◘ ◘ ◘ Un monde déchiré par les guerres, un combat entre le bien et le mal, quel camp sera le votre ? ◘ ◘ ◘
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ~ Londres ~ Un retard à corriger [Saria/Aldric]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aldric Galianni
Falcon puuuunch
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 20/05/2012
Age : 32

Feuille de personnage
Age : 34 ans
Nationalité : Française
Surnom : Al

MessageSujet: ~ Londres ~ Un retard à corriger [Saria/Aldric]   Jeu 24 Mai - 20:24

Aldric coupa la communication avec le grand intendant. Il venait d'avoir une nouvelle mission à une demi journée de sa position actuelle. Il s'étira les bras en avant et fit craquer les jointures de ses mains. Il jeta un oeil aux environs et s'en retourna d'un pas rapide jusqu'à l'auberge où il avait laissé ses affaires. Il fit rapidement ses bagages et contrôla à plusieurs reprises si il n'avait rien oublié. Il sortit du bâtiment et se dirigea en toute hâte jusqu'au palefrenier du coin pour récupérer sa monture.

Ceci fait, il se mit en route pour Londres où il devait retrouver Saria Ikedo. Il tâcha de se remémorer de qui il s'agissait. Il savait qu'il l'avait déjà croisé quelques fois mais n'arrivait plus à mettre un visage sur son nom. Il faut dire qu'il n'était pas souvent à la Congrégation. La plupart du temps, il était lancé à la poursuite d'Akuma dans les différentes régions d'Europe. Il avait l'habitude de faire "cavalier seul" à l'exception du ou des traqueurs qui l'accompagnaient. Mais il se disait que la compagnie d'un autre exorciste pouvait être intéressant et qui sait, peut-être aurait-elle un ou deux conseils à lui donner et inversement.

Son voyage se passa sans encombre. Fourbu, il descendit de sa monture qu'il attacha devant l'établissement dans lequel il avait rendez-vous. Il regarda à gauche, puis à droite et ne vit rien d'autre que le spectacle d'une ville grouillant de vie. Il jeta un oeil parterre et grimaça en voyant qu'il venait de mettre son pied dans du crottin de cheval. Il soupira et pris un morceau de bois qui traînait là pour ôter ce qu'il en restait sur sa chaussure. Il se hâta promptement, ne supportant plus vraiment les effluves nauséabondes d'urines et de moisissures flottant dans l'air.

Il pénétra alors à l'intérieur du bar, jetant un oeil aux alentours. Il examina les quelques personnes à moitié affalées à cette heure avancée de l'après-midi puis continua son chemin jusqu'au tenancier. Il commanda une pinte de bière et alla s'asseoir dans un coin de la pièce depuis lequel il avait une vision d'ensemble de la salle. Il se mit dos au mur et commença à siroter sa boisson et s'alluma une cigarette. Finalement, il se pencha en arrière avec sa chaise et croisa les pieds sur la table, mettant ses mains derrière la tête.

Soudain, il vit une jeune femme pénétrer dans le bâtiment et la suivi du regard alors qu'elle venait jusqu'à lui. Un léger sourire aux lèvres, il la salua d'un geste de la tête et lui dit.

- Ah, maintenant j'me souviens à quoi vous r'ssemblez. Bonjour ou bonsoir.

Il lui fit un petit clin d'oeil et attendit qu'elle prenne la parole.


Dernière édition par Aldric Galianni le Sam 26 Mai - 9:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saria Ikedo
Admin / Mc Sushi Fan
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 17/03/2012

Feuille de personnage
Age : 20 ans
Nationalité : Japonaise
Surnom : Inku (encre)

MessageSujet: Re: ~ Londres ~ Un retard à corriger [Saria/Aldric]   Jeu 24 Mai - 21:06

Saria se contenta de hocher la tête lorsque le traqueur qui l'accompagnait sur la mission qu'elle venait de clore lui annonça qu'il y avait un changement de programme et que le grand intendant attendait d'elle qu'elle fasse un détour pour s'occuper de la présence d'un Akuma avant de rentrer au quartier général. Elle n'était du genre à rechigner lorsqu'on l'envoyait quelque part, d'autant plus si ça pouvait la tenir loin des autres membres de la congrégation auquel elle n'aimait pas se mêler, mais cette fois l'annonce l'agaça quelque peu, allant même jusqu’à lui soutirer un soupir. En effet elle incluait une donnée que la jeune femme ne trouvait pas à son gout. La présence d'un autre exorciste à ses cotés pour effectuer la tâche qui lui était confiée.

Non que Saria n'avait jamais partagée de mission avec personne, mais elle préférait au possible éviter de se mêler aux autres. Rien que les traqueurs qu'on lui assignait c'était déjà trop. Cependant Komui n'avait pas pour habitude de sur valoriser les missions, et si il exigeait un binôme c'est que sans doute la nécessité était présente de le faire.

Sans dire un mot de plus, le visage impassible qui ne laissait en rien trahir son mécontentement, elle se dirigea vers le coché qui s'affairait à placer ses maigres bagages à l'arrière de la diligence, le téléphone que portait le traqueur qui l'accompagnait sur son dos prenant déjà beaucoup de place dans la cabine. En quelques mots elle expliqua que l'itinéraire avait changé, mais que le conducteur recevrai la paye initialement prévue. Après tout, ce n'était pas son argent et la congrégation n'avait cas assumer ses sautes d'humeurs.

C'est ainsi que quelques heures plus tard, après un voyage lourd de silence, Saria et l'homme qui l'accompagnait arrivèrent au point de rendez vous fixé pour la rencontre avec l'autre exorciste. Une fois le coché payé, son sac récupéré et une grande inspiration prise, elle se dirigea vers le bar taverne où, elle l'espérait, son compagnon de mission l'attendait.

C'était effectivement le cas. Elle n'eut d’ailleurs aucun mal à le repérer parmi la maigre clientèle du troquet, l'homme arpentant à son instar les couleurs de la Congrégation. D'un pas tranquille elle se dirigea vers lui, le visage fermé, l'air sérieux.

- Ah, maintenant j'me souviens à quoi vous r'ssemblez. Bonjour ou bonsoir.

Se souvenir à quoi elle ressemblait ? S'étaient ils déjà rencontrés ? Sans doute croisés lorsqu'ils étaient au quartier général. La jeune japonaise ne portant jamais vraiment attention aux autres, elle n'avait pas cherchée à savoir si elle était capable de mettre un visage sur le nom qui lui avait était donné, se moquant d'ailleurs éperdument de savoir à quoi ressemblait son futur coéquipier. Faisant fi du sympathique clin d'oeil qui lui était offert, elle tire une chaise pour s'asseoir en face de l'homme, toujours très stricte.

- Le jour est encore présent dans le ciel, aussi c'est un Bonjour. J'espère ne pas vous avoir fait trop attendre, Aldric c'est bien ça ? La diligence a filée aussi vite que possible mais je n'étais pas exactement à coté. Permettez moi de me rassasier un instant, le voyage à été long, ensuite nous pourrons commencer nos recherches si cela vous dit ? A moins que vous ne préfériez attendre demain ?

Sans même laisser le temps à l'homme de répondre elle fit signe à l'un des serveurs de venir prendre sa commande, une simple assiette de mêlée, alors que le traqueur qui l'accompagnait juste avant s'occupait de réserver deux chambres, car même si la mission ne durerait que peu, du moins la jeune femme l'espérait, le voyage les avaient tout deux épuisés et il n'était pas question de reprendre la route sans un peu de repos. Alors que Saria jetais un œil vers l'homme à l'étrange appareil dans son dos, une pensée lui vint à l'esprit.

- C'est étrange, j'ai cru comprendre que nous avons étés conviés ici suite aux recherches préalable d'un de nos trouveurs, pourtant je ne vois que nous comme membre de l'ordre ici. Auriez vous des informations que je n'ai pas ?

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldric Galianni
Falcon puuuunch
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 20/05/2012
Age : 32

Feuille de personnage
Age : 34 ans
Nationalité : Française
Surnom : Al

MessageSujet: Re: ~ Londres ~ Un retard à corriger [Saria/Aldric]   Ven 25 Mai - 15:00

- Le jour est encore présent dans le ciel, aussi c'est un Bonjour. J'espère ne pas vous avoir fait trop attendre, Aldric c'est bien ça ? La diligence a filée aussi vite que possible mais je n'étais pas exactement à coté. Permettez moi de me rassasier un instant, le voyage à été long, ensuite nous pourrons commencer nos recherches si cela vous dit ? A moins que vous ne préfériez attendre demain ?

Aldric haussa un sourcil en voyant la réaction très sèche de son interlocutrice. Il enleva ses pieds de la table et se remit dans une posture plus conventionnelle. Il prit sa pinte et vida le reste du contenu en gardant un oeil sur la jeune femme. Il réfléchit un instant et regarda à l'extérieur pour estimer l'heure qu'il était.

- A mon avis, il vaut mieux se mettre en route demain à l'aube. Il est déjà tard, on arriverait là-bas en pleine nuit et ce serait pas simple de trouver un endroit où dormir... Sans parler des éventuelles surprises qui pourraient nous tomber dessus. Et puis, une bonne nuit de repos ne peut pas faire d'mal.

Il leva sa pinte en direction du serveur qui venait prendre la commande de Saria pour lui indiquer de lui en resservir une autre. Ce dernier l'emporta et revint quelques minutes plus tard avec une chope fraîchement rempli.

- C'est étrange, j'ai cru comprendre que nous avons étés conviés ici suite aux recherches préalable d'un de nos trouveurs, pourtant je ne vois que nous comme membre de l'ordre ici. Auriez vous des informations que je n'ai pas ?

Il dévisagea la jeune femme en buvant une gorgée de sa nouvelle bière. Il la reposa sur la table et s'appuya sur le dossier de sa chaise, se lissant la barbichette. Il se racla la gorge et dit:

- Eh bien, de ce que m'a dit le grand intendant, nous devions ne retrouver tous les deux... Enfin, trois, dans cette auberge et ensuite se rendre jusqu'à l'emplacement indiqué dans le rapport. Si j'ai bien compris, c'est là-bas que nous retrouverons notre enquêteur et qu'il nous briefera sur la situation. Mais d'après le ton de m'sieur Lee, elle n'a pas l'air très engageante, la situation... Je pense que nous devrons improviser une fois arrivés à bon port.

Sa phrase finit, il but une nouvelle lampée du breuvage. Il resta silencieux un moment, songeur quant à ce qu'ils allaient découvrir là-bas. Il secoua légèrement la tête et reposa ses yeux sur la demoiselle et le traqueur qui l'accompagnait.

- Vous avez l'habitude de travailler avec d'autres exorcistes? Pour ma part, ça fait longtemps que je n'ai pas eu cette chance. C'est dommage, j'aime bien la compagnie de mes pairs en général... Il y a toujours des choses intéressantes à apprendre et surtout, ça permet de parler de la vie d'exorciste avec quelqu'un qui nous comprend... Ca fait longtemps que vous l'êtes, d'ailleurs? Et quel est votre accent? Vous êtes chinoise? Mmmh...

Il plissa les yeux et la regarda comme si il essayait de la sonder. Il examina plus attentivement les traits de son visage.

- Non, votre accent est différent... Coréenne? Je dois dire que je n'ai jamais vraiment eu l'occasion de voyager dans ces contrées.... Enfin, j'voudrais pas non plus vous déranger avec mes questions. Si vous voulez pas en parler, je comprendrai. Et si vous avez des questions, je me ferai une joie d'y répondre. Une bonne conversation, c'est rare par les temps qui courent, comme je vous l'ai déjà dit.

Il fit un nouveau clin d'oeil et trempa à nouveau ses lèvres dans sa boisson tout en continuant de la regarder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saria Ikedo
Admin / Mc Sushi Fan
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 17/03/2012

Feuille de personnage
Age : 20 ans
Nationalité : Japonaise
Surnom : Inku (encre)

MessageSujet: Re: ~ Londres ~ Un retard à corriger [Saria/Aldric]   Lun 28 Mai - 0:04

Saria s'était installée en face d'Aldric, le jaugeant d'un regard que l'on aurait pu croire sévère. Elle n'aimait pas avoir pour vision le dessous de ses bottes, d'autant que celles ci sentait de façon insoutenable le crottin. Sans doute l'homme remarqua son désagrément puisqu'il ôta les pieds de la table assez rapidement. La jeune Japonaise en fut soulagée, à défaut d'avoir de bonnes manières il avait la délicatesse de ne pas lui imposer trop longtemps. Lorsque l'homme prit à nouveau la parole, non sans avoir jeté un coup d’œil à la fenêtre avant pour vérifier les dires de la demoiselle, elle fut forcée de constater qu'il avait raison.

Si L'intendant les avaient envoyés à deux, il y avait de grande chance qu'il y ait du grabuge là où ils allaient se rendre, et Saria était déjà épuisée par son voyage, ce qui restait d'amoindrir considérablement ses forces si un combat s'engageait. Elle approuva donc l'idée de rester dormir à l'auberge d'un mouvement léger du menton, tenant le silence, n'ayant rien à ajouter à ça.

Pour l'heure elle avait faim, et c'est pour cette raison qu'elle intercepta une serveuse afin de passer une commande. Aldric en profita pour lui aussi commander quelque chose, mais ça n'avait rien de nutritif. Un nouveau verre d'alcool ? Ne venait il pas à peine de finir le sien ? La jeune Japonaise n'avait rien contre la consommation d'alcool, abusant elle même parfois du Saké, mais jamais, ô grand jamais elle n'en ingurgiterai lorsqu'elle se trouvait en mission. Pour cette raison elle eut un petit regard réprobateur à l'intention d'Aldric, mais ne se permit aucun commentaire oral, après tout, tant qu'il était capable de se battre elle n'avait pas à juger, et il était le mieux placer pour connaitre ses limites. Une autre chose ennuyait cependant la demoiselle. Elle savait qu'un homme imbibé devenait souvent collant, voir un peu trop aventureux. Co-équipier ou non, elle n'hésiterai pas à user de la force si il venait à l'ennuyer, ou a ennuyer une personne alentour, après tout ils avaient une image a maintenir.

Retroussant un instant le nez pour faire fi de l'odeur de crottin qui montait à présent de dessous la table, et ignorant ses craintes au sujet de la seconde peinte de son compagnon de mission, Saria reprit la parole avec un ton sérieux. Elle interrogea l'homme pour s'assurer qu'ils avaient bien reçus les même information, ce qu'il lui confirma. Les choses étaient claires, ils pourraient se mettre en route le lendemain. La jeune femme entama sa soupe à présent sur la table, puis songea qu'elle allait ensuite directement monter se détendre.

Pourtant l'homme semblait décider à engager la conversation sur un autre sujet que leur mission du lendemain. Et après un moment de silence que Saria prit comme la fin de leur discutons de la soirée, il reprit la parole pour lui poser diverses questions.


- Vous avez l'habitude de travailler avec d'autres exorcistes? Pour ma part, ça fait longtemps que je n'ai pas eu cette chance. C'est dommage, j'aime bien la compagnie de mes pairs en général... Il y a toujours des choses intéressantes à apprendre et surtout, ça permet de parler de la vie d'exorciste avec quelqu'un qui nous comprend... Ca fait longtemps que vous l'êtes, d'ailleurs? Et quel est votre accent? Vous êtes chinoise? Mmmh... Non, votre accent est différent... Coréenne? Je dois dire que je n'ai jamais vraiment eu l'occasion de voyager dans ces contrées.... Enfin, j'voudrais pas non plus vous déranger avec mes questions. Si vous voulez pas en parler, je comprendrai. Et si vous avez des questions, je me ferai une joie d'y répondre. Une bonne conversation, c'est rare par les temps qui courent, comme je vous l'ai déjà dit.

La demoiselle prit le temps de terminer sa soupe, avec des gestes lents, ne prenant même pas la peine de relever le regard sur l'homme. Un curieux bavard, décidément quelle plaie. Komui aurait pu faire un effort sur le choix du duo, mais sans doute avait il agit au plus pressé. Tapotant ses lèvres d'une serviette pliée elle se décida enfin à poser ses prunelles sombre sur l'homme lui faisant face, le dardant droit dans les yeux avant de prendre la parole avec son habituel sérieux. Si il voulait des réponses, elle allait lui fournir, après tout ça ne lui coutait rien de combler sa curiosité et ça lui permettrait sans doute d'avoir la paix ensuite.


- Non, je n'ai pas pour habitude de travailler avec d'autres exorcistes. Cela m'arrive bien sur, comme tout le monde, mais j'aime mieux agir seule tant que cela est possible. J'avoue ne pas voir comme vous la chance de partager nos tâches, être à deux est souvent plus handicapant que seul, même les traqueurs sont souvent une gêne, bien qu'ils soient parfois utiles. Quand à la vie des exorcistes, que voulez vous en dire, nous menons tous la même, notre but est unique, notre quotidien semblable, pensez vous que ce soit vraiment bénéfique de le rabâcher en cœur ?

Elle marqua une brève pause pour se remémorer son arrivée à l'organisation. C'était il y a combien de temps déjà ? Tout avait semblait tellement différent depuis lors, tant et si bien que la jeune femme était incapable de juger le temps qui passe, concentrée sur les missions qui s'enchainaient depuis maintenant un bout de temps.

- Je suis arrivée à l'ordre il y a quelques années dirons nous. J'ai d'abord fait un saut par la branche asiatique avant de rejoindre le quartier général. Et oui effectivement il est fort possible que mon accent est les tonalités de l'est mais je ne suis ni chinoise, ni coréenne. Je viens d'un pays que vous n'auriez de toute façon pas eut l'occasion de visiter si vous aviez pu vous rendre dans le continent asiatiques. Mon pays, le Japon, est assez... replié sur lui même dirons nous. Mais je ne saurai vous faire un détail touristique, j'en ai plus appris sur lui une fois que j'en fut sortie que lorsque j'y vivais. De plus je n'ai pas tellement envie de parler de conflit politique, de guerre, et d'autres choses pénible. Nous en vivons bien assez au quotidien.

Saria aurait bien clos la discussion là, jugeant qu'elle avait bien assez répondue comme ça. Cependant l'homme continuait de la regarder, les lèvres dans sa peinte, comme si il attendait qu'elle continue à agrémenter l'échange verbal. Si d'ordinaire elle n'aurait rien eut à faire de ses attentes, elle savait fort bien qu'elle pouvait être coincée des jours avec lui, alors autant ne pas amorcer la mission en partant sur de mauvaise base. C'est pour cette raison qu'elle continua, retournant les questions comme quelqu'un d’intéressé par les réponses l'aurait fait.

- Et vous même ? Vous avez dit tout à l'heure mettre un visage sur mon nom, vous vivez également au quartier général ? Nous sommes nous déjà rencontrés ? Vous parlez de mon accent mais il me semble percevoir que le votre n'est pas très Anglais non plus, d'où venez vous ?



♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldric Galianni
Falcon puuuunch
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 20/05/2012
Age : 32

Feuille de personnage
Age : 34 ans
Nationalité : Française
Surnom : Al

MessageSujet: Re: ~ Londres ~ Un retard à corriger [Saria/Aldric]   Lun 28 Mai - 10:45

Une fois sa dernière phrase fini, Aldric but une gorgée de sa pinte et se tut en regardant la jeune femme. Elle mangeait nonchalamment sa soupe, ne le regardant même pas. En voyant qu'elle prenait le temps de la finir avant de répondre, il haussa légèrement les épaules et commença à fouiller la poche intérieure de son manteau. Il finit par en sortir un petit calepin et commença à griffonner dessus tout en jetant un coup d'oeil de temps à autres à la demoiselle. Il observait également l'activité à l'intérieur de la taverne, épiant le moindre danger qui pourrait survenir. Lorsqu'il eut fini d'écrire, il ferma son calepin et le remit dans la même poche d'où il l'avait sortit.

Il s'adossa contre sa chaise et mis ses mains derrière sa tête et fixa Saria qui finissait son repas. Il ne put s'empêcher de sourire légèrement en se disant qu'il avait trouvé la copie "féminine" de Yû Kanda. Il fronça alors les sourcils et remarqua qu'il y avait comme un air de ressemblance entre les deux. Peut-être avaient-ils la même origine? Ce n'était pas impossible, d'où venait-il déjà? Il faudra qu'il vérifie dans ses notes un peu plus tard. Il fut tirer de ses pensées lorsque finalement la jeune femme eut finit et prit enfin la parole.

Aldric se pencha en avant et ne la quittait plus des yeux, comme s'il essayait de la sonder. Il mit sa main droite sous son menton et lissa machinalement sa barbichette tout en l'écoutant attentivement parler.

- Non, je n'ai pas pour habitude de travailler avec d'autres exorcistes. Cela m'arrive bien sur, comme tout le monde, mais j'aime mieux agir seule tant que cela est possible. J'avoue ne pas voir comme vous la chance de partager nos tâches, être à deux est souvent plus handicapant que seul, même les traqueurs sont souvent une gêne, bien qu'ils soient parfois utiles. Quand à la vie des exorcistes, que voulez vous en dire, nous menons tous la même, notre but est unique, notre quotidien semblable, pensez vous que ce soit vraiment bénéfique de le rabâcher en cœur ?

- Je suis arrivée à l'ordre il y a quelques années dirons nous. J'ai d'abord fait un saut par la branche asiatique avant de rejoindre le quartier général. Et oui effectivement il est fort possible que mon accent est les tonalités de l'est mais je ne suis ni chinoise, ni coréenne. Je viens d'un pays que vous n'auriez de toute façon pas eut l'occasion de visiter si vous aviez pu vous rendre dans le continent asiatiques. Mon pays, le Japon, est assez... replié sur lui même dirons nous. Mais je ne saurai vous faire un détail touristique, j'en ai plus appris sur lui une fois que j'en fut sortie que lorsque j'y vivais. De plus je n'ai pas tellement envie de parler de conflit politique, de guerre, et d'autres choses pénible. Nous en vivons bien assez au quotidien.

- Et vous même ? Vous avez dit tout à l'heure mettre un visage sur mon nom, vous vivez également au quartier général ? Nous sommes nous déjà rencontrés ? Vous parlez de mon accent mais il me semble percevoir que le votre n'est pas très Anglais non plus, d'où venez vous ?


Il sourit légèrement en l'entendant poser une question. Il en fut presque surpris en voyant le peu d'intérêt que suscitait la conversation chez elle. Il se dit qu'elle devait vraiment se faire violence pour continuer à discuter avec lui vu ce qu'elle pensait de la présence des autres. Il se fit donc un plaisir de lui répondre tout en n'essayant de ne pas trop s'étaler.

- Je passe régulièrement à la Congrégation entre deux missions, oui. J'aime bien y retourner pour me reposer et prendre des nouvelles de ses membres. Ça permet également de se changer les idées et de se détendre un peu. Je dois dire qu'en dehors, je suis toujours sur mes gardes. On ne sait jamais quand un de ces monstres nous sautera dessus.

- Et non, je ne suis pas anglais... Heureusement, d'ailleurs.
Il rit légèrement et fit un clin d'oeil avant de poursuivre. Je viens d'Ajaccio, une petite ville portuaire en Corse, une île sous domination française dans la Méditerranée. Une très belle région, le soleil, la mer, des montagnes... Parfois, j'aimerais y retourner pour prendre des vacances mais tant qu'il restera des akumas, c'est hors de question. Mais si vous avez l'occasion de vous y rendre, je vous le recommande vivement, vous ne le regretterez pas.

Il soupira légèrement en repensant à sa famille et à sa ville d'origine. Tout se temps passé loin d'eux, ce n'était pas facile. Mais il devait continuer de se battre pour rendre ce monde meilleur, il fallait qu'ils les protègent. Ce monde devait devenir un havre de paix sans akumas et sans Comte Millénaire. Il secoua légèrement la tête et continua.

- Ça fait maintenant plus de dix ans que je n'y suis pas retourné, par contre. Je me demande si ça a beaucoup changé depuis. Pour tout vous dire, je suis parti pour devenir marin à l'époque. Donc j'ai vogué à travers pas mal d'océans et de mer. Le Japon par contre, ça me dit vaguement quelque chose. C'est une île, c'est ça? N'est-ce pas de là-bas que vient un autre exorciste, d'ailleurs?

Il laissa le temps à la jeune femme de répondre à son interrogation, l'écoutant avec attention. Il était vraiment curieux d'en apprendre plus sur elle. Il se demandait aussi pourquoi elle se montrait aussi distante. Avait-il fait quelque chose qui ne lui plaisait pas? Non, d'après sa réponse, elle avait un problème avec tout le monde. Il se tapota le menton de l'index et réfléchit à la façon dont il allait tourner sa question. Il fallait qu'il en apprenne plus sur elle.

- Et sinon pour vous, je suis une gêne si j'ai bien compris? C'est plutôt radical. Et non, nous ne menons pas tous la même vie d'exorciste. On a tous une vie différente, nous sommes tous différents. Je peux aussi vous assurer qu'il y a bien des choses à apprendre des autres. J'aimerais vous poser une question, avez-vous déjà vécu sur un navire? Et j'entends par là, pas comme une simple passagère mais comme membre d'équipage.

Une fois la question posée, il s'affala sur sa chaise, la fixant d'un air amusé en se demandant comment elle allait réagir. Il savait qu'il l'agaçait mais il pensait que cette discussion pourrait être enrichissante pour tous les deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saria Ikedo
Admin / Mc Sushi Fan
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 17/03/2012

Feuille de personnage
Age : 20 ans
Nationalité : Japonaise
Surnom : Inku (encre)

MessageSujet: Re: ~ Londres ~ Un retard à corriger [Saria/Aldric]   Lun 28 Mai - 22:43

Saria n'aimait pas sentir le regard de l'homme sur elle. Bien qu'il n'avait rien de lourd ou de transperçant, elle n'appréciait pas qu'il la toise ainsi, avec insistance. Afin de tenter de le déstabiliser, elle darda ses propres prunelles droit dans celles de son interlocuteur, espérant ainsi lui faire détourner le regard. Peu de gens étaient capables de continuer à la fixer lorsqu'elle agissait de la sorte. Pourtant, ça ne sembla pas décontenancer Aldric, qui ne sourcilla même pas, continuant de poser ses yeux sur elle avec un léger sourire. Décidément il semblait vraiment s’intéresser aux autres, semblant souhaiter s'imprégner de leur image. Peut-être la solitude de leur mode de vie lui pesait ? Peut-être souhait il conserver dans sa rétine des visions d'humains plutôt que celles d'Akuma ? Même si Saria n'éprouvait ce genre de chose, elle pouvait comprendre qu'a force de vivre reclus dans l'horreur, certaines personnes aient besoin de se rattacher a la réalité. Jugeant qu'elle n'avait rien à perdre a lui offrir un petit instant de "paix" grâce a une soirée tranquille, elle se radoucit un peu.

- Je passe régulièrement à la Congrégation entre deux missions, oui. J'aime bien y retourner pour me reposer et prendre des nouvelles de ses membres. Ça permet également de se changer les idées et de se détendre un peu. Je dois dire qu'en dehors, je suis toujours sur mes gardes. On ne sait jamais quand un de ces monstres nous sautera dessus.

- Le quartier général n'est pas un lieu de repos à mes yeux. Il est l'endroit où l'on nous rangent en attendant d'avoir besoin de nous. Quand j'y suis je ne me détend que peu, je préfère m'entrainer ou m'instruire. Je n'y suis jamais en paix car même là bas le risque d'attaque est omniprésent. Il n'y aucun refuge pour les exorcistes tant que la mort n'est pas venue les cueillir. Là, et seulement là, je relâcherai ma garde.

- Et non, je ne suis pas anglais... Heureusement, d'ailleurs. Je viens d'Ajaccio, une petite ville portuaire en Corse, une île sous domination française dans la Méditerranée. Une très belle région, le soleil, la mer, des montagnes... Parfois, j'aimerais y retourner pour prendre des vacances mais tant qu'il restera des akumas, c'est hors de question. Mais si vous avez l'occasion de vous y rendre, je vous le recommande vivement, vous ne le regretterez pas.


- Je ne suis pas très friande des endroits ensoleillés. Ma peau supporte mal les caresses des rayons méditerranéen. Elle inclina un peu le visage pour le regarder un peu plus intensément, ne semblant pas comprendre la nostalgie de l'homme. Il faut oublier le passé, seul l'avenir compte pour les gens comme nous, il est déjà tellement incertain. Ne vous encombrez donc pas de ce genre de souvenirs, ils sont une faiblesse. Quelqu'un qui n'a pas de regret, qui n'a rien a perdre, est bien plus efficace que les autres, croyez moi.
L'homme émit une sorte de soupir avant de continuer, visiblement remuer le passé était en effet douloureux pour lui.

- Ça fait maintenant plus de dix ans que je n'y suis pas retourné, par contre. Je me demande si ça a beaucoup changé depuis. Pour tout vous dire, je suis parti pour devenir marin à l'époque. Donc j'ai vogué à travers pas mal d'océans et de mer. Le Japon par contre, ça me dit vaguement quelque chose. C'est une île, c'est ça? N'est-ce pas de là-bas que vient un autre exorciste, d'ailleurs?

- Quel étrangement changement... "de cap". Saria eut un bref sourire, quasiment imperceptible, amusée par son jeu de mot. C'est une île en effet, une grande île.

L'homme évoquait un autre exorciste qui venait du même endroit. Il avait confondu plus tôt ses origines avec des origines Chinoise. Parlait il donc de Lenalee ? A moi qu'il n'évoque... Le visage de Saria se referma instantanément. Elle préféra jouer la carte de l'indiférence, minant de ne pas avoir d'idée sur la personne possiblement mentionnée.

- Un autre exorciste dites vous ? Oui, c'est fort possible. Nous ne sommes sans doute pas nombreux étant donné l'état de replis du pays mais je suppose que nous devons être plusieurs en effet.


La Japonaise se racla un peu la gorge, détournant son regard un instant, puis le reporta sur lui lorsqu'il reprit la parole, apportant la discussion vers un autre sujet.

- Et sinon pour vous, je suis une gêne si j'ai bien compris? C'est plutôt radical. Et non, nous ne menons pas tous la même vie d'exorciste. On a tous une vie différente, nous sommes tous différents. Je peux aussi vous assurer qu'il y a bien des choses à apprendre des autres. J'aimerais vous poser une question, avez-vous déjà vécu sur un navire? Et j'entends par là, pas comme une simple passagère mais comme membre d'équipage.

- Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. Je ne pourrai juger de votre utilité que si nous venons a combattre. Mais la plus part du temps il est plus aisé d'agir seul. Vous trouvez que nos vies sont différentes ? En quoi ? Nos passés le sont oui, mais une fois l'uniforme accepté nous ne sommes que des armes, des miroirs des uns des autres. Nos capacités sont différentes certes, mais nos actions unies. Nous sommes... les Akuma du bien, le bras armé de dieu. Nous n'avons plus de vie à partir du moment ou nous servons une cause, et dans notre cas nous servons tous la même. Et non, je n'ai jamais fait partie d'un équipage, je ne prend le bateau que pour me déplacer pour les missions, toujours en tant que passagère, mais je dois reconnaitre que j'aime assez naviguer. En mer le monde semble tellement vide, comme si là bas il cessait de se parer de voilures plaisantes, se dévoilant nu tel qu'il est. Pourquoi me demandez vous ça ? Allez vous m'apprendre des choses sur le mode de vie des marins ? Où bien voulez vous partager la nostalgie de votre passé ? Sachez que je ne connais pas ce sentiment.



♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldric Galianni
Falcon puuuunch
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 20/05/2012
Age : 32

Feuille de personnage
Age : 34 ans
Nationalité : Française
Surnom : Al

MessageSujet: Re: ~ Londres ~ Un retard à corriger [Saria/Aldric]   Mer 30 Mai - 19:17

Aldric écouta attentivement la jeune femme lorsqu'elle parlait. Il fut ravi de la voir s'ouvrir un peu plus même si elle restait très distante avec lui. Plus il la regardait, plus il voyait les similarités avec Yû Kanda. C'était certain, ils avaient les mêmes origines. Les traits de leur visage étaient proches, les mêmes yeux en amande, les mêmes cheveux noirs. Et plus encore, c'est leur attitude qui les confondait. Il se dit que se tenir en sous-vêtement sur la banquise devait être plus chaleureux que de discuter avec ces deux là.

Ceci n'empêcha pas qu'il fut très intrigué par ces deux personnalités et qu'il souhaitait en apprendre plus sur eux. Que cachaient-ils? Pourquoi n'acceptaient-ils pas que quelqu'un se rapproche d'eux?

Il hocha de la tête au fur et à mesure qu'ils discutaient, très intéressé par ce qui se disait. Il fut également amusé par la touche d'humour de Saria lorsqu'elle fit un calembour.

Donc pour vous, nous ne sommes que les outils vengeurs de Dieu? Nous n'existons que pour détruire les akumas et c'est tout? Je dois dire que c'est une façon assez... sombre de voir nos vies. Quant à mes souvenirs, j'y tiens, ils font de moi ce que je suis. Et surtout, ils me rappellent pour quelle raison je me bats. Et vous, pour quoi vous battez vous? Et ne me dîtes pas que c'est pour le bien commun ou pour Dieu... Je veux savoir pourquoi VOUS vous battez.

Il posa sur elle un regard acéré, comme si il essayait de lire dans son esprit. Il la regarda de longues secondes avant de reporter son attention sur le serveur qui passait à proximité. Il commanda alors une tasse de thé ainsi que du pain et des grappes de raison..

Je dois sans doute vous embêter avec mes questions mais puisque nous sommes voués à coopérer, j'aimerais autant en apprendre autant que possible sur vous. Et vous êtes... Intéressante.

Il lui sourit franchement et passa une main dans ses cheveux tout en faisant un clin d'oeil. Le serveur revint alors un plateau à la main qu'il déposa sur la table, se déchargeant de la commande avant de repartir aussi vite qu'il était venu.

Quant à ce qui est de la vie sur un bateau, eh bien disons que cela m'a permis d'apprendre bien des choses. Et la première, c'est que l'on ne fait pas avancer un navire seul. Pour qu'il avance, il faut un équipage qui travaille de concert. Il n'y a pas de place pour l'individualité, ni pour l'égoïsme. Si l'on veut triompher des eaux, il faut faire corps avec le groupe. Il attrapa alors un raisin qu'il lança en l'air avant de le réceptionner directement dans sa bouche. Et c'est exactement ainsi que je vois la Congrégation... Un vaisseau naviguant sur le fleuve de l'histoire et oeuvrant pour le bien du monde. Je ne me vois pas comme un simple outil relié à ce monde uniquement par le fil de la destruction des akumas.

Il haussa vaguement les épaules avant de saisir un morceau de pain. Il écouta alors la réponse de Saria, attentif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saria Ikedo
Admin / Mc Sushi Fan
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 17/03/2012

Feuille de personnage
Age : 20 ans
Nationalité : Japonaise
Surnom : Inku (encre)

MessageSujet: Re: ~ Londres ~ Un retard à corriger [Saria/Aldric]   Jeu 31 Mai - 14:44

Saria laissa glisser son regard froid sur l'homme en face d'elle, ne trahissant aucune émotion, impassible. Il venait de lui poser une question qui était sans doute délicate pour beaucoup de gens. Combien d'exorcistes se battaient par vengeance, par désir de protéger des personnes chères à leur cœur, ou encore pour veiller sur l'humanité ? Beaucoup, sans doute. Tellement même qu'il semblait être devenu vital d'avoir une raison de lutter, comme si il était impossible d'être un bon combattant de dieu si il n'y avait pas le moteur de la motivation pour booster les troupes.

La Japonaise inclina lentement la tête sur le coté, fixant Aldric comme si elle cherchait à sonder son âme. Après tout si il insistait tant pour connaitre la raison pour laquelle la demoiselle luttait, c'est sans doute que lui même en avait une bonne. Ou du moins une qu'il jugeait bonne. Un sourire se dessina sur les lèvres de Saria alors qu'elle voyait l'homme lui renvoyer son regard. Lui aussi cherchait à la percer ? Le pauvre, quelle illusion. La jeune femme n'avait pas la prétention de croire que personne ne pouvait voir derrière le voile de froideur qui l'entourait, la question n'était pas là. Il était juste impossible de trouver une réponse à une question là où il n'y en avait aucune. Car oui, Saria n'avait aucune raison "valable" de se battre, elle ne défendait ni un idéaux, ni des personnes et cherchait encore moins à assouvir une quelconque vengeance. Elle se battait, ni plus, ni moins.

Un instant elle hésita à répondre tout de suite, s'amusant à voir la curiosité dans le regard de son interlocuteur. Puis, très vite, elle jugea qu'il n'y avait pas vraiment d’intérêt à un tel petit jeu de mystère, et que de toute façon ça ne ferrait pas avancer les choses. Aussi finit elle par prendre la parole.

" Je me bat parce que c'est la seule chose que j'ai à faire. J'ai été choisie pour lutter, je n'ai pas d'autres objectifs, pas d'autres ambitions ou avenirs possible, alors j'exécute cette destinée la. Navrée de vous décevoir mais il n'y a aucune noble cause à mon combat... contrairement à vous semble t il ? "

L'homme s'excusa une nouvelle fois de l’assommer d'autant de questions. Si il avait conscience de l'ennuyer, pourquoi continuait il alors ? La réponse ne se fit pas attendre. Il voulait mieux la connaitre puisqu'ils allaient coopérer. Pour Saria ce n'était pas une bonne raison, c'était même idiot. Les Exorcistes avaient la fâcheuse tendance à ne pas vivre vieux, tombant de plus en plus souvent au combat ces derniers temps. Aussi, quel intérêt d'apprendre à connaitre les autres ? Souffrir quand ils disparaitront ? Tout cela relevé du masochisme et la japonaise n'en était pas friande.

Une seconde raison vint s'emboiter à la première. L'homme avoua la trouver intéressante. Voilà qui semblait déjà plus franc et Saria pensa qu'il aurait du commencer par là au lieu de masquer cet aveux derrière une excuse bidon. Cependant elle se demandait ce qu'il pouvait bien trouver intéressant chez elle. Ses origines ? Elle avait déjà répondue à ses questions. Son sens de l'humour ? Peu probable. Son physique peut-être ? Si tel était le cas, jusqu’où irait sa franchise ?

" Intéressante dites vous ? Et en quoi le suis je à vos yeux je vous pries ? Nous n'avons échangés que quelques mots et je ne crois pas avoir livré quoi que ce soit digne de piquer votre curiosité. "

L'homme fournit ensuite sa propre vision de la congrégation et de ses membres. La Japonaise trouva qu'il était incroyablement naïf. Il lui faisait penser à cette petite Chinoise, Lenalee, qui voyait la congrégation comme une famille, unie et aimante. Secouant doucement la tête, Saria laissa échapper un petit soupir. Elle n'aimait pas casser les illusions des gens en leur ouvrant les yeux, mais certains en avaient vraiment besoin.

" La congrégation n'a rien d'un équipage, si c'est ensembles que nous faisons avancer les choses, ce n'est pas vraiment parce que nous sommes main dans la main. C'est plutôt une partie d'échec voyez vous. Certaines pièces sont sacrifiées pour permettre aux autres de s'approcher un peu plus des pièces maitresses de l'adversaire. Sauf que dans la partie que nous menons nous, quand un pion tombe, il est remplacé. Aussi le jeu peut durer très longtemps, une éternité peut-être même, ce qui n’empêche pas les fières petites pièces de continuer de s'activer, tentant de gagner du terrain plus vite que l'ennemi. Et c'est là que réside notre force, le fait que l'on soit remplaçable et que l'on ne baisses pas les bras. Quand des forces sont égales, c'est par le nombre que l'on gagnes. Mais plus nous serrons nombreux, plus nous subirons de pertes. Voilà la réalité de notre vie, un passage éphémère dans le rôle d'une pièce, minime ou majeure tout dépend, mais jamais éternel. "

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldric Galianni
Falcon puuuunch
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 20/05/2012
Age : 32

Feuille de personnage
Age : 34 ans
Nationalité : Française
Surnom : Al

MessageSujet: Re: ~ Londres ~ Un retard à corriger [Saria/Aldric]   Ven 1 Juin - 20:57

Aldric continua d'écouter la jeune femme avec un fin sourire amusé tout en piochant de temps à autres un raisin dans le bol. Il hocha la tête par moment pour montrer son intérêt dans la discussion. Lorsqu'elle eut finie de parler, il resta silencieux de longues secondes. Sans la quitter des yeux, il sembla réfléchir au sens de tout ce qu'elle venait de dire. A l'exception de son léger sourire, son visage donnait l'impression d'être figé, totalement indéchiffrable. Il eut été pratiquement impossible à un observateur extérieur de savoir à quoi il pensait à ce moment précis.

Finalement, il s'adossa à nouveau contre sa chaise, croisant les bras. Il inclina légèrement la tête sur le côté et haussa un sourcil. Il fit une petite moue, ouvra la bouche comme si il allait dire quelque chose et se ravisa. A ce moment là, ces yeux s'illuminèrent, comme s'il venait de trouver les mots exacts qu'il voulait utliser.

Ma cause n'a rien de noble. Je n'ai moi-même rien de noble. En fait, on pourrait presque dire que je vis pour la vengeance. Il acquiesça légèrement à ses dires. Pour la vengeance et pour empêcher d'autres de vivre ce que j'ai vécu. C'est ce qui me donne la force de continuer. Même si c'est sans doute naïf de ma part et vain, j'aspire à rendre ce monde un peu meilleur... Ou tout du moins, avec quelques akumas en moins. Toutes ces vies détruites, ces horreurs... Ce non-sens... Ce mal qui ronge notre monde déjà bien sombre... Vous devez sans doute me prendre pour une sorte de enthousiaste optimiste. Il haussa les épaules. Mais parfois, il est bon d'avoir un espoir auquel se raccrocher et qui donne un sens à tout ça... Une raison d'être à nos vies.

Il attrapa son verre et bu une gorgée de celui-ci, jetant un oeil aux différentes personnes présentes dans la pièce avant de revenir à Saria. Il voulait en apprendre plus. Elle était plutôt mignonne mais ce n'est pas ce qui l'intéressait, non. Ce qu'il voulait découvrir, c'est qui elle était. Elle semblait s'être construite une carapace de glace et il voulait découvrir ce qui se cachait derrière. Il sourit brièvement.

En ce qui vous concerne, eh bien... Il plissa légèrement les yeux, la fixant de son regard acéré. Vous êtes une énigme... Et j'aime les énigmes. Votre côté mystérieux est... attrayant. Il attrapa un raisin qu'il mangea aussitôt. Ce genre de conversation est toujours très stimulant, je trouve. On est obligés de réfléchir, un peu comme une partie d'échec ou de go. Jeux que vous semblez apprécier, à vous écouter.

Il se redressa et posa ses coudes sur sa table. Tout en continuant de la fixer, il appuya sa tête sur ses mains. A nouveau, son sourire amusé fit surface, comme s'il la narguait.

De simples pions... Intéressant. J'aimerais vous poser une autre question: Selon vous, qu'est-ce qui nous différence d'un akuma? Après tout, eux aussi ne sont que de simples pions sur l'échiquier du Comte Millénaire. Pourquoi pensez-vous que nous valions plus qu'eux? Dans un monde ou tout le monde n'est qu'un pion, qu'importe qu'il soit blanc ou noir. Ça ne change strictement rien à leurs vies... Leur rôle unique est de tuer le roi adverse. Se battre pour se battre, ça n'a pas de sens. Ce n'est qu'entretenir la haine et la souffrance pour du vent... Non, je pense qu'il y a autre chose.

Il se tapota légèrement le menton avant de poursuivre.

Vous fuyez votre passé, vous vous coupez des autres, votre seule raison d'être est de combattre... Un golem ne ferait pas mieux. Que cachez-vous?

Il toisa la jeune femme sur cette dernière question. Il tentait de la déstabiliser et de trouver une faille dans son armure. Il savait que pour en apprendre plus, il fallait trouver une ouverture, une brèche à utiliser. Il voulait connaître la vraie Saria, pas celle qu'elle montrait à cet instant. Il sourit encore, attendant sa réponse avec intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saria Ikedo
Admin / Mc Sushi Fan
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 17/03/2012

Feuille de personnage
Age : 20 ans
Nationalité : Japonaise
Surnom : Inku (encre)

MessageSujet: Re: ~ Londres ~ Un retard à corriger [Saria/Aldric]   Dim 3 Juin - 17:59

Saria ne disait rien, elle s'était redressée après avoir terminée sa soupe et avait repoussée l’assiette creuse un peu plus loin sur la table. Le dos reposant contre le dossier de sa chaise de bois, ses longs doigts enroulés aux bords de cette dernière, les mains de part et d'autre de ses cuisses, elle toisait l'homme en face d'elle avec un air impassible. Impassible ? Pas tout à fait. Par moment l'ombre de l'amusement traversait son visage de porcelaine. Pourtant elle ne prononça pas un mot dans un premier temps. A vrai dire elle avait un jour entendu dire que lors d'une discussion, si l'un cessait de parler, l'autre continuerait à le faire pour deux, histoire de combler les vides, jouant même seul de question réponse. Si Saria était loin de rentrer dans le carcan de cette théorie, Aldric lui semblait parfaitement moulé par celle ci. Irait il jusqu'à inventer lui même les éventuelles réponses à ses interrogations si la demoiselle ne lui faisait pas l'honneur de le faire ? Possible, elle ne le saura jamais puisque elle se décida à enfin revenir sur tout ce qu'il venait de de formuler.

" Ainsi vous êtes de ceux motivés par la vengeance. Je trouve ça trop aveuglant, trop fort pour que ce soit un moteur valable, mais après tout c'est votre vie, vous en faites ce que vous voulez... tant que la mienne ne se trouve pas prise dans l'un des engrenages de la machine auto destructrice qu'est la haine vengeresse qui consume quiconque l'allume. Aussi vous souhaitez empêcher les autres de subir vos propres tourments ? Que vous est il donc arrivé de si terrible ? Une rencontre avec un Akuma ? La perte de ceux que vous aimiez ? La colère face à vote impuissance ? Si vous saviez combien de fois j'ai entendue ce genre d'histoire. "

Saria laissa échapper un bref soupir.

" Ce n'est pas de l'espoir que vous mettez dans votre cause, mais de la haine. C'est parce que vous vous battez avec hargne que vous pensez que tout le monde agit ainsi ? Je suis désolée, il n'y a pas d'histoire sordide cachée dans mon passé, pas de perte, pas de pleurs qui justifierai que je sois devenue exorciste. Je n'ai rien de mystérieux contrairement à ce que vous semblez penser. Je ne fuis pas mon passé, pour la bonne et simple raison que je n'en ai pas. Pas de jolies anecdotes à conter, pas de beaux souvenirs, mais pas non plus de choses affreuses. Je n'existe qu'à moité dans ce monde, je n'ai pas d'histoire, je suis une sorte de fantôme si vous voulez. Sachant celà vous devez maintenant mieux comprendre lorsque je vous dis que je n'ai aucune motivation qui guide mon bras quand je lutte. Je le fais parce que c'est tout ce que j'ai à faire, rien de plus. La congrégation m'a trouvée, elle à peins quelques maigres couleurs sur mon visage blême de spectre et nouée des fils à mes membres pour m'animer. Je suis maintenant un pantin à leur service. Mais ne pensez pas que je me sente contrainte. C'est de bon cœur que je leur prête allégeance. "


La Japonaise se pencha un peu avant sur la table, posant un de ses coudes sur la surface de celle ci avant d'y appuyer son menton, continuant de regarder l'homme avec son air neutre. Il voulait parler, il voulait des réponses ? Soit. Pourquoi être avares de ces mots dans ce moment de tranquillité qui était leur ? Elle n'avait pas besoin de mentir sur ce qu'elle était, et même si cela effrayait parfois elle n'allait pas s'en cacher. De même elle n'avait pas honte de sa vision des choses, quand bien même elle pouvait sembler choquante ou scandaleuse, aussi enchaina t elle.

" Pour en revenir à votre question, je n'ai jamais prétendue que nous étions mieux que les Akuma, je vous l'ai dis, pour moi nous sommes fort proches d'eux. La seule différence c'est le camp qui nous a été assigné. Ils n'ont pas plus choisis d'être rappelés que nous compatibles. Je ne les hais pas, mais je les tues voilà tout. Parce que c'est ce que je dois faire en me trouvant de ce coté là de la barrière, parce que nous sommes ceux chargés de protéger l'humanité des appétits meurtriers des monstres qu'ils ont du devenir. Vous pensez que je ne vaut pas mieux qu'un Golem ? Sans doute, j'ai parfois l'impression d'être comme eux, d'avoir était fabriquée de toute pièce dans le but unique d'être utilisé. Cependant contrairement à eux, je sais parfaitement me battre, mais ça vous pourrez sans doute fort vite en juger par vous même. "

Tendant sa main libre elle saisit un grain de raisin entre ses doigts, avant de le ramener à sa bouche avec un mouvement lent, et de le glisser entre ses lèvres. Elle profita de la saveur du fruit qu'elle croqua pour en extraire le jus, n'ayant toujours pas laché son interlocuteur des yeux, puis elle reprit un bref instant la parole.

" Et bien Aldric ? Pas trop déçu ? Je suppose que vous ne vous attendiez pas à cela, j'ose espérer ne pas avoir ternis votre soirée et que votre boisson ne sera pas amère désormais. "

Elle faisait là référence à une superstition de son pays qui racontait que lorsque le saké avait mauvais gout, c'est que son consommateur était tourmenté par quelque chose. Presque sûre qu'après un tel discours il allait cesser de creuser et de la couvrir de questions, elle se désinteressa de lui, tournant un peu la tête pour regarder les va et viens des clients.


♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldric Galianni
Falcon puuuunch
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 20/05/2012
Age : 32

Feuille de personnage
Age : 34 ans
Nationalité : Française
Surnom : Al

MessageSujet: Re: ~ Londres ~ Un retard à corriger [Saria/Aldric]   Sam 9 Juin - 9:05

Aldric cligna rapidement des yeux, plongé dans une intense réflexion. Il ne s'attendait pas à une telle réponse. A peu de chose près, on eut clairement pu la comparer à un golem. Une sorte de coquille vide jetée aux aléas de la vie et qui ne fait que réagir à ce qui se passe sans avoir son mot à dire.

Cette idée lui déplaisait. Il n'aimait pas le fait qu'un humain puisse ainsi subir les affres de la vie sans même se révolter. Un pantin? Quelle horreur, cette possibilité n'était pas loin de lui donner la nausée. Il inspira bruyamment, fermant légèrement un oeil, comme s'il grimaçait. Que cachait-elle donc? Avait-elle été endoctrinée ou lui avait-t-on fait ingérer une mixture annihilant toute volonté? Il allait devoir creuser mais la tâche s'annonçait ardue. Dire qu'elle n'était pas encline à s'ouvrir serait un euphémisme. Il réfléchissa quelques instants avant de continuer.

Il en faudrait bien plus pour me gâcher la soirée, croyez-moi. Mais plus vous me parlez, plus je suis intrigué... Avez-vous toujours été aussi... distante avec la vie? A vous entendre, j'ai l'impression que vous n'êtes qu'une marionnette au service de la Congrégation. N'avez-vous donc aucune envie, aucun désir? Tout vous laisse indifférent?

Si c'est le cas, votre vie doit être bien vide. Pas d'amis? Pas de famille? Il n'y a rien à quoi vous teniez? Vous êtes simplement là pour accomplir votre rôle et ensuite? Que se passera-t-il?


Il secoua doucement la tête, comme s'il avait pitié de la jeune femme devant lui. Il se pencha en arrière sur sa chaise et commanda un thé au serveur à proximité. Il fit une légère moue et plissa les yeux avant de continuer.

La vengeance est trop aveuglante? Sans doute... Mais vous savez, je pense être quelqu'un de passionné. Lorsque je m'investis dans quelque chose, c'est jusqu'au bout. Je suis du genre à foncer tête baissée et à ne pas réfléchir à mes actes lorsqu'il le faudrait. Mais je mettrai tout en oeuvre pour sauver et protéger même si cela implique des choses insensées. Il la fixa un instant. Par exemple mettre ma vie en jeu pour vous protéger. Il souria légèrement. Bien sûr, je sens que vous allez me répondre un truc du genre que je suis un grand naïf et que vous n'aurez sans doute jamais besoin de ma protection. Mais vous savez quoi? Il est bon d'avoir des gens sur qui l'on peut compter en toutes occasions.

Il haussa et les épaules et jeta un oeil au serveur qui venait d'arriver avec sa tasse de thé. Il le remercia et en profita pour payer ses consommations et celles de Saria. Il mit du sucre dans sa tasse et remua doucement avant de retirer la cuillère et la poser sur la table.

Donc je vous le dis. Si vous avez un jour besoin de l'aide de quelqu'un, pensez à moi. Je ferai tout mon possible pour vous aider.

Il acquiesça légèrement, comme pour donner plus de poids aux mots qu'il venait de dire.

Pour en revenir aux akumas, ils ne sont pas comme nous. Ils tuent les innocents alors que nous sommes là pour les protéger. Ce sont des aberrations, des monstruosités créés pour semer la haine et le chaos. Ils naissent dans la souffrance et la douleur et ne font ensuite que la propager autour d'eux encore et encore. Nous sommes le seul rempart capable de faire vaciller le Comte et son armée maudite. Le bras armé de Dieu qui veille à la sécurité et à la liberté des peuples. Nous ne sommes pas exempts de défauts, non, mais nous sommes du côté du Juste. Nous sommes les représentants du Bien. Je combattrai les Akumas jusqu'à la mort et je me refuse de croire que rien ne nous différencie de ces abominations.

Il trempa ses lèvres dans sa tasse de thé après avoir fini de parler, fermant les yeux pour mieux apprécier la boisson. Il posa ensuite son regard sur Saria.

Bien, il commence à se faire tard et il serait bon d'aller se reposer afin d'être en forme demain. Une longue journée nous attend. Avez-vous encore quelque chose à rajouter?

Il écouta alors la réponse de Saria tout en buvant tranquillement son thé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saria Ikedo
Admin / Mc Sushi Fan
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 17/03/2012

Feuille de personnage
Age : 20 ans
Nationalité : Japonaise
Surnom : Inku (encre)

MessageSujet: Re: ~ Londres ~ Un retard à corriger [Saria/Aldric]   Ven 22 Juin - 15:51

Saria était occupée à laisser son regard dériver sur les personnes attablées autour d'eux. Sûre d'avoir coupé l'envie de son compagnon de table d'échanger leur point de vue sur leur situation, elle fut surprise de l'entendre reprendre la parole. Rares étaient les personnes qui s'évertuaient à débattre après qu'elle leur ait servi un tel discours. Plus rare encore étaient celles qui ne tenter pas de la faire changer d'avis. En général les gens passaient outre ses propos, se taisaient, ou voulaient absolument imposer leur propre point de vue. Quelques exceptions se pliaient à ses idées également. Mais Aldric, lui, ne jugeait pas, ne rejeter pas ses propres idées pour se courber et lui faire plaisir, et mieux encore, n'ignorait pas ce qu'elle venait de dire pour autant.

Intriguée elle ramena à nouveau son regard sur lui, claquant machinalement de la langue, non par mécontentement mais parce qu'elle ne s'était pas attendue à une telle réaction. La japonaise resta silencieuse, laissant l'homme parler, l'écoutant avec bien plus d’intérêt qu'auparavant.

Il était tout de même incroyable cet homme, voilà qu'il recommençait à creuser, à chercher à voir plus loin que les mots. Il essayait de trouver une faille chez la jeune femme, une once d'humanité malgré ce qu'elle venait de lui confier. Pourquoi insister ? Pourquoi vouloir absolument lui trouver une raison de vivre, un but pour lequel se battre ? Non, elle n'avait pas d'amis, pas de famille. Et oui, sans doute sa vie était vide, mais qu'importait, après tout elle ne l'avait jamais connue pleine donc ne pouvait regretter une chose qui n'avait jamais été sienne.

Il évoqua le futur, demandant à la demoiselle ce qu'elle ferait une fois la lutte achevée, puisque son existence se résumait à se battre. Saria ne pensait pas au futur, jamais. Il était bien trop incertain pour les gens comme eux, et puis, elle savait fort bien quelle était sa destinée. Même si ce combat prenait fin, il y en aurait toujours un autre à mener, toujours une guerre quelque part. Et quand la guerre cessera, alors elle s'éteindra sans doute avec elle, ou disparaitra dans un endroit reculé ou elle terminera sa vie seule, à méditer, exactement de la même façon qu'elle avait commencée.

Décidément, Aldric ne comprenait pas, il s'entêtait à lui faire miroiter des objectifs qui n'étaient pas les siens. Saria était vide à l’intérieur, et ce vide se trouvait comblé par la tâche qui lui avait été confiée, comme une bénédiction du destin l'ayant élue pour lui donner une once d'importance, de responsabilité. Doucement elle se remit de sa surprise, arborant à nouveau un air plus fermé, recommençant à trouver les propos de l'homme assis en face d'elle, plat et terne, sans intérêt. Sans doute allait-il conclure qu'après tout, si tout ce qu'elle avait dit était vrai, alors il avait pitié d'elle. Qu'elle n'éveillerait plus l'intrigue chez lui, qu'elle était terne et sans saveur. Combien de fois avait-elle entendu cela ?

L'air neutre, elle continua de le toiser de son sombre regard perçant, attendant le moment inévitable où il en arriverait à de tel propos. Mais les mots qui sortirent de la bouche de l'homme avaient un tout autre échos. Il se disait prêt à mourir pour la protéger, ce qui en soi n'était pas vraiment surprenant, elle en aurait sans doute fait de même pour défendre quelqu'un. Mais plus encore, il se proposait d'être son ami. Là, comme ça. Sans contre partie, sans enrober sa demande, franc et naturel. Pouvait-on vraiment proposer son amitié si facilement ? Visiblement oui.

Arquant les sourcils, la jeune femme le toisa, déstabilisée un instant. Ce n'était pas la première personne à lui offrir son amitié. Il y avait la petite chinoise qui servait les cafés, le rouquin borgne, le gamin aux cheveux blanc, et encore quelques autres membres de la congrégation qui l'avait fait sans même attendre son accord ou un retour. Mais la façon dont venait de le faire l'homme en face d'elle la laissait perplexe. Déjà il avait passé l'âge d'être un mioche insouciant et naïf, qui veut aimer le monde entier. Et puis, son discours sonnait vraiment comme la proposition d'une épaule solide, et non d'un soutien fugace qu'offre l'instabilité de l'adolescence. La jeune femme s'en trouva prise au dépourvu. Ne sachant quoi répondre elle se contenta d'hausser les épaules avec un léger dédain. Non que la proposition ne l'ai pas touchée, mais c'est la seule réponse qu'elle était capable d'offrir.

Puis l'homme parla des Akuma. Il semblait vraiment les haïr et s'acharner à les voir comme des monstres abjectes. C'était sans doute mieux ainsi. Il est plus facile de tuer une créature inhumaine que de connaitre la vérité. Car non, les akuma et les exorcistes n'étaient pas si différents. Les deux partis étaient prisonniers d'un destin qu'ils n'avaient pas choisi et se trouvaient être les marionnettes armées de leur propre camp, sans forcement le désirer. Des abominations, oui, mais avec des sentiments, des souffrances.

Saria avait appris la vérité depuis déjà pas mal de temps, lors d'une mission avec le jeune exorciste répondant au nom d'Allen Walker. Ce dernier lui avait expliqué qu'il avait la capacité de voir l'âme prisonnière des Akuma, cet être tourmenté qui leur insufflait leur force par la puissance de ses douleurs. Allen avait confié à la japonaise qu'il s'était fixé pour but de libérer ses âmes. Lui, contrairement à beaucoup, ne se battait pas par vengeance, par colère, par bravoure. Mais pour apporter la paix aux deux camps. Saria avait trouvé ça beau, bien qu'elle-même n'ait pas un but aussi noble en éradiquant les Akuma.

Elle aurait sans doute pu parler de tout cela à Aldric, contre argumenter ce qu'il venait de dire en lui offrant les révélations que le garçon avait fait à la japonaise. Cependant, ne défendant pas cette idéologie, elle se trouvait mal placée pour l'exposer. De ce fait elle jugea qu'il serait plus judicieux de présenter les deux hommes, un jour, afin qu'ils échangent leur point de vue et, qui sait, offrir à Aldric un nouvel objectif, moins destructeur pour lui même, moins empreint de haine et de colère.

Aussi la jeune femme se contenta de quelques mots à l'intention de l'ancien marin.

" Lorsque nous aurons terminé cette mission, si nous venons à nous revoir au quartier général, il y a une personne que j'aimerai vous faire rencontrer, si vous ne le connaissez pas déjà bien sûr. Il s'agit d'Allen Walker. Ce garçon à une "vision" des Akuma bien propre. Je suis sure qu'une discussion sur le sujet pourrait être instructive pour vous. "

Aldric proposa de monter retrouver leur chambre. Il était grand temps de prendre du repos. La jeune femme se redressa en guise de réponse lorsqu'il lui demanda si elle n'avait rien à ajouter, secouant ses boucles brunes.

" Non, rien. Bonne nuit Aldric. Merci pour les consommations, c'est très "gentlemen" de votre part."


Elle s'inclina dans un salut de respect japonais, puis tourna les talons pour se diriger vers l'étage. Au moment où elle posa le pied sur la première marche de l'escalier de bois, elle se figea pourtant. Au dehors, des hurlements de panique. Des cris déchirants qu'elle avait entendu bien trop souvent pour ne pas les reconnaitre. C'était l'effet que produisait un Akuma lorsqu'il révélait sa vraie forme parmi la population.

Avec une grande vivacité, la demoiselle pivota pour se diriger rapidement vers la porte. Ils étaient à plusieurs kilomètres du lieu indiqué par le rapport. Il n'y avait donc qu'une seule explication pour que la créature se soit déplacée vers une ville plus grande. Le besoin de croître.
L'appel irrésistible du massacre. Sans doute avait-il déjà exterminé chaque membre de la population de la bourgade où il avait été vu, et cherchait désormais ses futures victimes dans une ville plus grande. Pas de chance, il était mal tombé. La demoiselle ne comptait pas le laisser tuer qui que ce soit, et encore moins évoluer.

Plus tard, il leur faudrait aller voir le massacre du petit village, vérifier qu'il n'y ait pas de survivants et si oui, contacter l'organisation pour une prise en charge afin d'éviter que le Comte n'use de leur souffrance pour son combat. Mais pour l'heure, il devait trouver et éliminer la créature qui avait rejoint les rues de la ville. Sortant rapidement dehors sans même prendre la peine de vérifier qu'Aldric était sur ses talons, la demoiselle remonta la rue en direction des cris.

Une fois sur place elle constata qu'elle se trouvait sur une petit place circulaire. Il n'y avait plus personne autour d'elle, si ce n'est un petit garçon d'une dizaine d'années, dodelinant de la tête, debout au milieu de tas de vêtement d’où se dégageait une vapeur toxique. Plaçant une main sur sa bouche et son nez, la jeune femme plissa le regard pour toiser le gamin. Malgré sa grande insensibilité apparente, elle n'aimait pas que le Comte transforme des mômes innocents en armes, mais pour lui, il était trop tard. La seule chose à faire était de l'éliminer.

Comme si la présence des exorcistes dégageait une odeur qui vint titiller les narines du petit, ce dernier releva la tête pour braquer son regard sur le duo, un affreux sourire déformant ses petits traits innocents. D'une voix guillerette et enfantine il laissa échapper une drôle de plainte.

" Exo... rcistes... "

Saria tendit alors la main pour faire remonter ses tatouages jusqu'à elle, un arc d'encre, aussi solide et tangible qu'un vrai, se matérialisa au creux de sa paume. Elle invoqua ensuite une flèche qui glissa jusqu’à ses doigts, mais avant même qu'elle ait eu le temps de l'encocher, le petit garçon se mit à détaller d'un coup, disparaissant dans une ruelle sombre, empruntant le dédales de petites rues des bas quartiers.

La Japonaise lança un rapide regard à son comparse. Il n'y avait qu'une chose à faire, le poursuivre. La traque venait de commencer...

[ Hrp = Je me suis permise de faire comme si Aldric suivait, ce qui me semble être la réaction la plus logique, si c'est une erreur, dis le moi, j'éditerai ^^ ]

( ♥ for Tsu )
~


♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldric Galianni
Falcon puuuunch
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 20/05/2012
Age : 32

Feuille de personnage
Age : 34 ans
Nationalité : Française
Surnom : Al

MessageSujet: Re: ~ Londres ~ Un retard à corriger [Saria/Aldric]   Mer 11 Juil - 11:07

Aldric s'apprêta à se lever lorsque les hurlements se firent entendre dans la ruelle. Aussitôt, il bondit de sa chaise et plissa les yeux en direction de l'extérieur. Il jeta un coup d'oeil à Saria qui se précipitait déjà à l'extérieur de l'établissement. Sans attendre une seconde de plus, il la suivit au pas de course. Pour lui, il n'y avait pas d'interrogation, tout comme elle, il savait ce qui créait cette panique à l'extérieur. Il avait vécu cette situation d'innombrables fois et savait pertinemment ce qui l'attendait à l'extérieur.

Une fois dans la ruelle, il put voir le chaos que provoquait l'apparition de l'akuma. Les gens se bousculaient, hurlaient et fuyaient dans tous les sens. Des vêtements sur le sol témoignaient déjà de l'assaut qui avait commencé. Cet akuma avait faim et il n'allait pas se laisser abattre facilement.

Il continua sa course en suivant Saria qui courait devant lui. Ils arrivèrent rapidement sur une petite place où une dizaine de personnes semblaient déjà avoir subi le courroux de la créature. Il se figea un instant en apercevant un jeune enfant au milieu des vêtements éparses. Il ne sembla pas les remarquer de suite. Il devait être en train d’assimiler les âmes qu'il venait de dévorer ou à la recherche d'autres personnes à attaquer.

Lorsqu'il posa son regard sur eux, Aldric ne put s'empêcher d'éprouver une haine viscérale à l'encontre de la chose qui se tenait devant lui. Comment le Comte avait-il pu faire ça à un si jeune enfant? Qu'avait-il fait pour mériter ça? Il serra les dents et les poings, il fallait qu'il détruise cette abomination, qu'elle ne fasse pas plus de mal.

- Exo... rcistes...

L'akuma avait reconnu les deux personnes se tenant devant lui et pris ses jambes à son cou, n'attendant pas de se faire attaquer pour fuir. L'exorciste jeta un bref coup d'oeil à sa collègue avant de courir après l'enfant qui tentait de prendre la tangente. Il se dit que si la créature fuyait, c'est qu'elle n'était pas encore suffisamment puissante pour affronter deux exorcistes ou alors elle les menait tout droit dans un guet-apens. Peu importait, ce qui comptait pour lui, c'était de la détruire afin de l'empêcher de nuire.

Elle bifurqua à l'angle d'une petite ruelle sombre et malodorante, attrapa une échelle qui était posée contre un mur et la fit tomber afin de barrer la route derrière elle. Ceci n'arrêta pas les deux exorcistes le moins du monde. Aldric bondit en brandissant son poing, faisant littéralement se désintégrer l'échelle à son contact. Rien ne l'arrêterait, il avait soif de sang d'akuma.

La course continua, la ruelle finit par atteindre un grand carrefour où la circulation des carrioles et autres passants était plus dense. L'akuma tenta de se fondre dans la foule et de disparaître. Mais les deux comparses ne l'entendaient pas de cette oreille. Aldric avançait tel un bulldozer, profitant de sa carrure pour bousculer toutes les personnes sur son passage. Il se fit d'ailleurs copieusement arroser d'insultes pour sa rudesse. Mais il n'en avait cure, il n'avait qu'un seul objectif, arrêter cette chose.

Malgré tout, l'enfant au vu de sa petite taille commençait peu à peu à les distancer. Aldric poussa un juron et jeta un coup d'oeil à Saria, espérant que celle-ci avait une idée pour l'empêcher de disparaître dans la masse.


~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saria Ikedo
Admin / Mc Sushi Fan
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 17/03/2012

Feuille de personnage
Age : 20 ans
Nationalité : Japonaise
Surnom : Inku (encre)

MessageSujet: Re: ~ Londres ~ Un retard à corriger [Saria/Aldric]   Sam 20 Oct - 13:47

Saria courait, déployant toute la vitesse dont elle était capable, usant de la plus grande agilité pour éviter les obstacles. Cependant, ce fichu Akuma était malin et il usait de milles espiègleries pour barrer la route à ses poursuivant. La jeune femme n'aimait pas ça. Elle n’appréciait pas l'idée d'user d'une grande partie de son énergie dans une course effrénée et d'être ensuite amoindrie lorsqu'il serait temps de faire face au monstre. Heureusement, elle n'était pas seule sur cette affaire et même si elle ne connaissait pas vraiment les capacités de son comparse, la japonaise fut heureuse de le voir lui offrir un judicieuse stratégie d'économie de force.

Puisque l'homme semblait décidé à se frayer une route, usant de son imposante silhouette pour creuser un sillon à travers la foule paniquée et qu'il avait une excellente réactivité pour pulvériser les obstacles ennuyeux, Saria ralentis légèrement sa course pour se placer derrière lui. De là elle avait davantage de mal à garder l'enfant akuma en ligne de mire mais au moins elle ne risquait d'être mise hors combat par une bousculade malencontreuse.

A un moment donné, elle remarqua que son comparse lui lançait un drôle de regard par dessus son épaule, sans pour autant cesser de courir. Que ce passait il ? Sans vraiment réfléchir, la japonaise comprit qu'il l’interrogeait silencieusement sur une solution qui permettrait d'écourter ce stupide petit jeu du chat et de la souris. Toujours silencieusement Saria opina pour signifier qu'elle avait une idée. Bondissant comme un félin elle quitta le sillage de son compagnon et se plaça en hauteur, sur le comptoir d'un étal de rue, vide à cette heure.

Durant tout ce temps elle n'avait pas désinvoquer son innocence, tenant toujours en ses mains son arc d'encre et la flèche encochée dans celui ci. En quelques secondes elle banda l'arme puis mit en joug la petite silhouette cavalante qui commençait à se trouver relativement loin. C'était donc cela le soucis qu'avait voulu lui signifier son partenaire ? Fermant un œil et cessant de respirer, Saria s’apprêta à relâcher la corde. Il fallait être précise, la moindre seconde comptait pour toucher sa cible. Elle ouvrit les doigts pour entendre la flèche siffler en fusant. Elle avait visée une partie vitale de la créature, mais la distance l’empêcha de parvenir à son but. Le projectile se planta tout de même dans la cible mouvante, la blessant en haut de la cuisse droite, lui arrachant un hurlement atroce.


" C'est le moment !"

La demoiselle bondit à nouveau sur le sol de la ruelle pour rattraper Aldric et ainsi continuer d'avancer vers leur proie. Ainsi blessé, l'Akuma allait se déplacer bien moins rapidement. Il allait maintenant être aisé de lui mettre la main dessus et de l'éliminer. La créature sembla d'ailleurs comprendre qu'il était inutile de continuer à fuir et bifurqua rapidement pour pénétrer dans une des maisons délabrée et abandonnée des bas fond. Le duo n'eut aucun mal à l'y rejoindre.

A l’intérieur, tout était obscur. Cependant, les rayons lunaire qui se glissaient aux travers des lattes condamnant les fenêtres de l'endroit, offraient assez de visibilité pour distinguer la petite silhouette, prostrée dans un coin de la pièce. Ses yeux enfantins semblant attirer la lumière pour accrocher les regards à eux, se posèrent sur les deux exorcistes avec un air suppliant.

" Maman... je veux ma maman... "

Fichu Akuma, toujours à tenter de jouer sur les faiblesses de l'humanité. Saria ne se laissait plus prendre, même si son cœur était un peu pincé à l'instant présent. Elle espérait qu'Aldric avait lui aussi assez d'experience pour ne pas se laisser attendrir par une ruse si vile. Un regard à son camarade lui certifia que ce n'était pas le cas. L'homme avait sur le visage une étrange expression, contrastant avec le calme qu'il avait affiché toute la soirée. Il semblait être emplis de dégout, mais plus encore, avoir des envies de meurtres... l'envie d'éliminer la créature devant eux. Saria ne pouvait que le comprendre. Gardant le monstre en joug de son arc, au cas ou, elle laissa échapper d'un ton neutre :

" Finissez en Aldric je vous en prie, cette mascarade n'a que trop durée."

La jeune femme se moquait bien d'être celle qui prenait la vie des monstres qu'elle chassait, l'essentiel était qu'ils disparaissent, et si cela pouvait apaiser l'âme de son partenaire, elle ne voyait pas de raison de le priver de ça.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldric Galianni
Falcon puuuunch
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 20/05/2012
Age : 32

Feuille de personnage
Age : 34 ans
Nationalité : Française
Surnom : Al

MessageSujet: Re: ~ Londres ~ Un retard à corriger [Saria/Aldric]   Mer 24 Oct - 18:33

Aldric filait à toutes jambes dans l'espoir de rattraper l'akuma. Alors que l'écart entre lui et la créature s'accentuait, il vit soudainement une flèche venir se loger dans la jambe de ce dernier qui poussa alors un grognement sinistre. Enhardi par la réussite de sa collègue, il utilisa toutes ses forces afin de rattraper son adversaire au plus vite. Concentré sur sa chasse, il entendit à peine sa comparse crier derrière lui.

Alors que la situation tournait en sa défaveur, l'akuma bifurqua rapidement dans une bâtisse en abandonnée dans le vain espoir de se débarrasser de ses poursuivants. Las pour lui, ses opposants étaient bien décidés à ne pas le laisser partir et le suivirent dans la maison.

Plongée dans les ténèbres, il fallu un bref moment aux yeux d'Aldric pour s'habituer à l'obscurité des lieux. Prêt à se battre, il analysa rapidement la situation en jetant un coup d'oeil tout autour de lui avant d'apercevoir la petite silhouette repliée sur elle-même. Il se figea un instant, se demandant bien quelle fourberie allait utiliser le démon pour se jouer d'eux. Il fallait s'attendre à tout et il le savait. Peut-être s'agissait-il d'un guet-apens? Il jeta un coup d'oeil derrière lui afin de voir où se trouvait Saria. Lorsqu'il l'aperçut, il lui fit un petit signe de tête afin de lui signifier que la situation était sous contrôle.

Il reporta alors son attention sur la petite chose dissimulée dans les ombres dont la forme se devinait à peine. Sa vue s'habituant peu à peu à l'obscurité, il vit que l'akuma le fixait de ses petits yeux enfants. Il ne put s'empêcher de ressentir un long frisson lui parcourir l'échine en voyant ce que l'on aurait pu prendre pour un garçon de huit ans. Il serra les mâchoires tant cette vision lui donnait un haut le coeur. Si jeune et pourtant, il avait été transformé en monstre. Cette idée le révoltait plus que tout, il sentait la rage bouillonner en lui.

- Maman... je veux ma maman...

Cette simple phrase fit exploser sa rage. Il devait mettre fin aux souffrances de cette créature et à ce qu'elle représentait. Il ne savait pas quel drame se cachait derrière cet akuma mais il ne pouvait pas en supporter plus. Il fallait éradiquer cette erreur et l'anéantir afin qu'elle n'entraîne pas encore plus de souffrance.

- Finissez en Aldric je vous en prie, cette mascarade n'a que trop durée.

A peine Saria eut-elle le temps de finir sa phrase qu'Aldric avait déjà fait appel à son innocence et écrasé un coup de poing rageur dans l'akuma. Il resta ainsi figé, sans esquisser le moindre mouvement, silencieux, sachant que c'en était fini de l'akuma. La pénombre aidant, il était difficile de voir l'expression du visage de l'exorciste. Il finit par se relever, sans un bruit. La créature tomba dans un bruit sourd, inanimé avant de s'évaporer. Il se retourna et se mit en direction de la sortie de la maison sans dire un mot, sans même un regard pour Saria. Il venait d'affronter l’innommable. Ses pas étaient parsemés d'horreurs et de tristesse, comme trop souvent. Et comme à chaque fois, il était partagé entre le sentiment du devoir accompli et surtout celui d'un immense gâchis. Le fait qu'il s'agissait d'un petit garçon ne fit que rajouter à ce sentiment.

En passant l'encadrure de la porte, il ne put s'empêcher de mettre un coup de poing dans celle-ci, faisant trembler les murs de la maison. Une fois à l'extérieur, il rajusta son chapeau et attendit que la jeune femme le rejoigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saria Ikedo
Admin / Mc Sushi Fan
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 17/03/2012

Feuille de personnage
Age : 20 ans
Nationalité : Japonaise
Surnom : Inku (encre)

MessageSujet: Re: ~ Londres ~ Un retard à corriger [Saria/Aldric]   Sam 22 Déc - 14:14

Saria distingua vaguement le poing rageur de son comparse se tendre pour venir écraser la semi existence de l'Akuma qu'ils venaient de courser sur de longs mètres. L'obscurité l'empêcha d'en percevoir davantage, mais elle n'avait pas besoin de ses yeux pour savoir que l'arme de l'homme avait effectuée son travail. Le bruit sourd de l'innocence percutant la petite créature était plus parlant que toutes les images du monde. Leur devoir venait d'être accomplis et c'était sans joie qu'elle le comprenait. La japonaise n'avait jamais trouvée plaisant de renvoyer au néant des êtres torturés, d'autant lorsqu'il s'agissait d'enfants, elle le faisait, c'est tout.

Détournant la tête pour ne pas subir les relents de fumée de la dématérialisation de l'arme démoniaque, la jeune femme pu entendre l'exorciste à ses cotés se redresser lentement, lourdement. Lui qui avait fait preuve de tant d’agilité et de rapidité lors de la course poursuite qu'ils venaient d'effectuer semblait maintenant ralentis, comme si un poids lui écrasait les épaules, à moins que ça ne fut le cœur ? Visiblement, lui non plus ne tirait aucune sanctification à son geste. Tout comme elle, il avait fait ce qu'il fallait faire, aussi difficile cela pouvait il être. Saria comprenait, elle connaissait ce fardeau invisible qui pouvaient les écraser, grossissant un peu plus à chaque cas délicat dont ils avaient la charge. La créature n'était plus là, mais son regard suppliant d'enfant, ses mots si humain, eux, resteraient dans l'esprit des deux soldats de dieu pour toujours. Ils se mêleraient aux nombreux autres souvenirs fantômes qui hantaient leur mémoire. C'est pour cette raison, parce qu'elle savait que l'homme ressentait, qu'elle le partageait, qu'elle ne prononça pas un mot. Qui y avait il à dire de toute façon ?

C'est donc en silence qu'à son tour elle se tourna vers la porte, relevant vivement la tête en entendant un grand bruit. Habituée à être en permanence sur le qui vive, elle avait parfois des réflexes un peu trop exacerbés. Craignant une nouvelle attaque, elle chercha la source du bruit d'un regard plissé pour percer l'obscurité. Dans l'encadrement de la porte, la silhouette massive d'Aldric, le bras tendu, le poing écrasé contre le mur. Il fallait peut-être dire quelque chose finalement ? Mais Saria n'était pas très douée dans ce genre de situation, peu à l'aise avec les gens, très mauvais soutiens. Elle ouvrit cependant la bouche, cherchant ses mots, mais n'eut le temps de rien prononcer que son coéquipier s'éloigna vers l’extérieur avant de s’arrêter un peu plus loin, l'attendant surement.

Refermant la bouche, révoquant son arc reprenant place sur le corps de la demoiselle sous la forme d'un nouveau tatouage, elle amorça un pas pour sortir à son tour. Seulement à peine avait elle commencée à bouger, que quelque chose se mouva dans l'ombre, à sa droite. Une chose énorme, arrondie et rapide. Un nouvel Akuma ? Caché dans les ténèbres ? Leur émotion les avaient piégés, le fait d'anéantir une enveloppe enfantine les avaient tant accablés qu'ils en avaient baissés leurs gardes. Grave erreur.

La jeune femme analysa rapidement la situation, Aldric, le dos tourné, était une cible facile pour les tirs du monstre, quant à elle, elle n'avait plus le temps de faire appel à son innocence. Une seule chose restait à faire... crier.


" Aldric !! Attention derr...."

Sans avoir le temps de terminer sa phrase, elle fit un bond sur le coté pour éviter une première rafale de tirs, mais le geste la plaçait désormais en plein sur le route de la créature qui ne s'encombra de nouveaux tirs, propulsant l'exorciste désarmée contre un mur, avec force et violence, il tourna ensuite ses canons vers l'ancien marin. Le dos douloureux, une toux la pliant en deux, Saria redressa la tête, espérant que son compagnon avait réagit assez vite à son avertissement. Il le fallait, absolument, car cette fois, c'était une créature plus forte, évoluée, qui se tenait face à eux...

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ~ Londres ~ Un retard à corriger [Saria/Aldric]   

Revenir en haut Aller en bas
 
~ Londres ~ Un retard à corriger [Saria/Aldric]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Notes à Préval: comment corriger un déficit budgétaire???
» Ah non, mais c'est quoi, ça?!?! (pv Saria J. Drakoya) [Abandonné ]
» Un mois de retard pour la rentrée
» réveil en retard ou l'art d'avoir la honte (libre)
» Londres, nous voilà. [Helinä]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.Gray-Man Rpg :: [Zone Rp] Les points névralgiques du reste du monde :: Continent Européen-
Sauter vers: