◘ ◘ ◘ Un monde déchiré par les guerres, un combat entre le bien et le mal, quel camp sera le votre ? ◘ ◘ ◘
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Mer 23 Mai - 19:06

Lavi jeta un oeil au vieil homme qui l'accompagnait tandis qu'ils descendaient la montagne qu'ils avaient gravi quelques jours auparavant. Celui-ci n'avait pas l'air fatigué le moins du monde, marchant même d'un pas rapide comme s'il ne s'était même pas battu et comme si le relief de l'endroit ne l'épuisait pas. Lavi lui, était lessivé. Déjà parce que le chemin menant à la montagne avait été détruit par un éboulement et qu'ils avaient dû escalader une bonne partie de la montagne pour atteindre l'endroit désiré et ensuite parce que le combat qu'ils avaient mené avait été éprouvant. Ils étaient certes deux exorcistes entrainés et aguerris mais lorsque les Akuma se faisaient trop nombreux, ce n'était jamais une partie de plaisir. Le rouquin regretta que son marteau n'ait pu les mener là où ils le désiraient à cause de la visibilité. Cela leur aurait bien facilité la tâche pourtant, en plus de raccourcir la durée de la mission.

Les deux bookmen avaient été envoyés à côté de Piateda, une petite ville d'Italie située au niveau des Alpes, à la recherche d'une Innocence. A vrai dire, ils ignoraient ce qu'ils allaient y trouver, mais les phénomènes étranges qui se produisaient sur l'un des flancs de la montagne suffirent à attirer l'attention de la Congrégation... et des Akuma. Ceux-ci avaient d'ailleurs été les premiers sur place mais bien incapables de trouver l'Innocence. Ils attendirent donc que les deux exorcistes fassent tout le travail avant de leur tomber dessus dans l'optique de leur voler leur bien dûrement acquis. Fort heureusement, leur nombre ne suffit pas à défaire les deux hommes qui s'en sortirent sans trop de mal. Lavi avait pris un mauvais coup sur le flanc et malgré l'efficacité de son uniforme, il avait désormais une plaie à cet endroit. Rien d'extrêmement grave mais la blessure avait tout de même dû être bandée par les soins de son maître en attendant d'atteindre la ville pour obtenir de meilleurs soins.

Innocence en poche, celle-ci ayant conservée sa forme brute, les deux hommes étaient justement sur le chemin du retour. La blessure de Lavi lui faisait mal mais au moins elle ne saignait plus pour le moment. Bookman semblait avoir oublié ce détail, marchant d'un pas rapide sans se préoccuper de savoir si son apprenti le suivait ou pas. Décidement, ce vieil homme se moquait bien de ce qui pouvait arriver au rouquin. Lavi laissa échapper un sourire, couplé à une grimace. Il n'allait sûrement pas avoir l'occasion de se reposer avant de prendre le train. Leur retour était attendu à la Congrégation et ils devaient prendre le train avant la tombée de la nuit. Le ciel s'assombrissait déjà et l'exorciste réalisa que c'était sans doute la raison de la précipitation de Bookman. Sans faire de commentaires, Lavi força le pas. Si seulement il n'y avait pas cette forêt si dense, ils seraient déjà arrivés grâce à son Innocence. Avant de revenir vers la ville, ils avaient pris le temps d'enfiler de longues capes qui dissimulaient leurs tenues d'exorcistes afin de ne pas attirer davantage d'Akuma. Puisqu'ils possédaient l'Innocence désormais, mieux valait rester discret et éviter de se faire remarquer.

Une fois à la gare, Bookman se rendit au guichet pour se renseigner sur les horaires du prochain train. Lavi profita de ce moment pour s'appuyer contre le mur extérieur, reprenant son souffle après cette marche aux allures de course. Pas de doutes, il était endurant ce vieux ! Ce dernier revint rapidement même si cette fois son pas se faisait moins pressé. Est-ce que le train avait du retard ? Pire que ça. Bookman l'informa qu'il n'y aurait pas de train avant au moins le lendemain à cause d'un arbre tombé sur les rails, les ayant endommagés. Du coup, il n'y avait plus de trains de prévu pour le moment, il leur était même conseillé de repasser uniquement le jour suivant voire celui d'après. C'était bien leur chance, eux qui étaient pressés... Ceci dit, Lavi était plutôt satisfait de cette nouvelle. Cela signifiait qu'il allait pouvoir se reposer pour de bon en attendant qu'un train daigne bien arriver jusqu'à Piateda.

Le village ne manquait pas de charme mais ils n'étaient pas là pour faire du tourisme. Il était de toute façon déjà tard et il ne leur restait plus qu'à se rendre à l'auberge la plus proche, un peu en retrait du reste des habitations. A peine le pied posé à l'intérieur, Lavi constata qu'il y avait un monde fou. L'auberge était bondée, de nombreuses personnes étant attablées dans la salle principale qui servait aussi de bar. Ils n'étaient sans doute pas les seuls à être bloqués ici à cause de l'absence de train. Pourvu qu'il reste une chambre de disponible... Tandis que Bookman s'avançait vers le comptoir pour réserver une chambre, Lavi lui se dirigea vers une des rares tables encore libre. Manger leur ferait du bien même si la commande risquait de mettre un certain temps à arriver vu le peuple présent. La salle, en plus d'être bondée, était bien sûr bruyante. Cela n'empêcha pas Lavi d'entendre quelqu'un s'adresser à lui. Se retournant, il aperçu une jeune femme portant un demi tablier ainsi qu'un plateau vide posté juste à coté de lui. Visiblement il s'agissait d'une serveur venant prendre sa commande. Mais ce que remarqua le rouquin en premier c'était qu'elle était tout à fait à son goût
.

« Str...Aïeuh ! » s'interrompit-il avant d'avoir pu dire quoique ce soit, quelque chose l'ayant percuté à l'arrière du crâne
« Qu'est-ce que tu n'as pas compris dans "discrétion", imbécile ? »

Bookman était revenu entre temps et ne s'était pas gêné pour frapper Lavi sur la tête afin de calmer ce dernier. Le rouquin marmonna tout en se frottant l'endroit endolori par le coup. La serveuse, surprise par ce qu'il venait de se passer en si peu de temps, resta plantée là sans trop savoir si elle devait les laisser ou bien attendre qu'ils passent commande.

« Deux plats du jour seront parfait mademoiselle, merci. »

La jeune femme inclina la tête avec un sourire gêné puis s'éloigna. Le vieil homme n'avait pas besoin de mots pour faire des reproches à son apprenti, son simple regard suffisait. Lavi resta donc silencieux pour le moment. Inutile de parler de l'Innocence. Même si le brouhaha ambiant masquait leurs paroles, il était possible que des oreilles indiscrêtes trainent dans les parages. Ils auraient pu se mettre à parler dans cette langue qui était la leur mais cela aurait également attiré l'attention. Les Akuma avaient cette particularité de pouvoir se fondre dans la masse, difficilement repérables pour qui que ce soit, hormis Allen et son oeil gauche. Du coup, les exorcistes devaient constamment se méfier de tout le monde et rester sur le qui-vive. La nuit risquait d'être longue.

Une fois leur repas terminé, les deux hommes se rendirent à leur chambre commune. Il n'y avait qu'un lit simple mais ce n'était pas plus mal. Mieux valait qu'ils dorment chacun leur tour afin que l'un d'eux reste toujours éveillé pour garder un oeil sur l'Innocence et ne pas risquer une attaque surprise. Bookman avait désinfecté la blessure de Lavi et avait ensuite rejoint l'unique lit pour être le premier à dormir. Etant seul, le rouquin ouvrit la fenêtre et resta sur le balcon un long moment. La pleine lune donnait une luminosité particulière au paysage, on voyait presque parfaitement. Les étoiles brillaient vivement, donnant une fresque magnifique. La tête levée, le jeune archiviste était plongé dans ses pensées jusqu'à ce qu'il aperçoive une étoile filante. Cette dernière était bizarre néanmoins, prenant une direction des plus étranges. Lavi réalisa soudainement qu'il ne s'agissait en aucun cas d'une étoile filante mais de l'Innocence qu'ils avaient récupéré. Sur le moment, l'exorciste se demanda s'il n'avait pas rêvé mais il n'avait pas le temps de se poser la question. S'il ne la suivait pas, il pouvait lui dire adieu. Ni une ni deux, il sauta par dessus le balcon pour atterrir au sol avant de se mettre à courir, le nez en l'air. Heureusement qu'ils n'étaient qu'au premier étage...

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 



Dernière édition par Lavi le Jeu 29 Nov - 21:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Jeu 24 Mai - 15:07

Avec un léger soupir de satisfaction, Reiko referma le tiroir de son chariot qu'elle alla ranger dans la salle de soins. Les couloirs étaient bien silencieux, seuls filtraient quelques fois à travers les portes entr'ouvertes les légers ronflements de quelques patients, témoignant de leur lourd sommeil. Sa feuille de transmissions entre les mains, la jeune fille longea le corridor faiblement éclairé, s'arrêtant des fois devant plusieurs chambres pour s'assurer de la tranquillité des malades et qu'aucun d'entre eux ne manifestait de signes d'agitation ou d'angoisse. Rejoignant donc l'équipe qui allait prendre la relève pour cette nuit, elle leur donna sa feuille d'informations et ponctua son geste de quelques transmissions orales. Il n'y avait guère de choses bien importantes à dire, puisque l'après-midi et la soirée s'étaient déroulées sans anicroches. Ceci étant fait, elle quitta l'unité de soins et passa dans les vestiaires, troquant sa blouse blanche contre ses vêtements civils: T-shirt échancré, pantalon et bottes mi-mollets à lacets noires. Retirant sa coiffe, elle laissa cascader ses longs cheveux noirs jusqu'à ses genoux, liés simplement avec un élastique blanc. C'était toujours bien agréable de retrouver ses habits personnels, bien que la tunique blanche réglementaire n'avait rien d'inconfortable. Sa besace sur l'épaule, Rei quitta l'hôpital, et bientôt les fragrances d'éther laissèrent place à l'air pur de la montagne.

La jeune fille inspira un grand coup. Qu'elle aimait ce vent frais qui faisait danser les feuilles et les hautes herbes ! Il était près de 21 heures mais il faisait encore bon malgré cette petite brise qui filait entre les arbres, et d'ailleurs tout le monde en profitait: la plupart des habitants étaient de sortie, en plus des touristes qui venaient visiter le petit patelin italien et les randonneurs toujours friands de longues promenades dans les rocailles de la montagne. Il lui semblait pourtant qu'il y avait beaucoup trop de monde, ou plutôt bien plus que d'habitude. Prêtant l'oreille aux rumeurs qui circulaient sur la place du village, elle compris qu'un incident s'était produit: Un arbre était tombé sur la voie de chemin de fer, endommageant les rails et retardant de ce fait les trains. Les dégâts étaient tels qu'il n'y aurait sans doute pas de transport avant deux jours ou plus, ce qui expliquait l'affluence de monde dans l'auberge du village, quand la petite infirmière passa devant. Elle ne s'attarda pas cependant sur ces détails et se dépêcha de se rendre à la boutique de la fleuriste pour y récupérer une plante qu'elle lui avait commandé. Le tintement cristallin retentit doucement tandis qu'elle poussait la porte de l'échoppe.

    « Rei, enfin ! J'allais fermer ! »
    « Désolée Elena, j'ai terminé mon service en retard... »
    « Je veux bien te croire. Tiens, ta plante est juste là. » continua la jeune femme blonde en lui indiquant l'étagère derrière le comptoir. Y était entreposé un tout jeune eucalyptus.
    « Je te remercie. » fit Reiko en tirant une enveloppe de son sac et en la posant sur le plan de travail. « Tu veux que je t'aide à ranger ? »
    « Merci, ça ira, j'ai presque terminé. À bientôt ! »


La jeune fille brune remercia et salua la fleuriste, la plante calée entre son bras. Elle sortit du magasin et s'éloigna de la cohue qui animait le village, franchissant les murs de pierre qui délimitaient Piateda. Ce n'étaient que de vieux remparts qui entouraient autrefois la petite cité, mais depuis d'autres maison avaient été construites en dehors de ces murs qui ne formaient plus dès lors qu'une symbolique frontière. Rei continua son chemin, longeant la colline et le chemin de terre jusqu'à arriver à sa maison. De là où elle était, elle surplombait quelque peu la cité, d'où s'élevaient les lueurs du soir, témoignant encore de la grande activité qui y régnait. Ambiance bien différente de celle que trouva la jeune fille en ouvrant la porte d'entrée.

    « Tadaima... »


Lorsqu'elle était chez elle avec sa mère, la japonais remplaçait l'italien. Sa génitrice n'avait jamais pu se faire à la langue latine. Malgré ses paroles, elle n'obtint aucune réponse. Comme d'habitude. Rei savait qu'elle trouverait sa mère dans l'obscurité du salon assise sur sa chaise, près de la fenêtre, un livre entre les mains qu'elle ne lirait même pas, les yeux rivés sur le versant Nord de la montagne. Quand la jeune fille alluma la lampe, elle ne cilla même pas, se contentant simplement de se tourner vers son enfant et de lui adresser un maigre sourire, comme pour lui souhaiter un bon retour. Posant son sac et l'eucalyptus sur la table, Rei soupira silencieusement. C'était comme ça depuis que son père avait rendu l'âme. Voilà quatre années qu'elle regardait sa mère dépérir au fil des jours, sans pouvoir faire quoi que ce soit malgré sa présence et son soutien. Une impuissance que la jeune fille avait beaucoup de mal à digérer. Elle sortit de ses pensées en entendant sa mère prononcer d'une voix rauque:

    « J'ai faim... »
    « Tu n'as pas mangé ? Je vais te préparer quelque chose. »


Fit la jeune fille, mais elle prit d'abord la plante qu'elle avait ramené et se dirigea vers une petite pièce à l'arrière de la maison. Une pièce rien qu'à elle, où elle entreposait toutes ses plantes ses ustensiles et ses remèdes. La présence de tous ces végétaux donnait une odeur particulière à la petite salle que Rei aimait beaucoup. Elle posa le pot près de la large fenêtre qui occupait presque tout un côté de la pièce à elle seule, à côté de beaucoup d'autres végétaux. Le plan de travail était jonché de feuilles, de tiges et de racines qu'elle n'avait pas eu le temps d'ôter tantôt, et elle se promit de venir faire un peu de ménage sitôt après le repas. Elle ferma la petite salle et se rendit de nouveau dans le salon.

    « Maman, qu'est-ce que tu voudrais man... »


Elle s'interrompit et se retint de hurler. Face à elle, il n'y avait plus trace de sa mère, à la place se tenait une espèce de monstre difficile à décrire. Jamais Reiko n'avait vu une chose pareille. S'élevant jusqu'au plafond, c'était un corps ovoïde relié au sol avec des sortes de larges tiges entrelacées. Sortait de ce corps des sortes de pics qui ressemblaient plus à des canons qu'à autre chose. Elle distinguait aussi un visage qui semblait être celui de sa mère, mais déformé, avec les yeux barbouillés de noir et un large pentacle noir au milieu du front. Cette chose n'avait absolument rien d'humain. Tétanisée par la surprise et la peur, Rei ne réagit que lorsque la chose commença à tirer vers elle. Elle se jeta sur le côté en criant pour éviter l'énorme obus qui vint détruire le mur contre lequel se tenait la jeune femme quelques instants auparavant.

Que faire ? Fuir, évidemment. Mais Rei ne comprenait pas ce qui était arrivé à sa mère. Comment cette chose avait donc pu prendre sa place ? Qu'est-ce que c'était que ça ? Des monstres pareils n'étaient pas censés exister !

    « Qu'est-ce que... ? »


Un nouvel élément vint s'ajouter à la situation déjà bien incompréhensible pour la jeune fille. Sans savoir d'où elle venait, une espèce de boule de lumière blanche se matérialisa devant elle, prenant peu à peu une forme allongée, pointue, affûtée. Un couteau, ou plutôt non, une dague. Une arme ? Comme par hasard ? Reiko se demanda si elle rêvait, enfin non, si elle cauchemardait. Dommage pour elle, ça avait quand même l'air très réaliste. La chose attaqua une nouvelle fois, et sans trop réfléchir Rei attrapa la dague et s'en servit pour se défendre comme elle pouvait. Le combat était pourtant bien loin d'être sa spécialité...
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Jeu 24 Mai - 18:19

S'il avait su avant, Lavi n'aurait pas autant mangé lors du repas du soir. Puisque Bookman et lui étaient coincés dans le petit village de Piateda pour au moins une journée, le rouquin s'était dit qu'il pouvait bien en profiter pour se reposer et se faire plaisir. Résultat, il s'était goinfré jusqu'à manquer de s'en faire éclater la panse. Il n'avait pas prévu faire autre chose que dormir pour la suite de la soirée et maintenant qu'il était en train de courir dans les rues de la ville, il commençait à le regretter. Voilà qu'il était à la poursuite de l'Innocence sur laquelle son maître et lui avaient eu tant de mal à mettre la main.

*Pas question qu'elle me file entre les doigts !*

Ils avaient escaladé une montagne, bravé les éléments et affronté des Akuma pour l'obtenir, ce n'était pas pour la voir se volatiliser en quelques secondes pour une raison que Lavi ignorait. Pourquoi diable réagissait-elle ainsi ? Ce n'était pas la première fois que le jeune homme voyait une Innocence agir par elle-même mais cela restait tout de même rare, surtout à l'état brut. La dernière fois qu'il avait vu ce phénomène, c'était à bord de l'Arche des Noés, lorsque Chao Ji leur avait sauvé la vie en les sortant d'un trou sans fond. Sans l'intervention de l'Innocence, Chao Ji aurait eu un mal fou à pouvoir les remonter tous les trois. Ils n'étaient pas lourds mais pendus les uns aux autres, c'était différent. Heureusement que le chinois s'était révélé être un compatible ! Sur le moment, c'était plutôt bien tombé. L'Innocence réagissait donc aux désirs de son compatible même lorsqu'ils n'étaient pas synchronisés. Malgré le fait que l'apprenti bookman ait rejoint la Congrégation depuis plus de deux ans, il continuait de s'étonner de ce qu'il pouvait voir.

Quelle que soit la raison qui poussait l'Innocence à ainsi traverser la ville, Lavi ne voulait pas prendre le risque de la perdre. Et s'il restait des Akuma dans le coin ? On ne pouvait pas dire que cela soit très discret, laissant une longue trainée blanche sur son passage comme l'aurait fait une étoile filante. Ce n'était pas pour rien que l'exorciste l'avait confondue avec ! Alors qu'il continuait son marathon sans quitter l'Innocence des yeux, il se demanda s'il n'aurait pas dû réveiller Bookman avant. Si jamais il rencontrait le moindre problème, il ne pouvait pas l'avertir. Il aurait pu se servir de son golem mais celui-ci était resté dans la poche de sa veste d'uniforme... qui était elle-même restée sur le dossier d'une chaise de la chambre qu'ils louaient. Tant pis. Il était seul pour le coup, il allait devoir assurer. Ils avaient déjà prévenu la Congrégation qu'ils avaient mis la main sur l'Innocence. Quelle serait leur réaction s'ils revenaient les mains vides ? Bonjour la crédibilité. Ils étaient peut-être bookmen avant tout mais ils n'en étaient pas moins dénués d'obligation envers l'Ordre.

L'Innocence passa par dessus un mur de pierre qui délimitait le contour du village. Où allait-elle ? Hors de la ville ? Lavi se dépêcha de faire le tour du mur pour ne pas la perdre de vue trop longtemps et manquer de se retrouver sans piste. Une fois le mur franchis, il constata qu'il y avait en fait une autre partie de village derrière. Sans doute une extension car il n'y avait plus assez de place à l'intérieur. Ce n'était pas rare comme façon de procéder après tout, surtout dans les anciens villages comme cela avait l'air d'être le cas pour Piateda. Puisqu'ils avaient quelques jours à tuer, Lavi estima que c'était une bonne opportunité pour en apprendre un peu plus sur la région. Mais pour l'heure, il y avait plus important ! L'Innocence fugitive risquait de lui filer entre les doigts pour de bon.

Pour la première fois en dix minutes de course, Lavi s'arrêta. Il n'y avait plus rien. Dans les rues, tout était calme, il n'y avait même pas un passant. Seules s'étendaient divers pavillons et autres maisons devant lui. Aucune trace d'Innocence et aucun bruit qui aurait pu lui donner un indice de sa localisation. Il était seul et il avait perdu la seule trace qu'il avait eu. Ce qu'il cherchait pouvait désormais se trouver n'importe où
.

« Bordel ! » laissa t-il échapper, agacé après lui-même

D'un geste rageur, Lavi donna un coup de poing de côté au mur à sa droite. Il profita de cette occasion pour reprendre son souffle, au moins il n'avait plus à courir. Il allait sans doute avoir droit à un sermon lorsqu'il rejoindrait le vieil homme endormi pour avoir laissé échapper l'Innocence si dûrement acquise. Sa blessure au flanc lui faisait mal. Il ne manquait plus qu'elle s'ouvre à nouveau ! Alors qu'il allait tout de même faire un tour dans ce quartier du village pour vérifier si, au cas où, il aurait pu retrouver ce qu'il cherchait, il entendit un cri suivi d'un grand fracas. Le vacarme était assez proche et ce n'avait pas l'air d'être simplement quelqu'un qui avait fait un cauchemar ou qui avait chuté dans la rue. Et si c'était là que l'Innocence s'était rendue ? Difficile de savoir sans se rendre sur place. Il n'avait de toute façon pas le choix, c'était ça ou rien.

Lavi se remit à courir, accélérant autant qu'il le pouvait, guidé par les bruits qu'il entendait. Il se rapprochait, c'était certain. Repérant la maison d'où provenait le vacarme, l'exorciste ouvrit la porte à la volée. Heureusement, elle n'était pas verrouillée et il put entrer sans difficulté. Il n'eut pas besoin d'aller bien loin pour constater l'étendue des dégats. Aucune trace de l'Innocence, cependant face à lui se trouvait un Akuma de niveau un qui avait déjà détruit une partie d'un mur apparement. Mais ce n'était pas tout. Quasiment collée à cet Akuma se tenait une silhouette féminine, tenant quelque chose qu'il ne voyait pas d'où il était. Le monstre poussa un cri semblable à un hurlement et se figea l'espace d'un instant, reculant un peu tandis que la jeune femme faisait de même. Elle l'avait blessé ? Etait-ce une exorciste ? De nombreuses interrogations filaient à vive allure dans l'esprit du rouquin. Mais il n'eut pas le temps de trouver de réponses. L'Akuma s'était tourné vers la jeune femme et pointait désormais ses canons vers elle. Il allait sans doute faire feu d'une minute à l'autre.

Le temps était compté et le jeune archiviste n'avait pas le temps d'utiliser son Innocence pour tuer l'Akuma. Cela signifierait la morte de celle qui se trouvait en face et il était hors de question que quiconque soit blessé ou pire. D'un geste vif, il piqua un sprint et franchit rapidement les quelques mètres qui les séparaient, attrapant la jeune femme dans ses bras avant de reprendre sa course, continuant de courir tout droit, traversant un couloir. Puisqu'ils étaient en Italie, il y avait de grandes chances pour qu'elle soit originaire du pays et rien ne l'obligeait à savoir parler anglais. Il opta donc pour de l'italien. Une chance qu'il sache parler un grand nombre de langues
.

« Salut ! » fit-il en adressant un sourire à celle qu'il tenait dans ses bras « Sauvetage express, satisfaite ou remboursée ! »

L'akuma tira mais les manqua de peu, se contentant de faire un trou dans le mur, là où se trouvait la jeune femme peu avant. Il ne tarda pas à remarquer que sa cible avait disparu et se tourna lentement vers la direction qu'avait pris les deux humains. Lavi ne se retourna pas pour savoir ce que faisait le monstre et ouvrit du pied la première porte qu'il trouva. Par chance, celle-ci menait dehors dans une sorte de petit jardin. Ce n'était pas l'idéal pour se cacher mais pour se battre, c'était parfait ! Le rouquin s'éloigna au maximum de la maison, s'arrêtant vers la fin du jardin. Il déposa la jeune femme sur l'herbe, assise et s'accroupit face à elle. Il remarqua alors qu'elle tenait une arme, une sorte de dague étrange qui émettait une luminosité particulière. Une Innocence ? Elle était donc réellement exorciste ? Ou juste compatible ? Et s'il s'agissait de l'Innocence fugitive ? Cela expliquerait bien des choses.

« Promis, on caus'ra une fois qu'tout sera plus calme ! Reste là, j'm'occupe de tout. »

Sans lui laisser le temps de répondre, il se redressa et fit demi-tour tandis que l'Akuma détruisait un mur pour sortir à son tour. Il les avait retrouvé. De toute façon il était inutile qu'ils se cachent, autant le vaincre sinon il risquait de faire de nouvelles victimes. L'Akuma se déplaçait bizarrement, par sacades. Il portait une sorte de fissure sur la moitié de son diamètre. C'était la dague qui avait causé ça ? Cela n'avait tout de même pas suffit à le détruire complétement. Mieux valait en finir rapidement avant qu'il ne s'autodétruise.

D'un simple geste de la main, Lavi attrapa le maillet miniature accroché à sa jambe. Heureusement, il ne le quittait jamais, même lorsqu'il s'apprêtait à dormir. Même s'il ne portait pas sa tenue d'exorciste, il avait au moins de quoi se défendre. En faisant un geste pour faire s'agrandir son arme, le rouquin grimaça et porta sa main sur son flanc. Il saignait. Sa plaie avait dû se rouvrir à cause de la course effrénée dans le couloir. Tant pis, ce n'était pas une simple coupure qui allait l'empêcher de tuer un Akuma de niveau un. D'autant plus qu'il n'était pas seul, il avait quelqu'un à protéger. Sans laisser le temps à la machine de mort de s'approcher davantage, le jeune exorciste fit apparaitre les différents sceaux qui composaient son Innocence. Choisissant celui du feu, il fit tournoyer la tête de son maillet avant de percuter le symbole du sceau ainsi que le sol. Une colonne de feu en émergea et prit la forme d'un grand serpent avant d'aller percuter la boule ignoble que formait l'Akuma, le détruisant au passage. Une explosion puis plus rien. Comme si cette abomination n'avait été qu'un cauchemar.

Une fois que son arme eut reprit sa taille de transport, Lavi la remit à sa place sur sa jambe. Il retourna en arrière, là où se trouvait celle qui avait porté le premier coup à l'Akuma, se tenant le flanc d'une main. Il était temps d'avoir des réponses, aussi bien pour lui que pour elle. Elle n'avait pas bougée, toujours assise sur le sol, un drôle d'air sur le visage. Visiblement, c'était la première fois qu'elle voyait un Akuma. C'était un miracle qu'elle soit encore en vie. L'Innocence qu'elle tenait n'y était clairement pas étrangère. Une fois à sa hauteur, le rouquin se pencha et lui tendit sa main libre en souriant pour l'aider à se remettre sur pieds
.

« Rien d'cassé ? J'crois que la maison est bonne pour quelques travaux... C'est l'occasion ou jamais ! » fit-il en laissant échapper un léger rire

Maintenant qu'il avait un peu plus le temps de l'observer, il ne se gêna pas. C'est que c'était un beau brin de jeune femme que voilà. Son apparence fragile ne lui retirait rien de son charme, au contraire. Elle avait un air perdu et quelque peu affolé qui lui donnait envie de prendre soin d'elle. Quelque part, elle lui rappelait quelqu'un. Ce qu'il nota surtout, c'était ses origines clairement asiatiques, chose qu'il n'avait pas pris le temps d'observer plus tôt. Et si elle n'était pas italienne ? Elle n'aurait alors rien compris de ce qu'il avait pu dire jusqu'à présent. Il s'essaya donc au japonais, pour voir
.

« J'suis Lavi, enchanté. J'imagine que t'as quelques questions, non ? Tu comprends c'que je dis ? » demanda t-il en se disant qu'il lui resterait à parler anglais dans le pire des cas

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Ven 25 Mai - 20:54

Qu'est-ce que tout cela signifiait ? Rei avait beaucoup de mal à analyser la situation, sa concentration étant principalement ancrée sur le fait qu'elle devait éviter à tout prix les attaques du monstre qui était apparu subitement sous ses yeux, à la place de sa mère. Où donc avait-elle bien pu passer ? Une idée jaillit dans l'esprit de la jeune femme, inadmissible, insupportable, et pourtant tellement probable: cette créature était sa mère. Sa génitrice s'était transformée en une chose répugnante et dénuée de toute humanité. Comment, pourquoi ? C'était complètement irrationnel, dénué de sens ! Elle allait sans doute se réveiller et s'apercevoir que tout cela n'était qu'un mauvais rêve ! Malheureusement, tout cela était bien réel... comme l'énorme trou que venait de faire le monstre en projetant un gigantesque obus à l'endroit exact où se tenait Reiko quelques secondes auparavant.

Une angoisse, une peur terribles la tenaillaient. Il fallait fuir, loin de cette horrible créature à l'apparence inimaginable. Elle n'était guère en état de combattre, dépourvue de force ou du moindre esprit stratégique. À ce moment pourtant, une espèce de lumière blanche se matérialisa devant elle, venant de nulle part, et dont la forme changea pour devenir une sorte de poignard. En attendant de pouvoir s'échapper par une brèche dans les attaques du monstre, la petite infirmière tenta de se défendre comme elle le pouvait, esquivant les coups de la bête, ses réflexes décuplés par le stress et la peur. Elle finit même par donner un coup de dague à la créature, qui sembla en souffrir énormément, étant donné le hurlement strident qui suivit cette offensive. Elle plaqua ses mains sur ses oreilles tant le cri était aigu, agressant violemment ses tympans. Et en ramenant son attention sur l'ennemi, elle constata qu'un de ses canons était pointé sur elle et qu'il n'allait certainement pas tarder à tirer. Tétanisée, Rei ne bougea pas. Ce n'était pas l'envie qui lui manquait au contraire, une voix à l'intérieur lui hurlait de s'échapper, mais la peur la clouait au sol.

Puis brusquement le monstre disparut de son champ de vision. Mais non parce qu'il s'était déplacé, c'était elle en effet qui ne se trouvait plus au pied du mur. Et pour cause: elle venait de se faire attraper par un jeune homme, surgi de nulle part à l'instar de la créature et de la lumière blanche. Certes il était entré par la porte à présent grande ouverte... mais par quel miracle intervenait-il à ce moment précis ? Il prononça avec une pointe d'humour quelques paroles en italien que Rei comprit mais auxquelles elle fut incapable de répondre, trop choquée pour prononcer quoi que ce soit. L'inconnu avait pris la jeune fille dans ses bras et avait couru dans le couloir, jusqu'à la porte qui menait à l'arrière de la maison, au jardin. Tout s'était déroulé si rapidement que la chose qui avait attaqué la jeune femme avait manqué son tir, mais de bien peu. Le jeune homme était vraiment tombé à pic ! Tous deux s'éloignaient de la maison, Reiko toujours dans les bras du garçon qu'elle regardait avec surprise: cheveux de feu, œil d'émeraude et un cache-œil noir sur le droit... cet homme n'était pas du village, Rei ne l'avait jamais vu auparavant. Dans des petits patelins comme Piateda, tout le monde connaissait tout le monde, à fortiori lorsqu'on y vivait depuis 18 années.

Quoi qu'il en soit, ils s'éloignèrent de l'habitation, puis le rouquin déposa la jeune femme sur l'herbe. Rei tremblait, incapable de se contrôler. Sa main était crispée sur la dague qu'elle tenait dans sa main droite, brillant d'une étrange lueur aussi blanche que la sphère qui avait façonné l'arme. La petite infirmière ne cherchait même plus à comprendre quoi que ce soit pour le moment. L'esprit vide, elle écouta l'inconnu qui lui demanda de ne pas bouger pendant qu'il s'occupait de la situation.

    « Mais... »


Il ne lui laissa guère le temps de parler, se détournant d'elle et se rapprochant de la maison d'où sortit le monstre, porteur d'une large estafilade à l'endroit où elle l'avait atteint tout à l'heure avec le poignard, détruisant le mur extérieur avec un coup de canon. Quelle déflagration ! Pourtant le garçon roux n'esquissa aucun signe de panique. Rei le vit saisir au niveau de sa cuisse un petit marteau. Que comptait-il donc faire avec cela ? Mais l'instant d'après elle crut que ses yeux allaient sortir de leurs orbites tant ils étaient écarquillés: entre les mains de l'inconnu, l'outil avait décuplé de taille; ce n'était plus un petit maillet, mais une arme redoutable. D'ailleurs, comme se pouvait-il qu'il puisse manipuler un objet de ce volume ? Il devait peser le triple de son poids si ce n'était plus ! Elle remarqua cependant qu'il manifesta un geste de douleur, portant une de ses mains à son flanc. Est-ce que la créature avait réussi à le blesser lorsqu'il avait foncé dans le couloir ? Ça ne dura cependant que l'espace d'une seconde; l'instant d'après il faisait tournoyer son marteau dans les airs comme s'il s'agissait d'un léger bâton de bois, tandis que différents symboles brillants apparaissaient autour de lui, comme des sceaux. La jeune femme reconnut des caractères japonais, comme par exemple celui du feu. C'est d'ailleurs celui-ci que choisit le rouquin, abattant son maillet sur le sceau puis sur le sol.

Reiko eut un sursaut de surprise; et pour cause, une tornade de feu venait d'embraser l'atmosphère, baignant les alentours d'une lumière orangée. L'énorme colonne s'affina, prenant la forme d'un long serpent de flammes qui déferla avec un grondement sourd sur l'ennemi. Le brasier enfla, englobant la créature qui explosa et rendit l'âme. Il ne resta rien du monstre, pas même des cendres. Le calme revint donc dans le jardin, permettant à la jeune femme d'entendre les battements fous de son cœur. Rien, il n'y avait plus rien. Plus de trace de la créature, ni de sa mère. Elle ne s'aperçut qu'au dernier moment que le jeune homme s'était approché d'elle à nouveau, tenant son flanc blessé d'une main, et lui demandant si elle était indemne. Rei acquiesça, acceptant l'aide du jeune homme en glissant sa main dans celle qu'il lui tendait et se relevant, ne prononçant toujours aucun mot. Cela du être mal interprété par l'inconnu, puisqu'il remplaça l'italien par du japonais. Sans doute avait-il remarqué les traits asiatiques de la jeune femme. Et comme il le disait, des dizaines de questions se bousculaient dans sa tête. Par où commencer ?

    « O-Oui... » lui répondit-elle en japonais. « Qu'est-ce que c'était... que ça ? Où est passée... ma mère ? »


Qu'avait été cette chose ? Quel rapport y avait-il avec sa génitrice ? La jeune femme n'osait pas encore assimiler le fait qu'il n'y avait pas seulement l'ignoble créature qui avait disparu, mais également le dernier membre de sa famille... Le jeune homme se présenta sous le nom de Lavi; plutôt étrange. Elle se concentra sur le présent, difficilement, car elle avait l'étrange impression de se trouver au bord de la folie avec tous ses questionnements.

    « Je... je m'appelle Reiko. »


Son regard dévia ensuite sur la main du jeune homme, crispée sur un côté de son abdomen, et qui se remplissait de sang. Ce n'était pas une blessure anodine, il fallait arrêter l'hémorragie au plus vite avant qu'il n'y ait d'autres complications.

    « Vous... vous êtes blessé. Je vais vous soigner, venez. Je... je suis infirmière. »


Le tout dit sur une voix qui devait être aussi blanche que son visage. Elle se dirigea vers la maison, ses pas très peu sûrs et ses jambes tremblantes, mais elle n'était pas non plus sur le point de chuter. Il y avait vraiment de gros dégâts... cela prendrait du temps pour réparer tout ça. Mais Rei n'avait guère la tête à ça pour le moment. Suivie de l'inconnu elle se dirigea vers la salle de bains où elle entreposait ses médicaments et ses pansements. En passant devant le salon à moitié détruit à présent, elle y jeta un œil, espérant qu'elle y verrait sa mère recroquevillée dans un coin, ayant pu échapper à l'horrible monstre... mais non. Dans la pièce d'eau, elle déposa la dague sur le meuble, prépara du matériel, puis elle enjoignit le jeune homme de la laisser le soigner. Se concentrant sur la plaie et la désinfectant, elle se mit à parler avec le dénommé Lavi.

    « Comment se fait-il que vous soyez ici ? »


Non pas qu'elle lui reprochait sa présence, bien au contraire. Sans son intervention elle ne serait sans doute plus de ce monde à l'heure qu'il était. Mais par sa question, elle entendait le fait qu'il soit apparu au bon moment. À vrai dire, la maison des Hazuki était plus ou moins isolée des autres maisons, située plus en altitude sur la colline. Mais peut-être que la présence du rouquin relevait purement et simplement de la chance – assez inouïe dans ce cas. En attendant les explications de Lavi, elle entreprit de désinfecter et d'inspecter sa plaie. Elle n'avait pas été provoquée par le monstre, la blessure semblait en effet dater de quelques jours tout au plus. L'activité physique qu'il venait d'effectuer en se battant contre la créature au pentacle noire avait dû rouvrir la plaie. Quoi qu'il en soit, elle étala doucement de la crème cicatrisante à base d'aloe vera en prenant garde à ne pas faire souffrir le jeune homme et en tentant de contrôler ses tremblements. C'était difficile, après tout elle venait d'assister à des incidents tout à fait irrationnels qu'elle allait avoir beaucoup de mal à digérer... elle comptait sur les explications de ce Lavi pour essayer de comprendre pourquoi un tel désastre était arrivé.
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Dim 27 Mai - 10:15

Lavi avait l'impression d'être réellement arrivé au bon moment. Si l'Innocence n'avait pas été en sa possession, il était certain qu'un drame se serait produit ce soir sans que personne ne puisse rien y faire. Certes l'Akuma n'était pas des plus discrets et l'état seul de la maison le prouvait, mais puisqu'elle était située à l'autre bout de la ville, le rouquin aurait eu du mal à deviner ce qu'il s'y passait et ne serait donc jamais intervenu. Même si la situation semblait désespérée pour la jeune femme qui se retrouvait à devoir faire face à cette abomination, elle ne resta pas les bras balants pour autant, se servant de ce qu'elle avait dans les mains pour se défendre. Cela avait été plutôt un bon réflexe même si ça n'avait pas suffit et leur avait permis de gagner un temps précieux. Cela lui avait offert quelques secondes de répis pendant lesquelles le rouquin put intervenir et emmener la jeune femme loin de l'Akuma.

Même s'il était arrivé comme un cheveu sur la soupe, Lavi avait bien conscience que celle qui l'accompagnait désormais n'avait rien d'une exorciste... pour le moment. Elle semblait désemparée, perdue, ignorant quoi faire face à quelque chose qu'elle pensait sûrement ne pas exister. Difficile de lui reprocher quoique ce soit. Ce n'était de toute façon pas le but de Lavi. L'Innocence n'avait clairement pas fait tout ce chemin pour rien, volant jusqu'à son compatible pour lui permettre de rester en vie. Voilà qu'une future nouvelle exorciste venait de voir le jour, pas forcément dans les meilleures conditions, mais choisissait-on ce genre de choses ? Il était possible qu'après avoir vu tout ça elle refuse catégoriquement de devoir refaire face à une telle scène un jour. Il était du devoir de Lavi de la convaincre et de l'amener par la suite à la Congrégation mais il se demanda si c'était vraiment son rôle. Qui était-il pour forcer quelqu'un à faire quoique ce soit ? Ce n'était de toute façon pas encore le moment d'y penser, il y avait plus urgent.

Maintenant qu'ils avaient trouvé refuge dehors, cela laissait tout le loisir au rouquin de se débarasser de l'Akuma sans craindre pour la vie de la nouvelle compatible. Alors qu'il se détournait d'elle pour affronter le monstre, il espérait qu'elle n'en profite pas pour fuir sous le coup de la peur. Son flanc lui faisait mal mais il essaya de ne pas y penser sur le moment, ce n'était rien par rapport aux désastres que pourrait provoquer l'Akuma s'il n'était pas vite détruit. Fort heureusement, il ne s'agissait que d'un Akuma de niveau un, ce qui ne le rendait pas particulièrement futé. Plutôt que d'essayer de les avoir par surprise, d'élaborer une tactique ou même de fuir pour mieux revenir à la charge plus tard, celui-ci se contenta de détruire le mur en le traversant, tirant ses obus comme s'il ne savait faire que ça. Le tuer n'allait vraiment pas être bien difficile puisqu'il venait lui-même au devant de sa mort.

Il ne fallu que quelque secondes à l'apprenti bookman pour le détruire, déjà bien entamé par l'attaque portée par la jeune femme juste avant son arrivée. La fumée toxique qu'il dégagea ne fut pas un problème puisqu'ils étaient dehors et Lavi se rapprocha de la future exorciste pour s'enquérir de son état, faisant fi du sien. Jusqu'à présent elle n'avait dit qu'un mot que le rouquin n'avait même pas entendu, focalisé sur l'Akuma. Réalisant qu'il était possible qu'elle ne comprenne pas ce qu'il disait, il opta pour une seconde langue plus asiatique, tandis qu'il l'aidait à se remettre sur pieds. Cette fois-ci, elle répondit, en japonais, la voix encore secouée par l'émotion. L'Akuma était donc sa mère ? Cela allait être d'autant plus difficile de devoir lui expliquer. Il y a encore quelques années, Lavi lui aurait expliqué sans détour et sans la moindre compassion mais plus maintenant
.

« C'est c'qu'on appelle un Akuma. Comme t'as pu l'constater, ce sont des sortes d'armes démoniaques. Elles sont créées par un type qu'on nomme Comte Millénaire... plus ou moins grâce au chagrin des gens. J'vais t'expliquer plus en détails une fois qu'on s'ra à l'intérieur. On sait jamais si y en a d'autres qui trainaient dans l'coin... Un seul par soirée, ça suffit ! » fit-il en offrant un sourire réconfortant à son interlocutrice même s'il se doutait bien que ce serait sans effet après une telle situation

Malgré son trouble, la jeune femme se présenta sous le nom de Reiko. Elle était définitivement japonaise d'origine, cela ne faisait plus aucun doute. Ce qui expliquait pourquoi elle avait choisis cette langue pour s'exprimer. Lavi ouvrit la bouche pour répondre mais il n'eut pas le temps de dire quoique ce soit, Reiko lui faisant remarquer qu'il était blessé. A cette remarque, le rouquin baissa les yeux vers la main qui comprimait sa blessure et constata que du sang s'en échappait. Pour lui, ce n'était rien de grave, il avait l'habitude de prendre des mauvais coups, d'autant plus qu'il ne s'agissait pas d'une blessure "fraiche". Reiko lui proposa alors de le soigner, ajoutant par la même occasion qu'elle était infirmière. Malgré ce qu'il venait de se produire, elle n'en perdait pas moins le sens des priorités, chose rare chez la plupart des gens. Lavi n'insista pas et accepta la proposition, lui emboitant le pas. Inutile de jouer aux forts et de conserver une telle blessure alors qu'il avait la possibilité de la faire panser. Néanmoins, il ne voulait pas le lui imposer
.

« Infirmière ? J'suis bien tombé ! Mais n'te sens pas obligée hein... Ca peut attendre. Y a des choses plus urgentes. »

Il la suivit néanmoins le temps de retourner à l'intérieur de ce qu'il restait de la bâtisse. Il ignorait si elle essayait juste de faire bonne figure ou pas, mais il sentit que son pas n'avait rien de confiant. Là non plus, il n'y avait rien d'étonnant et il se contenta donc de rester proche d'elle au cas où elle manquerait de défaillir. Les dégats que l'Akuma avait causés étaient importants mais heureusement situés que sur une seule partie de la maison, leur laissant le loisir de pénétrer à l'intérieur sans trop de difficultés. Lavi posa les yeux sur ce que venait de poser Reiko. Il s'agissait de la dague qui lui avait permis de porter un coup à la machine du Comte. Cela ne faisait aucun doute, il s'agissait bien de l'Innocence que les Bookmen avaient été récupéré la veille. Au moins elle avait trouvé rapidement son compatible et plutôt que de ramener une simple Innocence, c'était carrément une exorciste qui allait les accompagner. Peut-être... Lavi souleva son t-shirt suffisament pour que Reiko puisse accéder à la blessure et ne pas être gênée, la laissant faire son office. Elle lui demanda alors ce qu'il faisait ici. Question légitime. Il était arrivé soudainement, au bon moment et savait ce qu'était le monstre qui l'avait attaqué. Difficile de croire alors au hasard. N'ayant rien à cacher, le rouquin préféra tout lui expliquer.

« Ca, là... » fit-il en désignant la dague d'un geste du menton « C'est c'qu'on appelle une Innocence. C't'une sorte de cristal divin qui peut prendre n'importe quelle forme et qui permet d'pouvoir lutter contre les Akuma. Pour pouvoir fonctionner, elle a b'soin de son compatible... la seule personne qui pourra réussir à s'en servir correctement. En fait, hier on a récupéré cette Innocence et on comptait rentrer au bercail mais à cause des rails endommagés, on est coincés ici. J'allais m'coucher quand l'Innocence a pris ses p'tites ailes et s'est dirigée par ici. Un vrai marathon, j'ai cru que j'allais la perdre en cours de route ! Elle a dû sentir qu't'étais en danger, toi, son compatible et elle s'est manifestée pour empêcher ça. » expliqua t-il en grimaçant de temps à autres à cause de sa blessure « C'pour ça que j'étais là. Parce que j'suis comme toi, un compatible. On nous appelle plus communement Exorcistes et on travaille pour l'Vatican pour protéger la population d'ce genre de monstres. Hmm... D'ailleurs, ta mère, elle a perdu quelqu'un de proche, récemment ? »

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Dim 27 Mai - 15:26

Reiko pensait nager en plein délire. Cependant, bien que la peur et la surprise la clouaient sur place, elle avait encore la présence d'esprit d'esquiver les attaques de la créature, parvenant même à lui infliger un coup avec la dague qui était mystérieusement apparue devant elle, nimbée d'une douce lumière blanche. Le monstre avait été à deux doigts de lui lancer un projectile qu'elle aurait été incapable d'éviter, mais par une incroyable chance un jeune homme roux avait surgi à ses côtés et l'avait prise dans ses bras avant de fuir à tout vitesse hors de la maison, prenant un peu l'ennemi au dépourvu, puisqu'il mit un certain temps à se retourner et à comprendre que les deux jeunes gens lui avaient échappé.

Une fois dehors, l'inconnu déposa Rei au sol et lui demanda de ne pas bouger en attendant qu'il se charge d'éliminer le monstre. L'étonnement que la jeune femme éprouvait déjà ne fut rien comparé à la surprise qu'elle eut en voyant le jeune homme s'emparer d'un maillet, le faire décupler de taille et s'en servir pour déclencher une tornade de feu qui réduisit la créature noire en cendres. Puis plus rien, le cadavre dégagea seulement une espèce de gaz qui ne devait sans doute pas être inhalé, mais il se dispersa bien vite dans l'air du soir. Le rouquin revint alors vers Reiko, une main collée à une blessure sur son flanc qui saignait abondamment. Le jeune homme s'assura d'abord qu'elle n'avait rien avant de se présenter et de lui demander si elle avait des questions.

Des questions !Elle en avait plein la tête. Tout s'était déroulé si rapidement que Reiko avait bien du mal à remettre l'ordre des événements en place. Elle demanda évidemment ce qu'avait été cette chose et surtout, ce qu'il était advenu de sa mère, bien que le doute n'était plus possible. Et tout comme le garçon se présenta sous le nom de Lavi, elle déclina son identité à son tour, avant d'écouter ses explications. Cette chose était donc un...

    « Akuma ? Un démon ? »


Mais... ça n'existait pas pourtant ! Une arme démoniaque, un Comte Millénaire ? C'était la première fois qu'elle entendait parler de cela, et pourtant Dieu savait combien de livres fantastiques elle avait lu par le passé ! Le rouquin arbora un sourire qui se voulait réconfortant, malheureusement la petite infirmière ne put lui rendre la pareille, encore trop choquée. Il fallait qu'elle se concentre sur quelque chose de bien défini pour le moment, quelque chose qu'elle saurait gérer, et voyant la blessure de Lavi, elle lui proposa de la soigner, bien qu'il affirma que cela pouvait attendre. La jeune femme secoua la tête.

    « Il vaut mieux arrêter l'hémorragie avant que ça ne se complique. »


Elle enjoignit donc le rouquin de la suivre à l'intérieur de la maison, se dirigeant vers la salle de bains où étaient entreposés les médicaments et les pansements (qui tiennent bien, EUX !). Elle tenait toujours fermement le poignard entre sa main droite, elle le déposa sur la table avant de rassembler le matériel qui lui serait nécessaire pour bander la plaie. Tout en accomplissant le soin, elle demanda à Lavi la raison pour laquelle il était ici. Il lui expliqua alors que la dague qu'elle avait déposée sur le meuble était une « Innocence » une sorte de pouvoir qui permettait de lutter contre les Akumas. Que ceux qui manipulaient les Innocences se faisaient appeler « Exorcistes » et travaillaient pour le Vatican. Exorciste ? Voilà un mot qui lui parlait.. mais ce n'était guère la représentation qu'elle se faisait habituellement d'un exorciste. Elle l'imaginait plus sous les oripeaux d'un prêtre, brandissant un crucifix pour chasser le Malin – c'était ce genre de chose que l'on pouvait lire dans les livres ou entendre parler dans les conversations entre adolescents.

En outre, le borgne lui raconta que l'Innocence qu'il avait en sa possession avait pris la fuite et qu'il l'avait coursée, ce qui l'avait plus ou moins mené jusqu'à sa maison. Ses explications étaient entrecoupées de sursaut de douleur tandis que Rei désinfectait la blessure et étalait un onguent afin de la faire cicatriser au plus vite. La jeune fille se répandait en excuses à chacune de ses grimaces et essayait vainement de contrôler ses tremblements, mais ce n'était pas simple. Tout ça lui paraissait extraordinaire, insensé. Elle jeta un œil à l'arme blanche avec laquelle elle avait infligé une large estafilade à l'Akuma.

    « Une Innocence... ? À vous entendre, c'est comme si elle possédait une volonté propre... »


Tandis qu'elle terminait le pansement et fit signe au jeune homme qu'il pouvait rabattre son T-shirt, ce dernier lui demanda si sa mère avait perdu quelqu'un de proche il y a quelques temps.

    « Mon... mon père est décédé, mais cela remonte à quatre ans déjà... Mais c'est vrai que depuis cette époque, elle a perdu tout volonté de vivre... »


Elle savait bien ce qu'elle disait. Tous les matins en partant de chez elle pour aller travailler, jusqu'aux soirs quand elle rentrait, une angoisse sourde lui tenaillaient les entrailles, l'angoisse qu'elle rentre un soir chez elle et de retrouver sa génitrice pendue au bout d'une corde. Son état s'était particulièrement empiré depuis un an, car elle avait cessé peu à peu de communiquer, ne se servant des mots que pour exprimer le strict minimum, à savoir si elle avait besoin de telle ou telle chose. Reiko avait fini par s'habituer au silence qui régnait en permanence dans la maison.

Alors donc, d'après ce que disait Lavi, elle était une « compatible » capable d'utiliser l'Innocence. Tout ça lui paraissait vraiment très abstrait. Elle reprit néanmoins la dague et après l'avoir observée quelques secondes, s'adressa de nouveau au jeune homme.

    « J'avoue ne pas tout comprendre... que suis-je censée faire ? »


Déjà admettre que de telles choses existaient réellement n'était pas si simple... certes elle s'intéressait plus ou moins à la religion et aux histoires d'anges, de démons et de Dieu, mais sans plus. C'était comme la mythologie, de vieilles croyances, des histoires qu'il était plaisant de lire, mais qui ne retraçait rien de réel... ou du moins c'était ce qu'elle pensait.
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Lun 28 Mai - 9:45

Combattre des Akuma était devenu l'activité principale de Lavi depuis maintenant presque 3 ans. Il ne se passait pas un jour sans qu'un de ces monstres ne doive être détruit, permettant au moins de soulager les âmes des défunts. Récolter des archives tout en étant un soldat avait réellement un côté bien différent de ce dont le rouquin avait eu l'habitude jusqu'à présent. Ce n'était pas l'activité qui manquait en tout cas, offrant son lot de surprises au quotidien. L'arrêt momentané du passage des trains dans le village se présentait comme étant une aubaine pour profiter d'un peu de repos. L'Innocence qu'ils avaient récupéré ne risquait pas de s'envoler en cours de route de toute façon.

Hé bien si. Lavi avait déjà pu observer ce phénome chez Chao Ji lorsqu'une Innocence était intervenue pour le choisir comme Compatible dans un moment critique. Visiblement, il se passait exactement la même chose, l'Innocence filant droit à un endroit inconnu de l'apprenti bookman, pénétrant à l'intérieur d'une maison pour permettre à son binome de ne pas se faire tuer. Lavi put enfin voir de quoi il retournait lorsqu'il atteignit la maison, juste à temps. Tout c'était joué à quelques secondes près. L'arrivée de l'Innocence, le tir de l'Akuma, le coup qui lui avait été porté... et l'intervention de l'exorciste qui se dépêcha d'emmener la nouvelle compatible hors de portée de son assaillant.

La pauvre n'avait pas l'air de comprendre ce qu'il se passait, ce qui n'avait rien d'anormal. La grand majorité des êtres humains ignoraient tout du Comte Millénaire et de ses machines de mort. Malgré le fait qu'elles sévissent aux quatre coins du Globe, les faits avaient toujours été voilés à la population. Les Akuma étaient donc restés au statut de légendes tels que les vampires, loups garou et autres créatures de ce type. Même lorsque l'on tombait nez à nez avec l'un d'eux, il était difficile de réaliser que tout ça n'était pas un rêve. De toute façon, lorsque la plupart des hommes se retrouvait face à un Akuma... c'était généralement la dernière chose qu'ils voyaient avant de mourir. Comment survivre face à une chose capable de tuer n'importe qui d'un seul tir ? Heureusement, Reiko avait reçu un sacré coup de pouce de l'Innocence, lui permettant de ne pas subir le même sort que la majorité de la population. Il ne restait plus à Lavi qu'à finir le travail maintenant qu'ils avaient pu prendre un peu de distance pour pouvoir répliquer.

Même si sa blessure rouverte lui faisait mal et lui rappelait que bouger de la sorte n'était pas vraiment la meilleure idée qu'il ait eu jusqu'à présent, le rouquin utilisa rapidement son Innocence pour mettre un terme à la menace que représentait l'Akuma. Lavi était content de ne pas être pourvu de l'oeil maudit d'Allen lui permettant de voir les âmes de ces créatures. Même si cela devait avoir quelque chose de gratiffiant de voir les âmes être libérées, cela devait être bien plus pénible de les voir torturées tout le long du combat. Cet affrontement-ci ne dura pas bien longtemps, il ne s'agissait que d'un niveau un après tout, et la seule preuve de sa courte existence fut les dégats qu'il avait causé à la maison de celle qu'il s'apprêtait à rejoindre.

La dénommée Reiko avait évidemment tout un tas de questions à propos de ce qu'il venait de se passer mais était encore trop choquée pour qu'elle parvienne à faire le tri. Lavi lui expliqua donc brièvement de quoi il s'agissait tout en omettant volontairement de préciser ce qui était arrivé à sa mère. Si sa mère était l'Akuma, nul doute que celle-ci était morte depuis longtemps, tué par celui qu'elle avait souhaité ramener à la vie. C'était le genre d'histoire tragique qui arrivait tous les jours mais que l'on aimait pas entendre, surtout lorsqu'il s'agissait de notre propre famille. L'apprenti bookman supposa que pour l'heure, ce n'était pas la première chose à aborder, qu'il valait mieux lui expliquer le reste avant.


« Yep. C'est pas un démon comme on peut l'voir dans les livres, t'as dû remarquer, mais c'est le nom qu'on leur donne. Dans l'idée, ce sont plutôt des machines à tuer... mais le résultat est l'même. Tout ce qu'ils veulent c'est tuer, tuer, tuer... Ils n'ont pas le choix, ils sont créés pour ça. » expliqua t-il brièvement pour répondre à son interrogation

Fatalement, plus il lui donnait d'éléments, plus elle allait avoir de questions par la suite, mais autant qu'elle en sache un maximum. Maintenant qu'elle avait été révélée comme étant une compatible, sa vie allait changer, qu'elle le veuille ou non. Même si elle ne voulait pas devenir exorciste, elle deviendrait la cible d'Akuma un jour ou l'autre puisqu'elle possédait une Innocence. Et si elle n'était pas entrainée à pouvoir la maîtriser, elle ne survivrait pas bien longtemps, Innocence ou pas. Pour le moment, ces hypothèses étaient bien loin de l'esprit de la jeune femme qui proposa au rouquin de soigner sa plaie avant que cela ne s'infecte, ce qu'il refusa dans un premier temps, estimant que cela pouvait attendre. Reiko insista
.

« C'est toi la spécialiste ! J'te suis alors. Ce serait quand même pas d'bol que je meurs sans avoir eu l'temps de répondre à toutes tes questions ! » répliqua t-il avec un sourire

Le ton léger sur lequel il parlait pouvait sembler déplacé dans une situation pareille mais il essayait juste de détendre l'atmosphère. Bien sûr, il savait très bien qu'il n'allait pas mourir, d'autant plus qu'il avait une infirmière avec lui, et il préféra s'en amuser plutôt que de s'affoler. Suivant Reiko, ils retournèrent à l'intérieur, évitant les décombres pour se rendre dans une petite pièce où elle commença à désinfecter la plaie du rouquin. Tandis qu'elle s'y appliquait, elle lui posa d'autres questions auxquelles il prit le temps de répondre, essayant de commencer par lui expliquer ce qu'elle était. Il y avait beaucoup de notions à comprendre, ce n'était pas simple. Lorsque Lavi évoqua l'Innocence, essayant de lui expliquer le plus simplement possible de quoi il s'agissait, Reiko fit une remarque tout à fait pertinente
.

« C'est un peu ça, oui. Elle a besoin d'son compatible pour fonctionner et agir correctement. Mais elle décide d'elle-même qui le deviendra. Elle t'a choisis, c'est pas pour rien ! Ca reste tout d'même un phénomène assez rare, preuve que t'es pas n'importe qui. Mais c'est comme tout, sans maîtrise, ça peut devenir dangereux aussi bien pour toi que pour ce qui t'entoure. J'dis pas ça pour t'faire peur hein mais j'veux juste que tu sois consciente de c'qui t'arrive. L'Innocence t'a choisis mais rien n'te force à l'accepter. »

Lavi était content d'être seul avec elle. Si Bookman avait été présent, sans nul doute l'aurait-il empêcher de dire ça. Les exorcistes étaient trop peu nombreux pour qu'ils se permettent de laisser un compatible reprendre une vie normale. Seulement, Lavi trouvait ça injuste d'imposer une telle destinée aux gens juste parce qu'ils avaient eu le malheur de se retrouver liés à l'Innocence. Certes, éloigner une Innocence de son compatible était dangereux mais une fois en Hevlaska, tout rentrerait dans l'ordre. En tout cas, il l'espérait. Tout n'était qu'une question de choix et il estimait que Reiko avait aussi son mot à dire dans tout ça.

La jeune femme venait de terminer de soigner la plaie, au plus grand soulagement du rouquin qui laissa ton tshirt retomber par dessus le pansement. Niveau soin, elle était bien plus douce que Bookman, ce qui était appréciable. Lavi jeta un rapide coup d'oeil à l'état de la maison avant de reposer le regard sur Reiko. Elle lui révéla que son père était mort voilà quatre ans et que sa mère l'avait très mal supporté. Tout s'expliquait. Le moment de lui expliquer ce qui était arrivé à sa mère était arrivé. Tourner autour du pot était inutile et mieux valait qu'elle sache tout de suite à quoi s'attendre. Mais en la regardant plus attentivement, il put voir à quel point tout cela la remuait. Elle tremblait légèrement, cela ne sautait pas aux yeux mais c'était tout de même perceptible. Il l'avait sentit également lorsqu'elle le soignait. Si elle vivait avec sa mère, elle se retrouvait désormais seule, dans l'incompréhension la plus totale. Mieux valait savoir ce qu'un proche était mort et pourquoi plutôt que de vivre dans l'ignorance. Néanmoins il y avait une façon de le faire et Lavi n'avait pas le coeur à lui balancer la vérité au visage comme il l'aurait fait auparavant.

Le rouquin vint se poser juste face à elle, profitant du fait qu'elle s'était assise pour pouvoir prodiguer ses soins pour se mettre accroupi afin de se retrouver un peu plus bas qu'elle, prenant ses mains dans les siennes. Il releva le visage vers elle pour la regarder, histoire qu'elle se focalise sur lui et n'essaie pas de fuir la vérité. Il fallait qu'elle l'accepte, c'était comme ça. Mais Lavi souhaitait le faire un peu plus en douceur, essayant d'arrondir les angles
.

« C'est vrai que quand la personne qu'on aime meurt... on a tendance à dépérir à not' tour. Les liens forts font des merveilles mais produisent aussi des tragédies. Ta mère était sans doute tellement désespérée par la disparition d'ton père qu'elle a souhaité plus que tout qu'il revienne parmi les vivants. C'est le genre de choses qu'il ne faut jamais souhaiter car... c'est possible. Le Comte Millénaire, tu sais celui dont je t'ai parlé y a 10 minutes ? Hé bien il a la capacité de faire "revenir les morts" ou plus exactement leurs âmes. Grâce au voeu de celui qui souhaite le retour du mort, le Comte rappelle son âme et l'intègre à un corps mécanique. C'est ce qu'on appelle un Akuma. Une âme prisonnière d'un corps démoniaque. Mais ça ne s'arrête pas là. Le Comte méprise l'espèce humaine, il n'est donc pas là pour faire une fleur à qui que ce soit. Ce qu'il désire lui, c'est créer sa propre armée tu vois, donc une fois que l'Akuma est né, il ordonne à celui-ci de tuer la personne qui a désiré son retour à la vie. Et une fois mort, l'Akuma utilise le corps de ce dernier pour dissimuler son apparence et mieux se fondre parmi les humains... qu'il doit par la suite tuer en masse. C'est comme ça. Il y est forcé par le Comte, programmé pour ça. » expliqua t-il lentement avant de marquer une pause le temps que Reiko assimile le tout « En fait, ta mère est... morte le jour où elle a rappelé ton père. Celui qui vivait avec toi depuis tout ce temps, c'était lui. Enfin c'était lui sans être lui. Son âme était attachée à ce corps d'Akuma, dissimulé par l'apparence de ta mère mais il n'était pas conscient de ce qu'il faisait, il ne se rappelait pas qui il était. Une âme ramenée de cette façon subit mille tourments. Plus elle tue de personnes, plus elle dépérie. Mais grâce à l'Innocence, on peut mettre un terme à ses horreurs. Déjà parce qu'elle permet d'détruire un Akuma, chose que les armes banales ne permettent pas. Et aussi parce qu'en les détruisant de cette façon, on libère leurs âmes, on les soulage de ce fardeau, on leur offre la rédemption. L'âme de ton père avait souffert pendant tout c'temps mais maint'nant c'est terminé, il est libéré. » acheva t-il en pressant légèrement les mains de la jeune femme dans les siennes

Il ne souriait plus, ce n'était pas vraiment le moment, mais il lui offrait un regard plein de compassion et de soutien. Perdre sa famille n'avait rien de réjouissant, mais au moins elle savait à quoi s'en tenir. Reiko semblait encore plus perdue qu'avant, affirmant ne pas savoir ce qu'elle était censée faire. Quoi de plus normal face à une telle situation ? Il ne fallait pas prendre ce genre de décision à la légère et Lavi ne voulait pas l'influencer, même si d'une certaine manière, c'était son devoir. Difficile de vendre les mérites des exorcistes lorsqu'on était avant tout autre chose. Ce n'était pas réellement la vocation première du rouquin même s'il s'était maintenant investit dans cette mission
.

« T'es une compatible. T'as été désignée pour devenir Exorciste, comme moi, une sorte de... hmm... soldat d'Dieu on va dire. T'es une des rares personnes à pouvoir détruire et sauver ces Akuma. Y a plusieurs sortes d'exorcistes j'dois dire. Ceux qui sont là pour détruire cette menace que représentent les Akuma et ceux qui désirent leur apporter la rédemption. J'dirai pas que tu "dois" devenir exorciste mais t'en as l'opportunité. On est pas très nombreux et toute aide supplémentaire est la bienv'nue. Mais encore une fois, c'est ton choix, Rei-chan, j'suis pas là pour te forcer ou t'influencer. » fit-il avec un léger sourire

A vrai dire il existait une troisième sorte d'exorcistes, ceux qui désiraient faire les deux à la fois, comme Allen. Mais ceux là étaient bien rares.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Lun 28 Mai - 22:00

Tout pouvait toujours basculer d'une seconde à l'autre. Reiko venait justement d'en faire l'expérience. D'abord en découvrant, à la place de sa mère, une espèce de monstre dont elle n'aurait jamais pu imaginer l'apparence tant elle était abominable. Puis lorsque cette créature l'avait attaquée, une lumière blanche avait fusée devant elle, prenant peu à peu la forme d'une dague. Sur le coup elle n'avait pas pu vraiment réfléchir au comment du pourquoi, elle s'était juste emparé de l'arme et s'en était servie du mieux qu'elle avait pu dans l'optique de se défendre, arrivant même à blesser la créature. Mais elle n'aurait pas pu tenir bien longtemps si le jeune homme n'était pas miraculeusement intervenu pour l'arracher aux griffes de l'ennemi qui s'était apprêté à tirer sur elle.

Le temps qu'ils parviennent dans le jardin le monstre avait pu se frayer un chemin jusqu'à l'arrière de la maison, détruisant au passage les façades. Rei ne bougea pas de l'endroit où l'avait déposée le rouquin, trop choquée pour prendre la fuite. D'ailleurs, où aurait-elle pu aller ? Elle regarda donc avec surprise le combat qui ne tarda pas à s'achever dans une tornade de feu engendrée par l'arme du garçon. Lorsque tout fut fini, il se rapprocha de la jeune femme, une main collée sur une blessure au flanc qui saignait abondamment. Il supposa qu'elle avait un nombre conséquent de questions à poser, et il avait vu juste. Il commença par lui dire que cette chose était ce qu'on appelait un akuma. « Akuma » était le terme japonais pour les démons, ce pourquoi Reiko fit immédiatement le lien. Mais ce n'était pas exactement ça, et le dénommé Lavi lui apprit qu'il s'agissait plus de machines à tuer que de démons comme on pouvait en voir dans les livres. En y repensant, il était que la créature avait arboré un aspect très « mécanique » avec ses canons et ses obus. Sa mère s'était donc transformée en arme démoniaque ?

Au fur et à mesure qu'il parlait, de nouvelles interrogations affluaient dans son esprit, et Rei avait beaucoup de mal à les prioriser; il lui fallait déjà un peu de temps pour assimiler la situation, et la découverte de certains éléments qu'elle avait toujours pensé qu'ils n'existaient pas réellement. La magie par exemple... ce que Lavi avait utilisé pour générer son brasier ne pouvait relever que de la magie. Bon sang... il fallait qu'elle se raccroche à quelque chose de réel pour le moment, aussi se focalisa-t-elle sur la blessure du rouquin et lui proposa de la soigner au plus vite, avant que des complications ne viennent aggraver sa santé. Le jeune homme essaya de faire un peu d'humour, mais bien que Reiko y soit d'habitude sensible et lui aurait normalement répondu avec un rire ou un sourire, elle ne le put pas à ce moment précis. Les muscles de son visage étaient figés à cause du choc.

Arrivés dans la salle de bains où elle put soigner la vilaine plaie, Lavi lui expliqua ce qu'était en réalité la dague qui était apparue sous ses yeux: une innocence, un cristal divin qui permettait de lutter contre ces akumas créés par le Comte Millénaire. Cela sentait le combat, la guerre... une guerre invisible ? Mais ce qui retint son attention surtout, c'est les dires du rouquin selon lesquels il affirmait que cette Innocence l'avait « choisie » elle, Reiko, comme si elle était dotée d'une volonté propre. Elle en fit d'ailleurs la remarque au borgne, qui souligna le fait que c'était en choisissant son compatible que l'Innocence pouvait fonctionner. D'accord... mais pourquoi elle ? Alors qu'elle n'avait jamais rien eu à voir avec ce genre d'affaires ? Rien ne la forçait à accepter ça, certes... il lui faudrait y réfléchir, tout cela était beaucoup trop brusque, trop soudain pour elle.

    « Je... je dois y réfléchir... »


Elle termina son bandage et s'assit une des chaises de la pièce, tentant de contrôler les tremblements qui secouaient imperceptiblement tout son corps. Lorsque Lavi lui demanda si sa mère avait perdu quelqu'un de cher ces derniers temps, elle lui révéla qu'en effet son père était décédé il y a quatre années de cela... mais quel rapport ?

Se baissant à sa hauteur et l'enjoignant de le regarder dans les yeux, le rouquin éclaira une fois de plus sa lanterne, d'abord en lui apprenant qu'il était possible de faire revenir les morts à la vie. Rei écarquilla les yeux en entendant cela, mais la suite la fit très vite déchanter: c'était précisément cela qui conduisait à la création de ces monstres comme celui qui avait failli la tuer il y a quelques dizaines de minutes. Ensuite, après avoir marqué une petite pause le temps que la petite infirmière prenne conscience de toute l'ampleur de ces informations, il lui exposa le cas de sa mère. Ou plutôt de son père. Depuis elle ne savait combien de temps exactement, c'était son père qui avait vécu avec elle, remplaçant sa génitrice mais sans aucun souvenir de ce qu'il avait été lorsqu'il était en vie ni de son lien de parenté avec la jeune femme. Au final... cela faisait déjà un certain qu'elle était complètement orpheline, si elle avait bien compris.

    « C'est... je vois. Au moins, j'espère qu'ils ont trouvé la paix... »


Ses mains prises dans celles de Lavi, elle se contenta de fermer brièvement les yeux et de laisser filer l'air contenu dans ses poumons. Elle ne pleura pas cependant, peut-être que cela viendrait plus tard. Pourtant il restait une grande part d'incompréhension pour elle, à savoir, qu'était-elle censée faire maintenant ? Plus rien ne serait jamais comme avant. Elle avait l'opportunité de devenir exorciste, de se battre contre ces horribles créatures... Elle rouvrit doucement les yeux et croisa de nouveau le regard d'émeraude du jeune homme.

    « Que va-t-il se passer si j'accepte ? Je pourrais rester infirmière... ? »


Elle prit dans sa main gauche l'arme qui luisait doucement dans l'obscurité et prit quelques minutes pour réfléchir. Si elle devait partir... ça ne lui poserait pas de problème. Il lui serait sans doute difficile de rester dans ce lieu où s'étaient déroulés d'horribles choses. Elle raffermit sa poigne autour de la garde, mue d'une certaine détermination. Elle riva une nouvelle fois son regard dans l'œil unique de Lavi.

    « J'accepte... plus rien ne me retient ici. »


Plus de famille. Pas de réels amis. Son métier lui permettait de travailler dans n'importe quelle structure. C'était peut-être l'occasion de quitter Piateda. Même si elle aimait beaucoup ce petit village, elle n'avait rien vu d'autre du monde durant 18 ans...
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Mar 29 Mai - 13:49

Finalement, le marathon nocturne n'avait pas été inutile, loin de là. Même si Lavi avait pesté lorsque l'Innocence avait joué la fille de l'air au beau milieu de la nuit, l'obligeant à lui courir après pour ne pas la perdre de vue, il devait reconnaitre que c'était une bonne chose. Déjà parce que cela avait permis de sauver la vie d'une personne et sûrement de plusieurs autres par la même occasion et aussi parce que grâce à ça, une nouvelle exorciste venait de voir le jour. Pour le moment elle n'était qu'une compatible et n'avait rien d'une exorciste, ignorant tout de ce monde très particulier dans lequel ces derniers évoluaient, mais un chemin tout tracé venait de s'ouvrir devant elle. Même si elle était désignée d'office comme étant une future exorciste, il lui restait son libre arbitre qui lui permettait de décider si oui ou non elle allait suivre cette voix. D'un certain côté, les compatibles étaient quelque peu forcés de se lier à l'Innocence qui les avait choisi sous peine de voir certaines catastrophes se produire. C'était une chance d'être capable de pouvoir se servir d'une telle arme pour protéger la population mais tout le monde ne voyait pas ça sous cet angle. Il pouvait s'agir d'une bénédiction... mais aussi d'un fardeau. Comment Reiko allait-elle prendre la nouvelle une fois informée des nouvelles capacités qu'elle venait de développer à son insu ?

Ainsi, Lavi prit le temps de tout expliquer à la jeune femme, détaillant ce qui avait besoin de l'être mais ne désirant pas non plus la noyer sous un flot d'informations nouvelles. Réaliser que tout ceci était bien réel était déjà un sacré pas en avant. Mais Reiko avait plusieurs choses à admettre avant de se pencher sur son avenir. Sa mère était morte sous ses yeux, bien que cette dernière l'avait déjà été voilà plus d'un an, tuée par feu son mari, ramené d'entre les morts. Triste histoire que celle-ci et pourtant si commune. Entre l'apparition du monstre, celle de l'Innocence, la mort d'un membre de sa famille et ces histoires à dormir debout, cela faisait beaucoup de choses à assimiler pour la jeune japonaise. Pour le moment, elle n'avait pas l'air trop emballée par le fait d'être une "élue de Dieu", terme un peu pompeux mais qui voulait tout dire
.

« Prend ton temps. C'pas parce que t'as été désignée que t'es obligée d'suivre ce chemin-ci. T'as la capacité d'utiliser cette arme, voilà tout. »

Lorsque vint le moment de lui révéler la vérité à propos de la mort de ses parents, Lavi profita du fait que Reiko soit assise pour adopter une position compatissante à son égard, n'hésitant pas à prendre ses mains dans les siennes. Ainsi, il conservait un contact avec elle, autre que visuel, lui permettant de lui rappeler sa présence et que, malgré les apparences, elle n'était pas seule. En ces temps de guerres, perdre sa famille était ce qui pouvait arriver de pire. Lavi n'avait pas vraiment de famille, mais il avait vu à quel point cela était douloureux de perdre des amis. Alors une famille... il préférait ne pas y penser. Lentement, en marquant des pauses de temps à autres, il expliqua à la jeune femme comment les choses en étaient arrivées là. Il lui en avait dit un maximum pour qu'elle soit en mesure de comprendre ce qu'il venait de se produire mais il savait qu'elle aurait de nombreuses questions par la suite. Elle s'inquiéta en premier lieu du sort réservé à ses parents, espérant de tout son coeur qu'ils soient désormais et loin de tout ceci.

« Ils le sont maintenant, crois moi. Toute cette souffrance, c'est fini. Tu les as aidé et j'suis sûr qu'ils t'en sont r'connaissants et surtout heureux d'toi voir encore en vie. » répondit-il en lui serrant doucement les mains pour appuyer ses propos

Reiko inspira et expira lentement, essayant probablement de contrôler les légers tremblements qui secouaient son corps. Aucune larme ne venait décorer ses joues mais c'était comme si son corps voulait évacuer toute cette tension, cette tristesse. Malgré tout, elle tint bon, ne se perdant pas en paroles inutiles, s'informant plutôt sur son avenir. C'était une bonne chose, elle allait de l'avant, elle ne restait pas figée sur ce qu'il venait de se passer. Lavi lui offrit un sourire encourageant
.

« L'mieux, ce s'rait qu'tu viennes avec nous voir de quoi il retourne. Mon maître et moi sommes coincés ici jusqu'à au moins demain voir plus, ça dépendra de l'état des rails. Donc si on profitait d'ce petit temps pour envisager ton futur, parler des exorcistes, tout ça ? J'crois que pour cette nuit, t'as déjà bien assez d'infos à encaisser comme ça, non ? C'pas moi qui décide des modalités mais j'peux toujours te dire tout c'que je sais ! » proposa t-il en lâchant ses mains avant de se redresser lentement pour ne pas trop tirer sur sa blessure

Reiko en profita pour saisir l'Innocence qui l'avait choisie comme compatible, l'examinant d'un air absent. Elle se sentait sûrement obligée d'obéir à une volonté supérieure, spectatrice impuisante d'un drame qui aurait pu lui être fatal. C'était dur oui mais il ne fallait pas qu'elle reste à se morfondre sur cet "échec". Lavi savait qu'il lui faudrait un certain temps pour tout accepter et relever la tête mais il ne s'attendait pas à ce qu'elle accepte si vite de devenir exorciste sans même savoir au juste en quoi cela consistait. Il haussa un sourcil, restant planté devant elle à la regarder elle et son arme
.

« T'acceptes ? Hé ben ravi d'te compter parmi nous alors ! On va tout faire pour qu'ton intégration s'passe bien. C'est cool qu'tu sois infirmière, on a t'jours besoin d'un expert en soin. Par contre, notre Ordre est situé... assez loin d'ici j'dois dire, on va avoir quelques jours d'trajet. Si tu veux emporter un maximum de choses, fais. Au pire, on pourra t'jours revenir plus tard. Ouais j'dis "on" car à partir d'maintenant, va falloir compter avec nous, plus question d'être seule ! » répondit-il avec un large sourire

Bien sûr, il doutait que Reiko aborde le sujet avec autant d'enthousiasme que lui, mais il était inutile que lui aussi fasse une triste mine. Oui ce qu'il venait de se passer n'avait rien de drôle mais il ne fallait pas baisser les bras pour autant et Lavi essayait de lui fournir un soutien de son mieux. Le rouquin se tourna, prêt à mettre les voiles avant de réaliser qu'il faisait nuit et que la plupart des gens dormaient. Il était inutile de surveiller l'Innocence puisqu'elle s'était elle-même trouvé un gardien. Ils avaient donc tout le loisir de dormir cette fois. En regardant autour de lui, il constata qu'une bonne partie de la maison ne tenait plus debout. Dormir ici allait être un peu compliqué
.

« Hmm... On crêche à l'auberge près de la gare si tu veux. Pas qu'ta maison n'est pas accueillante mais j'crois qu'il vaut mieux qu'on s'éloigne un peu. Puis comme ça tu rencontrera l'vieux panda même s'il doit encore ronfler sans s'être rendu compte de ma disparition... Ca t'dit d'passer la nuit là-bas ? »

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Mer 30 Mai - 22:46

Ça faisait beaucoup de choses nouvelles en très peu de temps. Beaucoup de découvertes qu'il était difficile d'assimiler pour la jeune femme. Lavi expliquait pourtant clairement ce qu'il en était réellement, du monstre, de l'arme, de l'Innocence comme étant un cristal divin... le fait que, ayant été choisie par cette Innocence, cela la transformait en soldate de Dieu, rendait Reiko assez perplexe. En quoi cela consistait réellement ? Chasser ces « Akumas » comme celui que le rouquin avait exécuté tout à l'heure ? Prendre part à la guerre, aux combats ? Aussi, après avoir pansé la blessure du jeune homme s'assit-elle sur une chaise pour contenir ses tremblements, qui libéraient sa tension, et essayer de réfléchir un peu. Le rouquin en profita pour s'abaisser à sa hauteur en s'accroupissant, et continuer ses explications. Rei n'eut même pas la présence d'esprit de lui dire de se relever: cette position devait tirer sur sa plaie et lui être inconfortable. Mais le choc était tel qu'elle en avait quelque peu perdu ses réflexes. Alors certes, comme il le disait, elle n'était pas obligée d'accepter cette nouvelle voie totalement imprévue, mais bon...

Lavi lui expliqua donc ce qui était arrivé à ses géniteurs. Le schéma pouvait sembler un peu complexe, mais le rouquin prit bien le temps de prendre des pauses afin que la jeune femme puisse assimiler les informations et les comprendre. Reiko apprit donc qu'en réalité, sa mère était morte depuis longtemps déjà, et que c'était l'âme de son père qui avait vécu dans l'enveloppe charnelle de sa femme, sans aucun souvenir de sa vie antérieure. La petite infirmière réprima un frisson de tristesse. Comment tout cela était-il possible... comment n'avait-elle pas pu remarquer ce changement ? Alors qu'elle avait toujours été auprès de sa mère, à lui parler et à l'accompagner...
La jeune femme exprima pourtant l'espoir que tous deux à présent avaient trouvé le repos, sa mère pour avoir porté le fardeau de la tristesse durant des années et avoir laissé ce fardeau la ronger à petit feu, et son père dont l'âme avait du souffrir d'être ainsi utilisée pour animer une machine de guerre. Le jeune homme la rassura quant à cela.

    « Je vous remercie... sans votre intervention, il en aurait été tout autrement. C'est moi qui aurait perdu la vie et mes parents continueraient de souffrir. Merci...beaucoup. »


La voix tremblait un peu, mais les larmes ne coulèrent pas. Pas encore, cela viendrait sans doute plus tard. Elle s'efforça de continuer à comprendre la situation, en respirant lentement afin de contrôler ses tremblements. De quoi allait être fait son futur si elle acceptait cette Innocence ? Aussi posa-t-elle la question à Lavi, qui lui proposa, le temps que lui-même et son mentor resteraient à Piateda, ce qui ne serait l'affaire que de quelques jours tout au plus, de discuter de tout cela calmement. Elle contempla la dague qu'elle tenait entre ses mains, tandis que le rouquin se relevait précautionneusement pour ne pas se faire mal. Au fond, pensa-t-elle, pourquoi pas ? Elle n'avait plus vraiment rien à perdre. Elle savait que son choix pouvait paraître un peu hâtif, mais elle préférait se décider maintenant plutôt que de cogiter des heures durant à peser le pour et le contre et à tourner en rond. Aussi redressa-t-elle la tête et annonça-t-elle qu'elle acceptait son futur rôle d'exorciste. Elle parvint même à ponctuer ses paroles d'un sourire, certes sans aucune joie, mais avec sincérité.

    « J'essayerais de faire de mon mieux. J'ai encore beaucoup de questions, à vrai dire... »


Mieux valait pour le moment qu'elle les garde pour elle. Lavi lui en avait déjà dit beaucoup, et si elle commençait à les poser, il lui serait difficile de s'arrêter. Donc pour le moment, un temps mort s'imposait. Le rouquin eut plutôt l'air ravi de pouvoir la considérer comme une future collègue, même si son étonnement n'avait pas échappé à Rei. Elle ne revint pourtant pas sur sa décision.
Le borgne lui apprit entre autre que l' « Ordre » n'était pas la porte à côté et qu'un long trajet allait être nécessaire afin de rejoindre ce quartier général. Prendre quelques affaires était donc plutôt recommandé. La jeune femme répondit avec un sourire aux paroles de l'exorciste.

    « Je note ! Je vais essayer de prendre quelques affaires alors. »


Tandis que Lavi s'apprêtait à sortir de la pièce, il fit remarquer que l'habitation était devenue plutôt inhospitalière. Là dessus, Reiko ne pouvait pas vraiment le contredire. C'était d'ailleurs une chance qu'il n'y ait pas de voisins directs. Aussi lui proposa-t-elle de passer la nuit à l'auberge, où devait dormir en ce moment même le coéquipier du jeune homme. Il l'avait d'ailleurs doté d'un drôle de surnom, le « vieux panda ». Qu'est-ce qui lui valait donc ce sobriquet ? Rei se promit de reposer la question à l'occasion, à moins que ce nom ne prenne tout son sens lorsqu'elle rencontrerait l'autre exorciste. Quoiqu'il en soit, elle accepta, d'une parce qu'elle préférait avoir un toit au dessus de sa tête, et de deux parce qu'elle doutait de pouvoir trouver le sommeil dans ce lieu où elle avait assisté à une vraie catastrophe. Elle demanda simplement à Lavi de lui laisser le temps de prendre quelques affaires personnelles.

Ce fut l'affaire de quelques minutes. Une partie de sa chambre avait été dévastée par l'Akuma, mais ce n'était pas bien grave: le plus important n'avait pas été touché. Elle prit donc une valise où elle fourra quelques vêtements, son argent, quelques livres, plusieurs flacons de médicaments de sa préparation, d'autres objets personnels et surtout, son gros manuscrit sur les plantes, sur lequel elle travaillait depuis des années, ce qui constituait une chose à laquelle elle tenait fortement. Une fois que cela fut fait, elle rejoignit Lavi à l'entrée de la maison, l'Innocence toujours dans sa main, qui avait conservée sa forme de dague.

    « Je n'aurais jamais cru que de telles choses existaient... à part dans les livres. »


Commença-t-elle à murmurer, le regard rivé sur l'arme, autant pour elle-même que pour son interlocuteur. Elle passa ensuite son attention sur le rouquin, dans l'optique de lui poser non pas des questions sur l'Ordre, les exorcistes ou les akumas, mais plutôt sur lui-même. À ce qu'elle avait compris, ils allaient être collègues, alors autant faire connaissance comme il se fallait.

    « Cela fait longtemps que vous êtes exorciste ? Quel âge avez-vous, si ce n'est pas indiscret ? »


Son intention n'était pas non plus de le noyer sous une tonne de mots, aussi essaya-t-elle de limiter ses propos. Sous ses paroles elle essayait également de penser à autre chose que l'événement qui s'était déroulé un peu plus tôt dans sa maison à présent à moitié en ruines.
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Jeu 31 Mai - 10:20

S'il y avait bien un moment que Lavi détestait dans son métier d'exorciste, c'était bien celui où il fallait expliquer au commun des mortels la situation qu'ils venaient de vivre lorsque cela concernait des Akuma. Quand l'Akuma n'était qu'une personne banale, ce n'était déjà pas simple à expliquer mais lorsque cela touchait au domaine familial, cela devenait d'autant plus délicat. Qui appréciait de savoir qu'un membre de sa famille est devenu un monstre et que l'âme d'un autre membre est torturée sans relâche jusqu'à ce qu'un exorciste vienne y mettre fin ? Mais avant de réaliser tout ceci, il fallait déjà accepter le fait que de tels monstres existent et qu'il était possible de ressuciter les morts. La nécromancie était un terme connu et tabou et beaucoup croyaient qu'il ne s'agissait là que d'un mythe... tout comme l'existence de pareils démons. Il est difficile de croire à tout cela lorsque l'on a pensé que ce n'était que des contes pour enfants pendant de longues années. Malheureusement, après avoir assisté à une telle scène, il était difficile de nier l'évidence. Certaines personnes persistaient à croire qu'elles avaient rêvé et que tout ceci était pûrement impossible. Mais Reiko elle, l'assimilait plutôt rapidement. Elle ne faisait aucun chichi, n'essayait pas de se voiler la face et même si elle parlait peu, elle restait cohérente. Elle devait posséder une sacrée force de caractère pour ne pas se laisser ébranler par ce qu'elle venait de voir. Bien sûr, elle était secouée, rien de plus normal, mais elle parvenait à se reprendre assez vite, pour la plus grande satisfaction du rouquin.

La jeune femme le remercia d'ailleurs à plusieurs reprises d'avoir mis un terme à la souffrance de ses parents et de lui avoir sauvé la vie. Lavi devait l'avouer, il était soulagé d'être arrivé à temps. Même si depuis sa plus tendre enfance il était habitué à voir les gens mourir, y assister n'était jamais agréable. Tuer des Akuma était devenu une activité routinière pour beaucoup d'exorcistes qui oubliaient rapidement que par la même occasion, ils libéraient aussi les âmes prisonnières. Lavi l'oubliait, parfois. Mais pas cette fois. La détresse de Reiko n'était pas palpable, mais il la sentait tout de même et était content d'avoir pu la soulager un minimum
.

« Pas sûr. De ce que j'ai pu voir, tu avais pas mal endommagé l'Akuma, tu aurais pu le tuer seule je pense. Enfin, ce qui compte, c'est que tu sois en vie et tes parents libérés de leurs tourments ! Ne m'remercie pas, je fais juste mon travail. Et puis, j'allais pas laisser une si jolie fille se faire tuer sous mes yeux ! » répondit-il avec un large sourire

Tout venait d'être chamboulé en un instant dans la vie de Reiko. Ses parents étaient morts, sa maison en ruine et une Innocence venait de la choisir comme élue de Dieu. Si on le lui avait dit la veille que tout cela allait arriver, elle aurait probablement rit en n'y croyant pas un seul instant. Pourtant, tout cela venait de se produire en quelques minutes à peine. Si tout c'était déroulé très vite, il lui fallait maintenant plus de temps pour s'y faire. Malgré tout, Reiko reprit rapidement du poil de la bête et après quelques éclaircisements sur la situation, elle accepta rapidement de devenir exorciste même si elle ne savait pas encore trop à quoi s'attendre. Probablement sautait-elle sur l'occasion pour changer de vie, plus rien ne la retenant dans ce petit village. Lavi ignorait quelle vie elle menait avant mais à la voir ainsi se décider si vite, il supposa que seule sa famille la rattachait à cet endroit. Quoiqu'il en soit, Reiko fit bonne figure et admis qu'elle avait encore beaucoup de questions. Quoi de plus normal ?


« C'est plutôt bien partit j'dirai. A peine ton Innocence entre les mains, tu t'en servais déjà ! Tu feras une exorciste de talent, c'est certain. Pour tes questions, n'hésites pas d'acc ? J'suis là pour ça, demande moi ce que tu veux. On a plusieurs jours de voyage devant nous, t'auras le temps de tout savoir. » affirma t-il en levant le pouce d'un air enthousiaste

En parlant de voyage, Lavi supposa qu'il valait mieux qu'elle fasse ses valises dès à présent. L'endroit était devenu un tas de ruine et même si une partie de la maison tenait encore debout, y dormir ne semblait pas être une bonne idée. Qui sait à quel moment le mur choisirait de choir à son tour, risquant d'achever la future exorciste qui était pourtant parvenue à garder la vie sauve ? De plus, le rouquin doutait que la jeune femme parvienne à dormir sur les lieux du drame. Ou même à dormir tout court. Après une telle mésaventure, difficile d'avoir l'esprit apaisé suffisament pour pouvoir fermer l'oeil. Cependant, il lui proposa de se joindre à lui afin de retourner à l'auberge où il résidait avec son maître, le temps de pouvoir reprendre leur route. Reiko accepta et se dirigea vers une autre pièce pour préparer ses affaires.

Lavi patientait calmement, addosé à l'un des murs de la maison, les bras croisés. Il était inutile de suivre la jeune femme partout alors qu'elle rassemblait les divers objets qu'elle souhaitait emmener. Etre seule quelques minutes ne lui ferait pas de mal et lui permettrait même de souffler un peu, loin de celui qui avait amené avec lui tout un tas d'interrogations et son lot de nouvelles choses toutes plus étonnantes les unes que les autres. Lavi souhaitait qu'elle prenne son temps, qu'elle ne s'empresse pas de vouloir tout oublier pour faire comme si rien ne s'était passé. Après tout, cela faisait maintenant partit d'elle et le renier ne ferait pas avancer les choses. C'était parfois plus facile à dire qu'à faire cependant. Quelques minutes plus tard, Reiko le rejoignit, s'arrêtant à sa hauteur, son sac dans une main, son arme dans l'autre. Cela semblait laisser la jeune femme des plus perplexes, ce qui n'avait rien d'étonnant. Lavi posa le regard sur le sac, hésitant à le lui prendre des mains ou non. Il était possible que cela rassura la jeune femme d'avoir quelque chose de personnel près d'elle. Ainsi, il préféra lui poser la question
.

« Il existe tant de choses dont on a même pas idée, crois moi... La majorité de la population vit dans l'ignorance et ce n'est pas plus mal. Inutile de savoir ce genre de choses tant que l'on y est pas confronté. Ca ne ferait qu'ajouter un vent de panique dont on se passerait bien. La guerre fait suffisament de ravages comme ça. Tu veux que je porte ton sac ? » demanda t-il en tendant la main vers elle

Alors qu'ils se mettaient en route, Reiko se mit à poser de nouvelles question à l'exorciste. Mais cette fois, contre toute attente, elles ne concernaient ni son avenir ni les Akuma mais plutôt son interlocuteur. Celui-ci haussa les sourcils, ne pensant pas que cela l'intéresserait. Il était surtout étonné de la voir se lancer dans une conversation, ayant plutôt imaginer qu'elle fera le voyage en silence, engloutie dans un mutisme post-traumatique. Cela viendrait peut-être plus tard... Pour le moment, elle agissait naturellement, comme si aucun drame ne s'était produit. Elle ne manquait pas de force d'esprit, c'était certain. Souhaitant l'aider dans cette démarche, Lavi sauta sur l'occasion pour essayer de lui faire penser à autre chose qu'à ce qu'il s'était produit un peu plus tôt
.

« 18 ans ! Ca fait plus de deux ans que je suis exorciste, ce n'est pas énorme comparé à certains qui le sont depuis des dizaines d'années ! On prend vite le pli, tu verra. Et toi, ça te fait quel âge ? Enfin je sais qu'on demande pas ce genre de choses à une fille mais... c'est pour ma culture personnelle ha ha ! T'es d'origine quoi d'ailleurs ? Japonaise je suppose vu qu'on parle comme ça depuis tout à l'heure. Ca fait longtemps que tu vis ici ? J'aurais cru que tu parlais italien malgré tout. Oh et d'ailleurs, tu peux m'tutoyer hein ! On va être collègues après tout ! »

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Ven 1 Juin - 13:07

Pour quelqu'un qui avait vu sa mère se transformer en monstre et mourir sous ses yeux dans un torrent de flammes, Reiko arrivait plutôt bien à supporter le choc. Mais pourtant, elle était encore bien trop traumatisée par les récents événements, ce qui l'empêchait plus ou moins de verser ses larmes pour le moment ou d'entamer le moindre processus de deuil. Sauf que résultat elle pouvait passer pour une insensible, ce qui n'était guère le cas. Elle essayait le plus possible de s'accrocher à la réalité et sur ce qui allait se dérouler à présent. En tout cas, elle remercia le rouquin d'être intervenu dans la bataille et d'avoir achevé le monstre et par la même, l'âme de son défunt père qui y était emprisonnée. Elle espérait à présent que tous deux aient trouvé la paix, surtout sa mère, qui depuis la disparition de son mari s'était peu à peu laissée dépérir. Rei avait été incapable de lutter contre ce déclin, malgré tous ses efforts, son écoute et son soutien. C'était évident, car après tout, elle n'avait guère pu remplacer son défunt géniteur auprès d'elle.

Lavi lui répondit avec gentillesse. Il avait peut-être simplement fait son travail mais la jeune femme avait tenu sincèrement à le remercier. Il affirmait qu'elle aurait pu elle-même en finir avec l'Akuma, étant donné qu'elle l'avait blessé plutôt sérieusement, mais Rei en doutait tout de même. Bien que le monstre n'avait rien eu d'humain, il s'était agi à la base de sa mère... et sans doute n'aurait-elle jamais pu donner le coup final à la créature. Le jeune homme finit par ponctuer ses propos d'un compliment qui fit rosir fortement les joues de la petite japonaise. Après tout, on ne lui avait jamais dit ce genre de chose auparavant.

    « M-Merci beaucoup... »


Réussit-elle à balbutier. En tous les cas, elle n'avait à présent plus rien à perdre, ni plus rien qui ne la rattachait à ce petit village. Certes elle aimait beaucoup Piateda, après tout c'était dans cette petite bourgade italienne qu'elle avait grandi, mais elle la connaissait si bien que c'en était devenu lassant. Et par ailleurs, ce n'était pas parce qu'elle y vivait depuis 18 ans qu'elle s'était faite une foule d'amis qui regretteraient son départ. Et puis, pouvoir libérer des âmes en peine, emprisonnées dans des mannequins de fer destinés à détruire... Reiko pouvait à présent non seulement sauver les vivants mais également les morts. Voilà qui donnait une nouvelle dimension à ses idéaux. De quelque manière que ce soit, elle ne se voyait pas refuser cette Innocence, et c'est pourquoi elle annonça à Lavi qu'elle acceptait son futur rôle d'exorciste, même si cette décision pouvait sembler très soudaine. Mais pourquoi attendre ? Elle ne souhaitait guère cogiter là dessus pendant des heures, et elle aurait sans doute tout le temps d'en apprendre plus sur les exorcistes et les Akumas – elle tenterait d'en apprendre le maximum pendant les quelques jours de voyage vers l'Ordre avec les deux soldats de Dieu actuellement coincés à Piateda.

    « D'accord ! J'espère que je ne vous ennuierais pas trop avec toutes mes questions... »


À l'heure qu'il était elle avait réussi à mettre un peu d'ordre dans sa tête, mais le tout restait globalement très confus. La nuit porterait conseil, même s'il était certain qu'elle n'arriverait guère à fermer l'œil, non seulement à cause du choc et de l'excitation, mais aussi parce qu'elle n'avait plus vraiment de toit à présent... l'Akuma n'avait pas fait les choses à moitié. Lavi lui fit tout de même la proposition de venir avec lui à l'auberge où se trouvait déjà son mentor, plutôt que de rester dans la maison en ruines, ce que l'infirmière accepta. Elle laissa donc le rouquin seul quelques minutes pour aller rassembler quelques affaires et prendre le temps de souffler un peu. Ne voulant pourtant pas trop faire attendre le jeune homme non plus, elle attrapa un sac sous son lit et y jeta ce qui lui semblait être l'essentiel, à savoir des vêtements, des effets personnels et surtout son gros manuscrit de phytologie sur lequel elle travaillait depuis des années. Une fois que tout fut fait, elle referma la valise et l'empoigna dans une main, l'autre étant toujours occupée par l'Innocence en forme de dague. Le poignard était toujours nimbé d'une douce lumière blanche plutôt irréelle. En marchant aux côtés de l'exorciste, elle s'étonna à haute voix que de pareilles choses puissent réellement exister. Lavi fit écho à ses paroles, avant de lui proposer de porter sa valise.

    « Je veux bien vous croire. Il y en a quand même qui assistent à ce genre de situation non ? C'est peut-être de là que viennent les légendes... oh, merci... »


Finit-elle en laissant le rouquin prendre les anses de son sac. Elle fit ensuite en sorte de continuer la conversation en interrogeant le jeune homme sur lui-même. C'était plus dans le but d'essayer de penser à autre chose, mais aussi de connaître un peu mieux son futur collègue. Rei lui avait donc demandé son âge et depuis combien de temps il travaillait en tant qu'exorciste. Lavi lui révéla que cela faisait à présent 2 ans et qu'il avait 18 ans, soit le même âge que la jeune femme. Reiko lui aurait donné la vingtaine à vrai dire, il était tout de même plutôt grand et faisait montre d'une certaine confiance en lui qui le faisait gagner en maturité. Il renvoya cette question à la jeune femme, notant au passage qu'il était conscient que ce n'était pas le genre de chose que l'on demandait à une fille d'habitude, avant de l'interroger sur ses origines.

    « Je ne comprendrais jamais pourquoi on ne demande pas ce genre de chose, fit-elle avec un sourire, en tout cas j'ai 18 ans aussi. Je te vouvoyais parce que je t'aurais imaginé un peu plus vieux, la vingtaine, dans ces eaux-là. Et oui, je suis japonaise, mais j'ai toujours vécu en Italie. Je parle aussi la langue, démontra-t-elle en délaissant le japonais pour la mélodieuse langue latine et en continuant avec. Et toi tu es de quelle origine ? »


Elle hésitait à lui demander s'il était lui aussi japonais, après tout il avait un peu les traits asiatiques, mais ses cheveux de feu trahissaient une autre origine. Tandis qu'ils continuaient à discuter, ils arrivaient finalement aux murailles du village et entrèrent dans Piateda. La foule qui se pressait tantôt sur la place principale avait fini par se disperser, rien de plus normal étant donné l'heure qu'il était – à savoir 22h passées. Le même calme semblait régner à l'intérieur de l'auberge, quoiqu'il restait encore quelques personnes éveillées dans le hall du bâtiment, aux portes encore ouvertes.
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Ven 1 Juin - 19:46

Lavi avait le sens des priorités. Il plaisantait souvent, prenait les choses avec légèreté mais jamais il ne perdait de vue son objectif du moment. Même en plein milieu d'une mission périlleuse, il parvenait à ne pas prendre les choses au sérieux. Malgré tout, il connaissait son but et s'atelait à tout mettre en oeuvre pour l'atteindre. Peu importe la façon tant que la mission était un succès, non ? Alors autant y mettre de la bonne humeur. C'était ainsi qu'il faisait depuis qu'il était exorciste et cette façon d'être n'avait censé de prendre le pas sur tout ce qu'il faisait. C'est donc naturellement que le rouquin plaisantait et ne pointait pas du doigt la gravité de la situation à laquelle faisait face Reiko. Quel besoin avait-il de prendre une voix grave et d'insister sur les pertes qu'elle venait de subir ? Quel besoin d'en rajouter une couche en rappelant à quel point c'était horrible et triste ? C'était inutile, cela n'aurait fait que rajouter un poids supplémentaire et absolument pas nécessaire sur les épaules de la jeune femme.

C'est ainsi qu'il essaya de lui expliquer de son mieux la situation, tentant de la rassurer quant au devenir de ses parents. Ce n'était jamais facile d'accepter une mort, alors de voir un être cher devenir un monstre... Lavi espérait qu'à son tour, Reiko ne commettrait pas l'erreur de vouloir ramener sa mère à la vie. Après tout, beaucoup de gens étaient incapable de faire leur deuil et le Comte Millénaire ne loupait jamais une occasion de créer de nouvelles machines de mort. Néanmoins, après avoir été témoin du résultat, il était fort peu probable que la japonaise tente l'expérience, même désespérée. C'était le genre de vision qui marquait profondement.

Reiko lui faisait l'impression d'être une femme forte, volontaire, réfléchie et surtout très jolie. Lavi ne manqua d'ailleurs pas de le lui faire remarquer, ce qui la fit réagir au quart de tour, empourprant ses joues. La réaction amusa le rouquin dont le sourire s'agrandit, préférant ne rien ajouter de plus afin de ne pas la mettre davantage dans l'embarras. Aussi jolie cette fille était-elle, elle n'était désormais plus une inconnue mais une future collègue. Bien qu'elle ait déjà accepté son rôle d'exorciste, il lui manquait encore bien des informations pour qu'elle soit en mesure de comprendre l'étendue de la chose. Lavi comptait bien s'appliquer à lui en dire un maximum avant qu'ils n'atteignent la Congrégation. Ainsi, si jamais elle changeait d'avis en cours de route, elle pourrait toujours faire demi-tour, bien qu'elle disait que rien ne la retenait ici
.

« T'inquiètes. On est collègues maint'nant ! J'suis là pour t'épauler alors n'hésites pas. J'adore parler alors tu penses bien qu'ça m'ennuiera pas ! » assura t-il d'un hochement de tête

Cependant, l'heure n'était plus aux questions mais au repos et à la réflexion. Dormir semblait un peu hors de portée pour le moment, pour l'un comme pour l'autre. Il était inutile de bourrer le crâne de Reiko d'informations, mieux valait lui fournir des réponses au fur et à mesure afin qu'elle soit à même de tout comprendre. Il fallait dire que ce n'était pas des plus simples car, avouons le, c'était plutôt difficile à croire. Le fait qu'elle ait été témoin de choses extraordinaires l'aiderait néanmoins à accepter le fait qu'elles étaient réelles et pas seulement le fruit de son imagination. Cela risquait probablement de hanter ses rêves pendant quelques temps. Toutefois, avant d'envisager de dormir, il fallait trouver un endroit pour le faire et la maison récemment transformée en champ de bataille ne présentait plus vraiment les caractéristiques idéales à un bon repos. Murs détruits, mobilier fracassé, toit qui menaçait de s'effondrer à tout moment... L'auberge restait la meilleure solution. Ainsi, Lavi invita la jeune femme à le suivre pour la mener à un endroit sûr où elle pourrait enfin souffler. Reiko accepta et s'éloigna afin de faire son sac. Quelques minutes plus tard, elle rejoignit le rouquin qui l'attendait à la sortie de ce qu'il restait de la maison. Puisqu'elle accepta sa proposition, Lavi attrapa le sac et le balança par dessus son épaule, le maintenant d'une main tandis qu'il marchait à côté de la japonaise
.

« A ton service Rei-chan ! C'est vrai, certains y assistent. Mais généralement ils sont plus en vie pour en parler ensuite. Les rares survivants, personne les croit. Mais ouais, ça alimente la légende effectivement. Parfois, mieux vaut que ça reste à ce stade dans les esprits je pense. »

Tout en marchant, ils continuaient de parler. Il y avait un peu de marche jusqu'à l'auberge alors autant combler le vide. Après une soirée pareille, cela ne pouvait que leur faire du bien. Par la même occasion, cela leur permettait d'apprendre à se connaitre un peu mieux. Ils allaient sûrement être emmené à travailler ensemble alors il était préférable de commencer à en apprendre un peu plus sur l'autre pendant qu'ils le pouvaient. Reiko fut étonné d'apprendre l'âge de Lavi, expliquant alors que c'était pour cette raison qu'elle l'avait vouvoyé jusqu'à présent. Il n'était pas rare que les gens se trompent sur l'âge du rouquin mais cela lui était arrivé moins fréquemment depuis qu'il était arrivé à la Congrégation. Son caractère enfantin et joueur n'y était sûrement pas étranger. La jeune femme se mit à parler en italien pour souligner ses paroles, rapidement imité par l'apprenti bookman.

« C'est toujours pratique de parler plusieurs langues ! Surtout quand on voyage ! T'as voyagé déjà toi ? En tout cas là tu vas avoir l'occasion ! C'est cool, on a l'même âge en fait. La majorité des exorcistes ont cet âge environ, tu te sentira pas trop dépaysée ! » répondit-il avec entrain, tapotant sur le flanc du sac d'un air joyeux

Puis vint la question sur les origines du rouquin. Lavi resta silencieux sur le coup, ne sachant pas quoi répondre. Qu'était-il au final ? Un mélange ? Avait-il réellement une origine ? Il n'en savait rien lui-même. Il était condamné à ne devenir personne après tout. Il n'avait même plus de nom. Alors une origine... Cependant, il ne comptait pas ignorer la question de la jeune femme
.

« Mon origine à moi ? Hé bieeeen... Je n'en ai pas vraiment. J'appartiens à mon clan, c'est tout. Mon clan étant originaire du monde entier... disons que j'ai diverses origines. Ce s'rait trop long de faire une liste ! » fit-il en riant légèrement

Enfin ils atteignirent l'auberge. Beaucoup de personnes devaient dormir car par rapport au moment de l'arrivée des bookmen, la salle d'entrée était quasiment vide. Encore quelques couche-tards qui trainaient, buvant un verre, mais rien de plus. Lavi ne s'attarda pas à leur sujet et monta à l'étage pour se diriger vers la chambre qu'il avait loué, faisant signe à Reiko de le suivre. Au moment où il posa la main sur la poignet, il tourna la tête vers la jeune femme puis ouvrit la porte avant de s'y engouffrer, parlant à voix basse
.

« C'est notre chambre, on va pouvoir se poser. L'vieux doit dormir encore alors on va éviter de faire trop de b... »

Lavi ne pu terminer sa phrase, percuté d'un violent coup de pied qui l'envoya promener à quelques mètres de là, perdant le sac en cours de route qui tomba mollement au sol. Bookman ne s'était pas privé pour violenter le rouquin comme lorsque celui-ci faisait quelque chose qui lui déplaisait. Remarquant que ce dernier n'était pas seul, il posa les yeux brièvement sur Reiko avant de tourner la tête vers Lavi.

« C'est comme ça que tu montes la garde, stupide disciple ? Tout ça pour aller chercher une fille en plus ? Animal... » fit le Bookman sur un ton de reproche en regardant son élève d'un air sévève
« Mais ça fait un mal de chien, je suis blessé, t'as oublié, vieux panda sénile ?! » marmonna Lavi en se tenant le flan, grimaçant « L'Innocence... s'est barrée, j'ai courru après... Elle a trouvé son compatible aux prises avec un Akuma... Je l'ai ramené avec nous pour qu'elle devienne exorciste.... T'avais aucune raison de me frapper ! »

Le petit homme reposa les yeux sur Reiko et s'avança vers elle avant de prendre ses mains dans les siennes.

« Bienvenue jeune fille. Je n'ai pas de nom mais tu peux m'appeler Bookman. Excuse cet idiot, il ne sait pas se tenir. Nous sommes ravis que tu deviennes une alliée mais je pense que nous parlerons de tout ceci demain, au calme. Tu peux prendre le lit si tu le désires, nous resterons à côté si besoin est. »

Lavi se redressa et ramassa le sac pour aller le poser sur le lit afin qu'il ne traine plus au milieu du passage. Il se posa sur le bord le temps de reprendre son souffle. Bookman était vieux mais il n'y allait vraiment pas de main morte.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Sam 2 Juin - 0:15

Reiko devait bien avouer que lorsque Lavi avait évoqué qu'il était possible de ramener les morts à la vie, elle avait eu une demi-seconde d'espoir... avant de se rappeler à quoi conduisait cet acte interdit. Oui, interdit, puisque c'était contre nature. La mort faisait partie de la vie, et aussi grande pouvait être la tristesse d'avoir perdu quelqu'un de très cher, il fallait bien finir par accepter la disparition de ces êtres proches avec qui on a tant partagé. Il fallait vivre avec, c'était d'ailleurs bien connu: l'épreuve est plus difficile pour ceux qui restent. Enfin, pour le moment, Rei ne suivait pas ce cheminement dans sa réflexion. Elle se disait plutôt qu'elle préférerait laisser sa vie plutôt que de créer une pareille monstruosité à partir de l'âme d'un de ses parents. Elle comprit bien les explications que lui donnaient patiemment l'exorciste et lui était reconnaissante pour bien des choses, et le remercia déjà pour avoir mis fin au calvaire qu'avait enduré son père. La jeune femme acceptait son rôle de soldate de Dieu, même s'il restait encore de nombreux points sombres qu'il faudrait éclaircir dès que possible, mais ce n'était pas pour maintenant. Les joues rougies par le compliment du rouquin, elle prévint par avance qu'elle aurait sans doute beaucoup de questions et elle espérait que cela n'ennuierait guère son futur collègue. Ce dernier la détrompa, arguant qu'ils étaient à présent des collègues et que comme il aimait parler, cela ne le dérangeait en aucun cas. Cela fit naître un sourire d'amusement sur les lèvres de l'infirmière: elle avait d'ores et déjà remarqué que Lavi était plutôt bavard, mais cependant pas dans le genre égoïste qui aime s'écouter parler, loin de là.

Impossible en tout cas de pouvoir trouver le sommeil dans la bâtisse en ruines qu'était devenue la maison des Hazuki. Le borgne ayant proposé de passer la nuit à l'auberge du village, Reiko accepta et alla préparer un sac où elle fourra l'essentiel de ses affaires. Cela ne prit guère longtemps, et une fois ressortie de la pièce, elle sortit du bâtiment en compagnie de Lavi et ils purent commencer à descendre de la colline pour rejoindre la cité. Elle laissa le rouquin prendre son sac qu'il mit sur son épaule, tandis que sa main gauche tenait toujours l'Innocence qui avait choisi la jeune femme pour être sa compatible. Ils causèrent aussi de ces phénomènes que la population n'était pas censée connaître et qui pourtant existaient à l'insu de tous, qui n'étaient contées que sous forme de légendes et de mythes, de ces histoires que l'on raconte aux enfants pour leur faire peur et les dissuader de faire des bêtises...

    « Je suis d'accord.... et j'imagine que c'est d'autant pire lorsqu'il s'agit de personnes superstitieuses, n'est-ce pas ? »


Il fallait bien avouer qu'ici en Italie, c'était bien le cas. Rei avait souvent remarqué que parmi les personnes âgées qui vivaient à Piateda, nombreuses étaient celles qui avaient leurs petits rituels et qui étaient très superstitieuses. Elle se souviendrait toujours de cette vieille dame qu'elle avait pris en soin une fois et qui lui avait confié qu'elle jetait tous les soirs du sel sur le palier de sa porte pour chasser le mauvais œil. ''Grand bien lui fasse'' avait alors pensé la jeune femme, qui n'avait jamais cru à ce genre de choses... jusqu'à ce soir. Quoiqu'elle doutait qu'une poignée de chlorure de sodium soit suffisante pour détruire un démon comme un Akuma.

Reiko se décida ensuite à en apprendre un peu plus sur son interlocuteur; ils avaient bien le temps de discuter avant d'atteindre l'auberge, et mieux valait échanger quelques mots plutôt que de se murer dans un silence qui n'amènerait rien d'autre que de mauvaises pensées. Elle apprit donc que son futur collègue était âgé de 18 années, comme elle. Elle lui aurait pourtant donné plus que ça, 20 ans minimum, et c'était en vertu de cette raison qu'elle l'avait vouvoyé tout d'abord. La conversation passa ensuite du japonais à l'italien, changement auquel s'adapta Lavi. Il parlait tout aussi remarquablement bien l'italien que le japonais. Il lui demanda alors si elle avait déjà voyagé. En répondant, elle leva le regard vers les montagnes qui s'élevaient non loin d'eux.

    « Non... pas vraiment. Je suis née au Japon mais je n'avais que quelques mois lorsque nous sommes venus en Italie. Je n'ai jamais quitté Piateda depuis... tu as du voir de nombreux pays dans ce cas, fit-elle en regardant une nouvelle fois le rouquin, en tout cas tu parles vraiment bien. »


Lorsqu'il évoqua les autres exorcistes, Reiko fut tentée de lui demander combien y avait-il au total, mais elle pensa que ce n'était guère le genre de questions qu'il fallait poser pour le moment. Cela attendrait le lendemain. Elle répondit à la question de ses propres origines avant de la retourner à Lavi, qui resta silencieux pendant quelques instants. La jeune femme craignit d'avoir mis mal à l'aise le rouquin et s'apprêtait à retirer cette question quand il finit par répondre qu'il avait plusieurs origines. Cela pouvait expliquer l'association de ses cheveux de feu avec ses traits qui rappelaient quelque peu ceux des habitants de l'Orient.

En tous les cas, ils finirent par arriver dans le village et à atteindre l'auberge dans laquelle ils se reposeraient. Quelques personnes étaient encore éveillées, qui buvaient des verres d'alcool au comptoir du bar, mais le hall restait tout de même silencieux. Répondant au signe du jeune homme, elle lui emboîta le pas et ils montèrent l'escalier, arrivant bientôt à la porte de la chambre. Lavi ouvrit doucement le battant et adressa quelques mots à la jeune fille à voix basse, pour éviter de réveiller le mentor qui s'y reposait déjà... lorsque quelque chose surgit devant eux et frappa de plein fouet le rouquin qui se retrouva à terre à quelques mètres de là.

    « AH ! Lavi !! »


Le jeune homme parvint à se redresser sans trop de mal, mais il avait sa main collée à son flanc, à l'endroit de sa blessure. Reiko jeta un œil sur ce qui avait pu faire valser ainsi l'exorciste, et fut surprise de découvrir un petit monsieur qui devait faire pas loin de 90 ans, de plus petite taille qu'elle, et aux yeux barbouillés de noir. Voilà qui expliquait l'appellation « panda » qui l'avait tant étonnée tout à l'heure. Le vieil homme réprimanda sévèrement Lavi, lui reprochant de ne pas avoir monté la garde comme il le fallait. Le rouquin ne resta pas sans rien faire et riposta, exposant la situation à son mentor. La jeune femme suivit l'échange avec beaucoup de perplexité. Voilà une drôle de relation maître-disciple ! Après avoir écouté les explications de l'exorciste, le vieillard reporta son attention sur Reiko et vint se poster face à elle pour lui prendre ses mains et se présenter sous le nom de Bookman.

    « En-enchantée. Mon nom est Reiko. Pardonnez-moi si je me mêle de ce qui ne me regarde pas, mais ne soyez pas sévère avec Lavi, c'est grâce lui si je suis encore en vie. »


Elle s'inclina devant Bookman en signe de respect, comme le lui dictait sa culture japonaise. Ce geste avait pour elle une importance particulière et elle trouvait parfois que cela manquait dans les pratiques occidentales. En ce qui concernait le reste de ses questions, cela attendrait le lendemain. Elle suivit ensuite le rouquin à l'intérieur de la pièce, et s'adossa au mur en face de lui, déposant la dague sur la petite table près de la fenêtre.

    « Tu devrais te reposer, fit-elle à l'attention du jeune homme, le combat et ta blessure ont du grandement t'affaiblir. »


Oui, mieux valait qu'il dorme et qu'il reprenne des forces. Il en avait bien plus besoin que Reiko qui, de toute manière, doutait de pouvoir trouver le sommeil cette nuit...
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Sam 2 Juin - 16:33

Généralement, lorsque l'on découvrait de nouvelles choses, on avait tendance à s'émerveiller, à vouloir en apprendre davantage, à occulter le fait que c'était même potentiellement dangereux... Bien sûr, tout dépendait de la chose en question. La magie faisait partie du monde mais bien peu de personnes étaient en mesure de savoir l'utiliser. C'était quelque chose qui se transmettait de génération en génération et qui était rarement enseigné à des personnes extérieures. Ainsi, la plupart des gens pensaient encore que la magie n'était qu'une fiction inventée par d'autres afin de leur permettre de rêver un peu. Comme si les humains pouvaient, quelque part, jouer aux dieux. Parmi les gens qui finissaient par y assister, rares étaient ceux qui s'émerveillaient au final. La plupart criait à la sorcèlerie ou pensait être victime d'hallucinations.

Reiko, elle, avait plutôt bien assimilé les faits et malgré la dureté de la situation, elle n'avait pas reculé. A aucun moment elle ne s'était plaint, à aucun moment elle n'avait cherché à fuir. Elle avait même attaqué l'Akuma alors que la plupart des gens seraient restés tout bonnement pétrifiés. Lavi ne pouvait le nier, elle avait des réflexes. Et le fait qu'elle soit compatible avec l'Innocence était réellement une bonne chose. D'après ce qu'il avait compris en plus, elle était infirmière. La perspective d'avoir une nouvelle collègue, agile, débrouillarde et dotée de talents de soin n'était vraiment pas négligeable. Surtout lorsqu'elle était mignonne comme la japonaise. Avait-il touché le gros lot ? Lui qui n'avait fait que courir après une Innocence, finalement il récupérait une exorciste et une jolie fille. Il était gagnant au change ! Pour le moment elle restait une simple compatible tant qu'elle n'endossait pas le rôle d'une exorciste mais Reiko avait l'air motivé pour le devenir, plus vite que ne l'aurait cru le rouquin. Ce n'était pas plus mal. Ainsi, il n'aurait pas à essayer de la persuader et n'aurait pas l'impression de la forcer à suivre un futur qui ne lui plairait peut-être pas. Pour le moment, il s'atelait à répondre à ses diverses questions
.

« Des fois on a affaire à de vrais fanatiques, c'est flippant ! Une fois d'ailleurs on s'est fait capturer par des villageois persuadés qu'nous étions des sauveurs, des envoyés de Dieu venu exprès pour les libérer du Malin... Bon dans un sens c'est vrai, mais ils font une de ces mises en scène... J'te jure c'est pas triste ! C'est un travail comme un autre, d'un certain côté... On protège simplement la population d'une manière un peu plus magique que la police ou l'armée. Dans l'esprit des gens, les exorcistes sont... très différents de ce que nous sommes au final. C'est assez drôle de voir leurs réactions ! » affirma t-il en riant légèrement

Puisqu'elle avait accepté de devenir un soldat de Dieu sans même encore savoir ce qui l'attendait, Lavi estima qu'elle avait le droit à des réponses et il ne comptait pas lui cacher la vérité, aussi pénible soit-elle. Elle devait savoir pour ses parents, elle devait savoir pour les âmes des morts, elle devait savoir que les Akuma étaient capables du pire. Bien sûr, elle ignorait encore énormément de choses mais puisqu'ils allaient passer du temps ensemble, il aurait tout le temps de le lui expliquer au calme. Pour le moment, il leur fallait quitter les restes de la maison et rejoindre l'auberge, lieu plus calme et reposant que les lieux d'un champ de bataille. Sur le chemin, ils eurent l'occasion de discuter un peu sur eux-même. A part leurs noms, ils ne savaient pas encore grand chose l'un de l'autre après tout. Finalement, Lavi se révéla avoir le même âge que la jeune japonaise, même si cette dernière l'avait d'abord cru plus âgé qu'elle. Elle ne tarderait probablement pas à même se demander s'il avait réellement cet âge à force de le voir faire l'andouille. Mais ça, elle ne s'en apercevrait que plus tard. Pour le moment, même s'il essayait de détendre l'atmosphère, il conservait un minimum son sérieux. Il se sentait fatigué et sa blessure le lançait. Ces simples raisons entamaient son entrain habituel, ne lui laissant que peu d'énergie. La discussion enchaina et Reiko avoua vivre ici depuis sa naissance ou presque. Pourtant elle parlait parfaitement japonais, étrange. Ses parents le lui avaient appris sans doute
.

« Ca n'a rien d'étonnant. C'est même un miracle que vous ayez pu quitter le Japon. L'Comte Millénaire possède quatre vingt dix pourcent du pays... C'la dit, tu parles parfaitement japonais ! Tes parents qui te l'ont enseigné j'imagine ? J'ai vu d'nombreux pays, ouais, j'ai appris chaque langue. J'avais peur d'être un peu rouillé en japonais car c'est difficile d'aller là-bas... et un des rares japonais que j'connais n'est pas un fan de discussion ! Sauf lorsqu'il s'agit de parler avec son sabre. En fait tous les japonais que j'connais sont hmm... coincés ! Sauf toi. J'suis content de voir que c'est pas une généralité ! Tu les rencontrera à la Congrégation. Merci en tout cas. Si jamais t'as envie qu'on parle dans ta langue, tu n'auras qu'à me le dire ! » répondit-il d'un air tout fier, souriant

Lavi était conscient que parler de ses parents n'était pas forcément le plus intelligent à faire, mais il supposait qu'en parler comme s'ils étaient encore là l'aiderait peut-être à faire son deuil, d'une certaine façon. Il savait que cela ne se ferait pas en une soirée, loin de là, mais s'il pouvait l'aider, il n'allait pas s'en priver. Une fois à la Congrégation, Reiko trouvera des compatriotes, bien qu'elle n'ait jamais vraiment vécu au Japon. Kanda non plus à vrai dire. Lavi se demandait si le courant passerait mieux entre personnes d'une même nationalité. Lui-même n'en possédait pas réellement une distincte, mais il essayait de s'entendre avec tout le monde. Reiko avait l'air d'être quelqu'un d'extra pour le moment, de l'avis du rouquin.

A présent arrivés à l'auberge, Lavi entraina la jeune femme avec lui pour la guider jusqu'à la chambre qui serait la sienne au moins pour la nuit. Il espérait que s'ils devaient passer une autre nuit ici, elle pourrait obtenir une chambre juste pour elle. Ce n'était jamais agréable d'être forcé de partager sa chambre, surtout avec deux hommes. Un peu d'intimité n'était pas à négliger, et après la perte de proches, on appréciait toujours d'être un peu seul et de ne pas être forcé de faire bonne figure devant les autres. Pour l'heure, ils n'avaient pas le choix, les autres chambres étant toutes occupés. Lavi entra doucement, supposant que Bookman dormait. A tort. Le coup de pied qu'il reçu lui confirma l'inverse et raviva la douleur de la plaie de son abdomen.

Le vieil homme ne tarda pas à réprimander le jeune homme, se méprenant sur sa disparition nocturne. Connaissant le caractère de son élève, il avait supposé le plus évident... A tort là aussi. Une fois de courtes explications données, Bookman salua la nouvelle venue avec politesse. Contre toute attente, Reiko lui fit remarquer qu'il traitait son élève un peu dûrement, surtout que ce dernier lui avait sauvé la vie. Bookman tourna les yeux vers Lavi qui s'était relevé avant de les reposer sur la japonaise qui s'inclinait à présent devant lui. Le vieil homme l'imita, s'inclinant à son tour
.

« Il aurait pu agir avec plus de dicernement. Mais c'est une bonne chose que tu sois en vie, vraiment. Vous devriez vous reposer tous les deux, je vais inspecter les alentours au cas où d'autres Akuma traineraient dans les environs. Lavi, je compte sur toi pour bien te tenir. »

Lavi ne répondit rien, se contentant de hausser les épaules maintenant qu'il s'était assis sur le lit. Reiko le rejoignit mais s'appuya contre le mur face à lui plutôt que de prendre place sur le lit. Elle lui proposa d'ailleurs de se reposer lui, qu'il en avait plus besoin qu'elle. D'un certain côté elle n'avait pas tort mais il n'allait pas occuper le seul lit présent. Etant la seule femme, c'était à elle qu'il revenait. Néanmoins si elle insistait pour qu'il se repose, il avait bien une solution....

« Oh bah, on peut toujours s'reposer tous les deux ! En se serrant un peu, y a moyen d'pouvoir s'... AIE ! »

Bookman n'avait pas attendu qu'il termine sa phrase pleine de sous-entendus pour frapper son disciple. Lavi fut même étonné que le vieillard soit encore là. Cet homme avait le don de se faire oublier et d'apparaitre quand on s'y attendait le moins. Une caractéristique des bookmen sans doute. Lavi dévisagea son maître, se frottant l'arrière du crâne.

« Tu tapes fort grand-père... Je plaisantais roh ! »
« Reiko, n'hésites pas à le frapper s'il te manque de respect. Je reviens d'ici une demi heure si tout se passe bien. Lavi, garde ton golem à portée de main au cas où. »


Bookman n'attendit pas de réponse et sortit enfin de la pièce, laissant les deux jeunes seuls. Le rouquin soupira puis se leva pour sortir le golem de la poche de sa veste restée posée sur le dossier d'une chaise. Le golem se mit à voleter dans la pièce silencieusement et Lavi s'en désintéressa, reposant son attention sur Reiko. Il se dirigea vers le mur et s'y adossa avant de se laisser glisser jusque sur le sol, assis.

« Prend le lit, moi j'vais rester là. J'peux tout aussi bien me reposer par terre, c'est pas un souci, j'ai l'habitude. Et ne t'inquiètes pas, l'vieux panda ne frappe que moi ! »

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Sam 2 Juin - 23:05

La magie... c'était d'ordre général quelque chose qui appartenait au monde de l'enfance. Quel bambin n'a pas passé des heures à rêver de mondes imaginaires remplis de créatures fantastiques existant dans une réalité tellement éloignée de celle dans laquelle il vivait le reste du temps ? Sauf qu'au bout d'un moment il fallait bien cesser d'y croire et abandonner définitivement la magie au monde des rêves et de l'imaginaire. Reiko était certes réellement stupéfaite de découvrir que les sciences occultes existaient bel et bien dans le monde réel, pour autant elle ne s'emballait et gardait bien les pieds sur terre. On ne pouvait pas dire non plus qu'elle avait vu les meilleurs côtés de la magie cette nuit, loin de là.

Quoiqu'il en soit elle fit de son mieux pour assimiler les nouvelles informations que lui divulguait Lavi. Elle ne tarda pas à prendre rapidement sa décision. L'Innocence l'avait choisie, sa famille n'était plus, rien ne la retenait ici... pourquoi aurait-elle refusé ? C'est donc ainsi qu'elle fit part de sa décision au jeune homme, et fit rapidement sa valise avant de quitter la maison en ruines en sa compagnie. Elle ignorait tout à fait de quoi demain serait fait. Certes cela l'inquiétait un peu... mais elle était assez débrouillarde et courageuse pour faire face et aller de l'avant plutôt que de prendre peur et rester indécise sur ce qu'elle devait faire. Au moins, les choses étaient claires, elle acceptait son rôle de future exorciste et tout ce que cela impliquait... et qu'elle ignorait encore. Mais il était bien trop tard à présent pour discuter de tout cela. Sur le chemin de l'auberge, elle entretint la conversation avec le rouquin.

    « C'est vrai que ce n'était pas exactement l'idée de ce que je me faisais d'un exorciste, ni d'un démon d'ailleurs. J'imaginais plutôt... hé bien, un prêtre en soutane brandissant un crucifix bien haut pour chasser le Malin... » avoua-t-elle d'une voix mal assurée.


Dit comme ça, ça paraissait vraiment idiot, surtout après avoir vu ce qu'il en était vraiment. Mais c'était toujours ce tableau que dépeignait la population lorsqu'on lui demandait la représentation dont elle se faisait d'un acte d'exorcisme. Alors c'était sûr que lorsque des gens croisaient de véritables exorcistes comme Lavi, ils devaient tomber des nues, quelque part.
La discussion se poursuivit tranquillement et dériva sur les deux protagonistes. La jeune femme apprit à son interlocuteur qu'elle avait toujours vécu dans le petit village italien, malgré qu'elle soit d'origine japonaise. Le jeune homme lui confia alors qu'il n'avait que peu l'occasion de parler le japonais, bien qu'il ait des collègues de cette nationalité.

    « Nous avons du partir à temps alors... » murmura-t-elle, ignorant totalement que son pays natal était sous la domination du Comte Millénaire. Elle sortit de ses pensées pour reprendre la conversation. « Oui, ma mère surtout me l'a enseignée. Elle a eu beaucoup de mal à se familiariser avec l'italien alors, à la maison, nous parlions toujours japonais. J'espère que je pourrais parler avec eux, ajouta-t-elle lorsque le rouquin évoqua ses collègues japonais, apparemment du genre renfermés, je n'ai jamais eu l'occasion de communiquer dans cette langue avec d'autres gens que mes parents. Quant à savoir quel langage utiliser... peu importe. » termina-t-elle toujours en italien, arborant un sourire sympathique. Il lui était agréable de discuter avec le jeune homme.


Ils ne tardèrent plus à arriver à l'auberge. Tous deux montèrent silencieusement les marches de l'escalier et s'apprêtaient à entrer dans la chambre lorsque Lavi fut envoyé promener à quelques mètres de là, suite à un violent impact qui arracha un cri de surprise et de peur à la jeune femme. Elle n'avait pas oublié la blessure du rouquin, et il serait dangereux qu'elle se rouvre après un tel coup. Elle fut également étonnée de constater que c'était un vieil homme qui avait violenter le garçon, et qu'il s'agissait ni plus ni moins du mentor de Lavi. Après quelques explications, le vieillard se présenta à la jeune femme sous le nom de Bookman. « Homme livre » ? Reiko retint ce nom mais ne posa pas de questions quant à son origine. Elle salua à son tour le mentor et osa même lui demander d'être moins dur avec le rouquin, qui lui avait ni plus ni moins sauvé la vie un peu plus tôt dans la soirée. Elle fit suivre ses propos d'une profonde inclinaison du buste en signe de respect, imitée juste après par Bookman, qui lui fit part de son contentement quant au fait qu'elle était toujours vivante. Il ne sembla pas s'offusquer des paroles de Rei, mais rappela tout de même Lavi à l'ordre après avoir annoncé qu'il allait jeter un œil aux alentours du bâtiment afin de vérifier qu'aucun autre Akuma ne pointerait le bout de son nez... ou plutôt de son canon. Le jeune homme alla s'asseoir sur le lit, silencieusement. La petite infirmière lui emboîta le pas mais préféra s'adosser au mur en face de lui, conseillant au rouquin de se reposer, car il était clair qu'il en avait bien plus besoin qu'elle. Lavi commença à énoncer une solution qui fit momentanément empourprer les joues de Rei, mais sa phrase fut interrompue une nouvelle fois par un coup de Bookman.

Reiko haussa les sourcils: d'où sortait-il en fait ? Elle était pourtant certaine de l'avoir vu s'éloigner dans le couloir... mais elle comprit vite qu'il était revenu pour donner des instructions au jeune homme, et en profita même pour avertir la jeune femme qu'elle ne devait pas hésiter à frapper le rouquin s'il venait à lui manquer de respect... chose que bien sûr elle ne ferait certainement pas, d'une parce que Lavi ne l'avait guère insultée et de deux parce que son métier consistait à soigner, non à infliger des blessures. Après quelques mots, le vieil homme sortit une nouvelle fois de la pièce, et le jeune exorciste fouilla dans une poche d'un vêtement pour en ressortir un petit objet sphérique et noir qui, sous les yeux étonnés de la jeune femme, déploya une paire d'ailes et se mit à voleter en silence. Rei s'approcha de ce qui devait être le « golem » dont avait parlé Bookman.

    « Euh... qu'est-ce que c'est ? »


Demanda-t-elle en pointant la sphère volante au rouquin qui avait délaissé sa place sur le lit pour s'asseoir par terre contre le mur. Il lui dit même de s'installer sur la couche pendant que lui pourrait rester par terre, affirmant qu'il en avait l'habitude. Un argument qui était tout à fait irrecevable pour l'infirmière.

    « J'insiste Lavi. Tu t'es battu et tu es blessé, ce n'est pas en dormant dans une telle position que ta plaie cicatrisera au mieux. Allez, allonge-toi. Je vais m'asseoir au pied du lit. »


Elle offrit son aide au rouquin afin de le relever et veilla à ce qu'il s'allonge confortablement, avant de s'asseoir au pied du lit, le dos contre le mur. La nuit serait peut-être longue, mais Rei ne pourrait pas trouver le sommeil. Elle repasserait les événements de la soirée dans sa tête et se remémorerait des souvenirs de ses défunts parents, tout en veillant sur le repos du rouquin. S'il montrait des signes de douleur, la jeune femme aurait le nécessaire sous la main pour le soulager.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Dim 3 Juin - 16:54

Plongé depuis longtemps dans l'univers des Bookmen, Lavi connaissait déjà la plupart des secrets du monde. Etant encore jeune, il ignorait encore certains faits et événements, mais il ne désirait qu'apprendre. La magie faisait partit de son univers depuis longtemps, employée pour diverses raisons même si les archivistes l'utilisaient au final assez peu. Tout ce qui se rapportait de près ou de loin au domaine magique n'étonnait plus vraiment le rouquin. Néanmoins, les horreurs qu'étaient capables de commettre les gens avec le sidéraient toujours. Après tout, personne n'avait jamais imposé le fait que cette magie soit à but purement bénéfique ou maléfique. Comme pour tout, il existait un équilibre entre les deux côtés et chaque utilisateur disposait de son libre arbitre. Lavi ne s'y était jamais réellement intéressé plus que nécessaire jusqu'au jour où il reçu son Innocence. Depuis, elle faisait partie intégrante de lui. Il se demandait même s'il ne ressentirait pas un vide le jour où il quitterait son rôle d'exorciste. Probablement pas. Rien n'était censé lui manquer.

Reiko, une villageoise devenue compatible, ne fut pas témoin du meilleur côté de la magie même si cela lui avait tout de même sauvé la vie. Pourtant, elle n'hésita pas à embrasser une carrière d'exorciste, chemin déjà tout tracé pour elle. Malgré ça, elle aurait pu refuser, tout nier en bloc et chasser le rouquin qui était apparu soudainement, tout comme l'Akuma. Au moins, elle ne fuyait pas. Pourvu qu'elle ne fasse pas non plus ça par dépit, parce qu'elle n'avait plus rien à perdre et que son avenir lui importait peu. Lavi estimait ne pas avoir à la juger ou à la mettre en garde sur quelle pente elle s'engageait. C'était sa vie, ses décisions et l'apprenti bookman n'était là que pour lui apporter des réponses et un soutien, rien de plus. Si c'était ce qu'elle avait choisit alors il se contenterait de l'épauler, rien de plus, rien de moins, comme il le faisait toujours. Découvrant cet univers, Reiko fit remarquer qu'elle n'aurait jamais pensé qu'un exorciste puisse lui ressembler
.

« Oh y en a certains qu'on dû tester cette méthode ouais. Pas certain que ce soit très efficace c'la dit ! En plus la soutana ça doit pas être super pratique pour se battre. D'ailleurs certains nous appelent "prêtres noirs" à cause de nos uniformes. Bon là j'porte pas ma veste mais tu la verra quand on sera à l'auberge, tu comprendras mieux pourquoi ! A vrai dire on a pas grand chose à voir avec des prêtres... même si quelques uns des exorcistes prennent leur rôle très à coeur et agissent comme le f'raient des religieux. Moi c'est pas trop ma tasse de thé. C'est pas vraiment mon rôle. A choisir, j'préfère être recruteur si ça m'permet de rencontrer plus souvent d'belles filles comme toi ! » répondit-il avec un rire léger

Maintenant qu'ils étaient en route vers l'auberge dans l'optique de se reposer dans un endroit qui ne ressemblait pas à un tas de ruines, ils pouvaient continuer de discuter un peu plus tranquillement. D'ailleurs plus le temps passait et plus Reiko semblait à l'aise. La frayeur était sans doute passée et il était fort probable que Lavi soit face à la véritable jeune japonaise, celle qu'elle était en temps normal. Lui qui était champion pour camoufler ses émotions, il voyait qu'elle ne s'en sortait pas si mal. S'il n'avait pas assisté à la scène avec l'Akuma, il ne se serait pas douté de ce qu'elle venait de vivre. Le coup de blues viendrait certainement plus tard, à n'en pas douter. Pour le moment la discussion était légère, ce qui n'était pas plus mal. Cela les aidait à évacuer la tension du drame produit un peu plus tôt. Si Lavi avait l'habitude, ce n'était sûrement pas le cas de la jeune femme. Cela ne les empêchait pas de parler d'eux-même, discutant comme si de rien n'était
.

« On se sent toujours un peu plus à l'aise avec les gens qui partagent la même origine ! Tu verra, c'est un peu comme une grande famille, l'organisation. Par contre, tout l'monde parle anglais, c'est plus simple pour s'y retrouver. Tu sais l'parler ? » demanda t-il d'un air interrogatif

Après tout, il n'avait fait que parler italien et japonais avec elle. Difficile donc de savoir si elle maitrisait cette langue un minimum. Elle était déjà bilingue, chose rare pour la population lambda, alors il doutait qu'elle parle une autre langue. Mais après tout, pourquoi pas ? Lui-même en parlait une bonne dizaine. Ils poursuivirent leur chemin et pénétrèrent dans l'auberge afin de se rendre à la chambre des exorcistes.

A peine entré, déjà malmené, Lavi eut à peine le temps d'expliquer la raison de son absence. Pour une première rencontre avec Bookman, Reiko allait être surprise. D'ailleurs elle le fut, comme en témoigna le cri qu'elle poussa. Allen aussi avait assisté à une scène similaire. Cependant, puisque Reiko était une femme, Bookman était d'autant plus sévère avec son élève, connaissant un peu trop bien son attitude envers les femmes. Malheureusement, pour une fois, il n'avait fait que son travail, rien de plus. Malgré les soins apportés par Reiko, Lavi sentit que la douleur de sa blessure refaisait surface. Il avait néanmoins eu de la chance dans son malheur : Bookman n'avait pas frappé directement au niveau de la plaie. Le vieil homme n'avait aucun intérêt à blesser davantage son élève, surtout s'il y avait des Akuma dans la région. Mieux valait conserver un maximum de forces. Lavi fut cependant surpris d'entendre la japonaise dire à Bookman de ne pas être trop dur avec lui. C'était bien la première personne qui osait faire une telle remarque au vieil homme. Celui-ci ne s'en offusqua cependant pas mais ne modifia pas pour autant son comportement.

Puisqu'il disait aller dehors pour faire une ronde, Lavi en profita pour se relever et se diriger vers le lit. Vu l'heure, la plupart des gens devaient dormir et ils feraient mieux d'en faire autant. La fatigue commençait à paralyser les muscles du rouquin mais cela n'endormait pas son esprit pour autant. Il proposa d'ailleurs à Reiko de partager le même lit puisqu'il n'y en avait qu'un. Mais il n'eut pas le temps d'aller plus loin que Bookman refit une soudaine apparition pour le dissuader d'envisager de coller la future exorciste ne serait-ce qu'une minute. Décidément, il ne le laissait jamais en paix. Habitué, Lavi ne s'en offusqua pas mais bougea du lit pour aller sortir le golem de sa poche de sa veste afin qu'il soit à portée de main au cas où. Une fois fait, il alla d'adosser contre le mur, comptant bien dormir là. Reiko fut surprise de voir le golem et demanda aussitôt de quoi il s'agissait. Lavi avait oublié que ces petits êtres n'existaient qu'à la Congrégation. Rien d'étonnant à ce qu'elle ne sache pas de quoi il s'agissait
.

« C'est un golem. Toi aussi t'en aura un rien qu'à toi, tout comme un uniforme ! Ca nous permet de communiquer à distance, c'est super pratique. Comme ils sont autonomes, on a pas besoin de les trainer partout, ils nous suivent. Tu peux l'prendre si tu veux, ça craint rien. »

Si Lavi comptait bien dormir là où il se trouvait, ce n'était pas le cas de Reiko. S'approchant de lui, elle l'aida à se relever, insistant pour qu'il prenne le lit. Il ouvrit la bouche pour lui assurer que ça irait mais s'abstint finalement. Elle était infirmière après tout, elle savait de quoi elle parlait. Et ce n'était pas en prolongeant la durée de sa cicatrisation qu'il serait utile à qui que ce soit. Inutile donc de rechigner et autant y mettre un peu du sien. Lavi s'appuya légèrement sur elle pour se redresser, grimaçant. Chaque mouvement lui faisait mal mais il évitait de dire quoique ce soit. S'approchant du lit, il s'y assit avant de retirer ses bottes.

« D'acc. Demain on essaiera d'te trouver une chambre pour toi si jamais on doit rester ici un jour de plus. C'est pas forcément cool pour toi d'partager les lieux avec deux hommes. Essaie d'dormir un peu quand même. Si vraiment t'y arrives pas, j'te chanterai une petite berçeuse. » fit-il en souriant

Finalement, il s'allongea sur le dos, bras derrière la tête et ferma les yeux. La fatigue ne tarda pas à le faire somnoler sans pour autant le plonger dans un sommeil profond. Pour le moment le golem était calme et Bookman était toujours absent. Le silence règnait dans la pièce.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Dim 3 Juin - 22:43

Pour quelqu'un qui avait les pieds bien sur terre, c'était assez surprenant de devoir admettre que la magie existait bel et bien. Après tout, l'on finissait toujours par abandonner ce concept aux chimères et au monde des rêves, la seule véritable magie qui existait réellement se nommant « nature »... du moins pour Reiko. À présent elle devait bien admettre que les sciences occultes n'étaient pas seulement mythes et légendes, elle en avait eu la preuve sous les yeux au moment où l'exorciste avait fait jaillir une tornade de feu à partir d'un sceau. En d'autres circonstances, la jeune femme aurait sans doute été très joyeuse en apprenant que la magie était bel et bien présente même dans la réalité, mais elle ne pensait guère à cela pour le moment. Elle reviendrait dessus plus tard, mais pour l'heure il y avait trop de choses à assimiler et il lui fallait se concentrer sur la conversation pour ne pas s'emmêler les pinceaux. Ils discutèrent donc et Reiko avoua avec maladresse qu'elle se faisait une toute autre idée des exorcistes.

    « ''Prêtres noirs'' ? C'est un peu contradictoire... mais c'est vrai qu'on associe prêtres et exorcistes d'une manière générale. » Elle écouta les jeune homme énoncer son propre point de vue, avant de sentir ses joues s'empourprer de nouveau suite à un autre compliment de Lavi. « T-tu exagères... »


Ils quittèrent ensuite le champ de bataille pour se rendre à l'auberge de Piateda, histoire d'avoir un toit sous lequel dormir tranquillement. Les tremblements qui avaient suivi l'incident avaient fini par se calmer, et la jeune femme arrivait maintenant à déambuler sans qu'elle ne risque de chuter. D'une manière générale, le choc passé, elle arrivait plutôt bien à canaliser ses émotions. L'explosion viendrait plus tard, il n'en fallait pas douter. Quand le rouquin évoqua que l'organisation était un peu comme une famille, Rei ressentit un peu d'appréhension; même si elle n'était plus aussi timide qu'autrefois, s'intégrer allait être assez difficile, du moins c'est ce qu'elle sentait.

    « J'espère...Hm ? Oh oui, je parle anglais aussi... enfin, suffisamment pour pouvoir entretenir une conversation. »


Elle espérait pouvoir comprendre tout le monde. Il pouvait y avoir certaines personnes dotées d'un accent qui rendait la compréhension de la langue vraiment difficile; si Reiko devait tomber sur ce genre de personne, cela allait se révéler très difficile.
Enfin arrivés au centre du village, ils entrèrent dans l'auberge et montèrent les marches jusqu'à parvenir à la chambre qu'avaient loué les deux exorcistes le temps qu'ils resteraient dans la petite cité. Rei poussa un cri de stupeur quand quelque chose vint percuter son compagnon, l'envoyant bouler à quelques mètres dans le couloir. Bookman, le maître de Lavi, se révélait être un vieillard étonnement vigoureux pour l'âge que lui donnait la jeune femme. Tous deux de présentèrent mutuellement, la petite infirmière osant même prier l'homme de ne pas être si sévère avec son disciple qui lui avait sauvé la vie. Il ne prit pas mal cette remarque, s'inclinant devant elle comme elle-même venait de le faire, mais il garda le même ton pour s'adresser au rouquin.

Une fois que Bookman se soit éclipsé pour faire une ronde, les deux jeunes gens entrèrent dans la pièce, Lavi s'asseyant sur le lit et Reiko s'adossant au mur en face de lui, lui conseillant de dormir dès à présent. Le rouquin avait à peine commencé à prononcer une solution afin qu'ils puissent dormir tous les deux, quand le vieillard fit de nouveau son apparition, à la grande surprise de la jeune femme. Avait-il un don d'ubiquité ? Quoiqu'il en soit, il frappa une nouvelle fois son élève, le punissant pour ses propos qu'il jugeait déplacés et avertissant la jeune femme qu'elle pouvait le violenter s'il venait à lui manquer de respect. Rei n'en tint pas compte, elle n'allait certainement pas frapper celui qui l'avait arrachée à une mort certaine. Bookman sortit une nouvelle fois après avoir laissé des instructions à Lavi qui prit dans une poche de sa veste un objet sphérique. La jeune femme se remémorant la conversation qu'ils avaient eu tout à l'heure, jeta un œil sur la veste: noire, avec un crucifix argenté au niveau de la clavicule gauche. L'appellation « prêtre noir » se justifiait donc. Son attention dériva ensuite sur la chose qu'avait pris le rouquin, et qui à présent voletait en silence dans un coin de la pièce. Cela ne ressemblait guère à un oiseau, ni à un insecte. Intriguée, Reiko demanda de quoi il s'agissait au jeune exorciste, qui lui apprit qu'il s'agissait d'un moyen de communication qui portait le nom de « golem ».

    « Woah... en effet, ça doit être vraiment commode ! Et on peut communiquer à travers le monde entier avec ? » fit-elle en effleurant la surface du golem du bout des doigts.


Lavi s'était installé au pied du mur, affirmant qu'il dormirait là cette nuit, ce que Rei n'accepta pas. Elle insista auprès du rouquin afin qu'il se repose convenablement et l'aida à se relever afin qu'il s'installe sur le lit. Il sembla vouloir refuser, mais n'en fit rien. La jeune femme nota cependant que, alors qu'il se redressait, une grimace de douleur vint déformer son visage, mais il n'y eut aucune plainte de sa part.

    « N'hésite pas à me dire si tu as mal. J'ai des médicaments. »


Il s'appuya sur elle le temps d'effectuer le transfert jusqu'au bord du lit, où l'exorciste retira ses chaussures avant de s'allonger. Quant à Reiko elle s'assit au pied du lit, contre le mur.

    « Ne t'en fais pas, je sais m'adapter. Et je vais essayer, promis. Ça ne devrait pas être nécessaire, fit-elle en lui rendant son sourire, mais merci beaucoup. »


Le rouquin ferma les yeux, prêt à se laisser emporter dans les bras de Morphée. La jeune femme quant à elle se laissa aller contre le mur et poussa un léger soupir. L'heure était venue de mettre les choses au point. L'Innocence toujours en main, elle la déposa sur la petite table. La dague avait perdu son enveloppe de lumière et semblait être une simple arme blanche à présent. Elle se repassa ensuite les évènements de la soirée en tête... jusqu'à ce que les visages de ses parents ne s'imposent dans son esprit.

Reiko sentit de gros sanglots monter douloureusement de sa poitrine et ses yeux se remplir de larmes. Elle eut beau faire papillonner ses paupières, elle ne put empêcher quelques gouttes salées dévaler ses joues. Elle respira profondément afin de dissoudre les spasmes de son buste, plaqua sa main sur sa bouche, mais quelques pleurs réussirent à briser brièvement le silence. La jeune femme se força au calme, mais ce n'était pas facile. La chose qu'elle redoutait le plus avait fini par arriver: elle avait perdu les plus proches êtres qu'elle connaissait. Elle essaya de se raisonner en se disant qu'ils ne souffraient plus à présent, mais ça n'empêcha pas les larmes de continuer à couler, bien que les sanglots se soient faits moins violents.
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Lun 4 Juin - 17:49

Il était vrai que dans l'esprit populaire, les exorcistes n'avaient rien à voir avec ce qu'ils étaient en réalité. Reiko avait plutôt bien décrit la façon dont les gens les voyaient et personne ne pouvait le leur reprocher. Après tout, les gens se fiaient à ce qu'on leur racontait et à ce qu'ils pouvaient lire. Mais ce n'était pas pour autant que c'était la vérité. Il valait parfois mieux rester dans l'ignorance pour mieux se protéger de ce genre de choses. Lavi s'imaginait lancer de l'eau bénite et agiter un crucifix face à un Akuma. Il était certain de ne pas survivre plus de quelques secondes. Finalement, les exorcistes étaient plus des guerriers qu'autre chose. On les comparait souvent à l'armée de Dieu, plutôt paradoxal lorsque l'on savait que l'organisation s'appelait Congrégation de l'Ombre et qu'ils étaient aussi nommés Prêtres Noirs. Cela donnait un côté plutôt sombre à leur vocation alors que l'on avait tendance à assimiler Dieu à la lumière, au blanc, à la pureté. On était loin, très loin du compte.

« T'es pas au bout d'tes surprises, crois-moi ! C'est plutôt particulier comme job mais tu s'ra plus jamais toute seule désormais. On est comme ça nous les exorcistes, on travaille toujours en groupe ! Même les récalcitrants asociaux ! » répondit-il d'un air sûr de lui avant de remarquer qu'elle rougissait « J'exagères jamais ! La précision, c'est mon truc ! Tout comme les jolies filles, crois-en l'expert ! » ajouta t-il avec un grand sourire qui dévoilait toutes ses dents

Leurs pas les menaient vers l'entrée du village, les rapprochant de leur destination. En cours de route, ils avaient encore le loisir de discuter mais la conversation était davantage axée sur eux-même. Ainsi, ils apprirent leurs âges respectifs ainsi que leurs origines même si le rouquin resta dans le flou. Lavi était ravi de voir quelqu'un qui maitrisait plusieurs langues. Ainsi il aurait l'opportunité de pouvoir communiquer de différentes façons avec cette nouvelle recrue même si, comme pour les autres, il se contenterait probablement de l'anglais, langue commune à tous les membres de la Congrégation. Reiko avoua parler anglais, pas énormement mais suffisament pour comprendre. C'était toujours mieux que rien et ainsi elle pourrait s'intégrer plus facilement
.

« Au pire j't'accompagnerai et j'ferai office de traducteur si besoin est. D'ici quelques temps, tu maîtriseras tout aussi bien l'anglais que l'italien ou le japonais, tu verras ! » affirma t-il d'un hochement de tête

A force de parler, ils n'avaient pas vu le temps passer et ils étaient désormais arrivés à l'auberge. Se rendant discrétement à la chambre, c'est un accueil un peu brutal qui les y attendit, surtout pour le rouquin. Bookman semblait mécontent de la disparition inexpliquée de son élève qui n'avait pas eu l'occasion de le prévenir. Le jeune homme put néanmoins s'expliquer mais cela n'empêcha pas le vieil homme de le rabrouer comme à son habitude. A croire qu'il ne faisait jamais rien de bien. Se remettant sur pied, Lavi avait récupéré le sac qu'il portait auparavant pour le déposer dans la chambre avant de s'asseoir sur le lit pendant que Bookman et Reiko discutaient. La pauvre japonaise devait avoir une drôle d'impression sur les exorcistes, maintenant plus que jamais.

Malgré son état, le rouquin ne put s'empêcher de faire une blague de mauvais goût, très vite interrompue par l'intervention de celui qu'il surnommait Panda. Habitué, Lavi protesta à peine et, fatigué, se leva pour sortir le golem de sa poche afin qu'il soit à disposition. Cette fois le vieil homme était enfin partit ou tout du moins, son élève l'espérait. Il appréciait son maître, le considérant un peu comme son père, mais il était parfois réellement injuste avec lui. Reportant son attention sur Reiko, Lavi constata qu'elle observait le golem avec curiosité
.

« Non, juste dans la zone où on se situe. Ca a une large portée mais si on veut communiquer sur d'très longues distances, faut utiliser une ligne téléphonique. Remarque, ça reste pratique ! Ca peut même faire office de ventilateur ! Suffit de s'mettre assez près et hop, t'as de l'air à volontée ! » répondit-il en riant à demi

Reiko insista pour que Lavi se repose même si ce dernier était récalcitrant. Acceptant finalement, il s'aida en prenant appui sur elle pour se relever. Le mouvement douloureux lui procura une grimace. Il n'avait rien dit, cependant la japonaise avait dû voir la tête qu'il venait de tirer, lui proposant aussitôt de quoi calmer la douleur. On ne pouvait pas dire qu'elle n'était pas attentionnée. Son métier lui avait sûrement fait développer cette qualité. A moins qu'elle ne la possédait naturellement
.

« Merci mais ça ira. La douleur physique je l'encaisse sans problème ! C'est rien. Un peu d'repos et j'serai comme neuf grâce à tes soins ! » répondit-il avec un sourire

Reiko le remercia à son tour pour les propositions qu'il venait de lui faire même si elle n'en accepta aucune. Elle disait pouvoir s'adapter facilement. Ce n'était pas plus mal vu tous les changements qu'il allait y avoir dans sa vie dans les jours à venir. S'allongeant sur le lit, le rouquin lui répondit simplement par un sourire avant de fermer les yeux, rapidement emporté par un demi sommeil. La fatigue de la journée, cumulée à sa blessure et au combat nocturne l'avait épuisé. Malgré tout, il n'arrivait pas à dormir d'un sommeil profond.

Un bruit un peu particulier le tira hors de son sommeil déjà léger. On aurait dit une voix étouffée. Pourtant, personne ne parlait. Lavi se tourna sur le côté, pensant avoir rêvé mais l'entendit de nouveau. C'était quelqu'un qui pleurait ? C'était discret mais il n'y avait aucun doute. Le rouquin rouvrit les yeux, se demandant d'où cela provenait avant de réaliser que Rei n'avait pas quitté la chambre. Les pleurs venaient donc bien d'elle, assise au pied du lit contre le mur. Il n'y avait aucun doute sur l'origine des pleurs. La soirée en elle-même avait dû être particulièrement marquante pour la jeune femme. Se redressant sur le lit, Lavi se leva finalement et vint s'asseoir à côté d'elle. Sans un mot, il tendit le bras et en entoura Reiko pour l'attirer contre lui. La serrant dans ses bras, il lui offrit un léger sourire
.

« T'es plus seule Rei-chan et tu l'sera plus jamais. On peut pas ramener les morts mais ils peuvent continuer d'vivre tant que tu ne les oublies pas. » fit-il à voix basse

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Mar 5 Juin - 19:11

À ce que l'on racontait, l'exorcisme était un rituel assez violent et qui consistait à libérer l'être vivant du démon qui le possédait. Aussi paraissait-il évident qu'au terme de ce cérémonial religieux, le Malin était chassé et l'humain retrouvait son intégrité... ce qui n'était finalement guère le cas lorsque Reiko comparait ce cas lambda à la réalité à laquelle elle avait assisté. Face à des Akumas, il était certain que l'eau bénite et le crucifix se révélaient tout simplement inefficaces et même ridicules, et que seule l'Innocence pouvait en venir à bout. Les histoires qui circulaient dans la population n'avaient vraiment rien à voir avec les combats en lesquels consistaient réellement les exorcismes. Au final, ce devait être une guerre invisible au reste du monde. La jeune femme écouta le rouquin qui expliquait que les exorcistes se déplaçaient toujours en groupe, et jamais seuls. Elle devina que sous ces mots Lavi cherchait plus ou moins à la réconforter face à la perte qu'elle venait de subir et lui adressa un sourire amical, qui fut vite remplacé par un rougissement. Le jeune homme était un beau parleur.

Sur la route vers Piateda, Reiko engagea la conversation en interrogeant l'exorciste sur lui-même. Ils purent tout deux en apprendre l'un sur l'autre, notamment leurs âges et origines, et leurs connaissances linguistiques. Le rouquin devait en maîtriser une bonne poignée – ce qui sembla normal à la jeune femme, le rouquin lui ayant expliqué qu'il avait souvent voyagé de par le monde. Elle le rassura quant au fait qu'elle savait parler un peu d'anglais, langue qui était la plus utilisée parmi les exorcistes. Elle en connaissait un minimum et espérait que cela suffirait pour comprendre les gens qu'elle rencontrerait. Lavi se proposa même d'officier en tant que traducteur le temps qu'elle parvienne à maîtriser le langage britannique.

    « Oh ! C'est gentil, mais je n'aimerais pas que ça te fasse perdre du temps. Je me débrouillerais comme une grande fille ! » ajouta-t-elle avec un léger sourire.


Certes l'humour n'était pas son point fort ce soir, même si elle aimait beaucoup rire. Mais elle faisait de son mieux pour dissimuler son trouble.
L'arrivée à l'auberge aurait du être discrète, elle fut au final assez stupéfiante pour la jeune femme. Après tout, elle n'avait jamais vu un vieil homme de 80 ans terrasser son disciple dans la fleur de l'âge avec un vigoureux coup de pied ! Après avoir réprimandé son élève qui se releva et entra sans mot dire dans la chambre, Bookman et Reiko se présentèrent mutuellement, avant que le vieillard surnommé « Panda » à juste titre par Lavi n'annonce qu'il allait faire une ronde, laissant les deux jeunes seuls. Le rouquin commençait d'ailleurs à prononcer une blague qui fut stoppée une nouvelle fois par Bookman, de façon très peu douce. Le vieil homme n'y allait pas de main morte; il s'éclipsa enfin en laissant des instructions à son disciple et en le rappelant à l'ordre. Il sortit donc un petit objet noir qui intrigua fortement la jeune femme lorsqu'il se mit à voleter dans la pièce. Elle demanda quelle fonction remplissait cette petite sphère.

    « Je vois... super outil de communication ! Ah oui ? » Suite à l'affirmation du rouquin, elle se pencha brièvement vers les ailes de golem avant de se redresser et de laisser un rire léger s'échapper de sa gorge.


Si Lavi avait voulu lui laisser le lit, Reiko ne fut pas d'accord et l'obligea même à s'allonger dessus. Elle lui offrit une aide pour se relever qui sembla la bienvenue, le rouquin ne put même réprimer une grimace de douleur que Rei remarqua immédiatement; elle le prévint donc qu'il ne devrait pas hésiter à l'alerter s'il avait trop mal, possédant des substances qui pourraient le soulager au moins pour la nuit. Il la rassura quant à son état, sa réponse ne lui plut pas tellement, car la douleur ne devait pas être « encaissée » mais soulagée. Elle n'insista pas cependant; au moins il était prévenu qu'elle avait de quoi enrayer sa souffrance pour un temps. En tous les cas, le rouquin ne tarda pas à rejoindre les bras de Morphée avec un sourire aux lèvres.

Reiko pour sa part ne put trouver le sommeil. Trop de choses se bousculaient dans sa tête, et maintenant qu'elle n'avait plus rien sur quoi se concentrer, elle put enfin encaisser l'entièreté du choc de la soirée. Elle essaya néanmoins de canaliser ses pensées, mais seules les images superposées de l'Akuma et de sa mère s'imposèrent à son esprit. Ses parents étaient morts. Morts. Ce mot sembla résonner dans sa tête. Le pire était de se dire qu'elle était orpheline depuis déjà un long moment, et qu'elle n'en avait rien su. Pourquoi est-ce que tout cela était arrivé ?

La jeune femme ne put guère retenir plus longtemps les larmes et les sanglots qui lui déchiraient les côtes à force de vouloir les réprimer. Ramenant ses genoux contre elle, elle ferma les yeux et plaqua sa main sur sa bouche afin de rester la plus silencieuse possible. Pas assez malheureusement: entendant un léger bruit, elle releva la tête et aperçut le jeune homme qui s'était assis à côté d'elle.

    « Lavi ? Je t'ai réveillé ? Excuse-moi... »


Ses mots furent quelque peu entrecoupés d'inspirations rapides, les spasmes de sa cage thoracique lui coupant un peu le souffle. Elle se força à moduler correctement sa respiration quand elle sentit les bras du rouquin se refermer sur elle et l'attirer contre lui tandis qu'il lui offrait un gentil sourire. Ses paroles la réconfortèrent un peu, bien que les larmes continuèrent à couler à flots. Elle acquiesça à ses propos...

    « Oui... mais... pourquoi est-ce que je ne l'ai pas vu venir ? Pourquoi est-ce que je n'ai pas pu empêcher ça... ? »


C'était beaucoup trop tard maintenant... certes, ils continueraient tous deux à vivre dans sa mémoire, aussi longtemps qu'elle se souviendrait d'eux. Elle espéra sincèrement qu'ils ne souffraient plus à présent. C'était ce que l'on disait toujours... mais qui pouvait en être certain ? Personne n'était jamais revenu pour en témoigner...
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Mer 6 Juin - 9:26

Lavi aurait pu rester des heures à parler avec Reiko, que ce soit à propos des exorcistes ou bien d'eux-même. Le rouquin aimait rencontrer de nouvelles personnes et il se trouvait que la japonaise était quelqu'un d'agréable et visiblement, de cultivée. Comme celle-ci parlait plusieurs langues, il était d'autant plus intéressant de parler avec elle, cela changeait du perpétuel anglais parlé à la Congrégation. S'il y avait une chose que Lavi appréciait parmi les différentes cultures du monde, c'était leurs langues spécifiques. L'Italie et le Japon étaient bien éloignés l'un de l'autre, cependant Reiko les parlait à la perfection, rendant presque le rouquin jaloux de sa prononciation. Mais après tout, ils n'avaient pas le même vécu, il était normal qu'il parle moins bien que la jeune femme. Cependant, Reiko ne semblait pas maitriser aussi bien l'anglais qu'elle allait pourtant devoir parler couramment une fois arrivés à la Congrégation. Il était certain qu'elle s'habituerait rapidement une fois bercée par cette langue pendant les jours qui allaient suivre. Toutefois, Lavi lui proposa de lui servir d'intermédiaire si besoin, chose qu'elle refusa en le remerciant.

« Comme tu veux ! C'est sûr que tu t'y fera vite mais si jamais... tu sais que j'suis là pour toi ! »

Même si le trajet jusqu'à l'auberge était plutôt long, la discussion qu'ils entretenaient leur permis de ne pas voir le temps passer. Au moins pendant ce temps, Lavi supposait que Reiko pensait moins aux événements de la soirée, l'esprit focalisé sur les explications et autres questions du rouquin. Leur arrivée à l'auberge dû aussi lui occuper l'esprit à cause de l'intervention de Bookman. Déjà parce que celui-ci avait frappé son élève sans vraiment de raisons aux yeux de la japonaise et aussi parce que le vieil homme avait quelque chose d'intriguant. Fort heureusement, il ne resta pas très longtemps, s'éclipsant pour faire une ronde avant de revenir corriger Lavi, l'avertir de rester sur ses gardes puis de partir pour de bon. La vie de bookman n'avait rien de reposant mais lorsqu'elle était combinée avec le rôle d'exorciste, c'était encore pire.

S'il s'écoutait, Lavi se callerait dans un coin pour dormir, ne s'occupant plus du reste jusqu'à ce qu'il soit de nouveau frais et dispo. Cependant, il ne voulait pas laisser Reiko toute seule et il ne voulait pas non plus la priver du seul lit disponible. La proposition qu'il avait faite comme étant une blague à propos du partage du lit lui semblait pourtant une bonne alternative, mais Reiko n'en fit rien, l'obligeant même à s'allonger sur le lit sans discuter. C'était l'infirmière qui parlait là. Elle devait avoir l'habitude de prendre soin des autres... même à ses propres dépens. Lavi finit par accepter à contrecoeur et essaya de la rassurer en lui disant que la douleur importait peu, qu'elle passerait. Il ne désirait pas se bourrer de médicaments qui auraient probablement diminué ses capacités s'il devait se battre de nouveau.

Chacun de son côté, le silence retomba vite dans la pièce, permettant au jeune bookman de trouver le sommeil, bien qu'il ne dormait pas complétement. Seul le léger bruit des mouvements d'ailes du golem se faisait encore entendre, procurant un son doux et régulier qui donnait davantage envie de dormir. Toutefois, ce ne fut pas l'effet qui se produisit sur Reiko. Désormais seule, sans personne pour lui changer les idées, elle pouvait repenser à ce qu'elle venait de perdre, réaliser sa situation actuelle et son avenir encore flou. Cela fut suffisant pour que toute la pression accumulée jusqu'à présent retombe d'un coup, sous forme de sanglots.

Même si les pleurs étaient étouffés, ils parvenaient tout de même aux oreilles de Lavi qui ne tarda pas à se réveiller complétement. Sur le coup, il se sentit un peu idiot d'avoir accepté de dormir alors qu'il savait pertinemment que laissait la jeune femme ainsi seule n'était pas une bonne idée. Il avait un peu trop espéré le retour de Bookman pour lui occuper de nouveau l'esprit. Puisqu'ils étaient seuls, Lavi ne se formalisa pas et se leva du lit pour rejoindre l'emplacement de la future exorciste, s'asseyant contre elle. Remarquant sa présence soudaine, Reiko le regarda, les yeux brouillés de larme et trouva tout de même le moyen de s'excuser de l'avoir réveillé
.

« C'est moi qui m'excuse d't'avoir laissée toute seule. Tu n'm'as pas réveillé, je ne dormais pas vraiment à vrai dire. » répondit-il avec un léger sourire

Sans lui demander la permission, il la prit dans ses bras, la serrant contre lui. Parfois, avoir une présence ne faisait que renforcer les pleurs, les forçant à sortir. Mais était-ce un mal ? Il fallait que cela sorte, qu'elle évacue ce qui l'oppressait, qu'elle se laisse aller. Si elle ne le faisait pas, elle finirait par exploser un jour ou l'autre. Lavi la berça légèrement dans ses bras, passant sa main le long de son dos dans un geste de réconfort. Il ne pouvait pas effacer ce qu'il s'était produit, mais il pouvait toujours lui offrir son soutien. Reiko lui demanda alors pourquoi elle n'avait rien pu faire pour éviter un tel drame, comme si elle s'accusait du drame qui avait eu lieu. Le rouquin poussa un léger soupire et passa une main sur sa joue pour essuyer quelques larmes
.

« Tu n'pouvais rien faire, Rei-chan, pas même le prévoir. Personne ne l'aurait pu. Tu n'pouvais être qu'une simple spectatrice. Je sais que tu n'as jamais voulu que ça arrive, malheureusement, on ne peut pas agir à la place des autres. Beaucoup de gens sont doués pour dissimuler leurs peines, nous empêchant ainsi d'leur venir en aide tant qu'il en est temps. N'fais jamais cette erreur, jamais. J'sais que tu aurais fait tout ce qui était en ton pouvoir pour que la situation ne dérive pas ainsi, mais tant qu'il y aura le libre arbitre, tu ne peux pas empêcher les gens de se détruire. C'est parce que ta famille était aimante que c'est arrivé dans un sens... c'est difficile d'accepter la mort de proches. Mais tu sais, j'persiste à croire que même si ton père était devenu un Akuma... quelque part, il se souvenait de toi. Sinon tu aurais été l'une de ses premières victimes. Malheureusement, à force de tuer, ils perdent les pédales... ce qui a donné le résultat d'ce soir. » fit-il doucement, marquant une petite pause avant de reprendre « On n'peut pas lire dans les pensées des gens, on n'peut pas anticiper leurs projets. Tu n'peux pas faire plus que ton possible. Mais maint'nant... tu pourras faire en sorte d'empêcher ce drame de se produire chez d'autres personnes. Ca n'ramènera personne mais ça empêchera d'autres morts. J'te connais à peine mais j'ai déjà pu constater que prendre soin des autres, c'était ta vocation. Là, plus que jamais, tu pourras en sauver un sacré paquet. »

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Mer 6 Juin - 23:03

En d'autres circonstances, Reiko aurait été contente de pouvoir discuter avec une personne extérieure à Piateda. Il faut dire que dans ce petit village presque montagnard, tout le monde connaissait tout le monde, surtout si l'on y vivait longtemps. Or la jeune femme avait grandi ici presque depuis sa naissance. À part les touristes qui ne restaient jamais guère longtemps, on croisait dans le village toujours les mêmes têtes. Aussi, partager une conversation avec Lavi se révélait très enrichissant, étant donné que le rouquin avait parcouru le monde grâce à son travail. Évidemment, le jeune homme devait savoir parler l'anglais à la perfection, ce qui n'était pas le cas de la petite infirmière, bien qu'elle ait suffisamment de connaissances pour s'en sortir. Cette langue se révélait être celle qui était la plus utilisée au sein de l'ordre des exorcistes. La maîtriser allait devenir un des premiers objectifs de la jeune femme, même si le rouquin lui proposa son aide, elle refusa poliment, ne souhaitant pas lui faire inutilement du temps à jouer les traducteurs, toutefois elle le remercia chaleureusement de son aide.

    « Si vraiment je ne m'en sors pas alors... » fit-elle avec un sourire gêné.


L'arrivée à l'auberge fut plutôt mouvementée. La jeune femme ne s'était pas attendu à ce que le mentor de Lavi soit un homme d'un si grand âge – elle en avait soigné des plus jeunes que lui qui souffraient de lourdes pathologies – mais surtout qu'il soit animé d'une telle vigueur qu'il puisse terrasser un jeune homme de dix-huit ans. Après les présentations et quelques remontrances de plus adressées à son disciple de la part de Bookman, ce dernier prit congé en allant faire un tour de garde, afin de vérifier qu'aucun autre démon ne traînait dans le coin.

Lavi aurait volontiers passé la nuit adossé au mur et assis au sol si Reiko ne l'avait pas obligé à prendre le lit. Une telle position pour dormir l'aurait plus fait souffrir qu'autre chose, surtout au réveil. Déjà rien qu'en se levant, il manifestait des signes de douleur. Elle avertit le rouquin qu'elle avait de quoi soulager la douleur, afin qu'il n'hésite pas à l'alerter si cela devenait trop insupportable.
Elle s'assura qu'il était bien installé avant de glisser contre le mur et de laisser ses pensées répandre le chaos dans son esprit.

Cela se serait produit tôt ou tard. Elle avait beau avoir su maîtriser ses émotions après l'attaque du monstre et les révélations qui s'étaient ensuivies, Reiko avait tout de même reçu un choc assez dur à encaisser. N'ayant plus rien d'autre sur quoi se concentrer, elle se laissa naturellement aller au chagrin, le plus silencieusement possible, bien que quelques sanglots réussirent à s'échapper de sa gorge. Elle se recroquevilla comme elle put, réprimant de violents tremblements par lesquels sa tension essayait de s'évacuer. Elle releva la tête lorsqu'elle sentit un mouvement tout contre elle, reconnaissant dans la lumière de la lune la silhouette de l'exorciste. Rei essuya ses joues baignées de larmes, présentant ses excuses à Lavi, pensant l'avoir réveillé. Mais le jeune homme lui retourna ses excuses, se reprochant de l'avoir laissée seule, avant de la prendre sans mot dire dans ses bras et de la bercer un peu tout en passant sa main dans son dos en un geste de réconfort. Ne sachant pas quoi faire sur le coup, la petite infirmière resta un petit instant interdite avant de rendre son étreinte à Lavi pour le remercier de sa présence. Elle ne put cependant s'empêcher de se demander pourquoi elle n'avait pas pu intervenir plus tôt.

La main chaleureuse du rouquin vint ôter quelques larmes qui zébraient la joue de la jeune femme, avant de lui expliquer qu'elle n'aurait pas pu deviner, prévoir la tragédie avant ce soir. Ses parents avaient été de vrais japonaise à vrai dire, c'est-à-dire passés maîtres dans l'art de dissimuler leurs émotions. Une caractéristique dont avait hérité l'infirmière, qui se reprochait tout de même de ne pas avoir pu agir à temps. Et puis, l'exorciste avait raison: le libre arbitre l'empêchait de pouvoir tout contrôler et d'éviter des accidents... écoutant toujours le jeune homme, Rei fut quelque peu touchée de l'entendre dire que son père avait du se souvenir de sa fille, même si son âme était prisonnière d'une machine démoniaque.

    « Tu... penses ? » demanda-t-elle avant de reprendre. « Après le départ de mon père, ma mère a abandonné le goût de la vie. Pourtant... je pensais... j'étais persuadée... qu'en restant près d'elle, elle pourrait s'en remettre, parce qu'elle n'était pas toute seule... c'est comme si j'avais échoué... »


Ses propos étaient confus, elle essayait même de se justifier... Rei commençait à perdre les pédales malgré elle. Elle se força à respirer convenablement, les larmes coulant toujours sur son visage. Elle étreignit un peu plus fort le rouquin comme si elle cherchait quelque chose à quoi se raccrocher physiquement. Elle écouta encore les dires de Lavi, toujours aussi justes. Était-ce parce qu'il avait assisté à de nombreuses scènes de ce genre qu'il pouvait expliquer ce qu'il en était aussi calmement ? Ayant enfin retrouvé un rythme respiratoire normal, la jeune femme essuya ses joues et ses yeux humides pour ensuite acquiescer aux propos du rouquin.

    « Je... je ferais de mon mieux... » bredouilla-t-elle. « Si cela peut sauver d'autres vies, je n'hésiterais pas... »


Sauver des vies. Rendre la mort paisible. C'était là d'ambitieuses idées, qui avaient déterminé Reiko à apprendre le métier qu'elle exerçait à présent. Au travers de cette nouvelle voie qui s'offrait à elle, il y avait un nouveau moyen d'y parvenir. Elle finit par se redresser, desserrant son étreinte mais gardant ses bras autour du rouquin.

    « Je te remercie, Lavi. Ça m'a fait du bien d'en parler. » articula-t-elle dans un dernier soupir.


Ce qui n'avait pas été chose facile. Reiko avait toujours eu l'habitude de tout garder pour elle. Mais la sollicitude de Lavi lui avait permis de mettre des mots sur sa douleur et de l'évacuer, en partie. Cette souffrance existerait toujours cependant, et il allait lui falloir apprendre à vivre avec.
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Jeu 7 Juin - 17:58

Lavi était toujours prêt à donner un coup de main, surtout aux personnes qu'il appréciait. Il ne connaissait Reiko que depuis peu de temps mais il l'appréciait déjà, voyant en elle une personne agréable et posée. La Congrégation manquait de gens comme elle et son arrivée ferait sûrement du bien à l'ordre, apportant un peu de fraicheur dans l'environnement quelque peu tendu des exorcistes. Certes, la Congrégation n'était pas un endroit où voletaient les papillons et où tout le monde se tombait dans les bras, mais un peu de douceur et de gentillesse ne faisait de mal à personne ! Il y avait bien trop de gens fermés et associaux au sein des membres de l'ordre, réduisant la solidarité qu'il pouvait y avoir. Fatalement, le métier d'exorciste n'avait rien de joyeux et il n'était pas rare de voir ceux qui le pratiquaient devenir renfermés ou aigris. Le poids qui pesait sur leurs épaules étaient parfois trop lourd. Lavi se disait justement qu'en le partageant il serait ainsi plus facile à supporter et que cela renforcerait les liens mais ça n'avait pas l'air d'être de l'avis de tous. Ne se démontant pas pour autant, le rouquin persistait dans cette façon de penser et comptait bien continuer de soutenir ses compagnons, leur apportant le sourire par ses mots ou ses gestes. Sympathique et boute-en-train, c'était devenu sa ligne de conduite qu'il s'efforçait de tenir.

Si l'heure n'était pas trop à la plaisanterie, rien ne l'empêchait de discuter calmement avec Reiko et d'essayer de lui changer les idées. Le sujet de la Congrégation attendrait le lendemain, ils avaient le temps d'en reparler d'ici à ce qu'ils rejoignent le Quartier Général. C'est donc une discussion banale qui fit office de divertissement entre les deux jeunes gens le temps de rallier l'auberge. Toutefois, cela leur permit d'en apprendre un peu plus sur l'autre, facilitant ainsi leurs échanges. A les voir parler ainsi librement, personne ne se serait douté un seul instant de la soirée qu'ils venaient de vivre, surtout en ce qui concernait la japonaise. Perdre sa maison, ses parents et plus ou moins sa vie en une soirée était trop, pour n'importe qui. Et la jeune femme ne semblait pas vraiment être une vétérante ayant déjà vécu des drames similaires ou pire par le passé. Elle allait fatalement craquer à un moment où à un autre même si pour le moment elle faisait preuve d'un sang-froid remarquable.

Une fois dans la chambre, son attitude ne changea pas d'un iota hormis le fait qu'elle fut surprise par sa rencontre avec Bookman. Il fallait dire qu'en plus d'avoir une apparence particulière, le vieil homme ne ménageait pas son apprenti pour une raison qui semblait obscure à la japonaise. Heureusement, celui-ci les laissa seuls le temps d'effectuer une ronde dans les environs. Après avoir donné quelques explications supplémentaires à la nouvelle exorciste, Lavi céda finalement à la proposition de celle-ci et s'allongea dans l'optique de dormir confortablement pour ménager sa blessure. Reiko, elle, se contenta de s'adosser à un mur.

Puisque Lavi était censé dormir et qu'elle était à présent seule, la japonaise ressassa les événements de la soirée, lui procurant peine et larmes. Réveillé, le rouquin hésita à la rejoindre. Il aurait pu la laisser pleurer ainsi, pour qu'elle évacue sa peine toute seule. Parfois, s'isoler était la meilleure chose à faire. Néanmoins, il estimait que ce n'était pas le moment. Elle avait besoin d'une épaule compatissante, de quelqu'un pour la rassurer, pour la sortir des ténébres dans lesquelles elle était en train de s'enfoncer. Et Lavi comptait bien tenir ce rôle. Déjà parce qu'il s'agissait d'une future collègue, mais aussi tout simplement parce qu'elle en avait besoin et qu'il supposait que Bookman n'en aurait juste rien à faire. Bookmen et sentiments n'allaient pas vraiment de paire. Toutefois, Lavi faisait quelque peu exception à la règle.

Rejoignant Reiko, il n'hésita pas à la prendre dans ses bras sans lui demander son avis. Une présence physique était parfois plus parlante que des mots. Elle procurrait chaleur et affection, chose dont les mots étaient incapables, aussi sincères soient-ils. Reiko s'accusait de ce qu'il s'était produit, se rendant coupable de n'avoir rien pu faire. Elle était perdue et Lavi essayait de lui montrer qu'elle n'y était pour rien, que les événements étaient ainsi et qu'elle était juste une simple spectatrice d'un drame qui s'était déjà déroulé il y a peu. Il lui avait déjà dit tout ça lorsqu'ils étaient encore chez elle, mais d'une façon plus formelle et directe. Maintenant, il prenait davantage le temps de lui faire voir les choses autrement
.

« J'en suis sûr. Les Akuma tuent généralement sans distinction... Tu étais une cible facile, à portée d'main et pourtant, un an après t'étais toujours en vie. Il lui aurait fallu un an pour oublier et basculer, c'est énorme. Tu sais pour ta mère... J'pense qu'elle est morte l'jour où ton père est décédé. J'veux dire, morte à l'intérieur. Quand des gens s'aiment sincèrement, c'est pas rare. Tu n'y pouvais rien, même avec tous les efforts du monde. Ca veut pas dire qu'tu lui étais pas importante ou qu'tes efforts ne servaient à rien. Juste qu'un couple n'forme parfois qu'un seul être. L'un meurt, l'autre aussi. On n'peut pas réparer c'genre de choses et peu d'personnes arrivent à vivre avec. Malgré son état, t'as rien lâché, t'as continué d'être là, d'la soutenir... T'aurais pu la laisser, en avoir marre et faire ta vie de ton côté mais tu l'as pas fait. Tes parents avaient d'la chance d'avoir une fille comme toi Re-chan. »

Lavi comprenait ce qu'elle pouvait ressentir. La mort, il l'avait vu tellement de fois, sur tant de visages différents. Elle faisait partie intégrante de sa vie et il avait appris à faire avec, même si ce n'était jamais facile à accepter. Pour lui faire voir les choses autrement, le rouquin essaya de la lancer sur son avenir. Plutôt que de rester sur le présent, il fallait qu'elle regarde loin devant et lui donner une raison de se relever. Reiko affirma à demi qu'elle ferait de son mieux dans ce nouveau rôle plutôt imposé, ce qui n'étonna pas vraiment l'exorciste. Sauver des vies, c'était déjà son métier après tout.

« J'en doute pas. T'es pas infirmière pour rien après tout ! On n'peut pas effacer le passé mais tu peux écrire ton futur. Si tu veux pas qu'de tels événements se reproduisent, maintenant t'as les clés en main pour l'empêcher. C'était trop tard pour tes parents mais ça ne l'est pas pour toi-même. Même si c'est dur, même si t'as envie d'abandonner... t'auras désormais tes compagnons d'armes pour t'aider à avancer et te relever. »

Reiko lui rendit son étreinte puis se détacha un peu de lui sans pour autant le lâcher complétement. Lavi ne bougea pas, la conservant dans ses bras, souriant. Elle avait l'air d'aller un peu mieux mais le rouquin savait que ce n'était probablement qu'une façade. Tout ne s'effaçait pas comme ça, d'un claquement de doigt. Tout cela allait faire partie d'elle et ce n'était probablement pas la seule soirée où elle se mettrait à pleurer. Pour le moment, Lavi était là alors il comptait prendre soin d'elle jusqu'à leur arrivée.

« Content d'avoir pu t'aider un peu ! Si t'as besoin d'une oreille attentive, d'une épaule réconfortante ou des deux, j'possède tout ça ! Et n'hésites pas, ça m'dérange pas, que du contraire. J'préfère voir un beau sourire sur ton visage ! Tu veux vraiment pas t'allonger un peu ? Même juste un p'tit moment, ça fait du bien. »

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Ven 8 Juin - 23:04

Il est des gens qui possèdent une aura particulière; c'est ce qui influence la majeure partie du temps les premières impressions que l'on peut se faire sur les personnes. Celle de Lavi semblait déborder de chaleur – peut-être était-ce du à ses cheveux de feu... il fit néanmoins une bonne impression sur Reiko, et au fur et mesure qu'ils discutaient, cette impression se confirma: le rouquin avait un côté joyeux luron qui le rendait d'emblée sympathique. Restait à espérer que la plupart de ses futurs collègues lui ressemblaient de ce côté-là... ce qui n'était apparemment pas le cas; suivant les dires du jeune homme, certains exorcistes se comportaient de façon tout à fait asociale. Elle pensa néanmoins qu'ils ne devaient être que peu nombreux, et que du moment que l'on restait poli, il ne devrait guère y avoir de souci. Cela dit, elle ignorait encore en quoi consistait réellement le rôle d'exorciste avec tout ce que cela impliquait en termes d'environnement et conséquences sur la vie des prêtres noirs.

Ce sujet attendrait néanmoins le lendemain; pour le moment, Rei n'avait guère la tête à se bourrer le crâne de nouvelles informations. Elle en avait déjà appris énormément ce soir, et si elle parvenait encore pour le moment à retenir les effets du choc et de la tristesse, c'était bien parce qu'elle se concentrait sur la discussion qu'elle partageait avec Lavi. Autant elle ne connaissait pas le jeune homme depuis longtemps, autant la conversation était agréable et détendue comme s'ils se côtoyaient depuis un bon bout de temps. Encore heureux qu'elle se soit débarrassée de sa timidité au fur et à mesure qu'elle apprenait son métier, sinon elle se serait murée dans un profond silence sans oser engager le moindre dialogue.

À force de discuter, ils ne virent pas le temps passer et arrivèrent à l'auberge en peu de temps. Ils furent accueillis – ou plutôt le rouquin fut accueilli de bien étrange façon, puisqu'il reçut un violent coup de la part de son mentor, qui méritait parfaitement son surnom de « panda ». Bookman prit bientôt congé des deux jeunes gens, puis Reiko finit par convaincre l'exorciste de s'allonger et de se reposer afin qu'il puisse reprendre des forces de façon optimale, tout en ménageant sa blessure. De toute manière, la jeune femme était bien incapable de trouver le sommeil. Adossée au pied du mur, n'ayant plus rien d'autre sur quoi se concentrer, le barrage mental qu'elle avait réussi à construire et à conserver en discutant avec Lavi ne tarda pas à céder, et les larmes finirent par couler sur ses joues, ce qui de toute manière aurait fini par arriver tôt ou tard. Elle essaya d'évacuer sa peine le plus silencieusement possible, mais elle ne put empêcher quelques sanglots de résonner faiblement dans la pièce. Et lorsque le rouquin vint s'asseoir à côté d'elle, Rei crut qu'elle l'avait réveillé, ce dont il la détrompa rapidement. Étreignant à son tour le jeune homme, elle essaya de mettre des mots sur sa peine et ses regrets, la rendant ainsi plutôt incohérente et perdue. Patiemment, Lavi lui expliqua ce qu'il en était réellement, que malgré toute sa bonne volonté elle n'aurait pu sauver ses parents. Les paroles qu'il prononça à propos du défunt père de la jeune femme la consolèrent quelque peu.

    « Je vois... tu n'as peut-être pas tort... il me reste tout de même un amer sentiment d'impuissance. »


Reiko avait bien sûr déjà connu la mort, d'abord suite à la disparition de son père puis ensuite à l'hôpital. Pourtant ce soir, elle ressentait la souffrance de manière décuplée à celle qu'elle gardait dans ses souvenirs; c'est qu'elle considérait que, non seulement sa mère avait rendu son dernier souffle, mais aussi que son père lui avait été enlevé par deux fois. Son seul réconfort était de se dire qu'au moins tous deux ne souffraient plus et qu'ils avaient trouvé le repos.
Dans l'optique sans doute de lui faire penser à autre chose et qu'elle ne reste pas sur ses sombres pensées, Lavi évoqua l'avenir qui l'attendait en tant que future exorciste. Il l'assura qu'elle pourrait empêcher que pareille situation se reproduise, et qu'elle ne serait plus jamais seule. Rei promit qu'elle ferait du mieux que possible, puis étreignit un peu plus fortement le rouquin avant de le relâcher et de lui adresser un petit sourire de reconnaissance.

    « J'abandonnerais pas... je ne veux pas. Tant que l'on peut se battre, il ne faut pas tout laisser tomber... » dit-elle sur un ton qui laissait deviner qu'elle s'adressait à l'exorciste et qu'elle essayait en même temps de se convaincre elle-même.


Elle essuya les quelques dernières traces de larmes sur ses joues. La crise de sanglots était passée, cependant elle ne serait pas la dernière, et la douleur était toujours la même bien qu'elle ait pu s'en décharger un tout petit peu grâce à Lavi. Le plus dur restait à venir, à savoir apprendre à vivre avec cette souffrance qui ne disparaîtrait jamais pour de bon. Elle remercia en tout cas le rouquin qui s'était montré patient et compréhensif avec elle alors qu'il ne la connaissait que peu. Après tout il aurait très bien pu ne rien faire et la laisser sangloter dans son coin, mais non, au contraire il lui offrait son soutien et son écoute. Lui aussi savait prendre soin des autres; il réitéra d'ailleurs sa proposition pour que la jeune femme s'allonge, ne serait-ce qu'un moment au moins.

    « Bon d'accord, juste quelques minutes... mais rallonge-toi aussi, tu as besoin de repos. »


Elle relâcha donc le rouquin, se releva et aida le jeune homme à se remettre sur pieds de même, puis attendit qu'il se réinstalle sur la couche avant de s'y allonger à son tour, en laissant tout de même une certaine distance entre eux deux. La jeune femme se rappelait des dires de Bookman et la dernière chose qu'elle souhaitait était que Lavi se prenne un nouveau coup de pied à cause d'un malentendu.
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Sam 9 Juin - 15:58

A la base, Bookman et son élève n'étaient censés que rapporter une Innocence qui avait été repérée dans les montagnes du petit village d'Italie qu'était Piateda, causant certains troubles climatiques. Sans surprises, ils y avaient croisés des Akuma mais s'en était plutôt bien sortis, comptant revenir à la Congrégation, Innocence en poche. Mais les événements ne s'étaient pas arrêtés là. Au lieu de rapporter une simple Innocence, ils apportaient carrément son compatible avec, prête à devenir exorciste. Coup de chance ? Difficile à dire, le hasard était parfois capricieux. En tout cas, du point de vue de Reiko, cela n'avait sans doute rien à voir avec la chance. Elle avait perdu plus qu'elle n'avait gagné dans l'histoire après tout, il aurait été normal de voir le mauvais côté des choses. Pourtant elle n'en fit rien et ne mit que peu de temps à se décider à suivre la même route que les deux hommes qu'elle venait de rencontrer. Peut-être se raccrochait-elle justement à ça car elle n'avait rien d'autre ? C'était possible mais toutes les raisons étaient bonnes pour continuer à vivre et éviter de faire appel au Comte Millénaire sur un coup de tête.

Veillant sur la santé et l'état mental de cette nouvelle compatible, Lavi lui parlait presque comme si de rien n'était. Il ne tentait pas de minimiser les événements qui s'étaient produits mais il estimait que ce n'était pas non plus la peine de reparler de tout ça. Ce qui était fait était fait, autant aller de l'avant. Jusqu'à présent, la japonaise avait fait bonne figure, mais tout avait une fin. Une fois installés à l'auberge, Bookman absenté et Lavi plus ou moins endormi, Reiko ne put retenir ses larmes plus longtemps. La peine ne demandait qu'à sortir et les regrets avaient besoin de trouver des mots. Pensant que Lavi dormait, la jeune femme s'excusa mais fut vite rassurée par le rouquin qui lui expliqua que ce n'était pas le cas. Même si elle n'était encore qu'une connaissance aux yeux du rouquin, il ne voyait pas pourquoi il l'aurait laissé affronter cette souffrance toute seule. Certes, il ne pouvait pas y faire grand chose mais parfois, juste une présence suffisait.

C'est pour cela qu'il la prit dans ses bras pendant un certain temps, essayant de lui faire voir le bon côté des choses non sans négliger le rôle qu'avaient tenu ses parents dans l'histoire. Le passé était écrit, à elle d'écrire le futur, son futur. Puisqu'elle avait accepté de devenir exorciste, il était du devoir de Lavi de l'aider à aborder la chose de la meilleure façon possible. A vrai dire, ce n'était pas vraiment son rôle, mais il était présent et n'était pas du genre à se décharger sur les autres. Finalement, ils passèrent une partie de la nuit à parler de ce qui peinait tant Reiko
.

« J'te comprend. Malheureus'ment, on est toujours impuissant face au désir des autres. C'n'est en aucun cas ta faute Reiko, bien au contraire. Sans toi les choses auraient certainement été bien plus dramatiques, bien plus. »

Puisqu'elle était apte à devenir exorciste et qu'elle avait accepté cette destinée, Lavi l'orienta sur cette voix. Avec un tel but, elle focaliserait son esprit et ses convictions dessus, n'oubliant pas pour autant l'origine qui avait fait d'elle une compatible. Il avait fallut la mort de ses parents pour la faire enfin sortir de ce petit village et la faire pénétrer dans un univers dont elle ignorait tout jusqu'à présent. Rien ne garantissait qu'elle s'y fasse mais vu le sang-froid dont elle avait fait preuve jusqu'à présent, Lavi ne doutait pas un seul instant qu'elle s'adapte vite.

« T'as cette force en toi, t'ira de l'avant, c'est sûr. Puis, si t'as un coup d'mou, on sera là pour te pousser un peu ! » affirma t-il avec un sourire

La crise de larmes était passée, la japonaise était calmée, il ne restait plus qu'à se reposer. Ayant déjà pu goûter un peu au repos, Lavi proposa donc à la jeune femme d'occuper le lit à son tour. Après tant de pression, elle allait sans doute tomber d'épuisement. Et le sol n'était pas le meilleur endroit pour dormir confortablement. Il n'y avait certes qu'un lit mais le rouquin estimait qu'il pouvait laisser son tour. Elle en avait plus besoin que lui. Toutefois, il ne pouvait la forcer et n'avait pas envie de jouer au concours du plus têtu. Il lui fit donc simplement une proposition... qu'elle accepta non sans en émettre une à son tour. Elle n'oubliait pas ce qu'elle lui avait dit plus tôt et tenait apparement à ce qu'il s'allonge lui aussi. Lavi allait répliquer qu'il pouvait tout à fait s'allonger sur le sol mais il s'imaginait déjà qu'elle irait jusqu'à le trainer au lit s'il le fallait. Ne tenant pas à se battre pour rien, l'exorciste hocha la tête. Après tout, si cela pouvait la faire s'allonger elle aussi, c'était toujours ça de gagné
.

« Prend l'temps qu'il faudra Rei-chan. Tu paieras pas plus cher si tu restes un peu plus. J'prendrai pas trop d'place, promis ! » lança t-il en se levant, aidé par Reiko

Une fois sur pieds, il remonta sur le lit et s'allongea sur le côté de sorte à ce que la japonaise ait suffisament de place pour s'étendre comme elle le souhaitait. Peu après, elle le rejoignit en prenant soin de ne pas le coller. Il ne fallut pas longtemps au rouquin pour s'endormir, épuisé. Ayant un sommeil assez agité, il ne tarda pas à bouger légèrement, remuant les bras. Fatalement, au bout d'un moment, il se rapprocha de Reiko, l'enlaçant d'un bras avant de se caller contre elle et de ne plus bouger de la nuit. Lorsque Bookman fut de retour dans la pièce, il constata non sans un soupir que les deux jeunes dormaient au même endroit. Sans un bruit, il se dirigea vers le balcon et passa le reste de la nuit à fumer tranquillement en attendant que les premiers rayons du soleil fassent leur apparition.

Au petit matin, Bookman était assis sur la seule chaise de la chambre, lisant le journal en attendant que les dormeurs émergent. Pour une fois, inutile de trop les presser, ils avaient de toute façon besoin de sommeil. Le vieil homme baissa la page de son journal lorsqu'il entendit un léger bruit provenant du lit. Voyant que Reiko était réveillée, il referma ce qu'il était en train de lire, posant l'objet sur la table puis se dirigea vers elle
.

« Bonjour Reiko. Prend le temps de te réveiller, le train ne part pas avant le début de l'après-midi. Si tu as faim, n'hésites pas à descendre pour te restaurer, tout ira sur notre note. Je m'absente quelques minutes, je te serai gré de prévenir ce bon à rien dormant s'il se réveille entre temps. Merci. » fit-il avant de faire comme il venait de l'annoncer, sortant de la pièce, les laissant seuls à nouveau

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   

Revenir en haut Aller en bas
 
~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Volver agitado | Retour mouvementé. [Thalia ♥ Molly & Diego ]
» Retour mouvementé
» Un retour mouvementé...
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.Gray-Man Rpg :: [Zone Rp] Les points névralgiques du reste du monde :: Continent Européen-
Sauter vers: