◘ ◘ ◘ Un monde déchiré par les guerres, un combat entre le bien et le mal, quel camp sera le votre ? ◘ ◘ ◘
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Doux songe de midi, rêve des milles et une nuit {Pv Shalden

Aller en bas 
AuteurMessage
Hannah J. Karzavosky

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 04/09/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Age : La vingtaine.
Nationalité : Tchétchène.
Surnom : Mademoiselle Sourire

MessageSujet: Doux songe de midi, rêve des milles et une nuit {Pv Shalden   Dim 9 Sep - 23:21


    Le Noir. Infâme Noir. Ténèbres illusoires, ténèbres qui égorgent et détruisent toute chose, tout immondice, toute faiblesse. Ha, folie innommable qui torture le corps, folie instable qui lacère l’esprit. La souffrance susurre quelques mots à une oreille assourdie par tant de hurlements. La douleur enserre le cœur pour mieux le contrôler, pour mieux lui chuchoter quelques mots, oh, quelques mots doux et empreints d’un amour trop violent à supporter. L’incompréhension guette, l’esprit déluré tombe, ailes arrachées, ailes brûlées par un songe trop désespéré…Dis-moi, comment ai-je pu le tuer ? Comment ai-je pu le trahir ? Il fait trop sombre, dans ce monde, bien trop sombre et froid. J’en ai assez, je me noie, je hurle dans ces immondices, dans cette noirceur trop intense…J’ai mal…Si mal…En me remémorant ton souvenir, en remarquant l’absence de ta présence. Aimé, pourquoi ne puis-je donc t’effleurer ?

    Frappes, cognes, mords, hurles, subis, dans cette allégresse désespérée ta noyade infâme, dans cette respiration accélérée ta faim insoutenable. Tu n’es rien, tu n’as jamais été. Tu le sais, n’est-ce pas, que tu n’existes pas ? Tu n’es pas des nôtres, tu n’es pas des leurs. Tu es bien moins encore qu’un monstre sans cœur. Frappes, cognes, mords, hurles, subis, souffres sur la route inhumaine d’un monstre éternel, du monstre de ton âme, de la puanteur de ton étreinte. Quel est ton nom, chose ? Tu n’as pas le droit de souffrir, tu n’as pas le droit de penser. Rien ne doit transparaître dans ton esprit car tu n’as pas d’âme. Tu n’es rien, tu n’es qu’une Erreur dans un monde de vérité, Hannah, et ton sourire d’agonie m’écœure plus que toute chose…

    Ton regard étincelant, oui, cet océan gris et sans saveur se liquéfie dans tes hurlements, dans tes rires saccadés. Folle, désespérément folle et condamnée. Tu enfonces ta main droite dans ta gueule, dans tes dents, tu mords, tu dévores, tu déchiquètes dans ce rire infâme et disgracieux, dans tes yeux écarquillés par la folie du Jabberwocky. Le sang s’évapore, danse avec le futur, avec cette froideur t’insupportant plus que ta vie elle-même.

    Meurs, Hannah, dans le Destin qui t’a toujours hanté.

    J’ai fais un rêve, un rêve étrange où un lapin blanc me demandait de le suivre. Ce lapin, il portait un cache-œil, ce lapin, il avait un étrange sourire. Mais avant que je n’ai pu tomber dans le néant de mon âme, mes yeux s’ouvrirent pour fixer le plafond, pour laisser quelques larmes perlées sur l’oreiller immaculé. Pourquoi pleurais-je ? Je te hais. C’était pourtant un si beau rêve ! Je te hais. J’ai étiré un sourire malgré mes larmes, sourire est la plus belle des choses. Je te hais. Quelle vie heureuse !

    Ecoute-moi, Hannah…

    Je me suis relevée pour mieux m’étirer. Il devait être assez tard, vu que le ciel semblait lumineux derrière le rideau. Oh suis-je bête, il fait tout le temps jour ici ! Je sentis un poids sur mes jambes et mon regard effleura une étendue plus sombre, plus douce, mais surtout plus squelettique. Je sentis la chose se mouvoir et un regard sanglant se posa sur moi, statique, effrayant, glacé. Quelles belles iris d’un pourpre majestueux que voilà, un rouge si beau, un rouge qui ne te rappelle pas quelques boyaux passés ? Ouh, quelle extase que de sentir ton horrible petit cœur battre la chamade ♥. Un sourire étira mes lèvres et j’ai murmuré cette simple syllabe avec une pointe de tendresse dans la voix : Noir. Mes mains attrapèrent sa gueule aux innombrables dents pour l’amener jusqu’à moi, pour caresser ce pelage un peu rugueux, cette laideur si belle à mes yeux. Noir, j’aimerai être aussi forte que toi. Noir, j’aimerai être aussi incroyable que toi.

    Noir, je souhaiterai tant disparaître comme toi...

    « You said "We crossed the river
    Because we missed each other
    Our love can't disappear"
    You were right, look I'm here
    Oh I know that you can hear me now.
     »

    Les griffes de l’étrange loup raclaient le sol rugueux, accompagnant le bout de chocolat dans les couloirs sombres de l’Arche. Tu murmurais à n’en plus t’arrêter la délicate mélopée. Oh, ce n’est qu’un susurrement, un susurrement qui échappe à ton sourire un peu mielleux, un peu candide, un peu malsain. C’est une chanson, une contine de plus à rajouter à ta lugubre folie. Mais où va donc le bout de chocolat aux reflets mordorés ? Certainement se nourrir, certainement oublier. Oublier la Destinée, oublier le passé, le présent, le futur, le murmure d’une idée. Je te hais, Hannah, je te hais tellement que je n’éprouve pas le moindre agacement à le répéter encore et encore, jusqu’à tant que tu hurles, jusqu’à tant que je fasse exploser ta pauvre cervelle blessée sur les moindres parcelles de ces murs…

    J’arrivais finalement à la salle à manger, j’avais envie de chocolat, oh oui, d’un merveilleux chocolat ! Il est midi passé ? Et alors ? Je veux tout de même un doux souvenir chocolaté. Petit bout de chou qui ne deviendra jamais grande trottine jusqu’à la grande table, il n’y a personne et ne voilà pas qu’une délicieuse mousse fondante et sucrée, aussi sombre que le cacao ne lui tend pas les bras. Petit bout de chou s’assied sur une chaise, dans le silence angoissant de la pièce. Mais la lourdeur de l’atmosphère ne l’atteint pas, oh non, petit bout de chou est beaucoup trop absorbée par la saveur qu’elle imagine sur ses papilles, l’œil étincelant toujours fixé sur la mousse au chocolat. Je ne chuchoterai pas que l’on dirait une enfant, non non, certes son regard enfantin laisse à désirer, certes sa petite taille pourrait nous laisser tenter, mais Hannah a bien plus que dix ans. C’est Hannah, c’est comme ça. On pourrait presque déceler une pointe de lubricité dans ses iris grisées, le ferait-elle exprès ? Ne prends pas le bout de chocolat pour ce qu’elle n’est pas. Reprenons l’histoire, avant que je ne t’arrache la jugulaire…♥

    Noir s’assied près de moi, observant les quelques mets se trouvant sur la table. Il avait un peu faim lui aussi, et ses yeux revinrent à moi, impassibles et malgré tout envieux. J’ai étiré un grand sourire complice, pour mieux attraper le délicieux met digne d’un gourmet. Mes mains tâtèrent le verre, mes doigts effleurant la surface, se rapprochant petit à petit dans une innocence malsaine de la surface noire. Un regard à droite. Un regard un gauche. Personne à l’horizon, mais tu aurais pu vérifier le Destin Hannah, tu aurais pu le vérifier, ignoble petite idiote. Mon doigt se planta dans la mousse au chocolat, y volant une partie pour l’enfourner goulument dans ma bouche. Mes paupières se fermèrent, mon sourire s’étira. Ouh, quel pur bonheur, j’en ai des frissons ! Un gloussement, et encore un deuxième vol, puis un troisième et un quatrième. Je sentis l’œil insistant de Noir se poser sur moi et je lui ai tendu mon doigt plein de chocolat, allons, partageons dans un sourire !

    Mademoiselle Sourire, je te hais. Mademoiselle Sourire, ce qui va suivre, c’est bien fait. Tu n’avais pas surveillé la Destinée, et c’est au dernier moment que ta bouille de poupée rêveuse fixa l’entrée de la salle à manger. Ne verrais-tu pas quelqu’un ? Du chocolat au coin des lèvres, tu te mordis ces dernières, le regard fautif et malgré tout amusé. Oups, prise sur le fait ! Mais n’est-ce pas quelqu’un de connu là-bas ? Lui, il ne te connait pas, mais toi tu sais, tu sais car le Destin te la susurrer avec violence et amusement. Noir tourna sa longue et fine gueule vers le nouvel arrivant et montra ses dents. Pardon Noir, mais la pointe de mousse au chocolat qui prône sur ton museau t’enlève toute crédibilité. Pauvre bête.

    Le sourire du bout de chocolat s’étira, un sourire fin, un sourire heureux, un sourire candide et un peu enfantin, des pattes d’oies aux coins des yeux. Hannah, on te dirait à l’agonie, Hannah, je te hais pour ta folie, Hannah, écoute-moi, Hannah, ne ris pas, Hannah…Ne lui parle pas.


    « Hannah souhaite la bienvenue à Jugement, Hannah lui dit bonjour ! Hannah est désolée, elle n’a pas vu que vous étiez arrivé ! Hannah idiote haha !…Jugement en veut-il ? »

    Gloussement gourmet qui s’échappe de ta gorge, tes mains tendent le bol encore plein de mousse au chocolat au grand homme. Ne te fait-il pas un peu peur ? Tu penches la tête de côté, essayant de ne pas faire tomber le récipient un peu trop lourd pour toi. La preuve ? Tes bras ne cessent de trembler. Ton sourire s’efface un tantinet de tes joues rondes, te rendant un peu plus sérieuse, te donnant un petit air adulte.

    Hannah, tentons de voir si nous pourrons Juger l’horrible Destinée ♥

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

When my time comes
Forget the wrong that i've done
Help me leave behind some reasons to be missed
And don't resend me
And when you're feeling empty
Keep me in your memory
Leave out all the rest, leave out all the rest




When you're feeling empty...




Spoiler:
 

Merci à Anemone pour ce kit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shalden Odegard
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 17/03/2012
Age : 33
Localisation : Tu tiens vraiment à le savoir ? Tu risques d'avoir des surprises...

MessageSujet: Re: Doux songe de midi, rêve des milles et une nuit {Pv Shalden   Lun 10 Sep - 12:52

Shalden ouvrit un oeil et le referma aussitôt avant de pousser un long et bruyant bâillement. Il ignorait totalement l'heure qu'il était mais ce n'était que le cadet de ses soucis. Et des soucis, il n'en avait pas vraiment. Autant dire que rien n'inquiétait le norvégien, peu soucieux de ce qu'il pouvait arriver aux autres et encore moins à lui-même. La seule chose qui le faisait se lever le matin était cette mission qu'il s'était confié tout seul, même si l'on pouvait dire qu'il était nettement influencé par l'âme qui l'habitait. Il était ce qu'il était, pourquoi vouloir rejeter ce fait ? Plutôt que d'écraser complétement la personnalité de son hôte, le Noé qui l'habitait avait comme qui dirait fusionné pour laisser au final une nouvelle entité, offrant un parfait compromis entre les deux. Peut-être était-ce sa façon de rappeler à son hôte que lui aussi serait jugé un jour ou l'autre pour ce qu'il avait fait. Difficile à dire. Jugement avait une façon de voir les choses bien à lui et les pertes de mémoire qu'il éprouvait ne l'aidait en rien. Puisque le passé semblait obscur et indéfinissable, il préférait se pencher vers le futur mais surtout le présent. Après tout, le futur était déjà tout tracé, non ? La race humaine s'éteindrait, c'était certain. Que ce soit par sa propre bêtise ou par l'aide avisée des descendants de Noé.

Mais pour cela, encore fallait-il que Shalden bouge son postérieur, affalé à demi sur son lit, les jambes pendant dans le vide. Ce n'était pas que le lit était trop petit -bien que vu sa taille, cela aurait pu être le cas-, mais le géant n'avait simplement pas pris la peine de s'allonger correctement. A peine entré dans la pièce, il s'était laissé tomber sur le lit et s'était endormi presque aussitôt. Il ne s'était même pas changé ou mis à l'aise, comme si cela n'était qu'une perte de temps. A quoi bon puisque de toute façon il avait développé la faculté de s'endormir à peu près n'importe où. Parfois on aurait pu le croire narcoleptique. C'est que prodiguer la justice à longueur de temps, ça fatigue ! Même si Jugement était intransigeant, il n'en avait pas moins un gros poil dans la main, remettant souvent au lendemain ce qu'il pouvait faire le jour même. Procrastination ? C'était le champion.

Sauf que maintenant qu'il était éveillé, impossible de se rendormir pour le moment. Plutôt que de rester allongé sans rien faire, Shalden se redressa et se leva avant de se diriger vers le lavabo le plus proche. La glace qui était accrochée au dessus lui renvoyait son reflet de type qui venait clairement de se réveiller. Petits yeux, cheveux en bataille et marque du drap sur la joue. La classe. Le teint gris de sa peau tranchait avec la couleur de ses cheveux blonds clairs. Mais ici, à l'Arche, il n'avait pas besoin de revêtir une apparence plus humaine, il était après tout parmi ses semblables. Malgré le fait qu'il ne portait pas son bonnet, on distinguait à peine les stigmates sur son front, dissimulés sous sa chevelure.

Attrapant le dit bonnet qui trainait dans la poche de son imper', il le remit à sa place habituelle, bien calé sur sa tête. Ainsi, même pas besoin de se recoiffer. Encore une fois, sa flemme légendaire parlait pour lui. Mais avant de remettre ses gants, il profita du fait que ses mains soient dénudées pour se passer un peu d'eau fraiche sur le visage histoire de se réveiller correctement et d'avoir moins une mine d'endormi. Tandis qu'il se séchait les mains sur son pantalon, il perdit un peu son regard sur les brûlures qui burinaient ses chairs. Tant de souvenirs dans ces simples marques disgrâcieuses... Cependant, il n'avait pas envie de porter ses gants tout de suite car il ne tenait pas à trop les tacher bêtement. Il fallait dire qu'il comptait bien manger avant de s'adonner à diverses activités. Probablement allait-il partir quelques jours dans un pays quelconque afin de s'occuper de quelques Akuma comme il le faisait déjà ces derniers temps. Rien de palpitant mais il pouvait au moins égayer ses journées en tuant quelques humains malchanceux.

Pour l'heure, il préférait aller manger. Travailler le ventre vide n'était jamais une bonne chose. Se dirigeant vers la salle des repas, Shalden parcourait les différentes allées qui composaient l'Arche avant de pénétrer à l'intérieur d'un des bâtiments. Il n'avait croisé personne en route, ce qui n'était pas des plus étonnants. Déjà parce que les membres de la famille étaient fort peu nombreux et aussi parce qu'il n'était pas rare qu'ils soient envoyés partout dans le monde afin d'accomplir les plans du Comte. Tout cela semblait parfois bien obscur pour Shalden mais il s'en moquait. Ce qui comptait était le résultat non ?

Arrivé au bout du couloir qui menait à la table toujours garnie de nourriture, Shalden stoppa. Lui qui pensait pouvoir manger seul se retrouvait finalement en compagnie de l'une des Noés. Il ne l'avait jamais vu et pourtant il la connaissait. C'était une drôle de sensation et cela lui faisait toujours le même effet lorsqu'il rencontrait l'un des siens pour la première fois. Elle ne tarda pas à le remarquer, lui offrant un doux sourire qui pourtant aurait fendu le coeur de n'importe qui. Shalden ne broncha cependant pas, se contentant de la regarder tandis qu'elle lui adressait finalement la parole. Elle aussi l'avait reconnu sans pour autant l'avoir déjà vu auparavant. Elle semblait agréable, de bonne humeur, mais parlait d'une façon des plus étranges. Elle parlait d'elle à la troisième personne ? Voilà qui n'était pas commun. Mais les Noés n'étaient-ils pas tous excentriques ? Il n'y avait qu'à voir Road qui, malgré son âge ancien, conservait une apparence et un comportement enfantins ou encore les jumeaux qui passaient leur temps à se chamailler. Au moins cela donnait quelque chose de vivant à cette famille qui s'évertuait à donner la mort.

Puisqu'il s'était fait remarquer, il était inutile de rester planté là. Souriant, le géant se déplaça jusqu'à être relativement proche de la jeune femme qui lui semblait bien fragile au fur et à mesure qu'il s'avançait. Sa petite taille n'y était sans doute pas étrangère... Mais il fallait dire que le norvégien était du genre plutôt imposant. Il ne l'avait pas quitté des yeux et ce n'est que lorsqu'il fut juste à côté d'elle qu'il remarqua l'étrange animal qui grognait à son approche. On aurait dit un loup... mais un loup étrangement formé, comme s'il avait été dessiné avec de l'encre. Bien qu'il montrait les crocs, le chocolat qui décorait le bout de son museau lui donnait un air des plus amusants qui n'inquiétait pas vraiment le Noé. Pourquoi grognait-il donc ? Le prenait-il pour un ennemi ou une menace potencielle ? Jamais Shalden n'aurait fait le moindre mal aux membres de sa famille, c'était sacré. Pour prouver sa bonne foi, il se pencha légèrement pour pouvoir tendre la main vers l'animal. Ne l'approchant pas trop, juste pour lui montrer qu'il n'avait rien de méchant, comme s'il s'agissait d'un véritable animal. Car oui, difficile de le comparer à un chien ou un loup...

Relevant les yeux vers celle qui accompagnait l'animal, il constata qu'elle mangeait une mousse au chocolat. Ou plutôt qu'elle en avait déjà mangé car son joli minois était en partie recouvert du contenu de la coupe qu'elle dégustait, au niveau du coin des lèvres. Il était rare de voir un Noé manger seul mais sa présence ne le dérangeait pas le moins du monde. C'était l'occasion ou jamais de connaitre un peu mieux l'une des membres du clan. Contournant le loup et sa propriétaire qui paraissait encore plus petite maintenant qu'il en était proche, Shalden s'installa sur la chaise voisine, tendant les mains pour attraper une coupe de fruits. S'appuyant contre le dossier, il posa les pieds sur la table, les croisant l'un sur l'autre avant d'avaler quelques grains de raisin
.

« Merci pour la proposition Hannah mais je ne voudrais pas te priver ! Tu peux m'appeler Shalden tu sais, enfin fais comme tu préfères, ça m'importe pas vraiment. Ca fait longtemps qu'tu es là toute seule ? Et t'excuses donc pas, c'est rien. J'suis plutôt content de rencontrer un membre de la famille que je n'avais pas encore vu. Ca fait longtemps que tu es ici ? Enfin... je veux dire que tu t'es réveillée ? » demanda t-il entre deux grains de raisin

L'un d'eux lui échappa justement des mains et alla rouler sur le sol, rejoignant l'emplacement du loup. Reportant le regard sur lui, Shalden s'interrogea à son propos. Etait-il pour elle une sorte de gardien ? Elle n'avait pas l'air des plus vindicatives. En fait elle n'avait pas l'air dangereuse du tout. Mais il fallait se méfier des apparences. Toutefois, à sa façon de se comporter et de parler, Shalden se demandait si elle était capable d'agir autrement. Elle semblait si naïve et innocente que c'était à se demander s'il s'agissait bien d'une Noé
.

« Il a un nom ton ami ? » demanda t-il d'un geste du menton dans la direction du loup « Il a l'air d'avoir un p'tit faible pour le chocolat lui aussi... J'me trompe ? » ajouta t-il avec un sourire amusé

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Doux songe de midi, rêve des milles et une nuit {Pv Shalden
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Caverne aux Milles et un Plaisirs
» Cheveux doux et brillants
» Songe d'une Nudité...
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]
» Sentir son corps se détachait du sol .PV Doux Cauchemar.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.Gray-Man Rpg :: [ Zone Rp] Quartiers généraux des factions :: L'Arche des Noés :: La table des repas.-
Sauter vers: