◘ ◘ ◘ Un monde déchiré par les guerres, un combat entre le bien et le mal, quel camp sera le votre ? ◘ ◘ ◘
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une soif inextinguible ~ [Shona/Shalden]

Aller en bas 
AuteurMessage
Shona Craig

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 26/05/2012

MessageSujet: Une soif inextinguible ~ [Shona/Shalden]   Dim 24 Juin - 10:15

Shona ouvrit vivement les yeux, parfaitement réveillée. Sa première pensée fut de vérifier que la porte du placard où elle dormait était bien fermée. Une fois rassurée sur ce point elle reposa la tête sur la couverture roulée en boule qui lui servait d’oreiller. Elle sentit quelque chose bouger entre les plis qui soutenaient sa tête. Elle sourit paisiblement et frotta sa joue contre l’étoffe rugueuse.

Elle resta un petit moment ainsi à profiter de l’obscurité qui l’entourait. De temps à autre l’une de ses petites amies rampait le long de sa jambe ou sur l’un de ses bras, mais loin de la rebuter, elle appréciait le contact des petites pattes velues contre sa peau. Alors que ses angoisses nocturnes refluaient lentement, la voix de son Maître lui parvenait de plus en plus distinctement. Fermant les yeux elle se laissa bercer doucement par les mots et le son chaud et enjoué du comte. Il lui demandait de tuer, encore et encore et plus le temps passait, plus elle aimait lui obéir. Elle se sentait si bien quand elle voyait la vie quitter le corps des marins qu’elle avait attiré dans ses filets funestes.

Elle sortit tranquillement de son placard et s’habilla. Le soleil commençait juste à se coucher et les matelots ne tarderaient pas à affluer pour chercher plaisir et réconfort. Elle s’habilla soigneusement, se maquilla et se coiffa en fredonnant cette petite berceuse qu’elle aimait tant. Il y avait plusieurs jours qu’elle n’avait pas goûté le sang d’un homme mais ce soir elle en mourrait d’envie. Tout en nouant le ruban de velours de son pendentif autour de son cou gracile elle se regarda dans le miroir au dessus de sa commode. Elle se lécha les lèvres en imaginant la saveur métallique sur sa bouche et gémit légèrement d’impatience.

Une fois tous ses atouts soigneusement mis en valeur, elle sortit de sa chambre et s’accouda à la rambarde du bouge où elle vivait et travaillait. Posant son petit menton sur ses paumes elle parcouru la salle du regard, à la recherche du parfait client. La plupart des filles qui travaillaient ici n’avaient pas le choix des clients. Lolita procédait différemment, c’est elle qui choisissait, toujours, et loin de poser un problème aux hommes du port cela semblait les exciter tout particulièrement.

Mordillant sensuellement l’ongle de son petit doigt, elle scrutait la salle, les tables, le bar à la recherche de la proie idéale pour la soirée, mais de là où elle se trouvait il lui manquait une composante qu’elle adorait : L’odeur. L’odeur de l’homme, celle de leur peau, de leur sang. La plupart n’avaient pas une hygiène rigoureuse mais de temps à autre un officier passait par là et pour Lolita c’était un régal. D’ailleurs c’est à ce moment qu’un tel homme poussa la porte du bouge. Tel un fauve repérant une proie, Lolita fixa le marin en souriant d’un air carnassier. Elle se redressa, rajusta son corset et commença à descendre tranquillement l’escalier, son regard rivé sur le jeune officier. Elle le vit s’installer à une table à laquelle une de ses collègues tirait les cartes pour les marins et approcha lentement, louvoyant sensuellement entre les tables sans le quitter du regard. Elle se plaça près de la cartomancienne et souriant au jeune homme elle cambra doucement la tête de la fille en arrière pour l’embrasser langoureusement. Elle savait que ce geste fouettait les sens des mâles affamés qui traînaient dans ce genre d’endroit. Elle fit durer un peu le baiser en ouvrant les yeux pour planter son regard dans celui du marin assit en face d’elle. Elle sourit en le voyant déglutir.

- Sarah s’il te plait, laisse moi m’occuper de Monsieur.

Malgré la douceur de sa voix, sa collègue savait que le ton était sans appel et qu’elle venait de se faire proprement congédier. Elle n’insista pas et se leva pour aller alpaguer un autre client. Lolita la laissa partir sans quitter le regard du marin et posa les coudes sur la table en lui souriant paisiblement. Il avait visiblement pris un bain et ses longs cheveux coiffés en catogan brillaient de santé. Sans ajouter un mot, Shona se leva et passa derrière le marin pour lui chuchoter au creux de l’oreille d’une voix suave.

- Je vais m’occuper de toi, tu ne le regretteras pas.

Lentement ses mains caressèrent les épaules du jeune homme puis elle se redressa en attrapant le jabot de sa chemise et l’entraîna avec elle vers l’escalier. Lolita sourit, la soirée commençait de manière merveilleuse. Son Maître serait content d’elle.

~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shalden Odegard
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 17/03/2012
Age : 33
Localisation : Tu tiens vraiment à le savoir ? Tu risques d'avoir des surprises...

MessageSujet: Re: Une soif inextinguible ~ [Shona/Shalden]   Mar 26 Juin - 12:23

Shalden parcourait l'usine des Akuma en long en large et en travers comme un lion en cage. Le Comte Millénaire lui avait donné une mission particulière et il avait hâte de se rendre sur place. Cependant, même si l'Arche pouvait désormais se déplacer, ils voyageaient tous à l'aide de portails pour se rendre à différents endroits du monde. Seulement, Shalden détestait les emprunter. C'était sûr et bien pratique pour se rendre rapidement d'un point à l'autre du globe, mais le Noé ne se sentait jamais trop rassuré. Et s'il ressortait avec un morceau en moins ? Si jamais il y avait un problème ? Au moins, en y allant à pieds, on était sûr d'arriver en un seul morceau, à moins de rencontrer des ennuis en cours de route. Mais puisque les autres membres de sa nouvelle famille semblaient n'avoir aucun problème à emprunter les portails, Shalden se fit violence et accepta de les utiliser. Après tout, si les autres le faisaient, pourquoi pas lui ?

Il n'était là que depuis quelques mois et connaissait presque tous les autres membres, plus ou moins bien. Il s'entendait même relativement bien avec eux, surtout avec le Comte. Celui-ci partageait son point de vue sur l'avenir du monde et discuter avec cet homme se révélait toujours intéressant. C'était une sensation étrange que d'être ici, parmis des gens qui se disaient être ses semblables, non, sa famille. Il y a encore quelques temps, il ne les avait jamais vu, ne les connaissait pas. Et pourtant, il avait l'impression de les connaitre... d'avant. C'était encore très flou dans son esprit mais il se sentait chez lui. Et il aimait y rester. Se balader au milieu de la populasse, coupable de tellement de crimes qu'il serait impossible de faire une liste, lui filait des boutons.

Seulement, le Comte lui avait demandé de se rendre en Nouvelle Zélande pour donner des ordres aux différents Akuma qui s'y trouvaient. Il devait donc quitter le confort de l'Arche pour se rendre dans de petites bourgades qui grouillaient d'humains. Génial. Il était pressé de pouvoir bientôt rentrer, pas réellement motivé par cette mission. Tant pis, les ordres étaient les ordres. Et puis, si en cours de route il pouvait débarasser la planète de quelques rats, ce n'était pas plus mal. Patientant pour l'ouverture d'un portail, Shalden se demanda si finalement il n'avait pas le temps de faire une petite sieste avant de partir... Un portail s'ouvrit alors comme pour contredire sa pensée. Visiblement non, il n'avait pas le temps. Lâchant un "merci" à l'attention de la personne qui avait ouvert le portail -probablement Road-, Shalden poussa un soupir puis passa au travers.

La sensation était toujours aussi désagréable. Le géant s'ébroua comme un chien qui sortait de l'eau. Le picotement résiduel qu'il ressentait toujours après chaque passage de portail n'avait rien de plaisant. Et dire que certains les utilisaient depuis des dizaines d'années... Faisant quelques étirements, le Noé regarda où il se trouvait. Vu la décoration, soit il se trouvait sous le toit d'un immeuble abandonné, soit la personne qui vivait ici avait une drôle de vision du rangement et du ménage. Tout était en désordre et il y avait une telle quantité de poussière que cela en devenait presque irrespirable. Ne s'attardant pas, Shalden prit la première porte qu'il vit. Fermée. Evidement. Heureusement que son pouvoir était plutôt pratique. Se dématérialisant, il devient fumée, se déplaçant dans l'air pour passer sous la porte. Il continua son chemin jusqu'à se retrouver hors de l'immeuble, au niveau d'une ruelle. Il n'y avait personne, cela tombait bien. Reprenant sa forme normale, le Noé épousseta ses vêtements. Il était temps de se mettre à la recherche de l'Akuma à qui il devait parler.

S'il avait retenu tout ce que lui avait dit le Comte, l'Akuma déguisé en jeune femme se trouvait dans un bar mal famé au niveau du port. Arrivé sur place, Shalden constata que c'était l'effervescence. Il y avait un monde fou ! Se frayant un chemin parmis la foule, il pénétra à l'intérieur du bar... qui avait plus des allures de bordel que de bar. S'adossant à un des pilliers qui soutenait le plafond, le Noé balaya la pièce du regard jusqu'à poser les yeux sur une scène plutôt amusante. Deux femmes en train de s'embrasser ? C'était plutôt attirant. Pourtant, il ne bougea pas, n'étant pas là pour ça. Ce n'est qu'au moment où l'une des deux femmes disparue en compagnie d'un autre qu'il réalisa que c'était elle, l'Akuma
.

« Hé ! » lança t-il trop tard

Ce n'était sûrement pas pour jouer à cache cache qu'elle l'avait emmené avec lui mais Shalden s'en moquait. Peu importe les humains, il n'était rien. Et de toute façon, il se moquait bien de ce que pensaient les autres. Grimpant à son tour à l'étage. Arrivé en haut, il regarda le couloir où se situaient plusieurs portes fermées. C'était bien sa veine, encore une fois. Sauf qu'il avait senti l'Akuma et qu'il la retrouva facilement. Sans gêne aucune, il pénétra dans la pièce où se trouvait le duo précédemment monté
.

« Faites comme si j'étais pas là surtout. » fit-il en entrant puis en refermant la porte derrière lui

Il s'avança ensuite vers l'homme que l'Akuma avait emmené avec elle et posa rapidement la paume de sa main sur son front. Quelques secondes suffirent pour faire le point sur l'existence de ce marin. Rien de vraiment glorieux, comme la grande majorité des humains. Shalden retira sa main et la secoua comme s'il s'était brûlé
.

« Hmm... Dis donc, c'est pas joli joli tout ça... Adultère, trahison, délation, pot de vin... Ce sont les gens comme toi qui gangrènent le genre humain. » fit-il d'un ton méprisant avant de sourire, ce qui tranchait avec ses paroles

Shalden s'éloigna, attrapant une chaise et la tournant vers le duo avant de s'asseoir dessus, posant une jambe par dessus l'autre, bras croisés. Cette fois, il posa enfin les yeux sur l'Akuma. Pas besoin de se présenter, elle l'avait forcément senti. De plus, il ne tenait pas à parler devant un futur cadavre. Autant s'en débarasser avant
.

« Je te le laisse, ça te sera utile au moins. Mais si tu pouvais faire ça assez vite, ça m'arrangerait. Après, faudra qu'on parle ! »


~

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shona Craig

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 26/05/2012

MessageSujet: Re: Une soif inextinguible ~ [Shona/Shalden]   Mer 27 Juin - 10:22

Rien n'excitait plus Lolita que de sentir la pression monter chez sa proie. Elle le traînait tranquillement derrière elle en le tenant toujours par le jabot de sa chemise. Sous l’œil goguenard des autre clients de ce bouge situé à environ une journée de marche de Wellington, elle fit gravir les escaliers à son officier. Le marin visiblement sevré depuis trop longtemps était déjà paré à l'action. Elle le sentait à ses mains qui pétrissaient ses formes généreuses à travers ses vêtements en montant les marches.
Arrivée à l'étage elle s'arrêta un court instant pour regarder la foule qui s'amassait dans la salle en contrebas. La jeune femme avait senti quelque chose d'étrange, comme l'écho d'une présence. Rapidement elle laissa son regard courir sur les visages burinés sans remarquer quoi que ce soit d'inhabituel. Elle n'avait encore jamais rencontré de Noé mais elle savait intuitivement reconnaître leur présence. Et l'un d'entre eux était dans les environs, il n'y avait aucun doute à ce sujet. Était il là par hasard ou venait il pour elle?
Elle ne le savait pas, mais la faim qui l'habitait et la voix du Comte qui murmurait au creux de son oreille lui firent rapidement oublier la venue inattendue du seigneur. Elle reporta son attention sur le jouet collé contre son dos.
Lolita prit un malin plaisir à accentuer son déhancher pour exciter un peu plus son beau marin et s’enivrer de l'effet qu'elle avait sur lui. Le résultat ne se fit pas attendre et l'homme la poussa d'un coup de bassin impatient vers la chambre qu'elle lui ouvrait.

"Allez, ma jolie. Va falloir tenir tes promesses" lui dit-il en posant les mains sur ses seins pour les malaxer vigoureusement à travers son corset.

« Vigueur et impatience...j'aime ça chez un homme » Lui répondit malicieusement la jeune femme.

Lolita sourit, se retournant entre ses bras pour le pousser vers le lit. Tout en le faisant reculer elle défit son pantalon qui lui glissa d'un coup au bas des chevilles l'entravant dans ses mouvements. Elle n'eut aucun mal à le faire basculer sur le lit en riant doucement.
L'enfourchant tranquillement en relevant sa robe, elle se pencha vers lui avec un sourire sensuel et joueur.

« Mon beau marin est il partant pour une petite chevauchée? »

Elle sentait sa proie au bord de la transe tant il était affamé d'elle. Un sentiment de puissance incroyable coula en elle, lui faisant se mordiller la lèvre alors qu'il baissait brutalement son corset. La douleur des baleines rentrant dans ses chairs aurait pu lui arracher un cri mais, loin de lui faire mal, le geste l'enthousiasmait. Elle se lécha les lèvres en se penchant vers sa future victime souriant de le savoir à sa merci, tellement inconscient de la précarité de sa situation. Lolita jubilait.
C'est ce moment que choisit le Noé pour faire irruption dans la chambre. La jeune femme tourna la tête vers la porte au moment où celle-ci s'ouvrait. Reconnaissant son visiteur, sans jamais l'avoir vu auparavant, elle attrapa d'un geste incroyablement vif les poignets du marin pour les plaquer sur le lit.

« Faites comme si j'étais pas là surtout. » fit-il en entrant puis en refermant la porte derrière lui.

Lolita détailla le Noé, sans se préoccuper du marin qui commençait à se débattre sous elle. Sa nature réelle faisait qu'elle n'avait aucun mal à maintenir l'homme en respect malgré la différence de gabarit. Comment n'avait elle pas remarqué le géant blond dans la salle? Sa haute taille et son allure le différenciait tellement des humains qu'elle avait l'habitude de croiser dans le bar qu'elle aurait dû le voir dès qu'elle l'avait senti. Elle haussa les épaules. Tout cela n'avait pas vraiment d'importance puisqu'il l'avait trouvée sans problème. Agacée par les mouvements désespérés du marin elle tourna vers lui un regard glacial et malsain qui le fit pâlir d'un coup. Inclinant légèrement la tête sur le côté elle se pencha pour lui murmurer d'une voix trop calme.


« Je te conseille fortement d'arrêter de bouger. »

Shona ne savait pas si c'était ses paroles ou le ton qu'elle avait employé mais le marin s'exécuta aussitôt. Elle laissa le Noé s'approcher en le regardant avec une petite moue enfantine et un rien boudeuse. Elle sentait entre ses cuisses que le marin n'était plus du tout dans l’état d'esprit qu'elle aimait pour en finir avec lui. Le jeu était fini. Le grand blond se posta près du lit et posa une main sur le front du marin alors que Shona soupirait d'un air déçu et résigné.

« Hmm... Dis donc, c'est pas joli joli tout ça... Adultère, trahison, délation, pot de vin... Ce sont les gens comme toi qui gangrènent le genre humain. » Fit le Noé d'un ton méprisant avant de sourire, ce qui tranchait avec ses paroles.

L'officier écarquilla les yeux, de plus en plus terrifié et commença à balbutier pour se justifier. La jeune femme continuait de le maintenir alors que le Noé s'installait tranquillement sur une chaise, face à eux.

« Je te le laisse, ça te sera utile au moins. Mais si tu pouvais faire ça assez vite, ça m'arrangerait. Après, faudra qu'on parle ! »

Lolita soupira, baissa la tête vers l’officier puis haussa de nouveau les épaules. Elle se mit alors à chantonner en attrapant un foulard de soie caché sous l’oreiller.

« Doucement, dors la terre…
Dans le soir, le soir, tombant… »


Tout en chantant d’une voix douce elle attacha les poignets du marin aux montants du lit. Il avait beau se débattre, il ne pouvait rien faire contre la poigne surnaturelle de la jeune femme. Rapidement il fut impossible à l’homme de lui échapper mais Lolita avait perdu le fil du jeu. Il n’y avait plus aucun intérêt à faire durer la chose. Elle se redressa, tirant son précieux rasoir de sous le coussin qui maintenait la tête de l’officier et lui posant une main sur la bouche pour étouffer un peu ses braillements désespérés elle lui trancha la gorge si profondément qu’elle ouvrit les chairs jusqu’à la trachée.

« Ferme vite, tes paupières…
Dors, mon bel amant… »


Un flot de sang pulsa aussitôt avec toute la force de la jeunesse du marin, inondant la robe de la jeune femme et les draps de longues giclées écarlates et chaudes. Shona cambra la tête en arrière alors que le liquide lui couvrait les seins et le visage. Elle ferma les yeux et se mordilla délicatement les lèvres mais son plaisir était moins intense que de coutume. Bien sur le Maître serait content d’elle. Elle le savait, le sentait au plus profond d’elle-même, mais elle était déçue que le jeu n’ait pas tourné comme elle aimait.

Une fois que le regard du marin devint vitreux, elle descendit tranquillement du lit et s’approcha du Noé. Elle savait qu’il avait droit de vie et de mort sur elle, qu’elle était dépendante de son bon vouloir et qu’elle devait lui obéir aveuglément tout comme elle l’aurait fait pour le Comte. Elle tomba à genoux près de lui, le regardant avec vénération. Sans le toucher pour ne pas le souiller de sang, elle leva son petit visage vers lui, quémandant son approbation.

« Êtes vous satisfait mon Seigneur ? »


~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shalden Odegard
Modérateur / L'Homme Fougère
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 17/03/2012
Age : 33
Localisation : Tu tiens vraiment à le savoir ? Tu risques d'avoir des surprises...

MessageSujet: Re: Une soif inextinguible ~ [Shona/Shalden]   Jeu 23 Aoû - 17:27

Shalden n'était pas fatigué de son voyage puisque l'Arche lui permettait de voyager sans même avoir à se déplacer. Comme c'était pratique. Cela dit, il préférait, s'il le pouvait, utiliser ses propres moyens pour se rendre d'un point à un autre, pouvant ainsi profiter du paysage et avancer à son rythme, tranquillement. Malheureusement cette fois il n'avait pas eu le choix, l'endroit était loin et le Comte ne tenait pas à ce que ses affaires trainent davantage. Avait-il un plan derrière la tête pour ainsi faire bouger ses akuma vers d'autres villes d'Angleterre ? Ce n'était sans doute pas pour rien qu'il les regroupait en périphérie de certaines villes. Mais ça, il n'en avait parlé à personne, en tout cas pas à Shalden. Cela tombait bien, les complots ne l'intéressait pas. Tout ce qu'il voulait faire était son travail, rien de plus rien de moins.

Il s'était donc rendu sans tarder dans ce petit port mais ne s'attendait pas à trouver tant de monde dans la taverne qu'il avait rejoint. Les ports étaient souvent bondés, permettant de faire les transitions entre différents points névralgiques mais de là à regrouper tant d'humains au mètre carré... Il fallait être maso pour aimer se retrouver au centre d'un tel peuple. Rien que le simple fait d'être entouré de tant de coupables rendait Shalden nerveux et le fatiguait déjà. Il n'avait pas besoin de les toucher pour se douter qu'au moins la moitié d'entre eux n'étaient pas ce que l'on pouvait appeler "d'honnêtes gens". Crapule, fripouille, escroc, prostituée, dealer... La taverne semblait regrouper toutes sortes d'ordures. Shalden dû prendre sur lui pour ne pas être tenté de faire un génocide. Sa mission était d'être discret et non pas d'amorcer un début de panique qui mettrait sans aucun doute la puce à l'oreille des autorités... et donc de l'Eglise.

Calmement, il avait observé les diverses personnes que croisait son regard. Il finit par remarquer une jeune femme qui entrainait un homme le long d'un escalier. C'était elle, aucun doute. Shalden l'interpela mais avec tout le bruit ambiant, elle ne l'entendit pas. Il n'eut d'autre choix que de la suivre, grimpant les escaliers à son tour, avant de pénétrer dans la chambre où ils avaient échoué, les trouvant facilement grâce à l'aura de l'akuma. Son irruption soudaine avait donné des envies de fuite à l'homme qui partageait le lit avec la jeune femme mais celle-ci le maintenait fermement, l'empêchant de trop bouger. Profitant de son immobilité, Shalden s'avança pour l'analyser rapidement. Comme il s'y attendait, l'homme n'était qu'un rebut de l'humanité comme tant d'autres. Il aurait pu le tuer mais préféra laisser l'akuma le faire. Cela lui était bien plus bénéfique qu'à lui et puis... c'était sa proie.

Il s'éloigna un peu, attrapa une chaise et s'installa dessus, regardant le duo toujours sur le lit, attendant que l'akuma fasse ce pourquoi elle était créée. La panique du marin s'accentuait au fur et à mesure mais il ne pouvait plus rien faire. Dès lorsqu'il avait pénétré dans la chambre il avait signé son arrêt de mort. Pas une grosse perte. Shalden ne manqua pas une miette du spectacle qui se jouait devant lui. On ne pouvait pas dire que l'akuma tuait ses victimes très proprement, mais il était difficile de lui en vouloir. Chacun était différent et évoluait à sa façon. Au moins elle parvenait à se fondre parmi les humains sans s'être fait remarquer jusqu'à présent.

Maintenant que le marin était mort, se vidant de son sang, l'akuma se leva pour se diriger vers Shalden avant de tomber à genoux devant lui. Elle avait bien conscience de leurs rôles respectifs mais Shalden n'était pas très à cheval sur le protocole. Bien qu'il aurait pu la tuer s'il le voulait, il n'aimait pas trop se considérer comme étant supérieur. Après tout, les akuma n'étaient que des âmes qui n'avaient rien demandé à personne, pour la plupart, de simples innocents. D'innocents, ils étaient devenus des monstres, mais c'était un mal nécessaire. Le Noé observa l'akuma un instant puis se leva et attrapa un petit récipient qui trainait sur la commode à côté. Il se saisit du pichet d'eau non loin ainsi que d'une serviette et retourna à côté de l'akuma. Il posa le tout au sol, remplissant le récipient d'eau avant de mouiller la serviette et de commencer à nettoyer la jeune femme, accroupie devant elle
.

« Ce serait dommage de souiller ton enveloppe, c'est ton outil de travail. Tu t'y prends toujours comme ça ? » demanda-t-il calmement en prenant soin de tout nettoyer

Bien sûr, il était difficile de retirer le sang du tissu de la robe. Ainsi, il se concentra essentiellement sur la peau de l'akuma, pas spécialement gêné qu'elle soit à demie nue. Rinçant la serviette devenue rouge, il réitéra son acte jusqu'à ce qu'elle soit nettoyée en grande partie du liquide écarlate. Il laissa ensuite tomber la serviette sur le sol puis se redressa et se reposa sur la chaise
.

« Et c'est difficile de n'pas être satisfait, tu accomplis ce pourquoi tu es faite, c'est parfait. Tu as débarrassé la Terre d'une souillure... mais le travail n'est pas encore terminé. Je ne voulais pas venir te déranger mais vois tu, le Comte a donné des ordres précis... J'espère que tu n'es pas trop attachée à cette bourgade moisie car tu vas devoir migrer ailleurs. Stamford, ça te parle ? Ce sera ton nouveau territoire de chasse. Ca va te changer des marins crasseux. Il va falloir t'adapter mais je pense que tu sauras t'y faire. Ce n'est pas comme si tu avais le choix de toute façon. » fit-il en lui passant doucement la main sur le dessus du crâne

Sur ces mots, Shalden se redressa de toute sa hauteur et se dirigea vers le lit. Le cadavre saignait toujours un peu mais l’hémorragie s'était calmée. Il fallait se débarrasser du corps facilement. Retirant ses gants puis posant les mains sur le corps, le Noé utilisa son pouvoir pour rendre ses paumes aussi corrosives que de l'acide. Le cadavre se mit à fondre assez rapidement, disparaissant à vue d’œil. L'odeur n'était pas des plus agréables mais peu importe. Il ne resta bientôt plus de trace de l'ex marin. Le Noé fit volte face et ouvrit la fenêtre pour laisser s’échapper l'odeur
.

« Je t'accompagne. Change toi, la route est longue. En chemin tu auras peut-être de quoi te mettre sous la dent. Je sais qu'il y a quelques exorcistes qui trainent non loin de là où nous nous rendons. Mais il faudra faire preuve de patience et les tuer un peu plus loin. Allez, j'attends." fit-il en s'asseyant sur le rebord de la fenêtre, les bras croisés, tourné vers elle. »


~

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une soif inextinguible ~ [Shona/Shalden]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une soif inextinguible ~ [Shona/Shalden]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marie a soif de savoir [Terminée]
» Bois sans soif
» Constant-Aksel Baugarel. La soif de justice! Il n' y a pas philtre revigorant plus efficace que celui ci!
» Une soif de rp à combler ^^
» Un p'tit verre, on a soif ! Hic ! [PV Tirya]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.Gray-Man Rpg :: [Zone Rp] Les points névralgiques du reste du monde :: Océanie-
Sauter vers: