◘ ◘ ◘ Un monde déchiré par les guerres, un combat entre le bien et le mal, quel camp sera le votre ? ◘ ◘ ◘
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rome- rencontre fortuite sous un magnifique soleil - { Brendan Chichester}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lenale Lee



Messages : 12
Date d'inscription : 04/02/2013

Feuille de personnage
Age : 17 ans
Nationalité : américaine
Surnom : Restie

MessageSujet: Rome- rencontre fortuite sous un magnifique soleil - { Brendan Chichester}   Dim 17 Fév - 14:16

66

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦



Dernière édition par Lenale Lee le Dim 14 Déc - 18:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brendan Chichester

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 14/02/2013

Feuille de personnage
Age : 19
Nationalité : Australien/Français
Surnom :

MessageSujet: Re: Rome- rencontre fortuite sous un magnifique soleil - { Brendan Chichester}   Lun 18 Fév - 14:09

Rome. Voilà déjà quelques années que je n’avais pas mis les pieds en Italie, et on pouvait dire que j’y retournais par la grande porte : directement en plein cœur de la capitale. L’Italie restait un berceau religieux important, et c’était sans doute ce qui me rebutait, et ce malgré mes dons. C’était plus que tout autre le genre de pays que je voyais comme profondément étranger. De plus, j’avais toujours affectionné d’avantage les pays anglophones. Sans doute parce que, ma mémoire revenant, je commençais à me languir sur ma terre natale d’Australie. Peut-être, quand je serais prêt. Je doutais par exemple que le Comte cautionne un tel voyage, qu’il me faudrait du coup soigneusement placer, et préparer. Pour qu’il passe inaperçu, et qu’il dure tout de même plus d’une poignée d’heures. Une demi-journée aurait le mérite, sinon d’étancher cette soif nostalgique, de l’apaiser. Et peut-être de donner encore un nouvel élan à l’étrange processus qui se déroulait en moi, et me transformait peu à peu en créature à mi-chemin entre l’Akuma et l’être humain. Ce serait peut-être un jeu très dangereux, et c’était sans doute pour ça aussi que j’hésitais à le tenter.

Pour en revenir à Rome, bien que je ne me sente pas spécialement à l’aise dans ses rues, je ne pouvais que reconnaitre que c’était une belle ville. L’architecture du quartier dans lequel j’avais mis les pieds me paraissait même venue d’une autre époque. Et puis, le soleil la flattait agréablement, recouvrant les bâtiments et même le sol d’une couche d’or. L’or stellaire, ce style désuet mais si inhabituel … J’étais réellement dans un autre monde. C’est ce que je me serais dit si les boutiques traditionnelles des grandes villes, et plus particulièrement de leurs centres, n’étaient pas en train de défiler au rythme de mes pas. Et si je ne m’étais pas souvenu des deux raisons pour lesquelles j’avais mis les pieds ici.
J’avais déjà accompli un de ces deux objectifs, en récupérant un livre chez un antiquaire. C’était un ouvrage bien curieux, et relativement inhabituel, puisqu’il ne contenait presque pas de pages manuscrites ! Ce qui se comprenait en constatant qu’il s’agissait simplement de plans de construction. En soi, c’était d’ailleurs une vraie mine d’or : ces plans concernaient tout de même le Colisée de Rome. Ca faisait de ce petit bijou une pièce de collection. Surtout qu’en ayant étudié son état, j’étais capable de dire que, même s’il avait été restauré au possible, le tout restait terriblement et délicieusement authentique. Une sacrée affaire, que je m’empresserais d’étudier en rentrant, avant de le mettre en vente. Même si ce serait sans doute une très belle pièce, je n’en oubliais tout de même pas ma propre avidité de savoir.

Enfin, loin de ces pensées tournées vers l’or et ce que j’allais bien pouvoir en faire, il me restait encore une seconde tâche à accomplir. Et elle était d’ailleurs des plus agréables, par ailleurs. Je devais tout bonnement me promener dans les rues de la capitale, visiter quelques échoppes, ainsi que quelques autres missions atrocement touristiques ! Tout ça pour quoi ? C’était déjà plus compréhensible : faire le tour des quartiers, afin de repérer les pourcentages d’Akumas qui étaient en poste, et aussi voir s’il y avait des rondes d’exorcistes fréquentes sur Rome, et plus particulièrement où ils se concentraient. C’était évident qu’en approchant du Vatican, ils seraient très nombreux, mais à Rome lui-même, cela valait la peine de faire un petit tour pour évaluer tout ça, n’est-ce pas ? C’était un des points stratégiques européens, il s’agissait de voir qui est-ce qui l’avait sous son contrôle.

Et malheureusement je devais bien avouer que le taux d’Akumas à Rome, qui était pourtant une capitale européenne, était assez risible. Une preuve que les exorcistes dans le coin étaient ou suffisamment nombreux pour presque les étouffer, ou alors suffisamment puissants. Dans tous les cas, si je n’en avais repéré qu’un ou deux, et pas vraiment proches de moi, ils demeuraient efficace dans cette ville-là. Voilà une information qui ne ravirait pas le Comte Millénaire. Enfin, je n’étais pas non plus là pour lui susurrer des paroles agréables à l’oreille, mais surtout pour l’informe objectivement des choses, telles qu’elles étaient, ni plus ni moins. De toute manière, lorsqu’il s’énervait à cause d’une information ou d’une autre, j’étais rarement celui qui essuyait sa colère. Plus que rarement, même. Ca tombait souvent sur les niveaux un qui passaient imprudemment dans les parages, plutôt.
Bref, dans ce fouillis d’humains presque dépourvu d’Akumas, j’eus tout de même l’heureuse surprise de détecter l’essence d’une descendante de Noé. C’était le genre de personne que je ne pouvais pas manquer, avec mes sens étendus et précis. Leur aura était pour moitié celle d’un humain, après tout, et seulement pour moitié. Et l’autre moitié était celle du cube de matière noire, dont le Comte était entièrement fait. En parlant d’aura uniquement, bien entendu. Pour les humains, c’était souvent plus complexe : entre les compatibles, les exorcistes, ceux qui avaient un potentiel magique, les humains ordinaires, et tout ce méli-mélo de possibilités, j’en devenais souvent chèvre.

Enfin, je viens de vous parler d’une Noé. A vrai dire, elle marchait d’un pas lent, à quelques mètres de moi. J’entendis même quelques refrains d’une chansonnette bien triste, surtout dans ce contexte splendide.
Décidé à m’amuser quelque peu, et curieux d’en apprendre plus sur elle, je me décidais à l’aborder. Au mieux, je passerais de toute façon pour un simple humain, pas vrai ? Même si les soupçons pèseraient sans nul doute, j’étais ce genre unique d’Akuma bien pénible dont on ne pouvait pas distinguer l’aura, justement. J’étais humain. Ou pas. Mais peut-être que si, après tout ?
Après m’être faufilé dans l’angle mort de la demoiselle, j’attrapais galamment son bras d’un geste adroit. En parlant d’autre époque, on pouvait dire que ce n’était pas beaucoup plus moderne.

« Ca ne vous dérange pas si je vous l’emprunte ? Je ne connais pas vraiment Rome, et j’en ai un peu marre de me balader tout seul. »

Je comptais bien entendu sur mon sourire à nul autre pareil pour ne pas me faire gifler et envoyer dans une poubelle. Généralement, j’avais le droit à quelque chose d’un peu moins violent, mais comment savoir de quelle mémoire cette descendante de Noé était issue ? Ca pouvait être tout et n’importe quoi. Et vu la malice du Comte, c’était d’ailleurs souvent n’importe quoi.

« Chanter une chanson aussi douloureuse alors que nous sommes dans une ville ensoleillée, et presque paradisiaque, c’est bien dommage … J’ai peut-être une idée qui vous remontera le moral ! »

C’est avec l’attitude de celui qui possède la solution miracle que je lui débitais donc :

« Voilà, il y a les musées du Capitole pas si loin que cela ! Ce sont les plus vieux musées du monde, mais je n’ai jamais eu l’occasion d’y mettre les pieds … Seulement, les visiter seul serait absolument barbant. Vous voulez y faire un tour avec moi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lenale Lee



Messages : 12
Date d'inscription : 04/02/2013

Feuille de personnage
Age : 17 ans
Nationalité : américaine
Surnom : Restie

MessageSujet: Re: Rome- rencontre fortuite sous un magnifique soleil - { Brendan Chichester}   Mer 20 Fév - 20:35

66

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦



Dernière édition par Lenale Lee le Dim 14 Déc - 18:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brendan Chichester

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 14/02/2013

Feuille de personnage
Age : 19
Nationalité : Australien/Français
Surnom :

MessageSujet: Re: Rome- rencontre fortuite sous un magnifique soleil - { Brendan Chichester}   Jeu 21 Fév - 19:03

Pas déprimée, hein ? Pourtant, je sentais qu’il exsudait de cette jeune femme une tristesse, que je ressentais comme si elle se répandait tout autour d’elle, caressant ma peau et s’emparant directement de moi. Elle dégageait un parfum mêlant la nostalgie et le regret, la romance déchue, je n’aurais su y mettre de mots exacts. En rester aux peines du cœur, sous toutes leurs formes, me paraissait plus sage, ne sachant laquelle cibler principalement. Elle se nommait ainsi Restiel Sakine. Je ne connaissais pas personnellement les descendants de Noé, aussi ne connaissais-je absolument rien à son sujet, d’autant plus que le Comte n’avait jamais jugé utile de me parler de ses protégés outre quelques informations dont j’avais impérativement besoin pour le bon déroulement de mes missions …
J’étais bien heureux qu’elle accepte de m’accompagner, pour la peine : c’était vrai qu’il y avait de belles choses à voir, et comme elle ne semblait pas se rebiffer … Un étranger venait de l’accoster, et la jeune femme demeurait confiante. Et même, elle s’en accommodait tout à fait bien, à mon grand étonnement. Ce n’était donc pas le genre de demoiselle qu’il était facile de désorienter !
En même temps, il était simple de pressentir que je n’ignorais rien de sa nature véritable de descendante de Noé. C’était sans doute pour cela qu’elle ne se sentait pas dépaysée : soit j’étais un exorciste et je l’emmenais sur le champ de bataille ; soit j’étais moi aussi un Noé et nous étions partis pour passer un bon moment tous les deux ! En vérité, ce n’était ni l’un ni l’autre, je n’étais qu’un modeste Akuma. D’ailleurs, il était probable que le Comte n’apprécie pas beaucoup mes manières avec l’une de ses protégées. Mais bon, j’avais pour moi le fait que c’était lui qui m’avait demandé de conserver ma couverture auprès d’un maximum de personnes. Noés et Akumas compris.

Mon bras glissé dans le creux du coude de Restiel, j’étais finalement parti pour la guider à travers les rues !

« La bonne nouvelle, c’est que vous ne serez pas perdue très longtemps, mademoiselle. Je ne suis pas vraiment du coin, mais j’ai plutôt un bon sens de l’orientation ! »

Ce n’est qu’à ce moment que je m’aperçus qu’elle tenait une robe entre ses bras. Le style de robe qui était tout à fait d’époque, et très morderne, un peu à l’image du quartier dans lequel nous nous trouvions. Style victorien, très tendance. En particulier dans les grandes capitales, et pour les belles dames. Cette jeune fille n’était peut-être pas qu’une simple jeune fille, après tout, non ? Enfin, en général, les descendantes de Noé n’étaient pas dénuées de moyens. Le Comte savait nous pourvoir en cadeaux, je l’avais déjà constaté. Et pour ses protégés, ses enfants disaient-ils parfois, c’était sans doute d’une toute autre ampleur qu’avec un simple serviteur comme moi.

« C’est une jolie robe. Je suis certain qu’elle vous irait très bien, et que si vous vous en vêtiez, je suis absolument certain que vous feriez une petite montagne de jalouses. »

La galanterie était la chose la plus élémentaire qu’on pouvait espérer de moi, sous mon apparence, qui somme toute était masculine. Après, ce qui en était dans mon esprit, c’était toute autre chose … Après tout, j’étais le fruit d’une union du corps d’un homme et de l’âme d’une femme, n’est-il pas ? En regardant sous cet angle, c’était peut-être même un rapport plus intime que le fait de partager une nuit d’enlacements. Pour en revenir à Restiel, nous cheminions encore, et les musées que j’avais évoqués n’étaient pas encore en vue. Du coup, je me sentais bien partant de faire la conversation.

« Vous n’aimez pas les exorcistes. Sont-ils si mauvais que cela ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lenale Lee



Messages : 12
Date d'inscription : 04/02/2013

Feuille de personnage
Age : 17 ans
Nationalité : américaine
Surnom : Restie

MessageSujet: Re: Rome- rencontre fortuite sous un magnifique soleil - { Brendan Chichester}   Jeu 21 Fév - 21:16

66

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦



Dernière édition par Lenale Lee le Dim 14 Déc - 18:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brendan Chichester

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 14/02/2013

Feuille de personnage
Age : 19
Nationalité : Australien/Français
Surnom :

MessageSujet: Re: Rome- rencontre fortuite sous un magnifique soleil - { Brendan Chichester}   Dim 24 Fév - 15:46

La question de Restiel me prit quelque peu au dépourvu, sur l’instant. Les nuages ? Elle avait l’esprit bien volatile, cette jeune femme …

« Les nuages … Sont un peu ce qu’on veut finalement. Ceci dit, je ne suis pas si sûr qu’ils soient duveteux … Si on les serrait dans nos bras, je crois qu’on finirait tremper jusqu’aux os, à vrai dire. Hum … Celui-là, là-bas, a effectivement l’air d’un mouton. Mais celui-ci a plutôt l’air … D’un lézard ? »

Au fait. Pouvais-je me présenter ? C’était effectivement un point que j’avais complètement oublié d’aborder avec la demoiselle. Elle m’avait donné son nom sans que je lui rende pour autant la politesse. Cela allait plutôt mal de pair avec mes manières chevaleresques, en plus. Ca me discréditait carrément. Pourtant, cela ne partait pas d’une mauvaise intention, mais plutôt d’un pur et simple oubli. Mais, et c’était logique à mon humble avis, la petite Noé semblait en avoir pris un certain ombrage, et en être particulièrement gênée. Peut-être même offensée ? Elle avait dit elle-même que c’était perturbant.
Mais quel mauvais bougre faisais-je, en me comportant d’une manière aussi primitive ?

« Excusez-moi, jeune demoiselle. Loin de moi l’idée de vous faire du tort, il m’arrive de me conduire en vrai goujat. Malheureusement, c’est un trait de caractère dont chaque homme semble doté … Même s’il n’est qu’occasionnel, il reste fort contrariant ! »

« Bref, je suis Brendan Chichester, pour vous servir. Comment dire … Disons que je suis une sorte d’antiquaire ! Mais ce sont uniquement les livres qui attirent mon intérêt, bien d’avantage que tous les autres grigris. J’ai une boutique à Paris, mais je me dois de voyager un peu pour réunir quelques vestiges ici ou là, de par le vaste monde … »


Avec un sourire entendu, je lui désignais la sacoche que je trimballais à mon épaule.

« Et c’est donc la raison de ma présence à Rome. J’ai mis la main sur un ouvrage qui vous paraitrait sans aucun doute follement ennuyeux, mais qui est un petit trésor historique. Enfin, avec une si belle journée, dans une ville comme celle-là … On dira que je n’ai pas pu résister à la tentation de me balader ! C’est l’avantage d’être son propre patron : on n’a pas vraiment de comptes à rendre quand on est ‘au travail’ ! Héhé ! »

Je ne pouvais pas lui parler de mon réel statut, ni même avancer que je faisais partie de tel ou tel camp. Si je lui disais être un partisan de la Congrégation, je risquais une attaque impitoyable de sa part : je n’étais pas taillé pour tenir tête à une Noé. En fait, je parviendrais sans doute à prendre la poudre d’escampette mais ça ne ferait que m’obscurcir la journée. Et si jamais quelqu’un m’entendait dire que j’étais un partisan du Comte, et que ça s’ébruitait, ce ne serait pas de meilleur augure. Je devais paraitre anodin, voire neutre. Ou encore, légèrement favorable aux exorcistes : si les exorcistes me croyaient leur allié, ils ne me dépèceraient pas. Et le Comte sachant qui j’étais, ne tenterait pas de m’anéantir ou d’organiser une quelconque vendetta à mon égard.
D’un autre côté, je lui avais déjà demandé ce qu’elle pensait des exorcistes, même si elle ne m’avait pas répondu, donc elle savait que j’étais au courant.
Bon, le bobard habituel, celui de ma seconde vie, allait devoir entrer en action.

« Je ne suis qu’un humain, jeune demoiselle. Un simple humain. Je suis au courant de choses que je devrais ignorer, et j’ai quelques petits tours de passe-passe bien à moi … Mais honnêtement, je ne suis pas un danger pour vous, et je désire réellement, simplement, passer un bon après-midi, discuter un peu. Je n’ai pas souvent l’occasion de rencontrer des personnes telles que vous. C’est pour ça que je suis un peu curieux … »

« Sur votre façon de voir les exorcistes, par exemple. Ca m’intrigue, de savoir comment les descendants de Noé se considèrent vis-à-vis des autres humains, et des exorcistes. Sont-ils un jeu pour vous ? Sont-ils simplement une sous-race qu’il faut exterminer ? Votre famille est fortement intrigante, je vous l’avoue. Ce sont le genre de questions qui me harcèlent à votre propos. »


J’y ajoutais un sourire. Les musées n’étaient pas encore en vue, mais bon, la discussion prenait une tournure amusante. Risquée aussi, si cette jeune fille était particulièrement instable, ce qui pouvait arriver chez les Noés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lenale Lee



Messages : 12
Date d'inscription : 04/02/2013

Feuille de personnage
Age : 17 ans
Nationalité : américaine
Surnom : Restie

MessageSujet: Re: Rome- rencontre fortuite sous un magnifique soleil - { Brendan Chichester}   Dim 24 Fév - 20:21

66

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦



Dernière édition par Lenale Lee le Dim 14 Déc - 18:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brendan Chichester

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 14/02/2013

Feuille de personnage
Age : 19
Nationalité : Australien/Français
Surnom :

MessageSujet: Re: Rome- rencontre fortuite sous un magnifique soleil - { Brendan Chichester}   Mar 26 Fév - 14:09

Donc pour cette jeune femme, l’antagonisme entre les Noés et les exorcistes se limitaient au pur et simple instinct de survie … Ce que je comprenais en entendant cela, c’était qu’ils ne se haïssaient pas réellement, mais s’étripaient car ils faisaient partie de camps complètement différents ? Le raisonnement de Restiel me paraissait un peu bancal. D’un autre côté, nul n’avait jamais prétendu connaitre les descendants de Noé, ni même qu’ils savoir s’ils étaient ou non compréhensibles. Et je ne faisais pas partie des rares illuminés qui en seraient arrivés à le faire. De toute manière, en tant qu’Akuma, tuer les exorcistes était aussi dans ma nature, voire même tuer les hommes. Enfin, causer un maximum de dégâts, au bout du compte. Même si ma manière de faire différait largement de celle des autres Akumas, sans doute. Par une forme de ruse inhabituelle chez ceux de mon espèce …
La façon de Restiel de voir les humains me fit en revanche sourire franchement. Sans aucun goût ? C’était vrai pour les humains ordinaires, parmi lesquels se répandaient tous les défauts les plus rédhibitoires chez l’homme. De toute manière, il n’avait rien après en presque deux millénaires d’existence … Il n’était pas anormal d’avoir si peu de foi en lui. Néanmoins …

« A cela je ne saurais dire qu’une seule chose : après tout, les hommes, les Noés, les Akumas, les exorcistes, nous sommes tous issus de la race humaine, d’une façon ou d’une autre. Des évolutions, des dérivés, des anomalies … Peu importe de quelle manière nous sommes vus, tout le monde a un rapport à l’espèce humaine. Pour dire la vérité, le Comte Millénaire lui-même doit avoir ce lien avec l’humanité. Après tout, son nom réel n’était-il pas ‘le plus humain des hommes’, douce damoiselle ? Du coup, je dirais que nous obéissons à une même loi concernant le savoir-vivre et la grâce : certains en ont, d’autres pas. Nous sommes tous dans des camps différents, mais je ne crois pas que les lois que nous subissons tous soient différentes. De même que je ne pense pas que le monde dans lequel nous baignons satisfasse qui que ce soit. C’est sans doute pour ça qu’elle existe, cette guerre. »

Voilà bien des paroles pensives, pour un après-midi aussi ensoleillé. L’esprit aurait pu être à l’arrêt pour simplement savourer … C’était même ce que j’avais escompté, mais qu’y pouvais-je ? Les attraits de l’intellect étaient parfois bien trop puissants pour qu’on y échappe, et on partait alors dans de longues envolées discursives !

« Je ne pense pas que ce soit tant le mode de vie des Noés qui est intriguant. Mais plutôt, vos nombreux secrets … Et ceci car vous avez une place prépondérante dans l’organigramme de la Guerre Sainte. A titre personnel, je m’intéresse à tout cela pour me forger ma propre opinion : après tout, est-ce parce que je fais partie de telle ou telle espèce que je ne peux pas me faire ma propre idée du déroulement des choses ? Est-ce car je suis humain que les hommes ont nécessairement raison ? On m’a doté d’un esprit, je tâche d’en faire bon usage. Et parce que je sais peu de choses des Noés, je me dois d’en savoir d’avantage avant de vous déclarer comme des sauveurs ou une menace. »

« Ou alors parce que je ne vous trouve pas si différents, au final, vous autres Noés. Nous pourrions cohabiter, alors pourquoi pas coopérer ? Je ne tiens qu’à apprendre la manière dont mettre fin à cette guerre, la meilleure possible … »


Le pire dans tout ça, c’est que je parlais avec l’intime conviction que j’étais humain. Invariablement, ma main gauche vint se poser sur le coin de mon crâne, qui vrombissait d’une douleur sourde. Encore cette sensation. Cette souffrance de se savoir Akuma et de se vouloir, de s’efforcer à se penser humain. C’était le même genre de torture que celle qu’on éprouvait en étant l’âme d’une jeune femme dans le corps de son bien-aimé : celle d’être un monstre qui se fait passer pour un homme, et commence à s’y croire. Et moi, je connaissais profondément ces deux formes de souffrances. Je n’étais qu’une abomination, alors que j’aurais voulu être un humain, tout simplement … Ou plutôt, deux humains. Libres et amants.

« Je connais des exorcistes, je ne souhaite pas vous mentir à ce propos. Mais c’est comme je connais des descendants de Noé. Je ne suis pas d’un camp ou d’un autre pour l’heure : je ne sais tout simplement pas lequel choisir. Je ne te dirais pas qui est exorciste si l’on en croise un, du moment qu’il ne te cause pas d’ennuis. Et je ne dirais à personne ta nature réelle, c’est ainsi que je vois les choses … »

« Après tout, le seul reproche qu’on peut faire au Comte d’un point de vue de la morale serait d’employer les Akumas dans cette guerre, n’est-ce pas ? Ils apportent la souffrance, et sont une corruption de toutes les formes de sacré … mais d’un autre côté je ne pense pas que la Congrégation soit entièrement blanche elle aussi. Dans cette guerre chacun utilise des moyens complètement inhumains, atroces, et ça ne fait pas d’eux le méchant ou le gentil de l’histoire, vous ne pensez pas ? »


Je soupirais.

« Et tu ne devrais pas te préoccuper de cette sacoche. Au-dedans se trouve un livre sur l’architecture du Colisée romain. Des plans, essentiellement, et des notes des architectes et des ingénieurs-bâtisseurs de l’époque. Rien de bien palpitant comme je te le disais. Mais ça fera fureur dans ma boutique, je crois bien. »

Mes sens se mirent soudainement en alerte, d’une façon bien curieuse.

« Dis-moi, il y a au moins deux exorcistes dans ce quartier en ce moment-même. Je ne sais pas si c’est simplement la proximité du Vatican mais … Tu es certaine de ne pas avoir attiré l’attention jusqu’ici, n’est-ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lenale Lee



Messages : 12
Date d'inscription : 04/02/2013

Feuille de personnage
Age : 17 ans
Nationalité : américaine
Surnom : Restie

MessageSujet: Re: Rome- rencontre fortuite sous un magnifique soleil - { Brendan Chichester}   Mar 26 Fév - 20:20

66

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦



Dernière édition par Lenale Lee le Dim 14 Déc - 18:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brendan Chichester

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 14/02/2013

Feuille de personnage
Age : 19
Nationalité : Australien/Français
Surnom :

MessageSujet: Re: Rome- rencontre fortuite sous un magnifique soleil - { Brendan Chichester}   Ven 1 Mar - 13:51

La curiosité de découvrir de nouvelles choses. Voilà au moins une envie que je pouvais aisément comprendre, moi qui parcourais le monde dans ce but … Enfin, ce n’était pas l’unique but. Disons que c’était mon but en tant qu’humain, bien qu’il diffère complètement de celui que j’envisageais en tant qu’Akuma. C’était étrange à dire, mais les choses étaient ainsi faites … Comme je l’avais dit à Restiel, les Akumas étaient réellement une aberration, et plus ils évoluaient, plus c’était vrai. Une âme ressuscitée et contrôlée par le Comte, dans le corps de l’être qui tenait à lui plus que tout au monde … Mon étrange évolution me permettait d’entrevoir quelques bribes de personnalité liées à nos passifs humains. Mais même avec ces souvenirs qui ressurgissaient, après tout, je n’étais qu’un Akuma. La vie de Brendan et Melody était oubliée depuis longtemps. Oubliée et enterrée, car nous étions réunis à tout jamais dans un même destin, et j’étais né de la malédiction de cet amour douloureusement impossible et bafoué.

Tiens, soudainement, le sujet venait de dériver vers mon petit talent spécial, qui m’avait permis de ressentir les exorcistes tout proches. Selon Restiel, elle s’était tenue tranquilles, alors ils n’étaient certainement pas là pour elle. De toute manière, étant donné qu’elle était avec un humain ordinaire, même si elle avait été repérée, ils n’étaient pas prêts d’intervenir, pas vrai ? Ce n’était pas trop le genre des exorcistes d’agir aussi publiquement et en prenant autant de risques. Même si ce n’était pas exactement le cas de leurs employeurs, pour dire la vérité.
Enfin, enfin … Toujours était-il qu’il allait me falloir, une fois de plus, pirouetter durant cette conversation afin de répondre à la question de la demoiselle. Ce n’était pas tellement difficile de toute manière : mon identité de couverture était si bien rôdée que je pus répondre presque du tac-au-tac, en calculant parfaitement tous mes effets. Le sourire mystérieux, par exemple, une arme redoutable pour faire du charme et inciter à mettre en confiance : il suffisait de ne pas le rendre agressif. En plus, la jeune descendante de Noé ne semblait pas nourrir de trop grands soupçons à mon égard. Peut-être que je me faisais des idées sur ce point, mais je ne pense pas qu’elle me suspectait encore d’être un danger. Et de toute manière, les exorcistes n’utilisent pas ce genre de méthodes, et ne sont pas capables de repérer les Noés qui ont encore leur forme humaine.

« Certains humains ont des dons, et j’en fais partie. Je suis ce qu’on appelle un individu doté d’un don d’E.S.P ou ‘ extra sensory perception ‘. On compte dans cette catégorie les voyants, ou encore des personnes ayant un instinct surdéveloppé … Moi mon truc c’est la détection à plutôt grande échelle. Je sais où sont les gens spéciaux, et je peux plus ou moins identifier la nature de leurs pouvoirs. »

Inutile d’ajouter que j’étais également capable de repérer les fragments d’Innocence quand j’étais suffisamment près d’eux : cela me lierait à la guerre entre le Comte et la Congrégation, et l’amènerait peut-être à croire que finalement, je n’étais pas un simple humain. En disant simplement que je repérais les gens spéciaux, j’évitais de m’y lier complètement. En plus, même si Restiel avait l’air d’apprécier ma compagnie, elle croirait sans doute bon de m’amener au Comte si elle découvrait cette capacité, afin de l’exploiter. Il y avait plusieurs soucis à cela : déjà, je serais obligé de dévoiler ma couverture à la jeune femme. Ensuite, le Comte allait me passer à un savon parce que je me baladais allégrement avec une Noah plutôt que de faire mon boulot. Et je ne voulais pas risque d’encourir un de ses châtiments. Ou même de perdre le peu de mémoire que j’avais pu retrouver si jamais il se penchait sur mon cas … Je voulais vraiment la garder.
J’avais entendu parler d’un maréchal, un exorciste, capable de modifier les Akumas. Je m’étais dit qu’un jour j’essaierais de le rencontrer. Oh, bien entendu, il me faudrait mille précautions, car j’avais beaucoup de questions à poser. Mais selon les réponses qu’il me donnait, peut-être pourrais-je obtenir la liberté ? C’est cela que je me demandais le plus. Si jamais j’étais libre, le Comte ne me retrouverait jamais, puisque j’étais capable de dissimuler ma présence. Et la seule raison pour laquelle je lui obéissais encore, c’était que je n’avais guère le choix : c’était génétique chez moi. Et même le peu de mémoire humaine que j’avais retrouvé m’y incitais : si jamais le Comte le souhaitait, Melody et Brendan ne feraient plus jamais qu’un. Il pouvait anéantir l’un ou l’autre, ou oblitérer définitivement l’anomalie qui me faisait conserver un peu de mes personnalités.
Tout cela pour dire que ces jeux étaient très dangereux pour moi, et qu’il allait que je réfléchisse consciencieusement avant d’emprunter des sentiers aussi dangereux en présence de Restiel.
Et comme elle me donnait une opportunité de faire dévier la conversation sur elle, je m’y engouffrais par la grande porte.

« Je comprends que tu sois réticente à parler de toi parce que tu as jadis été trahie par quelqu’un. Je n’ai jamais eu qu’une personne qui a été réellement proche de moi, et je n’ai pas connu la trahison, du coup … Donc je ne peux pas vraiment te le reprocher. Et finalement, dire que je comprends n’a pas réellement de sens, vu sous cet angle … »

« Mais bon, tous les êtres ne sont pas identiques. Personne n’est parfait, mais je ne pense pas que tu devrais te refermer sur toi-même uniquement parce que tu as subi une blessure. On en subi durant toute son existence, c’est bien dommage mais c’est comme ça … Tu peux fuir la douleur, mais si tu ne l’acceptes pas tu resteras prisonnière du passé. Si jamais tu as l’opportunité de parler de toi à quelqu’un qui te propose de t’ouvrir à lui, repenses-y à deux fois avant de l’envoyer sur les roses. »


Je voyais bien que le sujet ne la mettait pas à l’aise.

« Désolé je me mêle de ce qui ne me regarde pas. »

Fort heureusement, l’approche des musées du Capitole allait pouvoir nous éviter un blanc assez gênant, ou même de répondre, si Restiel n’en avait pas envie.

« Les plus vieux musées du monde … Je n’y ai jamais mis les pieds pour te dire la vérité. Mais l’histoire de Rome y étant entreposé, je suppose qu’on peut s’attendre à des statues nudistes et des généraux à cheval ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lenale Lee



Messages : 12
Date d'inscription : 04/02/2013

Feuille de personnage
Age : 17 ans
Nationalité : américaine
Surnom : Restie

MessageSujet: Re: Rome- rencontre fortuite sous un magnifique soleil - { Brendan Chichester}   Dim 3 Mar - 14:07

66


Dernière édition par Lenale Lee le Dim 14 Déc - 18:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brendan Chichester

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 14/02/2013

Feuille de personnage
Age : 19
Nationalité : Australien/Français
Surnom :

MessageSujet: Re: Rome- rencontre fortuite sous un magnifique soleil - { Brendan Chichester}   Mar 5 Mar - 16:41

Pas envie d'en parler, hein ? Je pouvais comprendre. D'ailleurs, je le pouvais tellement que je cessais sur-le-champ de lui poser des questions qui la mettaient mal à l'aise. J'étais plutôt d'humeur à une après-midi joyeuse, alors pourquoi lui prendre la tête avec de mauvais souvenirs ? Ce n'était pas très propice à la détente. En plus, Restiel semblait en avoir bien besoin. Entre ses cernes et ses accès mélancoliques, elle ne paraissait pas au mieux de sa forme. Enfin, c'était sans doute lié à sa mémoire, même si je ne savais pas de laquelle il s'agissait. Sans doute pas d'une mémoire de Noé comme la gourmandise ou la luxure … Ca me paraissait carrément impossible. En revanche, celles qui me paraissaient plausibles étaient tout de même encore légions.

« Tes excuses sont superflues. »

En vérité, pas tant que cela. J'ignorais presque tout des descendants de Noé, bien qu'ils soient théoriquement dans le même camp que moi. Et notamment, qu'ils pouvaient éprouver des sensations telles que la faim. Au-delà de leur apparence de Noé, ils étaient bel et bien humains, bien plus qu'une abomination comme moi en tous cas. Un Akuma, qui n'avait d'humain que le déguisement, et de vagues souvenirs. Et encore, j'étais une forme évolué de mon espèce, qui ne comptait principalement que des créatures avides de détruire l'humanité afin de parfaire leur processus d'évolution. J'avais moi-même cet instinct, au fond de moi, sauf que j'avais appris à mieux le maîtriser dans le but d'accomplir ma mission, entre autres. Aussi parce qu'inexplicablement, cet ordre du Comte de me contenir avait engendré pas mal de questions. Une erreur de calculs de sa part ? Non pas, je lui étais toujours profondément fidèle. Il nous avait réuni, l'amour de ma vie et moi-même, après tout, et à jamais en quelque sorte. Non, je désirais simplement comprendre, et comprendre les Noés aussi.
Quelque part, ce que je recherchais, c'était peut-être simplement à comprendre leur humanité, et leur raison de vouloir détruire les autres représentants de cette humanité. Puisque d'une manière générale, les Créateurs avaient été particulièrement comiques, et que nous étions tous, d'une façon plus ou moins évidente ou lointaine, rattachée à l'image de l'être humain. Créés à partir d'elle. C'était la solution pour tout comprendre, j'en étais persuadé. Comprendre ce qu'il y avait d'humain en chacun, afin de mieux situer tout ce qui se déroulait.

Cela ne changerait rien, au fond. Je tuerais des hommes. Je tuerais peut-être même, je l'espérais, des exorcistes. Je progresserais en tant qu'Akuma. Vers le quatrième niveau. Puis le cinquième, peut-être ? Où était l'étape afin d'être parfait ? J'ignorais ce qu'était la perfection, ce fameux niveau qui serait l'ultime. On m'en avait peu parlé. Et j'en savais instinctivement peu. Sinon que c'était mon but en tant qu'Akuma, je n'en savais même carrément rien. J'ignorais où il se trouvait, quand je le trouverais, ou combien de personnes je devrais massacrer pour l'atteindre. Cela se chiffrerait en milliers, à moins que le Comte n'y renonce en jugeant que mon pouvoir actuel était suffisamment utilisable et que je ne devais pas me risquer à tuer à tout-va, que ça me ferait repérer. Peut-être même pourchasser, ce qui était mauvais pour moi.
Encore que … J'étais peut-être le seul Akuma à pouvoir échapper à toutes les facultés permettant de détecter mon espèce.

Bref, alors que nous allions enfin pouvoir monter les quelques marches menant au musée, Restiel laissa échapper qu'elle avait faim … avant de se confondre, encore et toujours, en excuses et en se justifiant ; avançant même qu'elle était encore plongée dans son monde. C'est d'un rire que je lui fis écho.

« Ahaha, ne t'en fais pas. Ce n'est pas un mal d'être une rêveuse, bien au contraire. Surtout que tu as l'air très fatiguée … Bon, eh bien je crois que ma galanterie et ce beau soleil m'indiquent clairement de t'inviter à prendre un verre et à manger quelque chose, alors ! Allez, viens, ne sois pas timide, on aura tout le temps de visiter les musées après. Allons remplir cet estomac bien trop vide avec … Euh, avec ce qu'on trouvera ! On est en Italie, à Rome, je gage qu'il doit y avoir de sacrés restaurants spécialisés dans les pâtes non ? Ca a toujours été quelque chose de particulièrement attirant pour moi de déguster des spaghettis dans un cadre aussi idyllique ! Et en plus je ne suis pas tout seul, ça ne fait qu'ajouter au plaisir ! »

Le pas léger, je l'entraînais, tirant avec délicatesse sur le bras que je lui avais emprunté, en direction du premier restaurant qui m'avait l'air de pouvoir proposer ce genre de plats. Un serveur vint bientôt s'enquérir de leurs désirs.

« J'ai bien une idée, mais je crois que je vais laissé la demoiselle choisir en première ... »

Avais-je dit, le sourire aux lèvres. Décidément, le nombre de situations qui me divertissaient était réellement très élevé. Ce n'était pas vraiment le genre de choses qui m'étouffaient, pourtant, du temps où j'étais un niveau un.
Pas plus qu'apprendre à connaître qui que ce soit, d'ailleurs. Humain, exorciste, ou Noé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rome- rencontre fortuite sous un magnifique soleil - { Brendan Chichester}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rome- rencontre fortuite sous un magnifique soleil - { Brendan Chichester}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sous Un Chaud Soleil [Terminé]
» Il n'y a rien de nouveau sous le soleil Lavalas
» Sous le soleil de la plaine...
» Sous le soleil (PV Akuzu Mia)
» Rendez-vous sous le soleil (PV Lrya)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.Gray-Man Rpg :: [Zone Rp] Les points névralgiques du reste du monde :: Continent Européen-
Sauter vers: