◘ ◘ ◘ Un monde déchiré par les guerres, un combat entre le bien et le mal, quel camp sera le votre ? ◘ ◘ ◘
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une symbiose pas si parfaite que ça [Nora/Lavi]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 33
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Une symbiose pas si parfaite que ça [Nora/Lavi]   Lun 26 Nov - 15:50

Quelques jours s'étaient écoulés depuis que Lavi était rentré d'Angleterre en compagnie de Nora. Il n'avait pas vu la russe depuis plusieurs jours et avait d'abord supposé qu'elle était repartie, rentrée chez elle sans avoir averti personne. Après tout, qui pourrait lui en vouloir ? Elle faisait sa vie comme elle l'avait toujours fait et le rouquin savait pertinemment qu'Eleonnora détestait devoir rester à la Congrégation. Pourquoi se serait-elle attardée alors que ce pourquoi elle était venu était terminé ? Malgré tout, l'apprenti bookman commençait à regretter son absence, ayant bêtement pensé qu'elle le préviendrait au moins lui avant de retourner chez elle, loin de toute l'administration et des gens de l'Ordre qu'elle ne supportait pas. Sur le coup, il s'était senti idiot de ressentir ça. Mais que ressentait-il au final ? Vexé ? Déçu ? Il se sentit davantage idiot. Il appréciait l'exorciste et son absence lui laissait un vide. Mais lorsqu'il se rendit au bureau de Komui pour y déposer un rapport qu'il avait emprunté, il remarqua un document posé sur le coin du meuble. Le nom d'Eleonnora y était inscrit et il stipulait qu'elle était partie en mission accompagnée d'un autre exorciste. Intrigué, Lavi pencha la tête pour essayer de lire en diagonale, trouvant étrange qu'il n'y ait pas été envoyé lui aussi.

« Tu cherches quelque chose ? »
demanda Komui

Se sentant observé, Lavi redressa la tête et lui tendit le rapport. Après tout, c'était pour ça qu'il était là. Il s'apprêtait à répondre par la négative et à sortir du bureau mais sa curiosité le poussa à tout de même poser une question. Au moins, il était rassuré de voir que la russe n'était pas partie comme une voleuse
.

« Je n'avais jamais vu le nom de l'exorciste qui accompagne Eleonnora. Un nouveau ? »
« Oui. Stephen Sinclair, présent depuis peu. Exorciste de type symbiotique, il te rappellerait un peu Allen je pense. Eleonnora était présente alors je l'ai envoyée en mission avec lui. C'est un débutant, il a besoin d'être supervisé. »
« Pourquoi ne pas l'avoir envoyé avec un maréchal ? »
« Parce qu'ils sont tous occupés et puis Eleonnora a pas mal d'expérience. Tout s'est bien déroulé pour vous deux si l'on oublie votre tendance à faire des dommages collatéraux alors pourquoi ça n'irait pas avec lui ? »


Il n'avait pas tort dans un sens mais Lavi doutait que la russe se soit dévoilée au petit nouveau. Son manque d'expérience allait sans doute contrarier celle qui aimait donner des ordres à tout le monde et qui n'aimait pas qu'il y ait le moindre accro à ses plans. L'envoyer avec un nouveau n'était pas forcément la meilleure chose à faire mais ce qui était fait était fait. Au moins maintenant, le rouquin connaissait les raisons de l'absence de sa coéquipière. Il espérait d'ailleurs que tout se passe bien pour eux. Les missions étaient dangereuses et n'étaient pas toujours signe d'un retour. C'était la dure vie des exorcistes après tout et ils savaient ce qu'ils risquaient. Le rouquin resta perplexe. Voilà qu'il espérait le retour de quelqu'un. Ce n'était pas la première fois mais il s'en étonnait toujours lui qui n'avait jusqu'à présent considéré les gens que comme de l'encre sur du papier, dont la vie n'avait pas la moindre importance. Tout le monde meurt un jour. Oui mais voilà, il s'était fait des amis et leurs vies lui importaient désormais.

Lavi hocha la tête à l'attention de Komui puis tourna les talons et sortit du bureau. Eleonnora était partie quelques jours auparavant et ne devrait pas tarder à rentrer... si tout se passait bien. Difficile de savoir combien de temps pouvait durer une mission après tout. Essayant de ne plus y penser, le rouquin retourna à sa chambre pour retrouver Bookman qui n'avait pas bougé de là depuis la matinée. Lavi s'assit par terre, non loin de lui, et attrapa la pile de journaux qu'il s'était faite la veille au soir. C'était les nouvelles des différents pays qui leur parvenait, ce qui leur permettait de se renseigner sur ce qu'il se passait dans le reste du monde. Les différentes langues écrites ne posaient pas de problèmes aux deux hommes qui savaient les déchiffrer facilement depuis le temps qu'ils pratiquaient leur métier. C'est silencieux, la mine fermée, que l'apprenti bookman parcouru rapidement les colonnes d'un des journaux. Son regard s'arrêta sur une photo d'un défilé pré-bataille. Des hordes de canons étaient tirés par des chevaux, destinés à être amenés sur un champs de bataille. Une nouvelle guerre s'annonçait. Une de plus. Lâchant un soupir résigné, il se mit à lire l'article, pas vraiment étonné de lire ce qui était indiqué. Puis il passa à un autre journal et ainsi de suite jusqu'à ce que la pile soit terminée. Son travail ne l'était pas pour autant. Il passa la journée à lire et à se documenter sur les pays alentours, chose qu'il faisait déjà depuis le jour précédent. Mais là, il en avait assez. Il avait besoin de prendre l'air et de penser à autre chose. Ses amis lui manquaient mais tous étaient absents. Prétextant avoir faim, il se leva et quitta la pièce, laissant le vieil homme seul.

A peine eut-il quitta sa chambre qu'il aperçu une silhouette à la chevelure blonde qui lui tournait le dos, se dirigeant vers les chambres un peu plus loin. Il reconnu Eleonnora et un sourire se dessina sur son visage. Elle était rentrée. Seulement, elle ne l'avait pas vu et entra dans la chambre qui lui était attribuée sans un regard en arrière. Ca c'était l'opportunité de faire une vraie pause et de prendre de ses nouvelles. Lavi se dirigea vers la chambre en question et sans frapper, entra à l'intérieur, la refermant doucement. Il était rentré en catimini, faisant volontairement le moins de bruit possible. Puisque la russe lui tournait le dos, elle ne l'avait probablement pas entendu rentrer. Elle commençait à retirer son uniforme, désirant probablement se changer mais le rouquin s'approcha d'elle et l'enlaça, glissant ses bras autour d'elle pour la serrer contre lui
.

« Salut Nora. Contente d'être de retour ? » demanda t-il en souriant

Mais sa réaction ne fut pas celle escomptée. Au lieu de se retourner et de lui rendre son étreinte, elle se raidit. Elle se repoussa doucement ses bras, se dégageant ainsi de son étreinte avant de finalement se retourner vers lui, une grimace imprimée sur le visage. Que lui arrivait-elle ? Elle n'avait encore jamais refusé qu'il la prenne dans ses bras jusqu'à présent. Perplexe, le rouquin eut rapidement la réponse. Elle avait sans doute mal. Mal car maintenant qu'elle s'était retournée, il pouvait voir au delà de son uniforme qu'elle était blessée. Sa veste étant ouverte, des bandages apparaissaient, tout de même camouflés par le reste de son uniforme. Mais aucun doute, elle avait pris de mauvais coups. Aussitôt, le rouquin s'inquiéta
.

« Merde... Comment tu t'sens ? T'es allée à l'infirmerie ? Ils ont dit quoi ? » demanda t-il à la suite sans quitter ses blessures des yeux, essayant d'analyser leur gravité « J't'ai fait mal ? Désolé... »

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 



Dernière édition par Lavi le Ven 14 Déc - 23:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff
l'Double effet Kiss Kool
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 21/03/2012
Age : 25
Localisation : Dans mon terrier =D

Feuille de personnage
Age : 23 Ans
Nationalité : Russe
Surnom : Nora / Bloody

MessageSujet: Re: Une symbiose pas si parfaite que ça [Nora/Lavi]   Jeu 29 Nov - 19:30

Enfin à la Congrégation ! Décidément, Eleonnora regrettait son domicile, à Londres. Quand est-ce qu’elle pourra y retourner ? Pourquoi ne pas partir durant la nuit ? Elle n’aviat pas d’excuse à donner, elle avait de bonnes raisons de rentrer à son domicile comme, par exemple, arroser ses plantes… Elles avaient besoin d’eau afin de s’épanouir, sans quoi, à son retour, elles seront mortes car elle n’aura pas su s’en occuper adéquatement. Les feuilles tomberont, s’effriteront sur le sol qu’elle avait nettoyé avec soin. Elles seront décrépies, les pauvres, souffrant dans le plus grand silence qui animait les végétaux. C’est pourquoi la jeune femme se devait de rentrer en Angleterre, afin de sauver ses pauvres plantes innocentes d’un terrible destin. Il était encore temps, elle pouvait partir maintenant et arriver à temps pour voler à leur secours.

Sauf qu’Eleonnora ne possédait pas de plantes.

Découragée, écœurée, énervée, la jeune femme fit un rapide tour dans le bureau de Komui, après avoir envoyé Stephen à l’infirmerie. Elle, elle s’y rendra plus tard, si elle en avait envie. Ce n’était pas comme si elle était gravement blessée. Après un entretien pénible avec l’Intendant, Eleonnora lui remis le rapport de mission qu’elle avait rédigé leur de son voyage du retour. Il y avait des fautes un peu partout, elle avait encore du mal avec certaines notions de la langue anglaise. À la fin du rapport, totalement écœurée par cette tâche, la jeune femme avait rédigé ses dernières lignes en russe. Komui n’aura qu’à se débrouiller pour comprendre. Elle n’en avait plus rien à faire.

Quittant le bureau avec soulagement, la jeune femme ignora le dernier conseil de l’Intendant qui avait été de se rendre à l’infirmerie. Elle préféra regagner sa chambre. Là, au moins, elle aura la paix. Trop épuisée pour s’entrainer, elle se contentera de s’enivrer grâce à la bouteille de vodka qu’avait laissée Lavi dans sa chambre, lorsqu’elle avait passé la nuit dans ses bras. Une fois dans sa chambre, la première chose qu’elle fit en referma la porte derrière elle fut de retirer sa veste, abaissant lentement la fermeture éclair comme si elle n’avait pas la force d’exécuter cette simple tâche. Pas question de garder son uniforme sale sur elle. Elle comptait bien prendre une douche avant de terminer la bouteille de vodka. À moins qu’elle n’aille se chercher à manger ? Elle commençait à avoir vachement faim… L’esprit embrouillé par la fatigue, elle ne savait plus quoi faire ni dans quel ordre. L’important restait : mettre des vêtements propres, manger, s’enivrer, prendre une douche et dormir. Elle décidera de l’ordre selon ses envies du moment. Cependant, c’était sans compter l’invité surprise qui s’était glissé dans sa chambre.

Lavi était entré discrètement dans sa chambre. Perdue dans ses pensées, elle ne l’avait pas entendue. Elle sursauta au moment où le jeune homme l’enlaça doucement, se tenant derrière elle. Par réflexe, elle se crispa et alla répliquer par une prise d’auto-défense. Les différentes blessures qui marquaient sa peau la faisaient souffrir et elle n’appréciait pas ce contact qui lui aurait été, en temps normal, agréable. Elle attrapa doucement les bras de Lavi et l’obligea à les retirer de son corps afin qu’elle puisse se tourner vers lui. Le rouquin lui avait demandé si elle était contente d’être de retour. À son air, c’était évident que ce n’était pas le cas. En fait, elle aimerait bien rentrer chez elle, actuellement. Cependant, ce n’était pas possible. Pas pour l’instant. Elle ne se sentait pas prête à affronter un autre voyagement sans commettre un meurtre. Elle avait besoin de repos afin de faire passer sa mauvaise humeur. Ne répondant pas à la question de Lavi, elle se contenta de le fixer dans les yeux, silencieuse. À cet instant, il remarqua probablement son erreur.


-« Merde... Comment tu t'sens ? T'es allée à l'infirmerie ? Ils ont dit quoi ? J't'ai fait mal ? Désolé... »

-« Je me sens comme une femme qui s’est pris un Akuma en pleine gueule. J’ai l’air d’être allée à l’infirmerie ? De toute façon, c’est pas si grave, l’important est que je sois vivante. » Fit-elle d’une voix désagréable avant de faire un pas sur le côté.

Elle retira lentement sa veste et la jeta dans un coin de la petite pièce. Pas question qu’elle remette un vêtement aussi abîmé. Elle observa ses plaies, pendant quelques secondes, avant de s’en désintéressée. Une idée venait de germer dans son esprit. Elle comptait bien l’exploiter à son maximum. Se retournant vers Lavi, elle se dit qu’il sera parfait pour lui amener ce qu’elle désirait sans qu’elle n’ait à quitter sa chambre. Certes, il ne pouvait téléporter une douche dans sa chambre, mais il pouvait toujours faire un tour à la cuisine à sa place.


-« Va donc me chercher à manger. Je meurs de faim. » Fit-elle avant de fouiller dans sa valise, cherchant une nouvelle tenue à porter. « Pendant que tu y es, tu n’as qu’à prendre des pansement au passage, je me soignerais moi-même. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 33
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: Une symbiose pas si parfaite que ça [Nora/Lavi]   Ven 30 Nov - 9:20

Après avoir passé sa journée à travailler, la tête dans les bouquins, Lavi n'avait qu'une envie : souffler un peu. Lire ne l'ennuyait jamais, il n'en faisait jamais une overdose. Mais là, il avait lu trop de sujet toujours à propos de la même chose, la guerre. Passé un moment, il avait envie de penser un peu à autre chose qu'à l'espèce humaine qui s'entretuait toute seule. Quelque part, le Comte millénaire n'avait pas grand chose à faire... juste à attendre que l'humanité se détruise toute seule. A ce rythme de toute façon, il était sûr de l'emporter, Akuma ou non. La tête pleine de morts, de chiffres de décès et d'annonces de bataille, Lavi était sorti de sa chambre pour prendre l'air et voir du monde. Passer un peu de temps avec ses compagnons lui ferait le plus grand bien. Seulement voilà, aucun d'eux n'était présent et il supposa donc qu'il devra se contenter d'autres membres qu'il ne connaissait pas encore. Mais à peine fut-il sortit de la pièce qu'il aperçu une chevelure blonde bien connue.

Ravi de voir qu'Eleonnora était de retour, il la rejoignit à sa chambre en silence pour lui faire une surprise. Une des spécialités des bookmen était d'apparaitre toujours lorsqu'on ne s'y attendait pas, ayant la fâcheuse tendance de s'incruster partout. Et visiblement, la russe ne s'y attendait vraiment pas, se contractant lorsqu'il l'enlaça. Pensant que c'était simplement lié à la surprise, le rouquin ne comprit pas pourquoi elle se dégagea de son étreinte. Mais lorsqu'elle se retourna, il comprit aussitôt quel était le problème. Elle était blessée et se faire serrer de la sorte avait dû raviver ses blessures. Elle ? Blessée ? Que s'était-il donc passé ? Lavi prit une moue désolée, n'ayant pas voulu lui faire mal, regrettant sa première question. Vu le regard qu'elle lui lançait, nul doute que la mission ne s'était pas bien passée. Il préféra ne pas demander tout de suite pourquoi, ne désirant pas la fâcher davantage.

Il s'inquiéta plutôt de son état de santé et lui en fit part. Cette fois elle ouvrit la bouche, lui répondant d'une façon sèche qu'elle n'avait encore jamais utilisée avec lui jusqu'à présent, le surprenant un peu. Ses blessures devaient la faire souffrir et son moral s'en ressentait. C'était normal. Il ne s'en formalisa pas donc, estimant que c'était lui qui avait gaffé et qu'il était légitime qu'elle soit de mauvaise humeur. Lavi se gratta l'arrière de la tête, ne sachant pas trop quoi répliquer sur le coup. Mais une chose était sûre, elle avait besoin de soins
.

« Heureusement, que t'es vivante ! Et grave ou pas, c'est pas la question, faut pas négliger ta santé. Va donc à l'infirmerie, ils font des miracles ! Tu t'sentiras vite mieux après. » fit-il avec un sourire pour l'encourager à s'y rendre

A voir ses traits et ses gestes, elle semblait réellement agacée. Etait-ce l'arrivée inopportune du rouquin qui la mettait dans cet état ? Lavi savait qu'elle avait son caractère et qu'elle ne se comportait pas toujours de la même façon en fonction des gens. Mais avec lui, jamais elle n'avait été désagréable à ce point. Cela perturbait un peu l'apprenti bookman qui ne savait plus sur quel pied danser, craignant de ne faire que l'énerver davantage. Il l'observa en silence retirer sa veste et examiner ses plaies. Si elle était blessée, dans quel état se trouvait son coéquipier forcé, le nouveau ? Il était mort... ? Lavi n'osa pas poser la question.

Cependant, Eleonnora reprit la parole, se tournant vers lui. Mais étrangement, ce qu'elle disait sonnait comme un ordre. Lavi haussa un sourcil, ne s'attendant pas à ce qu'elle lui parle sur ce ton. A l'entendre, on aurait dit qu'elle le prenait pour son esclave. Si elle avait faim et qu'elle voulait se soigner seule, il y avait une autre façon de le dire. Même si le rouquin accédait souvent à ses caprices, il n'était pas non plus son chien et avait une dignité. Il était toujours prêt à lui faire plaisir mais il fallait qu'elle sache qu'il n'allait pas non plus se laisser piétiner de la sorte. Elle ne faisait jamais ça d'habitude alors pourquoi le faire là ? Les blessures n'excusaient pas tout. Lavi croisa les bras en la regardant, bien qu'il souriait toujours un peu. La pilule serait sans doute plus facile à avaler comme ça
.

« Ecoute Nora, je t'apprécie, vraiment, mais en dehors des missions j'suis pas à tes ordres. Sur le terrain je les suis parce que c'est plus simple. Tu sais ce que tu fais et on est mieux coordonnés comme ça. Là, on est plus sur un champ de bataille et je suis pas ton subordonné... juste ton ami. Alors je veux bien t'aider mais me parle pas comme ça. Je comprends que tu n'te sentes pas bien mais c'est pas une raison. » répondit-il d'un ton posé, pas du tout agressif

Il ne voulait pas qu'elle se fâche davantage mais il devait mettre les points sur les i. S'il se laissait faire maintenant, plus jamais elle n'aurait d'estime pour lui par la suite, le considérant toujours comme son homme à tout faire. Reposant le regard sur les blessures de la russe, il les désigna d'un mouvement de tête, s'approchant un peu d'elle
.

« Tu devrais quand même aller à l'infirmerie même si t'aimes pas ça. Ils savent ce qu'ils font. Je dis pas que toi tu sais pas et je remet pas en cause tes talents de médecine mais... ils sont là pour ça. Ca évitera toute infection, j'ai pas envie que ton état empire. » souligna t-il avec un léger sourire

Les cartes étaient dans les mains de l'exorciste, elle n'avait plus qu'à décider. Lavi espérait qu'elle se calmerait et ferait le bon choix.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff
l'Double effet Kiss Kool
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 21/03/2012
Age : 25
Localisation : Dans mon terrier =D

Feuille de personnage
Age : 23 Ans
Nationalité : Russe
Surnom : Nora / Bloody

MessageSujet: Re: Une symbiose pas si parfaite que ça [Nora/Lavi]   Lun 3 Déc - 20:54

Eleonnora était le type de femme qui désirait obtenir ce qu’elle désirait lorsqu’elle le désirait. Normalement, elle le faisait d’elle-même, souhaitant se montrer forte et indépendante. Cependant, il y avait certains moments où elle n’avait pas envie de tout faire seule. Dans une telle situation, elle ne demandait pas l’aide de qui que ce soit. Non, elle ordonnait. Telle était sa nature. Elle ne se rendait pas compte qu’elle pouvait ainsi être très désagréable. Déjà qu’elle avait une humeur des plus merdiques, son attitude envers les autres n’arrangeait rien à sa situation.

Lorsque Lavi l’avait serrée dans ses bras, elle s’était lentement retournée, écartant ses bras qui pressaient sur ses blessures. Elle se tourna vers lui, visiblement dans un sale état, autant moralement que physiquement. Il valait mieux éviter de l’énerver. N’ayant pas vraiment l’envie de socialiser et, surtout, de parler de sa mission, la jeune femme évitait volontairement de répondre à certaines interrogations du rouquin. Elle préférait oublier ce qui s’était produit en mission. Plus jamais, au grand jamais, elle ne s’occupera d’un petit nouveau. C’était tout simplement infernal. Pour l’une des rares fois de sa vie, la QG de la Congrégation lui semblait être un endroit très agréable.


-« Heureusement, que t'es vivante ! Et grave ou pas, c'est pas la question, faut pas négliger ta santé. Va donc à l'infirmerie, ils font des miracles ! Tu t'sentiras vite mieux après. »

-« J’ai pas envie. Je peux me soigner seule. Un peu de sommeil et une bonne rasade d’alcool ferrrront l’affaire. »

Elle n’avait pas besoin de plus. Elle avait ce qu’elle désirait ici, si ce n’était qu’une douche et de la nourriture. Si tout cela était à sa portée, cette pièce serait parfaite. Malheureusement, il semblerait que cela soit un luxe de trop, ici. Elle devait alors se déplacer si elle désirait obtenir ce qu’elle voulait. Puisque Lavi était ici, elle songeait lui demander de se servir de lui afin qu’il ait au moins lui chercher de la nourriture et quelques pansements. Elle n’avait pas vraiment envie de quitter sa chambre, pour l’instant. Tout ce qu’elle désirait, c’était avoir la paix. Elle ne voulait pas se retrouver au milieu de nombreux exorcistes. Elle ne voulait pas en voir un seul… sauf peut-être Lavi. En ce moment même, sa présence la dérangeait presque. S’il pouvait se taire, il serait parfait. Ne pouvait-il pas, seulement, s’occuper d’elle comme elle le désirait ? Cependant, il n’était pas un homme soumis. Il ne se gêna pas pour lui faire savoir doucement, gentiment, avec beaucoup de tact afin qu’elle ne se fâche pas. Il discutait ses ordres. Avait-il raison de le faire ? Si… Mais pas dans la tête d’Eleonnora.

-« Ecoute Nora, je t'apprécie, vraiment, mais en dehors des missions j'suis pas à tes ordres. Sur le terrain je les suis parce que c'est plus simple. Tu sais ce que tu fais et on est mieux coordonnés comme ça. Là, on est plus sur un champ de bataille et je suis pas ton subordonné... juste ton ami. Alors je veux bien t'aider mais me parle pas comme ça. Je comprends que tu n'te sentes pas bien mais c'est pas une raison. »

-« Dis le si tu ne veux pas me rendre service, hein ! Laisse tomber, je vais me débrouiller seule, comme toujours. Si tu n’es pas content, je ne sais pas pourquoi tu restes ici. » S’exclama-t-elle en Russe.

Elle était énervée. Il lui fallut quelques secondes de silence avant d’expirer longuement. Elle devait se calmer, mais avait bien du mal. Elle attrapa la bouteille de vodka et ne se gêna pas pour en prendre une longue gorgée. Ça, ça faisait le plus grand bien. Elle reposa la bouteille sur la commode avant de se tourner vers Lavi.


-« Tu devrais quand même aller à l'infirmerie même si t'aimes pas ça. Ils savent ce qu'ils font. Je dis pas que toi tu sais pas et je remets pas en cause tes talents de médecine mais... ils sont là pour ça. Ca évitera toute infection, j'ai pas envie que ton état empire. »

-« Mais lâche moi avec ta foutue infirmerie ! Je n’irais pas et c’est certainement pas toi qui va m’y obliger, est-ce clair ?! Je sais ce que je fais alors lâche moi un peu ! De toute façon, qu’est-ce que t’en sais, hein ? Je sais me débrouiller, ce ne sont pas quelques plaies de merde qui vont me tuer ! »

Elle soupira d’agacement. C’était raté. Elle n’arrivait pas à se calmer. Sa mauvaise humeur ne cessait d’augmenter, de l’envahir comme un fléau. Elle avait fait en sorte de retenir, le plus possible, sa colère lors de sa mission. Elle ne devait jamais se laisser influencer par ses émotions lorsqu’elle était en combat. Après avoir accumulé la frustration d’être avec Stephen, d’avoir voyager en train, d’être passé à peu de se faire massacrer par un Akuma, de s’être fait sauver par un petit nouveau et d’avoir été blessée comme une imbécile par l’ennemi, elle n’en pouvait plus .Elle savait ce qu’elle faisait, elle savait ce qu’elle voulait. Si Lavi commençait à lui casser les pieds à tout cela, elle ne pourra bientôt plus se retenir de balancer sa bouteille d’alcool à travers la pièce. En fait, c’était bien parce que c’était de l’alcool qu’elle se retenait. Elle terminera la bouteille, tout d’abord. Dans le pire des cas, elle sera saoule, et pourra peut-être oublier cette mission de merde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 33
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: Une symbiose pas si parfaite que ça [Nora/Lavi]   Lun 3 Déc - 22:28

Lavi ne connaissait pas Eleonnora depuis très longtemps mais il savait une chose certaine sur elle : elle avait un foutu caractère. Elle était têtue, directive et ne disait pas les choses à moitié. Malgré tout, elle agissait souvent tout à fait différemment avec le rouquin, les deux exorcistes s'appréciant mutuellement. Elle était donc bien plus aimable et agréable avec lui qu'avec le reste de la population de la Congrégation et le rouquin pouvait s'estimer chanceux. Mais pas cette fois. Cette fois, elle se montrait désagréable même avec lui. Si au départ il avait mis cette mauvaise humeur sur le compte des blessures et du possible échec de la mission, cette fois, Lavi était persuadé qu'il n'y avait pas que ça. Après tout, il ne faisait rien de mal. Certes, il l'avait prise dans ses bras alors qu'elle était blessée mais il ne l'avait pas fait volontairement, n'ayant pas vu ses blessures. Il s'efforçait également qu'elle aille bien et l'incitait donc à se rendre à l'infirmerie pour que ses blessures n'empirent pas. Tout ce qu'il disait ou faisait visait à ce que la russe aille rapidement mieux. Pourtant cette dernière ne semblait pas l'entendre de cette oreille.

Eleonnora montrait une fois de plus à quel point elle était têtue en refusant les propositions du rouquin. Elle pouvait certes se soigner seule mais à quoi bon ? Du personnel spécialisé était là pour ça et avec du bon matériel ! Etait-ce de la fierté mal placée ? Montrer ses blessures à d'autres était possiblement une preuve de faiblesse pour elle... Mais pour Lavi, le bien être physique et la santé était bien plus important qu'une quelconque fierté. On avait qu'une vie après tout et il ne désirait pas que sa partenaire la perde. Pour elle, tout semblait si simple... A croire qu'elle n'avait jamais été blessée avant
.

« L'sommeil ça c'est sûr. Mais l'alcool j'sais pas si c'est bien indiqué. »

Il ne voulait pas lui dire quoi faire et comment agir mais il espérait qu'elle ne commette pas d'imprudences. Mais contre toute attente, elle commença à lui ordonner d'aller lui chercher telle ou telle chose. Elle aurait pu le lui demander mais non, elle le lui ordonnait carrément comme elle le faisait sur le terrain. Si en mission cela ne le dérangeait pas, là c'était une autre histoire. Depuis quand lui parlait-elle ainsi ? Ils s'entendaient bien et pouvaient se parler simplement. Lavi aimait lui faire plaisir mais il ne se sentait pas l'âme d'un homme soumis et le lui fit savoir. Avec tact mais les choses furent dites. Pourtant, cela ne sembla pas du tout au goût de la russe qui répliqua violemment. Pour preuve qu'elle était énervée, elle s'était mise à parler dans sa langue natale, sans doute plus à l'aise pour laisser s'exprimer une colère qui n'avait aucune raison d'être. C'était comme si elle le chassait purement et simplement parce qu'il avait refusé d'obéir à ses ordres. Elle l'accusait même de ne pas vouloir l'aider alors qu'il avait toujours été attentionné à son égard, veillant à son bienêtre. Stupéfait d'une telle virulence, le rouquin l'observa, l'oeil rond.

« Nora, tu sais très bien que j'te rends service quand j'peux. Mais là c'est pas un service que tu me demandes, mais un ordre. » rectifia t-il pour essayer de lui expliquer son point de vue

Sans doute la douleur lui faisait perdre la tête et accentuait ses réactions. Lavi lui proposa donc à nouveau d'aller à l'infirmerie afin de s'y faire soigner rapidement. Mal lui en prit car Eleonnora perdit patience à nouveau après avoir bu une longue gorgée de vodka. Cette fois, elle disait clairement qu'elle ne ferait pas une seule des choses qu'il lui avait proposé, l'accusant même de vouloir l'y contraindre. C'était quoi cette mentalité ? Auparavant surprit, le rouquin était cette fois mécontent. Il fallait qu'elle se calme, elle ne voyait même plus où étaient ses amis et ce n'était certainement pas l'alcool qui allait l'y aider
.

« Moi, j'te force à rien. Si t'as décidée que l'alcool était ta seule alliée alors tant mieux pour toi. J'ignorais que tu avais prit un coup sur la tête et que tu avais tout oublié soudainement. Excuse moi de vouloir ton bien mais moi, contrairement à toi, ça m'importe. T'as raison, j'sais pas ce qu'il s'est passé, je suis pas dans ta tête, tu le sais mieux que moi. Alors j'ai plus aucune raison d'être ici puisqu'apparemment je comprend rien. Reste donc avec ton amie la bouteille, je suis sûr qu'elle est de bien meilleur conseil que moi. » répondit-il d'une voix froide qui tranchait avec son entrain habituel

Lavi ne souriait plus, son visage était fermé. Sans un mot de plus, il tourna les talons et sortit de la pièce, retournant dans le couloir avant d'effectuer les quelques mètres qui le séparaient de sa propre chambre, s'y enfermant aussitôt, claquant presque la porte. Bookman n'avait pas bougé de là et le regarda revenir s'asseoir non loin de lui, saisir un des rapports qu'il n'avait pas encore lu et se remettre au travail sans un mot. Son air contrarié se voyait comme le nez au milieu de la figure mais le vieil homme ne fit aucune remarque. Depuis quand se fâchait-il de la sorte ? A vrai dire, cela lui était déjà arrivé et ce n'était pas bon signe. Mais pour l'heure, il décida de le laisser tranquille.

Le rouquin essaya de se concentrer sur sa lecture mais à chaque fois, sa dispute avec la russe lui revenait en mémoire. Il n'arrivait pas à chasser ça de sa tête ce qui provoqua chez lui un soupir agacé. Non, il n'arriverait à rien, il fallait qu'il se change les idées. Deux heures s'étaient presque écoulées lorsqu'il décida d'aller faire un tour à la cantine. Manger lui ferait du bien. Toujours sans un mot, il se leva et quitta la pièce, arrivant dans une cantine quasiment déserte. Il se commanda un plat de pâtes et s'installa à une table, seul, loin des autres. Lui qui aimait la compagnie, cette fois il ne désirait pas en avoir. Il mangea une bouchée ou deux puis reposa la fourchette dans son assiette. Finalement, il n'avait pas faim. Croisant les bras sur la table, il posa son front contre, voilant ainsi son visage à tout le monde.... bien qu'il n'y avait plus personne à cette heure là. D'un certain côté, il s'en voulait d'avoir envoyé promener Eleonnora mais c'était elle qui l'avait cherché. Il ne pouvait pas non plus céder à tous ses caprices, il fallait qu'elle comprenne qu'elle ne pouvait pas toujours commander les autres. Malgré tout, le rouquin se sentait mal et il espérait que cet état serait passager, n'ayant aucune envie de sentir ce malaise plus longtemps. Lâchant un bref soupir entre ses bras, il ne remarqua pas que quelqu'un s'approchait de lui...

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff
l'Double effet Kiss Kool
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 21/03/2012
Age : 25
Localisation : Dans mon terrier =D

Feuille de personnage
Age : 23 Ans
Nationalité : Russe
Surnom : Nora / Bloody

MessageSujet: Re: Une symbiose pas si parfaite que ça [Nora/Lavi]   Jeu 6 Déc - 23:50

Eleonnora était chiante. Ça faisait partie de son caractère, on y pouvait rien. Lorsqu’elle s’énervait, pour un oui ou pour un non, elle se fichait bien de ce qu’elle pouvait infliger aux autres… enfin, pour s’en ficher il faudrait bien qu’elle puisse se rendre compte qu’elle était cruelle. Ce n’était pas parce que les remarques des autres ne l’affectaient pas tant que c’était le cas pour ceux qui l’entourait. Réalisait-elle comment elle traitait Lavi ? Se rendait-elle compte qu’il n’avait rien demandé et qu’il cherchait simplement à lui faire du bien, comme d’habitude ? Elle considérait qu’il était un amant parfait, qu’il faisait tout pour lui faire plaisir, que ce soit en mission, dans des moments bien banaux et même dans l’intimité, alors pourquoi une telle attitude envers lui ? En fait, ce n’était pas contre le rouquin qu’elle en avait, mais plutôt contre la terre entière. Elle en voulait à son père d’avoir amené un petit nouveau pas débrouillard et terriblement gaffeur à la Congrégation. Elle en voulait à Komui d’avoir osé lui donner l’ordre de partir en mission avec le petit nouveau. Elle en voulait au dénommé Stephen qui n’était pas foutu d’intervenir dans un foutu combat et qui ne savait rien faire de mieux que d’incarner le rôle de la demoiselle apeurée qui tremble comme une feuille dans son coin.

Alcool. Voilà le seul mot qui s’imprimait en son esprit, actuellement. C’était tout ce qu’elle désirait. Elle n’avait besoin de personne sauf de sa chère bouteille qui pourra la détendre et lui permettre d’oublier, avec beaucoup de chance, ces derniers jours. Elle se fichait bien de l’avis des autres. Si elle avait envie de boire, elle allait boire, point final. Elle s’en fichait bien que l’empêcher de boire ainsi soit pour son bien. S’il pensait réellement à son propre bien, il devrait plutôt l’encourager à boire afin de se calmer.

Peu importe les paroles de Lavi, Eleonnora ne l’écoutait pas. Il lui parlait d’un ton calme alors qu’elle, elle s’énervait comme une poule pas de tête au milieu d’une forêt de tigre. Elle laissait sortir sa frustration accumulée depuis les derniers jours, la dirigeant contre le premier venu. Le pauvre rouquin n’avait rien fait de mal, quand s’en rendra-t-elle compte ? Il avait seulement eu la malchance de tomber sur la jeune femme alors qu’elle était dans une mauvaise période. S’en sortira-t-il ?

La dispute avait éclaté, mais elle n’était qu’à sens unique. Eleonnora s’énervait toute seule. Ce fut lorsque Lavi lui parla d’un froid qu’elle se tu finalement, se contenta de le fixer, les sourcils froncés. Elle voulait qu’il parte. Elle voulait être seule. Elle ne demandait rien de plus. Tout le monde l’énervait. Peu importe qui viendrait lui parler, il finirait par l’agacer tôt ou tard. Pouvait-elle avoir un peu de paix le temps de se calmer ? Pouvait-elle aller prendre sa foutue douche afin de se sentir propre et de ne plus porter l’affreuse odeur de sang dont sa peau était empeignée.

Lorsque Lavi referma la porte, quittant ainsi la chambre, la jeune femme poussa un très long soupire. Cet échange l’avait rendu davantage de mauvaise humeur. S’installant sur son lit, elle se mit à repenser à tout cela, buvant silencieusement sa vodka. Lorsqu’il en resta la moitié de ce que contenait déjà la bouteille, elle quitta sa chambre. Il était temps pour elle de prendre une bonne douche. Elle ne sut combien de temps elle resta sous l’eau chaude, probablement quarantaine cinq minutes, profitant de ce moment pour réfléchir. Sa dispute avec Lavi lui revenait sans cesse en tête. Elle ne pouvait pas se retirer leur échange de son esprit, le retournant dans tous les sens, imaginant toutes les situations. Elle en avait marre. Lorsqu’elle coupa l’eau, elle enfila des vêtements propres. Fautes d’avoir un autre uniforme, elle enfila ses propres vêtements : un corsage sombre, discret , comme ceux qu’elle portait parfois au travail, une pantalon sombre, cachant ses longues jambes, puis une paire de très haut talons rouges vifs qui contrastaient avec le reste.

La jeune femme retourna à sa chambre, but encore un peu de vodka, puis décréta qu’il était temps de manger. Elle mourrait de faim. Et puis, boire de l’alcool l’estomac vide n’était pas la meilleure des idées. Elle se rendit donc à la cuisine. Il n’y avait pratiquement personne à cette heure-ci et elle fut bien heureuse de ce calme qui régnait dans la cafétéria. Lorsqu’elle eut son plateau de nourriture en main, elle eut l’embarras du choix quant à l’endroit où s’installer pour manger. Alors qu’elle songeait à retrouver sa chambre, elle vit Lavi, assit seul, à une table. La jeune femme hésita un moment, n’étant pas certaine qu’il soit bon de le rejoindre, puis s’avança finalement vers lui avant de s’assoir, silencieuse, à la table.

Eleonnora n’était pas du genre à s’excuser. Il lui en fallait beaucoup pour être capable de marcher sur son orgueil afin prononcer cette simple petite phrase. Lorsqu’elle le faisait, c’était bien parce qu’elle le voulait sincèrement et le pensait. La jeune femme leva les yeux vers Lavi, pris une grande inspiration et ouvrit la bouche pour parler dans sa langue natale. Elle s’était bien rendue compte qu’elle n’avait pas été très gentille envers le rouquin qui avait désiré l’aider. Elle était en colère, elle avait eu besoin de se calmer et après une très longue douche et beaucoup d’alcool, elle se sentait bien plus détendue. La bouche ouverte comme une morue observant la tête du pêcheur qui venait de la sortir de l’eau, Eleonnora fixa Lavi avant de finalement dire quelque chose.


-«J’étais énervée… je… je ne voulais pas que tu partes… tu es bien le seul qui arrive à me supporter ici… En fait, si ce n’était pas de toi je serais déjà partie. Je…je…suis… jesuisdésolé.» Articula-t-elle avec peine et misère, dans une vitesse folle.

Elle le fixa un moment puis baissa les yeux vers son plat de pâtes qu’elle trouva d’autant plus appétissant. Elle commença à le dévorer sans un mot, s’arrêtant seulement lorsqu’elle eut soif. Elle but alors de l’eau de la bouteille posée sur son cabaret. Elle s’étouffa un peu à la première gorgée, toussa, puis recommença à manger avant de lever de nouveau les yeux vers le jeune homme. Elle avait mangé si rapidement que son assiette était pratiquement vide. Elle n’avait plus faim.


-« Je n’ai pas terminé la bouteille de vodka… si ça te dis… » Proposa-t-elle subtilement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 33
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: Une symbiose pas si parfaite que ça [Nora/Lavi]   Ven 7 Déc - 9:39

A bien y repenser, Lavi n'aurait jamais cru qu'un jour il se disputerait avec Eleonnora. Pourquoi pas ? Parce qu'ils s'entendaient relativement bien. Pas une fois ils ne s'étaient pris la tête. Malgré le caractère imposant de la russe, le rouquin avait toujours veillé à ne pas la contrarier et tout s'était du coup toujours bien passé. Ils s'appréciaient mutuellement et Lavi était la seule personne de la Congrégation qu'Eleonnora semblait pouvoir supporter... jusqu'à cette journée. Il n'avait rien voulu lui imposer, s'inquiétant juste pour elle, mais elle semblait déjà tellement sur les nerfs qu'elle était agressive même avec lui. L'apprenti bookman ignorait la raison de tant de véhémence à son égard alors qu'il ne désirait que prendre soin d'elle mais ce n'était pas une raison pour qu'il se laisse marcher sur les pieds. C'est d'ailleurs ce qu'il lui signala avant de finalement la laisser seule, repartant travailler. Cela ne servait à rien d'insister et de toute façon, il ne voulait plus se faire insulter pour rien. Elle voulait être seule ? Et bien elle allait être servie.

Seulement, cette dispute ne voulait pas s'effacer de l'esprit de Lavi et quelques petites heures plus tard, il décida de stopper ce qu'il faisait pour aller manger un peu histoire de se changer les idées. Malheureusement, une fois devant son plat, l'appétit ne refit pas surface pour autant. Tout ce qu'il voulait, c'était arrêter de penser à tout ça mais visiblement son esprit en avait décidé autrement. Les bras appuyés contre la table, la tête calée dessus, il essayait de ne plus penser à rien. C'est ce moment là que quelqu'un choisit pour venir s'installer à sa table. Même si le rouquin ne voyait pas la personne, il l'avait entendu se déplacer et savait très bien qu'elle se trouvait à présent en face de lui. Qui diable venait donc s'incruster de la sorte alors qu'il avait fait exprès de se mettre à l'écart ? Il n'y avait personne quand il était arrivé et il avait espéré que cela dure... Pas de chance.

La personne ne parlait pas mais Lavi n'allait pas pouvoir faire le mort plus longtemps. Faire bonne figure, faire bonne impression... faire semblant. Encore une fois, il allait devoir masquer ses vrais ressentiments et faire comme si tout allait bien, imprimant son éternel sourire sur son visage. Après une courte inspiration, le rouquin redressa la tête, amorçant un début de sourire qui s'effaça aussitôt qu'il eut vu qui se trouvait face à lui. Eleonnora. Que faisait-elle là ? Elle revenait lui cracher son venin au visage ? Se plaindre qu'il l'avait laissée seule ? C'était en tout cas ce à quoi il s'attendait... Pas une seconde il n'aurait cru ce qui allait sortir de sa bouche. Et pourtant, c'était bien les mots, dits un peu maladroitement et rapidement mais dits quand même. Elle... s'excusait ?

Elle n'avait pas l'air de mentir. A voir la tête qu'elle faisait, elle s'en voulait visiblement. Et puis la façon rapide et bredouillante de ses mots prouvait bien que c'était difficile pour elle d'admettre qu'elle avait eu tort. Eleonnora admettait qu'elle avait eu tort... L'espace d'un instant, Lavi cru qu'il s'imaginait simplement cette scène, qu'elle n'avait rien de réelle. Il la fixa donc d'un air fort surprit pendant un moment, sans rien dire. Les mots s'insinuaient lentement dans son esprit, faisant leur chemin à leur rythme. Il fallait dire que c'était une sacrée information ! Mieux encore, elle disait s'excuser uniquement parce que c'était lui, preuve qu'il n'était pas juste qu'un faire valoir. Lavi la fixa, silencieux, la regardant manger. Un nouveau sourire s'était dessiné sur ses lèvres.

Il attendit qu'elle eut terminé de manger et boire puis, après avoir vérifié qu'il n'y avait personne pour les voir, il se leva, se pencha par dessus la table qui les séparait et captura ses lèvres des siennes. Il l'embrassa pendant un instant puis se recula, retrouvant sa place initiale. Pas besoin de mots, elle avait dû comprendre qu'elle était pardonnée. Elle lui avait proposé de se joindre à elle, histoire de boire un coup dans sa chambre. C'était sans doute l'occasion de la détendre un peu et de comprendre ce qui l'énervait à ce point. Mais le rouquin avait pour le moment une autre idée. Plus importante, plus urgente...


« Ca me dit. J'te rejoins d'ici cinq minutes, d'accord ? Juste le temps de faire un petit détour. A tout d'suite. » répondit-il en souriant, se levant de son banc par la même occasion

Il déposa son plateau puis sortit de la cantine, se dirigeant vers l'infirmerie. La connaissant, il doutait qu'elle soit allée à l'infirmerie ou qu'elle ait même osé s'en approcher pour prendre de quoi se soigner elle-même. Si elle avait mis un pied là bas, nul doute qu'elle y serait encore, prisonnière d'une infirmière en chef qui prenait vraiment soin de ses patients... quitte à les ligoter à leur lit. Lavi s'était donc mis en tête d'aller chercher de quoi la soigner lui-même afin que les blessures de la russe ne l'indisposent pas trop et qu'elle soit rapidement sur pieds. Il n'était pas un expert ni un médecin mais ses connaissances en médecine étaient assez poussées. Moins que celles de Bookman bien sûr mais suffisantes pour de simples plaies.

Arrivé à l'infirmerie, il s'assura de ne croiser aucun membre du personnel médical. Par chance, les patients dormaient et il n'y avait personne autour. Il commença donc à fouiller un placard, cherchant quoi prendre, lorsqu'une voix retentit soudainement derrière lui, le faisant sursauter
.

« Qu'est-ce que vous faites ici ? Vous êtes blessé ? »

Lavi se retourna promptement, comme un voleur prit la main dans le sac, pour faire face à l'infirmière en chef. Elle le fixait de ses petits yeux de rapaces, le regardant de haut en bas comme si elle cherchait une éventuellement blessure apparente. Evidement, Lavi n'avait rien du tout puisque ce n'était pas lui le blessé. Il fallait qu'il trouve une astuce, le temps de l'éloigner un peu pour prendre ce dont il avait besoin.

« Ah euh je... Je... J'ai mal à la tête en fait, je cherchais un cachet pour faire passer tout ça, ça... m'empêche de travailler dans de bonnes conditions... »
« Ah les jeunes... ce n'est plus aussi résistants qu'avant... Je reviens, je vais vous chercher ça. »


L'infirmière tourna les talons et l'apprenti bookman en profita pour fouiller en vitesse le placard, prenant de quoi désinfecter, soigner et panser les plaies. Dans la précipitation, il avait pris un peu trop de choses mais mieux valait plus que pas assez. Fourrant le tout son son tshirt, il espérait que l'infirmière ne verrait rien... Cette dernière revint peu après et lui donna une sorte de pilule.

« Voilà, ça devrait faire effet d'ici une dizaine de minutes. Hmm... Vous avez pris un peu d'embonpoint on dirait... il faudrait faire attention. Vous n'êtes pas un symbiotique. »
« Promis, promis, j'mangerais moins ! Merci et bonne soirée ! »


Sur ces mots, Lavi se sauva, retournant rapidement à l'étage des chambres. Encore un peu et l'infirmière découvrait le pot aux roses... Rejoignant la chambre d'Eleonnora, le rouquin entra sans frapper et déposa son butin sur le lit, s'y installant également, assis en travers, une jambe repliée, avant de tapoter la place face à lui pour faire signe à la russe de l'y rejoindre.

« Si tu n'vas pas à l'infirmerie, l'infirmerie viendra à toi ! Je vais m'occuper de toi, viens. Faudrait pas que tes blessures empirent. »

Il attendit qu'elle s'asseye puis entreprit de défaire son corsage, histoire de voir où se trouvaient exactement les plaies. Elle allait devoir l'aider un peu pour le coup bien que pour le moment il se débrouillait seul, faisant le plus doucement possible pour éviter de lui faire mal. Il profita que sa peau était un peu plus dévoilée pour déposer un baiser sur son épaule avant de regarder l'état de ses blessures. Prenant le matériel, il prit le temps de faire ça bien, nettoyant d'abord les plaies.

« Excuse moi si j'te fais mal. Comment ça t'est arrivé ? Embuscade ? Je suis content que tu n'aies pas été tuée... » assura t-il en poursuivant les soins, en profitant pour caresser sa peau entre chaque blessure

Il prenait le risque qu'elle s'énerve à nouveau mais il voulait savoir. Cette fois, il ne partirait pas même si cela recommençait.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff
l'Double effet Kiss Kool
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 21/03/2012
Age : 25
Localisation : Dans mon terrier =D

Feuille de personnage
Age : 23 Ans
Nationalité : Russe
Surnom : Nora / Bloody

MessageSujet: Re: Une symbiose pas si parfaite que ça [Nora/Lavi]   Sam 8 Déc - 21:49

Eleonnora avait compris certaines choses dans la vie : si elle ne désirait pas perdre une personne à cause de son attitude de merde, elle devait piller sur son orgueil et faire quelques concessions afin de tout régler. Lavi avait fait les frais de sa mauvaise humeur, il avait reçu sa frustration alors qu’il ne la méritait pas. Il n’avait rien fait. Il avait seulement désiré l’aider et personne ne pouvait le blâmer pour cela. La jeune femme avait fini par s’en rendre compte. Même si les paroles du rouquin avaient encore du chemin à faire avant d’être parfaitement assimilés dans le cerveau de la russe, cette dernière avait, au moins, réaliser qu’elle allait perdre quelqu’un à qui elle avait fini par s’attacher. Il fallait donc qu’elle remédie à la situation et avoue ses torts. Ainsi, la situation sera réglée. Ainsi, elle retrouvera Lavi. Seulement, il fallait qu’elle retienne une bonne leçon de tout cela et apprenne de ses erreurs. Espérons que cela se produise…

Ça avait tout pris à la jeune femme afin de finalement arriver à s’excuser. À croire qu’elle n’avait pas l’habitude de le faire ! SI ce n’était que des mots, pour elle, elle aurait eu tôt fait de les dire afin de se débarrasser de la tâche et de régler le conflit avec Lavi. Cependant, il semblerait que ce ne soit pas le cas, il ne s’agissait pas de parole qu’elle prononçait souvent ni même envers le premier venu. Lavi pouvait se compter chanceux d’être assez important aux yeux d’Eleonnora pour que cette dernière daigne lui faire des excuses.

Après avoir pris la parole, la jeune femme se concentra sur son assiette qu’elle dévora en un rien de temps. Elle avait terriblement faim et était heureuse de pouvoir finalement manger un délicieux plat chaud. Elle prit une bonne gorgée d’eau pour faire passer le tout et elle se sentit pratiquement aussitôt rassasiée. Elle essuya sa bouche grâce à une serviette de table, question que la sauce de ses pâtes ne tâche pas son visage, puis leva la tête vers le jeune homme qui souriait, à présent. Ni vu, ni connu, il se pencha vers la russe afin de poser un baiser sur ses lèvres. Aussitôt, la jeune femme réalisa qu’elle avait fait la bonne chose. Ça avait du bon d’avoir une amitié spéciale avec le rouquin. Souriant à son tour, la jeune femme éloigna légèrement son plateau d’elle. Elle avait terminé son repas.

Elle proposa à Lavi de la rejoindre dans sa chambre, là où ils pourront être tranquilles pour discuter et même davantage, selon leurs envies. Pour l’instant, la jeune femme désirait simplement se reposer. Puisque le rouquin avait un arrêt à faire avant de la rejoindre à sa chambre, Eleonnora en profita et pris tout son temps avant de regagner sa pièce, déposant son plateau avant de quitter la cafétéria. Elle n’était pas très pressée et n’avait pas envie d’épuiser davantage son corps. Lorsqu’elle arriva à sa chambre, elle referma la porte derrière elle et s’installa sur son lit. L’envie de dormir ne manquait pas, pour une fois. Elle pourrait facilement fermer les yeux et se faire emporter par Morphée, mais s’y refusait. Elle désirait attendre Lavi.
Au moment où il pénétra dans la pièce, l’exorciste se redressa. Elle se demandait où il avait bien pu aller avant de la rejoindre ici. Elle ne tarda pas à le découvrir lorsqu’il laissa tomber son butin sur le lit. Des pansements ? Décidément, il était obstiné et ne lâchait pas l’affaire. Laissant échapper un bref soupire, la jeune femme se leva et alla chercher la bouteille de vodka posée sur sa commode. Elle ne pourra pas éviter les soins plus longtemps. Puisqu’elle était épuisée et blessée, aucun doute que Lavi serait en mesure de la maitriser, voir même de l’attacher au lit afin de pouvoir la soigner en paix.


-« Je suppose que je n’ai pas le choix ? »
Lâcha-t-elle en s’assoyant sur le lit, totalement découragée.

Elle posa la bouteille au pied du lit et laissa Lavi s’occuper d’elle. Déjà, elle le sentait galérer alors qu’il devait retirer son corsage. Il fallait dire qu’il était lassé et qu’il était terriblement long de retirer le ruban qui maintenant le vêtement si serré contre son corps. Cependant, il n’y avait pas d’autre solution s’il désirait le retirer. Elle le laissa faire, tentant d’être patiente. Parfois, il effleurait sa peau blessée ou abimée par des ecchymoses ce qui lui arrachait une grimace de douleur. Elle avait déjà hâte que tout cela soit terminé.


-« Excuse-moi si j'te fais mal. Comment ça t'est arrivé ? Embuscade ? Je suis content que tu n'aies pas été tuée... »

-« Akuma de niveau deux. Un peu plus et j’y passais. » Elle poussa un nouveau soupire. « Laisse, je vais le défaire, ce sera moins long. »

Elle glissa ses mains dans son dos et s’affaira à retirer son corsage. Lorsqu’il lui donna l’espace nécessaire pour le retirer, elle le passa par-dessus sa tête afin de s’en débarrasser, puis le jeta sur sa commode. Elle n’avait pas pris la peine de mettre de soutien-gorge en-dessous, laissant à Lavi le loisir de poser les yeux sur sa poitrine. Elle se retourna vers lui, lui dévoilant ainsi la majorité des blessures couvrant ses bras et son abdomen. Elle avait eu droit à la totale, venant de l’Akuma. Il l’avait projeté au sol, contre divers objets à de nombreuses reprises, lui laissant à peine le temps d’agir. Un peu plus et elle y serait restée.

-« Il s’est passé quoi, ici, durant mon absence ? » Demanda-t-elle dans le but de changer de sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 33
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: Une symbiose pas si parfaite que ça [Nora/Lavi]   Sam 8 Déc - 22:37

Lavi était un homme simple. Enfin, juste pour certaines choses. Si au fond de lui, il avait du mal à savoir ce qu'il voulait, son fonctionnement social était quant à lui devenu très simple au fil du temps. Il n'en voulait jamais très longtemps à quelqu'un, se moquant plutôt pas mal de savoir qui avait tort ou raison. Si les gens estimaient ne pas l'apprécier assez pour le traiter comme un moins que rien, alors il ne perdait pas grand chose à ne plus avoir affaire à de telles personnes. Malgré tout, il avait du mal à sortir Eleonnora de son esprit. Leur dispute ne rimait à rien et n'avait pas vraiment de raison d'être. C'était la fatigue et la douleur qui parlait à la place de la russe... c'était en tout cas ce qu'il avait espéré. Mais pourtant, il ne voulait pas qu'elle croit qu'il lui devait quoi que ce soit. Il la considérait comme une amie avec qui il passait du bon temps et il ne voulait pas se priver de sa compagnie... mais si elle le prenait comme ça, il n'insisterait pas. Il n'était pas maso non plus. Néanmoins au fond, il espérait que cette dispute se termine rapidement. Mais comment croire qu'une fille comme Eleonnora pourrait admettre ses erreurs ?

Elle venait de lui prouver qu'il avait tort sur ce point. Jamais il n'aurait cru qu'elle s'excuserait de son comportement envers lui, l'ayant clairement congédié et ayant estimé qu'il ne faisait que lui nuire. Si elle en venait à ne plus le considérer comme un allié, que pouvait-il bien faire ? Mais elle était pourtant là, face à lui comme s'il ne s'était rien passé et qu'ils prenaient un repas tout ce qu'il y avait de plus normal. Lavi n'arrivait pas à sourire au départ, même pour faire semblant, encore trop frileux à cause des derniers propos de l'exorciste. Mais lorsque les excuses franchirent ses lèvres, le sourire de l'apprenti bookman réapparu comme par magie. Il n'avait vraiment pas besoin de grand chose pour la pardonner. Elle avait eu tort et le reconnaissait, c'était amplement suffisant. Oh bien sûr il ne s'attendait pas à un miracle de sa part et ne comptait pas bouleverser ses habitudes ou son caractère. Mais au moins ils savaient tout deux à quoi s'en tenir désormais.

Puisqu'Eleonnora avait proposé qu'il la rejoigne à sa chambre, le rouquin avait accepté mais s'était séparé d'elle le temps de se rendre à l'infirmerie et taxer quelques ustensiles pour soigner ses plaies un maximum. Il avait dû braver mille dangers -représentés par l'infirmière en chef- pour se les procurer mais enfin il allait pouvoir apporter les premiers soins à la jeune femme. Laisser ainsi son corps était un réel gâchis et elle risquait de mettre longtemps à guérir. De retour à la chambre, Lavi la fit s'installer sur le lit et s'apprêta à faire les soins... mais il fallait d'abord se débarrasser du fichu corset qui n'avait pas l'air de vouloir se laisser faire si facilement. C'était comme s'il répondait à la volonté d'Eleonnora... Visiblement elle ne voulait vraiment pas être soignée. Il n'y avait qu'à voir la façon dont elle soupirait pour s'en rendre compte. Lavi stoppa ce qu'il faisait un instant pour l'attraper par le menton pour qu'elle le regarde
.

« Si t'as le choix. Soit tu me laisses te soigner et tu pourras de nouveau profiter de ton corps en parfait état rapidement, soit j'fais rien et tu vas mettre des semaines à guérir, incluant douleurs et malaises. A toi d'voir. Mais personnellement, je trouve vraiment dommage d'laisser un si beau corps comme le tien dans cet état. C'est pas lui rendre honneur... Il mérite mieux. Tu mérites mieux. » fit-il doucement avec un sourire

Oui, Lavi savait comment Eleonnora fonctionnait. Elle ne se lassait jamais d'entendre qu'elle était belle. Et elle l'était. S'il suffisait d'être sincère et d'appuyer sur ce point là pour la faire céder et qu'elle fasse preuve de bonne volonté, alors il n'allait pas se priver. Il n'avait pas tort de toute façon, non ? Reprenant ce qu'il faisait, il essaya de détacher le corsage avec du mal. Il était obligé de prendre appui sur certaines zones et craignait de faire mal à la jeune femme. C'était bien la dernière chose qu'il souhaitait. S'excusant par avancer, il l'écouta expliquer plutôt brièvement la raison de son état avant de l'aider à retirer ce qu'elle portait. Elle ne mentionna pas le nouveau avec qui elle avait été envoyé. Etait-il mort ? Dans le doute, Lavi préféra s'abstenir de poser la question
.

« Heureusement que y a pas eu de "plus" alors. Lui est détruit, toi tu es vivante. C'est tout ce qui compte, le boulot est fait. Tu vas pouvoir te reposer avant de repartir chez toi, profites-en. »

Comme souvent, Eleonnora était peu vêtue mais là c'était le pompon. Lavi avait presque l'impression qu'il ne l'avait pas admirée depuis longtemps alors que cela faisait... trois jours grand maximum qu'il ne l'avait pas vu ? Il ne se gêna pas d'ailleurs pour l'observer puis pour la toucher. Il n'allait pas la soigner juste en la regardant après tout ! Glissant doucement ses mains sur sa peau, il s'affaira à soigner ses blessures après avoir retiré les bandages souillés. Elle n'avait rien de trop grave mais était tout de même bien marquée. Lentement, sans gestes brusques, il appliqua un baume cicatrisant sur ses plaies avant de les recouvrir de bandages tout propres. Avec un peu de repos, elle serait bientôt sur pieds. Comme pour parler d'autre chose, la russe demanda des nouvelles. Malheureusement, le métier de bookman n'avait sans doute rien de passionnant à ses yeux alors autant dire qu'il ne s'était rien passé.

« Rien de spécial, j'ai passé mon temps à lire et bosser. C'était assez calme, surtout sans toi. A vrai dire tu m'as manqué ! Qu'est-ce que ça va être quand tu vas repartir ! » avoua t-il avec un léger rire « Voilà, j'ai terminé. Maintenant, du repos et ça devrait aller mieux. Je peux faire autre chose pour toi tant que je suis là ? »

Puisqu'elle était tout proche de lui, Lavi en profita pour la prendre doucement dans ses bras, veillant à ne pas appuyer sur un endroit douloureux. Les bras passés autour de sa taille, il posa sa tête dans le creu de son cou pour l'y embrasser, caressant son épaule. Oui, elle allait lui manquer.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff
l'Double effet Kiss Kool
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 21/03/2012
Age : 25
Localisation : Dans mon terrier =D

Feuille de personnage
Age : 23 Ans
Nationalité : Russe
Surnom : Nora / Bloody

MessageSujet: Re: Une symbiose pas si parfaite que ça [Nora/Lavi]   Dim 9 Déc - 3:51

Eleonnora était une femme superficielle qui jugeait facilement par l’apparence physique des gens. Elle désirait être toujours représentée à son meilleur, toujours être la plus belle au centre de tous, être celle qui attirait les regards d’admiration et de jalousie. Elle aimait être le centre de l’attention, c’était indéniable lorsqu’on la voyait se pavaner, dans la vie de tous les jours. Loin d’être gênée, elle ne s’empêchait pas de confronter certaines femmes qu’elle n’aimait pas pour diverses raisons, aussi stupides soit-elle. Elle n’hésitait pas à critiquer les autres, lorsqu’elle en ressentait le besoin. Au final, il n’y avait aucune femme plus belle et plus talentueuse qu’elle. Elle se devait d’être la meilleure et surpasser les autres femmes dans bien des domaines. Pas de doute, Eleonnora était une véritable morue en quête d’attention.

Lavi n’avait eu aucun mal à deviner comment amadouer la belle russe. Il suffisait de la manipuler par les sentiments, la complimentant, lui servant les belles paroles qu’elle désirait entendre. Cependant, il ne devait pas trop jouer avec le feu. Elle était peut-être blonde, égocentrique et narcissique, mais n’était pas pour autant dépourvue d’intelligente. Elle finira bien vite par découvrir qu’on la manipule si tel est le cas. Par contre, Lavi n’était pas ce type d’homme. Elle ne pouvait le croire. Elle préférait se laisser bercer par ses douces paroles qui lui faisaient tant de bien. Elle voulait l’entendre lui répéter à quel point elle était magnifique, à quel point son corps était désirable et, surtout, qu’elle méritait ce qu’il y avait de mieux. Il la regardait droit dans les yeux, l’obligeant à soutenir le regard de son œil unique. Bercée par ses douces paroles, elle accepta de se laisser soigner, sans protestations.


-« Tu sais parler aux femmes… »

Elle retira son corsage afin de faciliter le travail au jeune homme, dévoilant ainsi sa ferme poitrine au rouquin. Il l’avait vu si souvent qu’il ne devait pas être outré qu’elle n’ait pas de soutien-gorge. Au contraire, il devait probablement apprécier la vue qui s’offrait à lui. Fermant les yeux alors qu’il caressait doucement sa peau, prenait grand soin de ne pas la brusquer alors qu’il retirait lentement les quelques bandages qui lui avaient été appliqués par son coéquipier et ami traqueur lors de leur voyage en train. Il n’avait rien fait de plus et il lui avait fallu bien des efforts afin de réussir à poser quelques bandages sur la peau blessée de la jeune femme. Parfois, alors que Lavi appliquait de la pommade sur les plaies, elle grimaçait de douleur, le contact entre le produit et ses blessures n’étant pas très agréable. Cependant, elle restait silencieuse, faisant preuve de bonne volonté. Le plus tôt elle sera guérie, le plus tôt elle pourra quitter cet endroit. Et si cela ne se produisait pas ? Et si Komui l’obligeait à rester à cause du nombre croissant d’Akuma et du manque d’exorcistes ? Cela signifierait qu’elle sera obligée de se consacrer totalement à son métier d’exorciste. Cela n’était pas pour lui déplaire, mais elle sentait une espèce de vide, rien qu’à y penser. Elle avait l’impression de perdre une part d’elle-même. Cela signifiait-il qu’elle devra toujours faire semblant aux yeux des autres ? Qu’elle ne pourra plus agir, parler et s’amuser comme elle l’avait toujours fait ? Elle ne pouvait rester à la Congrégation et si elle devait y rester cloitrée, elle ne savait ce qui se passera. Peut-être arrivera-t-elle à oublier cette part d’elle pour la remplacer par la Eleonnora sévère et peu souriante qu’elle montrait à tous ? Ou, peut-être, vivra-t-elle toujours avec ce grand vide, cette impression de ne plus être elle-même, jusqu’à ce que cette fichue guerre se termine… si elle se terminait un jour.

Comme elle refusait de parler de sa mission avec Stephen, l’exorciste s’efforça d’en dire très peu, se contentant des grandes lignes la concernant. Avec de la chance, elle ne sera plus jamais en équipe avec ce petit nouveau sans expérience, empoté et maladroit. Elle préférait les personnes expérimentées, comme Lavi, qui en connaissaient beaucoup et pas seulement en ce qui concernait le métier d’exorciste. Autant il était cultivé, autant il savait se battre et il savait tout aussi bien s’occuper d’une femme que détruire un Akuma. Il avait tout pour lui. Et elle avait la chance de l’avoir seulement pour elle. Autant en profiter le temps que ça dure.
Afin de changer de sujet, la jeune femme demanda au rouquin ce qui s’était produit lors de son absence. Bien que les imbécilités de Komui et autres faits du genre ne l’intéressaient pas, cela aura au moins le mérite d’avoir fait dériver la conversation sur autre chose. C’était déjà ça de gagné.


-« Rien de spécial, j'ai passé mon temps à lire et bosser. C'était assez calme, surtout sans toi. A vrai dire tu m'as manqué ! Qu'est-ce que ça va être quand tu vas repartir ! Voilà, j'ai terminé. Maintenant, du repos et ça devrait aller mieux. Je peux faire autre chose pour toi tant que je suis là ? »

Bien qu’elle ne le lui ait pas dit, Eleonnora s’était également ennuyée de lui. Elle avait tant souhaité qu’il l’accompagne en mission. Avec lui, au moins, elle ne s’en serait pas sortie blessée. Le travail aurait été bien accomplis et ils auraient pu passer davantage de bon temps ensemble. Malheureusement, il n’était pas possible de tout avoir dans la vie.

Lavi la serra doucement dans ses bras, enlaçant sa taille, posant la tête sur son épaule. Elle se sentait bien. Elle désirait que ce moment dure encore longtemps. Posant ses deux mains sur celle du rouquin, elle s’adossa au jeune homme, se détendant dans ses bras. Elle avait bien besoin d’un peu de réconfort et il pouvait le lui apporter. Caressant doucement ses mains, elle profitait de ses caresses. S’en lassera-t-elle un jour ? Elle en doutait. Pour l’instant, elle se sentait en confiance, en sécurité, elle ne désirait pas voir une fin à ce genre de moment. Autant vivre au jour le jour et en profiter un maximum.


-« J’aurais aimé que tu viennes avec moi en mission. Je ne pensais qu’à ça. Le temps était si long… J’étais coincée avec le pire des empotés, le train était inconfortable et je m’ennuyais tant… Tes bras me manquaient. Je suis si bien… »

Elle resta silencieuse, l’espace de quelques secondes. Elle réalisait à quel point elle avait été chiante avec Lavi et ne regrettait pas de lui avoir fait ses excuses qui devenaient de plus en plus sincères à ses yeux. Il lui avait manqué. Elle avait eu si hâte de le revoir en revenant à la Congrégation. Cependant, elle aurait aimé se reposer un peu avant tout, attendre au lendemain avant de parcourir les couloirs en espérant l’apercevoir. C’était dommage d’avoir eu une dispute aussi stupide. C’était une dispute à sens unique, d’ailleurs. Il n’y avait que l’exorciste qui s’énervait pour un oui ou pour un nom. C’était si ridicule…

-« Reste dormir avec moi, ce soir… je n’ai pas envie de te voir partir. » Fit-elle d’une voix douce, non pas comme un ordre, mais plutôt comme une demande.

Elle se redressa légèrement afin de se retourner en direction du jeune homme. Puis, elle posa un tendre baiser sur ses lèvres. Puis, elle ramena ses jambes vers elle avant de se caler dans les bras du rouquin, le plus confortablement possible. Elle remuait, le temps de trouver une position qui n’engendrait pas de pression sur ses blessures, lui faisant toujours aussi mal. Puis, lorsqu’elle trouva finalement, elle ferma les yeux, tenant l’une des mains de Lavi dans les siennes, caressant tendrement sa peau. Elle se sentait bien. Tout simplement bien. Au fond, ce n’était pas de la solitude qu’elle recherchait tant, mais seulement les bras d’un homme qui savait comment lui faire du bien.


-« Une chance que tu es là… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 33
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: Une symbiose pas si parfaite que ça [Nora/Lavi]   Dim 9 Déc - 9:52

Parfois Lavi était complétement à côté de la plaque et parfois il trouvait les mots justes. Cette fois, il ne s'était pas trompé. A force de passer du temps avec Eleonnora, il avait compris comment elle réagissait et ce qu'elle aimait. La vanité, il n'y avait rien de pire... mais si cela pouvait l'aider à prendre soin d'elle alors le rouquin comptait bien en jouer un peu. Il n'essayait pas de la manipuler, juste de lui faire voir un autre côté des choses histoire que la phase de soins soins moins pénible pour elle. De plus, elle adorait toujours les compliments sur sa propre personne, alors pourquoi se priver ? Cela lui faisait plaisir et ainsi, Lavi pouvait procéder aux soins sans avoir l'impression de lui imposer quelque chose de terriblement chiant. La russe fit d'ailleurs remarquer qu'il savait parler aux femmes, ce qui le fit sourire. Il les aimait tant... normal qu'il sache comment s'y prendre à force.

« J'veux surtout ton bien. Et puis tout ça c'est la vérité, tu crois pas ? T'es magnifique Nora, ce serait dommage que de vilaines cicatrices atténuent ça. Au moins ton visage n'a pas été touché. » fit-il remarquer en lui caressant la joue, souriant

Au moins désormais elle se laissait faire, facilitant le travail de l'apprenti bookman. Ce dernier attendit qu'elle ait retiré son corsage pour commencer les soins. Ce n'était pas la première fois qu'il la voyait presque nue, il connaissait déjà son corps par coeur, mais il ne se laissait jamais de la regarder. Un agréable spectacle restait toujours beau même après avoir été vu un certain nombre de fois, non ? Il avait envie de caresser sa peau et de l'y embrasser mais ce n'était pas le moment, il y avait plus urgent. Le rouquin se concentra donc sur les soins tout en s'informant de ce qu'il s'était passé en mission pour qu'elle revienne dans un tel état. Mais comme il s'y attendait, Eleonnora ne fut pas très bavarde sur le sujet. Lavi ne s'éternisa donc pas sur ça, pointant du doigt le fait qu'elle était en vie et que c'était tout ce qui comptait. Si le petit nouveau qu'elle avait dû gérer lui avait posé problème, le rouquin supposa qu'elle n'aurait bientôt plus à le supporter. Après tout, il était prévu qu'elle reparte sous peu. D'un certain côté, cela attristait l'archiviste qui aurait bien aimé profiter davantage de sa compagnie mais il ne pouvait pas la retenir non plus. Déjà parce qu'il n'avait aucun droit sur elle et aussi parce qu'il savait qu'ici, elle était piégée. Impossible d'être complétement elle-même sauf à l'abri des regards indiscrets et le rouquin savait à quel point c'était difficile de constamment devoir faire semblant, de jouer un rôle, de ne pas être complétement soi.

Les soins étant terminés, Lavi en profita pour prendre l'exorciste dans ses bras, chose qu'il n'avait pas pu faire pendant un moment. A vrai dire, c'était la première chose qu'il avait voulu faire en la voyant à son retour mais les choses ne s'étaient pas passées comme prévu... Une dispute s'était même déclenchée bêtement. Mais désormais, les choses étaient réglées et Eleonnora acceptait ses marques d'affection. Il ne se priva donc pas pour se caler contre elle, caressant sa peau, lui demandant ce qu'il pouvait faire pour elle. Après cette mission désastreuse et son état, elle ne devait pas avoir envie de grand chose à part du repos et qu'on lui change les idées. Il fut agréablement surprit d'entendre qu'elle aurait préféré que ce soit lui qui l'accompagne. Ce n'aurait pas été la première fois qu'ils auraient fait équipe et ils savaient comment fonctionnait l'un l'autre. De plus, ils s'entendaient bien et le voyage aurait sans doute été moins pénible aux yeux de la russe. Cela fit plaisir au rouquin qui était content de voir qu'il n'était pas le seul à apprécier sa compagnie et leurs moments juste à eux
.

« J'aurais aussi aimé être là... Mais je suis là maintenant. Je doute que tu sois renvoyée en mission d'ici ton départ donc j'espère ne pas y être envoyé à mon tour, comme ça je pourrais passer du temps avec toi. » répondit-il en l'étreignant doucement

Puis, l'exorciste lui demanda de rester dormir avec elle, ne désirant pas qu'il s'en aille. C'était devenu l'inverse de ses ordres donnés un peu plus tôt. Elle avait sans doute réalisé qu'il ne lui voulait que du bien, cela se sentait au ton qu'elle employait, à l'opposé de celui utilisé lors de leur dispute. Lavi répondit à son baiser lorsqu'elle se tourna vers lui et la laissa prendre une position confortable avant de refermer ses bras sur elle, entrelaçant ses doigts aux siens. Elle disait que c'était une chance qu'il était là et ces simples mots firent chaud au coeur de l'apprenti bookman. Il ferma les yeux à son tour, la tête contre celle de la russe, restant ainsi un petit temps, juste l'un contre l'autre
.

« Je ne comptais pas partir de toute façon, il va t'falloir me supporter au moins jusqu'à demain. C'est une chance partagée alors. La vie à la Congrégation est bien plus agréable depuis que tu es là. J'sais pas que ça va pas durer longtemps alors autant en profiter, hmm ? » répliqua t-il en rouvrant les yeux pour la regarder

Doucement, il se détacha d'elle le temps de dégager les produits de soin du lit puis de retirer bottes et tshirt. Il s'installa ensuite sur le lit, allongé sur le dos et tendit les bras vers elle, lui attrapant doucement la main comme pour la guider à lui. Il préférait la laisser venir se positionner elle-même afin de ne pas lui faire mal. Elle seule saurait comment se mettre pour dormir tranquillement sans que cela soit douloureux
.

« Viens. C'est une mauvaise habitude que j'prends là. Quand tu seras plus là, ça va me manquer tout ça. » fit-il remarquer avec un léger rire « J'aime ta compagnie. J'suis content que ça se soit arrangé... » avoua t-il avec sincérité

Il attendit qu'elle soit installée puis redressa juste la tête pour pouvoir l'embrasser longuement non sans une certaine tendresse. Parfois, un baiser valait mieux que des mots. Malgré le sale caractère de la russe, Lavi l'appréciait beaucoup. Et puis, même si elle avait été exécrable, elle s'était nettement adoucie maintenant. C'était déjà de l'histoire ancienne aux yeux du rouquin.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff
l'Double effet Kiss Kool
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 21/03/2012
Age : 25
Localisation : Dans mon terrier =D

Feuille de personnage
Age : 23 Ans
Nationalité : Russe
Surnom : Nora / Bloody

MessageSujet: Re: Une symbiose pas si parfaite que ça [Nora/Lavi]   Dim 9 Déc - 17:58

Le pire cauchemar d’Eleonnora serait d’être défiguré pour la vie. Elle qui prenait tant soin de son magnifique visage, elle serait incapable de vivre en se sachant affreuse, hideuse, marquée par de nombreuses cicatrices. Elle ne pouvait imaginer une telle chose. N’importe quelle partie de son corps pouvait être blessée, elle s’en fichait. Il ne fallait pas que ce soit son visage. Que ferait-elle si elle devenait une erreur de la nature, un véritable monstre ? Si son corps attirait plus d’un regard, il ne sera plus jamais attirant sans son joli petit minois. Il fallait qu’elle oublie cela. Elle ne devait pas y penser. Elle était encore jolie, cet Akuma ne l’avait pas défigurée, et elle pourra bientôt profiter pleinement de son magnifique corps guéris. Lavi avait raison, elle sera plus rapidement sur pied si elle se laissait soigner. Elle méritait mieux.

-« Tu as raison. Plus vite je serais guéri, plus vite tu pourras profiter de la vue de mon sublime corps. »

Maintenant beaucoup plus détendue qu’au départ, la jeune femme retira son corsage afin de se laisser soigner par le rouquin. Elle voyait les choses sous un meilleur angle et avait déjà hâte d’être parfaitement remise de ce combat. Elle espérait que Komui n’en profitera pas pour la renvoyer aussitôt sur le terrain. Elle attendait la première occasion pour se sauver en Angleterre et retourner à sa petite vie de débauchée. Des missions comme celle qu’elle avait vécue avec Stephen, elle n’en désirait pas d’autres. Le plus tôt elle quittait la Congrégation, le mieux ce sera. Cependant, elle sera séparée de Lavi pendant un très long moment. Elle savait déjà qu’elle allait s’ennuyer de lui. Des hommes dans son genre, ça ne courait pas les rues, malheureusement. Elle devait donc en profiter un maximum tant qu’elle le pouvait encore.

Puisque les soins étaient terminés, Lavi en profita pour serrer tendrement Eleonnora dans ses bras. Elle ne refusa pas cette marque d’affection. Au contraire, elle en redemandait. Elle recherchait ce contact. Se redressant, elle embrassa tendrement le jeune homme, réalisant par la même occasion que le contact de ses lèvres lui avait tant manqué. Maintenant, pas question de le laisser filer si facilement. Elle tenait à rester avec lui le plus longtemps possible. Elle se réinstalla confortablement dans les bras du rouquin, afin que ses blessures ne lui fassent pas trop mal. Fermant les yeux, elle sentit les doigts de Lavi entrelacer les siens.


-« J’ai peur que Komui m'ordonne de rester… »

Elle lui confia cette crainte qui l’étreignait depuis un moment, déjà. Elle y pensait depuis son retour à la Congrégation. Elle s’était bien doutée qu’en venant ici pour quelques tests médicaux et la synchronisation de son Innocence que le grand Intendant allait également en profiter pour la renvoyer en mission. Elle n’en avait pas envie. Elle ne voulait pas y retourner. Elle voulait simplement reprendre son ancienne vie. Il y a longtemps qu’elle n’avait pas ainsi combattu et reprendre le train de vie des exorcistes n’était pas une chose aisée pour son corps. Se fera-t-elle à cette situation où aurait-elle du mal à s’y adapter ? Seul le temps pourra lui dire. Pour l’instant, la seule chose que désirait Eleonnora était un peu de sommeil. Elle voulait que Lavi reste avec elle pour la nuit. Ainsi, elle se sentira en sécurité dans ses bras chauds et réconfortant. Elle ne pourrait rêver de mieux.

-« Profitons de ce moment. Au moins, il n’y a personne pour nous embêter. »

Lavi se détacha d’elle afin de se coucher sur le matelas. La jeune femme ne tarda pas à l’imiter, retirant ses chaussures à talons aiguilles avant de le rejoindre. Il lui tenait doucement la main, l’attirant à lui. Elle s’installa confortablement dans ses bras, de sorte à ce que ses blessures ne lui fassent pas trop mal. Puis, elle ferma les yeux, se laissant bercer par sa voix. Elle savait qu’elle ne pourra rester consciente bien longtemps, que Morphée n’attendait que la première occasion pour venir la chercher et l’arracher au monde réel.

Avant qu’elle ne s’endorme, elle sentit les lèvres de Lavi sur les siennes. Répondant au baiser avec toute l’énergie qui lui restait, la jeune femme passa doucement sa main sur la joue du rouquin, profitant de cette proximité. Puis, lorsqu’elle rompit le baiser, elle laissa échapper un petit bâillement avant de poser la tête sur le torse du rouquin, l’obligeant à se coucher sur le dos afin qu’elle soit confortable. Elle murmura un « bonne nuit », mais s’endormit au milieu de sa phrase. Il était temps pour elle de se reposer.

Habituée à dormir peu de temps, mais dormir profondément, Eleonnora n’était pas étonnée de se réveiller au milieu de la nuit. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle était de retour dans le monde réel. Sa chambre était plongée dans la pénombre, elle n’y voyait pratiquement rien. Se redressant avec plus ou moins de mal, elle tenta de se resituer. Elle était dans sa chambre, à la Congrégation. Dommage, elle aurait espéré ouvrir les yeux et y découvrir sa bonne vieille chambre de sa maison à Londres. Puisqu’elle ne dormait plus, pour l’instant, elle songeait simplement à se coucher auprès de Lavi, joué avec ses mèches rousses, laissant doucement le temps s’écouler. Tâtonnant le matelas, elle espérait mettre la main sur son amant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 33
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: Une symbiose pas si parfaite que ça [Nora/Lavi]   Dim 9 Déc - 21:47

Eleonnora entendait enfin raison. Mieux valait tard que jamais... mais cela facilitait au moins le travail de Lavi. Ce dernier trouvait que la russe était vraiment une belle femme, du genre de celles qu'on ne voyait pas souvent ou alors dans des rêves, créatures à la plastique parfaite. Il était sans doute l'un de ses plus fervents admirateurs et il trouvait réellement dommage qu'elle ne prenne pas soin de son corps. Elle ne l'avait juste pas encore réalisé et là, elle comprenait toute l'ampleur d'un éventuel désastre. Malgré tout, le rouquin ne l'aurait pas rejeté même si elle s'était retrouvée couverte de cicatrices ou même défiguré. Oui, il était superficiel sur bien des points mais l'affection qu'il avait pour elle n'était pas feint. Elle restait également une femme qu'il désirait. Mais ce n'était pas le moment pour ça.

Même s'il avait terminé de s'occuper de ses blessures, il ne comptait pas la malmener ou exiger quoique ce soit d'elle. Il ne restait pas en sa compagnie que dans l'optique de coucher avec, bien au contraire. Juste passer du temps avec elle lui suffisait. Pour preuve, il l'avait pris dans ses bras, la câlinant avec douceur, content de simplement pouvoir la sentir contre lui. Elle aurait pu mourir, il aurait pu ne plus jamais la revoir... et il préférait ne plus y penser. La présence de la russe n'était que temporaire, Lavi le savait et il comptait donc en profiter pour passer le plus de temps possible avec. Cependant, Eleonnora doutait elle-même de la durée de sa présence à la Congrégation. Elle avouait même craindre que Komui ne la laisse plus repartir maintenant qu'il l'avait sous la main. C'était effectivement un risque mais l'archiviste avait une solution toute trouvée pour la rassurer. C'était bien la première fois que la jeune femme disait craindre quelque chose. Cela lui donnait un aspect plus... humain, moins détaché. Elle en était touchante. Doucement, il lui caressa la joue
.

« Rassure toi, ça n'arrivera pas. L'Arche est fonctionnelle et d'ici peu, il y aura un portail à Londres. Tu pourras donc rentrer chez toi sans avoir b'soin de prendre les transports et tu pourras également r'venir ici en quelques minutes seulement. Pratique, non ? Comme ça, tu pourras rester de ton côté et ne venir ici que ponctuellement. Hésites pas à passer me donner de tes nouvelles, hein ! » fit-il en souriant

Ainsi, elle n'aurait plus besoin de faire semblant. Elle serait de nouveau "libre" de faire ce qu'elle voulait quand elle le voulait, ou presque. D'un autre côté, cela signifiait que son départ serait donc pour bientôt. Nul doute que dès qu'elle serait sur pieds, elle sautera dans l'Arche pour rentrer en Angleterre. Lavi la comprenait bien mais cela l'attristait
.

« D'un point de vue purement égoïste, moi j'aurais été content qu'tu restes ici. Mais si c'est pour te brider et te couper les ailes, c'est pas la peine. »

Elle disait qu'ils n'avaient qu'à simplement profiter du moment et c'était justement ce qu'il comptait faire. Pas besoin de réfléchir aux conséquences, ils ne faisaient rien de mal... non ? S'allongeant sur le lit après s'être en partie dévêtu, Lavi invita Eleonnora à le rejoindre. Il ne manqua pas de l'embrasser puis attendit qu'elle trouva sa place, qu'elle soit bien, avant de refermer ses bras autour d'elle, ramenant la couverture sur elle au passage. A la façon dont elle se coucha contre lui, il sentit qu'elle était épuisée. Rien de très étonnant, dormir lui ferait le plus grand bien. Elle s'endormit presque aussitôt et le rouquin l'observa pendant un instant, lui murmurant un "bonne nuit" bien qu'elle ne l'entendrait pas. Quelques minutes plus tard, il ferma à son tour les yeux et s'endormir rapidement.

Des exorcistes se battaient férocement contre une horde d'Akuma. Si le spectacle n'avait rien d'étonnant, Lavi ne comprenait pas pourquoi il ne portait ni son uniforme ni même son Innocence. Il était vêtu comme il l'était avant de rejoindre la Congrégation et n'avait pas d'autre arme que ses poings. Autant dire qu'il était inutile. Personne ne semblait d'ailleurs le remarquer... Sans doute étaient-ils trop occupés à se battre ... et à succomber. Les rangs des exorcistes diminuaient à vue d'oeil, laissant les Akuma gagner du terrain rapidement. Malgré tout, Lavi essaya de rejoindre la bataille, en vain. A chaque fois qu'il essayait de s'approcher, la scène semblait comme reculer, toujours hors d'atteinte. Et les morts continuaient de pleuvoir, laissant un sillage sombre sinistre derrière eux. Pourquoi ne pouvait-il rien faire ? A bien y regarder, il y avait une personne qui ne faisait rien non plus. Assis quelques mètres devant lui, un type avec la même tignasse rousse lui tournait le dos et regardait la bataille. Lavi eut un frisson. Il savait très bien qui s'était pour avoir déjà vécu une scène similaire... mais cette fois il ne se battait plus contre Road alors pourquoi est-ce que cela recommençait ? Etait-ce sa culpabilité qui prenait cette forme là ? Le rouquin fit quelques pas en sa direction mais stoppa à environ un mètre. Celui qui lui tournait le dos se retourna alors, l'observant d'un air neutre
.

« Mais qu'est-ce que tu fous encore ici... »
« Drôle de question. Je suis toi, tu as déjà oublié ? »
« Etait. Je ne suis plus le même, j'ai appris. »
« Appris quoi ? Ce qu'était des amis ? Que développer des sentiments était quelque chose d'intelligent ? Franchement, tomber amoureux... Tu es une honte pour notre clan. »
« Ca va, je connais la chanson... On a déjà parlé de tout ça, j'ai déjà pris ma décision. »
« Et quoi, tu vas tout laisser tomber pour des amitiés passagères alors ? Qu'est-ce que ça va t'apporter ? Du réconfort ? De la joie ? Et le jour où tu perdras tout ça, tu te sentiras comment ? Tu trouveras encore la force de continuer malgré tout ? Tu crois sincèrement que tu as la moindre importance à leurs yeux ? Tu n'es même pas un exorciste, "Lavi". Tu joues juste un rôle, c'est par chance que tu as été compatible. Tu aurais tout aussi bien pu être dans le camp adverse. »
« Je n'ai jamais dit que je faisais le bon choix... Juste... que c'est ce dont j'ai envie, là. »
« Les hommes se laissent guider par les envies, regarde où ça les mène... Tu essaies de devenir comme eux mais tu n'y arriveras jamais. Tu es seul et tu resteras seul. Tu prétends qu'ils sont tes amis ? Tu ne te rends même pas compte à quel point tu vas les faire souffrir si tel est le cas. Ce n'était pas la définition que je m'étais fait de l'amitié, étrange. Tu n'es pas fait pour ça. »


Lavi détourna son attention de son interlocuteur et la reporta sur le combat. C'est avec horreur qu'il découvrit que ses amis étaient au sol, immobiles. Allen, Kanda, Miranda et beaucoup d'autres. Son sang ne fit qu'un tour, le figeant sur place. Il avait rien pu faire pour les aider. Fixant les cadavres à ses pieds, il ne remarqua pas qu'un des Akuma le visait. Ce n'est que lorsque quelqu'un s'interposa qu'il releva les yeux. La personne en question s'était faite touchée et venait de lui tomber dessus. Il remarqua alors qu'il s'agissait d'Eleonnora, dont la peau se retrouvait couverte d'étoiles noirs.

« Non !!! » s'exclama t-il en se laissant tomber à genoux, la prenant dans ses bras

Malheureusement il ne pouvait rien y faire, juste la regarder disparaitre. Quelques secondes plus tard, elle n'était plus que poussière, libérant un gaz toxique et mortel. Mais le rouquin s'en fichait, il n'avait même pas envie d'en sortir.

Lavi ouvrit l'oeil et se redressa d'un coup, réalisant alors qu'il était dans le noir. Où était-il ? La respiration vive, il se souvint alors qu'il s'était endormi dans la chambre d'Eleonnora. Elle était d'ailleurs toujours à ses côtés, dormant toujours. Par chance, il ne l'avait pas réveillée en bougeant. L'apprenti bookman en profita pour se décaler et se glisser hors du lit. Il avait besoin de boire un coup et de prendre l'air, encore trop secoué par son rêve. Quittant la chambre sans bruit, il se dirigea jusqu'à la cantine pour y prendre un verre d'eau puis fit le chemin pour revenir à la chambre. Seulement, il s'arrêta en cours de route, ayant besoin de s'isoler un peu. Peu avant les chambres se trouvait un petit salon et Lavi s'y arrêta pour s'asseoir sur l'un des canapés. Il avala son verre d'eau d'un coup puis le serra dans sa main. Regardant dans le vide face à lui, il réfléchissait à ce qu'il s'était lui-même dit. N'était-ce pas sa conscience qui essayait simplement de le prévenir ? Faisait-il vraiment de mauvais choix ? Comme pour répondre à sa question, son autre lui, celui de son rêve, apparu vers l'entrée du salon, à côté de la porte. Pas encore tout à fait réveillé, c'était comme s'il continuait de rêver
.

« Tu n'as aucune importance aux yeux des autres, tu es devenu comme eux. Juste une piètre partie de l'histoire que tout le monde aura vite oublié. »

« Tais toi !!! »
cria t-il en balançant son verre dans sa direction

Bien sûr, le verre passa à travers lui -il n'était qu'une hallucination après tout- et alla s'écraser contre le mur, se brisant en mille morceaux. L'autre rouquin avait quant à lui disparu comme il était apparu. Lavi baissa la tête et posa ses mains contre, de chaque côté de son crâne. Il avait juste envie de disparaitre et ne plus penser à tout ça. Pourquoi son propre destin semblait tellement lui échapper ? C'était lui qui avait fait ces choix, ils ne pouvaient donc par conséquent pas être mauvais...si ? Il ne savait plus où il en était, laissant échapper un soupir fébrile, les yeux fermés.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff
l'Double effet Kiss Kool
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 21/03/2012
Age : 25
Localisation : Dans mon terrier =D

Feuille de personnage
Age : 23 Ans
Nationalité : Russe
Surnom : Nora / Bloody

MessageSujet: Re: Une symbiose pas si parfaite que ça [Nora/Lavi]   Lun 10 Déc - 2:28

Confortablement installée dans les bras de Lavi, Eleonnora ne pouvait rêver de mieux. Elle se rendait compte à quel point elle avait bien fait d’aller s’excuser. Cette pensée lui revenait toujours en tête. Il était bien rare qu’elle se soucie de son attitude face aux autres. Cependant, cette fois, c’était différent et elle ne pouvait déterminer pourquoi. Elle avait beau retourner la question dans sa tête, elle avait fini pas cesser d’y penser, totalement découragée par l’absence de réponse. À quoi bon se prendre la tête ? L’important était qu’elle soit dans ses bras, à présent. Elle avait de la chance et devait en profiter.

Elle lui confia, pour la première fois, ses craintes de retourner en mission. Avec le temps, elle commençait à réaliser certaines choses. Elle découvrait peu à peu ce qu’elle désirait faire, ce qu’elle aimait réellement et le distinguait de ces choses qu’elle prétendait aimer afin d’entrer dans les bonnes grâces de son père. Elle avait découvert avec cette mission en compagnie de Stephen qu’elle n’avait pas ce qui fallait pour s’occuper d’exorcistes sans expérience. Cela aurait pu la mener à sa perte. Elle était passée près de la mort. Elle avait réellement cru y rester, l’espace d’une seconde. Heureusement, ce n’était pas le cas. Heureusement, le petit nouveau l’avait sauvée. Et elle n’avait même pas daigné le remercier… Plus elle pensait, plus il y avait de choses à remettre en question, en fait.
Confiant à Lavi qu’elle craignait de retourner en mission, que Komui ne la laisse pas retourner chez elle, elle révélait ainsi une part de ses faiblesses. Elle ne se montrait pas aussi forte et détachée qu’à l’habitude. Pourtant, elle ne connaissait pas Lavi depuis si longtemps. Pourquoi lui alors qu’avec son partenaire qu’elle connaissait depuis des années elle n’avait jamais montré autre chose qu’une femme forte et sûre d’elle ? Peut-être parce qu’avec le bookman, elle avait l’impression de partager un lien spécial. Elle ne saurait le décrire, mais savait que ce n’était pas ce type de relation qu’elle entretenait avec d’autres personnes.


-« Rassure toi, ça n'arrivera pas. L'Arche est fonctionnelle et d'ici peu, il y aura un portail à Londres. Tu pourras donc rentrer chez toi sans avoir b'soin de prendre les transports et tu pourras également r'venir ici en quelques minutes seulement. Pratique, non ? Comme ça, tu pourras rester de ton côté et ne venir ici que ponctuellement. Hésites pas à passer me donner de tes nouvelles, hein ! »

L’Arche ? Bien entendu, Eleonnora en avait entendu parler. Komui lui avait fait un rapide résumé de la situation puisqu’elle n’avait pas été à la Congrégation depuis un bon moment. Il lui avait parlé d’une Arche, mais elle n’avait pas trop comprit à quoi elle servait sur le coup. Cela signifiait, selon les paroles de Lavi, que cette chose pourra lui permettre d’éviter de longs et pénibles voyagements entre le QG et son domicile, en Angleterre ? C’était tout simplement génial. Ainsi, elle pourra voir son amant lorsque l’envie lui en prendra et pourra en profiter pour le ramener chez elle, dans un lieu plus intime, afin qu’ils passent de bons moments ensemble loin de tous les autres exorcistes. Si elle restait un peu plus longtemps que prévu à la Congrégation, peut-être aura-t-elle la chance de se servir de l’Arche afin de rejoindre son domicile ? Cela valait peut-être la peine d’essayer.

-« Ce serait génial…. Comme ça tu pourras passer plus souvent me voir, toi aussi. On pourra toujours s’évader loin de la Congrégation pour passer de bons moments. Tu peux être certains que tu auras souvent de mes nouvelles. » Fit-elle en souriant. « J’ai déjà hâte de pouvoir utiliser l’Arche… la seule personne qui me retient ici c’est toi, sans quoi je serais déjà sur le premier bateau direction l’Angleterre. »

La jeune femme se coucha aux côtés de son amant. Bien installée dans ses bras, elle ne tarda pas à s’envoler pour le pays des rêves. Elle avait grandement besoin de quelques heures consécutives de profond sommeil. Ainsi, elle sera bien rapidement remise sur pied. Elle était épuisée, son corps avait besoin de ce temps de repos pour se guérir. Bientôt, nul doute qu’elle sera sur pied. Ses plaies disparaitront, sa peau sera de nouveau en parfait état. Elle devait simplement laisser le temps œuvrer et tout ira pour le mieux.

Lorsqu’Eleonnora quitta le pays des rêves, elle chercha immédiatement des repères dans cette réalité qu’elle peinait à reconnaitre. Elle avait cru, un bref moment, être dans sa chambre, dans sa propre maison, à Londres, mais elle s’était trompée. Elle était bel et bien à la Congrégation en compagnie de Lavi. Elle le chercha à tâtons, parcourant le lit de ses mains agitées, cherchant à le retrouver. Où était-il ? L’avait-il abandonnée ? Elle commençait à croire que tout cela n’était qu’un rêve. Avait-elle tant espéré qu’il soit à ses côtés qu’elle crut qu’il était bel et bien là ? Pourtant, elle était certaine de s’être assoupie dans ses bras. Secouant les couvertures, la jeune femme fini par les jeter au sol. Elle ne savait si elle devait être triste ou en colère de se réveiller sans le rouquin à ses côtés. Était-il parti car il n’avait pas eut ce qu’il désirait d’elle ? Impossible. Elle était certaine que cela était impossible. Il n’était pas ce type d’homme. Il ne l’aimait pas que pour son corps, non ? Et si c’était le cas ? Elle refusait de le croire. Il était l’un des seuls à voir à travers les apparences et s’intéresser réellement à elle. Il ne pouvait pas l’avoir laisser tomber si facilement, non ?

La jeune femme quitta son lit, chercha un interrupteur et l’actionna aussitôt. La chambre était bel et bien vide. Où était Lavi ? Attrapant un chandail reposant sur le tas de vêtements gisant dans sa valise, elle l’enfila en vitesse. Elle ne se préoccupait pas de son sombre décolleté qui, avec son pantalon noir, faisait croire qu’elle se préparait pour des funérailles. Elle enfila ses talons aiguilles et quitta la chambre sans même éteindre la lumière. Elle désirait retrouver Lavi. Mais pourquoi ? Pourquoi tant de presse ? Elle était totalement décoiffée, sans parler de son visage démaquillé… Pourtant, les apparences ne lui importaient pas pour l’instant. Il y avait plus important. Craignait-elle de réaliser que son amant l’avait laissée tomber ? Avait-elle davantage besoin de sa présence que ce qu’elle voulait bien montrer ?

Marchant dans les couloirs, le claquement de ses talons rompant le silence à chacun de ses pas, elle errait sans même savoir où chercher. Elle ne se rappelait pas où était la chambre du rouquin, dans la mesure où elle avait déjà su où elle se trouvait. Que devait-elle faire ? Parcourir la Congrégation en entier dans le but de le trouver ? Elle pouvait être certaine de se perdre, dans un tel cas. Pourtant, il devait bien y avoir des endroits où il pouvait trainer. Y avait-il une bibliothèque au QG ?

Eleonnora ralentit lorsqu’elle approcha d’un petit salon d’où émanait une légère lumière. Elle se risqua à y jeter un coup d’œil, sans pour autant stopper sa marche. Cependant, avant de passer devant la porte, un verre vint s’écraser contre le mur, tout près d’elle, précédé d’un cri, de paroles qu’elle n’avait pu identifier, ne s’était pas attendue à cela. Elle sursauta et, par réflexe, porta ses mains à ses hanches. Elle n’avait pas son Innocence. Que faire ? Que se passait-il ? Pourquoi un geste si violent. Silencieuse, la jeune femme attendit quelques instants que la surprise soit passée avant de pénétrer dans la pièce, marchant délicatement sur les bouts de verre trainant au sol. C’est à sa plus grande surprise qu’elle y découvrit Lavi.

Que faisait-il ici ? Pourquoi lancer un verre sans raison ? Que se passait-il ? Pourquoi avait-il quitté la chambre ? Tant de questions subsistaient dans son esprit alors qu’elle pénétrait dans la pièce. Il n’y avait personne d’autre. Ils étaient seuls. S’approchant lentement de Lavi, elle se préparait à toute éventualité. Et s’il l’attaquait ? Et s’il était en colère pour une raison qu’elle ne pouvait expliquer ? Eleonnora s’assit finalement sur le canapé, aux côtés du rouquin. Elle posa lentement la main sur son dos, le caressant doucement alors qu’elle posait son autre main sur sa jambe.


-« Lavi… ? » Osa-t-elle en tentant de relever son visage afin qu’il la regarde. « Qu’est-ce qui se passe ? »

Elle tentait de le regarder dans les yeux, visiblement inquiète. Elle ne comprenait pas vraiment cette situation et désirait quelques explications afin d’assouvir sa curiosité. Elle révélait un côté doux et tendre qu’elle-même s’étonnait de posséder. Cela jurait tant avec son comportement habituel et, pourtant, elle se retrouvait assise à ses côtés, tentant de comprendre quelque chose à une situation à laquelle elle était totalement inconnue. Elle agissait avec douceur dans chacun de ses mouvements, caressait doucement le dos de Lavi avant d’attraper ses mains, de les serrer dans les siennes. Puis, elle posa son front contre le sien, silencieuse. Son inquiétude ne s’était pas atténuée. Cependant, les motifs qui avaient provoqué celle-ci avaient changé. Elle espérait qu’il puisse se confier à elle et qu’ils pourront de nouveau s’étendre ensemble, dans le lit, loin des yeux de tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 33
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: Une symbiose pas si parfaite que ça [Nora/Lavi]   Lun 10 Déc - 9:45

Eleonnora était plus humaine que ce qu'elle voulait laisser penser. A la Congrégation, elle devenait comme dénuée de sentiments, froide, directive, sérieuse... Une toute autre personne que celle que Lavi avait vu lors de leur première rencontre. Et pourtant, là, seule avec lui, elle avouait qu'elle avait peur de devoir rester ici. C'était pourtant son métier, non, d'être exorciste ? Faisait-elle partie finalement de ces personnes qui n'avaient aucune envie de se lancer dans la bataille ? Lutter pour sa survie, c'était une chose... Passer sa vie à la risquer pour sauver l'humanité sans être réellement sûr d'y parvenir en était une autre. Finalement, l'autre vie qu'elle menait semblait lui plaire bien plus que ça. Sa dernière mission semblait le lui avoir révélé. Malgré tout, elle ne pouvait pas se soustraire à cette vie d'exorciste. Elle avait été choisie, c'était indéniable. Qu'elle le veuille ou non, elle devait s'y plier. Cependant, rester ainsi à la Congrégation était une torture pour elle. Torture à laquelle Lavi voulait rapidement mettre fin. Et pour commencer, il lui suffisait de la rassurer sur le fait qu'elle se trompait, que Komui ne la forcerait pas à être présente au QG.

Ainsi, grâce à l'Arche, les déplacements et les transports ne seraient plus une perte de temps. Avec suffisamment de portails disséminés partout dans le monde, n'importe quel membre de l'Ordre pouvait revenir au quartier général en quelques minutes. Du coup, la russe pouvait rentrer chez elle dès que l'équipe scientifique autoriserait les exorcistes à l'emprunter, ce qui était plutôt une bonne nouvelle, effaçant la crainte d'Eleonnora. Cette dernière fit une remarque à laquelle Lavi n'avait pas pensé. Lui aussi pourrait emprunter l'Arche pour aller la voir s'il le souhaitait. Malheureusement, pour ça, il fallait qu'il se débarrasse de Bookman d'une façon ou d'une autre. D'un certain côté, il pouvait aller et venir en Angleterre en quelques minutes, l'aller retour ne prenant pas plus de temps. Sans doute irait-il passer quelques nuits là-bas, histoire de la voir le plus souvent possible. Au moins la jeune femme souriait à présente, toute crainte semblant s'être envolée pour de bon.

Eleonnora ajouta que la seule chose qui la retenait encore ici, c'était lui. Cela le surprit un peu car la russe n'était pas du genre à dépendre d'une personne, peut-être à part son père. Malgré le fait qu'elle l'ait envoyé paitre un peu plus tôt, elle restait pour lui. Cette révélation lui fit chaud au coeur et il y répondit en l'embrassant avec tendresse
.

« A vrai dire, je pensais m'arranger pour t'accompagner pour ton retour là-bas. Mais avec l'Arche, ce sera d'autant plus pratique et rapide. Tu ne risques plus de t'ennuyer ! Grâce à l'Arche, on sera jamais tellement loin l'un de l'autre, même si un océan nous sépare, c'est cool. Je pensais que tu le savais, j'aurais dû te le dire avant, ça aurait évité que tu t'inquiètes pour rien. Et puis, si t'avais été forcée de rester, j'me serais aussi arrangé pour qu'on soit partenaires. Comme ça, plus de surprises lors des missions. »

Maintenant que les craintes de la russe s'étaient envolées, elle pouvait dormir l'esprit tranquille. C'est d'ailleurs ce qu'elle fit à peine eut-elle posé la tête contre Lavi, allongée contre lui. Il était content de voir qu'elle ne luttait pas pour rester éveillée ou faire autre chose. Elle avait clairement besoin de repos et il ne voulait pas encore lui imposer quelque chose. Demain, tout irait mieux et leur "dispute" ne sera plus que de l'histoire ancienne. Le rouquin s'endormit à son tour mais son sommeil fut loin d'être calme et détendu.

Se réveillant brusquement après son cauchemar, il ne savait plus où il en était, son rêve l'ayant plus chamboulé qu'il ne l'aurait cru. Il avait beau faire des efforts, il n'arrivait pas à chasser ses doutes et ses questions de son esprit. Cela lui pendait au nez et il redoutait qu'à tout moment il perde tout contrôle de la situation. L'avait-il seulement eu au moins une fois depuis qu'il était l'apprenti du vieux Bookman ? Perdu, hagard, il n'avait qu'une envie, quitter ce lit qui lui rappelait le cauchemar qu'il venait de faire, comme si le simple fait de s'en éloigner aller rapidement effacer tout ça. Erreur. Même loin de la chambre, dans un petit salon, il ne parvenait pas à penser à autre chose. C'était même comme s'il était toujours à demi dans son rêve, entendant encore ses propres remarques. Mais il ne voulait plus rien entendre, il ne voulait plus être confronté à tout ça même s'il savait qu'au fond, son autre lui avait raison.

La tête entre ses mains, perdu dans ses pensées, il n'entendit même pas Eleonnora approcher malgré le bruit de ses talons aiguilles et du verre brisé. Du coup, il sursauta lorsqu'elle lui toucha le dos, le faisant relever la tête vers elle, la regardant comme si elle était un monstre surgi de ses cauchemars. Mais il réalisa bien vite qui elle était même s'il se demandait ce qu'elle fichait là. Et là, il se souvint davantage de son rêve. Elle y était morte et il n'avait rien pu faire, rien du tout. Il baissa la tête, fermant l'oeil, comme pour effacer cette vision de sa mémoire, en vain. Elle lui parlait, visiblement inquiète de le voir comme ça. L'avait-il réveillé en quittant la chambre ? Sans doute. Que pouvait-il bien lui dire ? Elle voyait bien que quelque chose n'allait pas. D'ailleurs il tenta de lui sourire pour faire comme si de rien n'était mais il ne réussit même pas, son sourire s'effaçant aussitôt. Il ne voulait pas lui mentir mais était-ce une bonne idée de se confier ? Personne ne pouvait le comprendre car personne n'était à sa place. Mais d'un certain côté, Eleonnora lui ressemblait parce qu'elle aussi faisait semblant. Elle n'appréciait personne d'autre à la Congrégation, à qui allait-elle répéter tout ça ?

Sur le moment, le rouquin resta silencieux, pas un mot ne franchissant ses lèvres, contrastant avec son débit de paroles habituel. Lavi regardait la russe dans les yeux. Il n'y avait pas trace de colère dans son regard, seulement de l'inquiétude. Ses gestes étaient faits pour le réconforter, comme pour le ramener davantage à la réalité. Sentant ses mains dans les siennes, il les serra doucement, un peu fébrilement. Il tremblait presque. Pas de froid mais à cause de l'émotion engendrée. Front contre front, il ferma l'oeil avant de lâcher ses mains pour la prendre dans ses bras, l'étreignant comme s'il avait peur qu'elle ne s'envole. Il ne voulait pas lui faire mal mais il avait eu peur de la perdre pour de bon, son cauchemar encore trop présent.


« Je... C'est rien... c'est... Désolé si je t'ai réveillée... J'avais besoin de m'isoler... » fit-il finalement avant de soupirer. Elle s'inquiétait, il devait lui en dire un minimum « J'ai fait un cauchemar... Tout le monde mourrait... Tu mourrais... sous mes yeux et j'ai rien pu faire... » expliqua t-il avant de serrer les dents

Pourquoi cela lui faisait tant de peine ? Il n'aurait rien dû ressentir. C'était la guerre, les gens mourraient, pas de quoi s'émouvoir. Oui mais voilà, les exorcistes étaient devenus importants à ses yeux. Ils n'étaient plus juste une petite partie de l'Histoire dont seul lui et son clan se souviendraient. Il ne voulait pas les perdre, il ne voulait pas perdre Eleonnora. Mais quelque part, il savait aussi que c'était idiot car si son autre lui avait raison... c'est lui qui souffrirait pour rien. Il était voué à disparaitre, à ce qu'ils l'oublient. N'avoir aucune importance, ne pas exister, c'était plus difficile qu'il ne l'aurait cru malgré le nombre d'années qu'il était apprenti bookman
.

« Je veux pas vous perdre... Je veux pas t'perdre... Je crois que... mon rôle de bookman est plus pesant que ce que je pensais... Pour une fois, j'aimerais juste... exister... Compter pour quelqu'un... » confia t-il avant de secouer légèrement la tête « Retourne dormir, ça va passer... C'était juste... qu'un cauchemar... » ajouta t-il en essayant de faire un vague sourire pas très réussi, ne désirant pas l'inquiéter davantage

Mais si elle s'inquiétait pour lui, si elle faisait preuve d'une douceur qu'elle ne montrait jamais en temps normal, c'était peut-être parce que justement, il comptait un peu ? Non, il devait se faire des idées...

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff
l'Double effet Kiss Kool
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 21/03/2012
Age : 25
Localisation : Dans mon terrier =D

Feuille de personnage
Age : 23 Ans
Nationalité : Russe
Surnom : Nora / Bloody

MessageSujet: Re: Une symbiose pas si parfaite que ça [Nora/Lavi]   Mar 11 Déc - 2:37

Lavi était le partenaire parfait, aux yeux d’Eleonnora. Elle ne s’était jamais aussi bien entendu avec un exorciste que lui. En fait, rares étaient les personnes possédant une personnalité semblable à la sienne. Lors de leur première rencontre, le jeune homme avait attiré son regard à cause de son physique. Puis, elle considéra l’uniforme d’exorciste. Bien qu’elle évitait soigneusement de jouer la débauchée et coucher avec ses collègues, elle n’avait pu résister à Lavi. Elle l’avait désiré dans son lit et elle l’avait eu pour elle seule lors de plusieurs longues journées. Elle n’était pas tant déçue d’avoir fait ce voyage de l’Angleterre jusqu’à la Congrégation en sa compagnie. Cependant, le voyage du retour, sera pénible si elle était seule. Enfin, elle pensait être seule. Lavi effaça certaines de ses craintes en lui parlant de l’Arche, lui proposant même de l’accompagner jusqu’à son domicile, le voyage s’effectuant en quelques minutes. C’était une proposition qu’elle ne pouvait refuser. Elle comptait bien passer encore un peu de temps en sa compagnie.

Bien que la jeune femme tentait de paraitre indépendante, elle ne pouvait s’empêcher de rester scotchée à Lavi le plus longtemps possible. Elle adorait sa présence et pour une raison qu’il lui échappait, elle ressentait le besoin d’être à ses côtés. Elle avait enfin trouvé quelqu’un qui la comprenait. C’était sur ce genre de pensée, alors qu’elle était blottie dans les bras du rouquin, qu’Eleonnora sombra dans un profond sommeil.

Elle ne sut combien d’heures s’étaient écoulées lorsqu’elle émergea du royaume des rêves. Tout ce qu’elle savait était qu’il lui manquait quelque chose dans la réalité : les bras de Lavi. Où était-il ? Horrifiée à l’idée qu’il l’ait ainsi abandonnée, la jeune femme enfila un chandail sombre, puis une paire de chaussure à talons aiguille avant de quitter sa chambre. Elle avait besoin de se rassurer, de retrouver le rouquin. Il lui faisait tant de bien, s’occupait d’elle avec attention, la complimentait sur sa grande beauté, la faisait rire avec ses pitreries, il n’oserait probablement lui faire du mal, non ?

Alors qu’elle s’apprêtait à passer devant un petit salon, un objet vitré passa à une vitesse folle devant elle avant de stopper sa course contre un mur. Sursautant, la jeune femme pris quelques secondes afin de se remettre du choc, puis s’approcha de la porte du salon. Elle pénétra dans la pièce lorsqu’elle aperçut Lavi, assit sur l’un des canapés, la tête entre les mains. Prenant place à ses côtés, elle fit un geste doux, posant sa main sur son dos. Aussitôt, le rouquin releva la tête en sa direction afin de l’observer, silencieux. Elle posa alors sa main sur les siennes en signe de réconfort. Que se passait-il ? Elle était inquiète, elle désirait savoir ce qui lui arrivait. Pour toute réponse, elle eut droit à un bref sourire forcé qui disparut bien rapidement de ses lèvres. Il ne pouvait pas se forcer à faire semblant. Pas avec elle. Elle espérait qu’il lui fasse suffisamment confiance pour, au moins, afficher ses réelles émotions.

Son front posé contre le sien, elle l’observait, silencieuse. Elle était prête à faire preuve de toute la patience dont elle était capable, tant qu’il puisse lui dire quelque chose. Elle ne supportait pas ce silence. Puis, contre toute attente, il relâcha sa main qu’il avait tant serré en guise de réconfort, et la pris dans ses bras. Elle ne résista pas, profitant de cette étreinte. Serrant tendrement Lavi afin de lui signifier qu’elle était là, qu’elle ne comptait pas le laisser tomber, la jeune femme ferma doucement les yeux. Que s’était-il passé pour qu’il soit dans un tel état ? De nombreux scénarios germèrent dans son esprit, mais aucun d’entre eux n’apportait la réponse désirée.

Finalement, elle obtint la réponse. Lavi lui révéla la source de ses tracas : un cauchemar. Des exorcistes étaient morts. Elle était morte. Pourquoi ? Comment ? Que s’était-il produit dans son cauchemar pour qu’elle décède ? Elle ne lui demanda pas. Pas pour l’instant. Elle se contenta de le serrer dans ses bras. Elle était là, bel et bien vivante et n’allait certainement pas mourir si tôt. Elle comptait bien se battre pour sa survie. Il ne devait pas s’en faire avec un tel songe. Malgré qu’avec le métier qu’ils exerçaient, ils pouvaient tous mourir à n’importe quel moment. Personne n’était à l’abri, malheureusement. Pour l’instant, il valait mieux voir le bon côté des choses et profiter de la vie au maximum. C’était bien pour cela qu’elle désirait quitter la Congrégation et retourner chez elle; ainsi, elle pourra vivre un maximum l’existence qu’elle désirait mener sans avoir à cacher ce qu’elle était réellement.


-« Je suis vivante, Lavi… Je ne vais pas mourir… » Murmura-t-elle, ne sachant ce qu’elle pouvait dire d’autre dans cette délicate situation.

Lavi avait peur. Il avait peur de voir ses proches mourir. C’était normal. La perte d’une personne qui nous était chère était très dure à encaisser. En ne se liant à personne en ses lieux, la jeune femme évitait ainsi de souffrir de la part de l’un de ses collègues. Elle se protégeait, en quelque sorte. Maintenant qu’elle avait Lavi, elle craignait que chaque mission qu’il partait accomplir ne soit sa dernière. Elle commençait à réaliser ce que c’était que de s’inquiéter pour une autre personne. S’extirpant doucement de l’étreinte du rouquin, elle lui fit face, fixant son œil émeraude, caressant doucement sa joue. Peut-être, qu’au fond, ils se comprenaient plus qu’elle ne pouvait le croire.


-« SI tu ne comptais pas pour moi, je ne serais pas ici. Je ne dois pas être la seule à t’apprécier, j’en suis certaine. Je croyais que tu avais suffisamment confiance à toi pour savoir à quel point tu es fantastique et bien plus important aux yeux de certaines personnes que tu puisses le croire. Pourquoi ne pas oublier ton rôle de bookman, pour l’instant, et penser à autre chose ?»


Elle lui sourit tendrement, caressant toujours sa joue d’un doux geste. Elle l’appréciait énormément, plus qu’elle ne voulait l’avouer. C’était la première fois qu’un homme lui faisait un tel effet. Si ça se trouve, c’était ça l’amitié. Vouloir être avec une personne que l’on appréciait, partager de bons moments en sa compagnie et la soutenir lorsqu’elle était au plus bas. Elle n’était pas encore certaine que c’était cela, mais ne voyait pas ce que cela pourrait être d’autre. Laissant tomber ses réflexions sur le sujet, elle préféra se concentrée sur le rouquin qui lui proposait de retourner à la chambre. Il était sûr et certain qu’Eleonnora ne partirait pas sans lui, sauf s’il venait à le lui demander.

-« Si je retourne au lit, tu me suis. Je n’y vais pas sans toi. »

Elle passa une main dans sa chevelure emmêlée. Elle n’avait pas brossé sa tignasse blonde après s’être levée et devait être dans un sale état. Ce ne devait pas être très beau à voir. Passant sa main à quelques reprises, la jeune femme fut soulagée de constater que chaque mèche semblait être à sa place, mis à part l’une d’entre-elle qui avait décidé de s’emmêler et de lui rendre la vie dure. Elle s’en occupera plus tard.

-« Si tu me suis, je te promets un massage afin d’oublier tout ça. Ne te casse pas la tête, une fois ce cauchemar oublié, tu ne penseras plus du tout à ces mauvaises choses. »

Elle approcha son visage du sien et posa un léger baiser sur les lèvres afin de lui donner du courage. Il ne devait pas s’attarder sur un mauvais rêve comme cela. Elle allait lui changer les idées comme elle le pouvait. Rien de mieux qu’un doux massage afin de lui faire penser à de bien meilleures choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 33
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: Une symbiose pas si parfaite que ça [Nora/Lavi]   Mar 11 Déc - 10:17

La journée avait bien mal commencée pour le rouquin à cause du retour d'Eleonnora. Si au départ il était content de la voir, il déchanta rapidement lorsqu'elle l'envoya paitre avec force, faisant preuve d'une attitude détestable. Préférant la laisser seule et la laisser se débrouiller, estimant qu'il ne méritait pas d'être traité ainsi, il regretta d'être allé la voir. Malgré tout, leur dispute ne lui sortait pas de la tête et il n'avait pas été mécontent de la revoir un peu plus tard même s'il ne savait pas comment réagir face à elle. C'est elle qui fit tout le travail en s'excusant, clôturant ainsi leur première dispute. Le rouquin n'avait pas besoin de plus, la voir regretter son attitude lui suffisait largement. C'est pour cette raison qu'il la pardonne, faisant comme si rien ne s'était produit auparavant. L'accompagnant dans sa chambre, il prit soin d'elle avant de s'endormir avec, laissant la nuit les porter.

Malheureusement, si la soirée s'était bien passée, ce ne fut pas le cas de la nuit. Envahi par des cauchemars, le rouquin quitta le lit après quelques heures d'un sommeil agité. Il avait encore du mal à réaliser qu'il n'était plus dans son rêve, pas vraiment aidé par des apparitions de son subconscient. Parce que, même si ce n'était qu'un cauchemar... ce qu'il y avait vu et entendu était la vérité et il le savait. Bien sûr, ses amis n'étaient pas morts, ils étaient sans doute là, endormis dans leurs lits respectifs à rêver d'un avenir meilleur, de la fin de la guerre... Mais ce qu'il avait vu était justement un des possibles avenirs. Et s'ils perdaient ? Rien ne leur garantissait la victoire et voir ses proches mourir était un risque permanent. Il le savait, il l'avait su dès qu'il avait posé les pieds à la Congrégation. C'était une guerre, il y aurait forcément des pertes. Pourquoi s'était-il attaché à des gens qui de toute façon allaient mourir ? Parce que quelque part, il voulait croire à leur victoire. Il n'était plus impartial, il désirait ardemment que l'humanité survive malgré tout. Parce qu'il avait changé d'avis sur elle ? Non, pas vraiment, simplement parce qu'il s'était trouvé d'autres raisons de vivre et ces raisons étaient ses proches.

Assis dans le petit salon, il essayait de se sortir ces idées noires de la tête, en vain. Il fut surprit de la présence d'Eleonnora à ses côtés, croyant presque pendant un instant qu'il rêvait encore. Non, elle était bel et bien là puisque dans son rêve, elle était morte, disparue en poussière. Le contact chaud de sa main contre la peau froide de son dos lui était agréable et le réconfortait, lui rappelant qu'elle était en vie, près de lui. Il tenta de la rassurer avec un sourire mais en fut incapable, encore trop bouleversé par son rêve. A quoi bon faire semblant, il n'en avait pas envie, pas avec elle. Il pouvait bien lui dire ce qui le troublait... non ? Désirant la sentir contre lui, il la prit dans ses bras, posant la tête contre son épaule, restant simplement comme ça. Elle lui rendit son étreinte, restant également silencieuse. Elle ne lui reprochait pas de ne rien lui dire et il l'en remerciait silencieusement.

Un peu rassuré par sa présence, il expliqua vaguement à quoi il avait rêvé. D'abord, il évoqua la mort de la russe et elle lui assura qu'elle était en vie, qu'elle ne comptait pas mourir. Il la croyait mais il savait que ce n'était pas elle qui décidait de ce genre de choses. Ils se battaient tous les jours ou presque et pouvaient mourir à n'importe quel moment malheureusement. Lavi hocha légèrement la tête. Pour le moment, elle était là non ? Alors pourquoi s'imaginer le pire ?


« Je... ne veux pas que tu meurs... ou même que tu disparaisses de ma vie... » confia t-il d'une faible voix

Car oui, à un moment ou à un autre, elle disparaitrait forcément. Que ce soit par la mort ou parce que Lavi devrait quitter la Congrégation. Ainsi, il perdrait le peu qu'il avait, une des raisons pour laquelle les bookmen n'avaient aucune attache, entre autre. Maintenant qu'il avait pris goût à l'amitié et qu'il s'était attaché plus que de raison à la jeune chinoise, il n'avait plus envie que tout ça ne compte pas au final. C'était extrêmement difficile de faire une croix dessus et pourtant, cela lui pendait au nez. Son autre lui avait raison. Même si sur le moment c'était plaisant, il regretterait sans doute d'avoir à faire des choix qui lui seraient de toute façon déjà imposés.

Il regarda Eleonnora qui tentait de le rassurer, lui adressant un faible sourire. Elle lui assurait qu'il comptait pour elle sinon elle n'aurait pas pris la peine de venir ici le retrouver. D'ailleurs maintenant qu'il la regardait, elle était bien plus naturelle qu'elle ne l'avait jamais été. Pas coiffée ni maquillée, vêtements enfilés à la hâte... Mais cela ne lui retirait en rien du charme. Elle était belle naturellement et n'avait pas besoin d'artifices contrairement à ce qu'elle semblait croire. Il ferma l'oeil lorsqu'elle lui caressa la joue mais le rouvrit peu après pour la regarder. Ce qu'elle disait semblait être si simple mais cela ne l'était pas malheureusement. Pouvait-il lui révéler la vérité ? Qu'un jour il partira et ne reviendra jamais ? Que tout ça n'était que temporaire ? Il ne pouvait pas oublier son rôle de bookman aussi facilement car c'était son avenir, son destin. Lentement, il hocha cependant la tête. La séparation n'était pas encore d'actualité. Aurait-il le courage de lui avouer un jour ? Pour le moment il préféra faire comme elle le lui disait et mettre tout ça de côté
.

« Je... Merci Nora... Je suis heureux de t'avoir rencontrée. Merci d'être là... » répondit-il en posant sa main sur celle de la russe

Ne voulant pas l'importuner davantage et l'empêcher de profiter d'un repos qu'elle méritait bien, le rouquin lui assura qu'elle pouvait retourner dormir, que son état allait lui passer. Mais la jeune femme argumenta qu'elle n'irait pas sans lui. Ne voulant pas qu'elle se prive juste pour rester avec lui, il n'avait pas d'autre choix que d'y retourner avec elle. Mais cette attention lui faisait chaud au coeur, lui prouvant qu'elle ne faisait pas semblant. Et puis, il serait mieux au lit avec elle plutôt que seul, dans le froid, à ruminer ses sombres pensées. Il ne devait pas s'apitoyer sur son sort et profiter du présent.
Eleonnora essayait plus ou moins de se recoiffer et Lavi la regarda faire avant d'oser un commentaire
.

« Même les cheveux emmêlés, tu restes belle Nora... Tu l'es naturellement. » fit-il à mi voix

Pour le motiver à accepter de retourner avec elle à la chambre, la jeune femme lui proposa un massage, lui assurant que cela suffirait à ce qu'il ne pense plus à son cauchemar. Si seulement c'était aussi simple... Les morts, il les oublierait oui. Mais pas le reste. Cependant, il voulait bien croire que passer du temps en compagnie de la russe lui suffirait à mettre de côté ses craintes et à simplement prendre du bon temps avec elle. Rester ici ne l'aiderait de toute façon pas à passer outre ou à trouver une solution... si seulement il y en avait une. Eleonnora posa ses lèvres sur les siennes et Lavi glissa sa main derrière la nuque de l'exorciste pour que le baiser ne dure pas qu'un instant. Se séparant légèrement d'elle ensuite, il lui offrit un léger sourire
.

« D'accord, je viens. Je préfère rester avec toi de toute façon, je ne voulais juste pas... te réveiller. » avoua t-il en se levant, prenant la main d'Eleonnora dans la sienne

Prenant garde à ne pas marcher sur les morceaux de verre puisqu'il était pieds nus, le rouquin sortit du salon en sa compagnie et se dirigea vers sa chambre. A l'intérieur, il se laissa tomber sur le lit, assis, regardant celle qui lui faisait face pour le moment. Elle qui semblait au premier abord si égoïste, distante et vindicative, se révélait être parfois douce, tendre et attentionnée. C'était assez paradoxal mais Lavi se comptait chanceux de la connaitre assez bien pour la voir sous un autre jour. Elle méritait d'être connue et pas juste qu'en apparence
.

« Et toi ? Est-ce que tu t'sens mieux ? » demanda t-il en espérant qu'il n'avait pas troublé son repos

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff
l'Double effet Kiss Kool
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 21/03/2012
Age : 25
Localisation : Dans mon terrier =D

Feuille de personnage
Age : 23 Ans
Nationalité : Russe
Surnom : Nora / Bloody

MessageSujet: Re: Une symbiose pas si parfaite que ça [Nora/Lavi]   Mar 11 Déc - 17:28

Eleonnora n’avait jamais démontré une réelle affection pour les personnes qui l’entourait. Pour cause, elle ne s’intéressait pratiquement pas aux autres. Elle s’amusait bien avec les autres filles de son travail, sortait avec elles de temps à autre, mais cherchait jamais à passer du temps avec elle. Elle prenait les invitations qui passaient et en profitait, simplement. Faire un peu de social ne l’avait jamais tuée. Et puis, il est toujours plus simple de se sentir à l’aise lorsqu’on était soi-même. Malgré tout, elle prenait grand soin de ne jamais parler de son métier d’exorciste. Elle n’avait pas envie de penser à cette double vie qu’elle menait alors qu’elle se sentait simplement bien dans son chez soi.

Elle ne s’était pas davantage liée avec les autres exorcistes. Après tout, « à quoi bon s’attacher à des personnes qui allaient mourir un jour ou l’autre ? » C’était ce que son père lui avait dit à de nombreuses reprises. Cependant, il n’y avait pas que pour cette raison qu’elle s’éloignait des gens. Elle se devait de rester professionnelle et d’assumer son rôle d’exorciste. Elle devait rester sérieuse, toujours aux aguets, prête à affronter le danger. Pas question de déroger aux exigences de son père. Elle devait également empêcher quiconque de découvrir le véritable métier qu’elle pratiquait. Ce serait terrible si la rumeur courait, si elle était démasquée. Au moins, elle pouvait compter sur Lavi pour conserver précieusement son secret. Il l’avait bien fait jusqu’à présent et elle le lui devait bien. Peut-être qu’un jour, elle fera finalement cette fameuse danse sensuelle, retirant ses vêtements avec délicatesse pour les beaux yeux du rouquin. Elle n’avait toujours pas oublié ce genre de chose. Pourquoi exclure de son esprit une chose qui lui semblait si agréable ?

Lavi la prenait dans ses bras, la serrant avec force comme s’il avait peur qu’elle tente de fuir. Il appuyait légèrement sur certaines blessures, mais n’en fit pas de cas. Elle se contenta de le serrer, à son tour, dans ses bras, cherchant à la réconforter d’une façon ou d’une autre. Elle n’était pas très douée pour ça et préférait briser le silence. Parfois, les paroles pouvaient soulager certaines personnes. Encore fallait-il qu’elle trouve les bons mots. Elle lui affirmait être encore en vie, puisqu’elle était présente, à ses côtés. Il ne devait pas se laisser décourager par un cauchemar, aussi réel avait-il pu être. Maintenant, il était de retour dans la réalité, il n’avait pas à craindre la mort de qui que ce soit… enfin, pour le moment.


-« Je... ne veux pas que tu meurs... ou même que tu disparaisses de ma vie... »

-« Je ne compte pas disparaitre… Je ferais tout pour me battre et survivre. Ne t’en fais pas. Je suis forte, je sais me débrouiller. Mais il faut que toi aussi tu te battes. Ce serait trop dur de te perdre. »

Au fil des jours, le rouquin la surprenait. Elle s’était bien rendu compte qu’il l’aimait bien, pas seulement pour le sexe ou ce genre de chose, mais pour ce qu’elle était réellement. Il ne faisait pas que se soucier d’elle parce qu’elle avait un beau corps dans le but d’obtenir ce qu’il désirait. Au contraire, il se souciait d’elle parce qu’il appréciait ce qu’elle était, autant psychologiquement que physiquement. Maintenant, il lui confiait qu’il ne voulait pas la voir disparaitre. Cela la touchait profondément. Elle avait tant cherché, pendant longtemps, ce type d’affection et n’avait jamais obtenu ce qu’elle désirait. Maintenant qu’elle s’était fait à l’idée qu’il valait mieux entretenir de simples relations sans trop d’attaches, qu’elle avait cessé de chercher, voilà qu’elle trouvait finalement ce qu’elle avait tant désiré. Enfin, quelqu’un se souciait réellement d’elle. Enfin, elle avait de l’attention, comme elle le méritait. Elle n’aurait pas pensé trouver cela auprès de Lavi lors de leur première rencontre. À présent, elle ne pouvait être plus heureuse d’être dans ses bras.

Lorsqu’il la regarda, droit dans les yeux, la main posée sur la sienne, la remerciant d’être là, la jeune femme ne fut que davantage touchée par la situation. Soudainement, cette dispute qu’ils avaient eue fut rejetée bien loin dans sa tête, comme si elle se serait déroulée il y a une éternité. Elle repensait au moment de leur rencontre et ce souvenir lui semblant tout aussi lointain. Elle n’avait pas envie de se casser la tête. Elle était bien avec Lavi et comptait passer d’autres moments en sa compagnie. Serrant doucement la main du jeune homme dans la sienne, elle lui adressa un joli sourire. Ses paroles valaient bien plus que n’importe quel compliment sur son physique qu’on avait pu lui faire dans sa vie. À eux seuls, ses mots prenaient davantage d’importance à ses yeux que n’importe quelles paroles.

Comme s’il n’avait pas terminé de la complimenté, de lui dire toutes ces belles choses, il fit un commentaire sur son physique, affirmant qu’elle était belle au naturel. Pourtant, elle ne pensait pas ainsi. Elle se sentait bien plus à l’aise sous tous ces artifices qui améliorait son apparence. Elle se sentait plus belle, plus en confiance ainsi. Elle ne voulait pas que certaines imperfections de son visage soient visibles, elle ne désirait pas que sa chevelure soit en bataille et négligée. Elle ne voulait pas voir ces cernes qui apparaissaient parfois lorsqu’elle passait des jours et des jours debout, ne profitant que de quelques heures de sommeil çà et là.

Proposant au rouquin de retourner à la chambre, car il était hors de question qu’elle s’y rende sans lui, elle tenta de lui fournir d’excellents arguments qui pourront le convaincre de la suivre. Un bon massage lui fera le plus grand bien. Et puis, comme elle ne pourra retrouver le sommeil avant un bon moment, autant en profiter. Elle embrassa tendrement son jeune amant, espérant qu’il accepte la proposition. Ça ne servait à rien de se tourmenter, pour l’instant. Il profita de ce baiser tout autant qu’elle, le prolongeant à sa guise, signe que ça commençait déjà à aller mieux, selon elle. Lorsque leurs lèvres se séparèrent, elle lui sourit. Il était temps de regagner leur chambre.


-« Tu ne m’as pas réveillée. Faut croire que j’étais assez reposée, c’est tout. Je dors peu, d’habitude. »

Lavi pris délicatement sa main et quitta le canapé. Elle ne tarda pas à la suivre, marchant avec précaution sur le verre gisant au sol. Elle suivait le rythme de Lavi afin de ne pas tomber. Elle remarqua qu’il était pied nu, ce qui était davantage dangereux pour lui. Ce n’était pas le moment qu’il s’enfonce du verre dans le pied. Puis, lorsqu’ils furent éloignés de la zone dangereuse, elle lâcha la main de Lavi. Elle attrapa le bras du jeune homme et le posa autour de ses épaules alors qu’elle glissait son bras autour de sa taille. Collée à lui, elle marchait lentement, pas pressée de retourner à la chambre. Il n’y avait personne dans les couloirs à cette heure-ci, autant en profiter pour avoir un moment de proximité avec le rouquin.

Lorsqu’elle fut de retour dans la chambre, Eleonnora lâcha son amant qui alla s’assoir sur le lit pendant qu’elle refermait la porte de la pièce. Puis, elle vint prendre place à ses côtés après avoir retiré ses chaussures qu’elle jeta dans un coin de la pièce. Elle n’en aura plus besoin jusqu’au lever du jour. Le rouquin lui demanda si elle se sentait mieux. Il fallait dire que ces quelques heures de repos lui avait fait le plus grand bien. Peut-être qu’elle pourra tenter de se rendormir, un peu plus tard, cela ne lui fera pas de tort.


-« Ça va. La douleur causée par les blessures finira par disparaitre. Je suis forte, ça ne me tuera pas. »

Elle fit signe à Lavi de se coucher sur le matelas. Elle voulait qu’il soit installé sur le ventre afin qu’elle puisse lui faire un bon massage. Puis, lorsqu’elle le pu, elle s’assit sur ses fesses afin d’être plus confortable. Elle n’était pas très lourde et n’allait probablement pas le déranger. Faisant courir ses doigts sur sa peau chaude, elle le caressa un moment avant d’entreprendre un doux et relaxant massage. Elle ne s’y connaissait pas autant que Lavi, mais elle savait comment s’y prendre, c’était déjà ça.

-« Tu commences à oublier ton cauchemar ? » demanda-t-elle au bout d’un moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 33
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: Une symbiose pas si parfaite que ça [Nora/Lavi]   Mar 11 Déc - 18:56

Avoir de l'affection pour quelqu'un était plutôt paradoxal pour un bookman. A vrai dire, c'était même à l'inverse de leurs préceptes. Pour être impartial, il ne fallait pas ressentir quoique ce soit afin que le jugement soit sans faille. Les faits devaient être retranscrits tels qu'ils étaient réellement et non pas influencés par le ressentiment du bookman. Lavi avait réussi à passer plus de dix ans en occultant totalement ses sentiments et il s'était cru sur la bonne voie. A tort. Maintenant à la Congrégation, il devait avouer que son rôle lui tenait désormais à coeur et qu'il s'était même fait des amis. Des amis... c'était un drôle de terme pour lui qui ne les méritait même pas. Et maintenant qu'il les avait, il avait peur de les perdre. C'était un nouveau sentiment mais celui là, il le détestait.

Il avait fait un simple cauchemar où ses compagnons d'arme mourraient. Il n'y avait pas de quoi en faire un drame, c'était juste un mauvais rêve, rien de plus. Néanmoins, cela le bouleversait car c'était également une réalité possible et future. Et il ne voulait pas que cela arrive. Voir la russe mourir à sa place avait été de trop. Et les paroles assassines de son subconscient ne l'aidait vraiment pas à remonter la pente et à redresser le menton. Normalement il aurait dû les regarder mourir sans ciller. Mais cela lui était désormais impossible. Il se rendait compte à quel point il avait besoin d'eux et se trouvait ridiculement faible pour le coup. Il n'osa d'ailleurs pas le dire à Eleonnora qui l'avait rejoint dans le salon où il s'était réfugié. Il ignorait comment elle l'avait retrouvé mais il était heureux de sa présence, de sentir qu'elle s'inquiétait et qu'il lui importait. Car une des craintes de l'apprenti bookman était justement d'être oublié de tous. Après tout, il n'existait pas vraiment. Il n'avait même plus de nom. Seule sa date de naissance marquait encore son existence en ce monde. Il avait envie que pour une fois, quelqu'un s'inquiète pour lui, que sa disparition ferait de la peine à quelqu'un. Bien sûr il ne souhaitait pas faire de mal à qui que ce soit, il voulait juste se sentir... vivant, existant.

Eleonnora semblait être une personne comme il le recherchait. Elle était là, pour lui, ayant fait fi de sa tenue d'ordinaire si importante pour venir voir ce qu'il avait. C'était juste un bête cauchemar et pourtant, elle ne se moqua pas de lui et ne l'envoya pas promener. Elle essayait de le réconforter et il l'en remerciait pour ça. Il ne voulait pas que cela s'arrête un jour et que cette relation si particulière qu'ils partageaient disparaisse. Le rouquin adorait la jeune femme et il semblait la découvrir un peu plus tous les jours. Elle ne le décevait pas et malgré son caractère un peu particulier, ils s'entendaient très bien. Ils s'étaient certes disputés mais cela avait été de courte durée et maintenant qu'ils étaient réunis, Lavi pouvait affirmer que cette dispute n'était rien du tout. Il ne pouvait pas lui en vouloir, pas à elle. Il ne voulait pas la perdre que ce soit de cette façon ou d'une autre et le lui confia. Elle lui assura qu'elle ne comptait pas mourir, sachant se défendre et qu'il fallait qu'il en fasse de même car elle ne voulait pas le perdre non plus. Ce n'était pas grand chose, juste des mots mais cela suffisait au rouquin pour se sentir déjà un peu mieux. Au moins il comptait pour quelqu'un.


« J'remet pas en question ta faculté d'te battre, je sais de quoi t'es capable, tu es forte, expérimentée, douée... mais pas invincible. Mais j'te promet que j'resterais pas sans rien faire, je me battrais avec toi, j'te protégerais car t'es importante pour moi. Oh je sais que t'as pas besoin d'être protégée mais... je ne laisserais rien t'arriver. »

Il avait déjà perdu Doug, n'ayant rien pu faire pour empêcher sa mort, le tuant de ses propres mains parce que c'était la seule solution pour le libérer. Il ne voulait pas que cela se reproduise, il ne voulait plus perdre d'être cher, plus jamais. La solution était peut-être de redevenir celui qu'il avait été avant... mais il n'en avait pas l'envie. Il avait pris goût à l'amitié et pour rien au monde il ne serait revenu en arrière. Eleonnora lui souriait et cela lui suffisait pour le moment. Juste rester en sa compagnie finirait par le soulager et lui faire oublier ce qui le perturbait tant... en tout cas pour un temps. Il partagea un baiser avec elle et accepta sa proposition de retourner à la chambre et de profiter d'un massage. Main dans la sienne, il sortit avec précautions, évitant les bouts de verre. Une fois l'obstacle franchi, Eleonnora positionna le bras du rouquin autour d'elle tandis qu'elle le tenait par la taille, forçant ainsi leur proximité. Lavi lui offrit un sourire, appréciant le contact et il resserra doucement son étreinte, lui caressant l'épaule par la même occasion. Elle savait le mettre à l'aise, elle n'avait même pas besoin de parler.

Prenant leur temps, ils n'arrivèrent pas tout de suite à la chambre pourtant pas très loin. A l'intérieur, Lavi se posa sur le lit puis suivit des yeux la russe qui vint le rejoindre. Elle assura qu'elle allait bien, que ce n'était qu'une douleur, rien de plus. Encore une fois elle disait être forte et pouvoir le surmonter. Ca, Lavi le savait bien mais ce n'était pas une raison pour croire qu'elle pouvait tout endurer et ne pas s'enquérir de son état
.

« Je sais bien... Mais j'aime pas te savoir mal. Bien sûr que c'est qu'une douleur, mais tu peux pas m'empêcher d'me faire du souci pour toi, forte ou pas. » répliqua t-il avec un léger sourire

Puisqu'elle lui faisait signe de s'allonger, il s'exécuta et prit place sur le matelas, croisant les bras sous sa tête, la tempe posée contre. Eleonnora s'installa sur lui et commença à le masser longuement. Un tel geste lui faisait du bien. La jeune femme pouvait sentir à quel point il était tendu, les muscles contractés. Mais peu à peu, à force de sentir ses mains contre son dos, il se détendait. Encore un peu et il se serait presque endormi. Heureusement, la russe reprit parole, évitant qu'il ne sombre. Son cauchemar s'était éloigné mais les mots de son autre lui étaient toujours bien présents. Comment s'en défaire après tout ?


« J'en oublie une partie, oui... Ca fait du bien... »

Prenant appui sur ses bras, il se retourna doucement pour pouvoir lui faire face. C'était plus simple pour parler et elle l'avait déjà bien assez massé comme ça. Il la remercia d'un sourire et posa une main sur sa jambe, la caressant doucement. Devait-il lui dire que tout ça n'était que temporaire ? Il redoutait de le lui confier car il ne voulait pas que, pour éviter ça, elle ne lui adresse plus la parole. Il ne voulait pas perdre ces moments privilégiés avec elle. Mais elle avait bien le droit de savoir, non ? Il suffisait de ne pas trop en dire...

« Tu sais... Y a pas que ça. Je suis là juste temporairement, je pourrais même partir à n'importe quel moment. C'est comme ça. Et quelque part, je n'ai pas envie... parce que pour une fois que j'ai quelque chose, je veux juste pas le perdre. Enfin... c'est égoïste, oublie ça. Quoiqu'il arrive, sache que j'suis vraiment heureux de t'avoir connue, Nora. » fit-il lentement, d'une voix presque hésitante sauf sur la fin, tendant la main pour la poser sur la joue de sa partenaire

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff
l'Double effet Kiss Kool
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 21/03/2012
Age : 25
Localisation : Dans mon terrier =D

Feuille de personnage
Age : 23 Ans
Nationalité : Russe
Surnom : Nora / Bloody

MessageSujet: Re: Une symbiose pas si parfaite que ça [Nora/Lavi]   Mer 12 Déc - 2:05

Eleonnora était une femme forte, le genre de femme qui ne se laissait pas marcher sur les pieds et qui se battait avec acharnement pour obtenir ce qu’elle désirait. Si elle désirait rester en vie, elle fera tout ce qui est en son pouvoir pour ne pas mourir entre les terribles griffes de l’ennemi. Elle n’abandonnait pas si facilement. S’il suffisait qu’elle survive autant que possible et combatte jusqu’à son dernier souffle afin de se maintenir en vie dans l’espoir de pouvoir survivre quelques années supplémentaires, elle était prête à le faire. Elle pouvait bien le promettre à Lavi, c’était le genre de promesse qu’elle respecterait, sans aucun doute. Elle refusait que quelqu’un tente de mettre fin à ses jours et c’était bien ce don le rouquin avait peur. Le combat contre le Compte Millénaire n’avait rien de rose, des exorcistes et traqueurs tombaient chaque jour. Qui sait si ce ne sera pas au tour de l’un d’eux, dans un avenir rapproché ? Elle ne désirait pas y penser. Elle préférait rester optimiste, pour l’instant. Si elle se laissait gagner par l’aura d’inquiétude et de craintes que dégageait son amant, elle ne fera qu’aggraver son état moral du moment.

Lavi lui promis de se battre à ses côtés. Elle le croyait sans problème. Elle savait qu’ensemble ils pouvaient triompher lors de leurs missions. Elle n’avait aucune crainte à ce sujet. La jeune femme espérait qu’ils soient de nouveau envoyés ensemble, en mission. Ainsi, ils pourront se soutenir et passer un bon moment ensemble avant d’affronter la mort. Ils se battront, seront peut-être blessés, mais s’en sortiront vivant, c’était certain. Elle ne pouvait imaginer des scénarios catastrophiques, elle préférait voir le bon côté des choses, en ce moment. Elle ne comptait pas mourir, Lavi non plus, Peut-être qu’à deux, leur volonté de vivre sera plus forte que tous ?
Elle n’avait pas besoin d’être protégée et ne l’avait jamais demandé. Même si elle n’osera jamais l’avouer, elle acceptait que Lavi veille sur elle. Elle veillera sur lui en retour. Leur relation de départ avait évoluée. Ils s’étaient attachés l’un à l’autre. Ils ne voulaient pas se perdre. Alors, s’ils se protégeaient l’un et l’autre et collaborait – chose qui était plutôt difficile pour la jeune femme – ils pourront s’en sortir sains et saufs. Il était tout de même attentionné, prenant le temps de lui préciser qu’il savait parfaitement bien qu’elle n’avait pas besoin de quelqu’un pour la couver, qu’elle pouvait se débrouiller seule. Son attention était appréciée, malgré tout.


-« Je te tiens à l’œil. Le premier Akuma qui ose s’approcher un peu trop près, je le flingue. Ensemble, rien ne nous atteindra. »

Elle espérait tant que ce soit le cas. Elle ne le réalisait pas, mais ce genre de discours était loin d’être son genre. Elle n’avait jamais réellement parlé ainsi à quelqu’un. Peut-être était-ce parce que quelque chose l’avait toujours empêché de découvrir ce côté d’elle-même. Quoi qu’il en soit, peu importe la part d’elle qui s’adressait à Lavi, elle était sincère. Si la présence de Lavi pouvait rendre ses missions moins pénibles, s’ils pouvaient être ensemble à se soutenir, rien ne les arrêtera. Pas même les Akumas.

Ils quittaient à présent le petit salon, prenant garde aux bouts de verres posés sur le sol. Eleonnora n’avait pas posé de questions sur le sujet. Elle avait déjà la réponse. Probablement sous le choc de son cauchemar, de l’émission, Lavi avait agi violement et lancer son verre contre le mur. Si cela avait permis de faire évacuer la colère, elle y voyait du bon. Quelqu’un s’occupera de tout nettoyer le lendemain matin. Pour l’instant, son bras passé autour de la taille du rouquin, l’exorciste profitait du trajet jusqu’à sa chambre, qui se fit dans le plus grand des silences. Ils étaient bien ainsi, l’un contre l’autre, marchant ensemble. On aurait pu croire qu’ils formaient un véritable couple. Pourtant, Eleonnora était le genre de femme qui ne désirait pas d’attaches, elle avait mis les choses au clair dès le départ avec le rouquin. Et si, finalement, elle avait transgressé sa propre règle en se liant un peu trop à Lavi ? Puisqu’ils étaient discrets, personne n’était au courant de leur relation spéciale. Ils pouvaient bien agir à leur guise, tant qu’ils étaient ensemble et passait du bon temps.

Lorsqu’ils retrouvèrent la chambre d’Eleonnora, Lavi demanda à celle-ci si elle se portait bien. Ses blessures la faisaient encore souffrir, ce n’était rien de grave. Elle sera bientôt remise sur pied et tout ira pour le mieux. Il suffisait d’un peu de repos supplémentaire et le temps se chargeait du reste. Elle ne pouvait rien faire afin d’accélérer le processus de guérison. Lavi c’était occupé d’elle à merveille, s’assurant que ses plaies soient bien désinfectées et pansées. Malgré tout cela, le rouquin continuait de s’inquiéter pour elle. Pourtant, ses blessures n’étaient pas graves, elle n’allait pas en mourir. Il ne devait pas s’en faire, elle était forte. Elle avait connu pire et avait su se débrouiller sans soins. Ce n’était pas quelques plaies qui allaient lui causer du tort.

Faisant signe au rouquin de se coucher sur le ventre, la jeune femme vint s’installer sur lui afin de le masser. Elle n’était pas une spécialiste, mais savait comment faire pour détendre un homme. Lavi était terriblement tendu, il fallait qu’il soit apaisé, qu’il décompresse un peu, c’est pourquoi elle s’occupa de lui avec grand soin, massant entièrement son dos de ses mains agiles. Au bout d’un moment, elle lui demanda s’il avait oublié son cauchemar. Elle espérait que son massage eut l’effet escompté sur lui. Effectivement, c’était le cas : Lavi lui affirmait commencer à oublier tout cela. C’était ce qu’elle désirait entendre. Un sourire se dessina sur ses lèvres.

Le rouquin se retourna afin de lui faire face. Elle restait assise sur lui, l’observant silencieusement alors qu’il lui caressait doucement la jambe. Elle voulut se pencher afin de l’embrasser, mais le jeune homme pris la parole, ce qui l’empêcha de faire un mouvement afin de se rapprocher. Il avait quelque chose à lui dire. Elle n’était pas certaine de comprendre ce qu’il voulait dire. Il lui fallait quelque secondes de réflexion afin de trouver une réponse qu’elle n’était pas sûre de posséder, au final. Pourquoi devrait-il partir ? À cause de son métier de bookman ? Pourquoi ne pouvait-il pas choisir de rester ? S’il ne le désirait pas, rien ne l’obligeait à suivre son maitre. Malgré que, les choses n’étaient pas si simples que ça. Eleonnora savait bien ce que c’était que de devoir remplir les exigences d’une personne même si cela ne lui plaisait pas.


-« Pourquoi partir, si tu n’en a pas envie ? Tu pourrais prendre ta vie en main, tu es encore jeune, si tu décides de te laisser marcher sur les pieds comme ça, de te laisser commander par les autres, tu seras obligé de subir ça pour le reste de tes jours. Pourquoi tu ne restes pas, si c’est ce que tu veux ? Je n’ai pas envie que tu partes, je m’en fiche de paraitre égoïste ou quoi que ce soit du genre. J’ai envie que tu restes avec moi et je fais toujours en sorte d’obtenir ce que je veux… » Elle soupira, puis ferma les yeux lorsque la main de Lavi caressa sa joue. « Ne me parle pas comme si tu me faisais des adieux. »

Elle rouvrit les yeux afin de fixer le rouquin. Puis, elle l’étreignit, passant ses bras autour de son cou. Elle désirait simplement rester comme ça, dans le silence. Pour une fois, il lui semblait le bienvenue. La jeune femme repensait à ce que venait de lui dire Lavi. Devait-elle s’attendre à ce qu’il disparaisse, bientôt, du jour au lendemain ? Allait-elle le perdre à jamais ? Elle n’avait pas envie de penser à cela et, pourtant, rien d’autre n’arrivait à lui occuper l’esprit. Elle craignait qu’il ne laisse tout tomber afin d’aller ailleurs, dans un lieu inconnu, loin de tous. Elle lui disait de se rebeller, de faire ce qu’il avait réellement envie. Et si elle suivait ses propres conseils ? Parfois, ça aurait du bon.

-« Tu comptes partir bientôt ? » Demanda-t-elle d’une voix douce, hésitante.

Elle espérait que la réponse soit négative. Elle avait peur de l’entendre, en fait. Elle ne savait à quoi s’attendre. Et s’il répondait par l’affirmative ? Que fera-t-elle ? Elle devait profiter du temps qu’elle avait en sa compagnie, comme si chaque jour était le dernier. Elle ne devait pas penser à cela. Elle avait l’occasion de passer un maximum de temps avec le rouquin pendant son séjour à la Congrégation. Elle ne devait pas le gaspiller à se poser d’innombrables questions.
Se redressant légèrement, la jeune femme plongea, une fraction de seconde, son regard dans celui de son amant. Puis, elle l’embrassa tendrement. Elle voulait profiter un maximum de ce précieux temps qui s’écoulait à une vitesse folle. Qui sait ce qui se passera demain ? Tout pouvait arriver et elle ne voulait pas y penser. Elle désirait se concentrer sur Lavi, uniquement sur lui. Elle avait l’impression que la Congrégation en entier n’existait plus. Elle ne pensait qu’à son amant, elle ne voyait que lui, comme s’ils étaient, à présent, dans un autre univers où ils étaient seuls, l’un contre l’autre, à l’abri de tout. Personne ne pouvait les déranger. Ils étaient seuls. Peut-être était-ce leur dernier moment ensemble, il ne fallait surtout pas le gâcher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 33
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: Une symbiose pas si parfaite que ça [Nora/Lavi]   Mer 12 Déc - 8:45

Même les gens les plus expérimentés, les plus doués, les plus forts, finissaient par mourir un jour. Il y avait toujours plus fort que soit et la seule façon pour les exorcistes de survivre un peu plus longtemps était de compter sur l'esprit d'équipe. Ce n'était pas pour rien qu'ils n'étaient jamais envoyés seuls en mission, toujours au moins en binôme. Cependant, ce n'était pas non plus toujours un gage de réussite, il n'y avait qu'à voir l'état physique et moral d'Eleonnora à son retour pour s'en rendre compte. Comme quoi, cela dépendait aussi de la personne avec qui l'on était envoyé. Tout le monde ne s'entendait pas toujours et accorder ses violons n'étaient pas forcément aisé. Lavi lui même avait eu cette désagréable expérience la première fois qu'il s'était battu aux cotés de Nora. Elle l'avait tout simplement laissé en plan et il avait failli y rester. Mais tout ça était du passé. Leur relation avait évolué et le rouquin était persuadé que c'était le genre de choses qui ne se reproduirait pas. Pourquoi ? Parce qu'ils tenaient trop l'un à l'autre pour qu'ils agissent dans l'unique but de détruire l'Akuma.

Dans son rêve, Lavi avait vu Eleonnora mourir sous ses yeux pour le protéger. Il l'avait touchée, comme si elle était réelle, ne réalisant pas alors que ce n'était qu'une illusion et pas la réalité. Maintenant, elle était bien présente et vivante, à ses côtés, lui rendant l'étreinte qu'il lui donnait. Elle lui assurait qu'elle ne mourrait pas et pourtant, Lavi doutait encore. Lui qui semblait toujours optimiste, qui ne laissait jamais tomber, à cause de son rêve, il remettait tout en question. Il avait déjà vu tant de gens mourir... mais il ne voulait pas que la russe subisse le même sort, quoiqu'elle en dise. Oh elle était forte, il le savait bien, mais elle était tout aussi vulnérable à la mort que n'importe qui.

Lavi lui confia qu'il la protégerait même si elle estimait sans doute ne pas en avoir besoin. Elle n'était pas du genre princesse en danger qu'il fallait constamment surveiller et protéger mais malgré tout, le rouquin comptait bien veiller sur elle. Et elle aussi visiblement, lui affirmant qu'elle le surveillerait également. Elle eut un discours qui ne lui ressemblait pas, prétextant qu'à eux deux, ils surmonteraient tout. Lavi l'espérait bien mais était surpris de l'entendre tenir de tels propos. C'était loin de ce qu'elle lui avait servi la première fois. Loin, vraiment, mais celui lui faisait plaisir à entendre. Pensait-elle la même chose à propos de son partenaire habituel ? Sans doute sinon ils ne travailleraient plus ensemble depuis le temps. Néanmoins, cette affirmation de la part de la russe le faisait déjà se sentir mieux. Elle ne comptait pas mourir et il avait confiance en sa soif de vivre.


« Tu as raison... Et puis si on y reste, on pourrait plus profiter de tout ça, ce serait quand même dommage. Je demanderais à être envoyé plus souvent en mission avec toi. J'doute que Komui refuse. Mieux vaut envoyer ensemble des gens qui s'entendent bien. Et puis comme ça... on sera tranquilles aussi, enfin j'espère. »

Quittant le salon, le rouquin se laissa faire lorsqu'Eleonnora vint se coller contre lui pendant leur petit trajet de retour. Il appréciait son contact et fit en sorte de le prolonger, la conservant contre lui d'un geste tendre. Si quelqu'un les avait surpris, nul doute qu'il les aurait pris pour un couple, mais il y avait peu de chance de croiser quelqu'un à cette heure de la nuit. De toute façon, contrairement à la russe, Lavi s'en fichait. Bien sûr, mieux valait qu'ils ne s'affichent pas ainsi sous peine de représailles de la part de Bookman, mais le rouquin avait pour le moment besoin d'être près d'elle, quoiqu'en dise les autres. Tant pis s'il décevait quelqu'un, pour l'instant il écoutait ses envies. Il respectait cependant le fait qu'Eleonnora ne veuille pas que l'on connaisse cette autre part d'elle-même et se serait arrangé pour que personne ne soit au courant. Mais là, ils étaient seuls de toute façon alors pourquoi se priver ?

Mais puisqu'ils étaient à présent dans la chambre, ils n'avaient plus besoin de se cacher. La jeune femme le rassura à propos de ses blessures et il n'insista pas, ne désirant pas qu'elle pense qu'il la sous-estimait ou la croyait fragile, ce n'était pas le cas. Il s'allongea donc comme elle le lui avait demandé, profitant de l'agréable massage qu'elle lui prodiguait. Oui, son cauchemar s'effaçait mais une partie subsistait toujours. En règle générale, Lavi n'affichait qu'un visage joyeux comme si rien ne pouvait le rendre triste mais ce n'était qu'une façade. Il n'avait même pas pu se forcer devant la russe. Mais à présent qu'elle lui avait remonté le moral de par sa présence, il se sentait mieux et recommençait à sourire. Néanmoins, il restait un point sombre et il voulait lui en parler. C'était risqué mais il le fallait. Parce qu'après tout, il ne voulait pas baser leur relation sur un mensonge. Il tenait trop à elle pour lui mentir comme il le faisait aux autres.

Se retournant pour lui faire fasse, la conservant assise sur lui, il l'observa avant de prendre la parole, lui expliquant sans toutefois trop détailler ce qu'il risquait d'arriver. Eleonnora ne semblait pas d'accord sur le sujet, lui affirmant qu'il n'avait qu'à ne pas partir s'il ne voulait pas, ne pas obéir à quelque chose qui ne lui plaisait pas. Si seulement c'était aussi simple... Elle disait également qu'elle ne voulait pas qu'il parte et qu'elle ferait tout pour ça. Mais que pouvait-elle bien faire ? Elle n'avait aucun impact sur les bookmen. Personne n'en avait. Elle lui reprocha également de lui parler comme si c'était la dernière fois. Elle n'avait pas tout à fait tort, il lui disait ce qu'il lui aurait dit s'il devait partir. Mais il préférait le faire plutôt que de ne jamais le lui dire
.

« Parce que j'ai pas le choix, c'est comme ça. Ca a toujours été comme ça. Tant que je ne suis que successeur, que je ne suis pas encore Bookman, je ne peux que suivre mon maitre. C'est la voie que j'ai choisi et je m'y tiens. Mais... j'ai pris goût à ma vie ici et je n'ai pas envie de tirer un trait dessus comme sur le reste de ma vie avant ça. Malheureusement ce n'est pas moi qui décide pour le moment... Moi aussi j'aimerais rester là, avec toi. Mais je ne me fais pas trop d'illusions... C'est aussi ça dont j'ai rêvé... »

Lavi passa ses bras autour d'elle lorsqu'elle s'allongea contre lui pour l'étreindre. Comment pourrait-il se passer de ses bras réconfortants et de sa peau agréablement chaude et douce ? Plus que ça, il ne voulait pas perdre ces moments juste à eux et cette relation étrange qu'ils entretenaient. Ils restèrent silencieux un petit moment, juste l'un contre l'autre. Malgré le geste de la russe, le rouquin continuait d'espérer qu'elle ne le lâche pas maintenant qu'elle savait que tout ça n'était que temporaire. Finalement, elle demanda pour quand était prévu le départ. Ce n'était pas demandé d'une façon agressive ou distante, ce qui rassura l'apprenti bookman. Toutefois, il n'eut pas le temps de répondre puisque les lèvres de la jeune femme vinrent rejoindre les siennes. Il répondit à son baiser, l'étreignant un peu plus. Si au début, ils ne s'embrassaient que dans un but purement charnel, à présent ce n'était plus le cas. C'était une sorte d'affection poussée, une certaine forme d'amour, que le rouquin ressentait pour elle. Séparant leurs lèvres après un petit temps, il répondit enfin.

« Je ne sais pas. Ca peut être dans 3 ans comme dans 2 jours. Ca fait déjà longtemps que je suis ici, plus que je ne l'ai jamais été nulle part ailleurs. Ca dépend de la durée de la guerre et des évènements. D'un certain côté, je souhaite la fin de la guerre, comme tout le monde. Mais d'un autre côté, plus elle se terminera vite, plus vite je serais parti... Alors je ne peux pas vraiment te donner de réponse. Et très sincèrement, si ça ne tenait qu'à moi, je ne partirais pas. Mais je voulais que tu sois au courant... je ne voulais pas te décevoir. » expliqua t-il à mi voix comme s'il avait peur qu'on les entende

Machinalement, Lavi caressait le dos de la jeune femme tout en la regardant. Maintenant que c'était dit, il se sentait un peu mieux. Mais la menace de son départ restait bien réelle. Il ne voulait pas s'inquiéter inutilement mais le risque lui pendait tout de même au nez. Mieux valait que Bookman n'apprenne jamais ce qu'il faisait avec Eleonnora sous peine de voir le jour de son départ se pointer plus tôt que prévu
.

« C'est en partie ta faute aussi, si je n'ai plus envie de partir. Tu rends ce travail bien plus agréable... » fit-il avec un léger sourire pour lui montrer que c'était loin d'être un reproche.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff
l'Double effet Kiss Kool
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 21/03/2012
Age : 25
Localisation : Dans mon terrier =D

Feuille de personnage
Age : 23 Ans
Nationalité : Russe
Surnom : Nora / Bloody

MessageSujet: Re: Une symbiose pas si parfaite que ça [Nora/Lavi]   Mer 12 Déc - 14:45

Eleonnora était ravie à l’idée de faire sa prochaine mission en compagnie de Lavi. Elle n’avait pas envie de supporter la présence d’un autre exorciste. Il était le seul qu’elle désirait et si Komui ne lui mettait pas en équipe, elle s’arrangera alors pour le faire changer d’idée. Pas question qu’elle participe à de nouvelles missions comme celle qu’elle venait d’exécuter avec Stephen. Elle en avait assez. Pour une fois qu’elle trouvait le partenaire idéal, celui avec qui elle pouvait parfaitement se coordonné, qui la comprenait autant qu’elle pouvait le comprendre, avec qui une espèce de chimie affluait, elle ne désirait pas se passer de lui. Puisque Lavi lui affirmait que Komui ne refusera pas sa demande, elle se sentait rassurée.

La jeune femme ne désirait pas voir ces bons moments avec Lavi se terminer. Elle ne voulait pas voir son amant aussi chamboulé qu’en ce moment même. Si elle pouvait faire quelque chose pour lui, elle comptait bien faire de son mieux. Déjà, alors qu’elle avait fait de son mieux pour le réconforter, il semblait aller un peu mieux, quittant le salon en sa compagnie. Elle se cala confortablement contre lui pour marcher, afin de sentir son corps contre le sien à chaque pas. Elle était bien, tout simplement. Elle leva la tête afin de lui sourire. Tout était bien qui finissait bien.

Une fois à la chambre, Lavi questionna sa partenaire sur son état actuelle. Certes, ses blessures la faisaient encore souffrir légèrement, mais elle n’allait pas se plaindre. Elles n’étaient pas si graves que cela, elle allait survivre. Et puis, avec son bel infirmier tout dédier à elle, elle ne pourrait qu’aller mieux. Les pansements l’embêtaient légèrement, elle détestait avoir ce genre de chose contre la peau, mais elle ne pouvait les retirer, pour l’instant. Jusqu’à présent, elle avait assez bien réussis à les oublier et ne plus s’en soucier. Cependant, lorsqu’elle touchait une partie de sa peau couverte pas les bandages, elle se souvenait aussitôt de leur présence et l’envie de les retirer n’était que plus forte. Elle devait pourtant faire preuve de bonne volonté et éviter de les enlever pour les jours à venir. Y arrivera-t-elle ?

Ayant proposé un massage au jeune homme, Eleonnora était bien décidée à tenir parole et s’occuper de lui. Elle le fit se coucher sur le ventre et le massa doucement, longuement, jusqu’à ce qu’il commence à être bien plus détendu et se sente mieux. Elle espérait que ses craintes s’envolent peu à peu. Elle ne voulait pas le voir souffrir. Cependant, quelque chose le tourmentait toujours. Il avait besoin d’en parler et se retourna vers la jeune femme afin de s’adresser à elle. Elle cessa le massage, l’écoutant attentivement.

Ce qu’elle entendit ne lui plaisait pas. Pourquoi partir ? Pourquoi devait-il quitter la Congrégation alors qu’il ne le désirait pas ? C’était tout simplement insensé ! Elle ne voulait pas qu’il parte. En peu de temps, elle s’était attachée à lui. Un peu trop, même. Elle ne pouvait se passer de lui. C’était la première fois qu’elle vivait une relation si étrange, si spéciale avec une personne. Ils se sont rapidement créé des liens, ils étaient si bien ensemble… Elle ne voulait pas perdre cela ainsi, du jour et lendemain. C’était trop difficile. La jeune femme ne savait pas ce qui se passait en elle, ce qui la transformait tant, mais le rouquin ne la laissait pas indifférente, elle se sentait toute autre avec lui. Elle avait toujours su être douce, avec les hommes, mais c’était bien dans le but de finir dans le même lit qu’eux, ce n’était qu’un jeu. Avec Lavi, elle n’avait pas besoin d’être à la fois douce tentatrice et manipulatrice des sentiments. Elle n’avait qu’à être… ce qui était peut-être elle-même. Elle ne savait plus. Elle ne savait plus qui elle était réellement. Elle jouait constamment un jeu qu’elle en venait à ne plus savoir quel rôle adopter. Il était temps pour elle de tout remettre en question.


-« C’est encore long l’apprentissage de bookman ? Tu dois suivre ton maitre pendant combien de temps encore ? Après, tu pourras bien faire ce que tu veux et revenir ici si ça te plait, non ? »

Elle ne saurait décrire ce qu’elle ressentait pour Lavi, mais pouvait s’avouer que c’était suffisamment fort pour qu’un futur départ de sa part l’effraie. Ils étaient tous deux coincés dans une destinée qui ne leur plaisait pas pleinement. Il ne désirait pas partir et abandonner tant de personnes derrière lui en suivant son maitre afin d’accomplir son devoir de bookman. Elle ne désirait pas rester ici à risquer sa vie à tous les jours dans une guerre dévastatrice afin de satisfaire les exigences de son paternel. Malgré leur désir de changer leur propre situation, ils savaient que cela était impossible. Ils étaient dans une impasse.

Se penchant sur Lavi, se couchant sur lui afin de l’étreindre tendrement, la jeune femme osa lui demander dans combien de temps il comptait partir. Elle craignait la réponse. Pourtant, habituellement, elle se contentait de rejeter les hommes après avoir couché avec eux, ne regrettant pas leur départ, ne le remarquant à peine. Mais Lavi était différent d’eux. Elle avait également appris à le connaitre, elle avait découvert quel genre de personne attachante il était et elle… elle s’en était amourachée comme une pauvre idiote. Maintenant, elle redoutait une quelconque séparation, sachant déjà qu’elle allait en souffrir.
Embrassant tendrement Lavi, elle l’empêcha de répondre. Elle n’était plus certaine de vouloir connaitre la réponse à sa question. Elle désirait passer un maximum de temps avec lui sans se dire que la date butoir de son départ approchait à grand pas. Rompant le baiser, le rouquin lui répondit finalement. Eleonnora retint son souffle.

Il n’y avait pas de date déterminée. Il ne partira peut-être pas tout de suite. Tout dépendait de ce qui se produisait. Cela signifiait qu’elle restera encore un moment avec lui. Elle pourra profiter de davantage de temps à sa compagnie. Cela la rassurait. Elle devait vivre chaque moment comme si c’était le dernier. Il n’y avait rien à faire. Elle ne pouvait pas influencer le vieux bookman. Lui crier dessus des insanités et autres paroles du genre ne fera que le pousser à partir. Comme elle était assez impulsive parfois… il valait mieux qu’il ne soit pas dans les parages leur jour de leur départ.

-« Il doit y avoir d’autres bookman dans le monde, non ? Ils peuvent bien s’occuper des autres guerres tant que celle-ci sera toujours d’actualité. Et puis, tu es bien renseigner, tu dois bien avoir vu l’évolution de notre combat contre le Compte… Je sais très bien que cette guerre ne sera pas terminée de sitôt. Alors tu ne partiras pas, n’est-ce pas ? »

Elle semblait si accro à lui… Comment un homme pouvait lui faire un tel effet ? Peut-être parce que, pour une fois, elle n’était pas tombée sur un sale pervers ? Elle avait eu la chance de tomber sur quelqu’un de bien. Elle en était très heureuse. Se calant confortablement dans les bras de Lavi, elle se laissa légèrement glisser à ses côtés afin de ne pas l’écrasée. La tête posée sur son torse, elle ferma les yeux, caressant distraitement sa peau de ses doigts fins.

-« C'est en partie ta faute aussi, si je n'ai plus envie de partir. Tu rends ce travail bien plus agréable... »

Elle leva la tête, lui sourit à son tour. Au moins, elle pouvait se rassurer sur le fait que leurs sentiments semblaient réciproques. L’un rattachait l’autre à cet endroit. Si cela continuait comme cela, elle ne quittera plus la Congrégation. Peut-être finira-t-elle par s’y plaire, lorsqu’elle sera habituée à l’environnement ? Elle en doutait, mais elle pouvait toujours être surprise. Lorsque l’on connait les bonnes personnes, n’importe quel endroit désagréable pouvait se transformer en un véritable paradis. Lavi était son paradis.

-« C’est mon travail de faire en sorte que certaines choses soient agréables… mais il faut avouer que j’adore ça… surtout lorsque c’est pour te remonter le moral. »

Elle lui offrit un petit sourire coquin et se redressa afin de l’embrasser. Encore une fois, elle se plongeait dans son rôle de perverse de service. Cela lui allait plutôt bien. Glissant une main sur le pantalon de Lavi, elle le lui retira avant de le jeter au sol. Puis, elle se pencha sur lui afin de l’embrasser de nouveau. Jamais elle ne se lassait de ses lèvres. Jamais elle ne se lassait de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 33
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: Une symbiose pas si parfaite que ça [Nora/Lavi]   Mer 12 Déc - 22:54

Personne n'aimait faire des cauchemars. Lavi n'y faisait pas exception. Mais plutôt que de chercher du réconfort auprès de celle qui dormait avec lui, le rouquin avait préféré s'isoler... pour être seul avec lui-même. A quoi bon la déranger pendant un sommeil qui était pour elle sans doute réparateur ? Elle n'avait pas besoin de ça et puis que pouvait-elle y faire ? Mais il se trompait. Elle pouvait y faire beaucoup et il ne s'en rendait compte que maintenant qu'elle était là avec lui, à le rassurer de par sa présence, ses gestes et ses mots. Finalement, il n'était pas si bien tout seul.

Maintenant un peu apaisé, il était plus apte à écouter les propos de sa partenaire. Il n'avait fait qu'un mauvais rêve, il devait le surmonter et aller de l'avant. A quoi bon craindre le pire ? Il pouvait bien sûr arriver n'importe quand mais douter ne ferait pas avancer les choses. Et puis il n'était pas comme ça... Auparavant si. Si pessimiste, n'ayant aucune vision d'un avenir meilleur. Mais maintenant il y croyait. En tout cas il voulait y croire. Il avait en tout cas des gens sur qui compter... et qui tenaient à lui, comme Eleonnora. Ainsi, il se sentait vraiment exister et pas simplement être un fantôme. C'était peut-être juste de ça dont il avait besoin après tout.

La russe ne s'arrêta pas là dans ses bonnes intentions et plutôt que de repartir seule à sa chambre, elle l'entraina avec lui après lui avoir proposé un massage. Se détendre auprès d'elle suffirait sans doute à ce qu'il puisse se rendormir sans craindre de faire à nouveau un cauchemar. L'un contre l'autre, ils se rendirent à la chambre de la jeune femme, tel le couple officieux qu'ils formaient. Pourquoi faire semblant alors qu'ils étaient bien ainsi ? Profiter, c'était le mot d'ordre qu'ils s'étaient fixés l'un l'autre. D'ailleurs c'était ce que faisait Lavi, allongé sous Eleonnora, profitant de ses caresses et ses massages. Plus détendu, il eut envie de lui confier une partie de ce qui le tourmentait. Mais cela sembla inquiéter la jeune femme. A juste titre.

Eleonnora savait pointer du doigt les évidences mais malheureusement Lavi ne pouvait pas se soustraire à son rôle de bookman aussi facilement. Déjà parce que c'était son rêve, son but. Et ensuite parce qu'il était l'héritier des bookmen, le seul. Il ne pouvait pas juste tout laisser tomber sur un coup de tête. Son destin n'était pas entre ses mains. Allongé contre l'exorciste, il réfléchissait. Il ne voulait pas partir mais cela lui pendait au nez, telle une épée de Damoclès au dessus de la tête. Il expliqua une partie de tout ça à Eleonnora qui enchaina les questions, cherchant apparemment à trouver la faille dans ce système préconçu
.

« Ca peut l'être, oui. Je ne deviendrais Bookman qu'à la mort de ce dernier. Je suis son successeur, rien d'autre. Donc ça peut durer encore un moment, difficile à dire. Mais une fois Bookman, je... » commença t-il avant de s'interrompre

Il ne pourrait pas faire ce qu'il voulait non, il avait des responsabilités. Seulement, il avait envie d'enfin pouvoir tenir sa vie entre ses mains et de faire ses propres choix. Tant qu'il faisait son travail, pourquoi ne pas bousculer un peu les règles établies ?


« Je ferais c'que je peux pour revenir. Même juste pour te revoir. » conclua t-il en la regardant

Puis elle lui demanda quand il comptait partir. Il n'en savait rien et ne pouvait pas lui donner une réponse claire. Tant mieux dans un sens car cela repoussait la fameuse date. Lavi appréhendait ce jour, se sentant déjà déchiré en deux par ses sentiments nouvellement développés. Quelle idée il avait eu de s'attacher. Mais dans des moments comme celui-ci, dans les bras de la russe, parlant simplement de tout et rien, à l'aise, il se disait qu'il ne regrettait rien. Néanmoins il ne voulait pas faire souffrir les autres et il sentait qu'Eleonnora ne voulait pas qu'il parte. Elle le lui disait même, ce qui le touchait davantage. Non, il ne voulait pas la perdre. Prenant le temps de se laisser aller à quelques gestes de tendresse, il finit néanmoins par répondre. Encore une fois, la russe trouva un semblant de solution pour lui faire voir le bon côté des choses. Oui, cette guerre ne risquait pas de finir de sitôt. Mais elle faisait erreur sur un point.


« On est pas nombreux. A vrai dire je ... crois que mon maitre est le dernier. D'où toute l'importance de notre tâche. Mais t'as raison, Nora. La guerre est pas prête de s'terminer donc j'ai aucune raison d'partir pour le moment. J'sais même pas pourquoi je redoute tant ce moment pourtant si lointain... Peut-être parce que tu me manqueras trop. »

Lavi enchaina sur un compliment déguisé en reproche mais il savait qu'elle ne le prendrait pas mal. D'ailleurs elle sembla soudainement plus entreprenante, jouant le jeu. Il savait bien qu'elle préférait son autre travail, cela se voyait. Il la laissa faire lorsqu'elle lui ôta son pantalon, répondant à son baiser tout en glissant ses mains sous son haut pour pouvoir caresser la peau de son dos. Du bout des doigts, il effleurait les bandages fraichement posés. Non, ils ne devaient pas prendre le risque d'aggraver les blessures d'Eleonnora. De toute façon, Lavi n'avait pas besoin de ça pour être bien avec elle. Juste sa présence lui suffisait. Cela ne voulait pas dire qu'il n'avait pas envie d'elle, au contraire... mais cela attendrait. Séparant leurs lèvres, il la regarda, lui caressant la joue.

« Et tu fais magnifiquement bien ton travail, j'suis un homme comblé. Mais tu m'as déjà remonté le moral, Nora, j'ai pas besoin de ça. J'ai juste besoin de toi. Une nuit dans tes bras et demain j'aurais tout oublié, ce sera plus qu'un mauvais souvenir. Laissons à ton corps un peu de repos, histoire que j'puisse lui faire honneur d'ici quelques jours. »

Il se cala contre elle, la laissant s'allonger tandis qu'il posait sa tête doucement contre son ventre, à un endroit où elle n'était pas blessée. Puisqu'il l'avait soignée, il savait quels endroits étaient douloureux. Fermant les yeux, il profitait de sa chaleur, continuant de caressant sa peau sous son vêtement. Quoi demander de plus ?

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff
l'Double effet Kiss Kool
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 21/03/2012
Age : 25
Localisation : Dans mon terrier =D

Feuille de personnage
Age : 23 Ans
Nationalité : Russe
Surnom : Nora / Bloody

MessageSujet: Re: Une symbiose pas si parfaite que ça [Nora/Lavi]   Jeu 13 Déc - 3:19

Eleonnora s’était rarement sentie aussi bien dans les bras d’un homme. La majorité du temps, elle se servait d’eux le temps d’une nuit, les attirant dans son lit. Après avoir eu une relation charnelle avec sa proie du soir, cette dernière quittait bien rapidement son domicile, si ce n’était pas la jeune femme qui la mettait à la porte en premier. C’était purement physique. Elle ne désirait pas d’attache. Elle préférait butiner d’un homme à l’autre, un peu comme une abeille. Cependant, elle comprit réellement ce que c’était que de s’amouracher d’une personne. Lavi en était la preuve. Elle l’appréciait, l’adorait, voulait passer du temps avec lui, pas seulement pour le sexe, mais également pour ces bons moments qu’ils passaient ensemble. Elle ne pensait plus à se chercher d’autres hommes, depuis sa rencontre avec lui. Elle n’en avait pas besoin. Après en avoir vu de toutes les couleurs, il lui fallait plus qu’un simple inconnu pour apprécier les plaisirs de la chaire. Ce devait être pour cette raison qu’avec Lavi cela était plus intense. Elle le faisait avec une personne qu’elle adorait. Les sentiments entraient en ligne de compte. La jeune femme désirait que leur relation actuelle ne change jamais. Elle se plaisait bien ainsi. Elle considérait cela comme une amitié bien particulière et cette situation semblait également plaire à Lavi. C’était comme un rêve éveillé.

Cependant, une ombre venant ternir son joli rêve. Lavi devra partir, quitter la Congrégation, un jour ou l’autre. Il sera forcé de poursuivre son rêve de Bookman, appliquant les règles de son maitre, de son clan. Elle ne pouvait rien faire pour changer cela. Lorsque la guerre sera terminée, elle ne le reverra plus jamais. À cette seule pensée, son cœur se serrait. Le temps était compté, à présent. Elle devait en profiter un maximum avant que la date fatidique ne tombe. Les adieux seront probablement déchirants, mais elle pouvait déjà s’y préparer mentalement… ou ne pas y penser du tout. Elle ne savait laquelle des deux options lui causera moins de tort. Au final, le résultat sera le même : Lavi ne fera plus partie de sa vie.

Cherchant une solution, tentant de trouver une façon de conservait le jeune homme auprès d’elle, Eleonnora essayait tant bien que mal d’évaluer la situation et de chercher un moyen de ne pas avoir à faire face à ces adieux déchirants. Puis, une idée germa dans son esprit. Elle devait réfléchir. Et si le départ de Lavi s’effectuait dans quelques années ? Et s’ils étaient toujours aussi près l’un de l’autre au fil des mois et que leur relation n’avait fait qu’évoluer positivement entre temps ? Y aurait-il une chance… une mince chance que…


-« Et si tu amenais quelqu’un avec toi ? Une personne de confiance avec qui partager tes voyages, même s’ils n’ont rien de drôle… Lorsque ton maitre ne sera plus là, tu seras seul. Un peu de compagnie ne te fera pas de tort. »

Si Lavi se retrouvait à être le seul Bookman existant, il n’aura pas d’autre choix que de trouver un héritier, que de voyager et survivre à travers les guerres jusqu’à ce qu’il ait finalement un successeur en mesure de prendre la relève. Eleonnora ne connaissait pas parfaitement les bookmans, leurs règles et tout ce qui les entourait. Elle tentait de réfléchir à toute cette situation, mais avec des informations manquant à l’appel c’était bien plus difficile. Lavi qui était lui-même un apprenti ne trouvait d’autres solutions au problème. Lorsque viendra le temps de partir, il devra quitter la Congrégation et tous ses amis. Les règles semblaient avoir été établies pour empêcher une quelconque faille, malheureusement.

-« Si tu pars… tu me manqueras également… »

Leurs sentiments semblaient réciproque l’un envers l’autre. Ils n’avaient pas envie de se perdre. Pourquoi souhaiter la fin d’une si merveilleuse relation ? La séparation sera dure, c’était certain. La jeune femme appréhendait ce moment, qu’il surgisse dans les temps à venir ou dans un avenir lointain. Quoi qu’il en soit, elle devait cesser de se faire du mal en pensant à cela. C’était totalement inutile.

Lavi complimenta la jeune femme et celle-ci en profita pour faire ressortir son côté charmeur et sensuel. Eleonnora avait totalement oublié ses blessures et s’affaira plutôt à retirer le pantalon de Lavi qu’elle jeta sur le sol. Elle avait quelques idées en tête et avait envie de s’amuser avec le rouquin. Bien que ce n’était peut-être pas le meilleur moment, cela pourra probablement lui changer les idées, lui faire oublier à tout prix qu’elle devra se séparer de lui un jour ou l’autre. La jeune femme embrassa tendre son amant, frissonnant lorsque ses mains se glissèrent sous son chandail afin de caresser sa peau. Elle s’apprêtait à lui retirer son sous-vêtement lorsqu’il rompit le baiser. Il n’avait pas besoin qu’il se passa quelque chose de charnel avec elle, ce soir. Il avait simplement besoin de sa présence. Il se sentait bien en sa compagnie et ne nécessitait que ses bras, dans lesquels dormir. La jeune femme aurait pu être vexée qu’il la repousse ainsi, mais y voyait, au contraire, un homme attentionné qui souhaitait simplement sa présence d’esprit, pas seulement son corps. Lui souriant, Eleonnora posa un baiser sur ses lèvres avant de s’allonger à ses côtés. Elle sentit la tête du rouquin se poser sur son ventre. Cependant, alors qu’ils étaient tous deux biens installés, elle décida de se redresser, doucement.


-« J’ai simplement envie de dormir nue contre toi. » Fit-elle en retirant son chandail qu’elle jeta au sol.

Retirant son pantalon, puis sa culotte, la jeune femme se retrouva nue bien rapidement. Elle était à l’aise, ainsi. Attrapant une légère couverture trainant au bout du lit, elle la ramena sur le bas de son corps ainsi que celui de son amant. Puis, elle se recoucha afin de lui permettre de poser de nouveau sa tête sur son ventre. Ainsi, elle pouvait jouer dans sa chevelure de feu, fixant le plafond, la tête ailleurs. Puis, au fil de ses pensées, une question lui vint en tête. En fait, elle pensait connaitre la réponse, mais voulait s’assurer qu’elle ne rêvait, que c’était bien vrai.


-« J’y pense… Tu as quel âge ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 33
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: Une symbiose pas si parfaite que ça [Nora/Lavi]   Jeu 13 Déc - 10:23

Malgré son jeune âge, Lavi était habitué à partager le lit des femmes mais cela restait ponctuel. Jamais il ne s'y aventurait plusieurs fois d'affilé, histoire que jamais il n'y ait d'attache. Une histoire d'un soir, c'était nettement plus facile à gérer et il n'y avait ainsi pas de quiproquo possible. De toute façon, en tant que futur Bookman, il ne pouvait pas se permettre d'avoir une relation autre que charnelle. Mais il restait un homme et qui plus est, un homme qui aimait les femmes. Il ne se privait donc pas pour satisfaire ses besoins dès qu'il en avait l'occasion. Il était peut-être privé d'amour mais il pouvait bien faire ce qu'il voulait de son corps. Malheureusement, depuis son arrivée à la Congrégation, les choses avaient quelque peu évoluées. Il y avait trouvé l'amour mais il essayait d'en rester malgré tout éloigné, sachant très bien qu'il n'y avait pas le droit et que cela ne ferait que les faire souffrir. Et puis il y avait troué autre chose, quelque chose de tout à fait inattendu en la personne d'Eleonnora.

Si à l'origine, ils avaient couché ensemble sur un coup de tête, une simple envie, désormais ce n'était plus le cas. D'ailleurs il n'avait pas pensé sur le coup que cela se reproduirait... ce n'était pas dans ses habitudes ni dans celles de la russe apparemment. Mais s'en plaignaient-ils ? Pas vraiment. D'un côté Eleonnora ne pouvait se permettre de compromettre sa "couverture", sa façon d'être qu'elle n'affichait qu'au sein de la Congrégation ou en présence d'autres membres du milieu. Et d'un autre côté, le rouquin n'en avait pas besoin d'une autre. A vrai dire, il avait développé une certaine affection pour elle qui faisait qu'il ne la côtoyait pas juste pour avoir ses faveurs. Il l'aimait pour ce qu'elle était, une femme bien plus douce qu'elle ne voulait bien le montrer. Elle avait ce petit caractère qui plaisait tant au rouquin et c'était vraiment une femme magnifique. Que demander de plus ? Il était heureux de voir qu'elle aussi, elle tenait à lui. Elle venait de le lui prouver plusieurs fois, il ne pouvait plus en douter désormais. Elle avait même pris la peine d'écourter sa nuit pour venir lui remonter le moral. Il lui devait bien quelques vérités... A vrai dire, il était même soulagé de pouvoir se confier un peu à elle. Jamais il n'avait eu le cas auparavant.

Maintenant au courant de son éventuel départ, Eleonnora cherchait une solution. Lavi, lui, n'en voyait pas. Son chemin était déjà tout tracé. Il n'avait même pas cherché de solutions car il savait qu'il n'y en avait pas vraiment. Pourtant, la russe lui en proposa une, une à laquelle il n'aurait jamais pensé. Emmener quelqu'un avec lui ? C'était une possibilité, oui. Mais qui en dehors du clan des bookmen ? Normalement eux seuls étaient amenés à voir et entendre certaines choses, personne d'autre. La russe parlait d'une personne de confiance, oui, pourquoi pas... A vrai dire, il sentait déjà que la solitude allait le peser une fois qu'il serait séparé de son maitre. Et s'il bouleversait les habitudes des bookmen, ancrées dans leurs préceptes depuis maintenant trop longtemps ? Ne serait-ce pas une évolution positive ? Lavi doutait que Bookman voit ça sous cet angle... Mais une fois que le rouquin serait son propre maitre, ne pourrait-il pas prendre ses propres décisions au moins un peu ? Il serait ainsi... une nouvelle sorte de Bookman, plus ouvert, moins... inhumain. De toute façon il lui faudrait un héritier un jour, mais il avait le temps de voir venir, il y songerait quand il serait vieux... s'il survit jusque là. Qui emmener d'autre d'ici là ? Qui accepterait de le suivre partout, voir des choses qu'on a pas forcément envie de voir. Est-ce qu'Eleonnora disait ça parce qu'elle... voulait venir ? Non, impossible.


« L'espace d'un instant, j'ai bêtement cru qu'tu disais ça car tu serais venue avec moi. J'me sens idiot d'avoir imaginé ça. J'doute que qui que ce soit veuille m'accompagner tu sais. Ca n'a rien d'un voyage agréable et amusant. Mais oui, ça aurait pu être une solution. Ce sera moins pénible si quelqu'un m'accompagnait, je suppose. »

Quoiqu'il en soit, elle allait lui manquer, c'était une certitude. Leurs moments juste à eux lui manqueraient, il n'y aurait plus de place pour renouveler une telle affection à quelqu'un. Et puis à quoi bon de toute façon si c'était encore pour la perdre sur le long terme ? Les bookmen n'ont pas besoin de coeur, le rouquin connaissait bien la chanson. Malgré tout, il en avait un et il avait développé de nombreux sentiments. Même si c'était encore nouveau pour lui, il savait qu'il ne voulait pas perdre tout ça. C'était d'autant plus dur lorsqu'Eleonnora lui disait qu'à elle aussi, il manquerait. Mais elle était une belle femme, elle n'avait pas à s'en faire pour trouver un autre compagnon pour le remplacer. Elle pouvait bien avoir tous les hommes qu'elle voulait. Et pourtant, quelque part, elle ne restait qu'avec lui dernièrement. Sans doute car elle ne voulait juste pas faire une nouvelle entorse à ses propres règles qui consistaient à ne pas se rapprocher d'un membre de la Congrégation. Vivre dans le secret, le rouquin avait l'habitude. Et il n'était pas mécontent de partager ce petit secret avec elle. Jamais il ne la trahirait.

« Plus on en parle, moins j'ai envie de partir... Ca aurait été plus simple... avant. »

L'humeur ambiante changea soudainement après un compliment de la part du rouquin. Cela semblait réveiller chez la russe certaines envies qu'elle commençait à mettre en pratique. Mais ce n'était vraiment pas raisonnable même si Lavi n'était jamais contre. Il n'avait pas besoin de ça maintenant, il avait juste besoin d'elle, pas de son corps. Il l'interrompit donc une fois son pantalon sur le sol, lui expliquant qu'elle seule comptait et qu'il préférait attendre. Il ne voulait pas la repousser, après tout il avait envie d'elle, mais il savait faire passer les priorités en premier. Heureusement, elle ne s'offusqua pas, ce qui rassura Lavi, s'installant alors contre elle. Néanmoins, elle se redressa peu après pour se dévêtir, déclarant qu'elle était mieux nue. Le rouquin la regarda donc faire, ne se lassant jamais d'un tel spectacle. Mais ainsi, il était plus difficile pour lui de résister à l'attrait de son corps.

« Je suis un homme chanceux. » souligna t-il avant de reposer sa tête contre le ventre cette fois nu de la jeune femme

Sa peau était chaude et douce et il frotta doucement sa joue contre, trouvant agréable ce qu'elle faisait à ses cheveux. D'un geste machinal, il lui caressait doucement l'une des jambes, sous la couverture. Oui, il était définitivement chanceux. Il aurait pu s'endormir comme ça, au chaud et confortablement installé, ses mauvaises pensées derrière lui. Mais Eleonnora reprit parole pour lui poser une drôle de question. Pourquoi s'inquiétait-elle de son âge soudainement ? Lentement, il tourna la tête vers elle, le menton posé encore contre son ventre
.

« J'vais avoir 19 ans. Pourquoi ? »

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une symbiose pas si parfaite que ça [Nora/Lavi]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une symbiose pas si parfaite que ça [Nora/Lavi]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'art et la psychologie: un état de symbiose? ~ Connor, Adam
» Si la vie était parfaite, le bonheur n'existerait pas ... Tahanie ✞ {Finie}
» [Théorie] - Mystherbe et Bulbizarre - Une symbiose ?
» Je ne veut pas d'une vie parfaite, je veut une vie heureuse
» Ryu Tae Oh ♨« Je ne veux pas d'une vie parfaite, je veux une vie heureuse. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.Gray-Man Rpg :: [ Zone Rp] Quartiers généraux des factions :: La Congrégation de l'Ombre :: Les chambres-
Sauter vers: