◘ ◘ ◘ Un monde déchiré par les guerres, un combat entre le bien et le mal, quel camp sera le votre ? ◘ ◘ ◘
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 ~Maroc~ D'une pierre, deux coups [Sorën/Lavi]

Aller en bas 
AuteurMessage
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 33
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: ~Maroc~ D'une pierre, deux coups [Sorën/Lavi]   Lun 3 Déc - 18:51

Depuis qu'ils étaient revenus sains et saufs de l'Arche, le petit groupe qui était parti à la recherche du maréchal Cross n'avait plus eu l'occasion de refaire équipe ensemble. A vrai dire, c'était même comme si quelqu'un cherchait à les séparer. Bien évidemment, c'était Komui qui les envoyait en mission mais est-ce que les ordres venaient directement de lui ou pas ? Lavi doutait que cela soit le cas. Sans doute qu'une autorité supérieure jugeait bon de ne plus les laisser trainer ensemble. Peut-être en savait-il trop ? Ce qu'il s'y était passé n'était pas anodin et ne serait pas sans conséquences, c'était certain. Mais ils avaient récupéré l'Arche, c'était le principal, non ? Si la plupart des membres de la Congrégation ne s'en étaient pas formalisé et trouvait ça tout à fait normal, ce n'était pas le cas de Lavi. Cette séparation n'augurait rien de bon et le rouquin s'était mis en tête de trouver la réponse, profitant de son statut de bookman pour pouvoir fourrer son nez un peu partout. Malheureusement, à part certains dossiers détaillés sur Allen, il n'avait rien trouvé d'autre. Le temps lui avait un peu manqué puisqu'il avait été rapidement envoyé en mission. Rien d'anormal pour un exorciste en bonne forme, mais Lavi soupçonnait que ce ne soit que pour les éloigner un petit moment, Bookman et lui.

N'ayant pas vraiment le choix, les deux hommes avaient emprunté un portail de l'Arche pour les conduire directement sur place. C'était vraiment pratique comme moyen de transport, facilitant les déplacements et permettant d'arriver en vitesse sur place. La section scientifique avait fait des merveilles pour ça, aidée bien sûr par Allen. Le pauvre ne devait pas avoir une minute à lui. Lavi serait bien passé le voir avant de partir mais il n'en eut pas l'occasion, poussé à partir en vitesse. D'après les traqueurs, de drôles d'événements se tramaient au Maroc, dans la ville d'Asilah. Cette fois, il n'était pas question de disparitions, comme bien souvent, mais d'une météo pour le moins surprenante. En effet, il y neigeait depuis deux mois sans discontinuer. Si cela aurait pu paraitre anodin dans certaines villes, ce n'était pas le cas de celle-ci où la neige n'était normalement jamais présente. Ce soudain changement de météo était trop étrange pour n'être qu'un phénomène naturel. Dans le doute, il valait mieux vérifier, il s'agissait peut-être d'une Innocence détraquée car dépourvue de compatible, pour le moment.

Le rouquin n'aimait pas tellement utiliser l'Arche pour ses déplacements. Malgré ce côté pratique, cela lui rappelait de mauvais souvenirs et il ne tenait pas à s'y attarder. Une fois sur place, il pu constater qu'effectivement, un épais manteau blanc recouvrait la ville et ses alentours. Les habitants devaient être relativement surpris mais quelques uns avaient peut-être remarqués d'autres phénomènes étranges ou entendu des informations qui pourraient les conduire à l'origine de cette neige. L'air était frais et Lavi réprima un frisson. Son uniforme le protégeait du froid en partie mais il n'avait pas songé à prendre des vêtements plus chauds au cas où. Trop préoccupé, il n'avait lu l'objectif de mission qu'au moment de quitter la Congrégation. Trop tard pour faire marche arrière et se préparer en conséquence. Bookman, lui, était emmitouflé dans un grand manteau. C'était assez comique à voir car on ne voyait presque dépasser que sa grande mèche de cheveux blancs en dehors de ses vêtements, ce qui lui donnait un drôle d'air. En fait, à part sa tête, tout le reste de son corps était couvert
.

« Tu vas attraper froid au crâne, grand-père. T'aurais dû mettre un bonnet, tant que t'y étais. »

« Pour aplatir mes cheveux ? Certainement pas. Ca m'aurait donné l'air ridicule. »
« Tu le faisais bien, avant... »
« Depuis quand tu te préoccupes de ça ? Viens, on doit trouver notre contact qui nous attend dans l'auberge que Komui nous a indiquée. »


Lavi haussa les épaules et suivit le petit homme, marchant dans la neige à grandes enjambées pour ne pas mourir de froid. Heureusement, l'auberge en question n'était pas loin et une fois à l'intérieur, le rouquin épousseta la neige qui était encore sur son uniforme afin de ne pas en mettre partout. Leur contact, pas très discret avec sa tenue de traqueur, était assis à une table, regardant par la fenêtre. L'auberge était vide de monde ou presque. C'était étrange vu l'heure mais le temps devait décourager les gens de sortir de chez eux. Lavi ne se posa pas plus de questions et vint s'asseoir à la table du traqueur en compagnie de Bookman. Tandis que les deux hommes discutaient de la mission, le rouquin observa les lieux. Trois hommes au total en comptant l'aubergiste se trouvaient dans la salle principale. La seule source de bruit provenait de la discussion avec le traqueur qui s'efforçait pourtant de rester le plus discret possible. Personne n'avait l'air de faire attention à eux. Personne sauf l'aubergiste qui les fixait étrangement. Sans doute parce qu'ils ne buvaient et ne mangeaient rien, squattant donc les lieux sans consommer.

L'apprenti bookman détourna son attention de lui et essaya de suivre la conversation, écoutant ce que leur informateur avait à leur dire. Le traqueur avait une façon de parler tellement monocorde que cela ne donnait pas vraiment envie de l'écouter. D'ailleurs, Lavi reporta rapidement son attention vers la fenêtre, regardant dehors. Mais au lieu de voir la rue et la neige tomber, c'est le visage d'un homme qu'il aperçu. Quelqu'un les épiait à travers la vitre. Mais lorsque leurs regards se croisèrent, l'homme disparu aussitôt. Intrigué, Lavi se leva, prétextant qu'il allait se dégourdir les jambes... dans le froid. Il n'avait pas tellement envie de retourner affronter la neige mais l'apparition et la disparition soudaine de cet homme ne lui disait rien qui vaille. Mieux valait en avoir le coeur net.

Aussitôt sorti, il fit rapidement le tour mais ne trouva bien évidemment personne. Sauf que la neige permettait de voir de profondes empreintes, désignant le chemin emprunté par le fuyard. Vu le peu de passage, ces traces étaient forcément les siennes. Lavi les suivit rapidement jusqu'à ce qu'elles disparaissent soudainement. Là, au milieu de rien, les empreintes de pas s'arrêtaient et ne débouchaient nulle part. Perplexe, le rouquin fixait le sol avant de remarquer que son ombre grandissait rapidement. Non... ce n'était pas son ombre à lui, mais quelque chose qui venait du dessus. Levant la tête prestement, il eut tout juste le temps d'esquiver un marteau géant qui s'abattait sur lui. Se redressant, il attrapa son Innocence et lui fit prendre une taille bien plus importante que celle qu'elle avait pour le transport. Ainsi donc, ses craintes étaient fondées, il s'agissait bien d'un Akuma. Il était ridiculement petit par rapport à la taille de son arme mais il avait l'air de la manier avec aisance. Hé bien, ils étaient deux
.

« Le tien ne grandit pas ? P'tit joueur. » fit-il avec un sourire

Ils n'étaient pas là pour faire la causette et puisque c'était l'Akuma qui avait ouvert les hostilités, pas question de se retenir. Un duel furieux s'engagea entre les deux parties jusqu'à ce que Lavi ne glisse dans la neige et ne tombe au sol, s'écrasant dans la poudreuse blanche. Cela donnait l'opportunité à l'Akuma de porter un coup critique à l'exorciste, profitant de sa position avantageuse. Pourtant, il n'en fit rien. Se stoppant en plein élan, il tourna la tête comme si quelque chose avait attiré son attention puis il reporta son regard sur l'exorciste à terre avant de finalement se retourner et partir. Lavi s'était relevé le plus vite possible, prêt à en découdre à nouveau lorsqu'il vit l'Akuma... fuir
.

« Mais... mais il se casse là ?! Hé !! Reviens là, on a pas fini ! »

Mais l'Akuma ne fit pas demi-tour, évidemment. Vexé, le rouquin se mit à lui courir après, essayant de ne pas le perdre de vue. Il ne fallait pas qu'il soit semé, sous peine de se retrouver à nouveau attaqué plus tard. Peut-être allait-il justement chercher du renfort ? Quoiqu'il en était, Lavi se débrouillait comme il le pouvait à cause de la neige. Au détour d'une ruelle qui débouchait sur une rue plus large, il se stoppa en voyant l'Akuma pas très loin, en profitant pour reprendre son souffle. Il respirait tellement fort qu'une bonne dose de vapeur sortait de sa bouche, témoignant de la différence de température. Etrangement, l'Akuma avait repris forme humaine. Lavi avait pu l'apercevoir avant qu'il ne prenne sa forme de démon et n'avait donc eu aucun mal à le reconnaitre. Espérait-il le semer de la sorte ? A vrai dire, il avait rejoint une femme et lui parlait. Cette dernière ne semblait pas des plus à l'aise mais pourtant, elle avait l'air de le connaitre. Une ruse ? Tendant l'oreille, le rouquin comprit quelques bribes de phrases. Non en fait... il obéissait à la femme. Faisait-il semblant ? Il n'avait pas l'air. Une femme qui commandait des Akuma... Il ne pouvait s'agir que d'un membre du clan Noé, il n'y avait pas d'autres explications. Ils étaient plus nombreux que ce que la Congrégation pensait. Perdu dans ses pensées, Lavi ne savait pas trop comment agir. Faire demi tour et prévenir Bookman ? Seul, il n'avait de toute façon aucune chance. Et s'ils les prenaient par surprise ? Non, mauvaise idée. Occupé à peser le pour et le contre, il fit tout de même quelques pas histoire de sortir de la ruelle et glissa à nouveau sur la surface gelée de la rue, se retrouvant à nouveau les quatre fers en l'air.

« Bordel ! » laissa t-il échapper entre ses dents

Maintenant, c'était trop tard, le petit groupe non loin de lui l'avait forcément repéré. Pour l'effet de surprise, on repassera...

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorën Pittsburgh

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 21/10/2012

Feuille de personnage
Age : 22 ans
Nationalité : Anglo-Danoise
Surnom :

MessageSujet: Re: ~Maroc~ D'une pierre, deux coups [Sorën/Lavi]   Lun 3 Déc - 20:55

Il faisait étrangement froid pour un pays tel que le Maroc. N’importe qui vous aurais dit que quelque chose d’anormal se produisait en voyant la petite ville d’Asilha parfaitement ensevelie sous la neige. Les gens du coins parlaient d’un miracle. En un sens c’était peu être bel et bien le cas; seulement pas du genre que les gens pouvaient croire ou même espérer. Sorën Pittsburgh aurait adorer être en mesure de dire le contraire, de dire que tout irais bien pour cette ville et ses habitants, que personne ne serait impliqué contre son grès dans quelque chose de terrible, mais pour être parfaitement honnête il fallait observer le fait de sa présence même en l’endroit comme une preuve fracassante du contraire. Le Prince ne l’avais pas envoyée au Maroc pour parfaire son bronzage -d’ailleurs inexistant- mais bien par ce qu’il était question d’Innocence et de cette foutue guerre sainte. Foutue guerre. C’était le mot. Par ce que cette histoire durait depuis trop longtemps et de trop nombreuses personnes en avait payer le prix. Elle parlait de la souffrance des siens , mais aussi de ces exorcistes qui mourraient au combat ou encore de tous ces civiles qu’on immolait au nom de dieu ou de Noé.

C’était injuste non…? Mais Sorën aussi douce et pleine de bonne conscience qu’elle était, était prête à tout pour satisfaire son frère. C’était de l’amour. Un amour sincère. Mais violent. En dépit de tout ce qu’elle pouvais inventer pour se persuader du contraire. Ce qui l’unissait au clan était presque malsain. Elle les aimait. Non pas comme une femme aime un époux ou un aman, mais à la manière d’un fanatique, elle les adorait comme on adore une idole dans une église : ils étaient le temple sacré de ses jours heureux. Direction de toutes ses larmes , source de tout ses rire et de sa plus grande fierté. Sorën n’était certes pas un mauvais bougre mais elle était loyale à un point difficilement définissable. Même si elle devais souffrir ou être triste, elle obéissait du moment que le prince exprimait le souhait qu’elle le fasse. C’est que cet homme avait été là pour elle quand le monde entier lui avait tourné le dos. Il avait été son bouclier contre l’humanité qui avait tenté de la détruire par ce qu’elle était différente. Son unique point de repère dans un monde ou elle n’avait pas sa place. Son frère, son confident, son père et bien plus encore. Il était avec les Noés tout ce qu’elle avait.

La jeune femme ne se plaignait pas du froid. Originaire des pays scandinaves elle était habituée à des températures basse et au moins ce n’était pas le soleil du Moyen-Orient qui lui brulerai la peau ce jour la. Elle resserra les pans de son châle gris sur ses épaules sa robe blanche et bleue ne se fondait pas exactement dans le paysage mais elle avait plutôt tendance à s’en moquer parfaitement. Pour cette fois en tout cas, bien que sa timidité maladive ne s’arrangeait pas particulièrement. Elle avait rendez-vous avec un Akuma infiltré sur le terrain, il devait faire avec elle un état des lieux et lui dire s’il savait ou se trouvait l’innocence, expliquer exactement ce qui avait changer dans les parages et ce qui avait pus échapper à quelqu’un ne s’étant pas rendu sur place. Le lieux de rendez-vous avait été fixé au préalable par le prince en personne et Sorën était bien tenue de s’y rendre sans faire de manières. Seulement voila, lorsqu’elle vit l’apparence du salon de thé indiqué sur son morceau de papier elle pâlit à vue d’œil.

_Ce n’est pas …possible…il ment… elle relut l‘adresse avec toute la concetration du monde mais l‘indication ne semblât pas vouloir changer, pas même pour lui faire plaisir. …Oh ! Prince vous êtes un idiot! ses yeux trop bleus se remplirent un instant de larmes avant qu’elle ne décide que pleurer n’était sans doutes pas approprié à la situation.

La boutique affichait une enseigne anglaise « Breakfirst » mais la peinture écaillée révélait une bonne couche de poussière. La porte mal fermée laissait échapper les effluves de nombreux narguilés et elle eu la nausée et n’osa pas même songer à ce qu’elle pourrais trouver en pénétrant dans la bâtisse. D’ailleurs elle refusa de le faire. Au lieu de quoi elle héla mentalement l’Akuma qu’elle devais rencontrer. Et il ne mit pas plus de cinq minutes à faire son apparition à son plus grand soulagement. Elle savait qu'elle n'aurais pas du. L'âme de cette pauvre personne souffrait le martyre en dedans et elle était mieux placée que que n'importe qui pour le savoir. Néanmoins l'apparition subite de cet Akuma lui donna la ridicule impression qu'elle n'était pas seule. Qu'elle était proche des siens en un sens. Ils faisaient partie de l'Arche, partie du prince et du clan. Elle n'avais pas besoin de grand chose pour se les remémorer. La neige la ou elle avait jouer avec Road, les rues un cache-cache forcée avec Jasdero et Devitto, un bassin à poissons Tyki... un sourire doux s'inscrivit sur ses lèvres cependant qu'elle dévisageait le jeune homme qui lui faisait face. Kaleb était un bel homme avec sa peau basanée et ses yeux d'un noir profond, un visage encore fin mais purement masculin. Qui aurait pus se douter qu'il était en vérité l'hôte d'une véritable machine à tuer... ? Personne probablement. Bien que génée par sa proximité avec le salon de thé, Sorën se détendis doucement pour entamer la conversation avec l'arme à visage humain.

_ Bonjour Kaleb. Tu t'adapte bien à ton nouvel environnement .. ? tu étais à Djerba avant c'est ça...? c'était peu être étrange que d'entendre un Noé soucieux de l'état moral et sentimental d'un Akuma. C'était vrais que la plus part des siens les voyaient juste comme une distraction dont ils pouvaient librement disposer et ils n'avaient de cesse de lui expliquer qu'elle devrais faire pareil. Elle s'y refusait. L'Akuma acquiesça à ses dires et elle lui demanda comment les choses se passaient ainsi. Il l'informa de la présence de deux autres niveau un dans les parages. Elle hocha positivement la tête. Que de douleur.
_Et concernant la mission du Prince..? elle demanda doucement.
_ Concernant l'innocence nous ne l'avons pas encore localisée , mais un convois d'exorciste viens d'arriver Noé-sama
_Je vois. Alors continuez de fouiller les environs. Et... je ne veux pas qu'il y ai de mort à déplorer. Ce n'est pas à l'ordre du jour. Je suis bien claire, Kaleb.. ? La mission et seulement la mission. déclarât-elle d'un ton très professionnel qu'elle ne se connaissait pas.

Leur petite entrevue aurait pu en rester là. Sorën aurais remonter la rue pour aller loger dans l'une de ces auberges charmantes et chaleureuse en attendant le lendemain pour se lancer elle aussi dans la recherche d'Innocence. Pourtant le sort en décida autrement. Il y eu un bruit de chute suivit d'un « Bordel !  » sonore. Bien que l'interjection ai été particulièrement vulgaire ce n'était pas la raison de la surprise de la jeune femme, mais plutôt l'uniforme arboré par le jeune homme roux qui venait de tomber malencontreusement au sol. Reconnaissable entre mille : la congrégation de l'Ombre. L'Akuma se braqua complètement dans la direction du danger et comme elle le sentis près à attaquer, Sorën décida qu'il était temps pour elle d'agir.
_Kaleb, vas t-en. Tu à une mission, il me semble. Je...m'occupe de ce monsieur. Allez, du vent ! le ton n'était pas méprisant ou mauvais mais un poil autoritaire et la machine s'empressa d’obéir aux ordres.

Avant de bouger, la Noé attendis que son sbire soit au loin et lorsqu'elle en fut persuadée elle s'avança d'un pas franc vers le rouquin au sol, se penchant un peu vers lui pour le regarder de ses prunelles bleues trop claires.
_ Est-ce que vous...vous allez..b-bien..? s'enquit-elle alors que sa crainte maladive la faisait bégayer. Elle leva ses mains en signe de pacifisme avant de reprendre la parole hésitante.
_ N'attaquez pas ! J-e...je ne v-v-vous veux aucun mal!

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


J'aime, : encore , toujours plus et jamais assez...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 33
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: ~Maroc~ D'une pierre, deux coups [Sorën/Lavi]   Mar 4 Déc - 9:09

Lavi maudissait intérieurement cette neige qui lui avait déjà joué un vilain tour, manquant de se faire bêtement tuer par un Akuma. Pourquoi de la neige au Maroc, hein ? Franchement ! Foutue Innocence qui détraquait le temps et ne les aidait pas vraiment dans leurs déplacements. Le rouquin n'avait pas le temps d'aller chercher du renfort et avait fait de son mieux pour ne pas perdre de vue l'Akuma fugitif. Mieux que ça même, il l'avait trouvé en charmante compagnie... Si Lavi eut quelques doutes quant à l'identité de la femme qui se trouvait avec, il n'en eut plus du tout par la suite. Alors qu'il avait lamentablement glissé encore une fois, il l'avait entendu ordonner à l'Akuma de... de ne pas intervenir et de partir ? Sans doute voulait-elle s'occuper de lui toute seule... c'était plus amusant ainsi, non ? L'Akuma ne discuta pas et s'éloigna aussitôt, les laissant tous les deux seul à seul. Surprit de trouver ici même un membre du Clan Noé, Lavi était resté au sol à la regarder. Il ne l'avait jamais vue avant et cela n'était pas bon signe. Seul contre un Noé, il avait peu de chances de s'en sortir. Il hésita un instant à utiliser son golem pour prévenir Bookman mais c'était de toute façon trop tard, voilà que la femme s'avançait vers lui. Tant pis pour les renforts, mieux valait qu'il soit prêt à se battre pour sauver sa peau.

Alors que le rouquin amorçait un mouvement pour se remettre sur ses pieds, il stoppa dès qu'il entendit ce qu'elle venait de dire. Elle... s'inquiétait pour son bienêtre ? S'il allait bien ? Un Noé allait bientôt essayer de le tuer mais sinon oui, il pétait la forme. Lavi se dépêcha de se redresser, à présent debout, ne prenant pas la peine de retirer la neige qui le recouvrait partiellement. Arme en main, il comptait bien défendre chèrement sa peau. Mais là, la Noé... leva les mains, affirmant ne pas lui vouloir de mal. Elle n'avait pas dit ça d'un ton détaché ni d'une façon qui laisserait supposer qu'elle se moquait de lui. Non. Elle bégayait et semblait même craintive, comme si elle avait dû faire un certain effort pour s'approcher de lui. Alors ça, Lavi ne s'y attendait pas du tout. Généralement, les Noés étaient prompts à chercher la bagarre et à éliminer tout exorciste encore en vie. N'était-ce pas là leur raison de vivre ? Détruire l'humanité aussi, certes, mais quand on a l'opportunité d'éliminer un adversaire, pourquoi passer à côté ? Peut-être faisait-elle vraiment semblant afin d'endormir sa vigilance et d'attendre le meilleur moment pour le tuer sans prendre le moindre risque ? Mais à bien la regarder, elle ne semblait vraiment pas... vindicative. Son corps ne trahissait aucun signe futur d'agression. C'était limite si elle ne tremblait pas... de peur ? Lavi ne savait plus quoi penser, la regardant, arme en main, ne sachant pas quoi faire
.

Spoiler:
 

Une Noé... peur d'un exorciste... Non, décidément, ces mots n'allaient pas dans la même phrase. Depuis quand les craignaient-ils ? D'accord ils pouvaient les tuer, mais la puissance d'un Noé était incomparable... surtout face à un exorciste isolé. Même les maréchaux n'étaient pas toujours à la hauteur alors que pouvait bien faire l'apprenti bookman ? La Noé n'avait vraiment pas l'air de vouloir attaquer mais le rouquin ne se sentait pas rassuré pour autant, les mains crispées sur le manche de son arme. Elle se moquait de lui, il n'y avait pas d'autres explications... Qui ne se serait pas moqué de sa maladresse après tout ? A force de la fixer, Lavi essaya de regarder autre chose que ses yeux. Leur couleur trop proche du blanc mettait mal à l'aise. Réalisant alors qu'elle était relativement proche de lui, le rouquin fit un bond en arrière, s'éloignant un minimum de cette "menace". Si elle était trop près de lui, il n'aurait pas le temps de réagir face à une quelconque attaque. Son maillet devant lui, prêt à en découdre, il guettait le moindre mouvement de son corps. Mais elle ne faisait rien. C'était une blague ou quoi ?

« Tu m'veux aucun mal hmm ? C'est pas un peu contradictoire pour un Noé ? T'es le Noé de l'oubli et t'as zappé qu'on est ennemis d'puis un paquet d'années ? » lança t-il, sourcils froncés, pas vraiment en confiance

Qui l'aurait été ? Etre face à un ennemi bien plus fort que soi ne mettait généralement pas à l'aise, même si ce dernier prétendait ne rien vouloir faire. Lavi hésitait. Il devait attaquer pendant qu'il en avait l'opportunité. Porter le premier coup était toujours un avantage considérable. Pourtant, quelque chose le faisait hésiter à se lancer. Et si elle disait la vérité ? C'était improbable mais quelque part, elle laissait penser qu'elle ne mentait pas. Son attitude craintive ne semblait vraiment pas feinte. Et pour ce qui était de jouer la comédie, Lavi s'y connaissait plutôt bien. Soit elle était une excellente actrice, bien meilleure que lui, soit... elle était sincère. Cette dernière option laissait le rouquin songeur. Un Noé pacifiste... ?


« Qu'est-ce que vous fichez ici toi et tes Akuma si c'est pas pour nous tuer ? Pas pour prendre des vacances j'imagine... »

Pour l'Innocence. Lavi connaissait déjà la réponse mais il ne voulait pas en parler en premier. De cette façon, il espérait qu'elle lui révélerait certaines informations, volontairement ou non. Peut-être savait-elle même déjà où elle se situait. Le rouquin ne pensait pas sérieusement avoir une véritable discussion avec, mais au point où ils en étaient... Pour le moment, il n'avait pas bougé d'un pouce depuis qu'il s'était reculé, arme légèrement pointée vers la Noé. S'il pouvait en apprendre plus, c'était une chance à ne pas laisser passer. Mais étrangement, discuter simplement avec un des Noé lui paraissait vraiment inattendu. Il y avait forcément anguille sous roche... Forcément.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorën Pittsburgh

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 21/10/2012

Feuille de personnage
Age : 22 ans
Nationalité : Anglo-Danoise
Surnom :

MessageSujet: Re: ~Maroc~ D'une pierre, deux coups [Sorën/Lavi]   Ven 7 Déc - 17:24

Il ne fallait pas s'attendre à mieux comme réaction. Intérieurement Sorën Pittsburgh se traita d'idiote. Si l'un des siens l'entendait il se moquerai sans doutes d'elle. Et dire qu'elle ne pouvais pas s’empêcher de bégayer dans ce genre de situation. Seule face à un homme. Ça arrivait trop rarement ! Vraiment trop rarement. Oh, bien sur il y avait les hommes du clan mais leurs rapports étaient parfaitement différents, ce qu'il y avait entre eux était un lien très particulier et son visage se teinta de tristesse lorsqu'elle songea qu'en présence d'un autre Noé elle n'aurai probablement pas pu faire quoique ce soit pour ce jeune exorciste. Elle n'aurais même probablement pas essayer par loyauté envers le Compte. Par ce qu'elle ne voulais pas le décevoir et qu'avant tout elle se devais de protéger ceux de son sang et de son cœur. En agissant avec autant d'imprudence cette fois-ci elle ne mettait que sa propre vie en jeu. Alors...elle pouvais se le permettre n'est-ce pas... ?

Sans doutes que oui.

Probablement.

Elle avait tendu la main pour l'aider à se relever, bien que peu persuadée que ça soit correct. Réflexion faite ça ne l'était probablement pas. Premièrement aux vues de leurs position respectives dans le monde et ensuite par ce que-effectivement- ils étaient ennemis mortel. Mais comme il se releva seul, elle laissa retomber son bras le long de son corps et dus utiliser tout son self contrôle pour ne pas faire un pas en arrière et tenter de s'imposer en temps que Noé sinon en temps que femme bien éduquée. C'était déjà beaucoup à ses yeux. Sa méfiance à lui grandis et il s'écarta brusquement brandissant son maillet devant lui. Sans doutes pour se protéger d'une potentielle attaque de la part de la Noé. Attaque qui ne viendrais mais ce mouvement sans préavis eu le don de la faire sursauter et elle plaqua une main fine devant ses lèvres pour retenir un petit glapissement surpris.

Elle serra son point libre dans les volants de sa robe blanche. Qu'est-ce qu'elle aurais pus faire d'autre ? Il y avait quelque chose de viscéral dans son rapport à l'innocence : comme si son corps tout entier lui hurlait de détruire cette chose qui menaçait sa vie. Elle n'en fit rien , et absolument rien dans son apparence ne pouvait laisser penser qu'elle avait l'espace d'un instant songé à faire flamber ce maillet qui la menaçait. La tension était là , presque palpable en vérité et Sorën tenta de détendre l'atmosphère en offrant au jeune roux un sourire. Ce n'était pas un sourire heureux ou rassurant, pas un sourire mauvais ou même triste mais le simple sourire sans histoire et poli des gens qui regrettent. Par ce que des choses à regretter elle en avait Sorën. L'amour de sa mère, la bonté de son père et le soutient du prêtre, … elle regrettait de n'avoir jamais été une enfant aimée des autres humains toujours en marge. Sorën elle regrettait la souffrance qu'elle avait ressentis, elle regrettait de toutes ces forces de n'avoir pas pu en préserver les siens et elle regrettait de devoir un jour tuer pour vivre. Elle regrettait.

« Tu m'veux aucun mal hmm ? C'est pas un peu contradictoire pour un Noé ? T'es le Noé de l'oubli et t'as zappé qu'on est ennemis d'puis un paquet d'années ? »

Elle ne le montra pas mais cette phrase dont elle perçu toute l'ironie et le venin la blessa. Son sourire se décomposa lentement. Il ne lui faisait pas confiance et elle pouvais l'entendre, bien qu'elle se soit montrée parfaitement correcte, polie et pacifique avec lui. En gage de bonne foi elle se décida à lui répondre en toute franchise. Elle rajusta son châle sur ses épaules et rassembla son courage pour le regarder dans les yeux.

_J-..je...contradictoire...?Sans doutes. Ou peu être pas. Je ne sais pas. Mes frères ont fait beaucoup de mal n'est-ce pas.. ? Et P-..pour être exacte je..Mon nom est Mercym. La miséricorde et je n'ai rien oublié. Rien. Ni du bien ni du mal.

Elle baissa vivement les yeux. Oui...oui elle était Mercym. Mercym. La souffrance des autres résidait en son être et elle donnait son pardon. Elle pardonnait et c'était sans doutes pour cette unique raison qu'elle avait la capacité de rester si parfaitement pacifique et douce quelque soit le parti en présence.
Toi tu es Lavi, l'héritier Bookman... elle pensa. Elle savais. Oh oui elle savait. Après que les siens aient combattus les exorcistes de quartier général, après toutes ses larmes et ses douleurs, après la mort de Skin et la perte de l'arche originelle...son chez elle. La première fois ou elle avait été heureuse c'était...dans cette première arche...elle savait le nom et le visage de tout ceux qui étaient entré dans le temple sacré de sa paix et de son bonheur parfait. Elle l'avait pensé. Doucement très doucement d'ailleurs. Elle savait. Oh, oui elle savait. Et elle souffrait.

Pardon.

Un sourire mauvais apparus sur ses lèvres de poupée et ses yeux trop clairs se glacèrent en l'espace d'une fraction de seconde.
_ Je n'ai pas dit que nous n'étions pas là pour vous tuer ; seulement que moi je n'avais pas l'intention de le faire. elle dis simplement et comme si c'était parfaitement logique. Et ça l'était en vérité. Si il fallait jouer sur les mots, elle était douée. Elle n'avais pas l'intention de lui faire du mal, mais cela n'impliquait pas forcément qu'elle était seule ici, que certains des siens n'avaient pas l'intention de s'en meller.

Bien sur, elle était venue seule et parfaitement seule. Sinon elle ne se serai pas séparée de son compagnon. Certainement pas. Mais elle devais avouer qu'elle était curieuse de voir la réaction du rouquin face à ce demi-mensonge. Quelques secondes suffirent néanmoins à faire tomber le masque. Par ce qu'elle était douce Sorën. Trop douce peu être.

Elle se mit à rire d'un rire franc et amusé à en pleurer. Et puis doucement elle se calma, son rire se tus lentement. Mercym regarda l'exorciste, un grand et beau sourire illuminant ses traits innocents, les yeux pleins d'interrogation.
_Le rôle de la méchante ...ne me vas pas...particulièrement bien, vous savez. elle posa une main sur son cœur. quant à savoir ce que je fais ici avec mes...avec les Akumas, il vas s'en dire que...ça-..ça ne regarde que le Prince et moi-même. B-bien que...mes raisons soient probablement similaires aux votres... elle cessa de le détailler et souffla un peu pour reprendre contenance. Que devait-elle faire maintenant pour désamorcer la situation. ?
_Pourriez-vous...s-songer à la possibilité que je...ne vous veuille véritablement pas de mal..?

Ô Naïveté enfantine!

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


J'aime, : encore , toujours plus et jamais assez...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 33
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: ~Maroc~ D'une pierre, deux coups [Sorën/Lavi]   Sam 8 Déc - 10:04

Un Noé inoffensif, voire peureux. Ca, c'était une nouveauté. Les autres n'avaient reculés devant rien dès qu'il s'agissait de mettre un terme à la vie d'exorcistes quels qu'ils soient. Alors pourquoi celle qui était en face de Lavi serait différente des autres ? A vrai dire, le rouquin ne connaissait pas tellement cet étrange clan. Il en savait à la base plus que les autres puisque les archives des bookmen avaient permis à la Congrégation de savoir contre quoi ils se battaient. Le reste, il l'avait vu sur le terrain alors qu'il les affrontait. Ils voulaient aider le Conte à détruire l'humanité, c'était déjà une assez bonne raison pour les mettre hors d'état de nuire. Mais la femme face à l'apprenti bookman semblait réellement dénuée de toute agressivité. On aurait même dit qu'elle se sentait en danger. Et si c'était le cas après tout ? L'Innocence et le Clan Noé n'étaient pas vraiment les meilleurs amis du monde, loin de là. Leur existence était justement de s'éliminer l'un l'autre, alors qui n'aurait pas peur face à un instrument capable de vous tuer ? Seulement, comme pour tout, tout dépendait de l'utilisateur. Si les Innocences des symbiotiques se montraient plus réactives, forçant leur compatible à parfois continuer de se battre au delà du raisonnable, c'était moins flagrant pour les possesseurs d'une Innocence de type équipement comme Lavi. La décision lui revenait, à lui seul. Mais justement, il ne savait pas quoi faire.

Un peu d'aide aurait été la bienvenue mais il ne pouvait pas prévenir Bookman. A vrai dire, si, il le pouvait, mais il supposait que fouiller dans son uniforme pour en sortir son golem et appeler le vieux panda à la rescousse serait comme un signal d'ouverture des hostilités. Le plus prudent était de ne rien faire pour le moment. Et quitte à juste avoir une discussion, Lavi pointa du doigt que l'attitude de la Noé tranchait avec son existence même. Celle-ci sembla attristée. Elle qui souriait jusqu'à présent se laissa comme subjuguée par la peine. C'était tellement flagrant que le rouquin se demanda s'il l'avait vraiment blessée. A voir son attitude, on l'aurait dit. Depuis quand les Noés avaient un amour propre ? Mais la disparition du sourire fit une drôle d'impression à Lavi. En fait, il avait eu la sensation de s'être regardé lui-même, l'espace d'un instant. Avait-il été trop loin dans ses propos ? Ils étaient ennemis après tout... il ne devait pas éprouver quoique ce soit d'autre à leur égard qu'un sentiment de vindicte. Mais et si il se trompait ... ?

La femme se présenta finalement, rectifiant ce qu'avait dit le rouquin à son propos. Ce qu'elle disait à propos sonnait étrangement aux oreilles de Lavi, comme si elle n'avait jamais participé à quoique ce soit de mauvais. Peut-être était-elle tout juste éveillée après tout ? C'était une possibilité que le jeune homme voulait creuser. Elle était donc Mercym... la miséricorde. Présenté comme ça, cela faisait presque d'elle... un ange. N'était-ce pas Dieu qui était censé être miséricordieux ? Que l'un des Noés présente cette particularité était plutôt surprenant. Elle ne mentait pas, tout ce qu'elle disait était vrai, Lavi le sentait. Il se redressa un peu, comme s'il se détendait, sortant plus ou moins de sa position de combat. Ce n'était pas un abandon ou une preuve de confiance, non. Juste qu'il commençait à fatiguer, figé ainsi face à face avec son ennemi, sous la neige qui continuait de tomber. Ses muscles s'étaient raidis et le froid n'arrangeait rien. Il avait besoin de bouger. Il rapprocha son arme de lui-même, l'éloignant donc de la Noé mais la conservant tout de même en main, prête à l'emploi au cas où
.

« Je vois... Mais alors quel est ton rôle si ce n'est pas de nous faire du mal ? Et ton nom... ton vrai nom, c'est quoi ? »


Il ne cherchait pas à la piéger ou à ce qu'elle se contredise, il était simplement curieux. Elle restait sous les ordres du Conte, non ? Mais avant d'être un Noé, elle était humaine. Elle, celle qui servait d'enveloppe à cet esprit de Noé... Etait-elle encore là ou plus du tout ? Malgré tout, le rouquin restait méfiant et chercha à en savoir plus sur les intentions de son interlocutrice. Pourquoi était-elle là ? Savait-elle pour l'Innocence ? Il n'était pas très subtil dans ses propos mais parfois, pousser un peu l'autre permettait de dévoiler ses pensées les plus profondes. Cela n'eut pas l'air de tellement fonctionner... ça aurait été trop simple. Mais le changement d'attitude de la Noé provoqua chez Lavi un frisson incontrôlable. Ce sourire... ce regard... On aurait dit une toute autre personne soudainement. Une personne mauvaise qui tranchait avec l'attitude qu'elle affichait jusqu'à présent. Se sentant comme agressé, le rouquin recula rapidement d'un pas, comme pour mettre plus de distance entre eux, comme si cela allait suffire à la calmer. Le pire, c'était ce qu'elle disait. Elle réaffirmait qu'elle ne lui voulait pas de mal... elle. Elle parlait à la première personne du pluriel, preuve qu'elle était loin d'être seule. Ca, Lavi le savait déjà puisqu'il se battait avec un Akuma peu avant. Mais y avait-il d'autres Noés... ?

« Mais c'est toi qui contrôle les Akuma... non ? Alors ça revient au même, si tu ne leur ordonne pas de m'faire du mal, ils ne feront rien. Hm ? La preuve, tu as bien chassé celui que je pourchassais. »

Là encore, il tâtait le terrain, histoire d'en savoir plus. Difficile de prendre une décision sans plus d'informations. Mais s'il y avait d'autres Noés alors il ne fallait pas qu'ils trainaient. Sans renfort, ils ne pourraient rien faire à juste deux exorcistes et un traqueur... Lavi fut sorti de ses réflexions intérieures par le rire soudain et franc de la Noé. Pourquoi riait-elle ? Qu'y avait-il de drôle ? Elle se moquait sans doute de lui et de ses réactions. Elle devait s'amuser à lui faire peur et le rouquin fronça les sourcils, n'appréciant pas tellement la chose. Mais finalement non... On aurait dit qu'elle riait juste de la situation. Elle était redevenue celle d'avant, plus douce, plus... craintive. Lavi haussa un sourcil, ne sachant plus du tout sur quel pied danser. C'était quoi cette fille... ?

Bien sûr, elle n'était pas idiote et ne révéla rien. Elle était sans doute là pour l'Innocence, tout comme Bookman et lui. Voilà qui faisait d'elle une concurrente et qui les forcerait donc à s'affronter tôt ou tard. Alors pourquoi pas maintenant ? Tout simplement parce qu'elle venait de remettre sur le tapis le fait qu'elle ne lui voulait aucun mal. Décidément, c'était un véritable état d'esprit chez elle. L'organisation des Noés était assez obscure encore pour les membres de la Congrégation et grappiller quelques infos ne serait pas du luxe. De plus, tout cela intriguait le rouquin, partagé entre son envie d'en découdre et son besoin d'en apprendre plus. Et si les Noés avaient un autre but ? Un but autre que celui de simplement tout détruire ? C'était présomptueux de penser ça mais Lavi commençait par se poser des questions. Après tout, lorsque ses amis et lui étaient coincés à bord de l'Arche, Road et Tyki avaient fait en sorte de les aider. Enfin aider, c'était un grand mot, mais ils leur avaient laissé la possibilité de s'en sortir alors qu'ils pouvaient simplement les regarder se faire tuer. Etait-ce juste un jeu ou cherchaient-ils autre chose ? Lavi savait une chose, ils avaient une parole. Road en tout cas. Elle l'avait laissé sain et sauf lors de leur combat parce qu'il était parvenu à s'en sortir. Rien ne l'y forçait, elle aurait pu le laisser tel quel. Mais elle avait pourtant respecté sa promesse. Cela ne les rendait-il pas plus... humains ?

Un autre exemple lui revint en mémoire. Par un Noé, mais un Akuma. Chomesuke aussi, avait été différente. Elle les avait aidé, se sacrifiant même pour leur cause. C'était bien sûr grâce à la modification imposée par le maréchal Cross mais... si cela était possible sur un, pourquoi pas sur tous ? Et si il y avait moyen de changer le cours des choses ? D'abréger cette guerre plutôt que d'agrandir le nombre de morts ? C'était utopique comme façon de voir les choses mais d'un certain côté, Lavi voulait que tout s'arrête. Il y avait eu bien assez d'horreurs comme ça. D'un autre côté, l'humanité se détruisait bien assez vite toute seule, elle n'avait pas besoin d'aide...


« Pourquoi ? Pourquoi ne pas m'tuer alors que t'en a la possibilité ? Cela n'va pas contrarier le Comte ? C'est votre but... de détruire l'humanité. » rappela t-il en se détendant finalement, reprenant une position plus propice à la discussion et non au combat

Cette petite provocation était une vérification, pour voir si elle disait vrai. Si elle ne mentait pas, il fallait qu'elle le prouve.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 



Dernière édition par Lavi le Sam 8 Déc - 13:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorën Pittsburgh

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 21/10/2012

Feuille de personnage
Age : 22 ans
Nationalité : Anglo-Danoise
Surnom :

MessageSujet: Re: ~Maroc~ D'une pierre, deux coups [Sorën/Lavi]   Sam 8 Déc - 12:23

_Mon...rôle...Détrompez-vous. Je suis capable des même choses que les autres. Rendre dément un homme par la douleur, condamner une âme à la souffrance éternelle...Et je devrais ! Je devrais vraiment attaquer...pour Skin qui à tant souffert, pour ce les miens on subit...pour ce les humains m'ont fait...mais c'est plus fort que moi...je-...je n'arrive pas à en vouloir : à personne. elle repris son souffle et se perdit quelques secondes dans ses pensées. Ce qu'elle faisait actuellement pourrais lui coûter la vie et mettre en danger les siens , mais elle savait aussi que personne ne lui en voudrait. Si les Noé n'avaient pas d'affection pour les humains les liens qui les unissaient entre eux étaient particulièrement puissant et tout savaient combien le fait d'être Mercym était douloureux. Tout comme ils savaient qu'elle se damnerai pour les protéger. Combien les adorait-elle... ? Bien plus qu'elle ne pourrais jamais le prouver avant une éternité ou deux. Elle haïssait les hommes et la douleur qu'elle avait voir imprimée sur le petit corps de Jasdevit a l'arriver des jumeaux. Elle les haïssait par ce qu'elle se souvenais de ces longues semaines de captivités dans une cave et du sang qui fuyait de son corps. Mais elle avait pardonné il y avait bien longtemps à l'humanité. Lorsqu’elle avait retrouvé les siens. Elle avait enfouis en elle tout le mal qui avait été fait et c'était juste consacrée à l'amour qu'elle pouvais offrir aux Noés.

_ Vous devez avant tout comprendre que...c'est sans importance. Je...suis Sorën Pittsburgh. Mais est-ce vraiment important de connaître ce nom là...? elle demanda pensive. C'était vrais en un sens qu'on l’appelais toujours ainsi. Son corps son visage...elle était Sorën. Quand elle faisait l'était des lieux, elle n'avais au bout du compte pas vraiment changé depuis qu'elle s'était éveillée. A par peu être qu'elle n'avais jamais autant aimer. Jamais . Jamais. Un sourire très doux s’inscrivit sur son visage et elle pouffa en voyant le mouvement de recul de l'exorciste face à sa réplique digne des plus grand méchants de roman. Alors elle pouvais vraiment avoir l'ai terrifiant... ? En dépit de son apparence humaine ? Sa réplique quand à son rapport de force avec les Akumas eu le dont de la faire fermer les yeux un court instant. C'était vrais de bien des manières mais en un sens elle pourrait bien vite se trouver dépasser par la situation. Si l'un des Akuma qui sillonnais les environs la trouvait tête à tête avec un exorcistes et décidait de prendre une initiative, telle qu'attaquer ou prévenir le Prince, elle serai incapable d'agir sans mettre en danger que se soit l'exorciste ou les siens. Ce pourquoi elle répondit en toute honnêteté :
_ Sauf si un ordre viens de ..plus haut. S-si quelqu'un d'autre..Venait à...donner des ordres je ne pourrais pas...interferer. elle ne mentionna volontairement pas les termes Comte Millénaire, car c'était bien à lui qu'elle songeait. Si il donnait un ordre direct et précis à l'une des machines alors Sorën ne pourrais pas dissuader ce dernier d'agir.

Et il n'était pas dit qu'elle ai la force et l'envie de s'opposer à celui qui comptait tant pour elle. Par ce qu'elle lui devait tout. Tout. Il avait été si bon avec elle, la laissant vivre comme elle le désirait et si elle n'avait pas encore de sang sur les mains c'était par ce que le Prince avait parfaitement assimilé le fait qu'elle n'était pas, n'avais jamais été du genre à aimer se battre ou à vouloir faire souffrir. Par ce que son corps a elle avait été tellement détruit, ravagé par cette dernière qu'elle ne pouvais pas souhaiter que quelqu'un d'autre la ressentisse. Tout comme par le passé elle avait prouvé qu'elle violence et qu'elle haine elle pouvais laisser échapper à son contrôle pour défendre les siens. Oh, oui. Le prince savait parfaitement bien que si un Noé était blessé sous ses yeux alors elle perdrait totalement la tête. Ainsi donc il la laissait agir en toute âme et conscience car il savait qu'elle ne les mettrait jamais en danger.

Sorën s'était doutée que sa passivité face au jeune exorciste pourrais provoquer deux types de réaction. Premièrement elle avait crus qu'il sauterai sur l'occasion et l'aurai attaquée pour se débarrassée d'un ennemi trop naïf. Ensuite elle s'était bien douté de la curiosité qu'il pourrais témoigner à son égard. Mais elle avait tout misé sur la première solution aussi voir le jeune homme se détendre un peu pour juste lui poser des questions la rassura. Rien ne l’empêchait de répondre tant qu'elle pouvais ne rien révéler de capital sur sa famille.

Enfin elle pensa aux raisons qui l'avaient attirées au Maroc : semblables à celles de son locuteur. Elle ne savait pas ou se trouvait l'innocence et eux ne pouvaient pas le savoir , car comme l'avait dit l'Akuma ils venaient tout juste d'arriver. Ils avaient dont un avantage. Ceci dit, elle avait intérêt à trouver rapidement le cristal par ce que si ce n'était pas le cas et qu'elle se retrouvait nez-à-nez avec les exorcistes, toute sa tentative de le garder en vie volerai en éclats. Car il était visiblement proscrit qu'elle le laisse repartir avec L'innocence sans agir. Pourtant...pourtant elle voulais croire que la première fois qu'elle devrais se battre ce ne serai pas contre lui. Ça aurai été trop cruel ! Finalement elle en vint à se demander si ce n'était pas une habile manipulation du prince pour la réveiller totalement et en finir avec tous les exorcistes qu'elle pourrais croiser sur son chemin une fois entrée dans cet état de rage exacerbée . Si elle ne fit pas de commentaire elle n'en pensa pas moins.

_Vous demandez pourquoi... ? Vous...vous préféreriez que je le fasse pour vous donner raison sur l'inhumanité des miens … ? ses yeux se remplirent de larme et elle se sentis en colère, vexée blessée. Elle posa une main sur son cœur. Je suis énormément de choses à la fois, Un membre du clan Noé, une femme qui avait tout perdu, une sœur aimante et passionnée, une personne qui...mais je ne suis certainement pas un monstre sanguinaire.

elle ne savais pas exactement d'ou lui venait cette soudaine confiance en elle, mais c'était bien présent. Là , profondément en elle et ça lui brûlait la bouche.
_ Vous ne m'avez pas fait de mal, pourquoi est- ce que je devrais le faire... ? Quand au comte sachez que mon frère ne me forcera jamais à faire quelque chose qui me ferai du mal. Si j'agis de mon propre chef c'est bien par ce que je sais que je ne met personne en danger.

Son regard bleu ne fut jamais aussi déterminé que lorsqu'elle leva à nouveau vers Lavi. Elle se pointa elle -même du bout de l'indexe.
_Bien que je sois fondamentalement incapable de faire du mal autour de moi, il vas s'en dire que si la menace viens de vous, que si vous attaquez alors je répliquerai et... elle interrompis. Il y avait tellement de tristesse, tellement de douleur dans ces mots. Ses mains tremblèrent et elle les serra autour des volants de sa robe.
_ Je ne vous laisserai pas la moindre chance de répliquer tout en priant pour que vous trouviez un jour la force pour me pardonner. J'ai déjà pardonné aux votre, depuis longtemps mais...je ferai n'importe quoi pour les miens...pouvez-vous comprendre ça...? même si son but...me fait souvent de la peine...je l'aime savez vous..? je l'aime lui, je les adore eux...Alors si c'est pour leur bien. Je...pourrais certainement faire des choses terribles. Malgré ça je voudrais vraiment que cette discussion ne se finisse pas en bain de sang.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


J'aime, : encore , toujours plus et jamais assez...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 33
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: ~Maroc~ D'une pierre, deux coups [Sorën/Lavi]   Sam 8 Déc - 14:43

Cette discussion avait quelque chose d'irréel. Ou non, c'était plutôt Mercym qui avait cette particularité. Lavi n'aurait su comment l'expliquer ou le décrire mais il n'arrivait pas à mettre le doigt sur la question. Elle semblait avoir réponse à tout et pourtant... c'était presque comme si elle se contredisait. Presque car pas une fois elle n'était revenue sur ce qu'elle avait dit. Mais entre sa volonté et ses capacités, il y avait apparemment un fossé. La description qu'elle faisait de ces dernières faisait froid dans le dos. D'ailleurs, les Noés avaient tous des capacités hors du commun et contre lesquelles les exorcistes ne pouvaient pas toujours lutter. Lavi lui-même en avait fait les frais et c'était tout juste s'il s'en était sorti au final. Il n'avait pas tellement envie de retenter l'expérience et s'il pouvait éviter un combat, pourquoi ne pas sauter sur l'occasion ? Ce que disait Mercym aiguisait la curiosité du rouquin. Elle souffrait de par la mort d'un des siens, ce qui était compréhensible. Qui ne l'aurait pas été ? C'était la guerre malheureusement et c'était le lot de chacun. Mais qu'est-ce que les humains lui avait fait au final ? Qu'avait-elle subit ? Lavi était mal placé pour lui reprocher de détester l'humanité, lui même en ayant une piètre opinion. Et pourtant... elle disait n'en vouloir à personne. Ce trait de personnalité, cette miséricorde... était si forte chez elle ? Ce devait être assez difficile de ne jamais pouvoir déverser sa colère sur rien ni personne. Tout pardonner n'était pas non plus la solution.

« Alors ton rôle c'est... ? D'être spectatrice et de pardonner tout l'monde ? Mais ça va mener à quoi au juste ? Skin a souffert... comme nous tous. C'est la guerre, on meurt tous, quelque soit notre camp... » fit-il remarquer sans animosité, comme un simple fait

Malgré le fait que, d'un certain côté elle le menaçait plus ou moins, Lavi ne se sentait plus tellement en danger. C'était comme si la Noé possédait un garde-fou qui l'empêchait de lui faire du mal. Pourtant, au fond de lui, il savait qu'au moindre faux pas, elle le lui ferait regretter. Mieux valait donc rester prudent et ne pas la provoquer inutilement. Si elle voulait éviter l'affrontement elle aussi alors ils avaient tous les deux à y gagner.
Lavi lui avait demandé son nom, le nom de son hôte, celle qu'elle était avant de devenir Mercym. Ce n'était pas que Mercym ne l'intéressait pas mais il voulait juste savoir d'où elle venait et pourquoi cela lui était tombé dessus. Avait-elle vécu quelque chose de similaire ou était-ce un simple hasard ? Vu la consonance de son nom, elle devait être d'origine anglophone. Pas étonnant donc qu'ils se comprennent si bien. Elle n'avait pas l'air d'y attacher beaucoup d'importance, comme elle le faisait justement remarquer
.

« Pourquoi c'est sans importance ? C'est une partie de toi non ? Et puis Mercym, c'est... un sentiment et non un nom. »


Si Lavi avait longuement hésité à porter le premier coup ou non, désormais il n'y pensait plus. Oui, il aurait eu un avantage mais à quoi bon ? Elle ne voulait pas se battre... en tout cas pour le moment. Eviter un affrontement inutile était finalement une bonne chose et permettait à l'exorciste de conserver ses forces. Car à un moment ou à un autre, il était fort probable qu'ils combattent pour récupérer leur objectif... sauf si leurs chemins ne se croisaient plus. A vrai dire, le premier qui mettrait la main sur l'Innocence repartirait avec... Ce n'était pas une obligation que de recroiser l'autre camp. Mais cela restait une possibilité à ne pas écarter trop vite. Malgré tout, le rouquin conservait son arme en main, au cas où, poursuivant la discussion avec la Noé. La scène avait quelque chose d'assez fou. Sorën rectifiait les dires de l'apprenti bookman en assurant qu'elle ne ferait rien contre lui... sauf si l'ordre venait de plus haut. Aussitôt, Lavi pensa au Comte Millénaire. Qui d'autre ? Mais de ce qu'il savait, même s'il pouvait apparaitre n'importe où, il ne pouvait communiquer par la pensée avec elle. Donc tant qu'il ne pointait pas le bout de son nez, il ne risquait rien. C'était en tout cas la théorie...

« J'comprends pas. Ca semble te faire souffrir et pourtant tu laisses faire ? Si tu ne veux tuer personne... alors personne ne devrait t'y forcer. »

C'était logique pour lui mais il ignorait ce fameux lien entre Noé. Il savait qu'il s'agissait d'une famille mais c'était à peu près tout. D'ailleurs, il fit remarquer à juste titre que si elle désobéissait en ne sautant pas sur l'occasion de tuer un exorciste, le Comte risquait d'être déçu. Cette ultime provocation sembla toucher au but vu la réaction de la femme. En fait, Lavi s'attendait à ce qu'elle se dévoile un peu plus, à ce qu'elle se montre sous son vrai jour et qu'elle attaque enfin. Mais il n'en fut rien. Au contraire, elle... pleura ? En tout cas elle avait les larmes aux yeux et semblait réellement peinée. Encore plus que tout à l'heure. C'était quoi cette fille... ? Déboussolé, le rouquin baissa son arme. Il détestait voir une fille pleurer ou triste. En fait, elle lui faisait de la peine à réagir de la sorte et il se sentait un peu fautif.

« Hé mais... mais pleure pas hein ! C'est normal que j'me méfie, non ? Tous tes "frères" ont voulu me tuer jusqu'à présent, alors comprends moi. » expliqua t-il d'une voix plus douce qu'auparavant

Tenant toujours son arme à une main, il s'approcha de la Noé, tendant légèrement la main vers elle comme pour la toucher. Mais une fois près d'elle, il n'en fit rien, hésitant. Elle restait une Noé, il ne devait pas perdre cet important détail de vue. Pendant ce temps, elle continuait de parler, expliquant sa vérité. Elle disait n'avoir aucune raison de lui faire du mal car il ne lui en avait pas fait non plus. C'était vrai et il ne comptait pas lui en faire. Plus maintenant en tout cas. Même lorsqu'elle releva le regard vers lui, un regard qui ne doutait plus, Lavi ne se sentit pas agressé ou menacé. Oui, elle avait raison. S'il ouvrait les hostilités, il n'y survivrait probablement pas.

Mais ce qu'elle disait.... touchait plus l'archiviste qu'il ne l'aurait cru. Quelque part, il se reconnaissait encore en elle. Elle aurait fait n'importe quoi pour les siens, tout comme lui. Si auparavant leur sort l'importait peu, trop ancré dans son rôle de bookman, désormais ils lui étaient plus chers que sa propre vie. Il avait été prêt à se sacrifier si cela avait pu les aider. Heureusement qu'il avait été sauvé à la dernière minute sinon il ne serait plus là pour en parler. Comment en vouloir à quelqu'un qui ne faisait au final que la même chose ? Ils étaient plus semblables qu'il ne l'aurait cru. Qu'est-ce qui les différenciait en fait ? Le camp qu'ils avaient rejoint ? Paradoxalement, Lavi aurait très bien pu être de leur côté... Mais Bookman avait choisi la Congrégation, c'était comme ça
.

« Je comprends, Sorën, je suis comme toi. Enfin... pas comme un Noé mais, je réagirais pareil à ta place. Alors si tu ne t'en prends pas à ceux qui m'accompagnent, on a aucune raison de s'affronter. Et puis, ce serait dommage d'abimer un si joli visage. » fit-il avec un léger sourire, le premier depuis leur rencontre « J'aurais pu être votre allié mais le sort en a décidé autrement. On a chacun nos objectifs, je ne compte pas interférer dans les tiens tant qu'ils ne gênent pas les miens. Et si on faisait.... la paix, le temps de notre présence ici ? Après tout, je doute que l'Innocence soit en ville. » proposa t-il afin de ne pas transformer la cité en champ de bataille et ainsi risquer la vie d'innocents

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorën Pittsburgh

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 21/10/2012

Feuille de personnage
Age : 22 ans
Nationalité : Anglo-Danoise
Surnom :

MessageSujet: Re: ~Maroc~ D'une pierre, deux coups [Sorën/Lavi]   Mer 12 Déc - 15:54

Il y avait encore une mauvaise interprétation de ses dires de la part de son jeune locuteur. Pouvait-elle lui en vouloir de ne pas comprendre quelque chose qu'elle même ne savait pas très bien définir. Comment expliquer clairement ce qu'elle faisait ou plutôt ce qu'elle ne faisait pas et les raisons qui la poussaient à agir ainsi. Par ce qu'elle ne se sentait pas capable de mal. Sans doutes par ce qu'elle avait tellement expérimenter la douleur qu'elle s'était inscrite dans sa chair. Elle ne pouvais don pas désirer que quelqu'un d'autre ne... même elle n'attaquais pas la menace implicite semblais passer de manière très claire. Si elle ne comptait pas lui faire la moindre démonstration de ses capacités, elle n'avais la moindre envie qu'il la juge comme une petite créature simplement incapable de se battre et de ce fait forcée au pacifisme. Il était-dans ce genre de situation en particulier- important que l'adversaire comprenne les enjeux. Pour le dissuader d'agir, de tenter quoique se soit. Sorën n'était pas dans l'endroit le plus sécurisé du monde et actuellement si le jeune exorciste tentait de ramener les siens à eux, alors elle aurais de sérieux ennuis. Par ce que ce n'était pas les quatre Akuma de faible niveau qui l’accompagnaient qui allaient pouvoir l'aider dans sa tache. Il n'y avais donc pas moyen qu'elle le laissa envisager de regarder quoique se soit d'autre qu'elle.

_ Quand à mon rôle...vous vous méprenez encore. Il est le même que celui des autres. Mon rôle est d'être l'arme du prince, la sœur de mes frère, le bouclier des Noés contre le monde entier et l'agneau sacrifié d'Abraham si besoin est. Je pardonne mais c'est de mon propre chef, par ce que je sais ce qu'est la souffrance et que je ne peu pas me permettre de désirer que quelqu'un d'autre ne la ressente. Ceci dit mon rôle et la place que j'ai choisis semblent être aux antipodes. Si on me laisse agir ...c'est par ce que je suis plus utile aux mien en n'attaquant pas.

Elle souris un moment. Face à son adversaire et locuteur et sans doutes face à cette vérité fracassante qui la regardait rire dans la gorge. Rien de bien étonnant. Son pouvoir était providentiel utilisé sur les Noés. Qu'elle se batte ou non elle avait un rôle important au sein de la famille. Et puis elle était de leur sang et pour cette raison quelques soient ses choix elle serai acceptée. Elle n'étais pas le 14 eme. Son regard se brouilla. Même si elle n'aimait ni la violence ni la mort, jamais elle ne trahirait les siens. Même des centaines et des centaines d'années après, le déchirement éprouvé face à la traîtrise du musicien hantaient encore les mémoires restantes. Est-ce qu'elle lui en voulais..? certainement. Certainement plus qu'elle n'en avait jamais voulu à personne. Est-ce qu'elle lui pardonnerai un jour ? Peu être mais il faudrait encore de très longues années pour qu'elle soit capable de penser à lui autrement qu'avec dégoût.
_Actuellement sans doutes que je semble parfaitement inutile à vos yeux mais...ne-...ne vous inquiétez pas quand à l'intérêt de mes capacités. Elles explorent des domaines que vous n'avez pas à imaginer.

Et puis il y avais son nom. Était-elle Sorën encore ou juste Mercym. À laquelle des deux accordait-elle le plus d'importance..? Il n'y avait pas tant de différences de l'une à l'autre pourtant...Mais Sorën était cette petite créature humaine détruite par des hommes qui avaient peur de la différence, Sorën était cet être rejeté qu'on avait tenté d'assassiner. Mercym était une entité qui avait traversé les âge survécu au pire et qui avait une famille à protéger. Alors qui était-elle au bout du compte... ? L'une ? L'autre ? Les deux ? aucune ?
_Je...j-j'aime que l'on m'appelle Sorën, mais...ce n'est qu'un leurre n'est-ce pas ? C'est triste et vraiment dommage mais Sorën...est morte il y as déjà plusieurs années. Tuée. Tuée par un prêtre qui vit en elle d'abord une sainte et puis un démon. Elle est morte seule dans une cave. elle confiât. La vérité par ce qu'elle ne savais pas mentir et ensuite pour savoir. Savoir sa réaction. Était-il capable de voir les siens comme les voyait ? Était-il capable de ressentir son mal, sa douleur et ce qui la rongeait en dedans ? Elle arrangea ses cheveux et le regarda avec un sourire polit et engageant.

_Croyez-le ou non, mais je n'ai jamais tué qui que se soit. Personne ne me force à rien et le travail que j'effectue pour le prince et mes frères se limite à mon domaine de compétences.

Et puis il y avait eu ses larmes face aux accusations de l'homme qui lui avaient parus honteuses. Douloureuses elle l'étaient ! Elle de tant de bonne foi. Elle qui accordait au siens une entière confiance et un amour qui ne connaissait pas de limites. Entendre des mots si durs à leur propos, son insistance quand à ce qu'elle devais faire. Visiblement sa tristesse toucha l'exorciste en plein cœur, car il s'approcha comme pour la consoler et ses paroles eurent le dont de l'apaiser un peu. Il ne la toucha pas mais elle pus voir que l'espace d'un instant il en avait eu l'intention. Il lui parla de la possibilité de faire une trêve, ils n'avaient pas de raison de se battre pour l'heure et il avait raison. Elle sécha ses larmes et ferma les paupières un instant.
_J-..je suis heureuse de vous l'entre dire. Vous êtes gentil sir Lavi. Vous...v-vous ne regretterait pas je vous promet. Est-ce que... ? Est-ce que vous enfin..je veux dire..le café...il..heum...il est inutile de mourir de froid n'est ce pas..? elle proposa gentiment en montrant l'entrée su salon de thé qui se trouvait si près.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


J'aime, : encore , toujours plus et jamais assez...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 33
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: ~Maroc~ D'une pierre, deux coups [Sorën/Lavi]   Jeu 13 Déc - 16:30

Lavi était pris entre deux feus. D'un côté, il devait se battre contre les ennemis mortels des exorcistes qu'étaient les Noés. Et de l'autre, il devait rester en vie et recueillir des informations. Aucune des deux solutions ne lui semblait la meilleure. En fait, la Noé face à lui le perturbait et il n'aimait pas ça. Il avait l'impression de perdre le contrôle et d'être complétement sous son emprise, n'ayant même pas le choix de ses décisions. Le pire dans tout ça, c'était que la Noé semblait sincère. Un Noé pacifiste... et puis quoi encore ? Pourtant Lavi doutait. Il n'était plus aussi sûr de lui et de ses connaissances en la matière. Et s'il y avait une face cachée qu'il ignorait à tout ça ? Devait-il laisser l'occasion d'en découvrir plus juste parce qu'il n'était pas rassuré ?

Mercym, Sorën ou peu importe qui elle était au juste, continuait d'expliquer son rôle, chose plutôt étrange. Ainsi, elle n'était donc pas vraiment une combattante mais le rouquin avait du mal à en saisir toute la portée. Plus utile en ne combattant pas ? Mais que faisait-elle vraiment à part pardonner les autres des atrocités qu'ils pouvaient commettre ? Tout ça était encore trop obscur pour l'apprenti bookman mais il préféra ne pas poursuivre sur le sujet. A quoi bon ? De toute façon quoiqu'il en dise, elle continuerait à persister dans cette voie... sans doute parce qu'elle ne mentait pas.

Lavi craignait toujours une entourloupe mais il s'était un peu détendu, écoutant davantage ce qu'elle pouvait dire. On aurait dit qu'elle essayait absolument de le convaincre de sa bonne foi. Si elle mentait, aurait-elle autant persisté ? Tout ça était encore un peu trop sombre mais Lavi restait silencieux cette fois, ne répliquant pas à ce qu'elle disait. Devait-il prévenir Bookman ? S'il le faisait, nul doute qu'il verrait des Akuma rappliquer voire même la Noé attaquer soudainement. Mieux valait oublier ça pour le moment. Il ne restait plus qu'à espérer que le vieil homme ne cherche pas à le contacter. Pour le moment, il fallait qu'il gagne du temps. Tant que Sorën ne faisait pas preuve d'animosité, tout allait bien... non ? D'ailleurs le rouquin avait cherché à savoir ce prénom parce que les noms des Noés n'en étaient pas vraiment. Elle avoua aimer se faire appeler de la sorte mais prétextait que c'était un leurre et rien d'autre. D'un côté, elle n'avait pas tort mais Lavi n'avait pas tout à fait d'accord sur le sujet. Il allait lui en toucher un mot mais elle poursuivit sa phrase et il la laissa faire.

Ce qu'il entendit alors lui glaça le sang et lui fit écarquiller son seul oeil visible. Un prêtre avait fait ça... ? C'était le monde à l'envers. Non... c'était le monde tout court à vrai dire. Lavi le savait mieux que personne... L'humanité était cruelle et destructrice. L'homme était capable des pires atrocités et faisait preuve d'une incroyable imagination lorsqu'il s'agissait de torturer les autres. En fait, cela ne l'étonnait pas tant que ça. Combien d'hommes avaient péri sous un prétexte divin ? Que ce soit la chasse aux sorcières, les guerres saintes ou bien d'autres choses atroces, tout ça tournait autour de la religion. A bien y réfléchir, elle n'apportait pas que réconfort et avenir aux gens... Elle était aussi un sacré bon prétexte pour que les humains s'entredéchirent parce qu'ils partageaient différents idéaux. N'était-ce pas ce qu'ils faisaient à nouveau avec cette guerre sainte ? Lavi voulait croire que non, qu'ils luttaient justement contre des monstres sanguinaires qui ne voulaient que la fin de tout. Mais en voyant Sorën, il doutait. Et s'ils se trompaient sur toute la ligne ? Si les mauvais n'étaient pas ceux que l'on croyait ? Si Dieu les avait abandonné depuis longtemps ?


« C'est... horrible. Les hommes font preuve d'une rare cruauté... A croire qu'ils ne savent que faire le mal. Je suis désolé pour elle... pour toi. Personne ne mérite de souffrir de la sorte. Mais ils ne... sont pas tous comme ça. »

C'était dit d'une voix hésitante car elle était encore secouée par le dégout qu'il ressentait par rapport à ce qu'elle avait pu vivre. La main serrée sur le manche de son arme, il fixait la neige un instant avant de relever les yeux vers elle. Elle lui souriait comme si tout allait bien. Un peu comme lui et son éternel sourire. A quoi bon faire semblant cette fois ? Elle avoua alors ne jamais avoir tué quelqu'un. C'était plutôt surprenant car de ce que le rouquin savait, les Noés aimaient tuer et souvent de façon cruelle. Mais elle, elle semblait différente. Pourquoi ne pourrait-elle pas l'être après tout ? Ils ne savaient pas tant de choses sur ce drôle de clan...

« Je te crois. Mais tu vas aussi m'dire que t'as jamais ordonné à un Akuma de faire le sale boulot ? Ca revient un peu au même... »

Oui, il doutait toujours un peu, il avait besoin d'avoir de véritables affirmations et pas qu'une demie vérité. Plus facile à dire qu'à faire. En tout cas, les propos de l'apprenti bookman semblaient offenser la jeune femme. Pire, ils la faisaient souffrir. Surprit de voir la Noé manquer de pleurer, Lavi ne savait plus quoi dire ou faire. Il n'avait pas voulu la blesser, ne s'attendant pas à ce qu'elle réagisse de la sorte et soit aussi sensible. Elle lui sembla tellement fragile en cet instant qu'il baissa complétement sa garde et s'approcha même d'elle. Il hésita cependant à la toucher. Elle restait un ennemi... Il réalisa alors qu'une fois si près, elle pourrait l'attaquer aisément. Mais elle n'en fit rien. Elle le remercia même et lui proposa à... se joindre à elle dans un endroit qu'il ne connaissait pas. Rien de très rassurant en somme. Mais elle lui avait prouvé qu'il pouvait la croire au moins pour ça. Pourquoi se donner tant de mal si elle ne cherchait qu'à le tuer ? Elle aurait très bien pu le faire avant. Mais quelque chose l'interpela dans ses propos.

« Comment tu... sais qui je suis ? » demanda t-il, intrigué

En fait, il pensait avoir la réponse. Les Noés partageaient un peu tous la même mémoire quelque part et ils devaient avoir évoqué la période de l'Arche. C'était sans doute pour ça. Mais n'étant pas sûr de lui, il préféra demander, histoire d'obtenir davantage d'informations sur le sujet. Après tout, il ne s'était jamais présenté à elle directement, elle devait donc l'avoir appris d'une façon ou d'une autre.
Dans sa main, le maillet redevint soudainement beaucoup plus petit. Il le rangea à sa cuisse, à son endroit habituel et reposa les yeux sur Sorën. Elle devait avoir compris qu'il acceptait sa proposition. Tournant les yeux vers l'endroit à côté d'eux, il remarqua qu'il s'agissait d'un... salon de thé. C'était toujours mieux que de rester dehors. A vrai dire, il commençait réellement à avoir froid. Sans s'en rendre compte, il claquait presque des dents.


« Alors mettons nous au chaud. Ce serait idiot de pas s'affronter et de mourir de froid. » affirma t-il en se dirigeant vers le salon

Il ouvrit la porte et laissa Sorën entrer la première. A vrai dire, il restait toujours un peu sur ses gardes malgré tout et préférait l'avoir à l'oeil. Et si c'était un repaire d'Akuma ? Si c'était le cas, il était mort. A l'intérieur, il y avait un peu de monde et tout le monde les dévisagea alors qu'ils venaient d'arriver. Le rouquin posa sa main sur l'épaule de la jeune femme et la guida pour aller s'asseoir à une table libre un peu plus loin. Mieux valait éviter les oreilles indiscrètes.


« Qu'est-ce que tu faisais ici d'ailleurs ? T'allais entrer là au moment où je vous ai surpris, l'Akuma et toi, non ? C'est quoi ici, un repaire de machines de guerre ? » demanda t-il en regardant autour de lui

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorën Pittsburgh

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 21/10/2012

Feuille de personnage
Age : 22 ans
Nationalité : Anglo-Danoise
Surnom :

MessageSujet: Re: ~Maroc~ D'une pierre, deux coups [Sorën/Lavi]   Sam 15 Déc - 10:59

Sorën n'en montrait rien pour ne pas affoler inutilement l'exorciste et aussi-sans doutes- par ce qu'elle savait qu'elle ne le ferai pas, mais elle commençait à s’interroger sur les raisons qui l’empêchaient de se battre avec cet exorciste comme l'aurait fait Road ou Tyki ou n'importe quel autre membre du clan. Elle aurais sans doutes dus appeler du renfort. Demander à un Akuma de contacter le compte pour qu'il envoie un autre membre du clan ou un autre Akuma de niveaux supérieur pour assurer sa sécurité. Elle aurais sans doutes dus rentrer à la maison sagement et ne pas empêcher Kaleb de faire son travail et n'aurais certainement jamais dus engager une conversation aussi innocente avec cet exorciste. Et lorsqu'elle faisait le point sur la situation elle ne pouvais pas s’empêcher de la trouver étrange et dérangeante. De la même manière qu'elle gardait le silence, la danoise réprimait fortement le bas-instinct qui lui hurlait de se jeter telle une bête sur le jeune homme et de le réduire en charpie. Par ce que c'était hors de question. C'était étrange, vraiment étrange.

Elle ne souris pas cette fois. Comme si elle était juste épuisée de faire semblant. Faire semblant de vivre dans un monde ou tout allait bien. Par ce que ce n'était pas la vérité et elle le savait mieux que n'importe qui.
_ Il y à un prix à payer...Mercym peu pardonner à tout le monde. Sauf elle même. elle énonça avec cet air de franche résignation. Elle ne se pardonnerai jamais rien. C'est pourquoi elle ne pouvais pas se permettre de faire des erreurs. C'était bien trop dur à porter par la suite. Être Mercym c'était un enfer de chaque jour. Mais un bonheur tellement grand bien souvent. Sorën avait bien trop d'amour en elle. Bien trop pour faire quelque chose d'imprudent avec le jeune homme qui lui faisait face.
_ Vous n'avez pas à être désolé. Je sais que certains humains sont bons. Bien que je n'ai jamais vraiment eu la chance de le constater. Je ne leur en veux pas pour ce qu'il m’a été fait à moi. Mais pour la douleur infligée à de tout petits enfants, pour toutes ces guerres et toutes ces douleurs...c'est pour cela que je les déteste.

La jeune femme retrouva rapidement son sourire polit et chercha dans sa mémoire ce qu'il restait de la vie qu'elle avait mené avant le compte. Ce n'était pas si lointains en un sens et pourtant...pourtant elle eu d'abord du mal à trouver exactement ce qu'elle voulais dire. Il y avait dans la vie de Sorën très peu de choses qu'elle ne puisse vraiment approuver ou réprouver. Tellement de douleur et de mensonges. Pas une seule fois l'enfant Sorën n'avait vécu dans la réalité. Sa petite famille parfaite était juste un artifice de son imagination. Pour ne pas voir que tout allait mal et que celle qui en souffrais le plus : c'était elle.
_Enfin de compte, elle me ressemblait beaucoup. Elle n'en voulais à personne. Jamais elle ne s'est plainte. Elle à accepté la torture et la mort avec une grande dignité. et c'était vrais. C'était dans la cave que Mercym avait survécu à ce qui restait de la conscience de l'humaine. Elle avait suivit toute la vie et toute la souffrance de son hôte elle savait tout. Toute la souffrance et toute la douleur. Elle savait le mal qu'on avait fait. Et elle savait ce qu'on lui aurais fait si le prince n'était pas intervenu. Par ce que les humains étaient ainsi : ils haïssaient profondément tout ce qui était différents d'eux. De près ou de loin.

Mais c'était normal : ils étaient si faible. C'était tellement simple de les briser et il y avait tout un tas de manière de le faire. Et ça la scandinave le savait mieux que personne. D'abord en sa qualité de Noé et ensuite par ce qu'elle avait pus expérimenter bon nombre de ses dernières pendant sa vie humaine.

L'exorciste doutait encore visiblement de sa blancheur immaculée de pacifiste. Par ce qu'il surenchéris avec sa supposée propension à simplement déléguer les tâches qui ne lui convenaient pas. Sans doutes que bon nombre l'aurais fait pas Sorën n'était pas de ce genre là. Elle ne pouvais vraiment pas s'y résoudre. Ça lui valais d'être parfois charriée par les membres du clan. Rien de bien méchant mais ils en plaisantaient. Elle en riait avec eux. Par ce que c'était plus simple. Tout était plus simple avec eux. Elle n'avais pas à faire semblant et si elle souffrait et bien c'était une chose que eux pouvaient comprendre. Ils savaient tout. Tout. Et ils apprendraient pour cette conversation avec l'exorciste. Ils sauraient. Elle devais donc faire en sorte que cette situation tourne à son avantage. Apprendre des choses sur la congrégation..qu'importe...elle devais faire son possible pour les rendre fiers.

_J-.Je..Bien qu'il soit vrais que les rapport que j'entretiens avec les Akumas soient ceux de maître et serviteurs...ce que vous avez vu ce soir est une exception. Je n'ordonne pas aux Akumas. J'en ai le pouvoir c'est vrais mais...ça me déplais et...de toutes les manières on ne me confies pas de..de « Sale boulot » comme vous dites.
Et c'était mieux comme ça. C'était un soucis de conscience. On ne le lui confiait par ce que si on le lui demandait : elle le ferai probablement. Sans état d'Âme. Sans se poser de questions. Mais par la suite ...elle s'en voudrai terriblement et personne ne savais vraiment ce qu'elle serai capable de se faire à elle même dans sa grande culpabilité. Non. Le jour elle entrerai véritablement dans cette guerre , dans le but de faire des morts : alors elle l'aurais choisis d'elle-même et agirait de sa propre initiative.
_ Si meurtre il y à eu durant une mission que j'ai dirigé : je m'en excuse. oui. Si cela arrivait c'était que quelqu'un d'autre avait donné l'ordre de tuer ou alors que les Akuma avaient agis d'eux-même et sans qu'elle ne le sache. Et puis même si elle avait sur, elle ne voyais pas franchement ce qu'elle aurais pus faire. Les punir.. ? Par ce qu'ils ne l'étaient pas déjà assez ? Avec leur condition maudite. Elle remua négativement la tête pour se remettre les idées en place.

Et puis elle l'avais appelé par son nom. Pas pour lui faire peur ni même par ce qu'elle voulais lui prouver qu'elle avait une bonne longueur d'avance sur lui et ce depuis le début, mais par ce que ça lui paraissait naturel de le faire. Après tout elle savait qui il était. Pourquoi le cacher. Des images surgirent devant ses yeux. La réunion de famille, l'absence de Skin et toutes ses larmes. La mort. La souffrance. La douleur...Skin...L’Arche,... le quatorzième...elle savais...

_Je sais. Je sais tout ce qui concerne de près ou de loin ce qui on pénétré dans l’Arche. Et je sais ce que mes frères savent. C’est aussi simple que cela non..? S’ils savent : je sais. Il n’existe pas de secret entre nous et encore moins lorsqu’il s’agit de choses aussi importantes. Je sais probablement plus de chose à propos de la congrégation, que la congrégation n'en sait à propos des Noés. et c'était ainsi. Juste ainsi. Il n'y avais pas d'autre réponse possible. Elle lui souris sans animosité. Elle pris son inspiration pour tenter de se calmer. Tout en elle refusait parfaitement d'entrer dans cet endroit mais elle n'en laissa absolument rien paraître. C'est qu'ils devaient bien se marrer dans l'Arche. Ils savaient bien que jamais elle ne serai capable d'entrer seule dans un endroit pareil. Ses lèvres se pincèrent l'espace d'un court instant. Elle emboîta le pas à Lavi.
_ C'est vrais. Vous avez l'air gelé.

Que de politesse... Il lui ouvris la porte et la laissa entrer en premier. Cette fausse galanterie l'amusa. C'était vrais qu'elle aurais pus l'attirer dans un piège. L'amadouer avec de belles paroles et son air de poupée et le convaincre de la suivre dans le salon de thé. C'était parfaitement compréhensible : n'importe quel autre membre du clan l'aurais sans doutes fait. Sorën était une jeune femme intelligente mais elle n'avais pas l'esprit suffisamment pervers pour imaginer pareil stratagème. Pas dans de telles circonstance.

Lorsqu'elle franchis le pas de la porte suivis par son locuteur, tous les visage se tournèrent vers eux et elle ne pus s'empêcher de rougir de honte. Elle ne supportait pas qu'on la remarque. Elle voulais rentrer à Londres, s'enfermer dans le conservatoire et attendre sagement que le Prince vienne la chercher pour le repas. Elle voulais se terrer dans l'Arche et ne plus en bouger, elle aurais préférer devenir invisible pour que plus personne ne la regarde. Pour en rajouter à sa gène, le jeune homme à ses côtés posa une mains sur son épaule. Un frisson lui parcourus l'échine et elle baissa la tête pour cacher sa rougeur tout en se laissant guider vers une table dans un coin vide. Elle pris place sagement avec toute la grâce de sa condition mais garda les yeux résolument fixés sur ses mains. Elle ne pouvait pas le regarder. Pour l'instant il était parfaitement impossible qu'il ne remarque pas sa gène. Sorën n'avait pas vraiment peur de lui et il finirait pas s'en rendre compte. Le vrais problème c'était sa timidité maladive. Elle n'avais jamais supporté les regards insistant et ne savait pas comment réagir lorsqu'un inconnu lui parlait ...Comme une enfant. Une toute petite enfant qui n'as pas l'habitude d'être éloignée de ses parents. Sa toute fragilité. Avant d'être l'héritière de la mémoire de Noé, Sorën Pittsburgh était l'une de ses femmes-enfants qu'on avait forcé à grandir trop vite.

_Je ..s-..sur ce que..j-...j'ai de p-...plus sacré je vous jure que...qu'il...il n'y à que...deshumainsdanscetendroit! elle finit sa phrase sans articuler et en parlant si vite qu'elle entremêlât les mots. Sorën cachât son visage entre ses doigts pour réfléchir et cacher la couleur de ce dernier à la vue de son adversaire. Elle devais avoir l'air d'une espèce de gourde. De l'une de ses espèce de petites mijaurées qui rougissent de tout. Pitoyable. Pourtant elle chercha tout de même à répondre à la question de Lavi.
_J-...je devais retrouver...K-...kaleb ici...M-...mais il ne s'y trouvait pas p-..puisqu'il était allé à votre r-..rencontre... elle releva la tête pour regarder son locuteur un instant, tordant ses doigts entre eux.Mais..ce...n'étais qu'une mauvaise plaisanterie du Prince...I-..il savais que j-je n'oserai jamais entrer là-dedans seule...C'était pour se moquer de moi..il dois bien rire en ce moment.. elle souris elle même à cette idée. C'était la vérité : elle était ridicule avec ses craintes d'enfants. Elle avait parfaitement les moyens de se défendre face à n'importe qu'elle situation, mais elle gardait une peur des hommes difficilement explicable. Pourtant le simple fait de se transformer en Noé dissuaderai bien des gens de l'approcher. Une petit soupire lui échappas et elle se frotta les bras tout en resserrant son châle.
_Vous savez sir , c’est la première fois que je rencontre un exorciste en service, pendant une mission. En principe je me débrouille toujours pour ne pas les croiser. Ça évite bien des douleurs inutiles. elle confia pour engager la conversation.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


J'aime, : encore , toujours plus et jamais assez...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 33
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: ~Maroc~ D'une pierre, deux coups [Sorën/Lavi]   Dim 16 Déc - 16:26

Lavi était quelqu'un de bavard, toujours prêt à faire la conversation à la première personne venue, surtout si le sujet l'intéressait. Et c'était le cas. Il était on ne peut plus d'accord avec son interlocuteur bien que certains de ses propos l'intriguaient. Cette situation aurait pu être tout à fait banale... si la personne face à lui n'était pas un membre du clan Noé, allié du Comte Millénaire. Si au départ, tout chez Lavi n'était que méfiance et crainte à son égard, désormais, les choses avaient un peu évoluées. Il la voyait moins comme un ennemi et plus comme quelqu'un dont il avait beaucoup à apprendre. Après tout, même les bookmen n'en avaient pas beaucoup sur les Noés vu le peu d'informations fournis à leur sujet par Bookman. En fait, plus il l'écoutait, plus il la croyait. Etait-il si influençable ? C'était loin d'être le cas, ayant une opinion bien à lui des choses malgré son statut. Mais il fallait dire qu'elle était terriblement convaincante.

Ce qui convainquit pour de bon le rouquin, ce fut lorsqu'elle aborda la condition humaine et paradoxalement leur inhumanité. Elle n'avait pas tort et Lavi ne pouvait que confirmer ses propos. A force de toujours voir les humains s'entretuer parfois sans raison, il était devenu relativement misanthrope. Les choses s'étaient améliorées depuis qu'il était à la Congrégation et il voyait les choses sous un jour différent. Mais cela ne changeait rien au fait que globalement, l'humanité était mauvaise, corrompue et rongée par les guerres. L'anecdote qu'elle raconta confirma au rouquin que l'être humain pouvait se montrer très cruel envers ses propres congénères. Qui méritait de vivre ça ? Certainement pas une innocente fillette. Qui pouvait pardonner une chose pareille ? Mercym n'était pas une Noé, c'était une sainte
.

« C'est pour ça que vous ne faites rien que vous pourriez regretter ? Parce que vous ne pourriez pas vous pardonner ? » demanda t-il en faisant référence au fait qu'elle ne l'attaquait pas

Ce qu'elle dit par la suite l'étonna. Elle savait que certains humains étaient bons, même si elle n'avait pas eu la chance d'en avoir un aperçu. Alors si elle le savait, pourquoi vouloir les détruire ? Ils le faisaient assez bien eux-même. Néanmoins elle avait raison pour le reste. Trop d'innocents étaient victimes de beaucoup d'injustice. Lavi regarda le sol qui était recouvert de neige un instant avant de planter son regard dans celui de la jeune femme.


« C'est vrai, l'être humain est stupide et justement, il se détruit tout seul. Pourquoi vouloir accélérer les choses ? Pourquoi ne pas leur donner une chance de montrer qu'ils ne sont pas si pourris que ça ? »

Le petit ajout sur la mort de Sorën acheva de fendre le coeur du rouquin. A croire qu'elle ne s'était même pas défendue, ayant simplement accepté ses souffrances et attendu de mourir, vécue comme une délivrance. On ne pouvait pas pardonner ça. Mais était-ce une raison pour en vouloir à la Terre entière ?

« Alors j'espère qu'à travers toi, elle pourra profiter de cette vie qui a été trop cruelle envers elle. Ne la déçois pas. »

Il n'avait pas dit ça comme un ordre ou un conseil. Il espérait simplement que c'était naturellement ce qu'elle faisait. Lavi n'était pas certain que les Noés prenaient conscience de la vie et la personnalité de leur hôte avant de complétement les écraser pour les posséder. Tyki avait conservé son côté humain jusqu'à encore très récemment. Serait-ce toujours le cas prochainement ? Le rouquin en doutait fortement. Pas après ce qu'il s'était passé dans l'Arche.

Quoiqu'il en était, Lavi avait baissé sa garde, acceptant le fait que Mercym ne lui ferait rien... pour le moment. Mais justement, il en profita pour lui signaler que si elle ne lui faisait rien, ce ne serait pas le cas de ceux qui étaient sous ses ordres. Il était facile de ne rien faire et d'ordonner à d'autres de le faire à sa place. Ainsi, elle ne se salissait pas les mains. Mais si l'ordre venait d'elle, elle salissait tout de même sa conscience. Etait-elle prête à prendre ce risque ? La Noé se défendait de faire une telle chose, expliquant que l'ordre qu'elle avait donné à l'Akuma était exceptionnel. Sans doute disait-elle la vérité. Après tout, elle l'avait fait pour empêcher l'Akuma de s'en prendre à lui, le protégeant donc. Elle s'excusa même donc pour un éventuel meurtre qui aurait pu être commis sous ses ordres. Vraiment, cette fille était curieuse. Même les humains étaient bien incapables de tant d'abnégation et de pardon.


« T'es vraiment une Noé étrange... Dommage qu'ils ne soient pas tous comme toi. »

Sorën savait qui il était, à sa plus grande surprise. Il supposa aussitôt que c'était les autres qui lui en avaient parlé, se donnant mutuellement des informations à propos de l'ennemi. Mais en fait, il se trompait. Ce qu'elle lui révéla était alors on ne peut plus intéressant. Visiblement, ils en savaient beaucoup... Plus que les bookmen ? Impossible ! Et pourtant. C'était une raison supplémentaire d'en apprendre plus sur toute cette histoire. Le rouquin voulait savoir. C'était l'occasion rêvée !

« Mais vous vous racontez tout ou bien vous partagez... une sorte de mémoire collective ? » demanda t-il d'un air curieux

Sorën proposa d'entrer à l'intérieur du bâtiment non loin d'eux pour se mettre au chaud. C'était une riche idée. Comme elle le faisait justement remarqué, Lavi était gelé, ne portant pas une tenue prévue pour un tel temps. A vrai dire, Sorën non plus. Mais elle semblait résister mieux au froid que lui malgré tout. Pénétrant dans un salon, Lavi gardait toujours à l'oeil la Noé, flairant le piège à tout moment. S'isoler ainsi n'était pas très malin mais sa curiosité le poussait à accepter toute proposition qu'elle ferait. Il était là pour apprendre non ? Et si... ils faisaient erreur ? Si l'ennemi n'était pas celui qu'on croyait ? Si tout ce en quoi ils croyaient était faux justement ? N'était-ce pas ce que prônait ce fameux clan ?

S'asseyant à une table un peu éloignée du reste des gens présents, Lavi espérait que ce n'était pas une bande d'Akuma qui peuplait la salle. D'ailleurs Sorën lui expliqua un peu brusquement qu'il n'y avait là que des humains. Pourquoi était-elle si stressée soudainement ? Depuis qu'ils avaient mis les pieds ici, la Noé semblait vraiment mal à l'aise. Si elle était entourée d'amis, nulle doute qu'elle ne réagirait pas ainsi. Rassuré, Lavi se contenta de hocher la tête. Ce que disait Sorën l'intriguait.


« Ton prince est bien méchant avec toi. Pourquoi tu t'inquiètes comme ça ? Je n'vais rien te faire. »

Elle avoua alors que c'était la première fois qu'elle croisait un exorciste pendant une mission. Etait-ce vrai ? Ceci expliquait cela. Lavi la regarda puis commanda un thé pour elle et lui lorsque la serveuse s'approche d'eux, repartant peu après.

« J'espère que vous aimez ça. Ainsi donc je suis le premier. Hm... Je sais pas si je dois me sentir flatté. » fit-il d'un petit air amusé « C'est la première fois qu'un Noé n'essaie pas de me tuer. Comme quoi, il y a un début à tout. Le mieux serait... qu'on ne soit pas confronté à un moment ou à un autre. Promettez moi une chose. Si jamais vous mettez la main sur l'Innocence avant nous, ce que je ne souhaite pas, partez rapidement. Je ne tiens pas à devoir vous tuer. »

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorën Pittsburgh

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 21/10/2012

Feuille de personnage
Age : 22 ans
Nationalité : Anglo-Danoise
Surnom :

MessageSujet: Re: ~Maroc~ D'une pierre, deux coups [Sorën/Lavi]   Dim 23 Déc - 12:36

Si elle avait été assez détendue pour rire de la situation, nulles doutes possible qu'elle l'aurait fait. C'est que le tableau avait tout ce qu'il existait d'hilarant au monde. Elle, Mercym -Une Noé- qui dicutayait paisiblement et philosophiquement avec lui -Lavi- un Exorciste. Et le pire dans l'histoire c'était que depuis qu'il avait abaissé son arme, ça avait l'air tout à fait naturel. Comme deux vieux amis qui se croisent après bien longtemps et qui curieux se questionnent mutuellement sur les tenants et aboutissant de leurs vie respectives. Probablement que quelqu'un qui les aurait croisé au hasard dans cette rue sombre n'aurais pas pu se douter qu'ils étaient en réalité deux ennemis mortels et héréditaire et qu'ils tentaient simplement de calmer le jeu l'un de l'autre.

De la même manière que Lavi lui-même ignorait sans doutes l'effort sur-humain que produisait Sorën pour ne pas céder à ses instincts. Elle ne l'aurait peu être pas tué, mais détruire son innocence était quelque chose de parfaitement à son niveau. Pitoyable, de savoir quelle ne tenterait rien. Par ce qu'elle était lâche..? ou trop fragile pour cela..? elle ne savait pas vraiment. Sans doutes que la situation ne lui paraissait pas propice à tenter quoique se soit qui puisse nuire au jeune homme. Sans doutes aussi qu'il n'était pas dans sa nature de faire du mal. De faire mal simplement en fait. Au cœur de leurs questionnements métaphysiques, il y avait la nature de l'homme et sa nature à elle. Elle antipode parfait de ce qu'il avait pus voir chez les siens jusque là. Et tout un tas de notions profondes telles que le regrets, l'amour...
_ Il y à de ça c'est un fait, ça me rendrait folle de chagrin. Et puis...nous avons tous nos vices je suppose. Il y à bien assez de douleur pour que j'en rajoute. Je n'ai pas le désir de...enfin...c'est sans importance. Je...je n'attaque pas, je n'attaque jamais. Je me contente de défendre. C'est tout. Il dois bien il y avoir des gens de ce genre là chez vous non..? des gens qui se contente de protéger et de penser les blessures de leurs proches, quelles qu'elles soient...

Quant à la nature de l'homme, elle n'avait pas grand chose à dire. Elle avait été humaine elle aussi après tout. Certes elle était une Noé, certes cette populace grouillante et mauvaise lui faisait froid dans le dos, mais pouvait-elle les rejeter entièrement alors qu'elle portait le visage de l'un d'entre eux. Alors que Sorën était encore en partie là et qu'elle même portait encore le deuil de son hôte. Son vice, son vice à elle c'était le pardon. Cette capacité terrible de tout accepter et de donner son amour en dépit de tout ce qui pouvait être fait. À elle. Elle pardonnait si c'était elle. Sans doutes qu'une partie d'elle même croyait profondément qu'elle était responsable. Que si on lui faisait du mal c'est qu'elle l'avait mérité. Qu'en temps que Mercym c'était son rôle. D'accepter.
_ Je ne suis pas l'instigatrice de ces plans. Mais..des chances ils en on eu et ils les ont toutes gâchées. Combien d'innocents vont avoir à souffrir encore de la folie de tout ces fous..? Ils sont sacrilèges et blasphèment, se battent au nom d'un dieu qui n'as jamais demandé de guerre et surtout..surtout il est des hommes capable de violer l'innocence au berceau...Alors que doit-on faire..?

Elle se mordit les lèvres; elle-même avait toujours ignoré qu'elle avait une position bien prise sur ce conflit. Certes elle ne cautionnait pas le meurtre sauvage auquel les siens s'adonnaient , mais elle avait fini par leur trouver des excuses. Elle avait fini par se laisser submerger par des sentiments qu'elle avait en commun avec les siens. Ses joues prirent cette couleur rouge, qu'elle avait l'habitude de prendre dans sa grande timidité; sauf que cette fois : c'était de la honte.
_ Par...Pardonnez-moi ! Je ...j'ai parlé sans réfléchir, sous le coup de l'émotion. Je ne savais pas ce que je disais ! C'est...c'était juste trop cruel... elle remua négativement la tête comme pour oublier qu'elle avait tenu de tels propos et se contenta de lui sourire avec toute sa douceur et sa naïveté d'enfant qui pense qu'elle pourra encore sauver le monde, protéger les siens et ne blesser personne. Joli petit bout de rève;

Utopie d'enfant trop douce pour son propre bien.

En attendant , la jeune femme avait invité son locuteur à entrer dans le petit café pour ne pas qu'il tombe malade, elle était habituée aux basses températures mais elle doutait que le jeune homme soit capable de les endurer autant qu'elle. Elle avait donc tenté de faire bonne figure et était rentrée, s'était laissée guider pour le mettre en confiance , même si elle même n'en menait pas large. Il avait commandé du thé et elle l'en avait remercié. Oui elle aimait le thé. Elle adorait ça. Ça l'apaisait. Ceci dit il avait vus sa gène. Elle se décidait à répondre à toutes ces questions car jusque là elle avait préférer réfléchir à ce qu'elle allait dire.

_ Nos caractères découlent, je pense, de notre mémoire. Prenez Skin par exemple. C'était un brave garçon, je l'aimais beaucoup, mais c'était une véritable brute, sans doutes par ce qu'il incarnait la colère. Un autre exemple...Tyki son propre à lui c'est le plaisir...le sadisme dont il fait preuve est donc parfaitement compréhensible... c'est pour cette raison que tous ne peuvent pas être comme moi. Et croyez-le : c'est une bonne chose.

elle s'arrêta un moment pour être sure qu'il la suivait dans son raisonnement et qu'il ai le temps d'assimiler toute la chose. Puis elle reprit.
_ Concernant la façon dont je sais les choses ...j-...je pense que je n'ai pas le droit de dire mais considérez que nous parlons beaucoup. un nouveau sourire étira ses lèvres douces. Peu à peu elle réussissait à oublier qu'elle était potentiellement en danger et pas forcément en mesure de se défendre. Ou plutôt si mais c'était une affaire qu'elle n'avait pas l'intention de penser pour l'instant.

Elle eu un petit rire, mi-amusé mi-nerveux.
_ Le prince à raison. Et d'ailleurs tout le monde plaisante à ce sujet...Et c'est normal. a-...avouez que je suis ridicule, trop timide et trop craintive...alors même que je suis parfaitement capable de me défendre. Je sais que s'il à fait ça c'est pour me le prouver. Je l'aime beaucoup. Je lui dois tellement.

Comme une enfant elle tira la langue avant de reprendre un air plus sérieux et inquiet. Elle pinça les lèvres.
_ Je ferai au plus vite, mais promettez-moi une chose. Si d'ici deux ou trois jour vous n'avez rien trouvé alors partez. Par ce que...enfin vous vous doutez que ma famille saura que je vous ai parlé et , du reste, je n'ai pas l'intention de le leur cacher. Quelqu'un d'autre sera probablement envoyé ici et il ne sera pas aussi clément que moi. Je vous demande pardon d'avance. Mais je ne voudrais pas que malheur vous arrive alors que vous vous êtes montré bon avec moi.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


J'aime, : encore , toujours plus et jamais assez...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 33
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: ~Maroc~ D'une pierre, deux coups [Sorën/Lavi]   Jeu 27 Déc - 18:48

Il n'y avait rien de plus pénible pour Lavi que d'osciller entre deux envies distinctes. D'un côté il voulait en finir une bonne fois pour toute et combattre la Noé qui lui faisait face. Après tout, elle appartenait à cette "famille" qui désirait la destruction de l'humanité, elle était donc son ennemie par nature et même si elle ne lui avait encore rien fait, elle était clairement contre lui. D'un autre côté, elle n'avait pas l'air vindicative du tout et c'était même l'occasion rêvée pour en apprendre plus sur les Noés. Il était là pour en savoir un maximum, c'était là son but à l'origine. Malheureusement, puisqu'il était allié à la Congrégation, il ne pouvait pas se comporter comme s'il était totalement neutre. Ce n'était plus possible pour lui de l'envisager de la sorte. Les choses auraient sans doute été plus simples si seulement ils étaient restés neutres comme à leur habitude. Pourquoi avoir rejoint l'un des camps ? Pour collecter plus d'informations ? Pourtant, ils ne savaient pas grand chose. D'un côté comme de l'autre, le résultat aurait sans doute été le même. Mais Lavi ne s'attendait pas à ce que cela le change profondément. En aurait-il été de même si Bookman et lui avaient rejoint les Noés ? Difficile à dire.

Sorën confirmait les dires de l'apprenti bookman, rajoutant que tout le monde n'était pas forcément belliqueux dans les camps, quel qu'ils soient. Elle n'avait pas tort. Sur le coup, Lavi songea au maréchal Tiedoll. Même son Innocence n'était pas faite pour se battre. Elle était très utile et pouvait inverser l'issue d'un combat mais elle n'était pas faite pour infliger des dégâts. De plus, le maréchal n'était pas ce que l'on pouvait appeler vindicatif. Son Innocence lui correspondait plutôt bien au final. On pouvait lutter sans pour autant désirer la mort et la souffrance du camp opposé. Dans un sens, Allen était aussi un peu comme ça. Il ne voulait pas "détruire" les Akuma mais les sauver. Même les Noés... Plutôt paradoxal au final mais pouvait-on l'en blâmer ? Il portait un lourd fardeau, difficile de le critiquer. Le rouquin le comprenait même s'il pensait que ce n'était pas non plus la solution au problème. Il y avait également Miranda aussi, qui les protégeait à l'aide de son Innocence mais qui n'était en rien une combattante. Pourquoi blâmait-il donc la jeune femme face à lui alors que certains de ses compagnons lui étaient semblables ? Cela lui faisait mal de l'avouer mais elle avait raison
.

« C'est vrai, maintenant que tu l'dis... J'imagine que tout le monde ne peut pas être un combattant. Mais c'est pas pour autant que tu es neutre. » souligna t-il

Les Noés voulaient détruire l'humanité. Les humains ne pouvaient pas simplement attendre l'inéluctable sans chercher à se défendre un minimum. Même s'ils ne faisaient que repousser l'échéance, ils se battaient pour rester en vie. Seulement, tout le monde n'était pas exorciste, loin de là. Il y en avait relativement peu et eux seuls pouvaient faire quelque chose contre cette destruction programmée. Sorën marquait un point lorsqu'elle disait que les humains méritaient ce qui leur arrivait. Lavi pensait exactement la même chose peu de temps encore auparavant. Mais ses amis l'avaient convaincu que l'humanité pouvait changer. Pas toute bien sûr, mais une petite partie se suffisait à elle-même.

Sorën s'emporta un peu dans son discours, même si elle avait raison. Oui, l'humanité était peuplée de monstres qui faisaient vivre un vrai cauchemar aux innocents. Mais c'était là le lot de tous. C'était la loi du plus fort, cela l'avait toujours été. Les Noés n'étaient pas mieux placés. Certains exorcistes n'étaient justement que des "innocents" choisis au hasard pour défendre toute une race. Et les Noés les tuaient sans distinctions. Difficile donc de faire la leçon sur le sujet. Elle se reprit d'ailleurs, balbutiant des excuses. Lavi ne savait plus trop quoi penser. Sans doute que la mémoire millénaire de la jeune femme lui jouait des tours.


« Peut-être, oui. Toujours est-il que vous faites également ce que vous reprochez aux humains. Vous n'êtes pas... "mieux". Je ne dis pas que l'humanité est bonne mais vous oubliez que vous êtes humains vous aussi avant tout. »

Peut-être qu'au final, tout cela n'était qu'un malentendu. Mais pouvait-on faire entendre raison à des gens persuadés depuis des millénaires qu'ils ont raison ? C'était sans doute peine perdue. Plutôt que de perde davantage de temps à discuter au milieu de nulle part dans le froid, la Noé invita Lavi à se rendre dans le salon de thé non loin d'eux. D'abord méfiant, il laissa rapidement tomber et accepta. Si elle voulait le tuer, elle l'aurait fait depuis longtemps. Il ne laissait pas tomber l'hypothèse d'un piège mais après avoir parlé un peu avec elle, le rouquin sentait qu'il avait de moins en moins d'animosité à son égard. Elle l'avait convaincue qu'elle ne lui ferait rien de son plein gré. A l'intérieur, il se comportait donc avec elle comme s'il la connaissait déjà et agissait donc naturellement.

Sorën avait raison lorsqu'elle disait qu'ils étaient similaires au sentiment qu'ils représentaient. Cela influait énormément sur leur personnalité et ça expliquait pourquoi elle pardonnait à tout va. C'était plus une malédiction qu'autre chose au final, d'après l'avis du rouquin. Ils étaient complétement dépendants de ce fameux sentiment et cela ne leur rendait pas forcément service. Sorën devait être rongée par sa haine de l'humanité et ne pouvait même pas agir pour se soulager un minimum. Si cruel... C'était bon à savoir néanmoins. Par contre, elle se refusa de répondre à son autre question à propos de leur mémoire collective. C'était bien essayé...


« Je ne sais pas si c'est une bonne chose. Vous êtes tous cloitrés, coincés à cause de ce que vous représentez. C'est pas un peu rageant d'être ainsi contraint à mener une vie que vous avez pas forcément choisi ? »

Lavi ne pouvait se souvenir de la réaction de Road lorsque Tyki avait été "tué" par Allen, déjà prisonnier de son propre esprit. Sinon, il aurait su à quel point les Noés pouvaient être liés.

« C'est plutôt curieux de vous considérer comme une véritable famille alors qu'à la base vous n'avez aucun lien. »

Plutôt que de s'indigner de la façon dont la traiter le Comte Millénaire et les autres, Sorën semblait résignée. Ou même carrément amusée par sa propre maladresse. Lavi haussa un sourcil, un peu surpris d'une telle réaction. Ils étaient certes une famille mais ce n'était pas une raison pour se moquer autant d'elle. Sans doute manquait-elle de confiance en elle.

« Ce n'est pas ridicule non. On est comme on est. Ton caractère est comme ça, ça n'influe pas sur tes capacités de combat. J'trouve pas ça très sympa de se moquer de toi de la sorte mais j'imagine que quoiqu'on te fasse, tu prendras ça bien, hmm ? »

Après tout, elle était Mercym... Mais quelle idée d'essayer de lui donner confiance en elle ! Elle était l'ennemie ! D'ailleurs Lavi lui demanda de lui promettre de ne pas s'attarder si jamais elle mettait la main sur l'Innocence la première. Il espérait que ce ne soit pas le cas mais il ne tenait pas à la combattre. Malgré qu'elle ne semble pas agressive, il ne voyait plus vraiment de raison d'essayer de la détruire. Elle était à ses yeux une jeune femme un peu perdue et trop gentille et aimante pour prendre part à une guerre. Qui était-il pour lui imposer ça une fois de plus ? Le mieux était qu'ils ne se recroisent pas. Cependant, il y avait une chose à laquelle le rouquin n'avait pas pensé. Elle pouvait appeler du renfort. Ainsi, elle ne ferait rien elle-même et laisserait les autres agir à sa place. C'était bien plus dangereux et elle avait raison, il ne fallait pas que les exorcistes trainent trop longtemps. Lavi ne savait pas trop comment prendre la chose. Comptait-elle le "tromper" en allant chercher de l'aide auprès de sa famille ? Après tout, ils étaient ennemis... Mais il ne pouvait pas rentrer bredouille sans avoir à combattre. Maintenant que le thé était servi, le rouquin attrapa sa tasse et but une gorgée, silencieux et songeur, puis la reposa doucement dans sa coupelle.

« Je ne peux pas Sorën. Je n'tiens pas à mourir mais tout comme toi, j'ai des obligations. Même si je ne veux pas te combattre, je ne peux pas tromper les miens en prétendant qu'il n'y a rien ici ou que c'est trop tard. Je ferais ce qu'il faut pour la trouver. Je ne t'en veux pas, tu feras ce que t'as à faire. Moi aussi. Disons que la trêve est pour aujourd'hui seulement, hmm ? On a qu'à dire... que le meilleur gagne, non ? J'espère que d'ici quelques jours, l'un de nous aura ce qu'il est venu chercher et qu'on aura aucun mort à déplorer. Quand on aura terminé ce thé, je retournerais auprès des miens. T'auras l'avantage de commencer à chercher avant nous. Nous partirons que le lendemain matin. C'est tout ce que j'peux faire. Ca te va ? »

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ~Maroc~ D'une pierre, deux coups [Sorën/Lavi]   

Revenir en haut Aller en bas
 
~Maroc~ D'une pierre, deux coups [Sorën/Lavi]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Amalia Petridis - D'une pierre deux coups
» Bienvenue à Pierre Raymond!
» Hommage bien mérité à Gérard-Pierre Charles un grand mapou
» Haiti-Premier ministre :Il s'appelle Ericq Pierre !
» VOILA LE PATRON DE MICHELLE PIERRE-LOUIS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.Gray-Man Rpg :: [Zone Rp] Les points névralgiques du reste du monde :: Afrique-
Sauter vers: