◘ ◘ ◘ Un monde déchiré par les guerres, un combat entre le bien et le mal, quel camp sera le votre ? ◘ ◘ ◘
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Retour au bercail [Liam/Reiko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Liam Javeed
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 03/10/2012
Age : 32

Feuille de personnage
Age : 30 ans
Nationalité : Perse
Surnom :

MessageSujet: Retour au bercail [Liam/Reiko]   Dim 7 Oct - 9:03

Assis à l'avant d'une calèche qui me menait tout droit à la Congrégation, je me mis à fouiller la poche avant de mon uniforme à la recherche de mon paquet de cigarettes. J'avais besoin de quelque chose pour me détendre avant de remettre les pieds dans ce lieu que je n'avais pas vu depuis longtemps. Seulement, je n'arrivais pas à mettre la main sur ce fichu paquet, celui-ci refusait catégoriquement d'entrer en contact avec ma main. Visiblement, il n'était pas dans cette poche.

La poche arrière, Liam

Des fois, je me demande ce que je ferais sans lui. Lui, c'est mon frère, celui qui partage mon corps sans toutefois pouvoir avoir une vraie vie rien qu'à lui. Fort heureusement, il n'y a que moi qui l'entend parler. De toute façon, qui comprendrait le persan par ici à part moi-même ? Laissant tomber l'exploration inutile de ma poche avant, j'optais pour celle conseillée : la poche arrière. Il ne me fallu qu'une poignée de secondes à peine pour mettre la main dessus et extraire le paquet hors de ma poche. Sortant une cigarette de l'emballage, je la callais au coin de mes lèvres avant de remarquer que le cochet me regardait. Instinctivement, je tendis le paquet vers lui, imaginant qu'il en voulait peut-être une. Celui-ci baissa les yeux vers le paquet avant de secouer la tête avec un sourire forcé. Je sentais bien qu'il me dévisageait depuis que j'avais posé les fesses dans sa calèche. Il devrait être honoré de transporter un maréchal. En plus, j'étais là pour le protéger au cas où. Mais alors pourquoi cet air effrayé... non, intrigué, sur son visage ? Peut-être parce qu'en général les clients prenaient place à l'intérieur de la calèche et non dehors, à côté du conducteur ? Oui mais j'aimais bien admirer le paysage et prendre l'air. Bientôt, j'allais être enfermé pour un moment alors autant en profiter...

Quelque chose de chaud coula le long de ma joue. Ce n'était sans doute pas la pluie, il n'y avait aucun nuage à l'horizon. Je levais la main pour toucher de quoi il s'agissait avant de ramener ma main dans mon champ de vision. Rouge. Du sang ? Ah oui, c'est vrai, j'étais blessé à la tête, j'avais oublié ce détail. La plaie ne me faisait plus mal mais elle n'avait pas encore coagulée visiblement. Je ne pouvais pas le voir pour le moment mais plusieurs filets de sang décoraient mon visage, me donnant un air particulier. Cela expliquait sans doute l'étrange expression du cocher qui me jetait un coup d'oeil de temps à autre. Sûrement s'attend t-il à ce que je tombe soudainement dans les pommes, m'écroulant hors de sa calèche ? Je serais curieux de voir ce qu'il ferait alors ? Continuerait-il sa route comme si de rien n'était ou bien s'arrêterait-il pour voir si j'allais bien, pour me récupérer et m'emmener me faire soigner ?

De ce que j'avais pu voir jusqu'à présent, l'être humain était égoïste et ne se préoccupait de son prochain que lorsque cela lui était profitable. Etait-ce profitable pour lui de me ramasser si je chuttais, inconscient ? S'il ne le faisait pas, il ne serait pas payé, cela devait être une motivation suffisante pour s'arrêter et s'occuper de moi. Ou alors il pouvait aussi se servir dans mes poches... De toute façon, je vais bien. Ce n'est pas un coup sur le crâne, aussi fort soit-il, qui va avoir raison de moi. En plus, je suis bientôt arrivé, je vais pouvoir me reposer. Enfin ça, c'est ce que j'aimerais faire mais je sais très bien que je n'en aurais probablement pas le temps. Je vois déjà les membres de la Congrégation me sauter dessus en hurlant, me demandant où j'étais passé. J'ai oublié mon golem, ça compte comme excuse ?

Perdu dans mes pensées, j'avais complétement oublié d'allumer ma cigarette. Le cocher devait croire que je dormais debout tant je ne bougeais pas d'un pouce à part les mouvements que me faisait faire l'irrégularité de la route. Il devait s'attendre à ce que je lui fasse la conversation en venant m'asseoir à côté de lui. C'était raté. De toute façon, d'un certain côté, il devait être rassuré que je ne lui parle pas vu la tronche que je me trainais à cause de ma blessure. Quelque chose allait alors le rassurer davantage : nous étions presque arrivés. Je voyais le village où je devais descendre se dessiner devant nous au loin, signe que ma petite balade prenait fin. Encore à quelques kilomètres de là, je fis pourtant signe au cocher de s'arrêter, à sa plus grande surprise. Décidément, il devait se demander quel drôle de client il avait embarqué là.

« Je descend là. »
« Au milieu de nulle part ? Mais... »
« Je vais continuer à pieds. »
« vous ne paierez pas plus cher si je vous mène jusqu'à la ville vous savez... »
« Je vais continuer à pieds. »


Je n'aime pas me répéter. Mon souhait qu'il ne me fasse pas répéter une nouvelle fois fut exaucé, heureusement. Il me regarda d'un air perplexe puis fit stopper ses chevaux. Sans regarder le montant, je lui balançais une bourse puis sautait au bas du moyen de transport. Il y avait plus que nécessaire mais qu'il ose donc me faire une réflexion. Puisque ça avait l'air d'être son genre, je ne pris pas la peine d'attendre qu'elle sorte de sa bouche et continua aussitôt mon chemin à pieds. Un peu de marche ne faisait de mal à personne et puis ça me permettait de me dégourdir les jambes un peu. A force d'enchainer les moyens de transports, j'allais finir par oublier comment me servir de mes deux jambes.

Il ne me fallu pas bien longtemps pour rejoindre la ville. Arrivé au niveau du canal, je remarquais qu'une équipe de traqueurs allait emprunter l'une des barques pour se rendre à la Congrégation. Sans demander l'avis de personne, j'embarquais en même temps qu'eux, dépassant un traqueur qui allait lui-même monter. Alors que l'instant d'avant il y avait un semblant de discussion, maintenant que j'avais pris place parmi eux il n'y avait plus un bruit. L'effet "tête ensanglantée" sans doute. Qu'ils fassent donc ce qu'ils veulent, je m'en moque bien.

Une fois tous à bord, l'un d'eux fit avancer l'embarcation le long du canal. Au fur et à mesure que l'on avançait, les traqueurs reprenaient leur discussion, parlant à voix basse comme si cela allait me déranger. Ou bien parce qu'ils ne voulaient pas que j'entende... Penché un peu sur le côté, la main pendant dans l'eau, je n'écoutais de toute façon pas ce qu'ils avaient à dire. Le contact de l'eau me faisait penser que je prendrai bien une bonne douche mais cela ne me serait sûrement pas possible tout de suite. Dommage.

Le court trajet effectué, je descendis de la barque, devançant les traqueurs que je laissais entre eux. Ce n'était pas à moi qu'ils devaient faire leur rapport de toute façon. Empruntant les escaliers plutôt que l'ascenseur, il me fallu un petit moment pour atteindre le niveau recherché. Il était encore tôt et peu de gens s'affairaient pour le moment. Profitant de ce moment de calme, je localisais un canapé qui me faisait de l'oeil, devenant soudainement bien plus intéressant que tout le reste. Oui, une petite pause n'était pas de refus. Cela me permettrait de me réimprégner des lieux tranquillement avant qu'on ne vienne me sauter dessus après avoir aperçu ma présence.

Ce petit salon donnait sur un long couloir où quelques personnes passaient sans prêter attention à qui s'y trouvait. Pour l'instant il n'y avait que moi et j'espérais que cela durerait longtemps. J'avais enfin le temps d'allumer ma cigarette. Sauf que je n'avais pas de quoi l'allumer. Génial. Bon et bien une petite sieste ne serait pas de refus avant d'affronter les dieux de la paperasse sans doute... Cigarette toujours en bouche, je fermais les yeux, m'étalant un peu plus sur le canapé. Pourvu qu'on me laisse tranquille...

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦



Spoiler:
 


Dernière édition par Liam Javeed le Ven 7 Déc - 11:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retour au bercail [Liam/Reiko]   Dim 7 Oct - 13:42

Reiko se redressa, la respiration saccadée. Se synchroniser avec son Innocence n'était pas spécialement une mince affaire... surtout après avoir dépassé le premier stade. L'effort de concentration que devait fournir la jeune femme se faisait de plus en plus difficile à mesure qu'elle essayait et réessayait. Mais cela vaudrait le coup pour la suite. Certes, il lui faudrait apprendre à manier correctement sa dague face à un Akuma, mais contre deux ou plus, c'était peine perdue, ses chances de survies se réduisaient à néant. Une arme courte comme la sienne impliquait forcément des combats rapprochés, ce qui était vraiment déconseillé face à ce type d'ennemi. C'était vraiment miraculeux qu'elle ait pu échapper à la mort dans son village en Italie...

La jeune femme souffla un coup et se remit en place. Au fur et à mesure qu'elle enchaînait les entraînements, elle avait découvert le deuxième stade de son Innocence. Il avait fallu un certain temps pour qu'il se manifeste... étonnée, elle avait vu des sphères de différentes couleurs se matérialiser autour d'elle, et chacune d'elles reflétaient des volutes particuliers qui n'étaient pas sans rappeler un caractère de chaque élément... Elle avait touché du bout du doigt la sphère écarlate qui flottait devant elle, mais rien ne s'était produit. La dague qu'elle tenait en main, quant à elle, luisait toujours faiblement. Reiko ne réfléchit pas vraiment à vrai dire... elle pointa son arme sur la sphère et l'en approcha jusqu'à ce que la pointe atteigne enfin sa surface rougeâtre.

Tout se passa très vite. Instantanément, les autres sphères s'évanouirent tandis que la rouge devenait de plus en plus matérielle, grossissait et prenait forme. La dague avait disparue dans les volutes couleur de rubis... pareilles à des flammes. Ces flammes grossirent, gagnèrent en intensité, et bientôt se formèrent en une longue silhouette qui, sous les yeux de la jeune exorciste, finit par se stabiliser. Reiko avait alors devant un grand loup de feu, l'une des formes du deuxième stade de son Innocence. Il ne resta devant elle que quelques secondes, avant de regagner le néant. Ne resta à sa place que la dague que la petite infirmière ramassa. C'était là un immense progrès pour elle.

Et depuis ce jour, dès qu'elle n'était pas en salle de soins ou en train de préparer divers antidotes et remèdes, Rei s'entraînait. Mais elle stagnait. Pour le moment, elle ne réussissait qu'à invoquer le loup de feu, suffisamment longtemps pour qu'il puisse effectuer plusieurs attaques avant de disparaître, mais les autres sphères étaient encore inaccessibles. Comme si elles demandaient un niveau supérieur encore de synchronisation. C'est du moins ce que pensait la jeune femme. Elle n'avait aucune idée de la manière dont fonctionnait véritablement l'Innocence, apparemment c'était du cas par cas. Elle ne pouvait qu'émettre des hypothèses, qu'elle partageait parfois avec les membres de l'équipe scientifique. Après tout ça ne coûtait rien.

Reiko se sentait lasse quand elle quitta la salle d'entraînement, faisant un détour par les toilettes pour se rafraîchir le visage et les mains. Elle n'était pas avare d'efforts, mais son courage commençait à se fissurer devant ce manque d'amélioration de sa propre synchronisation. Que pouvait-elle faire d'autre pour progresser efficacement ? À part, évidemment, ne pas se décourager. La jeune fille soupira, avec la mauvaise impression de se sentir un peu dans une impasse pour le moment. Heureusement pour le moment, elle n'avait pas encore obtenu d'ordre de mission, et il lui fallait vraiment profiter de ce temps de latence pour développer les capacités de son Innocence.

La jeune femme sortit et décida de retourner à l'infirmerie, de l'autre côté de la Congrégation. Elle se sentirait plus utile là-bas que seule dans une salle, s'évertuant à activer les autres éléments sans succès. Sur le chemin, elle croisa plusieurs personnes, sourit à toutes, même s'il y en avait encore qu'elle ne connaissait pas. Elle s'était vite faite une place au sein du quartier général, on la traitait avec respect et politesse, c'était tout ce dont elle avait besoin pour le moment. Pour le moment, le seul « ami » qu'elle considérait comme tel était Lavi, mais n'ayant pas eu l'occasion de faire plus ample connaissance avec d'autres membres de la Congrégation, c'était sans doute normal... il fallait laisser le temps faire son œuvre.

En voulant rejoindre les salles de soins, Reiko dut passer par d'autres pièces et couloirs ; elles ne se situaient en effet pas au même niveau que les salles d'entraînements. Elle était presque arrivée à destination quand un détail l'interpella. Elle venait de passer devant un canapé où était installé un homme qu'elle n'avait jamais vu auparavant. Ce n'était pas tant ça qui l'arrêta – après tout, il y avait encore beaucoup de monde qu'elle ne connaissait pas – mais c'était l'état dans lequel il se trouvait, à savoir plutôt amoché. La jeune femme s'approcha doucement de l'homme qui semblait dormir, avec en bouche une cigarette qui n'était pas allumée. Et plus important encore, tout un côté de son visage ruisselait de sang, signe qu'il avait une important blessure au niveau de la tête. Rei était un peu stupéfaite à vrai dire par ce drôle de tableau. Cet homme était-il mort ? Non, assurément, elle pouvait voir sa poitrine se soulever lentement, preuve qu'il respirait. Mais alors, que faisait-il ainsi avachi sur un canapé avec une pareille blessure à la tête ? Reiko reprit ses esprits et se mit à parler d'une voix claire, avançant une de ses mains pour la poser sur l'épaule de l'homme et le secouer légèrement.

    « Monsieur ? Vous m'entendez ? »


Elle attendit qu'il veuille bien ouvrir les yeux et les lever sur elle. Rei ignorait tout à fait qui il était – à part un exorciste, ainsi que l'indiquait la croix de rosaire sur son uniforme – mais cela n'avait guère d'importance à ses yeux. Tout ce qu'elle savait, c'est qu'il était blessé et qu'il avait besoin d'être soigné immédiatement. Les traumatismes crâniens n'étaient jamais une partie de plaisir, et laisser une hémorragie sans la stopper n'était vraiment, vraiment pas conseillé.

    « Vous êtes salement amoché. Laissez-moi vous accompagner à l'infirmerie, vous avez besoin de soins. »


Reiko était très calme. Ce n'était pas en paniquant devant une rivière de sang que les choses pouvaient s'arranger.
Revenir en haut Aller en bas
Liam Javeed
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 03/10/2012
Age : 32

Feuille de personnage
Age : 30 ans
Nationalité : Perse
Surnom :

MessageSujet: Re: Retour au bercail [Liam/Reiko]   Dim 7 Oct - 15:48

Enfin de retour à la Congrégation. Quoique "enfin" n'est pas forcément le mot approprié. Ce n'est pas comme si j'étais foncièrement pressé de rentrer ou même heureux d'y être. D'ailleurs c'était quoi le bonheur ? Ca tenait souvent à pas grand chose. Mais l'heure n'était pas de se poser des questions philosophiques. C'était l'heure de quoi d'ailleurs ? L'heure du repos après un long voyage ? Bonne idée. Je m'autorisais moi-même cette petite pause amplement méritée. De toute façon, que je fasse mes rapports maintenant ou dans une heure, quelle différence ? Cela finirait au même endroit : à la salle des archives. Je doutais d'ailleurs que quelqu'un lise toute cette paperasse un jour. En plus, ce qui intéresserait mes supérieurs était sans doute mes découvertes. Mais là, je n'avais pas tellement la motivation nécessaire pour une longue séance de questions réponses. Tout ce que je voulais c'était me reposer. Peut-être était-ce dû à ma fatigue à cause de ma blessure à la tête ? Cette blessure était d'ailleurs arrivée un peu stupidement quand j'y repense. Mais ça, à part moi, personne n'était au courant.

Et moi !

Oui mais toi tu ne comptes pas, personne ne t'entend.

T'es méchant des fois...

Sans prêter attention aux jérémiades de mon frère, je me remémorais la scène qui m'avait valu cette blessure idiote. Je profitais d'une petite escale dans une bourgade sympathique pour exterminer quelques Akuma qui y trainaient. Ces démons sont décidément partout, pire que du chienlit. Heureusement, il est rare qu'ils soient très malins, même à plusieurs. Leur pseudo organisation les forçait toujours à s'entretuer pour savoir qui remporterait la plus grosse part de butin, c'est à dire : lequel d'entre eux donnerait le coup de grâce. C'était après tout là leur but initial, tuer le plus possible pour devenir plus fort. Rien de très évolué en soit... Le temps qu'ils discutent entre eux pour savoir lequel allait avoir l'immense honneur de tuer un maréchal, j'eus tout le loisir d'activer mon Innocence pour en tuer deux d'un coup. Si ces idiots me facilitent la tâche aussi...

Nous étions dans un bâtiment désaffecté. Une ancienne usine de construction de bateau. Personne ne se gênait, ni eux ni moi, pour faire des dégats. Nous visions mal notre cible ? Peu importe, ce n'était pas comme si cela importait à quelqu'un de voir ce tas de ruines s'effondrer. La seule chose qui me déplairait aurait été de me retrouver enseveli dessous mais cela n'est heureusement pas arrivé. Néanmoins, cela a bien failli en y repensant... J'avais éliminé tous les Akuma, enfin... mon frère avait éliminé tous les Akuma et je ne tarda pas à retrouver mon apparence normale. Sans m'attarder davantage, je sortis de l'usine. Pour se faire, il fallait emprunter un escalier rouillé qui menait à l'extérieur. Le combat que j'avais mené à l'intérieur du bâtiment avait endommagé la structure et une poutre en métal trouva que c'était le bon moment pour tomber lors de mon passage. Résultat, je n'avais fait que quelques pas pour descendre les escaliers que la poutre s'effondra sur moi. Si les rebords de l'escalier m'avaient plus ou moins protégés, cela n'empêcha pas ma chute. Projeté en avant, j'ai rebondit à plusieurs reprises dans les marches avant d'atterrir au sol parmi tout un tas de débris. J'aurais pu atterrir sur le postérieur et juste avoir un peu mal au coccyx. Mais non. Il avait fallu que ce soit sur la tête que je me réceptionne. J'étais bon pour un sacré mal de crâne mais je ne pensais pas que je m'étais ouvert avant de remarquer plus tard le sang qui coulait le long de mon visage. Je m'étais épousseté comme si de rien n'était et avait repris ma route sous le regard médusé des rats, seuls spectateurs de ma chute honteuse.

Toutefois, si on me demandait comment cela était arrivé, je me contenterai d'un "Combat contre des Akuma". Personne n'avait besoin d'en savoir plus après tout. Et puis ce n'était pas comme si je m'étais précipité à l'infirmerie dès mon arrivée, preuve que ce n'était rien de grave. Enfin, je n'étais pas médecin... mais je n'avais pas spécialement envie d'aller me faire soigner. Si certains appréciaient de se faire tripoter et cajoler par les infirmières, ce n'était pas mon cas. Je n'aimais pas que l'on me touche plus que nécessaire. Tant que j'étais seul, je comptais bien en profiter un maximum et sautait sur l'occasion qu'il était encore tôt pour faire une petite sieste improvisée. C'était sans compter sur l'attention d'une jeune femme.

Somnolant plus que je ne dormais, je sentis quelque chose me toucher et me remuer. Mais... C'est que ça parle en plus ! Il ne s'agit donc clairement pas d'un animal. A la voix, il s'agit d'une femme. Monsieur qu'elle vient de m'appeler ? Allons bon, une aveugle peut-être, pour ne pas avoir vu mon uniforme ? Suis-je bête... Si c'était le cas, elle ne saurait pas que je suis un homme. A moins qu'elle m'ait tripoté avant ? Non je l'aurais sentit tout de même.

Dix contre un qu'elle est blonde ! J'aime bien les blondes...

J'ouvris les yeux pour voir qui se tenait face à moi. La première chose que je regardais était du coup la couleur des cheveux de mon interlocutrice. Brune.

« از دست رفته (Raté) » fit-je à voix basse en persan à l'adresse de mon frère

Je pris mieux le temps de la détailler bien qu'elle me parlait maintenant que j'avais ouvert les yeux. Sans doute croyait-elle que j'avais décédé sur le canapé juste après mon arrivée. Il m'en fallait tout de même plus que ça. Celle qui me faisait face me semblait jeune. Pas une gamine mais tout juste une femme. Vu ses traits, elle doit être asiatique ou quelque chose du genre... Ce n'est pas une caractéristique rare par ici on dirait. Bien que sa voix était parfaitement calme, je dicernais dans son regard une légère lueur d'inquiétude. Sans doute l'effet du sang. Elle devait croire que je me sentais mal et que je n'avais pas eu la force d'aller jusqu'à l'infirmerie. J'allais bien, vraiment. Mais là tout de suite, je n'avais pas envie de bouger, non, vraiment pas. Du coup, je refermais les yeux, tentant de reprendre ma sieste.

Elle va encore te remuer si tu ne lui réponds pas.

Il avait raison. Elle voulait me trainer à l'infirmerie et si je l'ignorais, elle n'allait pas tarder à me tripoter de nouveau, craignant sans doute que je ne fasse un malaise. Du coup, au bout d'une poignée de secondes, je rouvris les yeux pour les planter dans les siens. Si les miens étaient d'un bleu glacial, les siens étaient d'un noir envoutant.

« Vous êtes encore là ? »

Bien sûr qu'elle était encore là puisqu'elle voulait me trainer à l'infirmerie... Que pouvais-je bien lui dire d'autre ? Je n'avais pas spécialement envie de la suivre. Mes yeux se posèrent au niveau de sa poitrine. Non parce que je la reluquais sans vergogne mais le symbole qui ornait sa veste me faisait réaliser qu'elle était exorciste. Pourtant, elle parlait plutôt comme l'aurait fait un médecin, étrange. Ce qui était le plus étrange était en fait qu'elle ignorait que j'étais un maréchal. Pas que j'étais connu ou quoi mais mon uniforme parlait pour moi.

« Vous êtes nouvelle, non ? Ca se voit. »

Elle n'avait pas l'air de vouloir bouger. Je n'avais pas d'ordres à recevoir d'elle mais il faudrait bien à un moment ou à un autre que j'aille me faire soigner. Une tête ensanglantée, ce n'est pas très présentable. Et puis dans un sens, je préférais l'accompagner elle à l'infirmerie plutôt qu'un Komui enragé qui me poserait plus que questions que nécessaire. Oui, en fait c'était plutôt un bon plan d'aller me réfugier à l'infirmerie. Finalement, je me levais et me plantais devant la nouvelle.

« Vous avez du feu ? »

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retour au bercail [Liam/Reiko]   Mer 10 Oct - 17:44


Reiko était peut-être fatiguée par son entraînement qui, au bout du compte, n'avait rien donné pour aujourd'hui, mais cela ne l'empêchait guère d'avoir un regain d'énergie et d'attention lorsqu'elle était face à une personne blessée. Pour autant, elle ne perdait pas ses moyens quand bien même il s'agissait d'une situation critique, bien au contraire. Comme par exemple maintenant, alors qu'elle se tenait face à un homme – exorciste, au vu de son rosaire à la poitrine – qui arborait une vilaine coulée de sang sur le côté de son visage. Sauf qu'apparemment, cette blessure ne semblait pas trop affecter son porteur, qui avait l'air de s'être endormi dans le canapé. Vu le peu de personnes qui étaient présentes et qui traversait la salle, on ne pouvait pas dire qu'il n'était pas tranquille. Mais c'était sans compter sur la jeune femme qui n'avait guère l'attention de le laisser dans cet état. Aussi approcha-t-elle la main de son épaule et le secoua légèrement dans l'espoir de le réveiller.

Cela fonctionna... temporairement. L'homme leva la tête et ouvrit ses yeux bleus pendant un instant, pour prononcer un mot que la jeune femme ne comprit pas. Ça ressemblait à quelque chose comme de l'arabe... mais surtout, il n'avait pas l'air de s'adresser à elle, mais plutôt à lui-même... enfin bon, il abandonna vite son attention sur elle pour refermer les yeux et se rendormir. Rei posa ses mains sur ses hanches ; elle ne comptait certainement pas le laisser dans cet état. Elle compta quelques secondes, prête à relancer de nouveau une remarque à l'homme aux cheveux noirs, mais elle n'eut cependant pas à le faire, puisqu'il rouvrit les paupières quelques instants après, l'air impassible mais voyant que Reiko se tenait toujours devant lui.

    « Oui. Et je ne m'en irais pas tant que je ne vous aurais pas mené à l'infirmerie.»


La jeune femme pouvait se montrer têtue. D'autant plus quand la santé de quelqu'un était en jeu. Il ne fallait jamais sous-estimer une blessure à la tête, surtout quand autant de sang venait s'étaler ainsi sur le visage. Un gros vaisseau avait du être touché, et vu comment l'hémoglobine fraîche s'écoulait encore sur celle qui avait coagulé sur les joues de l'homme, il valait mieux s'occuper de lui au plus vite. Pas étonnant qu'il ait si mauvaise mine et qu'il ait l'air d'avoir autant envie de dormir... ce ne devait pas tant être la fatigue pure qui l'endormait, mais plutôt le manque de sang qui commençait à se faire sentir.

L'homme continuait de regarder la jeune femme, laissant traîner ses yeux sur elle jusqu'à ce qu'il se pose sur la croix de rosaire qu'elle portait sur sa veste au niveau de la poitrine, à son instar en fait. Il comprenait donc quel était son rôle au sein de la Congrégation. Ou du moins, un de ses rôles, qui au final était semblable au sien. À vrai dire, l'uniforme de l'inconnu était légèrement différent de celui de la jeune femme, notamment au niveau de la couleur de la croix. Celle de Rei était argentée tandis que l'homme en arborait une de couleur dorée. Cela avait sans doute une signification particulière, mais l'infirmière ne s'attarda pas sur ce détail pour le moment, bien qu'elle l'ait remarqué. À ses yeux cependant, une autre urgence était prioritaire.

    «  Oui, je ne suis à la Congrégation que depuis quelques semaines... vous pas ? »


Peut-être que non après tout, à vrai dire Rei n'en savait rien. Elle savait reconnaître la plupart des gens qui étaient le plus souvent présents à la Congrégation, mais pour ceux qui étaient encore en mission depuis qu'elle l'avait intégrée ou même simplement ceux qui n'y revenaient jamais... ils lui étaient totalement inconnus.
L'homme finit enfin par se lever. Il était vraiment grand comparé à la petite japonaise, qui devait presque lever le nez en l'air pour croiser son regard. Il lui demanda alors si elle avait du feu, sans aucun doute pour allumer sa cigarette. Rei trouvait cela étrange tout de même de garder à la bouche un petit rouleau de tabac sans l'avoir brûlé au préalable. Enfin, chacun avait ses petites manies. Et d'ailleurs, sa réponse risquait de le décevoir.

    « Malheureusement non. Désolée. Vous demanderez à quelqu'un d'autre. »


Bon techniquement, si, elle avait du feu sur elle... mais il lui fallait pour ça activer son Innocence. Pas sûr que cela soit bien pratique quand même... Reiko s'assura que l'homme la suivait bien tandis qu'ils déambulaient dans les couloirs. Heureusement l'infirmerie n'était pas bien loin. L'inconnu avait une démarche sûre, mais la jeune fille s'assurait qu'il ne vacille pas. Elle se verrait mal le porter jusqu'en salle de soins si d'aventure ses jambes venaient à flancher sous le manque de sang et s'il s'écroulait sur le sol, inconscient.

    «  Le combat a été rude j'imagine. Vous auriez du comprimé votre plaie dès le départ... »


C'était dit avec douceur, et non pas sur le ton du reproche. Rei n'était pas là pour engueuler les gens sur ce qu'ils devaient faire ou non – pas plus qu'elle ne lui avait fait remarqué que fumer était mauvais pour la santé. Mais s'il avait fait cela dès le départ, cela lui aurait évité d'avoir perdu autant d'hémoglobine.
Il ne leur fallut guère plus longtemps avant d'atteindre l'infirmerie, qui était quasiment vide. L'infirmière en chef, voyant débarquer le blessé, sembla commencer à s'énerver, mais Reiko intervint rapidement.

    «  Tout va bien, fuchou-san, je m'occupe de lui. Venez par ici, installez-vous.» fit-elle ensuite à l'adresse de l'homme.


Tandis qu'elle s'asseyait, elle prépara de quoi le nettoyer et le bander. Elle fut bien obligée de frotter un peu le sang qui avait séché le long de son visage et donc d'insister un peu, s'excusant d'avance auprès de son patient improvisé. Concentrée sur son travail afin de ne pas lui provoquer davantage de douleur par rapport à ce qu'il devait déjà ressentir – bien qu'il ne semblait pas s'en plaindre – la jeune femme resta silencieuse un moment. Et quand enfin la plaie fut propre et prête à être traitée et bandée, elle recommença à discuter avec l'homme.

    «  Comment vous appelez-vous ? »


Quoi de plus normal que de connaître le nom de quelqu'un dont on prend soin ? Et à fortiori d'un apparent collègue ?


Dernière édition par Reiko Hazuki le Mer 10 Oct - 20:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Liam Javeed
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 03/10/2012
Age : 32

Feuille de personnage
Age : 30 ans
Nationalité : Perse
Surnom :

MessageSujet: Re: Retour au bercail [Liam/Reiko]   Mer 10 Oct - 20:14

Mon frère avait raison. A vrai dire, il avait souvent raison... plus que je ne le reconnaissais réellement. Bien souvent il avait raison sur des sujets qui ne me plaisaient pas, accentuant mon agacement plus qu'autre chose et cela semblait l'amuser profondement.

Mais parce que c'est drôle !

Décidement, nous étions vraiment différents... Si je recherchais la solitude, lui cherchait plutôt la compagnie bien qu'il agaçait rapidement ses interlocuteurs par son comportement puéril. Du coup, il était difficile de nous retrouver d'accord sur certaines choses. Toutefois, il avait accepté sans rechigner que je m'absente un long moment de la Congrégation. Si la plupart des maréchaux s'occupaient d'apprentis exorcistes ou gèraient une équipe, ce n'était pas mon cas. En tout cas pas pour l'instant. Mais je savais que dès que j'aurais posé le pied au quartier général, les choses changeraient. En bien ou en mal, difficile de faire un jugement...

Pour le moment, je n'aspirais qu'à me reposer et à être au calme après ce long voyage. Mais ce n'était visiblement pas au programme puisque, à peine assis pour une petite sieste, on venait m'en tirer. Ce n'était pas brutal ni assourdissant, signe que ce n'était pas un supérieur qui s'intéressait à mon cas. Je pensais surtout à Komui qui me poserait tellement de questions à la fois que je n'aurais pas assez d'oreilles pour toutes les entendre. Ce ne fut heureusement pas le cas puisque c'est une jeune femme qui se tenait devant moi. Même si je ne m'intéressais pas à elle et comptait reprendre ma sieste, mon frère fit une remarque pertinente. Quand bien même je l'ignorerais, elle insisterait probablement jusqu'à ce que j'accepte les soins. Encore une fois, il avait raison. Finalement, je rouvrais les yeux pour la découvrir, toujours à la même place bien que dans une position différente, comme si elle allait me faire un sermon mais que je l'avais devancée. Vu ce qu'elle disait, mon frère avait doublement raison...

« Ca, ce sont les paroles de quelqu'un qui n'a rien d'autre à faire de sa journée. Ou alors qui est têtu. Très têtu. C'est votre cas ? »

Mes paroles n'avaient rien d'agressif. Je n'agressais jamais les gens même si certains prenaient mal mes remarques. Je n'ai jamais compris pourquoi. Sans doute à cause de mon ton détaché comme si rien ne m'importait ? Possible. C'était une sensation étrange de voir quelqu'un s'inquiéter pour moi. Personne ne s'inquiétait jamais pour moi. Déjà parce qu'étant seul, ça ne risquait pas d'arriver. Mais même en repensant à mon passé, je n'avais aucun souvenir de ce genre de choses. Au contraire, c'était plutôt l'inverse... Pourquoi je repensais à ça moi ? Ca va encore me coller mal au crâne... A moins que ça ne soit à cause de la blessure ? Maintenant qu'on me l'avait fait remarquer, je la sentais alors qu'avant non. Comme quoi...

Préférant me focaliser sur autre chose, j'observais mon interlocutrice, mains sur les hanches telle une madone qui allait réprimander un enfant. Pourtant... elle avait l'air relativement jeune. Et nouvelle. C'était bien une exorciste mais son attitude laissait clairement penser qu'elle était fraichement arrivée ici. Religieux ou pas, la Congrégation restait un ordre militaire... et avec son lot de grades. Etant maréchal, seul Komui m'était supérieur ici-même. Toutefois, cela ne sembla pas effleurer l'esprit de cette jeune femme aux traits asiatiques. Pas étonnant qu'elle n'ait pas compris ce que je disais dans ma langue natale. Elle me confirme qu'elle était toute nouvelle... surtout par la fin de sa phrase. Si elle me posait la question, c'était vraiment qu'elle était là depuis peu. Personne ne lui avait expliqué ?

« Si vous posez la question, ça se confirme... Je l'ai probablement rejoins avant même votre naissance. Hmm. Vous avez quel âge ? »

On ne demande pas son âge à une dame. Oui mais voilà, j'avais besoin de savoir. Ca se trouve je faisais erreur à propos de son âge approximatif... Je ne faisais pas moi-même l'âge que je semblais avoir. A force de parler, je commençais à avoir la gorge sèche. A vrai dire, je n'avais plus parlé depuis un moment, mis à part au cocher, un peu plus tôt. Ma cigarette manqua de glisser de mes lèvres, me rappelant alors son existence. Sauf qu'une cigarette éteinte était aussi utile que des lunettes sans verre. Pour remédier à ça, je demandais du feu à celle qui me faisait face mais qui n'avait malheureusement pas de quoi répondre à ma requête. Voilà qui était fâcheux... Oubliant ce pourquoi elle était toujours plantée devant moi, je me levais et la dépassait comme si elle n'était plus là, m'avançant jusqu'au couloir où je regardais de gauche à droite, cherchant une autre personne. Apercevant un scientifique qui passait, je le hêlais. Celui-ci du croire que c'était urgent car il rappliqua en quatrième vitesse. C'était peut-être à cause de mon grade... ou de ma blessure à la tête. Toutefois, il fut rapidement à côté de moi, les yeux en point d'interrogation. Prenant ma cigarette en main, je la tendais vers lui.

« Vous avez du feu ? »

Il cligna si rapidement des yeux qu'on aurait dit qu'il avait une poussière dans l'oeil. Visiblement il ne s'attendait pas à ça. Après une courte hésitation, il fouilla ses poches et en sortit de quoi allumer mon bien. D'un signe de tête je le remerciais tandis qu'il me demandait s'il pouvait faire autre chose pour moi. Laissant échapper un peu de fumée, je lui affirmais que non, qu'il pouvait reprendre ce qu'il faisait. Tournant les talons, je me retrouvais de nouveau face à la jeune femme. Ah oui tiens, c'est vrai, je l'avais oubliée... Bon, inutile de perdre du temps, je connaissais le chemin de l'infirmerie... si cela n'avait pas changé depuis tout ce temps. Cependant, elle me dépassa et prit une direction qui était celle où j'allais me rendre. Lui emboitant le pas, je l'écoutais me... conseiller ? Quoiqu'il en soit, elle faisait erreur en parlant de combat. Au moins elle ne demandait pas comment c'était arrivé.

« Non, pas tellement. L'atterrissage fut plus douloureux. A vrai dire, je n'avais pas vu que j'étais blessé, je ne l'ai remarqué que non loin d'ici. Comme quoi ce n'est pas très grave. »

En tout cas c'était ce que je pensais. Si j'allais bien, pourquoi m'inquiéter plus que nécessaire ? Cependant, elle semblait prendre tout ça bien plus au sérieux que moi. Bah. Plus vite j'étais soigné, plus vite je pourrais faire de nouveau ce que je voulais. Je marchais non loin d'elle, à son rythme, profitant de ma cigarette fraichement allumée. A peine avait-on mis les pieds dans l'infirmerie que l'infirmière en chef s'avança vers nous. Elle, elle n'avait pas changé... Toujours ce même air sévère imprimé sur le visage. A croire qu'elle était dénuée d'autres émotions. Oh oui, je les sentais venir les reproches. Toutefois, la jeune femme qui m'avait trainé jusque là la coupa dans son élan, lui indiquant qu'elle s'occupait de moi.

« Mais maré... »commença t-elle jusqu'à ce que je lève la main pour lui faire signe de stopper
« Elle a l'air de savoir ce qu'elle fait. Ca va aller. »

Ce n'était pas un reproche ni un ordre mais l'infirmière en chef n'insista pas. Néanmoins, elle s'approcha de moi et m'arracha la cigarette des lèvres avant de l'écraser dans un bocal vide qu'elle emporta avec elle. Que je sois son supérieur ou pas, je n'avais visiblement pas mon mot à dire dans ce lieu sur lequel elle semblait régner.

« On ne fume pas dans l'infirmerie ! »

Je soupirais. Avais-je bien fait de rentrer finalement ? Je reportais mon attention sur la jeune femme une fois installé comme elle me l'avait indiqué. Je m'efforçais de ne pas bouger tandis qu'elle me nettoyait. La plaie était douloureuse mais c'était facilement tenable. La seule grimace que j'avais fait jusqu'à présent était lorsque l'on m'avait privé de ma cigarette. Monde cruel. Mes yeux se posèrent sur la bande prête à l'emploi qu'elle venait de saisir. Elle n'allait pas me mettre ça autour du crâne quand même ? J'allais avoir l'air profondemment idiot. Question discrétion j'avais vu mieux. Voilà qu'elle me demandait mon nom... Oui, c'était une bonne idée ça. Mettre un nom sur un visage, était une étape on ne peut plus importante.

« Vous n'allez pas me mettre ça autour du crâne, j'espère... » même si je connaissais déjà la réponse « Liam Javeed. Et vous ? D'ailleurs vous êtes quoi ? Exorciste ou infirmière au final ? Et vous êtes sous les ordres de qui ? » en profitais-je pour demander, curieux

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retour au bercail [Liam/Reiko]   Sam 13 Oct - 22:28

Rei pouvait être entêtée. Pour peu qu'elle n'arrivait pas à atteindre l'objectif qu'elle s'était fixée, elle insisterait et ferait tout pour y parvenir. Et en l'occurrence, c'est justement ce qui était en train de se passer, alors qu'elle était plantée devant l'homme blessé à la tête et qui n'avait pas l'air de vouloir se lever pour aller se faire soigner. Et pourtant, il en avait grand besoin, il faut dire qu'il était sacrément amoché. La jeune femme le prévint qu'elle ne bougerait pas tant qu'elle ne l'aurait pas emmené à l'infirmerie. Il lui fit d'ailleurs une remarque très pertinente sur son insistance, présumant qu'il avait affaire à quelqu'un de très têtu.

    « On peut dire ça. Vous savez donc ce qui vous reste à faire... »


Face à une personne blessée, même si ce n'était pas forcément bien grave, Reiko ne pouvait s'empêcher de prendre soin d'elle. Un peu trop protectrice ? Bien possible, mais de toute façon, pourquoi changer cela, elle s'était toujours comportée de cette manière, faisant passer le bien-être des gens avant le sien. Ce n'est pas du jour au lendemain que ça changerait.
L'homme sembla jauger la petite infirmière. Il ne vint même pas à l'esprit de celle-ci que son interlocuteur pouvait être un de ses supérieurs. La différence au niveau des uniformes l'avait bien frappée mais pas autant que la cascade de sang qui continuait de couler sur son visage. Visage d'ailleurs qui reflétait un stoïcisme quasiment parfait, aucune trace de douleur ne déformait les traits de l'homme. Quand il lui demanda si elle était nouvelle, Rei répondit par l'affirmative, et renvoya sa question à celui qui l'avait posée. Il lui révéla qu'il avait sans doute rejoint la Congrégation avant même que la jeune femme ne vienne au monde, ce qui lui fit hausser un sourcil. Soit il la voyait plus jeune qu'elle ne l'était, soit il était plus vieux qu'il ne paraissait. D'ailleurs... y avait-il un âge limite pour rejoindre la Congrégation ? La jeune femme ne s'était jamais posée la question...

    « Ça dépend de l'âge à laquelle vous l'avez rejointe. J'ai 18 ans. Et vous ? Vous avez l'air d'en avoir 25... »


Rei n'avait que faire du fait qu'on lui demande son âge. Elle préférait qu'on lui demande plutôt que d'essayer de le deviner. Elle se rappelait bien de cette femme qui pensait qu'elle avait déjà la vingtaine bien avancée alors qu'elle n'avait en réalité à l'époque que 17 ans. En même temps, ses traits asiatiques n'aidaient pas tellement. Elle lui apprit qu'elle n'avait malheureusement pas de feu sur elle pour allumer sa cigarette, et se retint de lui faire remarquer que ce n'était pas bon pour la santé. Après tout, elle n'avait pas le droit de juger cela. Mais il sembla ensuite l'oublier totalement tandis qu'il se levait et qu'il héla une personne qui passait par là pour lui demander du feu. Le scientifique roula des yeux éberlués, ce que Reiko mit sur le compte de sa blessure, plutôt impressionnante. Elle patienta près du canapé déserté que l'inconnu ait terminé d'allumer son petit tuyau blanc.

Le temps que la cigarette soit allumée et que le scientifique reprenne sa route après lui avoir demandé s'il avait tout ce qu'il lui fallait, l'homme finit par se retourner vers la petite infirmière et sembla à ce moment se souvenir de son existence, comme s'il l'avait complètement occulté alors qu'il partait à la recherche d'une flamme pour son petit rouleau de tabac. Quoiqu'il en soit, ils ne tardèrent pas à se mettre finalement en route vers l'infirmerie. Rei en profita pour discuter un peu avec l'homme, lui donnant quelques conseils et présumant que le combat qui avait provoqué la plaie s'était avéré assez rude. Mais il la détrompa, en parlant d'atterrissage, et lui affirma même qu'il ne s'était rendu compte de l'hémorragie qu'un peu avant d'arriver à la Congrégation. Reiko sourcilla ; cet homme ne faisait donc attention à rien ? Ou alors le combat ne s'était pas déroulé bien loin de son point d'arrivée...

    « Vu la taille et la quantité de sang que vous avez perdu, permettez-moi d'en douter... vous ne ressentez aucune douleur ? Vous devez bien avoir un peu mal à la tête tout de même, ou vous sentir fatigué... vous pourrez dormir une fois que le saignement se sera stoppé. »


Et bien entendu, ils furent accueillis à la salle de soins par l'infirmière en chef et son éternel sourire... ou pas. En réalité, c'était une femme à l'aspect très sévère mais elle était strict au niveau des soins et s'assurait toujours que chaque patient ressorte de sa salle dans le meilleur état possible. Rei s'empressa de calmer l'infirmière en lui assurant qu'elle allait s'occuper de l'homme, mais celle-ci eut l'air de protester. La jeune femme fut surprise par l'échange entre l'inconnu et la fuchou, cette dernière se contentant de s'approcher de lui pour lui arracher sa cigarette. Là dessus aussi elle était stricte. La petite infirmière prépara son matériel pendant que l'homme réglait son compte avec la chef et s'installait à l'endroit qu'elle lui avait indiqué.

Le soin ne dura pas très longtemps, il consistait surtout à nettoyer le sang sécher sur le visage de l'homme. D'ailleurs, elle ne connaissait toujours pas son nom, c'est pourquoi, reprenant la conversation, elle le lui demanda. Liam Javeed donc. Un nom étrange, la jeune femme se demandait bien de quelle origine il s'agissait

    « Elle ne se verra pas sous vos cheveux, ne vous en faites pas. Je m'appelle Reiko Hazuki, exorciste et infirmière. Sous les ordres de qui ? Comment ça ? Si vous parlez d'une équipe, je n'en ai pas encore rejointe une. Au fait, pourquoi votre uniforme est légèrement différent ? Vous faites partie d'une équipe particulière ? »


Elle continuait de parler tout en posant doucement la bande autour du crâne de Liam, faisant de son mieux pour la dissimuler sous ses cheveux noirs afin qu'elle se voie le moins possible.
Revenir en haut Aller en bas
Liam Javeed
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 03/10/2012
Age : 32

Feuille de personnage
Age : 30 ans
Nationalité : Perse
Surnom :

MessageSujet: Re: Retour au bercail [Liam/Reiko]   Mar 16 Oct - 14:02

La jeune femme qui me faisait face, mains sur les hanches pour se donner un air plus sérieux et autoritaire, était visiblement quelqu'un qui n'était pas très occupée. Et têtue. A sa façon de me répondre, je sentais qu'elle était du genre à me tirer par les pieds pour me trainer à l'infirmerie si je ne daignais pas bouger mon derrière du canapé pour aller me faire soigner. Cela faisait tellement longtemps que je n'avais pas reçu d'ordre que j'étais presque tenté d'y obéir. Pourtant, si quelqu'un était supérieur à l'autre ici, c'était bien moi. Mais bon, ce n'était pas comme si c'était mon genre de m'imposer.

C'est vite dit, tu m'imposes ta présence continuellement.

J'aurais plutôt dit l'inverse moi, mais bon. Mon frère pouvaitt bien dire ce qu'il voulait, nous étions liés, bien plus que ne l'aurait été de vrais frères jumeaux. La vie était ainsi faite mais une chose était sûre, je n'avais pas besoin d'avoir à supporter les autres pour vivre ma vie. Ma condition de maréchal était pour ça une aubaine plus qu'une bénédiction. Grâce à ça, j'avais autorité sur la plupart des membres de la Congrégation et j'avais la permission d'aller où bon me chantait un peu partout dans le monde. C'était un des bons côtés d'appartenir à l'Eglise. Peut-être un des seuls à bien y réfléchir. Néanmoins, d'un certain côté, retrouver un peu de compagnie n'était pas pour me déplaire. En tout cas pour le moment. Si l'on commençait à m'imposer trop de choses, je sentais que mon retour n'aura été que de courte durée...

Malgré ce que venait de me dire la jeune femme face à moi, je n'avais pas changé de point de vue en ce qui concernait l'urgence de ma blessure. A vrai dire, ça m'était un peu sorti de la tête tandis que je l'observais elle, prenant le temps de mieux noter chaque détail la concernant. J'aimais savoir à qui j'avais à faire, surtout qu'il s'agissait à première vue d'une collègue. Ou plutôt juste d'une exorciste. Elle était nouvelle, la question ne se posait même pas. Ou alors le respect des grades lui était totalement inconnu. Non, si elle manquait simplement de politesse, elle n'aurait même pas pris la peine de me réveiller doucement ou de me parler avec inquiétude. Sa jeunesse n'y était sans doute pas étrangère. Elle m'informa d'ailleurs sur l'âge qu'elle avait, ne semblant pas offusquée de ma question. Dix huit ans. Encore une gamine ou presque bien qu'elle ressemblait plus à une femme qu'autre chose. Sa façon de s'exprimer y était aussi sans doute pour quelque chose. Il fallait dire que la vie d'un exorciste ne laissait pas tellement la place à l'insouciance et la candeur. Quoiqu'il en soit, comme beaucoup, elle se trompait sur mon âge mais je ne pouvais pas lui en vouloir, je paraissais plus jeune que mon âge réel.

« Vous faites plus âgée. Cela dit, j'avais raison, j'ai rejoins la Congrégation avant votre naissance. J'ai 30 ans et ça va bientôt faire plus de vingt ans que je suis là. Comme quoi un exorciste peut avoir une longue durée de vie. Peut-être que ce sera votre cas aussi. »

Il ne fallait pas se voiler la face. Le taux de mortalité des exorcistes était très élevé malgré le fait qu'ils soient peu nombreux. D'ailleurs celui des traqueurs était bien plus important encore. Pouvait-on appeler ça un suicide collectif ? Après tout, tout le monde ici savait que l'on pouvait mourir demain. C'était pour la bonne cause, il parait. Mes paroles n'avaient donc rien de défaitistes. Comme d'habitude, je pointais du doigt les choses sans prendre de gants ou faire de détours inutiles. A quoi bon ? La vie était trop courte de toute façon.

Puisqu'elle n'avait pas ce que je lui demandais, je me levais, comme elle me l'avait demandé. Mais pas pour la suivre ou pour me rendre à l'infirmerie. A vrai dire, j'avais déjà oublié toute cette partie là, omnubilé par mon besoin de fumer. Sauf que sans feu, je n'allais pas aller bien loin. J'avisais unn type qui passait dans le couloir et l'interpelait pour qu'il me donne du feu, ce qu'il fit. Bien aimable ce type. Je le congédiais, heureux de pouvoir enfin savourer un peu de tabac avant de me rappeler de l'existence de la jeune femme visiblement préposée à l'infirmerie. Vu qu'elle ne semblait pas vouloir m'oublier, elle, j'abdiquais et la suivait. Avoir quelqu'un qui me suivait partout me mettait mal à l'aise alors autant m'en débarasser rapidement. Sur le trajet, elle me fit remarquer que ma blessure était plus sérieuse que ce que je pensais. La prochaine fois, je ferais plus attention là où je met les pieds... Toutefois, non, je n'avais pas mal. La drogue que je prenais atténuait plutôt bien la douleur et même si cela tirait un peu, c'était parfaitement supportable. J'avais déjà subis pire, bien pire. Par contre, elle avait raison sur un point, j'étais fatigué. Mais j'avais mis ça sur le temps du voyage et du débit de parole parfois un peu trop élevé de mon frère lorsque nous étions seuls.

C'est pour pas que tu t'ennuies !

« Effectivement, je suis fatigué mais je viens de loin alors j'imaginais que c'était lié à ça. Je n'ai pas vraiment mal, non. La douleur n'est qu'une information et puis de toute façon, j'ai de quoi lutter contre. »

A peine le pieds posé dans l'infirmerie, l'infirmière en chef nous tombait dessus. Enfin surtout sur moi en fait. Seulement, celle qui m'accompagnait lui cloua le bec et j'en rajoutais une couche. Elle n'insista pas mais, comme pour se venger, elle me priva de ma cigarette à peine consummée. Je n'avais pas vraiment eu le loisir d'en profiter comme je l'aurais souhaité mais je la laissais faire. C'était chez elle ici, je n'avais pas mon mot à dire. Laissant tomber ce détail, je m'installais près de la jeune femme qui disait se prénommer Reiko. Au moins elle savait également désormais comment je m'appelais. Elle me rassurait en me disant que la bande qu'elle comptait me mettre autour de la tête ne se verrait pas sous mes cheveux. J'avais comme un doute à ce sujet mais préférant ne pas entrer dans un débat inutile, je me contentais de hocher la tête. Au pire, je mettrais un chapeau. C'est classe un chapeau.

Tandis qu'elle me posait la dite bande, j'en profitais pour m'intéresser à elle. Qui était-elle, d'où venait-elle ? Elle me répondit bien sûr qu'elle était exorciste et infirmière mais ça, j'aurais pu le deviner tout seul. Avoir un double emploi était tout de même rare. Parce que ça voulait dire qu'elle avait le temps de faire les deux. N'avait-elle donc pas une équipe ? Ses propos vinrent rapidement me le confirmer... et aussi m'expliquer pourquoi elle ne savait pas qui j'étais. En fait, elle ne savait pas grand chose. Il était temps de remettre les pendules à l'heure, ça devenait urgent.

« Pour faire simple, je suis maréchal. Votre supérieur. D'où l'uniforme différent du votre, pour nous différencier. »

Au moins maintenant elle saurait à quoi s'en tenir. A vrai dire, je me moquais bien d'un quelconque changement d'attitude de sa part, c'était bien le dernier de mes soucis. En fait, si elle n'appartenait à aucune équipe, c'était peut-être l'opportunité de l'intégrer à la mienne ? Il fallait bien commencer quelque part et j'avoue que la perspective d'avoir une aide soignante après un combat était plutôt une bonne chose. Restait à savoir en quoi consistait son Innocence et si elle savait s'en servir. Si elle était empotée, peu importe, je lui apprendrais.

Presque aussitôt après lui avoir répondu à demi, je me levais sans lui laisser le temps de finir de poser la bande. Cela ne faisait plus partit de mes priorités... bien que ça n'en avait jamais fait vraiment parti d'ailleurs. L'attrapant par le poignet, je la tirais avec moi pour sortir de l'infirmerie. Puisque je l'avais sous la main, j'allais en profiter pour qu'elle soit désormais sous mes ordres. Mais pour cela, il fallait passer par le bureau de Komui... Je ne pris même pas la peine de l'informer du pourquoi du comment, lui disant juste le stric minimum.

« Puisque vous n'avez pas d'équipe, désormais, vous ferez partie de la mienne. »

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retour au bercail [Liam/Reiko]   Dim 28 Oct - 11:10

Comment pouvait-on rester de marbre face une personne blessée ? Beaucoup de gens le pouvaient, se contentant simplement de dévisager la personne et de regarder fixement la blessure sans chercher à l'aider, à savoir si elle allait bien ou si elle avait besoin de secours, et de continuer leur chemin comme s'ils n'avaient rien vu. Reiko elle, en était bien incapable. Mais elle ne pouvait pas croire que cet homme, sur le chemin du retour, n'avait pas croisé quelqu'un qui se serait inquiété de son état. Sauf si son air stoïque et fermé avait découragé les éventuelles mains secourables qu'il aurait pu croiser, ou encore qu'il aurait décliné toute offre d'aide... après tout, il avait l'air de se moquer éperdument d'avoir la moitié du visage recouvert de sang coagulé.

Rei avait déjà eu affaire à des gens réticents à tout soin. Cet exorciste n'était pas le premier et il ne serait certainement pas le dernier, mais il lui fallait plus qu'une attitude nonchalante et peu encline à l'amabilité pour la décourager. Mains sur les hanches, elle attendait donc patiemment que l'homme se décide à se lever, insistant poliment mais insistant tout de même, quitte à passer pour une personne extrêmement têtue – ce que sembla penser son interlocuteur. Cependant, l'infirmière n'en avait strictement rien à faire. Qu'il le veuille ou non, il avait besoin qu'on s'occupe de sa blessure s'il ne voulait pas finir à moitié évanoui dans les escaliers à cause d'une anémie. Et vu la quantité de sang qu'il avait perdu, c'était même assez étonnant qu'il ne soit pas déjà tombé dans les pommes.

Reiko avait bien remarqué que même s'il portait un uniforme d'exorciste, il différait pas mal du sien, même si pour le moment elle ne portait que sa veste. L'homme lui demanda si elle était nouvelle et quel était son âge, interpellé peut-être par elle ne savait quel élément dans son comportement. Elle lui indiqua qu'elle avait dix-huit printemps et que oui elle était nouvelle, mais elle pensa intérieurement qu'elle n'était pas non plus complètement paumée au sein de la Congrégation, commençant tout juste à s'y faire une place même si elle n'avait pas encore intégré d'équipe. Après tout, elle contrôlait encore assez mal son Innocence, dans le sens où elle n'arrivait à invoquer pour l'instant que sa chimère de Feu. Revenant à l'homme, elle le regarda avec les sourcils légèrement haussés sous la surprise. Trente ans, vraiment ? Il ne les faisait pas du tout.

    « Et vous, vous faites plus jeune. Les apparences sont trompeuses. Vous l'avez rejointe bien jeune... vous avez du participé à beaucoup de combats j'imagine ? Pour ma part je compte bien vivre aussi longtemps que possible. »


La jeune femme avait compris où il voulait en venir. Après tout, il ne fallait pas oublier qu'ils étaient en guerre, et que forcément, des gens mourraient et tombaient au combat. Pour autant, cela ne voulait pas dire que tout le monde mourrait jeune et tué par des Akumas. Il y en avait bien qui survivaient, la preuve avec cet homme qui apparemment se battait depuis maintenant un peu plus de vingt ans... ce devait être un exorciste très puissant. Rei se demanda s'il devait la différence de son uniforme à la longévité de son service...

Le temps que quelqu'un fournisse du feu à l'homme pour qu'il puisse enfin fumer, Rei attendit patiemment qu'il se tourne de nouveau vers elle pour l’emmener à l'infirmerie. Sur le trajet elle lui expliqua ce qu'elle pensait de sa blessure et qu'elle trouvait étonnant qu'il n'ait l'air ni fatigué ni douloureux. Il la détrompa cependant en affirmant qu'il se sentait bien fatigué mais qu'il mettait cela sur le compte de son long voyage. D'où venait-il donc ? Reiko ne posa pas la question. Quant à la douleur qu'il ne semblait pas ressentir, peut-être fallait-il mettre ça sur le compte du tabac... bien que, de l'avis de la jeune femme, cette drogue comportait plus d'effets nocifs que bénéfiques.

    « Je vois. Au moins, vous pourrez bientôt vous reposer. »


Une fois arrivés à l'infirmerie et que la chef du service ait confisqué à l'homme sa cigarette d'une manière que Reiko n'aurait jamais utilisé, elle l'invita à s'asseoir pendant qu'elle préparait les bandages, apprenant peu après que son interlocuteur se prénommait Liam. Elle entreprit de le rassurer quant à la bande qu'elle allait lui poser, et qui serait dissimulée par ses cheveux noirs. Elle travailla donc à faire retomber ses mèches le plus possible sur la bande blanche, de sorte à ce qu'elle soit le moins visible possible. Après tout, elle le comprenait, elle-même n'aimerait pas se balader avec ce genre de pansement autour de la tête...
C'est à ce moment qu'elle en profita pour lui demander la raison de la différence de leurs uniformes, et elle se stoppa légèrement quand Liam lui révéla qu'il était maréchal, en l'occurrence, un exorciste avec un grade supérieur. Rei haussa les sourcils de surprise mais ne changea pas son attitude.

    « Oh, je comprends mieux à présent. »


Supérieur ou non, elle le soignait comme n'importe quelle autre personne et s'était adressée à lui avec la même politesse que n'importe qui d'autre. Il est des cas où la supériorité n'était plus vraiment de mise... mais c'était bon à savoir. Maintenant elle saurait à quoi s'en tenir si elle venait à croiser d'autres personnes vêtues du même uniforme que le sien – bien qu'en ce qui la concernait, il était le tout premier... elle n'avait croisé aucun autre maréchal jusqu'à présent.

Elle fut en revanche prise de court quand Liam se releva et lui attrapa la main, ayant à peine terminer d'accrocher la bande ; un morceau pendait encore mais Rei ne put rectifier cela puisque l'homme l'entraînait hors de l'infirmerie pour la mener Dieu savait où.

    « Hé, où m'emmenez-vous ? Laissez-moi au moins terminer ! »


Elle écarquilla les yeux en entendant la... décision de Liam. Elle ? Dans son équipe ? Elle ne maîtrisait même pas encore bien son Innocence !

    « Hein ? Mais, euh... vous êtes sûr ? Vous ne savez rien de mes compétences... »


Et puis, n'était-ce pas à Komui de former et approuver les équipes ? Ah, c'était peut-être vers son bureau que Liam et elle se dirigeaient... Reiko cessa de se débattre et suivit le maréchal, les yeux posés sur la bande qui continuait de pendouiller. Elle réprima un soupir ; elle avait horreur de laisser un travail inachevé de la sorte...
Revenir en haut Aller en bas
Liam Javeed
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 03/10/2012
Age : 32

Feuille de personnage
Age : 30 ans
Nationalité : Perse
Surnom :

MessageSujet: Re: Retour au bercail [Liam/Reiko]   Dim 11 Nov - 10:16

Je savais qu'en rejoignant un ordre militaire, je serais contraint d'obéir à divers ordres. Par chance, j'avais pu me hisser au grade de maréchal, ce qui me permettait déjà un peu plus de faire ce que je voulais. Je n'étais pas exempt d'ordres mais au moins je pouvais dorénavant en donner, c'était déjà mieux. J'aimais ma solitude cependant et ne pas avoir à dépendre de quelqu'un ou bien de devoir jouer aux nounous, raisons pour lesquelles j'étais partit de mon côté. Mais comme toutes les bonnes choses ont une fin, j'étais finalement revenu. Et voilà qu'à peine le pieds posé dans la Congrégation, on me donnait déjà des ordres. Aller à l'infirmerie ne faisait pas parti de mes priorités mais l'insistance de l'exorciste face à moi me laissait penser que j'allais devoir réviser tout ça. Au moins, une fois fait je serais tranquille, voyons plutôt les choses sous cet angle. A bien y réfléchir, je commençais à fatiguer. La perte de sang, sans doute...

La jeune femme qui me tenait tête semblait ignorer pas mal de choses... comme le fait que j'étais son supérieur. Difficile de lui en vouloir, elle était nouvelle d'après ses dires et son attitude le confirmait. Elle avait encore ce feu en elle qui la motivait et lui laissait voir un avenir. Sans doute toute cette bonne volonté finirait-elle comme pour la plupart des exorcistes : aux orties. Elle devait bien savoir à quoi s'attendre tout de même... Mais pour le moment, seul mon état semblait l'intéresser. Cela ne l'empêchait pas de répondre à mes questions, c'était déjà ça. Je n'aimais pas les gens avec qui il était impossible de discuter, ce qui n'était pas son cas.

« C'est grâce à mon Innocence. Quand j'en aurais cinquante, j'en paraitrais probablement trente, même si je doute vivre jusque là. Je l'ai rejointe plus ou moins par défaut, je ne vis plus que pour ça. Alors oui, des combats, j'en ai tellement vu que je ne saurais les compter. Je fais ce pourquoi je suis fais, c'est tout. En tout cas, conservez cette façon de penser. Un exorciste mort ne nous est d'aucune utilité. »

Au moins elle ne semblait pas destabilisée par ce que je venais de dire. Elle ne se voilait pas la face mais conservait espoir, c'était une bonne chose. Même si elle était une toute jeune recrue, quelque chose me disait qu'elle ferait une bonne exorciste. Peut-être qu'elle vivrait aussi longtemps que moi ? Ca, seul l'avenir nous le dira. Je me demande ce qu'elle vaut en combat d'ailleurs... Enfin ça attendra. D'abord, une cigarette, la suite... on verra.

Le goût du tabac me faisait du bien, tellement que j'en avais presque oublié la présence de la jeune femme. Visiblement, je n'allais pas pouvoir savourer ma cigarette en paix alors autant la suivre. Sur le chemin, elle sembla s'étonner que je n'ai pas remarqué plus tôt ma blessure. La drogue que je prenais avait un effet anesthésiant, ce qui aidait plutôt pas mal. Et puis,il fallait dire que je ne faisais pas particulièrement attention à moi-même. Et que mon frère ne faisait pas non plus particulièrement attention à mon corps.

Roh ça va hein, t'as la peau dure et je te protège je te signale !

« بله، اما من نشکن نیست (Oui mais je ne suis pas incassable.) »

La jeune femme m'affirmait que bientôt je pourrais me reposer. Tant mieux. Cela signifiait que je serais à nouveau tranquille. Voilà, j'étais à peine de retour que j'avais déjà envie de repartir. Mais quelque chose me disait là aussi que Komui ne me laisserait pas partir si vite... pas avant d'avoir rempli tant de paperasse que j'en mourrais d'ennui. Pour le moment je devais déjà me faire soigner... par l'exorciste qui m'avait conduit à l'infirmerie ? Elle était infirmière aussi ? C'était plutôt surprenant, surtout vu son âge. Privé de ma cigarette bien aimée, je n'avais pas d'autre choix que d'attendre que ma plaie soit guérie avant de pouvoir en fumer une autre, laissant donc Reiko faire son office. Puisqu'elle me posait des questions, j'y répondais aussi clairement que possible. Au moins maintenant elle savait à qui elle avait affaire. Pourtant, elle ne modifia pas du tout son comportement ou ne s'excusa pas. Pourquoi l'aurait-elle fait après tout ? Elle ne m'avait manqué de respect à aucun moment, s'inquiétant simplement de mon état. Etait-elle comme ça avec tout le monde... ?

En fait, même si elle n'avait encore sûrement aucun fait d'arme derrière elle, elle me plaisait bien. Elle avait du potentiel et de la volonté, tout ce qu'il fallait pour faire d'elle une exorciste accomplie. Mais encore fallait-il qu'elle soit entrainée... Elle n'avait pas d'équipe ni de maréchal, c'était parfait. Sans attendre plus longtemps, je l'attrapais par la main pour la trainer vers les bureaux du Grand Intendant, ne remarquant même pas que la bande qu'elle me posait autour du crâne pendait d'un côté, pas finie d'être posée. Bien que Reiko protestait, je ne ralentis pas le pas, parcourant les couloirs d'un pas rapide.

« Vous terminerez pendant que je m'entretiens avec le Grand Intendant. »

Comme ça, elle assisterait également à la conversation. Si je la voulais sous mes ordres, autant qu'elle soit au courant de tous les détails. Voir Komui si rapidement ne m'enchantait pas, mais je ne voulais pas perdre l'opportunité d'avoir la jeune femme dans mon équipe. Par chance, aucun autre maréchal ne semblait l'avoir repérée. Cependant, Reiko ne semblait pas certaine que ce soit une bonne décision, doutant d'elle-même. Je stoppais ma marche soudainement puis me retournais vers elle alors qu'elle venait de me percuter à cause de mon arrêt soudain.

« Je sais que vous êtes têtue, volontaire, respectueuse et que vous avez le sens des priorités. Ca me suffit. En ce qui concerne vos compétences, ce n'est qu'une question d'entrainement et c'est justement mon travail. Vous préférez rester ici et ne servir qu'à moitié ou bien me rejoindre et enfin devenir ce pourquoi vous êtes faite ? »

Pour une fois, je laissais le choix. La balle était dans son camp... Peut-être n'avait-elle pas l'âme d'une personne de terrain mais il valait mieux qu'elle y aille de son plein gré plutôt qu'elle y soit forcée. Si elle acceptait, elle allait devoir me supporter longtemps.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retour au bercail [Liam/Reiko]   Jeu 15 Nov - 21:20

Reiko n'avait pas vraiment l'âme d'un leader. Quand elle donnait des ordres, c'était toujours dit assez gentiment, ses propos relevant plus de la sollicitude que de l'autorité, même si elle ne s'exprimait pas toujours avec le sourire. Cependant, devant cet homme porteur d'une sacrée blessure à la tête, la petite infirmière faisait preuve d'insistance. Il s'agissait de la santé et du bien-être d'une personne, elle avait les compétences pour le soulager et le soigner, alors pourquoi attendre ? D'autant plus que laisser la plaie ainsi, et d'où coulait encore du sang, n'allait pas lui faire du bien, loin de là. Aussi, que l'homme le prenne bien ou mal, la jeune fille ne lui laissait pas tellement le choix, il fallait qu'il se laisse soigner. Elle ne pouvait décemment le laisser comme ça.

Étant nouvelle, beaucoup de choses lui échappait encore, comme par exemple la raison pour laquelle son interlocuteur portait un uniforme différent du sien. Mais ce qui l'étonna davantage fut l'âge que lui donne l'homme, en l'occurrence trente ans. Si vieux que cela ? Il en faisait vingt-cinq à tout casser, et Rei ne se priva pas de le lui dire. Mais par ailleurs, ça sous-entendait, selon ses dires précédents, que cela faisait un bon moment qu'il était à la Congrégation, et que par conséquent il avait du participer à beaucoup de combats... et qu'il en était sorti vivant. Pour preuve, il se tenait devant Rei à présent, certes blessé, mais vivant.

    « Ah vraiment ? J'ignorais qu'il existait des Innocences capables de ça... Pourquoi dites-vous ça, vous avez bien vécu trente ans, pourquoi pas vingt de plus ? Vous ne faites plus que vous battre... ? N'avez-vous donc rien d'autre à côté ? En tout cas, je n'ai pas l'intention de changer d'opinion. Ni de jeter ma vie aux orties. Quant aux exorcistes morts... même s'ils sont inutiles, ça n'empêche qu'ils ne doivent pas être oubliés. »


La petite infirmière aimait la vie et souhaitait la préserver... d'où le choix de son premier métier. La vocation d'exorciste s'était greffée par-dessus, mais avant tout Reiko était une soignante. Aussi faisait-elle son possible pour soigner son entourage ainsi qu'elle-même. Un exorciste mort est inutile ? C'était également le cas pour une soignante. Néanmoins, comme elle le disait, ce n'était pas parce que la mort les avaient emportés qu'il fallait oublier les soldats de Dieu tombés au combat. Après tout, ils avaient participé à la sauvegarde de leurs camarades et au conflit qui les opposaient au comte. Malgré tout, c'était le risque... elle le savait. Une guerre était une guerre.

En tout cas, Rei attendit que l'homme assouvisse son besoin de tabac, en allant réclamer du feu à un scientifique qui passait par là. Il ne fallut guère longtemps pour cela, aussi patienta-t-elle jusqu'à ce qu'il revienne vers elle, le petit rouleau entre les lèvres, avant qu'ils puissent enfin se diriger vers l'infirmerie. Il murmura d'ailleurs quelque chose, dans la même langue que tout à l'heure et que Reiko ne comprit pas. Elle ne lui demanda cependant pas de répéter. Vu le ton sur lequel c'était prononcé et si doucement, cela ne lui était sans doute pas destiné.

Arrivés ensuite à l'infirmerie, l'infirmière en chef s'empressa de confisquer la cigarette de l'homme. Reiko ne s'interposa pas, d'une parce qu'elle ne pouvait guère vraiment contredire sa supérieure, et de deux parce que oui, on ne fumait pas dans l'infirmerie. Elle n'avait cependant pas voulu en priver l'homme qui avait l'air d'en avoir besoin. Enfin... il pourrait toujours se brûler une autre cigarette plus tard, après ses soins. Aussi, toujours en nettoyant le sang coagulé et en préparant la bande, Rei poursuivit la discussion, apprenant finalement que le dénommé Liam détenait un grade supérieur au sien, puisqu'il était maréchal. D'où la différence des uniformes. La jeune fille manifesta un étonnement poli, mais ne changea guère d'attitude. Depuis qu'elle l'avait abordé, elle ne lui avait pas une seule fois manqué de respect, d'ailleurs elle n'en manquait à personne. De toute manière, hiérarchie ou non, il avait besoin de soins et aurait agi de la même façon avec n'importe qui d'autre.

Alors qu'elle commençait à poser la bande autour de la tête de Liam, elle l'informa qu'elle ne faisait partie d'aucune équipe d'exorcistes pour le moment. Et pour cause, elle n'avait pas encore de maréchal attitré, d'ailleurs l'homme en face d'elle était le premier qu'elle rencontrait. Quelle ne fut sa surprise quand il lui empoigna la main et l'entraîna avec lui hors de la salle de soins, sans lui laisser le temps de terminer son office. Elle eut beau lui demander de s'arrêter le temps qu'elle finisse, il ne fit pas, lui disant qu'elle pourrait fermer le pansement dans le bureau de Komui, là où ils se rendaient. Enfin une information sur leur destination...

Quoiqu'il en soit, elle ne s'était pas attendue à ce qu'il veuille la prendre dans son équipe. Cela ne faisait pas longtemps qu'elle s'entraînait avec son Innocence, aussi n'était-elle pas encore bien au point au niveau offensif. Après tout, elle s'entraînait seule pour le moment mais y mettait toute son énergie – ou presque, elle en gardait tout de même pour les soins infirmiers... bref, quelque peu plongée dans ses pensées, elle se prit de plein fouet le maréchal qui avait stoppé brusquement son parcours pour se tourner vers. Elle frotta son bras légèrement endolori tout en l'écoutant, l'air sérieux.

    « Vous comptez vous occuper de mon entraînement si je comprends bien ? La question ne se pose pas... si j'ai rejoint la Congrégation c'est bien pour cela. Je tiens simplement à être bien préparée afin de ne pas devenir un boulet sur le terrain. Alors oui, je veux rejoindre votre équipe. »


Elle attendit qu'il reprenne sa route et le suivit. Elle allait bientôt être une exorciste à part entière. Ne restait que le problème de son Innocence... en attendant, il faudrait voir la décision de Komui quant à son affectation. Il ne devrait normalement pas y avoir de problèmes, mais sait-on jamais. En tout cas Liam avait l'air déterminé à prendre Reiko dans son équipe...
Revenir en haut Aller en bas
Liam Javeed
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 03/10/2012
Age : 32

Feuille de personnage
Age : 30 ans
Nationalité : Perse
Surnom :

MessageSujet: Re: Retour au bercail [Liam/Reiko]   Ven 16 Nov - 10:53

J'avais bêtement pensé que même rentré à la Congrégation, j'aurais la paix. Stupide, vraiment. Et toi, je te vois venir, ne prends pas la peine de faire un commentaire, merci. Les jeunes, ça ne respectait plus rien de nos jours. Je ne pouvais même pas me reposer tranquillement et faire ce que je souhaitais, non, il fallait que j'aille à l'infirmerie faire soigner une insignifiante blessure sous peine de devoir me coltiner l'exorciste qui me fixait d'un air décidé. Elle avait au moins le mérite d'être jolie. Le pire dans tout ça, c'était justement qu'elle me respectait. Elle faisait preuve de fermeté et de suffisamment d'insistance pour que j'accepte finalement. C'était le monde à l'envers, franchement.

Tout ça s'expliquait sans doute par le fait qu'elle était nouvelle et faisait donc preuve de zèle. Après de nombreuses années sur le terrain, son comportement s'en trouverait sans doute changé. Mais encore fallait-il qu'elle survive... Elle avait l'air douée pour s'occuper et s'inquiéter des autres mais en ce qui la concernait elle-même, qu'en était-il ? Je me demande même si elle a déjà été sur le terrain justement... Voilà qu'elle était étonnée d'entendre mon âge. Oui frangin, tu n'es pas qu'insupportable, tu me fais aussi vieillir moins vite.

Mais je n'ai que des avantages, héhé.

Quoiqu'il en soit, elle n'avait pas l'air de connaitre grand chose à propos des Innocences. Je ne sais pas si c'était à cause de ma fatigue actuelle ou du fait que je voulais la paix mais je n'étais que moyennement motivé pour lui faire une thèse sur le sujet, là, tout de suite. Elle sembla encore plus étonnée d'apprendre que je ne faisais rien d'autre de ma vie que me battre pour la Congrégation. Que croyait-elle ? Qu'un exorciste avait le loisir de faire autre chose ? Ce n'était pas un travail à mi-temps non plus. Et de toute façon, qu'aurais-je bien pu faire. Je n'ai plus aucun lien nul part et encore moins d'amis. Il faut dire qu'une fois maréchal, on a tendance à perdre tous ses amis. De toute façon, à quoi bon s'attacher à des gens qui vont mourir ?

« Alors sachez qu'il existe différents types d'Innocences, oui, et que la mienne est de type symbiotique, ce qui influence forcément mon physique. D'ailleurs de quel type est la vôtre ? » fis-je avant de remarquer la dague à sa ceinture alors que je posais les yeux sur elle « Equipement, hein ? Moins encombrant mais moins puissant. Je ne vous imaginais pas vous battre au corps à corps... Et je ne me fais pas d'illusions. On peut mourir à tout moment, donc se projeter dans l'avenir est inutile. Un exorciste n'a pas le temps de faire autre chose que ce pourquoi il est fait, c'est comme ça. Si vous comptiez partir en vacances, vous pouvez oublier. Vous ne vivez plus que pour tuer des Akuma désormais. Je n'ai aucune famille, aucune attache, cela facilite les choses pour ma part. Et puis si je meurs, personne ne me regrettera. Bien sûr, personne ne doit être oublié, chacun a joué son rôle mais on a pas le temps de s'attarder sur les pertes éventuelles. Pendant ce temps, le Comte lui, agrandit ses troupes. »

Ce que c'était fatiguant de parler, j'allais en attraper une crampe à la bouche à force. Peut-être était-ce dû à ma perte de sang qui inquiétait tant la jeune femme qui me tenait tête. J'optais pour la suivre et me faire soigner. Ce serait idiot de mourir pour une blessure aussi superficielle, en tout cas de mon point de vue. Une fois ma cigarette allumée, je la suivais dans le couloir qui menait à l'infirmerie. Elle s'étonnait du fait que je ne ressente pas ou peu la douleur mais je savais que la drogue que je prenais avait un effet anesthésiant. Il me fallait bien ça pour me calmer... Mais je ne comptais pas lui dire que j'en prenais sinon je sentais que je risquais de l'avoir sur le dos encore longtemps. Elle avait l'air d'être du genre à absolument vouloir prendre soin des autres, même contre leur gré.

Assis dans l'infirmerie et privé de ma cigarette, je me laissais faire, même si l'idée d'avoir un bandage autour de la tête ne m'enchantait pas. Raison de plus pour ensuite filer dans ma chambre et y rester un petit moment. Enfin là non plus je ne me faisais pas d'illusions, je doutais que l'on me laisse en paix. Plus je parlais avec Reiko, plus je me disais qu'elle avait besoin d'être aiguillée, entrainée. A quoi servait un exorciste s'il n'était pas envoyé sur le terrain ? Elle avait l'air douée en matière de soin puisqu'elle se présentait également comme une infirmière. Et avoir un soigneur sur le terrain n'était pas de trop, vraiment pas. C'était une belle opportunité qui s'offrait à moi et je comptais bien la saisir.

Sans lui laisser le temps de terminer ce qu'elle faisait, je l'entrainais avec moi pour partir en direction du bureau de Komui. L'avait-il rangé depuis la dernière fois ? Quelque chose me disait que rien n'avait changé. J'allais bien finir par le voir de toute façon. Reiko protesta, sans doute surprise de mon geste soudain. Elle allait devoir s'y habituer car je comptais bien la prendre dans mon équipe. J'étais comme ça, impulsif lorsque j'avais une idée en tête. Après tout, pourquoi attendre ? Malgré tout, l'exorciste trouva le moyen de protester, ce qui m'agaçait. J'allais devoir lui expliquer, encore. Quelque chose me disait que je n'avais pas fini.

Je lui laissais le choix même s'il ne se prêtait pas vraiment à l'hésitation et comme je m'y attendais, elle fit le bon choix. C'était curieux ça. La plupart des nouveaux exorcistes avaient peur ou bien y allaient à reculons. Elle était différente, volontaire. J'avais moi aussi fait le bon choix, pas de doutes, elle venait de me le confirmer.

« Parfait, c'est ce que je voulais entendre. Sachez que je repartirais sur le terrain bientôt alors vous allez me montrer ce que vous savez déjà faire. Je doute que l'on ait le temps de s'attarder à un entrainement en salle, mais comme on dit, l'expérience sur le terrain vaut bien plus. Je suis content que vous ayez accepté. »

Mais nul sourire n'apparut sur mes lèvres. Il fallait dire que ce n'était pas mon fort ou alors c'était pour me moquer. Mais les faits étaient là, j'étais content de la tournure des choses. Cependant, si cela ne tenait qu'à moi, on ne serait pas là en train de se diriger vers le bureau du Grand Intendant. D'un geste de la tête, je lui fis signe de me suivre et je reprenais ma marche d'un pas rapide. J'avais la tête qui tournait... Sans doute à cause du sang perdu. Peu importe, je me reposerais plus tard, lorsque tout serait réglé. M'assurant qu'elle me suivait, je grimpais les marches qui conduisait au bon étage puis entrait dans le bureau sans même prendre la peine de frapper. Occupé ou pas, lorsqu'il me verra, il arrêtera de faire toute activité.

« Maréchal Javeed... ! »

Et ça n'avait pas manqué. A peine entré, le Grand Intendant avait littéralement jeté la paperasse qu'il tenait, la refilant à l'un de ses assistants. Décidément, je plaignais les hommes sous ses ordres. Hé mais minute... j'étais sous ses ordres ! Parfois je me demandais comment il avait obtenu le poste. Cela dit, il ne fallait pas oublier que sous ses airs négligés, il savait ce qu'il faisait. J'inclinais légèrement la tête en guise de salutations et de respect. Voilà qu'il commençait à me noyer sous un torrent de questions. Où j'étais passé, pourquoi je n'avais donné aucune nouvelle pendant tout ce temps, si j'étais blessé, qu'il fallait que je fasse un rapport... Je levais la main pour stopper ce flot de questions qui me donnait davantage mal au crâne. Par chance, il arrêta de parler.

« Je vous ferais un rapport de mes activités pendant ces années passées mais pas maintenant, je ne suis pas là pour ça. Et oui je suis blessé, arrêtez de poser des questions évidentes, ça se voit, je crois. Je ne porte pas un bandage ridicule pour faire joli. D'ailleurs en parlant de ça, c'est grâce à la jeune femme ici présente, jeune femme que je veux dans mon équipe. »
« Equipe ? Mais vous n'avez jamais accepté d'équipe depuis que... »
« Hé bien seuls les imbéciles ne changent pas d'avis. »
le coupais-je, ne tenant pas à ce qu'il fasse remonter de vieux souvenirs à la surface « Je la veux, c'est dur à comprendre ? D'ailleurs, j'aurais besoin d'une liste de tous ceux qui n'ont pas d'affiliation. S'ils sont tous de son crû, mon équipe risque de vite s'agrandir. »

Komui me regardait d'un air qui signifiait qu'il était en train de se demander s'il était en train de rêver ou pas. Oui, venant de ma part c'était surprenant, surtout après tout ce temps. Mais après un hochement de tête, il accepta ma requête, m'affirmant qu'il me donnerait les papiers nécessaires mais qu'avant tout, il voulait mon rapport et s'entretenir seul avec moi plus tard. Si cela pouvait lui faire plaisir... Je me retournais vers Reiko, puis après m'être souvenu d'un détail important, me tournait à nouveau vers Komui.

« Oh et puis filez lui un bas d'uniforme aussi. C'est ridicule de n'en avoir que la moitié. »


Et cela protégeait surtout beaucoup moins bien. Je me tournais de nouveau vers Reiko. Cette dernière était restée silencieuse pendant tout l'échange que j'avais eu avec le Grand Intendant. Je pesais le pour et le contre en mon envie de me reposer et d'être seul et celle de vouloir la voir en action. Non, j'étais trop pressé de voir la spécificité de son Innocence.

« Vous et moi. Salle d'entrainement. Maintenant. »

Aussitôt, je quittais le bureau et m'y dirigeais d'un pas un peu moins rapide que précédemment. Arrivé sur place, je constatais que la salle était vide. Tant mieux, pas de gêneurs ni de curieux, ainsi elle ne ferait sans doute pas sa timide. Je m'appuyais contre l'un des murs, les bras croisés.

« Allez, activez moi tout ça et montrez moi vos capacités actuelles. »

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retour au bercail [Liam/Reiko]   Mar 20 Nov - 23:03

S'il y avait bien une chose à laquelle Reiko avait tenu en entrant à la Congrégation, c'était de garder son statut et sa fonction d'infirmière. Elle aimait énormément son métier et même si elle ne rechignait pas à devenir exorciste puisqu'elle était maintenant en possession d'une Innocence et presque capable de la manipuler, la jeune femme n'oubliait pas qui elle était avant tout. Être infirmière ne consistait pas à ne voir chez les patients qu'un pansement ou une blessure, c'était aussi reconnaître l'existence de l'autre, lui apporter soutien, réconfort et surtout respect. Chacun y avait droit, et Rei ne se départait pas de cette valeur alors qu'elle s'adressait à l'homme assis devant elle, même s'il s'adressait à elle assez directement – ce n'était clairement pas quelqu'un qui y allait avec le dos de la cuillère...

Quoiqu'il en soit, cela ne les empêchait pas de discuter aussi calmement que possible. La jeune femme se voyait bien obligée d'insister auprès de son interlocuteur pour qu'il accepte ses soins, sa blessure n'étant pas très belle à voir et la quantité de sang qu'avait absorbé son uniforme, il s'agissait là d'une urgence. Certes, pas vitale, mais il avait suffisamment perdu d'hémoglobine comme cela. Tout de même elle prit calmement le temps de répondre à ses questions, lui apprenant son âge ainsi que le fait qu'elle était nouvelle à la Congrégation. En revanche, elle ne s'était pas attendue à ce que l'homme en face d'elle ait la trentaine. Il en paraissait vingt-cinq à tout casser... quand il lui expliqua que tout cela était grâce à son Innocence, Reiko ne comprit pas. De ce qu'elle avait déjà vu, chaque cristal divin avait la forme d'une arme et n'influençait pas sur le physique des exorcistes... il se lança dans quelques explications à son égard, notant au passage la présence de sa dague accrochée à sa ceinture. Tout comme quelques échantillons de ses remèdes, elle ne la quittait désormais plus.

    « C'est bon à savoir... symbiotique ? Elle fait donc partie de vous ? Hmm... je ne fais pas que du corps à corps. Je ne dis pas le contraire, après tout c'est la guerre mais... ce n'est pas inutile. Regarder vers l'avenir c'est conserver espoir, et c'est très important, du moins je le pense. Quant à ma vie, je ne compte pas la vouer qu'à la tuerie d'akumas. J'ai d'autres compétences que je ne compte pas laisser rouiller et je pourrais très bien jongler entre les deux. Oh, je vois... »


Elle n'insista guère sur le fait qu'il n'avait aucun lien avec quiconque, ni même plus de famille. Après tout, il n'y a pas si longtemps, Reiko était dans le même cas, mais elle savait maintenant qu'elle pouvait compter sur Lavi, de plus elle s'était rapidement attachée à lui. Est-ce que cet homme avait choisi la solitude ? Étant donné l'image qu'il renvoyait, Rei était tentée de croire que oui... cependant elle ne le jugea pas ni n'ajouta un mot de plus.

La discussion continua dans le couloir qui menait à l'infirmerie, après que l'homme ait pu trouver de quoi allumer sa cigarette. Elle s'étonnait qu'il ne ressente pas plus la douleur que cela, tirant tranquillement sur son petit rouleau comme si de rien n'était. Reiko désapprouvait ce genre de substance mais elle ne pouvait rien dire. Elle n'avait certainement pas le droit d'imposer son point de vue aux gens, même sachant pertinemment que cela nuisait à leur santé. De toute manière il ne put pas en profiter bien longtemps puisqu'une fois arrivés en salle de soins, il se vit confisquer son tabac par l'infirmière en chef qui ne tolérait guère ce genre de comportement sur son territoire. Rassurante, la petite japonaise assura à son patient qu'il pourrait aller se reposer une fois qu'elle aurait posé son bandage, le dissimulant du mieux qu'elle pouvait sous ses mèches noires afin qu'il n'en soit pas trop incommodé. La conversation suivait son cours, Rei apprenant que le dénommé Liam était en réalité un maréchal, un grade supérieur au sien. Décidément, elle apprenait beaucoup de choses aujourd'hui...

Il continua de la questionner sur ce qu'elle savait faire, si elle appartenait déjà à une équipe... la petite infirmière répondit par la négative à cette dernière demande. Cela sembla suffisant à Liam pour le pousser à se lever et à empoigner la soignante par la main et la traîner dehors, ne lui laissant même pas le temps de terminer son office. En entendant les projets du maréchal, Reiko intervint pour lui faire part de ses doutes. Cela le fit arrêter brusquement et se tourner vers elle pour lui exposer ses options. Elle ne tarda pas à faire son choix, ayant déjà pris sa décision depuis longtemps. Depuis qu'elle avait quitté Piateda. Elle hocha la tête à son encontre.

    « Très bien. »


Content, vraiment ? Il ne souriait pas... en même temps, cela aurait été étonnant... en tout cas, rien dans son regard ne démontrait la fausseté de ses paroles, preuve qu'elles ne l'étaient donc pas. Reiko suivit le maréchal une fois qu'il eut repris sa marche, courant presque pour maintenir son allure. Il était grand et avait de longues jambes, ce qui expliquait qu'il arrivait facilement à distancer la jeune femme. Celle-ci ne se laissa pas semer cependant et allongea ses propres pas, jusqu'à ce qu'ils finissent par arriver au bureau de Komui. Liam y entra comme s'il s'agissait d'un moulin, sans frapper. Reiko quant à elle, prit le temps de s'incliner face à Komui à l'entrée du bureau, comme le voulait la coutume japonaise à laquelle elle était habituée.

Le bureau du Grand Intendant... il laissait la jeune infirmière bouche bée. Comment était-il possible de travailler dans de telles conditions ? Il y avait là tellement de papiers et de livres... elle s'était même demandé s'il n'y avait pas une rivalité entre lui et les deux Bookmen, une compétition, à savoir lesquels d'entre eux arriveraient à mieux remplir leur pièce de paperasse jusqu'à ce que ça devienne invivable... de l'avis de Reiko, pour le moment c'était Bookman et son apprenti qui menaient le score. Elle revint à l'instant présent, regardant le maréchal saluait légèrement le chef de la Congrégation. Ah, tout de même... la jeune femme nota qu'une partie de la bande s'était déroulée durant le trajet.

Elle s'approcha doucement derrière le maréchal et termina en quelques gestes la fermeture du pansement, laissant les deux hommes discuter, et en en apprenant un peu plus sur Liam. Apparemment cela faisait donc plusieurs années qu'il n'était pas venu à la Congrégation... et qu'il n'avait jamais eu d'équipe jusqu'à maintenant. Rei ne comprenait pas tout mais n'intervint pas dans la discussion déjà bien assez agitée. Elle écouta simplement le maréchal insister lourdement sur le fait qu'il voulait qu'elle fasse partie de son équipe et qu'il avait besoin d'autres exorcistes pour la rejoindre. L'entretien se termina sur un compromis : le rapport du maréchal Javeed contre les papiers qui intégreraient Reiko à son équipe ; cette dernière haussa d'ailleurs les sourcils. S'il fallait en arriver là... puis sourcilla plus encore à la remarque suivante de Liam. Un bas de pantalon ? Elle en avait déjà voyons ! Mais il était dans sa chambre. Comme elle n'allait pas encore sur le terrain et qu'elle s'entraînait juste, elle ne jugeait pas nécessaire de mettre tout l'uniforme, seulement la veste.

    « Ne vous dérangez pas, j'en ai déjà un. »


Le maréchal se retourna de nouveau vers elle et sembla réfléchir, se désintéressant complètement de Komui. Sa réflexion fut rapide, quelques secondes après il l'invitait – ou plutôt lui ordonnait – de le rejoindre dans la salle d'entraînement sur le champ. Salle qu'elle avait quitté quelques moments plus tôt. Que voulait-il lui faire faire là-bas ? Des exercices ? Elle suivit Liam sans broncher, moins pressé que précédemment, sans doute à cause du fait qu'il était certain à présent d'avoir l'infirmière dans son équipe.

Arrivés dans la grande salle, Reiko regarda Liam, attendant les instructions qui ne tardèrent pas à tomber. Il voulait donc une démonstration de son Innocence. S'il n'y avait que ça pour lui faire plaisir...

    « Bien... je vous préviens néanmoins que je ne peux activer qu'un partie de mon Innocence pour le moment. »


Elle laissa sa phrase comme cela. S'il voulait des précisions, il n'aurait qu'à les demander. Reiko s'avança vers le centre de la salle, dégainant sa dague qu'elle ramena devant elle. La lame d'Innocence ne tarda pas à s'illuminer, signe que le cristal divin était activé. Rei se concentra ; elle n'était plus aussi alerte qu'au début de la journée, après tout elle avait passé beaucoup de temps à s'entraîner... quelques secondes plus tard surgirent ses sphères. Elle ne s'attarda que sur la rouge, sachant pertinemment qu'elle n'arriverait à rien faire sur les autres. D'un geste précis, elle lança son arme sur la sphère, qui ne tarda pas à laisser apparaître le loup du feu, Velch, qui fit un tour de salle avant de revenir vers son exorciste.

Cette dernière releva les yeux sur le maréchal, attendant de voir une réaction quelconque. Il était tellement calme et impassible que même une absence de réaction ne lui semblerait pas anormale.

    « Satisfait ? »
Revenir en haut Aller en bas
Liam Javeed
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 03/10/2012
Age : 32

Feuille de personnage
Age : 30 ans
Nationalité : Perse
Surnom :

MessageSujet: Re: Retour au bercail [Liam/Reiko]   Jeu 22 Nov - 14:14

Décidément, elle n'avait pas la langue dans sa poche cette fille. Elle ignorait encore pas mal de choses mais elle avait déjà son avis et ne se décourageait pas malgré ce que je pouvais lui dire. Un bon point. Tester la volonté des gens permettait de savoir tout de suite à qui on avait affaire. Mais cette fille continuait de me tenir tête sans pour autant s'énerver. C'était plutôt rare. Généralement les gens me hurlaient dessus, ne supportant pas ma façon d'être. Ou alors ils avaient peur de moi et n'osaient me contredire. Elle ne faisait ni l'un ni l'autre, c'était une bonne chose. Il était même possible que je puisse travailler avec... Mais m'obéirait-elle ? Elle semblait vraiment têtue.

Je n'avais jamais répondu à autant de questions d'affilées. Sauf en présence du Grand Intendant mais ça, c'était une autre histoire. Enfin, ce n'était pas que ça me déplaisait mais je n'avais pas spécialement envie de parler de moi. En fait là, je n'avais envie de rien. Juste d'être tranquille et de pouvoir savourer un moment de paix. Etait-ce ma perte de sang qui parlait à ma place ? Vu la façon dont la jeune femme parlait de ma blessure, c'était sans doute lié. A croire que le repos n'était pas prévu tout de suite. Bon déjà répondre à ses questions... Je commence à avoir mal à la tête à force. Elle était idéaliste cette fille... Un peu trop peut-être. L'espoir ne servait qu'à être déçu.

« Oui, je n'ai pas besoin de la trimballer partout, elle est en moi. C'est plus pratique mais ça a aussi quelques inconvénients. »

Mais non !

«اما اگر. به شما یادآوری می کنم که من به غذا خوردن برای دو نفر. یا بیشتر. (Mais si. Je te rappelle que je mange pour deux. Voire plus.) »
murmurais-je avant de reprendre en anglais « Pas que du corps à corps ? Intéressant. Combiner plusieurs façons de faire face au danger et le meilleur moyen de s'en sortir en vie. Quoiqu'il en soit, trop espérer n'est pas se rendre service non plus. Après, on est rapidement déçu. Ne vous attendez pas à voir de belles choses, c'est une guerre, pas une promenade de santé. Faites donc ce qui vous chante mais dites vous que vous serez trop souvent sollicitée pour avoir envie de faire autre chose. Vous êtes exorciste, vous êtes née pour ça. »

Et c'était synonyme de solitude malgré tout. On pouvait croire que les exorcistes était solidaires, se soutenaient... Quelque part c'était vrai mais s'attacher ne servait à rien... Juste à créer de la peine lors de la mort de nos partenaires. Et on avait pas besoin de cette peine. Etre seul, c'était plus simple. Mon frère me suffisait amplement. Pourtant, alors que j'étais cloîtré dans l'infirmerie en compagnie de Reiko qui s'occupait de ma blessure, je songeais à revenir sur mes choix précédents. Reformer une équipe n'était peut-être pas si mal. Il était temps de faire un peu de changement. Si je formais mon équipe parfaite, alors nous pourrions faire face à de plus grands dangers. Coordonner les gens n'était pas bien compliqué... mais il fallait d'abord les trouver. Et quelque chose me disait que j'en avais déjà une sous la main. Elle avait les qualités requises alors pourquoi chercher plus loin ?

C'est d'un pas décidé que je me dirigeais vers les bureaux de Komui afin d'affilier Reiko à moi. Elle n'avait pas encore de maréchal, c'était l'occasion. L'exorciste commença à protester mais lorsque je m'arrêta pour la mettre devant le fait accompli, elle accepta ma proposition. Tant mieux parce que ce n'était pas tellement une proposition. Mais mieux valait qu'elle soit d'accord, c'était moins contraignant pour la suite. Reprenant ma route en sa compagnie, j'atteignis les bureaux du Grand Intendant pour me retrouver noyé sous un torrent de questions. L'arrêtant avant l'overdose, je lui expliquais alors la raison de ma présence, le coupant court avant qu'il n'ait un mot malheureux. L'échange que je lui proposais était équitable et puis, cela ne lui faisait pas plaisir que je me conforme au règlement pour une fois ? D'ailleurs, cela me perturbait de voir que Reiko ne portait pas la tenue conforme... ou en tout cas qu'une partie. Ils étaient en panne de tissu ? Elle m'assura qu'elle avait déjà un pantalon. Pourquoi ne le portait-elle pas dans ce cas ? Certaines personnes tueraient pour avoir des vêtements d'une telle qualité.

« Déjà un ? Pas sur vous, visiblement. Il n'est pas fait pour décorer votre armoire. Portez le ou ne le portez pas mais ne le portez pas à moitié. »

Avait-on déjà vu un soldat avec une moitié d'uniforme ? Franchement ? Alors d'accord, elle n'était pas sur le terrain... mais dans ce cas, qu'elle ne porte pas juste sa veste. Drôle de logique. Bref, ce n'était pas l'important. Je voulais voir ce qu'elle savait faire puisqu'elle m'avait intriguée avec la description de son Innocence. Et puis maintenant qu'elle était dans mon équipe, je voulais savoir sur quoi compter. Entrés dans la salle d'entrainement, nous nous retrouvions de nouveau seuls. J'attendais qu'elle me montre ce qu'elle savait faire. Elle m'avait prévenu qu'elle ne savait utiliser qu'une partie de son Innocence... rien d'étonnant. La développer prenait du temps, cela dépendait surtout de son utilisateur. Mais quoiqu'il en soit, je ne m'attendais pas... à ça. Un canidé enflammé apparu et fit un petit tour de salle sous mon regard perplexe. La seule façon de voir mon étonnement était mon léger haussement de sourcil. Mais je repris une expression tout à fait normal -enfin normale pour moi- lorsqu'elle se retourna vers moi. Ce que j'en pensais ?

« Je ne vous ai pas demandé d'utiliser votre Innocence pour lui faire faire sa balade quotidienne. Je doute que cela soit très utile en combat contre un Akuma. Et si vous avez loupé l'adversaire, il est juste sous votre nez. »
fis-je en me désignant du doigt « Je n'avais sans doute pas été assez clair. Allez, montrez moi. Je vais vous aider. »

Je retirais ma veste et la déposait sur le sol un peu plus loin avant de revenir face à elle, quelques mètres nous séparant. Puis je fermais les yeux. Il était temps de céder ma place pour quelques temps. Activant mon Innocence, je donnais les commandes à mon frère. Mes cheveux devinrent blancs, contrastant avec la couleur ébène qu'ils avaient à l'origine. Lorsque je rouvris les yeux, ils étaient rouges. D'ailleurs ce n'était même plus moi, je n'étais plus qu'un simple spectateur à présent. Mon frère avait pris ma place et se mit à sourire à celle qui lui faisait face.

« Bon, t'es pas blonde mais t'es mignonne. Allez, envoie la purée, fais pas semblant ! Je vais l'encaisser de toute façon ! Pas de chichis hein ! Si tu t'en sors bien, tu sera récompensé d'un baiser ! » lança t-il d'un air motivé

Je te prie de ne pas faire n'importe quoi avec mon corps.

« این معدن بیش از حد!خرمگس معرکه! (C'est le mien aussi ! Rabat-joie !) » s'exclama t-il en perse avant de reposer les yeux sur Reiko « Bon... oublie le baiser. Attaque ! »

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retour au bercail [Liam/Reiko]   Sam 24 Nov - 10:56

Ne jamais juger mais pourtant savoir raisonnablement se camper sur ses positions quand cela était nécessaire. Et là, ça l'était vraiment, voilà pourquoi Reiko s'entêtait tant à vouloir convaincre l'homme de se laisser guider à l'infirmerie. C'est avec son calme professionnel qu'elle pouvait passer outre sa drôle d'attitude – un peu hautaine, n'hésitant pas à dire les choses telles qu'elles étaient même si elles ne faisaient pas spécialement plaisir à entendre... cela devait en blesser plus d'un. Mais la jeune femme savait rester calme et ne pas systématiquement prendre les choses au pied de la lettre.

Comme elle l'avait fait en arrivant à la Congrégation, elle ne put s'empêcher de poser à son tour beaucoup de questions, noyant presque son interlocuteur sous ses propos. Il en semblait ennuyé, mais il finit tout de même par lui répondre, lui apprenant qu'il existait plusieurs types d'Innocence, information que ne possédait pas Reiko. Une Innocence symbiotique donc... ce qui influait donc sur son apparence, étant donné qu'il faisait plus jeune qu'il ne l'était vraiment. Elle lui fit également part de sa vision des choses, et l'homme sembla la mettre en garde.

    « Ah, vraiment ? En ce cas, si elle est en vous... à quelle distance de l'ennemi pouvez-vous combattre ? Hm, je sais. Ça n'empêche pas d'en avoir un peu. Ne vous en faites pas, je ne m'attends pas à voir quoi que ce soit de joli. Ce n'est pas qu'une question d'envie... c'est aussi une question de devoir. »


La discussion se poursuivit dans l'infirmerie, où la japonaise s'occupa de son patient impromptu. Elle trouvait étrange qu'il n'ait personne, qu'il soit seul... habituellement on recherchait la compagnie des autres plutôt que se laisser aller à la solitude. Enfin, c'était peut-être un choix personnel aussi... Rei n'aurait sans doute pas supporter de ne plus avoir un minimum d'entourage. Elle apprit également que Liam était maréchal, autrement dit son supérieur. Maintenant qu'elle y pensait, elle n'en avait encore jamais vu... sans doutes étaient-ils très occupés. Elle ne s'était cependant pas attendue à ce que l'homme la prenne par le bras et la traîne dans le bureau de Komui pour l'intégrer à son équipe.

Il y eut quelques protestations de la part de la jeune femme, surtout motivées par la surprise. Après tout, il ne connaissait pas encore ses capacités en matière de combat, toutefois elle accepta quand même de faire partie de son équipe. Avait-elle vraiment le choix après tout ? Liam avait raison, elle était exorciste et il lui faudrait tôt ou tard intégrer une équipe... autant que ce soit celle d'un maréchal qui l voulait vraiment et surtout qu'elle connaissait déjà un minimum plutôt que d'être jetée dans un équipe sans avoir jamais vu le leader auparavant.

Dans le bureau du Grand Intendant, Reiko fut assez étonnée de voir que la discussion, jusque là plutôt agitée et à laquelle elle n'avait pas participé, déboucher sur rien de moins qu'un compromis. Cela ennuyait donc tellement Liam de répondre aux questions de son supérieur hiérarchique ? Komui insista néanmoins lourdement sur ce rapport que devait lui rendre le maréchal... qui comprendrait apparemment plusieurs années de faits accomplis hors de la Congrégation. Il allait avoir du pain sur la planche... pourtant ce n'était guère sa priorité puisque, se détournant complètement du Grand Intendant, Liam signifia à la jeune femme de le suivre en salle d'entraînement... non sans avoir auparavant commenté sa tenue incomplète. Reiko acquiesça, pensant cependant que ce n'était qu'un détail par rapport au reste.

    « Très bien, j'y songerais... »


Elle le suivit ensuite dans la salle située à un autre étage qu'elle avait quitté peu de temps auparavant. Liam alla s'installer contre le mur, lui donnant ses instructions. Reiko le prévint néanmoins qu'il ne devait pas s'attendre à ce qu'elle utilise tout le potentiel de son Innocence, puisqu'elle ne pouvait activer pour le moment que sa chimère de feu. Velch ne tarda pas à apparaître, résultant de la fusion de sa dague et de la sphère rouge, venant se tenir aux côtés de celle qui l'avait appelé. Cette dernière demanda alors son avis au maréchal, qui pour sa part arborait un air étonné... qui ne dura pas. Rei haussa les sourcils à ses propos. Il voulait bien qu'elle lui montre son Innocence, non ? Et c'était chose faite à présent. Sauf que ce n'était guère à cela qu'il avait du s'attendre... d'un autre côté il n'avait pas été très précis dans ses commandements. L'infirmière écarquilla un peu plus les yeux quand elle comprit enfin où voulait en venir Liam.

    « Vous en êtes certain ? Bon... »


Elle le vit ôter et déposer sa veste avant de venir se planter devant elle, quelques mètres les séparant. Fermant les yeux, Reiko s'attendit à ce qu'il active sa propre Innocence. Il avait bien dit qu'elle faisait parti de lui... sauf qu'elle ne savais pas vraiment à quoi s'attendre. Sans doute pas à ça.
Le maréchal changea d'apparence à mesure que son cristal divin s'activait. Ses cheveux noirs de jais passèrent à un blanc immaculé, et lorsque ses yeux se rouvrirent, leur bleu clair avait laissé place à une couleur rouge comme le rubis. La jeune femme haussa les sourcils d'étonnement... ce n'était pas tant son physique qui en était la cause, mais plutôt son attitude... qui avait changée du tout au tout.

    « Merci du compliment... je compte bien y aller à fond. »


Autant faire les choses jusqu'au bout n'est-ce pas ? Elle regarda... Liam ? Non, on aurait dit une toute autre personne bien que ses traits étaient semblables à ceux du maréchal... Quand l'Innocence albinos s'exclama quelque chose dans cette même langue qu'utilisait Liam, semblant s'adresser à quelqu'un qui n'était pas là, Reiko pensa qu'il s'agissait là du langage qu'ils utilisaient pour communiquer entre eux... ça collerait avec les autres fois où Liam s'était exprimé ainsi sans vraiment parler à la jeune femme, alors qu'il n'y avait personne d'autre... enfin. La japonaise attendit l'aval de l'Innocence pour faire fondre sur elle le loup, ses flammes se faisant plus intenses et plus grandes encore quand il se jeta sur l'albinos, ne retenant pas sa force, commandé par la petite infirmière. Cette dernière s'autorisa une mince plaisanterie :

    « Il va falloir que je prépare de quoi soigner les brûlures... » dit-elle avec un mince sourire.


Vu comme ça, elle semblait n'en avoir rien à faire du combat. Mais elle avait les yeux rivés sur les deux combattants, prête à donner ses instructions au loup ou à esquiver la moindre attaque de l'Innocence de Liam.
Revenir en haut Aller en bas
Liam Javeed
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 03/10/2012
Age : 32

Feuille de personnage
Age : 30 ans
Nationalité : Perse
Surnom :

MessageSujet: Re: Retour au bercail [Liam/Reiko]   Sam 24 Nov - 13:24

Et encore des questions. Ca ne finissait donc jamais ? Quelque chose me disait que j'allais devoir m'y faire. Après tout, j'étais retourné à la Congrégation, cela signifiait donc que j'allais devoir me coltiner des gens tout le temps que j'y resterais. Et si je ne voulais pas en repartir seul, j'allais bien devoir prendre sur moi. Après tout, j'étais maréchal et l'un de mes rôles était de superviser et de guider les exorcistes moins habiles. Fatalement qu'on allait me poser des questions. L'être humain était par nature curieux et il ne pouvait s'empêcher de chercher des pourquoi à tout et n'importe quoi. Enfin, si cela pouvait aider la jeune femme qui se tenait face à moi afin qu'elle ne soit plus un boulet sur le champ de bataille, c'était déjà ça. Un boulet oui, car vu ce qu'elle demandait, elle n'était pas là depuis très longtemps, chose qu'elle confirma rapidement. Au moins elle n'avait pas honte de le dire. Puisque c'était le moment de poser des questions, je ne me privais pas non plus pour le faire, afin de savoir à qui j'avais affaire au final. C'était à mon tour de répondre cependant mais je ne me faisais pas très précis sur certains points. Elle n'avait pas besoin d'en savoir trop non plus. Je n'étais de loin pas le seul à avoir une Innocence symbiotique mais j'étais le seul exorciste connu à avoir cette capacité qui influait sur mon âge. Il fallait dire que contrairement à la majorité des symbiotiques, mon Innocence n'était pas juste une partie de moi. Elle était entièrement moi.

« Je me bats au corps à corps, c'est ma spécialité. Mon arme c'est mon corps, rien d'autre. Bien. N'oubliez jamais votre devoir alors car vous avez été choisie parmi des milliers de personnes. Eux ne peuvent rien faire, ils sont impuissants. Mais vous non alors ne gâchez pas cette opportunité. A partir de maintenant vous êtes une arme au service de l'Humanité. »

Quel discours. C'était vraiment moi qui disait ça ? Moi qui détestait l'Eglise ? Pourtant je m'y étais fait depuis le temps. Peut-être que je deviens un vieux con, c'est possible aussi. Enfin il faut voir les choses telles qu'elle sont. Au moins la jeune exorciste avait les pieds sur terre, c'était une bonne chose. C'était étrange de l'entendre parler de devoir... bien peu de personnes connaissaient le véritable sens de ce terme. Quoiqu'il en soit, elle devait aussi sentir le devoir de me trainer à l'infirmerie tant elle insistait. Je décidais donc de me laisser faire, pas suffisamment en forme pour jouer au plus têtu.

Après un court passage à la case infirmerie, je décidais de la trainer avec moi dans les bureaux de Komui. Je ne désirais pas m'en faire une secrétaire bien que je songeais que le Grand Intendant en avait plus besoin que moi, mais je désirais que Reiko rejoigne mon équipe. Pourquoi ? Pourquoi pas. Elle cumulait plusieurs compétences, avait les pieds sur terre, était volontaire... Certes il lui manquait encore plusieurs choses pour devenir une véritable exorciste mais n'était-ce pas mon rôle d'y remédier ? Voyant son potentiel, je préférais mettre la main dessus en premier et la faire devenir le premier membre de ma nouvelle équipe. Tout cela me rappelait de bien mauvais souvenirs comme allait me le faire remarquer Komui que j'interrompis heureusement avant. Inutile de raviver le passé, il était bien où il était. Je ne referais pas la même erreur de toute façon.

A bien y réfléchir je ne savais que ce qu'elle m'avait dit et j'ignorais ce que cela donnait en pratique. La théorie c'était bien joli mais je n'y faisais jamais vraiment attention. Je retenais mieux les choses lorsque je les voyais en action. Il était temps que je vois ce qu'elle savait faire. Après tout, je ne comptais pas jouer les baby-sitters sur le champ de bataille, c'était trop dangereux. Il fallait qu'elle sache à quoi s'attendre. J'allais quitter les bureaux mais avant cela, je fis une réflexion sur le pantalon manquant de Reiko. Celle-ci me révéla qu'elle possédait bien le pantalon mais n'avait pas jugé bon de le mettre. Drôle d'idée. Petit rappel à l'ordre nécessaire.

« N'y songez pas. Faites le. Enfin, plus tard. Mais cette tenue n'est pas que jolie, elle est là pour vous protéger. Pensez-y. »

Oui, pas maintenant car là maintenant tout de suite, je voulais voir ce qu'elle valait en combat. A l'oral ça avait l'air intéressant mais en pratique, c'était sans doute autre chose, je voulais vérifier. Descendant à la salle d'entrainement, je me retournais ensuite vers elle pour voir ce qu'elle savait faire. Elle activa son Innocence et... lui fit faire un tour de la salle. Je ne savais pas si je devais être déçu, perplexe ou même si je devais rire. En fait à bien y réfléchir, c'était de ma faute. Ca ne coulait pas de source que je voulais qu'elle m'affronte. Je le précisa alors mais elle semblait réticente. Heureusement ça ne dura pas lorsqu'elle vit que je retirais ma veste. Elle était faire pour me protéger mais je n'en avais pas besoin une fois mon Innocence activée. Je laissais donc la place à mon frère...

Ce dernier fit le clown, comme d'habitude. Reiko haussa les sourcils, visiblement surprise. Qui ne l'aurait pas été ? Elle devait croire que j'étais schizophrène puisque nos comportements étaient assez différents. Mais elle n'avait pas besoin de savoir qui était mon Innocence. D'ailleurs elle ne posa aucune question et ne sembla pas plus perturbée que ça par les commentaires un peu lourdingue de mon frère. Elle ne se laissait pas déstabiliser facilement, c'était un autre bon point. Coincé comme un observateur, je me contentais donc d'observer. Si en temps normal je guidais mon frère dans les choses à faire ou à ne pas faire, cette fois je restais silencieux, le laissant faire à sa guise. Je lui faisais confiance.

« Donne tout c'que t'as ! » rajouta t-il en se mettant en position défensive

Et elle ne fit pas les choses à moitié. Le loup de flammes se jeta sur mon Innocence, plantant ses crocs dans son avant-bras tandis que les flammes prenaient de la hauteur, entourant alors le corps de mon frère. MON corps en l'occurence. C'était étrange de se voir prendre feu sans rien sentir. Pendant ce temps, l'infirmière émit une petite plaisanterie. C'est qu'elle avait l'air sûre de son coup. Mais elle ignorait tout des capacités de mon Innocence, dommage pour elle. Mon frère se recroquevilla puis effectua une roulade sur le sol pour se débarrasser des flammes. Cela ne suffit pas mais il ne s'en étonna pas plus que ça. C'était une Innocence après tout. Il attrapa donc le loup par la nuque et tira d'un coup sec avant de le projeter à l'autre bout de la salle, contre un pilier. La plaie sur son bras se referma lentement tandis qu'il se jeta vers Reiko. Cette dernière eut le bon réflexe de l'esquiver, roulant de côté avant de se relever. C'était plutôt bien jouer, elle n'était pas statique. Mais je comprenais les intentions de mon frère. Isolée de la sorte, elle était vulnérable. Son Innocence était distante et c'était un gros point faible. Savait-elle se servir de cette dague ?

Sans ralentir sa course, mon frère prit même de la vitesse et utilisa le mur face à lui pour effectuer un demi tour rapide, bondissant sur l'infirmière. Sans lui laisser le temps de réagir, il la plaqua contre le sol, restant au dessus d'elle. Un sourire en coin se dessina sur son visage. Même si je ne le voyais pas, je le sentais. Il jubilait.

« C'est vrai ça pique un peu ! Et maintenant... tu fais quoi hmm ? »

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retour au bercail [Liam/Reiko]   Sam 24 Nov - 18:10

Poser des questions, ça, Reiko savait le faire. Trop bien même. Elle s'était plusieurs fois demandée si elle n'avait pas fini par soûler Lavi avec ça quand ils étaient en chemin vers la Congrégation, il y a de cela quelques semaines. Mais ce n'était pas sa faute : après tout, elle aimait apprendre, engranger toujours de nouvelles connaissances, ici plus que jamais puisqu'elle était encore nouvelle dans ce monde d'exorcistes, d'Akumas et de cristaux divins. À ce titre, elle avait réellement besoin d'obtenir des réponses, qu'on la guide, après tout elle n'avait pas la science infuse et ce n'était certainement pas avec des énormes lacunes qu'elle serait efficace sur le terrain. En échange, elle voulait bien aussi répondre aux questions de l'homme ; c'était donnant-donnant, voilà tout. Ainsi elle le questionna sur les Innocences, après lui avoir dévoilé la sienne – ou plutôt, lui avoir préciser ses styles de combat.

    « En effet, ce n'est pas encombrant... raison de plus pour tout donner pour les protéger. Je l'ai bien compris. Vous non plus ne la gâchez pas en vous disant que vous pouvez mourir n'importe quand. »


Et voilà. Il pensait peut-être que l'espoir ne servait à rien, cependant il n'y avait pas de raison pour qu'il fasse ainsi la morale à Rei sans suivre lui-même ses propres conseils. Après, il faisait ce qu'il en voulait, bien entendu. Cependant, elle restait intriguée à propos de son Innocence. Son arme était son corps tout entier ? Que pouvait-il donc bien faire avec ? Bah... peut-être le verrait-elle par la suite, un jour. Ou peut-être pas. Quoiqu'il en soit elle ne posa pas la question à l'homme, ayant compris qu'il ne souhaitait pas en dire davantage à ce sujet. En revanche hors de question qu'il échappe à des soins, que Reiko lui prodigua elle-même.

Cependant ils n'y restèrent pas très longtemps, puisque Liam finit par emmener presque de force la jeune femme avec lui dans le bureau de Komui, afin de signifier au Grand Intendant qu'il la voulait dans son équipe. Le scientifique sembla émettre des objections, bien vite stoppées par le maréchal qui ne voulait rien entendre. Toutefois, la discussion se termina sur un compromis qui satisfit les deux partis. Reiko, elle, avait regardé tout cela en retrait et en silence, étonnée de voir quel tour avait pris l'entretien. Quand celui-ci fut terminé, Liam se tourna vers sa future collègue, lui faisant une remarque à propos de son uniforme incomplet. La jeune femme n'avait en effet pas jugé utile de le revêtir en entier, se contentant simplement de sa veste où figurait son blason d'exorciste, simplement pour signifier sa fonction. Elle assura qu'elle ne ferait plus la même erreur à son supérieur, avant de le suivre en salle d'entraînement.

    « Compris. »


Arrivés dans la salle, Reiko ne tarda pas tirer sa dague de son fourreau et à activer son cristal divin, invoquant ainsi son loup de feu, le seul qu'elle pouvait appeler pour le moment. Mais le maréchal sembla perplexe... parce qu'il s'était attendu à ce qu'elle l'attaque, non à ce qu'elle lui montre seulement. Au tour de l'infirmière d'être surprise, il souhaitait vraiment qu'elle s'attaque à lui ? Apparemment oui. Elle le regarda donc quitter sa veste – une protection pourtant importante – s'avancer vers elle et activer à son tour son Innocence. La japonaise ne s'était pas attendue à ce changement d'apparence... et encore moins d'attitude. C'était une toute autre personne qu'elle avait en face d'elle. Cependant si elle était surprise, elle ne se laissa pas démontée par cet étrange cristal divin, malgré ses drôles de compliments et ses provocations. Il insista sur le fait qu'elle ne devait pas se retenir, ce qui de toute manière n'était pas l'intention de la jeune femme. Quelques secondes plus tard, chacun d'eux en position de combat, elle lança Velch sur ''Liam''.

Elle regarda son animal de feu s'attaquer à l'Innocence du maréchal, avec une violence inouïe. Mentalement, Rei lui commandait de donner toute sa puissance dans ses offensives, et elle le vit planter sauvagement ses crocs dans son bras, les flammes s'étant étendues au corps de ''Liam'', ce qui fit que la jeune femme ne put s'empêcher de dire une plaisanterie. À ce propos, elle se dit qu'il allait bientôt lui falloir demander à avoir de quoi fabriquer ses remèdes pour pouvoir réinstaller un semblant de laboratoire dans un coin de sa chambre. Ah, quand elle repensait à tout l'atelier et les plantes qu'elle avait laissée à Piateda... elle devrait réaménager la même chose ici. Heureusement qu'elle avait emporté avec elle son manuscrit où étaient répertoriées toutes ses recherches en matière de phytothérapie... ah ! Ce n'était pas le moment de penser à cela ! Elle revint à l'instant présent pour constater que l'Innocence du maréchal avait projeté Velch loin de lui et fonçait vers elle. La jeune femme eut juste le temps de remarquer un phénomène de cicatrisation à l'endroit où le loup avait planté ses crocs dans son bras, avant de se jeter sur le côté en roulant afin d'esquiver l'albinos.

Rei savait très bien que la stratégie qu'elle adoptait avec son Innocence comportait une énorme faille : si un de ses loups était présent sur le terrain, elle se retrouvait privée d'arme et donc sans défense. Ne lui restait que son agilité pour esquiver les coups adverses... sauf que cela ne marcha pas une deuxième fois avec ''Liam''. Plus rapide que ne l'aurait cru la jeune femme, il ne lui laissa guère le temps de se redresser, la plaquant au sol par les épaules. L'albinos était très content de lui, ainsi qu'en témoignait son sourire et son commentaire un peu moqueur. Rei plissa les yeux. Le combat ne s'arrêtait certainement pas là. Velch était toujours là, et elle lui ordonna de se jeter sur ''Liam'' pour le blesser de nouveau.

Profitant du fait qu'il cherchât à se débarrasser du loup ainsi que des flammes, l'infirmière rappela son animal, tendant la main afin que sa dague lui revienne, brillant d'une douce lueur blanche, signe qu'elle était toujours activée. Aussi rapidement que possible, elle fit tournoyer la lame entre ses doigts pour la maintenir fermement et leva les mains pour trancher les poignets de ''Liam'', suffisamment pour lui faire lâcher prise. Profitant de cette courte liberté, Reiko plia ses jambes, assez fines pour qu'elles puissent passer entre elle et l'Innocence, plaqua ses pieds contre le torse de l'albinos et le repoussa violemment, y mettant toutes ses forces afin de se libérer et d'en profiter pour rouler en arrière et se redresser. Elle ne s'inquiéta pas outre mesure des blessures qu'elle lui avait infligé, constatant qu'elles se refermaient déjà. Avec un sourire, elle se remit en position de combat, la dague toujours entre ses mains. Il était temps de montrer ce qu'elle valait au corps à corps. Et de toute manière, elle pouvait toujours invoquer de nouveau Velch.

    « Pas trop de bobos j'espère, je suis à court de pansements... »


Cette courte victoire lui avait donné davantage confiance en elle, aussi se permettait-elle de provoquer légèrement l'Innocence. Elle n'oubliait pas non plus qu'il s'agissait d'un maréchal et que par déduction, il était bien plus puissant qu'elle. Mais elle mettait tout ce qu'elle avait dans la bataille. Cependant la fatigue ne tarderait pas à tomber sur elle si le combat traînait en longueur. Après tout, elle avait déjà passé une bonne partie de la journée à s'entraîner... mais la poussée d'adrénaline provoquée par le fait d'avoir un vrai adversaire en face d'elle l'avait remotivée et lui avait redonné des forces... pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Liam Javeed
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 03/10/2012
Age : 32

Feuille de personnage
Age : 30 ans
Nationalité : Perse
Surnom :

MessageSujet: Re: Retour au bercail [Liam/Reiko]   Mar 27 Nov - 10:41

Plus de questions. Ouf. J'ai cru que ça n'allait jamais s'arrêter. Mais voilà qu'elle me fait la morale. Allons bon. Je préférais les questions, au moins elle se contentait d'écouter et de donner son avis. Elle vit encore un peu dans un monde idéaliste, elle a besoin d'aller sur le terrain afin de voir la dure réalité. Là elle croit encore qu'elle va pouvoir s'en sortir et mener une vie normale. Quelle était sa vie d'avant d'ailleurs ? Une vie tout à fait ordinaire où rien de particulier ne s'y passait ? Sans doute vu ses réactions bien qu'elle gardait un certain optimiste en restant terre à terre. Mais le détail le plus important, elle avait tendance à vouloir l'enjoliver.

« Mais on peut mourir n'importe quand. L'oublier, ce serait manquer de respect à notre propre vie. On en a qu'une, nous ne sommes pas immortels bien que certains ont eu la chance de pouvoir revenir à la vie. Ca reste exceptionnel et on ne doit pas jouer avec sous prétexte qu'on est fait pour ça. Ceux que l'on combat ne sont pas une armée comme les autres et ça, ça change tout. Gardez vous le pour dit. »

Même si j'avais été absent depuis longtemps, j'avais entendu parler les traqueurs. De vraies pipelettes ceux-là. C'était grâce à eux que j'étais au courant de certains détails qui m'étonnaient. Consulter les rapports pourrait se révéler intéressant. Ils n'avaient aucune raison de mentir mais je voulais davantage de détails. Enfin cela attendrait puisque si je voulais me débarrasser de la jeune femme face à moi afin de pouvoir être tranquille et de me reposer, il fallait que je cède à sa requête et donc la suive à l'infirmerie.

Une cigarette gâchée plus tard, elle me soignait, me posant un bandage autour du crâne. A force de parler avec, l'idée de reformer une équipe me traversa l'esprit. Enfin elle fit plus que me le traverser car désormais, j'avais changé d'avis. Je voulais une équipe. Cela signifiait que j'allais devoir la former et les gérer mais peu importe. Oui j'étais lunatique et après ? Comme je le disais à Komui maintenant que nous étions dans son bureau : seuls les imbéciles ne changent pas d'avis. Et je pensais avoir été suffisamment clair sur ce point. J'avais tout de même laissé le choix à Reiko... bien que ma façon de lui présenter les choses ne laissait pas de place au refus. Elle était parfaite pour être formée et je ne voulais pas laisser passer ma chance. Si nos routes s'étaient croisées ce n'était certainement pas pour rien et je ne devais pas laisser cette opportunité de côté.

Maintenant c'était officiel, elle faisait partie de mon équipe. Pas de fête, de cotillons, de fanfare pour fêter ça mais un petit tour à la salle d'entrainement. Car oui, ses compétences d'infirmières n'étaient pas à remettre en question. Mais je voulais voir ce qu'elle avait dans le ventre et surtout comment fonctionnait son Innocence. C'était bien joli d'avoir une exorciste sous mes ordres mais si j'ignorais ses capacités de combat, ça me faisait une belle jambe. Difficile alors de nous coordonner. Après lui avoir demandé de me montrer ce qu'elle savait faire, je constatais qu'elle se contentait de m'exhiber son Innocence, rien de plus. Pas fâché mais perplexe, je lui précisais qu'elle devait m'attaquer. Par la même occasion, je laissais la place à mon frère...

Au moins elle n'hésitait pas et ça c'était une bonne chose. C'est qu'elle trouvait tout de même le moyen de se moquer. Etait-elle si sûre d'elle ? La confiance en soi était primordiale mais trop de confiance mal placée pouvait être mortelle. Elle savait que je ne la tuerais pas, mon frère respectant ce que je lui demandais de faire, mais il fallait qu'elle agisse comme si j'étais un adversaire réel et pas juste un entrainement. Débarrassé du loup, mon frère se jeta sur elle, la plaquant au sol. Son Innocence avait une sacrée faille... Elle fit néanmoins preuve d'ingéniosité en rappelant son loup qui gêna les mouvements de mon Innocence. Cependant il disparu et elle en profita pour... me tailler les poignets ? Ca doit faire mal ça. Pourtant, peu de sang en sorti, les plaies se refermant presque aussitôt. Toutefois ce contre temps suffit à la jeune femme pour s'extraire de la prise de mon frère, l'envoyant promener d'un coup de pied bien placé. Elle savait tout de même se défendre... je ne m'y attendais pas.

« Dommage, tu vas en avoir besoin ! »

Désormais séparé d'elle, mon Innocence en profita pour s'éloigner un peu et ramasser un petit débris du mur qu'il avait percuté un peu plus tôt. S'avançant doucement vers elle, il se mit alors à piquer un sprint tout en lançant sur elle ce qu'il tenait. Elle allait devoir faire un choix. Soit elle évitait le projectile mais ne pourrait esquiver l'Innocence. Soit elle esquiverait mon frère mais se ferait toucher par le projectile. Ce n'était pas que le spectacle m'ennuyait mais je devais le stopper. J'avais perdu trop de sang et la régénération de mon corps allait s'en ressentir. Je ne pouvais pas me permettre de ne plus être opérationnel demain.

Arrête toi.

Brusquement, l'Innocence se stoppa en plein élan comme si elle s'était pris un mur invisible.

« چرا ? (Pourquoi ?) »

C'était juste un test, ça suffira pour aujourd'hui, j'ai vu ses lacunes. Inutile de nous épuiser l'un l'autre pour le moment.

Je sentais qu'il était déçu et je le comprenais. Il ne pouvait exister réellement que lorsque je lui en donnais la possibilité et là je coupais court à son envie de bagarre. Seulement ce n'était pas en continuant de me vider de mon sang que ça allait arranger les choses. Alors oui grâce à lui je me régénérais mais il ne fallait pas non plus trop provoquer la chance. Après un soupir résigné, il ferma les yeux et me laissa regagner ma place, mes cheveux et mes yeux reprenant leur teinte normale. Je fus pris d'un léger vertige en rouvrant les yeux mais je me remis vite sur mes pieds puis alla récupérer ma veste avant de l'enfiler. Finalement je me retournais vers Reiko.

« Vous ne vous défendez pas trop mal mais vous faites trop de gestes inutiles. Ca viendra avec le temps. Préparez-vous, à la prochaine mission, c'est nous qui irons. Rien ne vaut le terrain. D'ici là, reposez-vous. »

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retour au bercail [Liam/Reiko]   Mer 28 Nov - 18:57

Rei essayait d'être réaliste. Elle ne savait rien d'autre de la guerre que ce qu'elle avait appris et lu dans les livres, elle savait bien qu'il n'y avait rien de réjouissant, bien au contraire. Mais bien sûr une expérience réelle n'était pas comparable à aucune de ses connaissances théoriques... et c'était précisément ce qui lui manquait. Cela ne tarderait certainement pas de toute manière... Du moins, dès qu'elle serait intégrée à l'équipe et serait envoyé sur le terrain. La jeune femme se demandait comment elle réagirait une fois là-bas...

    « Je ne dis pas qu'il faut l'oublier. Ni qu'il faut jouer avec. La vie est trop précieuse pour ça. Merci pour le renseignement... »


Quoiqu'il en soit, l'infirmière n'oubliait le principal problème dont avait l'air de se moquer royalement son interlocuteur. Si lui avait surtout envie visiblement de repos et de tranquillité, Reiko ne lâcha pas l'affaire et insista auprès de lui jusqu'à ce qu'il finisse par se laisser emmener vers la salle de soins. Il pouvait dire ce qu'il voulait, ne jouait-il pas avec sa vie à ce moment précis ? Ne pas se préoccuper ainsi d'une plaie aussi importante... une chance qu'il ait tenu jusque là. À moins que ce ne soit grâce à son Innocence... Rei n'en savait rien mais ne posa pas d'autre question, ayant remarqué que l'homme préférait en dire le moins possible sur son cristal divin...

La conversation continua donc son cours en salle de soins, la petite infirmière apprenant ainsi que son patient était en réalité son supérieur. Ils n'y restèrent d'ailleurs cependant pas longtemps dans cette salle, puisque quelques instants plus tard ils étaient en route vers le bureau de Komui, où se déroula entre le Grand Intendant et le maréchal une étonnante discussion qui finit par déboucher sur un compromis. Reiko n'avait pas eu l'impression que la hiérarchie avait été prise en compte durant cet entretien... auquel elle ne fit d'ailleurs qu'assister, sans jamais intervenir. Elle avait enfin une équipe. Ou plutôt un début d'équipe, puisqu'elle était à priori la première recrue de Liam. Elle n'aurait pas cru que cela puisse être très rapide.

Cependant, inutile de s'attarder sur un tel détail. Se retournant vers la jeune femme, le maréchal lui demanda immédiatement après de le suivre en salle d'entraînement, pour lui montrer son Innocence. Et Rei le prit au mot : une fois dans la vaste salle, elle activa son cristal divin mais ne lui fit rien faire d'autre qu'un tour autour de la salle. Et vu le regard perplexe de son supérieur, elle se doutait que quelque chose n'allait pas. Liam ne tarda pas à lui dire pourquoi, ce qui surprit la jeune femme : il voulait vraiment qu'elle s'attaque à lui ?

Sous ses yeux ébahis, l'Innocence de Liam apparut. Non pas à ses côtés, mais bien à sa place. Comme si le maréchal était lui même un cristal divin. Ce qui était peut-être le cas... mais il n'était plus temps pour les questions. Reiko s'étonna de voir à quel point le maréchal et son Innocence étaient différents – pas seulement au point de vue physique... mais aussi comportemental. Là où Liam était stoïque, calme et impassible, droit comme un piquet, l'albinos qui avait pris sa place était bien plus fougueux, grande gueule et beaucoup plus relâché. Le yin et le yang. Répondant avec légèreté à sa provocation, l'infirmière ne tarda pas plus à lancer son Innocence contre lui.

Le combat semblait mal parti : ''Liam'' se débarrassa rapidement du loup de feu pour venir s'attaquer à l'exorciste qui l'avait appelé. Cette dernière, loin de rester sans rien faire, rappela à elle Velch pour qu'il reprenne la forme de sa dague et qu'elle puisse s'en servir pour taillader suffisamment les poignets de l'Innocence, histoire de la faire lâcher. Une fois que la pression qu'il exerçait sur elle disparut, elle le repoussa violemment pour pouvoir se libérer, se redresser et se remettre en position de combat, s'autorisant de nouveau une petite plaisanterie à laquelle l'albinos répondit immédiatement derrière. Ses plaies s'étaient déjà refermées, et Reiko avait conservé sa lame plutôt que de faire de nouveau appel à son loup. Elle se prépara à une nouvelle attaque de son adversaire... mais ne s'était pas attendue à cela.

Plutôt que de foncer de nouveau vers elle, il ramassa un morceau qui s'était détaché du mur qu'il avait enfoncé quelques instants auparavant et le lança vers elle avant de lui-même fondre sur la jeune femme. C'est là qu'elle se rendit compte qu'elle était prise au piège, et qu'elle devait choisir quelle attaque l'atteindrait... l'Innocence ou le débris ? Peut-être avait-elle un moyen d'éviter ''Liam'' et de dévier le projectile avec sa dague... c'est ce pour quoi elle opta, tranchant le débris qui l'atteignit pourtant en partie au visage, la griffant de manière superficielle. Reiko grimaça... moins pour la douleur que pour le sentiment soudain et amer d'avoir « échoué »...

Et là, l'Innocence s'arrêta brusquement, prononçant un mot dans cette drôle de langue. Le maréchal lui dictait-il une directive ? À quoi devait-elle s'attendre à présent ? Allait-il l'attaquer d'une manière différente ? Mais non, rien de tout cela... Rei eut simplement le temps de voir une petite moue de déception sur le visage du cristal divin avant que Liam ne reprenne sa place, le blanc se changeant en noir et le rouge en bleu. Le supérieur de la jeune femme eut l'air de vaguement vaciller pendant qu'il remettait sa veste. L'infirmière quant à elle, resta un instant interdite. Ça s'arrêtait là ? Quelque chose n'allait pas ? Ne disant rien mais un peu honteuse, elle désactiva son Innocence qu'elle rangea dans son fourreau, avant de lever son regard sur Liam.

    « Oui, je m'en doute... vous connaissez déjà les termes de la prochaine mission ? Vous auriez des conseils à me donner avant que nous y soyons ? »


Le retour des questions. Mais elles étaient prononcées d'une voix un peu vide. Reiko n'était pas très fière d'elle... sentant un filet léger de sang chaud couler sur sa joue, elle l'essuya avec rapidité. Heureusement qu'il lui restait de la pommade cicatrisante...
Revenir en haut Aller en bas
Liam Javeed
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 03/10/2012
Age : 32

Feuille de personnage
Age : 30 ans
Nationalité : Perse
Surnom :

MessageSujet: Re: Retour au bercail [Liam/Reiko]   Jeu 29 Nov - 15:19

C'était fou cette faculté qu'avait cette fille de redire exactement ce que j'avais dit au tout début de la conversation. Tout ça pour ça... J'avais l'impression d'avoir parlé pour rien là. Enfin, au moins nous étions d'accord sur ce point et vu son empressement à vouloir me soigner, je doutais qu'elle joue avec la vie. Mais qu'en était-il de la sienne ? Parfois, on était protecteur envers les autres mais assez peu envers soi-même. Sauf qu'une fois mort, on était tout de même beaucoup moins utile. Finalement, la discussion touchait à sa fin, ce n'était pas plus mal. Je me retenais de rajouter quelque chose, préférant directement passer à la case infirmerie pour pouvoir être tranquille.

Là-bas, j'eus le temps d'analyser le comportement de celle qui se prénommait Reiko. Elle ne semblait pas très ouverte mais elle possédait les qualités que je recherchais pour les membres de mon équipe. Enfin, je ne désirais pas qu'ils aient tous le même caractère, sinon cela allait vite devenir chiant et sans intérêt, mais pour un premier membre, elle me semblait idéale. Notre conversation me faisait penser dans ce sens et sans lui demander son avis au prime abord, je la trainais vers les bureaux de Komui pour officialiser la chose. Finalement, je lui avais tout de même laissé le choix de me rejoindre ou non. Enfin, plus ou moins... Ma proposition ne se prêtait pas tellement au refus. Si elle n'approuvait pas mes dires alors elle n'avait tout simplement rien à faire ici. Par chance, elle accepta, ainsi je n'eus pas besoin de lui forcer la main. Il aurait été dommage que je doive me montrer désobligeant et autoritaire. Enfin... plus que d'habitude.

Hormis quelques détails qui me laissaient perplexe, comme le non port de son pantalon, tout était parfait. Bien sûr elle ne sautait pas de joie mais ce n'était pas non plus ce que je lui demandais. D'ailleurs je voulais maintenant voir ce qu'elle savait faire avant d'envisager de l'emmener avec moi en mission... ou pas. J'avais vu ses compétences en matière de soin et cela m'allait parfaitement. La plupart des exorcistes ne pouvaient pas se vanter d'avoir plusieurs capacités de ce genre. Généralement ils combattaient et c'était déjà pas mal. Elle était donc douée en soin oui, mais en combat, ça donnait quoi ? Je dû activer mon Innocence pour la pousser à m'affronter, ce qu'elle fit sans demi mesure. C'était une agréable surprise de voir que, malgré le mal qu'elle s'était donnée à me soigner, elle m'attaquait sans se retenir. D'un certain côté c'était paradoxal... mais c'était moi qui l'y avait poussée et elle avait obéit. Au moins, cela prouvait qu'elle respectait mon autorité, c'était déjà un bon point, elle qui n'avait pas l'air très au courant de la procédure.

Le combat se déroula sans que je n'ai mon mot à dire. Elle ne se débrouillait pas si mal mais je préférais écourter l'affrontement même si cela décevait les deux parties. Elle avait eu un bon réflexe pour esquiver les deux dernières attaques, malheureusement cela n'avait pas suffit. Maintenant que j'avais repris possession de mon corps, je pouvais lui parler à nouveau et lui dire ce que j'en avais pensé. Cela n'avait été bien sûr qu'un aperçu mais cela me suffisait pour le moment
.

« Ce n'était pas trop mal pour une débutante. Vous bougez bien et avez de bons réflexes. A vrai dire, je ne m'y attendais pas, je suis agréablement surpris. Néanmoins, vous vous focalisez trop sur l'action qui vous fait face. Enfin, ça se corrigera avec le temps. Si toutefois vous en avez, car... »

J'interrompais ma phrase et m'avançais vers elle pour toucher sa tempe blessée, recueillant du coup un peu de sang sur mes doigts. Je les regardais avant de lui montrer.

« Vous êtes morte. » concluais-je « Si ce projectile avait été un obus d'Akuma, vous n'auriez pas survécu. Allez donc vous reposer, je vais aller faire de même de mon côté. »

J'avais bien entendu sa question mais je la trouvais un peu déplacée. Comme si c'était moi qui décidait des attaques des Akuma et de leurs emplacements. Je ne pouvais pas deviner à l'avance où je devais me rendre. Autant lorsque j'étais seul, j'allais où bon me semblait mais désormais je ne pouvais plus me le permettre. La branche de renseignements de la Congrégation me permettra de savoir où me rendre. A vrai dire je n'avais pas besoin d'attendre d'ordres de la part de Komui. J'allais devoir me renseigner par moi-même si je voulais me mettre au travail rapidement. Enfin... un travail qu'était capable d'effectuer une débutante car je ne comptais pas tout faire tout seul.

« Si je savais à l'avance où les Akuma frapperaient, la guerre serait terminée depuis longtemps. D'ailleurs nous ne serions pas là en train de discuter mais sur le terrain. Plus on attend, plus il y a de morts. Alors pour faire simple, non je n'en sais rien. Pour le moment j'ai besoin de repos, j'aviserais ensuite. Profitez en pour faire de même ou rendez vous utile en consultant les informations rapportées par les traqueurs. Quant aux conseils... Soyez vous-même. Et ne faites confiance à personne une fois hors de la Congrégation. D'autres questions ? »

Dieu sait que je n'aime pas les questions mais puisqu'elle était sous mes ordres, je voulais un soldat capable et bien renseigné alors autant lui apporter ce dont elle avait besoin. Machinalement, je me frottais les poignets à l'endroit qu'elle avait sectionné, ma régénération étant plus lente que la normale à cause de mon faible taux de sang.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retour au bercail [Liam/Reiko]   Dim 2 Déc - 22:42

La discussion sur l'importance de la vie touchait à sa fin. De toute manière, une fois que cela était énoncé, qu'y avait-il à dire de plus ? D'où le fait que la conversation ait tourné en rond. Néanmoins quelques points avaient été éclaircis, et en particulier le fait qu'il ne fallait trop compter sur l'espoir, en tout cas du point de vue de l'homme. Pourtant Reiko trouvait cela capital. Enfin, les avis ayant été échangés et l'exorciste enfin convaincu qu'il devait se rendre à l'infirmerie, ils purent s'y rendre de ce pas, la jeune femme n'osant pas non plus lui faire part des effets nocifs de la cigarette. Elle devait déjà l'avoir assez contrarié comme cela, et il n'était pas bon de toujours s'opposer à ce que faisait les autres, quand bien même c'était pour leur bien. Quoiqu'il en soit, cela le regardait.

Une fois en salle de soins, Rei prit en charge son patient imprévu, le rassurant du mieux qu'elle pouvait quant à son pansement – qui sembleit plus lui faire souci que sa plaie... – et lui assurant qu'il pourrait aller se reposer dès qu'elle aurait terminé. Elle avait beau tenter d'être assez ouverte, le stoïcisme dont il faisait preuve l'ébranlait tout de même un peu, bien qu'elle tâcha de garder la tête froide. La discussion continua donc, chacun essayant d'en apprendre un peu plus sur l'autre. L'infirmière en apprit pas mal sur lui, notamment le fait qu'il se nommait Liam et qu'il n'était ni plus ni moins son supérieur. C'est à ce titre d'ailleurs qu'il la traîna peu après avec lui dans les bureaux du Grand Intendant, dans l'intention de l'intégrer à son équipe, comme Reiko lui avait appris qu'elle n'en avait encore aucune. De toute manière, avait-elle vraiment le choix ? De toute manière, en plus d'être soignante, elle était exorciste... et comme le disait Liam, elle était là pour ça, justement. Pour se battre.

La jeune femme s'était-elle attendue à une longue discussion respectueuse entre le maréchal et le chef de la Congrégation ? Si c'était le cas, elle avait tout faux. L'entrevue avait été expéditive et avait plus ressemblé à un bras de fer qu'autre chose... le compromis ayant été établi, Reiko suivit son – à présent – supérieur direct dans la salle d'entraînement afin de lui faire une démonstration de son Innocence. Démonstration qui tourna bientôt d'ailleurs au combat. Elle savait que ce n'était là qu'un « faux » combat, pourtant il fallut bien qu'elle donne tout ce qu'elle avait, quitte à blesser Liam. Elle se rendit bien compte cependant que son cristal divin non seulement encaissait bien les attaques mais qu'elle pouvait également se régénérer. Ne se retenant donc pas, la jeune exorciste donna tout ce qu'elle avait et fit preuve d'un minimum de stratégie, bien qu'elle ne soit pas spécialement douée dans ce domaine. Mais le fait que son Innocence se trouvait éloignée d'elle pour un temps la forçait à se défendre de son mieux de son côté. Elle possédait une grosse faille, et elle en avait conscience.

De l'autre côté, le cristal divin du maréchal n'y allait pas non plus de main morte et prenait même grand plaisir au combat. Arriva alors le moment où Rei dut choisir entre deux maux, bien qu'elle essaya d'esquiver les deux. Il lui en coûta une légère blessure à la tempe. Si la plaie en elle-même n'était pas grave, l'infirmière savait ce que cela signifiait si le combat avait été réel et se serait déroulé sur le terrain, avec de vrais Akumas en face. Elle ne serait plus de ce monde. Ce constat lui fit perdre le peu de bonne humeur qui lui restait, et le combat s'acheva avec la mine sombres de l'exorciste et de l'Innocence, laquelle rendit bientôt sa place à son compatible.

Reiko écouta l'évaluation de son supérieur. Il y avait là de bons points, mais aussi de mauvais. Et pour elle, c'était tout ce qui comptait. Elle ne broncha pas quand Liam tapota sa blessure, lui montrant ensuite les quelques gouttes de sang recueillies sur ses doigts.

    « Je sais. » fit-elle d'une voix un peu plus dure qu'elle n'aurait voulu.


Elle n'était vraiment pas fière d'elle. Essuyant le sang qui coulait, elle demanda à Liam s'il savait déjà où ils seraient envoyés. Mal lui en prit. Évidemment qu'il n'en savait rien. Elle l'écouta tout de même, impassible et attentive. Plus aucune trace de sourire sur son visage. Elle retint également les conseils qu'il lui donna. En y réfléchissant un peu, ils étaient fondés. Elle-même n'avait-elle pas fait confiance à un Akuma pendant des années, croyant qu'elle s'adressait toujours à sa mère humaine alors qu'elle se fourvoyait ?

    « Très bien, je m'en souviendrais. Permettez... »


Ayant remarqué que ses poignets étaient encore blessés, elle s'approcha de lui, et grâce aux produits qu'elle gardait dans sa sacoche qu'elle attachait autour de la taille, lui confectionna de nouveaux pansements avec la crème qu'elle préparait elle-même avec ses plantes. Elle s'occuperait de sa propre plaie une fois qu'elle serait plus au calme, dans sa chambre, à ruminer son échec. Elle fit son office si vite que le maréchal ne put protester contre les soins. De toute manière, c'était elle qui les lui avait infligées ces blessures, il était donc normal qu'elle s'en occupe. Dès qu'elle eut fini, elle s'éloigna d'un pas ou deux.

    « Voilà comment je me rends le mieux utile. Gardez-les le temps que vous puissiez vous régénérer. Je ferais des recherches également, merci pour vos conseils. Je n'ai pas d'autres questions pour le moment... je crois que de toute façon, vous n'aimez pas tellement cela, n'est-ce pas... je vais donc arrêter de vous embêter pour aujourd'hui, je l'ai déjà suffisamment fait. »


Esquissant un sourire sans grande profondeur, elle s'inclina légèrement devant le maréchal, à la manière japonaise.

    « Arigato. Merci pour tout. Et reposez-vous bien. »
Revenir en haut Aller en bas
Liam Javeed
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 03/10/2012
Age : 32

Feuille de personnage
Age : 30 ans
Nationalité : Perse
Surnom :

MessageSujet: Re: Retour au bercail [Liam/Reiko]   Lun 3 Déc - 10:11

Voilà. Mon retour à la Congrégation était fait. Pas exactement comme je l'aurais vu, mais l'imprévisibilité de la chose ne rendait-elle pas tout cela plus intéressant ? Je n'aurais jamais cru tomber sur quelqu'un de plus têtu que moi, qui plus est dotée de capacités de soin intéressantes, pour une exorciste. Elle était peut-être nouvelle et inexpérimenté, mais c'était là ma chance et je n'avais pas voulu passer à côté. Est-ce que j'avais bien fait, néanmoins ? Bah, le meilleur moyen de le découvrir sera de toute façon de voir sur le terrain. Si je m'étais trompé et bien... au moins cela aura eu le mérite d'être court. Malgré tout, sa volonté de vivre semblait intact. Qu'avait-elle vécue avant d'atterrir ici ? Sa vie avait-elle était rose et sans bavure ? Sans doute pas, sinon elle ne serait pas là, dévouée. Ou alors elle le cachait bien. On a tous quelque chose à cacher, non ?

De toute façon, sa vie ne m'intéressait pas. A quoi bon apprendre à connaitre quelqu'un qui a toutes les chances de mourir du jour au lendemain ? Oh ce n'est pas que je doutais de ses capacités de combat même si, il faut dire ce qui est, elle était débutante et donc avait un fort taux de mortalité. Non, en fait, c'est juste que n'importe lequel d'entre nous pouvait mourir demain. C'était comme ça. La guerre, c'est aussi plein de surprises en tout genre.

Ce qui m'intéressait plus, c'était ce qu'elle savait faire, pour que je sache à quoi m'attendre une fois seul avec elle sur le terrain. Bien sûr, je comptais intégrer d'autres membres à mon équipe mais pour le moment je n'avais qu'elle sous la main, espérant néanmoins que le recrutement des autres serait tout aussi rapide. Mais ça, j'en doutais fortement. Au moins, maintenant que Komui était au courant de mon retour, les choses allaient sans doute bouger un peu. Combien d'exorcistes étaient sans maréchal ? Y en avait-il eu d'autres entre temps d'ailleurs ? Je verrais tout ça en temps voulu. Malgré ma fatigue, je voulais voir ce qu'elle avait dans le ventre, cette infirmière.

Et je ne fus pas déçu. Enfin, pas trop. Bien sûr qu'elle avait des lacunes, mais pour une débutante c'était bien. Plutôt bien même. Mais est-ce que cela suffirait ? J'imagine que je vais devoir garder un oeil dessus pour les premiers temps... mais pas question de lui mâcher le travail non plus. Mais bon, avoir une apprentie morte ne me servira pas à grand chose alors autant que j'en prenne soin. J'avais interrompu notre combat amical en pleine action mais c'était mieux ainsi même si les deux autres semblaient déçus. De toute façon, à quoi bon le continuer ? En mission, elle serait déjà morte. Je ne m'étais pas gêné pour le lui faire remarquer ainsi que tous ses bons points et bien sûr ceux à améliorer. Mais à voir la tête qu'elle tirait, elle n'appréciait pas. Mais elle n'appréciait pas quoi au juste ? L'interruption du combat ? D'avoir plus ou moins perdu ? Que je lui mette le nez dans ses erreurs ? Peut-être un peu de tout ça réuni. En tout cas, cela se voyait comme le nez au milieu de la figure. J'allais lui faire la remarque mais elle me prit de cours et s'approcha de moi pour me prendre les poignets, appliquant de quoi soigner mes plaies. C'est en haussant un sourcil que je la regardais faire. Pourquoi s'ennuyer et perdre du temps à me soigner alors qu'avec un peu de repos, je me régénère tout seul ? Enfin, je me laissais faire, cela ne m'empêchait pas de parler de toute façon.

« Quel est le problème au juste ? Vous n'appréciez pas les critiques ? »

Et qu'elle ne me dise pas qu'il n'y avait pas de problème. Peut-être qu'au final je m'étais trompé et qu'elle n'était pas aussi volontaire que je le pensais. Si la moindre contrariété avait un tel effet sur elle, mieux valait que je ne compte pas trop dessus au final. Au moins, elle me soignait malgré tout, signe qu'elle ne devait pas trop m'en vouloir... ou bien qu'elle respectait ma hiérarchie. A quoi bon réfléchir encore à tout ça de toute façon. Elle va devoir s'y faire, je suis comme ça et je ne compte pas changer.

Voilà qu'elle disait avoir compris que je n'aimait pas les questions. Cela se voyait tant que ça ? Néanmoins, j'avais fait l'effort de lui répondre alors qu'elle ne me fasse pas faux bond. Elle avait l'air de s'effacer un peu trop rapidement... Ca, ce n'était pas une bonne chose. J'espère que c'est juste ponctuel et qu'elle montrera à l'avenir un peu plus de volonté à ce sujet. Et "arrêter de m'embêter". Franchement. On est plus à l'école là. Quand notre vie est en jeu, on ne s'arrête pas à ce genre de choses. Levant mes poignets, je les observais un court instant avant de les abaisser à nouveau.

« Merci. Et si vous avez des questions, posez les. Que cela m'ennuie ou non importe peu. Enfin puisque vous en avez décidé autrement, allez donc faire ce que vous voulez. »

Je ne vais pas la retenir si ce n'est pas ce qu'elle souhaite. Grand bien lui fasse, moi j'ai autre chose à faire. Comme... me reposer par exemple. Je la regardais s'incliner sans faire de même, hochant juste légèrement la tête à ce geste. Pourquoi me remerciait-elle au juste ?

« Gardez vos remerciements. Et reposez vous également, vous en aurez besoin. Soyez prête à partir n'importe quand. » fis-je en tournant les talons, me dirigeant vers la sortie

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retour au bercail [Liam/Reiko]   Jeu 6 Déc - 20:37

Malgré tous les changements qui avaient bouleversé sa vie ses dernières semaines, Reiko avait réussi à rester elle-même. Au final, n'était-ce pas le plus important ? Bien que le monde s'était brutalement obscurci autour d'elle, elle n'avait en rien perdu sa soif de vivre ni sa bonne humeur. Elle n'était certes pas de nature dépressive, quoique tout de même bien timide, cela ne l'empêchait pas de continuer à avancer malgré les épreuves et la guerre à laquelle elle allait bientôt prendre part. Elle comptait bien se battre sérieusement ainsi que prendre soin des combattants dès qu'elle en aurait l'occasion.

Elle en avait d'ailleurs une sous la main. L'entraînant à l'infirmerie, c'est là-bas qu'elle découvrit qu'il s'agissait d'un maréchal, soit un exorciste bien plus puissant qu'elle. Si tant était qu'on pouvait la qualifier de puissante – elle n'avait pas encore fait ses preuves après tout. Ne se laissant pas démonter néanmoins, elle le soigna du mieux qu'elle put avant qu'il ne l'entraîne pratiquement de force dans le bureau de Komui afin de faire d'elle un membre de sa nouvelle équipe. Elle était la première pour le moment, qui savait qui allait suivre ? Quoiqu'il en soit, l'instant d'après elle était de retour en salle d'entraînement, afin de montrer à son supérieur ce qu'elle pouvait faire avec son Innocence. S'ensuivit bientôt un véritable combat entre les deux exorcistes où la jeune femme fit de son mieux pour esquiver les coups de Liam. Maintenant qu'elle avait un vrai adversaire face à elle, ses faiblesses crevaient les yeux. Toutefois elle tâcha de tirer au maximum avantage des capacités de son cristal divin, ne réussissant tout de même pas à esquiver une des attaques de son opposant : un débris finit par lui trancher la tempe.

Reiko ne savait que trop bien ce que cela signifiait. Lavi le lui avait expliqué, et son maréchal enfonçait davantage le couteau dans la plaie. Si cela avait été un obus d'Akuma, elle ne serait déjà plus de ce monde. Ce constat l'irritait, était-elle donc encore si faible malgré les nombreux entraînements qu'elle s'était déjà imposé ? C'est d'une voix une peu dure qu'elle répondit à son supérieur, lequel voulut alors savoir ce qui n'allait pas. L'infirmière détendit ses sourcils froncés, regrettant son ton agacé d'avant.

    « Non, ce n'est pas ça. Je ne suis juste pas très contente de ce combat. Enfin... ça m'aura au moins fait comprendre à quel point ce sera difficile. »


Fit-elle en tapotant sa blessure à la tête, d'où coulait encore un léger filet de sang. Il allait falloir qu'elle s'en occupe dès qu'elle serait devant un miroir. En tout cas, elle soigna Liam, à qui elle avait entaillé profondément les poignets pendant leur courte bataille. Il pouvait certes se régénérer seul, cependant vu le temps que mettait ces deux plaies à se résorber, mieux valait les protéger en attendant leur guérison complète. Sur ce, elle décida qu'elle ne devrait plus tant l'embêter avec ses questions. D'ailleurs, ne lui avait-elle pas dit qu'il pourrait se reposer après l'avoir soigné ? Les voilà qui sortaient d'un combat... non vraiment, les questions attendraient.

    « Je n'en ai plus pour le moment de toute manière. » dit-elle d'une voix calme.


Sa colère envers elle-même était un peu retombée, bien que toujours présente. Elle aurait tout le temps d'y repenser plus tard. Remerciant Liam pour ses conseils, elle s'inclina devant lui comme le voulait les traditions japonaises auxquelles elle tenait toujours.

    « C'est compris. Reposez-vous bien. »


Sur ce, elle quitta la salle d'entraînement et remonta dans les étages, jusqu'à sa chambre dans laquelle elle s'enferma bientôt, poussant un long soupir. Elle était un peu partagée à vrai dire. D'un côté elle avait enfin une équipe, même si elle ne comprenait qu'elle-même ainsi que Liam. Mais de l'autre, elle sentait que les premiers pas sur le terrain n'allaient pas être faciles du tout. Il ne fallait surtout pas qu'elle devienne un boulet... s'éloignant vers le miroir où elle entreprit d'arrêter la légère hémorragie à sa tempe, elle se promit de passer davantage de temps encore à activer son Innocence et à travailler là-dessus. Et si elle demandait à un autre exorciste de l'aider ? Il faudrait y réfléchir. En tout cas, une fois sa plaie pansée, Rei se mit à l'aise et s'allongea sur son lit, ne tardant pas à sombrer dans le sommeil, plus fatiguée qu'elle ne l'aurait pensé. Liam avait peut-être raison, il serait difficile de concilier ses deux rôles d'exorciste et d'infirmière... mais elle y arriverait. Elle en avait la volonté.
Revenir en haut Aller en bas
Liam Javeed
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 03/10/2012
Age : 32

Feuille de personnage
Age : 30 ans
Nationalité : Perse
Surnom :

MessageSujet: Re: Retour au bercail [Liam/Reiko]   Ven 7 Déc - 10:59

Moi non plus je n'aimais pas la défaite. Qui plus est, dans ce métier la défaite était généralement synonyme de mort. Raison de plus pour ne pas l'aimer. Cependant, quand je ne parvenais pas à faire quelque chose, je m'accrochais jusqu'à y arriver. Pour ça, on pouvait réellement me qualifier de têtu, je n'abandonnais jamais... même si c'était quelque chose de stupide et de mortel. Du coup, j'appréciais également cet état d'esprit chez les autres. Les couards, les trouillards, les foies jaunes, je ne les aimais pas. Vraiment pas. Au moins, on ne pouvait pas dire que Reiko faisait partie de cette catégorie. Elle n'avait pas l'air satisfaite de la conclusion de ce combat, mais c'était normal non ? Elle était morte après tout. Il aurait été mal venu d'être tout sourire ou de croire que ce simple entrainement était sans conséquence. Elle avait échoué. Mais elle était quand même prête, je le savais. Elle gardait au moins les pieds sur terre, c'était déjà ça. On aurait dit qu'elle venait juste de réaliser que cela n'allait pas être une partie de plaisir...

« Vous croyiez quoi ? Que c'était une promenade de santé ? Que les Akuma allaient s'aligner les uns derrière les autres en attendant de se faire tuer ? Dans un combat où l'on joue sa vie, c'est forcément difficile. Car on risque de la perdre n'importe quand, ne l'oubliez pas. » rectifiais-je « Mais c'était un beau combat. Je ne regrette pas de vous avoir prise dans mon équipe. »

Il ne fallait pas non plus qu'elle voit tout en noir. Je ne cherchais pas à la réconforter ou à lui montre le bon côté des choses. Ce n'était pas non plus mon rôle, je n'étais pas son père après tout. J'étais juste... sincère dans mes propos, comme toujours. Elle avait des questions, je le sentais, cela lui brûlait les lèvres. Pourtant, elle s'obstina à ne pas vouloir les prononcer. Têtu contre têtu, qui allait gagner ? J'étais trop fatigué pour m'essayer à une joute verbale alors je déclinais cette subtile invitation. Une autre fois, oui... bonne idée.

« Très bien. Alors lorsque le moment sera venu, faites moi signe. Et n'hésitez pas cette fois. »

Reiko me souhaita un bon repos et tourna les talons, quittant la salle. J'avais eu un bon aperçu de ses capacités et j'espérais ne pas l'avoir démotivée. Il ne manquerait plus que ça... Mon frère était étrangement calme. Sans doute boudait-il parce que j'avais écourté son apparition et qu'il n'avait pas pu briller comme il l'aurait souhaité.

N'importe quoi.

C'était bien ce que je pensais. Ne m'attardant pas plus dans la salle, j'en sortais à mon tour et prit la direction de mes quartiers. Tiens, j'avais encore des quartiers d'ailleurs ? Me remémorant leur emplacement, je m'y rendais et découvrit avec surprise qu'ils étaient toujours là et qu'ils étaient propres et rangés. Je saluais mentalement la personne qui prenait la peine de prendre soin d'une pièce qui n'était plus habitée depuis des années. C'était ça de moins à faire pour moi. Entrant dans ma chambre, je pris le temps de retirer ma veste et de la déposer sur le dossier de ma chaise pour ne pas la froisser. Puis, j'allais m'installer sur mon lit, m'y allongeant. J'étais plus fatigué que je ne l'aurais cru...

Levant mes poignets vers moi, je regardais les bandages qui y étaient apposés. C'était du bon boulot. Inutile mais du bon boulot quand même. J'avais hâte de voir ce que tout cela allait donner sur le terrain... Sans m'en rendre compte, j'avais fermé les yeux et m'étais endormi... Vivement que je récupère.




~~~~Terminé~~~~

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retour au bercail [Liam/Reiko]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retour au bercail [Liam/Reiko]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour au bercail
» Retour au bercail
» Retour au bercail...
» Retour au bercail [PV Grenaak]
» .xXx.Retour au bercail.xXx.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.Gray-Man Rpg :: [ Zone Rp] Quartiers généraux des factions :: La Congrégation de l'Ombre :: Les autres lieux-
Sauter vers: