◘ ◘ ◘ Un monde déchiré par les guerres, un combat entre le bien et le mal, quel camp sera le votre ? ◘ ◘ ◘
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Dim 10 Juin - 17:02

Tout allait changer.... ou plutôt, tout avait déjà changé. La veille encore, Reiko était juste une jeune infirmière qui travaillait à l'hôpital, qui s'occupait de sa mère en bien mauvaise santé depuis la disparition de son mari et qui fabriquait des remèdes. Aujourd'hui, elle était orpheline, en possession d'une Innocence, ce qui faisait d'elle une compatible avec la possibilité de devenir une exorciste, une soldate de Dieu pouvant chasser les Akumas, des armes créées par le Comte Millénaire qui faisait miroiter aux humains désespérés par la perte d'un proche la possibilité de ramener cette personne à la vie. En l'espace d'une soirée, tout avait basculé. Ayant compris qu'il n'y avait plus rien à faire pour sa mère ou pour son père, et que du même coup plus rien ne la rattachait vraiment à ce lieu, Rei avait accepté le nouveau chemin qui s'ouvrait à elle, à savoir rejoindre les rangs des exorcistes comme Lavi, et se battre à leurs côtés pour éviter le plus possible que d'autres êtres ne souffrent comme ses parents avaient souffert.

Bien que profondément choquée et marquée par les événements de la soirée, Reiko avait tenu bon et n'avait pas craqué tant qu'elle avait été en compagnie du rouquin puis de son mentor, cherchant quelque chose à quoi se raccrocher pour ne pas se mettre à verser des larmes. Elle s'était d'abord focalisé sur la blessure sanguinolente du jeune homme, puis sur les divers sujets de conversation qui avaient alimenté la discussion jusqu'à ce qu'ils arrivent à l'auberge où les deux exorcistes se reposaient en attendant que la ligne de train soit réparée. Ce n'est qu'après le départ de Bookman et avoir obligé Lavi à se reposer correctement en s'allongeant sur le lit que, prostrée au pied du mur, la jeune femme avait enfin pu laisser sa tristesse s'exprimer.

Elle avait tenté tant bien que mal de retenir ses sanglots, mais quelques-uns avaient pu s'échapper malgré sa main plaquée sur sa bouche. Elle crut d'ailleurs que c'étaient ces bruits qui avaient tiré le rouquin de son sommeil, mais il démentit bien vite ses propos en précisant qu'il ne dormait pas vraiment. Puis, il s'assit à ses côtés et la prit dans ses bras, tentant de la réconforter au mieux en lui parlant. Rei verbalisa plus ou moins ses regrets, étant à deux doigts de perdre complètement les pédales. Mais Lavi savait manier les mots et à force de patience et de logique, il parvint à calmer la petite infirmière, déplaçant le sujet en évoquant l'avenir et ce que pourrait accomplir la jeune femme une fois qu'elle serait vraiment exorciste. Reiko promit qu'elle ferait tout ce qu'elle pourrait et assura son interlocuteur – et elle aussi, par la même occasion – qu'elle n'abandonnerait pas aussi facilement. La vie était une bataille éternelle, et la jeune femme n'était pas du genre à baisser facilement les bras.

    « Merci Lavi, pour tout... »


Elle lui rendit un sourire à son tour en séchant ses dernières larmes. Elle avait pu extérioriser une partie de sa souffrance, mais cette crise de larmes ne serait pas la dernière, loin de là. Mais après les événements de la soirée, il avait bien fallu que ça sorte. Préconisant sans doute que Rei devait être épuisé, le rouquin lui proposa cette fois de s'allonger. La jeune femme, bien obligée d'admettre qu'elle était épuisée, accepta cette fois mais ne voulut pas non plus priver l'exorciste du repos non plus. Elle émit donc une condition qu'il accepta, puis Rei l'aida à se remettre debout et attendit qu'il soit bien allongé avant de prendre place à son tour dans le lit, en prenant garde à laisser une certaine distance afin que le jeune homme puisse dormir à son aise.

    « Bonne nuit. » fit-elle avec un petit sourire.


Reiko n'avait pas compté rester allongée toute la nuit à vrai dire, pour les larmes et la fatigue finirent bel et bien par avoir raison d'elle, et elle s'endormit d'un lourd sommeil comateux, parfois agité par quelques cauchemars qui cependant ne la réveillèrent pas. Les mouvements de Lavi ne la tirèrent pas du sommeil non plus, pas plus que lorsqu'il finit par passer un bras autour d'elle et à s'acoller à elle.
La nuit passa, mais elle ne fut guère synonyme de repos pour la jeune femme. Elle finit tout de même par ouvrir l'œil au petit matin avec l'impression d'avoir dormi l'équivalent d'une heure. Elle fut surprise de découvrir qu'elle avait presque le nez dans le cou du rouquin. Elle se redressa doucement, laissant glisser le bras de Lavi sur les draps sans que ce dernier n'ouvre les yeux. La voix de Bookman retentit derrière elle, Rei se tourna vers le vieil homme pour le saluer. Ce dernier lui apprit que la ligne de train était réparée et qu'il ne partirait pas avant le début de l'après-midi, aussi avaient-ils la matinée. Il lui demanda de même de prévenir son disciple s'il se réveillait, avant de sortir pour quelques minutes.

    « D'accord, merci. Je le préviendrais. » prononça-t-elle à l'égard de Bookman.


Pour le moment Reiko n'avait guère envie d'avaler quoi que ce soit. Elle se remit déjà sur pieds, chaussa ses bottes et étira ses muscles engourdis, les yeux fermés afin que la lumière du jour ne l'aveugle pas. La jeune femme se dirigea vers la salle de bains, où le miroir lui renvoya son reflet aux traits tirés. Ouvrant le robinet, elle se rinça abondamment le visage, refoulant au mieux les sombres songes qui l'avaient hantés cette nuit. Une fois qu'elle eut refait sa queue de cheval, elle sortit de la pièce d'eau et constata que le rouquin était éveillé.

    « Salut, Lavi. Tu as bien dormi ? » le salua-t-elle avec un sourire.


Elle lui laissa le temps de s'étirer, tandis qu'elle s'approchait de la fenêtre et jetait un œil à l'extérieur. Il était encore assez tôt, le soleil n'étant pas encore bien haut dans le ciel, les ruelles du village étaient plongées dans une obscurité relative. En se redressant, un élément revint en tête à la jeune fille, qui se tourna une nouvelle fois vers l'exorciste.

    « Au fait, ta blessure, ça va ? Tu me permets de changer le pansement ? »


La veille, elle avait été plus directe que ça, ne cherchant pas le consentement du jeune homme, trop obnubilée par les incidents et le sang qui coulait de sa plaie. Ce matin, elle attendit l'aval de Lavi avant de se diriger vers son sac et d'y prendre le nécessaire pour refaire les bandages et nettoyer la plaie. Elle s'installa ensuite à côté de lui et retira doucement le pansement pour ne pas lui faire mal, inspectant du même coup l'état de sa blessure; pas d'infection, elle avait même une meilleure apparence que la veille au soir. Tandis qu'elle nettoyait doucement le sang coagulé et la pommade, elle fit part à l'exorciste des nouvelles que lui avait transmises son maître.

    « Bookman m'a dit qu'il y a un train aujourd'hui; il ne partira qu'en début d'après-midi en revanche. » précisa-t-elle en appliquant la pommade, sans trembler cette fois, puis en disposant les bandages.« Voilà. Ta blessure va beaucoup mieux, elle devrait bientôt cicatriser. »


Reiko se sentait bien. Les actes de soins, elle les connaissait bien, et c'était presque sécurisant pour elle qu'elle puisse accomplir cette activité malgré ce qui s'était passé la veille. Ayant terminé son ouvrage elle rabattit le T-shirt du rouquin et se releva.

    « Tu veux aller manger ? »

Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Lun 11 Juin - 16:10

Puis que les deux exorcistes avaient récupéré l'Innocence et terrassé les Akuma environnants, Lavi avait supposé que la soirée se déroulerait sans heurts et qu'il pourrait en profiter pour se reposer afin de ménager sa blessure. C'était sans compter sur l'Innocence fugitive, l'apparition d'un Akuma et le sauvetage d'une nouvelle compatible. Trop d'événements en une seule soirée. Le rouquin n'était donc pas mécontent que tout ceci soit finalement terminé, désirant avant tout souffler et dormir un minimum. Mais puisqu'il n'était pas tout seul, il ne tenait pas à laisser de côté Reiko alors que celle-ci venait de subir un peu trop de drames d'un seul coup. Toutefois, il était inutile de revenir dessus pour le moment, c'était en tout cas ce qu'il pensait. Mais lorsqu'il entendit la jeune femme pleurer, il sauta sur l'occasion pour essayer de lui faire voir les choses autrement. On ne pouvait nier la mort de ses proches, mais on pouvait aussi essayer de voir plus loin que ça. Ce ne fut pas des plus simples et la japonaise était clairement encore mal, mais ses larmes avaient fini de couler. Elle fit même un sourire reconnaissant au rouquin tout en le remerciant. Puisqu'elle avait pu évacuer un peu son malaise, il était à présent temps de profiter d'un peu de repos bien mérité. La chambre ne possédant qu'un lit, c'est par une entente commune qu'ils décidèrent de le partager même si Reiko affirmait n'y rester que quelques minutes. Finalement, au bout d'un court instant, tous les deux dormaient profondemment, ayant déjà oublié les conditions évoquées avant qu'ils n'aillent s'allonger.

La nuit -ou plutôt ce qu'il en restait- passa rapidement. Ayant besoin d'un minimum de sommeil pour être en forme, Lavi continuait de dormir, ne s'étant même pas rendu compte qu'il s'était mit à coller Reiko pendant la nuit. Néanmoins, lorsque cette dernière s'extirpa du lit pour se lever, le rouquin protesta par un grognement sans pour autant se réveiller. La chaleur qu'elle dégagait lui manquait et, se retrouvant ainsi seul dans les draps, il ne tarda pas à se réveiller à son tour, constatant alors qu'il s'était étalé sur toute la surface du lit. Ne voyant Reiko nulle part, il se demanda même s'il ne l'avait pas chassé involontairement en prenant toute la place. Après tout, il n'avait pas vraiment l'habitude de partager son lit et encore moins de dormir avec quelqu'un. Il se demanda même si, comme elle l'avait annoncé avant qu'ils ne s'allongent, elle n'y était pas restée que quelques minutes. Il s'était endormi tellement vite qu'il n'avait pas vraiment pu constater ce fait.

Puisqu'il était seul, il en profita pour s'étendre sur tout le lit et s'étira longuement, grimaçant un peu à cause de sa plaie qui le tirait. Il réalisa alors qu'il n'y avait pas Reiko... mais que Bookman était également aux abonnés absents. Ils étaient peut-être sortis pour discuter mais en doutait fortement. Ce n'était pas dans les habitudes du vieil homme. A moins que leur intérêt commun pour la médecine leur ait permis de se trouver un sujet de discussion ? Le bruit de l'eau qui coulait le fit sortir de ses interrogations, lui signifiant qu'il n'était pas aussi seul qu'il le pensait. Quelqu'un occupait la salle de bain ? Il eut rapidement l'identité de l'occupant lorsqu'il vit Reiko en sortir, le saluant alors d'un sourire
.

« Bonjour Reiko ! Ouais bien dormi même si pas assez à mon goût ! Je dois avoir du sang de marmotte je crois bien. Et toi ? T'as dormi dans l'lit finalement ? » demanda t-il en se grattant l'arrière de la tête

Tandis que Reiko se dirigeait vers la fenêtre, Lavi en profita pour se redresser mais resta toutefois assis sur le lit, pas encore très bien réveillé. Il réajusta son bandana qui lui retombait en partie sur les yeux à cause de ses mouvements durant la nuit puis reposa les yeux sur la jeune femme. Il espérait qu'elle ait tout de même pu se reposer un minimum. Elle lui avait sourit mais il savait mieux que quiconque que l'on pouvait très bien dissimuler ce que l'on ressentait réellement. Tant qu'elle allait de l'avant, c'était ce qui comptait. La jeune femme se retourna finalement vers lui, l'interrogeant à propos de sa blessure
.

« Oh elle me rappelle qu'elle est toujours là mais ça va déjà un peu mieux ouais, grâce à toi. Si t'estimes qu'il faut le changer, fais donc, j'vais pas protester contre des soins ! » répondit-il en se positionnant pour permettre à Reiko de procéder au changement

Puisque c'était elle l'experte, il la laissa faire ce qu'elle estimait nécessaire sans émettre la moindre protestation. Il maintenait simplement son t-shirt relevé le temps qu'elle change le pansement en observant les traits de son visage pour se faire une idée de ce qu'elle pensait de l'état de la blessure. Aucune grimace n'apparue, signe que c'était plutôt une bonne nouvelle qu'une mauvaise. Soulagé, il se détendit un peu plus, écoutant ce que la jeune femme lui racontait. Le départ était prévu pour le début d'après-midi ? Voilà plutôt une bonne nouvelle
.

« Cool, ça nous évitera de tourner en rond ! J'espère que t'aimes le train car on en a pour un p'tit moment ! » fit-il en riant à demi

Tout le monde n'aimait pas les voyages en train, généralement longs et pénibles. Néanmoins pour le moment il n'y avait que ce moyen de transport de disponible pour effectuer leur trajet. Les autres étaient bien trop lents et donc pas des plus intéressants. Reiko avait dit ne jamais avoir quitté le village donc le rouquin ignorait si elle avait déjà eu l'occasion de prendre le train. Au pire des cas, ce serait l'occasion ou jamais. Une fois le soin terminé, la japonaise lui demanda s'il souhaitait manger. Il avait bien un petit creu mais pas au point où son estomac criait famine. Néanmoins, puisqu'un long voyage les attendait, autant manger correctement avant le départ
.

« Ouep ! Profitons d'un bon repas, j'doute qu'on puisse manger de nouveau comme il faut jusqu'à notre prochaine destination. Autant s'remplir l'estomac ! » répondit-il en se levant du lit

Lavi se dirigea vers sa veste qu'il enfila, rangeant le golem dans l'une des poches puis fit signe à Reiko de lui emboiter le pas, descendant les marches qui menaient à la salle de repas. A cette heure-ci, il y avait encore peu de mon, ce qui n'était pas plus mal pour pouvoir discuter un peu. Lavi s'adressa au comptoir pour demander de quoi manger puis s'installa à une table en compagnie de la future exorciste le temps que leur commande arrive
.

« La nuit porte conseil il parait. T'as p't'être d'autres questions depuis hier ? Des précisions que t'aimerais ? » demanda t-il en s'accoudant à la table

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Mer 13 Juin - 16:20

Tant de choses s'étaient déroulées en l'espace de quelques heures... Reiko assimila tant bien que mal les nouvelles et les informations patiemment données par Lavi. Le flot de toutes ces données embrouillait plus ou moins la jeune femme, et c'est pourquoi elle se raccrochait le plus possible à la réalité afin de garder son sang-froid du mieux possible. Qu'elle relâche sa vigilance, et elle fondrait en larmes sur le champ. C'est d'ailleurs ce qui finit par arriver, après qu'elle ait cru que l'exorciste avait finalement plongé dans le sommeil. Néanmoins, la présence du jeune homme à ses côtés et la crise de larmes qui libéra sa tension lui fit plutôt du bien. Elle ressentait beaucoup de culpabilité par rapport à la disparition de ses parents, mais les paroles du rouquin réussirent plus ou moins à la calmer et à la faire penser à autre chose; elle l'en remercia d'ailleurs, ponctuant ses propos d'un sourire. Elle finit aussi par accepter de se reposer et de s'allonger un moment sur le lit, gardant tout de même une certaine distance entre eux deux. La fatigue eut quand même raison d'elle, et elle dormit d'une traite jusqu'à l'aube, ce qui ne représentait que quelques heures. Elle ne se réveilla même pas quand Lavi vint se caler contre elle et l'enlacer d'un bras. Elle ne s'en rendit compte que lorsqu'elle ouvrit les yeux au petit matin.

Prenant garde à ne pas réveiller le jeune homme, elle s'extirpa doucement doucement de son étreinte et des draps. Il émit un grognement mais n'ouvrit pas les yeux pour autant. L'infirmière salua aussi Bookman qui ne tarda guère à s'éclipser après l'avoir informé de leur départ en début d'après-midi. Les yeux encore alourdis par le sommeil, Rei passa par la salle de bains pour se passer de l'eau fraîche sur le visage et remettre ses idées en place. Elle avait bien cauchemardé cette nuit... dans sa tête traînaient quelques souvenirs flous qu'elle ne voulait guère préciser. Elle les refoula dans un coin de son esprit tandis qu'elle se recoiffait et qu'elle ressortait de la petite pièce pour revenir dans la chambre et saluer Lavi qui venait de s'éveiller.

    « Ça va... et oui, du coup. J'espère que je ne t'ai pas réveillé en pleine nuit, je devais être plutôt agitée... »


La jeune femme ne délivra pas tout de suite les nouvelles au rouquin, lui laissant le temps de se réveiller et de retrouver ses esprits. C'est avec un air pensif qu'elle regarda par la fenêtre l'aube se lever, arborant pour le moment une couleur gris perle. Le soleil ne ferait vraiment son apparition que dans une ou deux heures, le temps qu'il dépasse l'horizon dessiné par le sommet des montagnes des Alpes. Au bout d'un moment de réflexion, elle revint à elle et se tourna vers l'exorciste afin de lui demander si elle pouvait s'occuper de sa plaie. C'était le genre de blessure qui demandait un suivi régulier, le risque infectieux était très élevé. Elle attendit l'accord du jeune homme avant de chercher dans son sac de quoi le soigner, et de s'asseoir à côté de lui afin de procéder au nettoyage et au changement des bandages. Elle en profita pour informer Lavi que leur départ était programmé pour cet après-midi, nouvelle qui sembla lui faire plaisir.

    « À vrai dire, je n'ai jamais pris le train... » avoua-t-elle avec un sourire, avant de l'informer du meilleur état de sa blessure et de remettre son haut en place. « À t'entendre, ça n'a pas l'air d'être un moyen de transport confortable ? »


Le seul moyen de transport que connaissait Reiko, c'était ses propres jambes. Et le cheval, mais elle n'avait eu que très rarement l'occasion d'en monter et n'avait pas spécialement apprécié l'expérience, craignant de tomber ou que l'animal s'emballe et qu'elle n'arrive pas à le maîtriser. Elle préférait largement garder les pieds sur terre, au moins elle ne risquait rien...
Elle se releva ensuite avant de demander à Lavi s'il avait voulait se sustenter, ce à quoi il répondit par l'affirmative, se levant de la couche pour enfiler sa veste, dont Rei remarqua le grand crucifix représenté dans le dos et les croix au niveau des épaules. Des prêtres noirs... l'habit était quand même assez voyant. La jeune femme s'étira une dernière fois avant de suivre le rouquin dans le couloir jusqu'à la salle principale au rez-de-chaussée, où elle s'assit avec lui après avoir commandé de quoi manger. Le jeune homme profita alors de ce moment pour lui demander si elle avait de nouvelles questions. Rei prit le temps de mettre un peu d'ordre dans sa tête avant de formuler ses questionnements.

    «  Hé bien... quels sont les enjeux de cette guerre ? Son histoire ? »


C'était très vague comme question, mais il fallait bien commencer quelque part. Et pour comprendre le présent, il fallait d'abord connaître le passé, alors c'était toujours un départ. Ses demandes se préciseraient certainement au fur et à mesure que Lavi lui en dirait plus. Elle s'interrogeait en fait sur le but des exorcistes, était-ce de détruire tous les Akumas qu'ils croisaient ? Éviter que d'autres armes démoniaques soient créées ? Tous les humains étant susceptibles de succomber au désespoir et de recourir au Comte Millénaire pour ressusciter un proche décédé... alors le monde entier pouvait y passer. Et puis comment reconnaître un Akuma lorsqu'il revêt l'enveloppe corporelle de l'humain qu'il possède ? Reiko se força à lister ses questions et à les prioriser, se retenant de noyer le rouquin sous un flot de demandes.

    « Et que se passera-t-il quand on sera à la... Congrégation ? Tu peux me la décrire ? Hmm... désolée je pose trop de questions à la fois... »


Elle allait intégrer une organisation dont elle ignorait encore presque tout, aussi était-il normal qu'elle s'inquiète de ce qui l'attendait là-bas. Elle s'accouda au bord de la table, penchée vers Lavi afin d'écouter ses explications. En tout cas, elle était dans un état d'esprit légèrement meilleur que la veille, aussi pourrait-elle mieux comprendre les propos de l'exorciste.
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Ven 15 Juin - 11:02

Lavi avait l'impression de n'avoir dormi que quelques heures à peine. C'était d'ailleurs sans doute le cas finalement vu les événements qui s'étaient déroulés au cours de la soirée. Finalement, il n'avait pas dû dormir beaucoup même si son sommeil avait été lourd et aucunement hanté par des cauchemars contrairement à Reiko. Dormir à deux dans le même petit lit n'avait semblé déranger ni l'un ni l'autre au final même si Lavi ne s'était à aucun moment rendu compte qu'il s'était collé à la jeune femme durant son sommeil. C'était une chance qu'il n'ait pas eu à dormir avec Bookman... D'ailleurs le vieil homme était absent. Etait-il au moins rentré de la veille ? Lavi avait-il loupé son appel si appel il y avait eu ? Non, le golem l'aurait réveillé par le bruit strident qu'il émettait... Et à défaut, il aurait réveillé Reiko qui l'aurait réveillé. Sûrement. Trop d'hypothèses se formulaient dans la tête du rouquin et il préféra les laisser de côté le temps de se réveiller.

Reiko était également absente mais elle se manifesta peu après, sortant de la salle de bain visiblement plus matinale que Lavi. Avait-elle seulement pu fermer l'oeil de la nuit avec tous ses tracas ? Bien qu'encore endormi il ait sentit sa chaleur le quitter, il n'était pas certain qu'elle ait passé la nuit à côté de lui puisqu'elle avait dit simplement rester quelques minutes. Finalement, elle lui confirma qu'elle avait dormi tout ce temps sur le lit plutôt qu'au sol. Au moins c'était une bonne chose. Elle s'excusa de quelque chose qu'elle n'avait pas fait et le rouquin secoua la tête négativement
.

« Tant mieux, au moins t'as pu te reposer un peu ! Et t'en fais pas, j'ai un sommeil de plomb ! C'est difficile d'me réveiller, je t'assure. Par contre j'ai tendance à remuer pas mal. Pas l'habitude d'avoir quelqu'un à côté d'moi alors j'espère que je t'ai pas empêché de fermer l'oeil non plus ! » répondit-il avec un sourire désolé par avance

Non, il n'avait absolument rien sentit en dehors du moment où elle avait quitté les draps. Et là encore, cela n'avait pas suffit à le réveiller tout de suite. Le sommeil était vraiment un état second chez l'archiviste. S'il s'écoutait, il passerait ses journées à dormir. Il le faisait déjà lorsqu'il lui arrivait d'avoir un jour de congé. Une façon comme une autre de rattraper son sommeil en retard. Mais puisqu'il était levé et que la japonaise l'était également, pas question de se rallonger. De plus, le départ étant prévu pour le début d'après midi, autant qu'ils se préparent afin de ne pas être contraints de devoir courir après le train. Cela serait ballot de manquer le train qu'ils attendaient depuis la veille. Cela avait tout de même eu du bon car cela leur avait permis de rencontrer Reiko, une compatible et une jeune femme des plus agréables. Si seulement tous les exorcistes étaient tous comme elle... Reiko expliqua ne jamais avoir prit le train, ce qui n'étonna pas tellement le rouquin
.

« Disons qu'avoir des bancs un peu plus confortables ce serait pas du luxe ! Mais tu verra, c'est sympa ! Voir le paysage ainsi défiler sans avoir à bouger c'est reposant. M'enfin, si je pouvais m'en passer, je le ferai. J'voyagerai plus que grâce à mon maillet, héhé. » répliqua t-il d'un air amusé

Le pouvoir de son Innocence avait ce côté pratique dont il avait du mal à se passer. Lorsqu'il perdrait son statut d'exorciste, ce petit plus allait clairement lui manquer. C'est qu'il s'y était attaché à cette Innocence à force ! Il n'hésitait pas à s'en servir dès qu'il en avait l'occasion, surtout si cela pouvait lui faciliter la tâche et raccourcir la durée de ses voyages. Néanmoins, même s'il pouvait faire voyager plusieurs personnes dessus, le train restait un moyen de locomotion bien plus discret...

Une fois vêtu, Lavi descendit en compagnie de Reiko pour se mettre quelque chose sous la dent avant le départ. Les commandes étant passées, il ne leur restait plus qu'à discuter un peu pour faire passer le temps. Ca tombait plutôt bien, le rouquin n'était jamais à cours de discussion mais il supposait que sa nouvelle collègue avait sûrement plein de questions à propos de son futur boulot. Assis à une table dans un coin de l'auberge, l'exorciste lui proposa donc de lui demander ce qu'elle désirait. Après un petit moment de réflexion, elle le questionna à propos des enjeux de la guerre. Elle enchaina sans attendre la réponse sur la Congrégation et sa configuration, s'excusant aussitôt de poser trop de questions. Lavi n'allait sûrement pas lui jeter la pierre. A ce niveau là, il était bien pire qu'elle
.

« Les enjeux hmm ? C'est plutôt simple en fait. L'but c'est d'empêcher l'Comte Millénaire d'détruire le monde. Ouais, rien que ça ! A vrai dire, on ignore ce qu'il cherche au juste... mais il désire clairement éliminer la race humaine en tout cas. Alors bon, on va pas s'laisser faire en restant les bras croisés à attendre que ça s'passe. Comme t'as pu l'voir, il utilise ses Akuma pour ça et autant te dire que la population lambda peut pas faire grand chose face à ça. T'as entendu parler du Déluge ? De l'Arche de Noé ? Ben c'est pas une légende, ça s'est réellement produit. Sauf que la version officielle est quelque peu éloignée d'la vérité. En fait, le Comte... » commença t-il, interrompu par un fracas à l'entrée de l'auberge

Deux hommes venaient d'entrer précipitemment, ayant ouvert les portes du bâtiment tellement vite qu'elles avaient claqué contre le mur. Ils semblaient essouflés et regardaient partout autour de la salle comme s'ils cherchaient quelque chose avant de se diriger vers le comptoir, demandant quelque chose à l'aubergiste. Lavi les observa un court instant puis reposa les yeux sur Reiko, préférant les ignorer
.

« J'en étais où moi... Ah ouais le Comte Millénaire est plutôt vieux. Ca date de... »
« Lui, là ! » l'interrompit un des deux hommes qui étaient entrés précédemment

Lavi tourna les yeux vers la voix et se rendit compte que l'un d'eux s'approchait de leur table. Que voulait-il à la fin ? Le rouquin le suivit des yeux jusqu'à ce que l'homme vienne se planter devant lui. Sans se présenter ou même attendre, le type attrapa le bras de l'exorciste d'un air précipité puis le tira vers lui pour le faire se lever. Lavi écarquilla l'oeil, ne comprenant pas à quoi il jouait. Qu'avait-il donc fait pour mériter ça ?


« Venez, on a besoin de vous, c'est horrible, vous devez faire quelque chose !! » s'écria l'homme qui venait de l'attraper
« Hein ? Mais que... » eut-il à peine le temps de dire
« Il est trop jeune pour en être un ! » fit l'autre homme resté près du comptoir
« Mais non, regarde la croix sur son uniforme ! C'est un prêtre je te dis, j'en ai déjà vu !! » répliqua l'autre tout en entrainant Lavi à sa suite sans lui demander son avis
« Mais je... »
« T'as raison ! Vite, amenons le là-bas !! »


Lavi jeta un regard désespéré vers Reiko. Il ne voulait pas la laisser là ainsi seule mais les deux hommes en avaient décidé autrement, ne s'occupant absolument pas de la jeune femme attablé avec lui. Ils l'avaient bien regardé un court instant mais ne s'étaient finalement pas intéressé à elle. Le rouquin comprenait maintenant mieux pourquoi c'était après lui qu'ils en avaient. Son uniforme... Les paroles de Bookman de la veille lui revenaient en tête. "Discrétion". C'était raté. Encore à demi réveillé, Lavi avait oublié le "léger" détail qu'ils étaient là incognito et que s'ils portaient de longues capes pour masquer leurs uniformes, ce n'était pas pour rien. C'était maintenant trop tard, il s'était fait remarquer et était à présent emmené vers une destination inconnue... Fichu uniforme !

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Sam 16 Juin - 11:53


La nuit, aussi courte avait-elle été, s'était finalement terminée sans anicroches, à l'opposé de la façon dont elle avait commencé. Et bien que Reiko ait réussi à fermer l'œil, elle n'avait pas réussi à bien se reposer, avec tous les cauchemars qui l'avaient hantée. Comment en aurait-il pu être autrement de toute façon, avec tout ce qui s'était passé la veille ? Quoiqu'il en soit, elle s'extirpa de son sommeil comateux et se passa de l'eau sur le visage pour finir de reprendre ses esprits. Elle ne tarda pas à revenir dans la chambre et salua le rouquin qui venait juste de s'éveiller, visiblement avec beaucoup de difficultés. Elle s'excusa auprès de lui si elle s'était à tout hasard montrée trop agitée durant la nuit, ce qui aurait pu le réveiller. Il lui assura que non et fit de même une remarque de son côté. Oh, il avait sans doute bougé oui, au point d'enlacer la jeune femme, mais ça ne l'avait pas dérangée dans son sommeil; pour preuve elle ne s'en était rendue compte que lorsqu'elle s'était éveillée.

    « Non, ne t'inquiète pas ! Tu ne m'as pas dérangée. »


Elle attendit que Lavi reprenne ses esprits et rajuste son bandeau et ses vêtements avant de lui faire part des nouvelles que lui avait confié Bookman, surtout celle concernant la ligne de chemin de fer réparée. La discussion continua tandis que l'infirmière s'occupa de la blessure du jeune homme qui heureusement était sur la voie de la guérison. L'exorciste semblait plutôt content que le train n'ait pas plus de retard, et espéra à voix haute que la jeune femme appréciait ce moyen de transport. Rei fut bien obligée d'avouer qu'elle ne l'avait jamais utilisé. Vu le ton peu appréciateur dont Lavi en parlait, la japonaise lui demanda de l'éclairer, et comprit que le confort n'était pas la caractéristique principale du train. Elle sourcilla néanmoins dans il évoqua son arme.

    « Voyager... avec ton maillet ? Comment ça ? »


Elle crut avoir très mal entendu les paroles de l'exorciste. Comment son marteau pouvait-il servir de moyen de transport ? Certes il était magique, Reiko n'avait pas oublié la manière dont la tornade de flammes avait jailli du sol après qu'il ait été frappé par le maillet... possédait-il encore d'autres talents ? L'espace d'un instant, la jeune femme se figura l'arme du rouquin comme le balai volant d'une sorcière... voilà qui était vraiment très étrange.

Après quoi, ils décidèrent de descendre afin d'apaiser la faim qui commençait à faire gronder leurs ventres. Reiko n'avait rien avalé depuis la veille, mais avec ce qu'il s'était passé, se nourrir avait été le dernier de ses soucis. Ce matin encore, mais si son estomac commençait à protester, elle ne risquait pas de manger énormément, se sentant encore trop barbouillée. Elle suivit néanmoins le rouquin et s'installa avec lui après que la commande fut passée. Lavi en profita pour lui demander, maintenant qu'ils étaient au calme et que la jeune avait pu assimilé les informations de la veille, si elle avait d'autres questions à poser.

Bien sûr qu'elle en avait. Pour le moment elles étaient en désordre dans sa tête aussi prit-elle un temps de réflexion pour remettre ses idées en place et prioriser ses demandes. Et lorsqu'elle commença à parler, elle se retint juste à temps de poser d'autres questions. Elle venait en effet d'en poser plusieurs d'affilée, ayant du mal à contenir sa curiosité, mais elle se freina rapidement et s'excusa auprès du rouquin. Ce dernier commença d'ailleurs ses explications, et l'infirmière lui prêta une oreille attentive.

Cette guerre avait donc pour objectif d'empêcher ce fameux Comte Millénaire de détruire le monde... voilà qui était une notion un peu trop large. Lavi cependant la précisa bientôt en ajoutant qu'il cherchait à détruire la race humaine et qu'il était à la recherche de quelque chose. Quoi, ils n'en savaient rien. Autant dire qu'ils n'étaient pas bien avancés... Reiko ne fit néanmoins aucun commentaire jusqu'à ce que le rouquin évoque une chose qu'elle connaissait bien.

    « L'Arche de Noé ? De l'Ancien Testament ? Bien sûr, ce sont des histoires qu'on nous enseigne enfants... »


Ici, le livre qui était le plus lu était la Bible, évidemment. Les italiens étaient très catholiques et la majeure partie de la population était pratiquante. Aussi les passages les plus importants du Livre Saint comme par exemple la Genèse étaient bien connus de n'importe quel italien. Elle laissa l'exorciste poursuivre son récit, précisant même à un moment que l'histoire du Déluge était une réalité, bien que différente de la version connue de tous, ce qui attisa davantage la curiosité de la jeune femme.

Cependant, un bruit énorme interrompit les paroles de Lavi, et tous deux se tournèrent vers sa source qui se situait à l'entrée de l'auberge, où deux personnes venaient d'entrer avec précipitation avant de s'accouder au comptoir et de parler vivement avec le propriétaire de l'auberge. Reiko reconnut deux hommes du village, mais elle reporta vite son attention sur le jeune homme à ses côtés qui avait repris la parole... pour être de nouveau interrompu par l'un des deux hommes qui venaient d'entrer. Le plus vieux s'était approché du rouquin, et après avoir jeté un œil à la jeune femme, l'avait pris brusquement par le bras et l'avait forcé à se lever. Que se passait-il donc ?

    « Pietro, qu'est-ce que tu... »


La jeune femme n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'un dialogue s'était engagé entre les deux hommes, ignorant totalement les protestations du pauvre Lavi qui dut suivre contre son gré l'homme d'âge mûr qui lui avait emprisonné le bras. Reiko échangea avec le jeune homme un regard d'incompréhension, mais elle n'allait certainement pas en rester là. Puisque Pietro ne l'écouta pas, elle se leva à son tour et rattrapa les trois hommes qui sortaient du bâtiment, attrapant cette fois le bras de l'homme plus jeune pour être sûre d'attirer son attention et d'obtenir des réponses.

    « Gabriele, qu'est-ce qui se passe ? Pourquoi avez-vous besoin de lui ? »


Elle avait compris que les deux hommes avaient embarqués Lavi à cause de son uniforme, le marquant ainsi comme un prêtre. Certes il en était un, mais disons loin d'être « classique »... un Akuma s'était-il manifesté ? Peut-être que oui, peut-être que non... ils auraient du être plus paniqués que cela si ça avait été le cas. En tout les cas, il y avait urgence, mais de quelle nature était-elle ? Quoiqu'il en soit, elle les suivit; comment aurait-elle pu laisser le rouquin seul avec ces deux-là ? Sa remarque personnelle était bien fondée: l'uniforme était vraiment très voyant. Il allait falloir aussi penser à prévenir Bookman qu'ils avaient quitté l'auberge un moment... à priori ils se dirigeaient vers une zone du village où se construisaient de nombreux nouveaux bâtiments... que s'y déroulait-il pour qu'ils aient besoin d'un « prêtre » comme Lavi ?
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Dim 17 Juin - 9:35

Une bonne nuit de sommeil remettait souvent les idées en place, permettant de faire le tri parmi les informations de la veille. Cependant, la nuit n'avait ni vraiment été bonne ni très reposante. Malgré tout, la fatigue et les larmes étaient venues à bout de Reiko, la forçant à fermer les yeux au moins quelques heures. Lavi de son côté avait dormi comme un loir même si, pas assez à son goût. Toutefois, dormir contre quelqu'un lui avait été agréable même s'il n'en gardait aucun souvenir. Son corps, lui, avait apprécié cette chaleur particulière. Raison de son réveil lorsqu'elle avait soudainement disparu avec la japonaise, s'étant levée pour se rincer le visage.

Maintenant que les deux exorcistes étaient réveillés, ils purent se demander l'un l'autre si la nuit avait été bonne, s'excusant mutuellement pour l'éventuelle gêne occasionnée. Visiblement, malgré le manque de place, chacun y avait trouvé son compte. Prenant le temps de s'étirer, Lavi remarqua que la jeune femme ne s'était pas laissée abattre par sa nouvelle vie qui commençait. C'était une bonne chose. Aussi attentionnée que la veille, celle-ci vint changer le pansement de la blessure du rouquin, faisant alors remarquer qu'elle était plutôt en bonne voie pour la guérison. Là aussi, c'était une bonne chose. Les blessures rendaient le combat plus compliqué et même si aucun combat n'était prévu dans les jours à venir, on ne savait jamais à quoi s'en tenir avec les Akuma, si bien dissimulés parmi les hommes. Savoir que la plaie n'allait bientôt plus être qu'un mauvais souvenir rassurait l'archiviste qui se leva aussitôt le soin terminé. Reiko le regardait étrangement, ne comprenant visiblement pas comment l'Innocence du rouquin pouvait lui permettre de voyager comme il l'avait dit lors de leur conversation peu avant. Fatalement, sans l'avoir vu à l'oeuvre, il était difficile d'imaginer les possibilités qu'offrait l'arme en question. Lavi adorait surprendre les gens avec cette faculté de "voyage" plutôt originale. Il en était même fier
.

« Ouep ! Il est super pratique ! En fait le manche s'allonge sur la longueur que j'désire, comme le reste et... Boh, ce s'ra plus parlant de te faire une démonstration en fait ! Je te montrerai ça après manger, dans un coin tranquille histoire d'éviter de trop attirer l'attention. » affirma t-il avec un petit hochement de tête

Effectivement, même si c'était fort pratique, ce n'était pas vraiment des plus discrets. Mieux valait l'utiliser la nuit ou à des endroits où ils pouvaient se faire remarquer sans que cela n'engendre des conséquences. Lavi n'était même pas certain de trouver un endroit approprié pour lui faire la démonstration mais pour l'heure, il pensait surtout à manger. La nourriture n'était pas un de ses centres d'intérêts mais il fallait bien se nourrir pour guérir plus vite. Tout ce qu'il désirait pour le moment, c'était une bonne tasse de café. Ignorant ce que Reiko désirait, il commanda un peu de tout avant de la rejoindre à une table où ils pouvaient désormais parler un peu plus sérieusement de l'avenir de la jeune femme. Puisqu'elle avait besoin d'éclaircissements, c'était le moment ou jamais. Bien placé pour savoir de quoi il parlait grâce aux archives des bookmen, Lavi se mit à lui raconter sans trop de détails les dessous de cette guerre étrange. Il fut interrompu par l'arrivée bruyante d'un duo d'hommes en quête de quelque chose...

Ignorant cet événement, Lavi reprit son récit, rapidement interrompu de nouveau par l'un des hommes qui venait d'arriver. Visiblement affolé, ce dernier l'attrapa par le bras et le tira avec lui pour l'entrainer dehors malgré les protestations de l'exorciste. Tout cela allait trop vite pour lui. L'esprit encore embrumé par le sommeil, le rouquin essayait de comprendre ce qui lui arrivait. Il n'était pas contre aider les gens, mais là il ne voyait pas pourquoi les hommes le voulaient lui. Il réalisa bien vite que la cause venait de son uniforme bien voyant, témoignant de son affiliation à l'Eglise. Se maudissant intérieurement pour avoir oublié qu'ils étaient censés être discrets, Lavi suivit les deux hommes sans trop avoir le choix, se demandant tout de même ce qu'ils voulaient. Tout cela lui rappelait la fois où Allen et lui avaient été capturés par des villageois, convaincus qu'un vampire sévissait dans les environs de leur village. Sacré Kro-chan...

Tandis que le premier homme trainait avec lui un Lavi nageant en pleine incompréhension mais n'opposant toutefois pas trop de résistance, Reiko elle, suivit le mouvement, interpelant l'un des deux hommes, le plus jeune. Visiblement, elle les connaissait, les appelant par leurs prénoms. Gabriele, attrapé par le bras, se stoppa pour se tourner vers la jeune femme, essayant de se dégager avant de finalement la reconnaitre, se calmant
.

« Reiko ? Viens avec nous ! C'est Marcus ! C'est horrible ! Il est possédé !! Lui là, c'est un prêtre non ? Tu le connais ? Il va nous aider, c'est son métier après tout ! » fit-il en parlant assez vite, entrainant à son tour Reiko à la suite des deux autres, un peu plus avancés

Peu après, arrivés sur un chantier de construction, celui qui se nommait Pietro emmena Lavi jusqu'à l'intérieur d'un des bâtiments. De l'extérieur, on pouvait entendre des cris affolés, des exclamations horrifiées mais aussi des hurlements rageurs. Instinctivement, Lavi attrapa son arme du bout des doigts, au cas où il aurait affaire à un Akuma plus vite que prévu. A l'intérieur, allongé sur le sol, se trouvait un homme qui se débattait comme un beau diable, maintenu par quatre autres hommes qui peinaient à le retenir. L'homme ainsi prisonnier gesticulait, hurlait, proférant des choses sans queue ni tête
.

« Il est possédé, faites quelque chose !! » ordonna presque Pietro au rouquin, le poussant dans la pièce pour se rapprocher de l'homme

Lavi observa le soit-disant possédé un court instant. Ca n'avait pas l'air d'être un Akuma. Les Akuma étaient du genre discret pour mieux se fondre dans la masse mais puisque l'on était jamais à l'abri d'un Akuma différent des autres, mieux valait être sûr. Lavi était un exorciste, mais pas du genre auquel on pouvait penser. Cela lui rappela la petite discussion qu'il avait eu avec Reiko à ce sujet, le faisant sourire l'espace d'un instant. Maillet en main, le rouquin lui fit prendre une taille assez importante mais restant limitée par la hauteur de la pièce. Reculant d'un pas, il leva le maillet au dessus de sa tête, prêt à l'abaisser. Lavi était presque convaincu qu'il ne s'agissait pas d'un Akuma mais le meilleur moyen restait de vérifier pour de bon
.

« Mais qu'est-ce que vous... »
« Tenez-le bien hein, que j'vise pas à côté surtout. »


A peine sa phrase terminée, il abattit son arme vers le "possédé", laissant échapper des exclamations de surprises de la part des hommes qui se trouvaient juste à côté. La tête du maillet avait atterri juste à côté du prétendu Akuma qui n'avait pas bougé et ne s'était pas transformé. Aucun doute, c'était bien un homme. Si cela avait été un Akuma, il se serait transformé bien avant pour se défendre. La preuve était là. Comme si de rien n'était, Lavi fit reprendre une petite taille à son arme et la rangea devant l'air médusé des villageois.

« Bon hé bien j'peux vous dire qu'il est pas possédé votre homme là. L'responsable, c'est pas ce que vous appelez "le malin" mais aut' chose. A part gigoter comme un diable, il a fait autre chose ? Antécédents ? »

Pietro après avoir repris ses esprits reposa les yeux sur le rouquin puis sur son ami au sol, réfléchissant.

« Hé bien il était prit de vomissements, de mal de tête... Il disait voir des choses étranges qui n'existaient pas... et d'un coup il s'est mit à hurler comme un fou ! Il... n'est pas possédé alors ? »
« J'vous assure que non, foi d'exorciste ! »


En tournant la tête, Lavi remarqua que Reiko les avait suivis. Elle qui était infirmière, il était possible qu'elle puisse davantage les renseigner. Après tout, si ce n'était pas le "diable" qui était à l'origine de l'état de ce type, c'était peut-être quelque chose d'invisible... comme une maladie par exemple.

« Rei-chan ! Il est p't'être malade, tu crois pas ? C'est toi la pro en c'qui concerne les maladies ! Moi j'peux pas faire mieux... »


~

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Dim 17 Juin - 23:01


Le soleil avait fini par se lever. Aussi insupportables que pouvaient être les évènements auxquels on assistait, il faut se rappeler qu'il y a toujours un lendemain. C'était ce que se disait Reiko tandis qu'elle regardait par la fenêtre la nuit qui se retirait à l'ouest. Elle avait réussi à s'endormir aux côtés de l'exorciste, bien que que cela ne lui avait procuré aucun repos, ou alors trop peu léger pour être pris en compte. Quoiqu'il en soit, elle avisa sa situation actuelle, bel et bien réelle. Elle n'avait certes aucunement l'intention de revenir sur sa décision de devenir à son tour une prêtresse noire, mais elle calcula néanmoins qu'il lui faudrait un certain pour s'habituer à tout cela.

Quand Lavi fut finalement bien réveillé, la jeune femme se chargea de changer son pansement. Encore quelques jours de traitement et il ne resterait qu'une cicatrice, pas superficielle mais tout danger serait écarté pour le rouquin. Tandis qu'elle effectuait son office, ils discutaient du train, moyen de transport que Rei n'avait jamais emprunté. Le jeune homme ne vanta guère le caractère confortable du train, ajoutant qu'il préférait voyager sur son maillet. Ses dernières paroles firent hausser les sourcils à l'infirmière, comment pouvait-il se déplacer avec ce marteau ? Volait-il ? Elle lui posa la question et obtint une réponse tout à fait différente de celle à laquelle elle s'attendait. Rei avait un peu de mal à se figurer la chose en effet, aussi acquiesça-t-elle d'un air approbateur quand le jeune homme lui promit de faire une démonstration.

    « D'accord, je me demande ce que ça va donner, j'ai du mal à visualiser le truc... »


Se déplacer ainsi... voilà qui ne devait pas être très commode ni très discret ! Enfin, pour le moment, ils descendirent tous deux au rez-de-chaussée afin de s'alimenter un peu, mais Reiko était plus motivée à poser des questions au rouquin qu'à aller où que ce soit. Elle ne se sentait pas encore parfaitement dans son assiette pour pouvoir avaler grand chose. Lorsque Lavi lui demanda si elle avait des questions, elle prit un temps pour réfléchir et ordonner ses idées avant de formuler ses demandes. Elle voulait savoir beaucoup de choses, aussi ne réussit-elle pas à poser moins de quatre questions empressées, au terme desquelles elle s'excusa pour s'être montrée si pressante. Pas contrarié pour autant, Lavi se mit à lui expliquer patiemment les enjeux de la guerre, évoquant l'arche de Noé et le Déluge, des histoires qui n'étaient guère inconnues à la jeune infirmière. Le rouquin fut cependant interrompu par la brusque entrée de deux hommes que connaissait plus ou moins Reiko, mais l'exorciste revint vite à son récit, et la jeune femme reporta son attention sur lui.

Malheureusement elle n'en apprit guère plus puisqu'un des deux hommes vint réquisitionner Lavi de force. Sans expliquer la raison pour laquelle ils avaient besoin d'un prêtre, Pietro et Gabriele embarquèrent le rouquin qui jeta un regard désespéré à Reiko. Cette dernière ne resta pas inactive. N'ayant obtenu aucune réponse de la part de Pietro, elle attrapa le bras de son compagnon et le forca à lui répondre. Gabriele parla avec rapidité, le souffle irrégulier, et une fois qu'il ait appris à la jeune femme que l'un de leurs amis, Marcus, était possédé et qu'il leur fallait l'aide d'un exorciste comme Lavi, il attrapa à son tour le bras de la jeune femme et tous deux suivirent le rouquin toujours traîné par Pietro.

Reiko comprenait mieux le caractère de l'urgence. Une sonnette d'alarme retentit alors dans sa tête, un Akuma avait-il fait son apparition ? Marcus s'était-il transformé en machine démoniaque ? Une sueur glacée parcourut son échine en se rappelant de l'abominable apparition de la veille... était-elle prête à refaire face à ce genre de créature ? Ã vrai dire... elle n'avait pas tellement le choix. Elle devait s'adapter et prendre sur elle. L'infirmière se força à respirer calmement et se prépara à affronter une nouvelle fois un Akuma. Par chance, elle avait pris l'Innocence avec elle...

Ils finirent par arriver sur une zone de chantier. À l'intérieur d'un des bâtiments, on pouvait entendre d'affreux cris accompagnés d'une rumeur de panique. Voyant Lavi saisir son marteau, Rei se prépara à son tour à devoir se servir de son Innocence qui avait gardé son apparence de dague.
Marcus était maintenu au sol par quatre autres ouvriers. Il y en avait bien besoin, vu la force qu'il déployait à chercher à se libérer. Ses mouvements brusques étaient accompagnés de vociférations étranges. Voyons... agitation, incohérence...

Elle retint un cri de stupeur lorsque Lavi fit grandir son maillet et l'abattit avec force sur le pauvre homme qui avait toutes les allures d'un possédé. Pour autant Marcus ne fut guère atteint par l'arme de l'exorciste. Apparemment satisfait, le rouquin rangea son arme en affirmant que l'homme n'était pas possédé par le démon. Autrement dit, le fait qu'il ne se soit pas transformé en Akuma était une preuve suffisante. Par ailleurs, si Reiko comparait le cas de sa mère la veille au soir à celui de Marcus aujourd'hui, leurs attitudes étaient à l'opposé l'une de l'autre. Les symptômes de l'homme commencèrent à faire germer des hypothèses dans l'esprit de la jeune fille, qui écouta les antécédents que prononça Pietro en réponse à la demande de Lavi. Elle récapitula donc: agitation, incohérence, vomissements, céphalées, hallucinations... est-ce que...

Elle releva la tête quand l'exorciste l'interpella. Oui il était bien possible qu'il soit malade. L'infirmière acquiesça tandis qu'elle réfléchissait toujours. Lorsque sa réflexion fut faite, elle se tourna vers les autres ouvriers qui travaillaient avec Marcus.

    « Est-ce que dernièrement il a ingéré du seigle ? »


Si c'était le cas, il faudrait l'emmener chez le médecin afin qu'il lui donne un vomitif ainsi qu'un traitement afin de lutter contre les spores qui lui avaient empoisonnés l'organisme... Reiko avait une grande connaissance des plantes et tous les symptômes réunis de Marcus la poussait à penser qu'il s'agissait d'une intoxication à l'ergot de seigle.


~
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Lun 18 Juin - 21:06

Maintenant que Lavi avait éveillé la curiosité de Reiko à propos de son Innocence, il avait hate de lui en montrer plus. Ca oui, il était fier de son arme et de ses multiples fonctions. Elle était certes moins puissante que d'autres mais elle compensait largement par ses vastes possibilités d'utilisation. Le rouquin s'imaginait déjà la tête étonnée de la japonaise lorsqu'il la ferait voyager grâce à son maillet. Tous ceux qui l'avaient testé la première fois avaient tous été surpris ou bluffés. Elle n'y ferait certainement pas exception, il en était persuadé ! Dans un sens, il regrettait un peu que Bookman soit présent. Le vieil homme le rabbrouait dès qu'il faisait quelque chose qui lui déplaisait, même si ce n'était rien. Depuis le temps qu'ils voyageaient ensemble, Lavi savait comment le prendre et à vrai dire, il ne le frappait que depuis qu'il avait endossé cette nouvelle personnalité qui était devenue la sienne. S'était-il trop éloigné de son rôle de Bookman ? Peu importe, il ne voulait pas y penser pour le moment. Il aurait tout le temps de le faire une fois seul. Là, il était avec Reiko et ce n'était clairement pas le moment de la laisser seule ou dans le flou. Elle avait besoin de réponses et il allait les lui fournir.

Assis à une petite table de l'auberge en attendant leur commande de nourriture, les deux jeunes gens pouvaient discuter à propos de la nouvelle situation de Reiko. Il était normal qu'elle veuille s'informer un peu plus sur ce qui allait devenir sa nouvelle vie et Lavi s'appliquait à lui donner un maximum de renseignements. Il y avait énormément de choses à savoir et le rouquin préférait surtout lui donner les plus importantes en priorité. Le reste, elle aurait tout le loisir de le découvrir par elle-même. Lavi s'appliqua donc à répondre à ses interrogations, lui révélant certaines choses que seuls les membres de la Congrégation savaient. La jeune femme n'en faisait pas encore partie, mais c'était tout comme. Juste parce qu'elle était compatible avec l'Innocence, c'était son droit de savoir même si elle refusait ce destin tout tracé par la suite. Il était possible que Bookman désapprouve que son apprenti donne certaines informations confidentielles mais après tout il n'était pas là.

Toutefois, Lavi n'eut pas vraiment le temps d'entrer dans le vif du sujet, interrompu par deux hommes affolés. Si au premier abord, ils ne semblèrent pas intéressés par le duo présent dans l'auberge, ce fut rapidement l'inverse qui se produisit. Il n'y avait pas à dire... l'uniforme des exorcistes attirait l'oeil. Les multiples croix présentes un peu partout sur un uniforme aux tons noirs et blancs n'étaient pas particulièrement discrètes. Que dire de la croix de Rosaire qui brillait sur le torse de la veste... ? Un véritable aimant. Oui mais aimant à Akuma. C'était le but même de cette tenue avant d'être un moyen d'uniformité et de reconnaissance entre exorcistes. En tout cas, il était plus facile de combattre les Akuma lorsque ceux-ci prenaient le risque de prendre leur véritable forme afin de tuer les exorcistes. Néanmoins... cette fois-ci, ce furent des humains tout à fait normaux que l'uniforme attira. Cela donnait un goût de déjà-vu au rouquin qui espérait qu'il ne finirait pas encore saucissonné à une chaise...

Au lieu de ça, l'homme le plus âgé l'entraina avec lui en criant qu'il avait besoin de son aide. Pourquoi diable les villageois étaient obligés de demander de l'aide de la sorte ? Ils ne pouvaient pas demander tout simplement sans se sentir obligés de trainer leur interlocuteur ? Tout cela ne donnait pas forcément très envie de leur venir en aide. A croire qu'ils pensaient qu'en tant que prêtre ou exorciste, il était dans l'obligation de s'occuper de leurs histoires à dormir debout. Car oui, c'était sans doute ça, une fois de plus...

Il en eut rapidement la confirmation une fois arrivés sur place, vite rejoint par Reiko et le second homme. Devant eux se tenait un homme qui aurait effectivement pu être pris pour un possédé. Ce que l'on lisait dans les livres qui évoquaient le sujet décrivait plutôt bien les symptômes dont il semblait atteint à première vue. Néanmoins, les Akuma et les démons imaginaires n'avaient rien en commun. Les véritables démons étaient inconnus des simples humains et tout ce qui touchait au Diable était pure imagination. Mais allez expliquer ça à de simples villageois... Même Reiko qui avait était témoin de l'apparition d'un Akuma avait eu du mal à y croire sur le coup. Lavi examina tout de même le soit disant possédé, mais à sa façon. Un Akuma avait un instinct de survie plutôt développé et le simple fait de le mettre en danger suffisait à lui faire revêtir sa véritable forme... en principe.

Toutefois, il ne se passa rien du tout lorsque Lavi abattit son maillet juste à côté de l'homme possédé. Ce n'était pas la première fois qu'il procédait ainsi et jusqu'à présent cela avait toujours fonctionné. L'homme n'était donc pas un Akuma. Mais qu'avait-il dans ce cas ? Voyant que Reiko était présente, Lavi sauta sur l'occasion. Elle était infirmière non ? Les pathologies, ce devait être son domaine. S'il s'agissait d'une maladie, elle la trouverait probablement ou aiderait au moins à la guérison du malade. Pietro les regarda, un peu interloqué, ne sachant pas trop quoi répondre, songeur. Ce fut Gabriele qui prit la parole cette fois
.

« Hé bien... Difficile à dire, on n'a pas surveillé tout ce qu'il a pu manger mais je sais qu'il se vantait d'avoir fait lui même son pain. Peut-être que c'est un des ingrédients qu'il a utilisé... ? »
« Bon bah dans l'doute, touchez à aucune nourriture ! Autant éviter un autre cas... »
« Oui c'est du seigle. Il m'en a parlé hier, quand il évoquait sa fabrication. » fit remarquer un des hommes qui le tenait
« Rei-chan, t'as une idée d'quoi faire pour le soigner ? Médicaments ? Autre ? »

Puisque le souci était visiblement localisé, il ne restait plus qu'à le guérir d'une façon ou d'une autre. Plus de peur que de mal et au moins il n'y avait pas de trace d'un quelconque Akuma, c'était déjà ça. Une fois que la japonaise leur aurait indiqué quoi faire, il ne leur resterait plus qu'à partir. Ils ne pouvaient sûrement pas faire grand chose de plus...


~

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Mar 19 Juin - 20:23


Reiko avait beaucoup de mal à visualiser le fait que le maillet de Lavi pouvait le faire voyager. Lorsque le jeune homme évoqua cette caractéristique de son arme, l'infirmière avait laisser faire son imagination, qui avait alors formé dans son esprit l'image du rouquin volant littéralement sur son marteau de la taille d'un balai, à l'instar de celui des sorcières comme dans les livres d'enfants. C'était idiot bien sûr, et heureusement l'exorciste lui expliqua bien vite le mécanisme spécial de son maillet. Rei doutait de la discrétion d'un tel moyen de transport, mais cela devait être assez impressionnant, aussi accepta-t-elle avec un sourire la proposition du jeune homme comme quoi il lui montrerait ultérieurement la façon dont il se déplaçait avec son marteau.

Quoi qu'il en soit, à présent qu'ils étaient au calme installés à une table, l'infirmière pouvait formuler ses questions qu'elle avait pris soin d'abord de de lister mentalement à Lavi. Il lui fut difficile de contenir toute sa curiosité, aussi s'excusa-t-elle auprès du jeune homme pour ses demandes trop empressées. Le rouquin n'en tint pas compte cependant et commença patiemment à expliquer à la jeune femme les enjeux de la guerre. Elle comprit déjà qu'il y avait un rapport avec une partie de l'Ancien Testament, et plus précisément avec celle qui traitait du Déluge, dans la Genèse. Il semblait que ce n'était apparemment pas qu'une légende. Pour Reiko qui n'avait jamais pris la Bible que pour un simple livre à l'histoire intéressante, cette information accrut sa curiosité, et elle avait hâte d'en savoir un peu plus.

Pourtant l'exorciste ne put guère lui en dire plus pour le moment, puisque deux ouvriers, du nom de Pietro et Gabriele, avaient surgi dans l'auberge et attrapé Lavi, dont l'uniforme leur avait révélé sa véritable fonction de prêtre. Sans expliquer le pourquoi du comment cependant, ils entraînèrent le rouquin complètement déboussolé derrière eux afin qu'il procède à un exorcisme. Reiko stoppa Gabriele dans sa course et lui demanda de se montrer plus clair quant à la situation qui les mettait dans un tel état de panique. Le jeune homme expliqua alors que Marcus, un de leur compagnons, montrait des signes de possession et qu'il s'agissait véritablement d'une urgence nécessitant la présence du « prêtre » afin de rétablir leur camarade.

La jeune femme comprit pourquoi les ouvriers manifestaient une telle panique : Marcus faisait montre d'une violence inouïe dans ses spasmes et ses cris, et était maintenu au sol par quatre de ses compères parmi les plus vigoureux, et même à eux quatre ils avaient du mal à maintenir leur ami déchaîné. Lavi quant à lui procéda à une rapide petite expérience qui lui permit de prouver que l'homme n'était pas un Akuma : il brandit haut son maillet qu'il avait fait décuplé de taille avant de l'abattre à côté de l'homme. Marcus n'avait pas changé d'apparence, il n'était donc pas possédé. Pourtant il était bel et bien « malade », et Reiko commença à chercher une cause à tous ces signes cliniques qu'elle avait face à elle, listant ses observations. Elle commença à formuler une hypothèse dans sa tête, qui se confirma lorsque l'un des ouvriers lui apprit que Marcus avait ingéré du seigle. Il se pouvait qu'il s'agisse là d'un cas d'ergotisme, mais la jeune femme avait besoin de davantage de preuves. Concentrée, elle s'avança vers le malade, qui s'était calmé pour le moment, et s'agenouilla à ses côtés, lui prenant la main et exerçant une pression sur son avant-bras avec ses doigts.

    « Est-ce que vous sentez la pression ? »


L'homme répondit négativement. Reiko rechercha d'autres signes, prenant notamment le pouls au niveau de son poignet, et qu'elle sentit très faiblement, et examinant les doigts des deux mains, qu'elle trouva froids et qui pour certains présentaient des tâches sombres de nécrose. Son hypothèse se confirma, et elle se releva tandis que Lavi lui demandait ce qu'elle pouvait faire.

    « Malheureusement pas grand-chose. Il a du être empoisonné par le seigle, mais seul le médecin pourra confirmer ça. Il n'y a pas de traitement pour ça à ma connaissance, on ne peut que contrôler son alimentation et soulager ses douleurs. S'il ne mange plus de son pain, alors peut-être qu'il redeviendra normal et n'aura pas de séquelles. »


Rei reprit la main de Marcus, et profitant du fait qu'il soit conscient et calmé, lui expliqua patiemment la situation et qu'il devait aller voir le médecin sur le champ. Après s'être assurée que l'homme avait bien compris, elle demanda à deux des compagnons de l'ouvrier de l'emmener chez le docteur afin qu'il confirme l'hypothèse de la jeune femme et puisse le prendre en charge correctement. Accompagnée des deux compagnons, elle aida Marcus à se relever et les laissa tous les trois se rendre au plus vite chez le médecin.

La jeune femme soupira; elle avait beau être une soignante et en connaître un bon rayon sur les plantes, il pouvait arriver qu'elle ne puisse rien faire de concret afin de sauver une personne d'un danger certain, soit parce qu'elle n'avait pas de remèdes sur elle soit parce qu'il n'en existait tout simplement pas. Et c'était parfois très difficile de se retrouver face à une pareille impuissance. Elle finit par redresser ses épaules voûtées par la peine et rejoignit le rouquin qui avait rangé son maillet redevenu minuscule.

    « J'imagine qu'un véritable Akuma n'agit jamais de cette façon ? »


S'adressa-t-elle à mi-voix à Lavi. Elle pensait à sa mère la veille, qui depuis qu'elle avait été transformée en Akuma, avait toujours agi et parlé avec un calme olympien et une expression figée... tout le contraire de ce qui venait de se passer pour Marcus. D'ailleurs, le test du jeune homme avait été concluant, si Marcus avait vraiment été une arme démoniaque, il aurait revêtu son horrible apparence de monstre et se serait attaqué à l'exorciste et aux humains qui l'entouraient... en repensant au véritable visage des Akumas, Reiko réprima un haut-le-cœur. Cette vision l'avait vraiment traumatisée ; il lui faudrait un certain temps pour bien s'y faire...


~
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Mer 20 Juin - 16:12

Difficile de passer inaperçu lorsque l'on portait l'uniforme de la Congrégation. Lavi s'en était rapidement rendu compte lorsque des hommes du village l'avaient empoigné pour l'entrainer il ne savait trop où pour une obscure raison. Seuls les gens portant des uniformes reconnaissables pouvaient subir ce genre de choses. Cela n'arrivait probablement pas à tout le monde, fort heureusement. Vu l'urgence que l'on devinait dans les gestes et les paroles des deux hommes, le rouquin supposa que c'était en lien avec un quelconque démon ou un phénomène paranormal. Une autre Innocence peut-être ? Non, impossible qu'il y en ait deux au même endroit. Un Akuma peut-être ? Il en eut rapidement la réponse.

Amené face à un homme agissant comme le décrivaient les livres sur les personnes possédées, Lavi fit un rapide test pour vérifier qu'il ne s'agissait effectivement pas d'un Akuma. Il n'y avait rien de paranormal dans cette situation même si les agissements du "possédé" pouvaient prêter à confusion. Il était normal pour les personnes ignorantes de la véritable situation de croire à un acte du Diable ou quelque chose de ce genre. Pourtant, Lavi savait pertinemment qu'il n'en était rien, plutôt bien informé sur la chose contrairement à la grande majorité de la population mondiale. Mais de là à leur expliquer que cela n'avait rien à voir avec un démon... c'était une autre paire de manches. Il ne pouvait se permettre de leur expliquer qu'un véritable démon n'agissait pas de la sorte, que leurs croyances étaient infondées et que la réalité était bien différente que ce qu'ils s'imaginaient. Quand bien même il l'aurait fait, l'auraient-ils cru ? Sans doute pas, prêtre ou pas. C'était le genre de croyances trop profondemment ancrées pour être détruites d'un claquement de doigt. Même pour Reiko qui avait été témoin de l'apparition d'un Akuma, cela n'avait pas été si facile à avaler.

Il leur fallait donc un point de repère autre pour leur permettre de comprendre que cette affaire n'avait rien à voir avec Dieu ou quelque chose d'approchant. Réfléchissant rapidement, Lavi arriva à la conclusion qu'il ne pouvait s'agir que d'une maladie ou d'un trouble mental. Cela tombait plutôt bien, il avait justement une experte en la matière avec lui. Ou au moins qui s'y connaissait un minimum. Après tout, même si elle était infirmière, elle était jeune et ne devait pas encore tout savoir sur le bout des doigts. Toutefois, c'est vers la japonaise qu'il se tourna pour lui demander son avis, confiant en son talent dont il avait eu un aperçu lorsqu'elle s'était occupée de sa blessure à plusieurs reprises. D'ailleurs, il fut soulagé de constater que sa propre blessure ne s'était pas rouverte malgré la course pour arriver jusqu'au batiment où ils se trouvaient.

Reiko prit les choses en main, s'approchant de l'homme à présent plus calme qu'auparavant. Lavi l'observa faire quelques vérifications, bien plus douces que celle qu'il avait lui-même faite. C'était clair, la jeune femme savait ce qu'elle faisait. Quelque chose de très professionnel se dégageait d'elle, on sentait qu'elle savait ce qu'elle faisait, n'ayant aucune hésitation sur la marche à suivre. Restant silencieux, le rouquin se contentait de rester non loin d'elle, attendant son verdict. Reiko révéla que sa crainte à propos du seigle était très probablement la cause du mal dont était victime l'homme mais ne put rien confirmer, expliquant que seul un médecin le pourrait. Elle ajouta qu'il n'y avait pas vraiment de traitement et que seul un suivi médical pourrait permettre d'éviter des séquelles, si ce n'était pas déjà trop tard. Les villageois avertis, ceux-ci n'attendirent pas plus longtemps pour emmener le malade voir un médecin, remerciant la jeune femme avant de partir.

Reiko revint près de Lavi, semblant attristée par ce qu'il venait de se passer. Etait-elle si empathe avec tout ce qu'elle voyait ? C'était sans doute dû à son métier mais cela risquait de lui jouer des tours. Mieux que personne, il savait que les sentiments quelqu'ils soient pouvaient se révéler douloureux dans bien des situations. Elle se sentait probablement coupable de ne pas avoir été d'un grand secours pour le pauvre homme puisqu'elle n'avait pu le soigner et qu'il était fort possible qu'il n'existe aucun traitement si son diagnostic était le bon. Au lieu d'évoquer le sujet, elle fit plutôt une remarque à propos des Akuma. Pour la réconforter, Lavi posa sa main sur son épaule, l'étreignant avec un sourire comme pour lui dire qu'elle avait fait de son mieux et qu'ils avaient eu de la chance de l'avoir
.

« Effectivement. Les Akuma sont plutôt du genre discrets, à se fondre dans la masse pour ne pas se faire repérer. Bon... ceux de niveaux 1 le sont un peu moins mais quoiqu'il en soit, il n'y a jamais d'agitations comme ça a été le cas aujourd'hui. Ce sont des assassins silencieux et avisés, de dang'reux adversaires, mais pas autant qu'les Noés. On reprend cette conversation aut' part ? » demanda t-il en entrainant la jeune femme avec lui, sortant du bâtiment

Une fois dehors, il constata que le chantier s'était quasiment vidé. Les ouvriers étaient-ils tous partis avec Marcus pour s'enquérir de son état ? Probablement. C'était l'occasion rêvée et puis de toute façon, Lavi se moquait bien d'être discret ou pas maintenant, c'était déjà trop tard. Il grimpa les escaliers de fortune prévus uniquement pour le temps des travaux et grimpa sur le toit. De là, ils seraient plus tranquilles. Attrapant de nouveau son maillet, le rouquin le fit s'agrandir un peu, posant la tête de l'arme sur le toit puis laissant glisser le manche par terre, posant les pieds dessus avant de se tourner vers Reiko, lui tendant la main
.

« En voiture ! » fit-il comme s'il s'agissait d'un train, amusé « Pose bien tes pieds sur le manche et accroche toi à moi ! »

Il attendit que la jeune femme s'exécute et une fois qu'il fut certain qu'elle le tenait bien, il fit s'agrandir le manche, les propulsant vers l'avant, au dessus des toits, filant à toute allure pour rejoindre rapidement l'auberge. Pour une fois, l'atterrissage ne fut pas trop brusque, s'arrangeant pour atterrir sur une surface plate. Lavi se tourna ensuite vers Reiko, récupérant son arme pour la ranger une fois qu'ils en furent descendus.

« Pratique, pas vrai ? J'peux faire ça sur de longues distances ! » affirma t-il d'un air fier de lui « Je pense que notre repas doit être prêt ! Entrons ! » fit-il en retournant à l'intérieur pour rejoindre leur table laissée à l'abandon


~

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Ven 22 Juin - 17:16


En voyant dans quel état se trouvait Marcus, Reiko comprenait bien mieux la panique qui s'était emparée des autres ouvriers, et qu'ils pensent que leur compagnon était possédé par le Malin. Son attitude violente et ses cris étaient tout à fait conformes aux illustrations et descriptions qu'elle avait pu lire par le passé sur les possédés et ceux qui faisaient des crises de folies ou de démence. C'était la raison pour laquelle Pietro et Gabriele étaient allés chercher du renfort au village et avait embarqué avec eux Lavi, revêtu de l'uniforme des exorcistes. Reiko avait suivi le mouvement, et observait à présent le rouquin élever son maillet au dessus de l'ouvrier enragé avant de l'abattre à côté de lui, ce qui ne changea guère la situation de Marcus. Tout cela n'était qu'un test pour vérifier que l'homme était bel et bien humain et non pas une arme démoniaque comme celle qui avait disparue la veille au soir.

La crise de l'ouvrier continuait, quoiqu'elle commençait à perdre en intensité. Il fallait à présent trouver d'autres facteurs qui pourraient expliquer cette crise de démence. Lorsque le jeune homme roux posa la question aux autres personnes présentes, Rei écouta les réponses qui fusèrent, les associant aux troubles qu'elle voyait chez le malade. Établissant rapidement une liste dans sa tête, elle chercha à quelle pathologie correspondait le mieux tous ces signes cliniques. Cependant, il lui fallait vérifier d'autres données.

Sans hésiter une seconde de plus, Reiko s'avança vers le malade et procéda à un rapide examen, prenant son pouls, observant ses bras et ses extrémités. Ses pulsations étaient très faibles, presque imperceptibles, et des petites tâches noires étaient apparues sur ses doigts, témoignant d'un début de nécrose et qui allait de paire avec la perte de la sensibilité au niveau de ses mains. Par chance, ce que la jeune femme crut être de l'ergotisme n'était pas encore à un stade très avancé. Il fallait qu'à partir de ce moment, Marcus cesse de se nourrir avec le pain de seigle qu'il confectionnait, les céréales utilisées étant mal préparées et renfermant des champignons toxiques qui avait causé la maladie de l'ouvrier. Seulement il fallait l'avis du médecin pour confirmer cette théorie, l'infirmière n'ayant aucun droit de poser un diagnostic médical. Et quand bien même elle aurait vu juste, elle ne pouvait rien faire pour l'homme, puisqu'il n'existait pas de remède connu à son mal. Tout ce qu'il était possible de faire pour le moment était de soulager sa douleur.

Reiko expliqua tout ceci aux ouvriers proches de Marcus, puis réitéra son discours auprès du malade qui s'était calmé, s'assurant qu'il l'ait bien comprise quand elle lui annonça qu'il devait impérativement allé voir un médecin. Elle aida l'ouvrier à se relever, et c'est avec le soutien de deux de ses compagnons de travail qu'il quitta le chantier, en compagnie également des autres travailleurs qui remercièrent la jeune femme, ce à quoi elle répondit par un sourire et un hochement de tête comme pour dire que ce n'était rien et qu'elle n'avait fait que son travail.

Son sourire s'affadit cependant bien vite alors qu'elle rejoignait Lavi. Elle n'aimait guère ce sentiment d'impuissance qui s'emparait d'elle lorsqu'elle se retrouvait face à un cas où elle ne pouvait faire grand chose pour guérir le malade. C'était toujours avec une certaine tristesse qu'elle s'était occupée auparavant de malades en fin de vie, ne pouvant rien faire d'autre pour eux que de soulager leurs douleurs grâce à des médicaments et leur fournir une écoute attentive quand ils formulaient leurs craintes, leurs regrets, leur besoin de parler enfin. Certes Marcus n'était pas aux portes de la mort, mais il était probable qu'il garde quelques séquelles suite à cet empoisonnement involontaire, et il n'y aurait sans doute jamais rien à faire pour éradiquer ces conséquences. Aussi, plutôt que de s'enfoncer dans ses pensées noires, elle questionna Lavi, se doutant fort que les Akuma n'agissaient guère de cette façon, d'ordre général.

Le rouquin dut sentir que la jeune femme était tracassée, puisqu'il apposa sa main sur son épaule et la serra doucement, accompagnant son geste d'un sourire qui se voulait réconfortant. Reiko lui rendit son sourire, bien que le sien soit un peu teinté d'amertume, et écouta la réponse de l'exorciste, qui lui confirma que les armes démoniaques agissaient de façon discrète. Il évoqua par ailleurs une nouvelle fois les Noés et parla également de « niveaux » pour les Akumas.

    « Des ''niveaux'' ? C'est-à-dire ? Enfin, tu as raison, mieux vaut continuer la discussion ailleurs... »


Les murs pouvaient avoir des oreilles, et il était inutile d'alerter plus encore les quelques ouvriers qui étaient restés sur le chantier. Aussi suivit-elle Lavi sans discuter, et elle constata avec lui qu'au-dehors le chantier était vide. À part deux ou trois personnes restées dans le bâtiment et qui s'étaient remises au travail, il n'y avait plus âme qui vive. L'exorciste entraîna alors la jeune femme sur le toit du bâtiment, accessible grâce aux escaliers provisoires qui avaient été montés près du mur ouest. Rei ne comprit d'abord pas ce qu'il souhaitait faire là-haut, mais lorsqu'elle le vit prendre son maillet, l'agrandir et monter sur le manche, elle vit enfin où il voulait en venir: vu qu'il n'y avait personne, c'était en effet l'occasion de lui montrer les prouesses que l'exorciste pouvait accomplir avec son marteau. Avec un sourire, elle attrapa la main tendue du jeune homme et posa ses pieds à son tour sur le manche allongé, avant de passer ses bras autour de Lavi.

    « WOAAAH ! »


Surprise par le brusque départ, elle se plaqua plus fortement contre le rouquin, la joue collée entre ses omoplates, regardant le sol défiler loin en dessous-d'eux. Heureusement, l'exorciste était assez stable, et la jeune femme s'agrippa fermement à lui ; par chance, elle ne souffrait pas tellement du vertige, sinon il aurait été certain qu'elle se serait mise à paniquer. Elle ne relâcha cependant sa poigne autour du rouquin, mais apprécia la rapidité du voyage. En quelques secondes ils avaient rejoint l'auberge. Les deux jeunes gens reposèrent les pieds à terre, permettant à Lavi de récupérer son maillet qui reprit sa taille miniature et rejoignit bientôt son fourreau placé sur la cuisse droite de l'exorciste. Ce dernier était très fier d'avoir pu montrer à la petite infirmière la capacité spéciale de son Innocence.

    « En effet ! Mais tu n'as pas peur que le manche se casse si tu vas trop loin ? » demanda-t-elle naïvement.


Elle suivit le rouquin et se réinstalla avec lui à la table qu'ils avaient quitté promptement, qui comportait à présent leur repas. Guère très affamée, Reiko prit une pomme et entama de nouveau la conversation avant de la croquer...

    « Tu parlais donc des Noés... Pourquoi au pluriel d'ailleurs ? Noé a donc vraiment existé ? Et tu parlais de niveaux d'Akumas... ah, je m'emballe à nouveau. Je me tais ! »


Occupée à mâcher son fruit, cela lui éviterait d'interrompre le rouquin dans ses explications.


~
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Sam 23 Juin - 15:42

Plus de peur que de mal finalement. Même si les choses avaient débuté dans l'incompréhension la plus totale, elles avaient désormais une explication logique qui, fort heureusement, ne concernait en aucun cas les Akuma. Il aurait été étonnant de voir plusieurs Akuma dans la même petite ville mais ce n'était pas improbable. Parfois, ils agissaient en groupe lorsqu'ils cherchaient quelque chose en particulier, comme par exemple l'Innocence qui était désormais celle de Reiko. Mais puisqu'elle avait maintenant un compatible, il valait mieux pour les créatures du Comte qu'elles fassent profil bas. Trois exorcistes étaient trop dangereux pour être affrontés aussi directement.

L'intuition de Lavi avait été la bonne lorsqu'il avait imaginé que l'homme était simplement malade et non une arme démoniaque. La japonaise qui l'avait accompagné lors de sa "capture" par les villageois avait été d'une aide précieuse pour déterminer le mal qui rongeait l'homme agité. Les maladies étaient parfois pire que les Akuma, se répandant comme une trainée de poudre. Par chance, ce n'était en rien contagieux et il était possible que l'homme s'en sorte plutôt bien même s'il n'existait aucun traitement. Au moins il savait à présent à quoi s'en tenir et Lavi supposait que plus jamais celui-ci ne mangerait de nouveau quelque chose à base de seigle et qu'il laisserait tomber la cuisine. C'était le genre d'expérience traumatisante qui vous dégoûtait à jamais de manger certains ingrédients. Maintenant que Reiko avait évoqué l'ergotisme, le rouquin se souvint avoir déjà lu quelque chose à ce sujet. A vrai dire, il lisait assez peu d'ouvrages de médecine, manquant de qualifications pour tout comprendre -ce n'était pas son travail après tout- mais c'était dans un livre historique qu'il l'avait pourtant lu ce phénomène. Par le passé, il n'était pas rare d'avoir fait passer pour fou ou pour démoniaque certaines personnes atteintes de cette maladie. L'homme devenait un être bien cruel face à ce qu'il ne connaissait pas, préférant détruire plutôt que d'essayer de trouver une explication rationnelle. Après tout, mettre une peur sur le dos d'un démon était plus facile que de trouver la véritable raison. C'était le propre de l'Homme que de se tourner vers le divin ou le démoniaque dès que quelque chose le dépassait. Ce genre d'attitude blasait Lavi au plus haut point.

Malgré son diagnostique et ses recommendations, Reiko ne semblait pas satisfaite d'elle-même. Ou plutôt, elle se sentait sûrement encore impuissante. Pourtant, puisqu'elle travaillait dans la médecine, elle devait savoir mieux que personne que les humains ne pouvaient malheureusement pas toujours être plus forts que tout. Un seul micro-organisme invisible pouvait suffire à raser une population entière et il n'y avait parfois aucun remède contre ça. Toutefois, l'archiviste comprenait bien le désarroi qu'elle pouvait éprouver à l'instant. Etre impuissant deux fois d'affilé, c'était suffisant pour douter de soi-même. Cependant, elle n'y pouvait pas grand chose et il essaya de la rassurer de son mieux sans pour autant remettre le sujet sur la table. Reiko lui répondit par un sourire mais sa peine était encore visible. Mieux valait la faire passer à autre chose pour ne pas l'encombrer inutilement de sentiments qui n'auraient fait qu'entraver sa future vocation. Enfin... une vocation elle en avait déjà une, sûrement plus forte que celle d'exorciste car celle-ci, elle ne l'avait pas vraiment choisie d'elle même.

Quoi de mieux pour changer d'atmosphère que de changer d'endroit ? Il était temps de retourner à l'auberge se mettre quelque chose sous la dent. Ainsi, Lavi profita de l'absence de monde autour des bâtiments pour grimper au sommet du toit de l'un d'eux et déployer son Innocence pour un petit voyage aérien. Puisque Reiko s'était interrogée à ce propos, c'était l'occasion de lui faire la petite démonstration promise un peu plus tôt. Sans lui donner plus d'explications, il l'informa simplement de bien se tenir à lui. Si elle s'en tenait à ça, il n'y avait aucun risque pour qu'elle risque de tomber ou de glisser. L'avantage d'être le compatible de cette Innocence était que ses pieds étaient limite collés au manche. Impossible d'en tomber sans le vouloir réellement. Toutefois, pour une autre personne, c'était différent. Du coup, le rouquin veilla à ce que la japonaise soit bien accrochée avant de s'élancer dans les cieux.

Sur le trajet pourtant court, il sentit la poigne de Reiko se resserrer autour de lui. Rien d'étonnant à ce qu'elle ne se sente pas des masses rassurée de voler de cette drôle de façon, ne pouvant rien contrôler du tout à part ses propres gestes devenus bien raides depuis que ses pieds avaient quitté la terre ferme. Cela faisait toujours cet effet là la première fois que quelqu'un testait ce moyen de transport pour le moins original. Heureusement, cela fut plutôt court, l'auberge ne se trouvant pas si éloignée que ça du chantier où ils avaient été entrainés. Une fois l'atterrissage effectué, Lavi rangea son Innocence et rejoignit l'intérieur de l'auberge pour se laisser tomber sur sa chaise, soufflant un grand coup. Reiko avait fait une remarque pertinente à propos du maillet et son utilisateur se sentit obligé de corriger ce qui était pourtant une erreur
.

« Aucun risque ! Solide comme le roc ! Il peut s'étendre sur des kilomètres et même se courber ! Il s'est jamais cassé jusqu'à présent. Enfin si, une fois. Mais c'était différent, c'était lors d'un combat... A force d'trop l'utiliser, mon maillet a fini en morceaux. L'angoisse... J'me sens mieux quand je l'ai à porté de main et pas en miettes ! » répondit-il en souriant

C'était comme si rien ne s'était passé entre le moment où ils s'étaient assis là pour la première fois et leur retour actuel. La seule différence notable était que désormais, la table était garnie de la commande de nourriture effectuée un peu plus tôt. Le rouquin dénoua son écharpe pour se mettre à l'aise puis attrapa un petit pain qu'il commença à manger avec appétit. La jeune femme remit sur le tapis les Noés et les Akuma. Il était temps d'enfin lui répondre
.

« J'vais répondre à tout, pas d'panique ! Bon là, ça devient un peu plus complexe... En fait, on répertorie les Akuma par niveau. Celui qu'tu as vu était ce qu'on appelle un niveau 1. Pas vraiment d'conscience, c'est une machine à tuer assez limitée. Mais à force de tuer, elle évolue. Elle développe une personnalité, des sentiments... comme une vraie personne et pas juste comme un pantin. Elle change d'apparence aussi, mais ça reste toujours du domaine de la laideur... C'pas joli joli. C'est ce qu'on appelle un niveau 2. Et puis les plus puissants jusqu'à présent, ce sont les niveau 3. Ils ont une forme particulière... tous ont la même. Ils deviennent d'véritables combattants plutôt difficile à détruire... C'est pas une mince affaire que de s'en débarasser ! » expliqua t-il en terminant ensuite son pain

Se léchant les doigts, il attrapa ensuite un fruit sans pour autant le manger, le faisant rouler entre ses mains. Il n'était pas certain que Reiko parvienne à tout assimiler d'un coup. Ainsi, il préféra ne dire que le plus important. Komui se chargerait du reste, il était plus à même de répondre. Et puis, l'expérience ferait le reste probablement... Lavi posa les yeux sur la dague que la jeune femme tenait toujours entre ses mains, ne l'ayant pas lâchée depuis qu'ils avaient quitté la chambre
.

« Noé a vraiment existé ouep. Et il a eut un paquet de descendants qui nous pourrissent actuellement la vie. Ils sont forts, vraiment forts et ils s'prétendent être les apôtres du "vrai Dieu". J'ignore de quoi ils parlent, c'est encore assez obscur tout ça... Ils s'reconnaissent aux stigmates qu'ils portent sur le front mais mieux vaut n'pas en croiser un. Tout ce qu'on sait c'est qu'ils... »
« Vous feriez mieux d'aller récupérer vos affaires. Le train ne va pas tarder. »


Bookman était apparu soudainement à côté de la table comme s'il avait toujours été là. Lavi ne sursauta même pas, habitué à voir le vieil homme apparaitre n'importe où n'importe quand. Il avait lui aussi cette faculté si particulière après tout. Toutefois, quelque chose surprit le rouquin. La journée était déjà si avancée ? Haussant les sourcils, l'archiviste mangea rapidement le fruit puis se leva.

« Il a été avancé de deux heures pour pâlier à l'absence de trains d'hier. » fit Bookman comme s'il avait lu dans ses pensées

Lavi hocha la tête et fit signe à Reiko de rester où elle était. Il se dépêcha de grimper à la chambre, récupérant les quelques affaires qu'ils avaient ainsi que le sac de voyage de la jeune femme. Redescendant presque aussitôt, il rejoignit les deux autres.


« Hop ! Rei-chan, si t'es prête, on va pouvoir y aller. Ce s'rait dommage de louper le train même si ce petit village n'me déplait pas ! »


~

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Dim 24 Juin - 0:24


Reiko avait bien craint le fait qu'un nouvel Akuma avait fait des dégâts dans le village, ce qui aurait expliqué la réquisition si hâtive de Lavi que l'on avait pris pour un prêtre. Certes il en était un, mais plutôt « spécial »... et la jeune femme avait redouté de devoir se retrouver face à une abomination pareille à celle de la veille, et qui s'était avérée être son propre père décédé il y a quatre ans.

Heureusement, l'urgence pour laquelle l'exorciste avait été appelé ne relevait pas de la mysticité ; cela rappela néanmoins à la jeune femme la conversation qu'elle avait eu hier soir avec le rouquin, à propos des idées que l'on se faisait sur le Malin et les possédés. Étant donnée l'agitation extrême de l'ouvrier, il était normal que ses compagnons soient tous paniqués. Ce n'était « qu' » un cas d'ergotisme déjà bien entamé, mais dont les séquelles, graves sur le long terme, pouvaient encore être évitées. Certes, après avoir examiné Marcus, la jeune infirmière en était parvenue à cette conclusion. Les signes cliniques correspondaient, et sa connaissance des plantes avait pu l'aider à cerner le problème. Mais elle n'avait aucun droit de poser un diagnostic médical, aussi pria-t-elle les autres ouvriers d'emmener Marcus chez le médecin afin qu'il soit pris en charge le plus rapidement possible.

Rei soupira avant de revenir auprès de Lavi. Pour l'homme malade, elle ne pouvait rien faire de plus. Elle se rappela des propos qu'elle avait entendu autrefois, comme quoi soigner et sauver tout le monde était impossible. Cela, elle avait pu le vérifier au cours de sa pratique, mais on ne pouvait pas dire qu'elle y était encore habituée. Bien sûr que la médecine ne faisait pas de miracles, et qu'il y avait des cas dans lesquels on ne pouvait plus rien faire d'autre pour le malade. C'était difficile à accepter, mais s'il restait toujours la moindre chance, aussi infime soit-elle, de sauver cette personne, la petite infirmière pensait qu'il fallait sauter sur l'occasion. Tant que l'on pouvait sauver des vies...
L'exorciste comprit vite le désarroi que ressentait Rei, comme il tenta de la réconforter. La jeune femme le remercia d'un sourire, avant de le suivre hors du bâtiment et de grimper sur le toit avec lui. Elle le regarda poser son maillet à terre et comprit qu'il souhaitait dès à présent lui montrer les capacités de déplacement de son arme. Et visiblement, ça n'avait rien à voir avec la version « balai volant de sorcière » qu'elle s'était imaginée. Suivant l'invitation de Lavi, elle posa à son tour ses pieds sur le manche noir et allongé sur marteau, passant ses bras autour du jeune homme, qu'elle resserra plus encore lorsqu'ils filèrent dans l'air. Quelle étrange sensation... cela ne dura guère cependant, puisqu'en moins de quelques minutes ils étaient déjà de retour devant l'auberge. Rei ne fut pas mécontente de retrouver la terre ferme, mais elle avait tout de même apprécié l'escapade. Elle se demandait simplement si le manche, à force d'être étiré de la sorte, ne pouvait pas finir par se casser, théorie que l'exorciste s'empressa de démentir, affirmant que son arme était très solide et pouvait se plier à sa volonté et même se plier tout court... elle s'était endommagée une seule fois pour cause d'utilisation abusive, à priori...

Assise de nouveau à la table et faisant tourner une pomme entre ses mains, Reiko reprit la conversation là où elle en était restée, à savoir aux Noés. Elle demanda tout de même des précisions au rouquin à propos des niveaux d'Akumas qu'il avait évoqué tout à l'heure, après que Marcus ait été emmené au cabinet médical le plus proche. La jeune femme écouta attentivement les explications de Lavi, en grignotant sa pomme plutôt qu'en la mangeant. Il décrivit les trois niveaux connus d'armes démoniaques. Rei essaya de retenir le maximum d'informations mais ce n'était guère simple.

    « Je vois... plus ils tuent et plus ils deviennent puissants, en somme... »


Quelle horreur, vraiment... elle réfléchit un peu sur les Akumas le temps que le rouquin termine son pain. Est-ce que par hasard les armes démoniaques se nourrissaient des sentiments de leurs victimes ? Ou d'autre chose, de leurs vies par exemple ? Elle n'osait même pas imaginer le nombre de morts que devait faire un Akuma pour qu'il passe au niveau deux... et que dire de l'évolution du niveau deux au niveau trois ! Alors qu'elle s'apprêtait à croquer un nouveau morceau de pomme, elle retira le fruit de sa bouche et se contenta de le faire tourner entre ses doigts en attendant que sa nausée inopinée ne passe.

La conversation revint ensuite sur Noé, le sujet sur lequel ils avaient été interrompus par Pietro et Gabriele. Lavi lui confirma que Noé avait bel et bien existé, qu'il n'était pas seulement un personnage biblique, et que sa descendance leur causait pas mal de soucis. Y avait-il un lien entre ces Noés et les Akumas ? Peut-être, mais Rei préféra écouter la description qu'en fit Lavi plutôt que de se perdre en conjectures diverses. Il s'agissait donc de personnes très fortes et dangereuses, reconnaissables à certains stigmates que l'on voyait sur leur front et qui se prétendaient... quoi ? « Apôtres du vrai Dieu » ? Quel « vrai Dieu » ? Mais le jeune homme ne put s'étaler plus sur le sujet, d'abord parce qu'il n'en savait pas plus, et aussi parce qu'il fut interrompu par Bookman qui venait d'apparaître soudainement à ses côtés.

Si Lavi ne parut pas étonné le moins du monde, Rei ne put réprimer un sursaut de surprise. D'où venait donc le vieillard ? Comment avait-il pu s'approcher aussi silencieusement et sans qu'ils l'ait vu avant qu'il ne prenne la parole pour annoncer que le train allait bientôt partir ? À l'entente de cette nouvelle, Rei se dépêcha de finir sa pomme et se leva afin d'aller prendre son sac comme le préconisait Bookman, qui les informa que le train avait été avancé à cause du manque flagrant de la veille. Mais le rouquin lui fit signe de rester où elle était et monta rapidement pour aller chercher les sacs. Il ne tarda pas à revenir, demandant si elle était prête. Reiko acquiesça. Il ne lui restait plus rien à faire.

    « Allons-y, nous n'allons pas le rater. Peut-être y reviendras-tu un jour ? » fit-elle à l'attention de Lavi qui manifestait une certaine appréciation de Piateda.


Quant à elle, elle ignorait si elle y reviendrait un jour... probablement, mais ce serait dans longtemps... le temps qu'elle ait fait son deuil et qu'elle retrouve le courage de revenir sur la terre où elle avait grandi et qui était devenue ni plus ni moins qu'un tombeau pour ses géniteurs...

Elle suivit d'un bon pas les deux hommes qui se rendaient à la gare. Elle ne prit guère le temps de regarder autour d'elle, puisque le train allait partir d'un instant à l'autre et qu'elle se dépêcha vivement de grimper à la suite de Bookman et Lavi avant que le train ne se mette en route. Un peu plus et ils le rataient. Rei leur emboîta le pas et s'assit avec eux, son regard attiré par le paysage qui défilait à la fenêtre. Elle quittait Piateda pour longtemps.



~
Revenir en haut Aller en bas
Lavi
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 32
Localisation : Là où on ne s'y attend pas

Feuille de personnage
Age : 18 ans
Nationalité : Mixte
Surnom : Baka Usagi / Junior

MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   Mer 27 Juin - 17:07

Avoir plusieurs cordes à son arc était toujours utile, permettant d'être polyvalent. Bien sûr, ces différents talents n'allaient pas toujours de paire mais cela permettait au moins de palier à diverses situations. Lavi avait dû élargir ses compétences par nécessité, afin d'être plus à même de remplir son devoir de bookman. Auprès de son maître, il avait pu apprendre beaucoup de choses qui lui permettaient de se débrouiller seul, question de survie. Mais qu'en était-il des gens qui vivaient tranquillement leur vie dans un village sans histoires ? Lorsque l'on était pas obligé de parcourir le monde et de se battre, on ne développait pas forcément des capacités physiques ou intellectuelles particulières.

Pourtant, Reiko faisait preuve de calme, de professionnalisme et de maîtrise de soi. Elle qui venait d'être projetée dans un tout nouvel univers, plutôt sombre, relevait pour le moment le défi avec brio. Bien qu'elle ne devait sûrement jamais avoir appris à se battre, elle avait tout de même cherché à utiliser l'Innocence contre l'Akuma sans même savoir ou comprendre ce qu'il se passait. Un réflexe probablement, mais à sa place, beaucoup auraient été tétanisés. Plus tard, elle avait su user de son savoir médical pour venir en aide à un villageois malade, comparé à tort à un possédé. Certes, elle n'avait pas pu faire grand chose pour le guérir, mais elle avait au moins diagnostiqué le problème et permis une éventuelle guérison de l'homme. C'était clairement mieux que rien même si elle n'avait pas l'air satisfaite de la situation. Elle risquait de vite déchanter si elle pensait pouvoir réussir à toujours sauver tout le monde...

Les connaissances en médecine de Reiko seraient utiles pour les membres de la Congrégation. Même si elle était une exorciste et serait donc envoyée sur le terrain, c'était plutôt une bonne chose au final. Ainsi, sur place, ils auraient directement quelqu'un capable de les soigner, ce qui était un avantage non négligeable. Bookman et Lavi pouvaient également le faire mais ils ne pouvaient pas être partout malheureusement. De plus, l'infirmière en chef serait sûrement ravie de voir une collègue et le rouquin était presque persuadé qu'elle prendrait la japonaise sous son aile, un peu comme une apprentie. Lavi ne manquerait pas de l'emmener faire un tour dans les locaux de l'infirmerie pour les présenter !

Pour le moment, après un rapide petit tour dans les airs permettant à Reiko de constater les capacités de l'arme de Lavi, les deux exorcistes rejoignirent l'auberge pour y manger un peu et continuer leur discussion au calme. Il était temps de l'éclairer après tout ce qu'avait pu dire le rouquin et qui méritait quelques explications. Il était difficile d'être clair et à la fois précis, surtout pour quelqu'un qui ignorait encore tout. Elle avait "heureusement" été témoin de ce que pouvait être un Akuma, ce qui était déjà un peu plus simple à détailler, mais pour le reste... cela viendrait avec le temps et l'expérience du terrain. Quoiqu'il en soit, elle avait bien assimilé la façon dont évoluait ces monstres
.

« C'est ça ! Donc raison d'plus pour les détruire avant qu'ils deviennent trop forts. Parce qu'un ou deux, ça va encore... mais quand ils sont toute une flopée, ça craint ! C'pour ça qu'on est jamais envoyés seuls sur le terrain, on a t'jours un coéquipier ou plus ! » précisa-t-il pour la rassurer

Lavi continua son explication, abordant le sujet des Noés, mais fut interrompu par Bookman, sortit de nulle part. Celui-ci les informa que le train était avancé et qu'il valait mieux plier bagage maintenant pour ne pas le louper. Le rouquin anticipa les mouvements de Reiko et monta à l'étage rapidement pour ramasser leurs affaires avant de rejoindre les deux autres. Le village était plaisant mais il ne serait bientôt plus qu'un souvenir, comme tant d'autres. Reiko affirma qu'elle était prête et précisa qu'il pourrait peut-être revenir un jour. Cependant, Lavi savait très bien qu'il ne reviendrait jamais à moins d'un coup du sort. Il n'allait jamais deux fois au même endroit
.

« J'en doute. C'la dit, si un jour tu y retournes pour une raison ou une autre, j't'accompagnerai bien ! » répondit-il avec un sourire

Ce serait d'ailleurs sans doute la seule raison pour que lui-même revienne un jour dans ce village. Faire du tourisme n'était pas prévu au programme ! Sortant de l'auberge, le trio marcha rapidement pour rejoindre la gare. Il aurait été dommage de louper le seul train de la journée, retardant un peu plus leur retour. Fort heureusement, ils eurent le temps de monter à bord et de s'installer dans un compartiment qui leur était réservé. Les joies d'être exorciste... Lavi respecta le silence de Reiko qui regardait le village s'éloigner par la fenêtre maintenant que le train avait démarré. D'ici quelques jours, ils seraient enfin arrivés à la Congrégation. D'ici là, ils avaient le temps de faire plus ample connaissance !




~~~~Terminé~~~~


~

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


♥ Strike ! :
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]   

Revenir en haut Aller en bas
 
~ Piateda ~ Un retour mouvementé [Reiko/Lavi]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Volver agitado | Retour mouvementé. [Thalia ♥ Molly & Diego ]
» Retour mouvementé
» Un retour mouvementé...
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.Gray-Man Rpg :: [Zone Rp] Les points névralgiques du reste du monde :: Continent Européen-
Sauter vers: