pas pourquoi.


« Oui Rei-chan, s'il te plait ! Ce sera plus pratique comme ça et puis comme ça, ton vêtement ne s'ra pas sacrifié pour rien. Je t'ai pas fait mal d'ailleurs ? Désolé en tout cas... »

Au moins, s'il avait passé un mauvais moment, il n'en avait plus aucun souvenir, c'était un mal pour un bien. Et puis ce qui était fait était fait, il ne servait à rien de revenir dessus. Tout ce que souhaitais Lavi était qu'il ne se soit pas compromis d'une façon ou d'une autre. A présent, il avait envie de se reposer un peu et surtout de retourner à sa chambre où il pourrait s'habiller correctement. La visite de la Congrégation serait donc reportée pour le moment. Mais comme le soulignait Reiko, sa cheville avait besoin de soin bien qu'il pensait que cela guérirait tout seul. Mieux valait tout de même éviter une mauvaise surprise avec une semi-guérison et une faiblesse à la cheville dans le futur.

« Je passerais à ta chambre plus tard alors. J'pense que le reste de la visite attendra, j'me sens pas trop de boiter toute la journée dans tout le bâtiment. Et j'suis fatigué, je sais pas pourquoi... Ca te dérange pas si on reporte ? » demanda t-il à Reiko avant de se tourner vers Nora « Merci à toutes les deux pour votre aide en tout cas. Au moins cette aventure vous aura permis d'vous connaitre ! C'est un bon point. Hmm, ça vous dérangerait d'm'aider à retourner à ma chambre ? » fit-il avec un sourire gêné

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff
l'Double effet Kiss Kool
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 21/03/2012
Age : 24
Localisation : Dans mon terrier =D

Feuille de personnage
Age : 23 Ans
Nationalité : Russe
Surnom : Nora / Bloody

MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Lun 25 Fév - 16:59

Eleonnora n’aimait pas Komui. Cela en était ainsi depuis la première fois qu’elle l’avait rencontré à la Congrégation. Il était tout le contraire de ce que son père lui avait enseigné. Comment un tel incompétent arrivait à gérer le QG ? Il passait son temps dans un désordre sans nom à créer des inventions farfelues aux conséquences désastreuses. Pourtant, il conservait son poste depuis longtemps. Quelque part, il devait faire du bon boulot… à moins que le bon boulot soit celui fait par les exorcistes qui partaient constamment en mission. Quoi qu’il en soit, aux yeux d’Eleonnora, il restait un incompétent qui avait obtenu son titre dans une boite de céréales.

Ce qu’il avait fait à Lavi en était une preuve indéniable. Elle ne voyait pas en quoi être pessimiste sur le fait que le rouquin soit devenu un lapin soit si mauvais. Comment osait-il dire ça ? Comment osait-il prendre cette situation à la légère ? Il avait transformé l’un de ses exorcistes en animal ! L’exorciste en question étant l’amant d’Eleonnora, cette dernière n’allait certainement pas se gêner pour se mêler de la situation. Elle engueulait Komui sans se gêner. Il allait connaitre le fond de sa pensée, peu importe que ce soit son supérieur ou non. Il n’avait qu’à être un minimum professionnel et responsable. C’était de sa faute si cela était arrivé.

Pendant qu’elle engueulait le grand Intendant, un miracle se produit : Lavi redevint humain. Pas un enfant, ni même un adolescent, mais bien un jeune adulte. Il avait semblait avoir retrouvé tous ses morceaux intacts, d’ailleurs. La jeune femme le reluqua, un bref instant, avant qu’il ne se cache à l’aide d’une couverture. Komui en profita pour se sauver, avant de devoir subir d’autres réprimandes. Il faisait bien, car il ne s’en serait probablement pas sorti sans cris et insultes. Pendant ce temps, Eleonnora pouvait tenter de retrouver son calme. Elle en avait assez de cette situation. Heureusement que les choses étaient redevenues normales.

Puisque Lavi était nu, Eleonnora lui lança un boxer qu’il avait oublié dans sa chambre, une fois, après leur ébat. Elle n’avait pas pensé au fait que cela pourrait paraitre louche aux yeux de Reiko. En ce moment, elle était encore bien trop énervée contre Komui pour y penser. Rien ne pourrait calmer sa mauvaise humeur pour l’instant, sauf de l’entrainement ou une partie de jambe en l’air. Elle s’assit sur le bord du lit et croisa les jambes. La fente sur le côté de sa longue jupe dévoila bien rapidement sa peau nue, mais elle s’en fichait. Il n’y avait pas beaucoup de choses qui avaient d’importance à ses yeux, en ce moment. En fait, il n’y avait que Lavi.

La jeune femme observa Reiko s’approcher de lui afin de lui faire un cache-œil grâce à un morceau de vêtement déchiré. Sans savoir pourquoi, Eleonnora ressentit une pointe de jalousie qu’elle tenta habillement de camoufler. Elle n’avait plus de chandail et était un peu trop près de son amant à son goût. Cependant, elle n’y pouvait rien. Après tout, sa relation avec Lavi n’était que physique, il pouvait bien aller voir où il voulait, tout comme elle. Par contre, elle, elle n’avait plus envie des autres hommes.

Lavi demanda ce qui s’était passé, comment il avait perdu la mémoire. Eleonnora ne saurait répondre, elle n’en connaissait que les grandes lignes. Elle laissa donc Reiko parler à sa place, se contentant de regarder devant elle, l’air absente. Elle avait besoin de s’entrainer. Cette idée envahissait son esprit. Dommage que Lavi soit blessé, il aurait pu l’accompagner. La jeune femme sera donc seule. Avant tout, elle devait expulser les deux exorcistes de sa chambre.

Puisque, justement, Lavi désirait retourner à la sienne, la jeune femme sauta sur l’occasion. Elle se leva et s’approcha de son amant afin de l’aider à se lever. Une fois qu’il fut debout, elle se tenait devant lui, savourant cette proximité. Elle lui fit un bref sourire avant de passer un bras au-dessus de sa taille, positionnée du côté où il ne pouvait marcher.


-« Ça va aller, comme ça ? » Demanda-t-elle avant de se mettre en marche.

Elle laissa Lavi la guider jusqu’à sa chambre. Heureusement, elle n’était pas très loin de là. Il n’aurait jamais pu marcher longtemps avec sa blessure. Il y avait peu de monde dans les couloirs, pour ne pas dire qu’ils étaient déserts. C’était une bonne chose. Vu le manque de vêtements de Lavi et celui de Reiko, n’importe qui se serait posé des questions. En fait, il suffirait de dire que c’était la faute de Komui pour que n’importe qui soit compatissant. Quoi qu’il en soit, Eleonnora s’arrêta devant la chambre du rouquin. Elle vint pour l’embrasser sur la joue, amorçant un mouvement pour s’approcher de lui, mais s’arrêta rapidement.


-« Prend soin de toi, Lavi. »

Elle fit un signe de main à Reiko, la saluant brièvement, puis s’éloigna. Elle avait besoin de se changer les idées. Elle ne prit pas la peine de se changer, s’arrêtant à sa chambre uniquement pour attraper son innocence. Ce n’était pas une longue jupe qui allait l’encombrer pendant un entrainement. Il y a parfois des moments où il ne faut pas se questionner et seulement passer à l’action. Il y a des détails qui nous échappent parfois, d’autres qui nous marquent. Lorsqu’elle en aura l’occasion, Eleonnora questionnera Lavi. Elle voulait en savoir plus sur lui, sur son passé. S’était-il appelé Den, auparavant ? Pourquoi tenait-il tant à dissimulé son œil ? Pourquoi tant de mystère autour de lui ? Un jour, elle aura les réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Mar 26 Fév - 20:22

Ouch... ça, Reiko ne l'avait pas vu venir. L'instant d'avant, elle tenait contre elle le pauvre Lavi transformé en lapin roux après sa phase d'enfant de cinq ans. Il était tout aussi mignon sous cette forme, bien que moins gérable encore que quand il était humain. Doté à présent d'un instinct animal, la petite bête tremblait de peur avec tous ces gens autour d'elle, et la jeune femme dut le caler dans son T-shirt pour le calmer et le mettre en confiance. Cela marcha, mais pas bien longtemps, puisqu'il ne tarda pas à retrouver sa forme et son âge véritable, faisant basculer du même coup la japonaise contre le sol. Lavi était en effet bien plus grand et lourd qu'elle.

Le trouble-fête – à savoir, Komui – avait déjà pris la poudre d'escampette, laissant en plan le trio et échappant ainsi à une ribambelle de critiques et de propos coléreux. Toutefois, la situation ne s'allégea pas pour autant en l'absence du Grand Intendant. En effet, Eleonnora venait de sortir un sous-vêtement qu'elle lança à Lavi pour que ce dernier ne reste pas caché derrière la couverture. La présence d'un tel vêtement masculin dans la chambre d'une femme mit la puce à l'oreille de Rei. N'y avait-il pas quelque chose entre eux ? Certes, ça ne la regardait pas... mais tout de même, avec ce qui venait de se passer entre elle et le rouquin, l'asiatique était tout de même légèrement mal à l'aise. La russe enchaîna ensuite avec de courtes explications, puisque Lavi ne se souvenait de rien de ce qui s'était passé. Et pour cette raison, Reiko dut alimenter à son tour le récit de la blonde, le complétant avec les éléments déclencheurs de toute cette histoire.

    « Hé bien... Tu sais, le produit que tu t'es pris en entrant dans le bureau de Komui ? Il devait avoir un effet retardé... parce qu'après mon entretien avec Hevlaska, je t'ai retrouvé sous la forme d'un enfant sur la plateforme. Tu avais perdu tes souvenirs, en bref tu avais rajeuni. Komui est allé travailler ensuite sur un antidote, puis j'ai croisé Eleonnora, et on est resté tous les trois jusqu'à ce que le grand Intendant revienne avec une sorte d'antidote, mais, hmm... ça t'a transformé en lapin en fait... comme tu étais trop effrayé et agité je t'ai calé contre moi et c'est là que le produit a agi encore une fois, pour te rendre ta forme habituelle. Voilà qui explique notre état... » conclut-elle en le montrant et en pointant également son buste dénudé.


Ce disant, elle attendit que Lavi ait enfilé son sous-vêtement pour s'approcher de lui et lui confectionner un cache-œil de fortune avec ce qu'il restait de son haut. L'apprenti Bookman semblait en effet très gêné de ne plus avoir son bandeau sur l'œil. Et si Reiko se demandait pourquoi, elle ne posa cependant pas de question. Un jour peut-être, mais là, ce n'était pas le moment. Touchant la peau du rouquin, la jeune fille put constater qu'il avait un peu froid, mais elle ne se permit pas de le prendre dans ses bras ni de le frictionner. Ça pouvait être mal vu, surtout en présence de la blonde. Elle se redressa donc et offrit un sourire à son ami.

    « Mais non, Lavi-kun, ne t'en fais pas. Tu n'y es pour rien, ne t'excuses pas. Et je vais bien, il n'y a pas de souci. C'est toi qui a reçu le plus de dégâts. »


Cela étant fait, elle promit au rouquin de lui donner de quoi soigner son entorse. On avait beau se dire que c'était le genre de blessure qui disparaissait seule, il ne fallait surtout pas la négliger. Lavi lui dit qu'il passerait un peu plus tard à sa chambre, pour prendre ce dont il aurait besoin pour que sa guérison soit la plus correcte possible. En tout cas, il était hors de question qu'il se déplace davantage dans la Congrégation pour aujourd'hui. Tous ces événements avaient dû l'épuiser, et il avait avant tout besoin de se reposer.

    « Oui, pas de souci. Ça ne presse pas et puis, tu m'as déjà montré l'essentiel. » dit-elle avec un sourire.


Restait à aider Lavi à le reconduite à sa chambre qui, heureusement, n'était pas loin d'ici. Fermant soigneusement son gilet, Reiko suivit le rouquin et la blonde, cette dernière saluant bientôt l'apprenti Bookman puis l'asiatique, qui répondit à son bref geste. Rei ne savait que penser d'elle. Elle ne pouvait guère encore faire de jugement après tout, elle ne la connaissait pas encore très bien. Elle se tourna ensuite vers son ami, qui avait incroyablement rejoint son lit en slalomant entre les montagnes de documents.

    « Ma chambre n'est pas loin, je reviens te chercher ce qu'il faut. Ça limitera tes mouvements au moins. »


Elle se rendit rapidement à sa chambre et ouvrit sa valise dans laquelle elle avait pu jeter quelques fioles de médicaments en partant d'Italie. Dénichant sa pommade anti-inflammatoire et quelques bandages, elle revint vite à la chambre de Lavi. Bookman était absent, la jeune femme se glissa donc entre les piles de feuilles, prenant garde de ne rien faire tomber, essayant de ne pas glisser ni de froisser les différents journaux. Une fois à hauteur du rouquin elle lui tendit le matériel et lui expliqua qu'il allait devoir mettre de ce baume sur la région douloureuse pendant plusieurs jours.

    « Voilà, je vais te laisser te reposer maintenant, tu en as bien besoin. À bientôt, usagi-kun. » termina-t-elle avec un gentil rire.


Et puisqu'ils étaient seuls, Reiko se permit d'embrasser légèrement le rouquin. Le goût de ses lèvres lui plaisait plutôt. Souriante et lui souhaitant un bon repos, la petite infirmière rejoignit sa chambre à son tour, et tomba sur sa valise à moitié défaite. Il était temps de ranger tout cela. Et puis, si elle pouvait, elle se débrouillerait pour pouvoir faire pousser des plantes dans sa chambre. La jeune fille se dirigea vers la fenêtre et noya son regard dans le ciel, ne touchant pas encore à ses affaires. Que lui réservait l'avenir à la Congrégation maintenant...
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   Dim 3 Mar - 21:09

Nu, la cheville foulée, entourée de trois personnes au milieu de la chambre d'Eleonnora, Lavi ne comprenait pas comment tout ça avait pu se produire. Et effectivement, jamais il n'aurait pu deviner si Reiko ne le lui avait pas dit. Il essayait d'imaginer comment les choses avaient pu se passer, aidé des explications de l'asiatique, se demandant si il n'y avait eu aucun problème... Après tout, comme elle le disait, il avait rajeuni et à présent il ne se souvenait de rien. Qu'avait-il dit ? Avait-il révélé des détails de son passé sans le vouloir ? Il espérait sincèrement que non. Mais puisqu'aucune des deux exorcistes ne lui posa de questions particulières, il en déduisit qu'il avait réussi à tenir sa langue. C'était déjà ça... Au moins en lapin, il n'avait rien pu faire d'idiot. Et puis cela lui avait permis d'atterrir dans le décolleté de Reiko. Ca avait eu du bon au final !

« J'espère que j'ai pas été trop casse-pied en rajeunissant ! »

Avant qu'il ne soit sous la coupe de Bookman, le rouquin se souvenait avoir été un enfant assez turbulent. Sans doute avait-il mis la patience des exorcistes à rude épreuve mais personne n'avait l'air de lui en vouloir. A vrai dire, les foudres de chacun était focalisées sur Komui... qui avait pris la poudre d'escampette dès que Lavi eut repris sa forme normale. Faire face à ses responsabilités, ce n'était vraiment pas le truc du Grand Intendant... au plus grand désespoir de chacun. Néanmoins, ce n'était pas une raison pour que l'apprenti bookman renie également les siennes et il s'excusa auprès de Reiko qui lui avait servi de coussin amortisseur. Heureusement, elle n'avait rien eu et ne lui en voulait pas.

Mais dans l'état actuel du rouquin, la visite de la Congrégation devait être reportée. Il ne se voyait pas clopiner à travers les multiples étages du QG pour le moment. De plus, il ne savait pas si c'était un effet secondaire de ses transformations mais il se sentait relativement fatigué. Dormir un peu lui semblait le seul bon plan pour le moment. Encore une fois, la jeune femme ne lui en voulu pas de remettre leurs plans à plus tard. Elle aussi voulait sans doute rejoindre rapidement sa chambre. Et comme elle le disait si bien, il lui avait déjà montré les quelques points essentiels. Pour le reste, elle pourrait toujours demander à quelqu'un d'autre en attendant. Pourquoi pas Eleonnora ? S'entendaient-elles bien ? Difficile à dire. Lavi ne cherchait pas vraiment à le savoir, focalisé sur ses propres problèmes. Au moins, celui de son oeil était réglé grâce à Reiko qui lui avait fait un bandage de fortune. Il ne se serait pas vu traverser les couloirs en boitant et en cachant son oeil. D'ailleurs, il aurait simplement du mal à se déplacer seul. Il le pouvait, bien entendu, mais cela lui prendrait bien plus de temps que s'il demandait de l'aide.

Par chance, Eleonnora et Reiko n'avaient pas l'air de vouloir le laisser se débrouiller par lui-même et l'accompagnèrent jusqu'à sa chambre. Lavi n'était pas mécontent de pouvoir ainsi s'appuyer sur la jeune femme, toujours ravi de la sentir contre lui. Grâce à elle, il pu rejoindre sa chambre assez vite mais fut déçu de la voir partir si rapidement. Il perçu son geste et se demanda pourquoi elle s'était ravisée. Mais bien vite, il se souvint de la présence de Reiko qui était avec eux. Ils ne pouvaient se permettre de faire quoique ce soit, pas même un geste tendre ou trop amical l'un envers l'autre. Eleonnora tenait à sa réputation de femme froide et professionnelle et il n'était pas question de se dévoiler devant les autres. Mais n'était-ce pas déjà trop tard avec ce qu'il s'était produit dans la chambre ? Lavi se contenta de lui sourire lorsqu'elle lui souhaita de prendre soin de lui.


« J'ferais au mieux. Je ne tiens pas à être un poids pour les autres ! »

Elle s'éloigna et le rouquin ne s'attarda pas debout, se glissant dans sa chambre pour se faufiler jusqu'à son lit. Si c'était déjà un parcours du combattant pour arriver à son lit en temps normal, cela l'était davantage avec une cheville foulée. Mais il avait l'habitude et finit par se laisser tomber sur le matelas. Reiko ne le suivit pas à l'intérieur, annonçant qu'elle partait chercher ce dont il avait besoin. Profitant de sa courte absence, il s'étira et fouilla dans ses affaires pour en sortir un cache-oeil. Par chance, il en avait un de rechange... Il se débarrassa du bandage de fortune et le remplaça aussitôt par le cache-oeil. Ainsi, c'était bien mieux...

Reiko ne tarda pas à revenir pour lui donner de quoi soigner sa blessure. Au moins grâce à ça il guérirait sans doute plus vite. Il attrapa le tout et le déposa sur le matelas à côté de lui, comptant bien s'en servir dès aujourd'hui. La jeune femme lui souhaita à son tour un bon repos sans manquer de le taquiner à cause de sa transformation, subie un peu plus tôt. Lavi avait l'habitude de ce surnom mais dans la bouche de Reiko, il avait l'avantage d'être un minimum affectueux. Du coup, le rouquin se mit à rire.


« J'espère que tu m'as trouvé suffisamment mignon en lapin pour ne pas avoir eu envie de me transformer en civet ! »

Juste avant de partir, elle l'embrassa, ce qui le surprit un peu mais ne lui déplut pas. Après tout, après ce qu'ils avaient partagé peu avant, ce geste affectif n'avait rien de choquant. Souriant, il la salua et s'occupa de soigner sa blessure dès qu'elle eut quitté la chambre. Il n'était pas mécontent que cette mésaventure ait pris fin avant qu'un drame ne se produise. Sa cheville bandée, il se glissa sous la couverture et ne tarda pas à s'endormir. Il ignorait qui de l'enfant ou du lapin lui avait fait dépenser le plus d'énergie, mais il était épuisé...



~~~~Terminé~~~~

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une autre réalité [Lavi & Reiko]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une autre réalité [Lavi & Reiko]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» UN AUTRE CAS D'USAGE DE FAUX ! SENBLE JUDE CELESTIN PA INGENIEUR VRE !
» Une Etoile s'éteint, une autre renait... [Mort d'Etoile de Satin, Ceux qui veulent lui rendre hommage]
» Club de Karaté et autre du meme genre
» Tout peut basculer, d'une minute à l'autre. [Luffy!]
» [FINI]Oups... Ou comment penser à autre chose ! [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.Gray-Man Rpg :: [ Zone Rp] Quartiers généraux des factions :: La Congrégation de l'Ombre :: Les autres lieux-
Sauter vers: